Version classiqueVersion mobile

Michelet, à la recherche de l’identité de la France

 | 
Aurélien Aramini

Première partie. La formation de la pensée micheletienne de l’histoire

La formation de la pensée Micheletienne de l’histoire

Texte intégral

  • 1 Cette liste figure dans la réédition de 1835 des Principes de la philosophie de l’histoire, tradui (...)
  • 2 Dans la onzième leçon (3 juillet 1828) du cours d’été 1828 « Introduction à l’histoire de la philo (...)
  • 3 B. Binoche, Les trois sources des philosophies de l’histoire (1764-1798), Les Presses de l’univers (...)
  • 4 Ibid.

1Quand Michelet inscrit lui-même, en 1835, son Introduction à l’histoire universelle dans la liste des ouvrages « des principaux auteurs français, anglais et allemands qui ont écrit sur la philosophie de l’histoire1 », celle-ci semble être une discipline constituée avec ses précurseurs, de Bossuet à Vico, ses auteurs majeurs, de Herder à Kant et ses problématiques propres. Or il n’en allait pas ainsi une décennie plus tôt. En 1828, à la Sorbonne, Cousin s’attachait à définir cette discipline. Il engageait alors les jeunes esprits à contribuer à ses progrès et se félicitait d’avoir incité Michelet et Quinet à « donner à la France Vico et Herder2 ». Il est indéniable que la « philosophie de l’histoire » au singulier « n’a jamais existé qu’au titre d’une construction rétrospective qui doit beaucoup à une forme de germanocentrisme3 ». Mais, s’il est nécessaire de montrer que les pensées philosophiques de l’histoire élaborées de facto se révèlent être « des paradigmes concurrents qui ont connu des fortunes diverses et entremêlées4 », il faut tout autant s’attacher à comprendre pourquoi Michelet place son Introduction à l’histoire universelle dans la tradition intellectuelle de la « philosophie de l’histoire » comme s’il s’agissait d’un ensemble cohérent et homogène.

  • 5 Deux Frances s’opposent très clairement après l’assassinat du duc de Berry. Cet événement majeur c (...)

2La philosophie de l’histoire micheletienne est alimentée par deux sources majeures : d’abord, la pensée cousinienne qui fournit au jeune historien philosophe un cadre conceptuel pour penser philosophiquement l’histoire ; ensuite la Scienza nuova de Vico où le futur auteur de l’Histoire de France découvre le principe prométhéen. Mais l’Introduction à l’histoire universelle est aussi l’œuvre d’un philosophe qui est, tout autant, historien. Or, durant la Restauration, l’histoire est immédiatement politique dans la mesure où le rapport au passé partage la France en deux peuples5. Contre l’usage contre-révolutionnaire de l’histoire, les historiens libéraux suivent la voie ouverte par Mme de Staël et confèrent à leur discipline une dimension émancipatrice qui condamne la politique des ministères de Louis XVIII et de Charles X. Durant la décennie 1820-1830, les problèmes de la philosophie de l’histoire ne sont donc indépendants ni de la constitution de l’histoire comme science ni du projet de penser, voire de bâtir une société postrévolutionnaire. Aussi la pensée micheletienne se forme-t-elle en affrontant des problèmes qui se construisent dans l’enchevêtrement de trois discours, philosophique, méthodologique et politique.

Notes

1 Cette liste figure dans la réédition de 1835 des Principes de la philosophie de l’histoire, traduits de la Scienza Nuova de J. B. Vico (OCV I, pp. 349-350).

2 Dans la onzième leçon (3 juillet 1828) du cours d’été 1828 « Introduction à l’histoire de la philosophie » (les leçons sont publiées sous le titre Cours de philosophie, à Paris, chez les Éditeurs Pichon et Didier dès 1828), Cousin parlait ainsi de Michelet et Quinet : « Je me félicite moi-même d’avoir encouragé mes deux jeunes amis, MM. Michelet et Quinet, à donner à la France Vico et Herder » (Cours de Philosophie, Paris, Pichon et Didier Éditeurs, 1828, pp. 34-35 de la onzième leçon). Cousin, que l’Histoire a ensuite violemment opposé à Michelet et à Quinet, notera, à propos de ce commentaire dans la quatrième édition de ses cours (Introduction à l’histoire de la philosophie, Paris, Didier et Cie, 1861) : « Nous n’effaçons point ce sincère témoignage d’affectueuse estime autrefois adressé à deux écrivains qui depuis sont restés si peu fidèles à leurs sages débuts » (ibid., p. 246).

3 B. Binoche, Les trois sources des philosophies de l’histoire (1764-1798), Les Presses de l’université de Laval, 2008, préface à la seconde édition, p. 3.

4 Ibid.

5 Deux Frances s’opposent très clairement après l’assassinat du duc de Berry. Cet événement majeur cristallise l’opposition entre deux forces qui n’était pas aussi nette lors du gouvernement Décazes. Bertier de Sauvigny présente ainsi ce point de fracture qu’est le meurtre perpétré par Louvel : « Cet événement précipite la dissolution d’une troisième force, un centre qui souhaitait concilier tradition monarchique et idéologie révolutionnaire. Ainsi il n’y eu plus que deux partis : les royalistes et les libéraux, et dans le pays, comme l’avait redouté Louis XVIII, deux peuples ennemis, en proie aux haines fratricides. C’est pour cela que cette date funeste du 14 février 1820 est, dans l’histoire de la Restauration, une ligne de partage » (G. De Bertier de Sauvigny, La Restauration, Champs Flammarion, 1955, p. 166). Le « journal » de Michelet témoigne de cette fracture de la France. Ainsi écrit-il qu’« au milieu de ces convulsions politiques, elle serait bien forte, l’âme qui conserverait la paix, qui vivrait au dedans de soi. On est sans cesse arraché à la réflexion par des spectacles bruyants et menaçants pour l’avenir. Le sort de la France ne peut que s’améliorer, mais la guerre civile est le passage » (« Journal », lundi 5, mardi 6, mercredi 7 juin 1820, Écrits de Jeunesse, « Journal de 1820-1823 », « Mémorial », « Journal des idées », « Journal de mes lectures » édités par Paul Viallaneix, Paris, Gallimard, 1959, pp. 83-84).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search