Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

Ont collaboré à l’ouvrage

Texte intégral

1Aurélien Aramini, docteur en philosophie, est chercheur associé au laboratoire « Logiques de l’agir » (université de Bourgogne Franche-Comté). Spécialiste de la pensée du xixsiècle, il est l’auteur d’ouvrages consacrés à Michelet :

  • 2016, Michelet, Philosophie de l’histoire, Paris, Flammarion ;
  • 2013, Michelet, à la recherche de l’identité de la France, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

2et de plusieurs articles interrogeant la relation entre philologie, philosophie de l’histoire et historiographie :

  • 2014, « L’Archéologie linguistique du pouvoir et du peuple chez Augustin Thierry », Revue d’histoire du xixe siècle, vol. 49, n° 2, p. 177-191 ;
  • 2014, « Zoroastre républicain. Les enjeux philosophiques et politiques de la découverte des textes 'zends' : Eugène Burnouf et Jean Reynaud », Klesis, n° 30, p. 27-54.

3Diplômé en langue et culture italiennes, il a étudié la singularité de la philologie orientaliste en Italie dans un mémoire universitaire intitulé Il Tevere sorge dall’Himalaya. Lo studio delle lingue orientali in Italia nel primo Ottocento.

*

4Massimo Baioni est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Sienne (site d’Arezzo). Il a, entre autres, écrit :

  • 2017, Le patrie degli italiani, Ospedaletto, Pacini editore ;
  • 2017, avec Conti Fulvio (dir.), La politica nell’età contemporanea, Rome, Viella ;
  • 2009, Risorgimento conteso, Reggio Emilia, Diabasis ;
  • 2006, Risorgimento in camicia nera, Rome, Carocci editore.

5Il a été professeur invité à l’École pratique des hautes études et à l’université Paris 8. Il est membre du comité de rédaction de la revue Memoria e Ricerca.

*

6Elena Bovo est maître de conférences au département d’Italien à l’université de Bourgogne Franche-Comté, Besançon, membre de l’EA 2274 « Logiques de l’agir ». Elle a d’abord centré ses recherches sur la philosophie française du xxe siècle, en particulier sur Lévinas et Derrida, avant de s’intéresser à la « psychologie des foules » qui, née à la fin du xixe siècle, a contribué à mettre en lumière le rôle prépondérant de l’inconscient dans la constitution du sujet. Son dernier article publié est :

*

7Frédéric Brahami est directeur d’études à l’EHESS (CESPRA). Il a publié :

  • 2016, La raison du peuple. Un héritage de la Révolution française (1789-1848), Paris, Les Belles Lettres ;
  • 2003, Introduction au Traité de la nature humaine de David Hume, Paris, PUF ;
  • 2001, Le travail du scepticisme, Paris, PUF ;
  • 1997, Le scepticisme de Montaigne, Paris, PUF.

8Il a en outre dirigé plusieurs ouvrages collectifs, dont :

  • 2017 (janvier), Archives de la philosophie, vol. 80, n° 1 De la révolution à l'histoire ;
  • 2011, Incidence, n° 7 L’énigme du régicide : institution et rupture du politique ;
  • 2009, en codirection avec Roynette Odile, Fraternité. Regards croisés, Besançon, PUFC ;
  • 2008, Les Affections sociales, Besançon, PUFC ;
  • 2001, Cahiers philosophiques de Strasbourg, n° 11 Les Lois et les Mœurs.

*

9Ernesto De Cristofaro est chercheur en histoire du droit médiéval et moderne au département de Jurisprudence de l’Université de Catane. Il a dirigé les ouvrages collectifs suivants :

  • 2017, Le verità nascoste. Da Aldo Moro a Piersanti Mattarella e Pio la Torre, Palerme, La Zisa.
  • 2015, avec Saletti Carlo, Il domicilio coatto. Ordine pubblico e politiche di sicurezza in Italia dall’Unità alla Repubblica, Acireale/Rome, Bonanno ;
  • 2012, Precursori dello sterminio. Binding e Hoche all’origine dell’«eutanasia» dei malati di mente in Germania, Vérone, Ombre Corte ;
  • 2003, avec Barcellona Pietro, De Giorgi Raffaele, Natoli Salvatore, Fine della storia e mondo come sistema, Bari, Dedalo ;

10Il a écrit :

  • 2008, Codice della persecuzione. I giuristi e il razzismo nei regimi nazista e fascista, Turin, Giappichelli ;
  • 2008, Il senso storico della verità. Un percorso attraverso Foucault, Gênes, Il Melangolo ;
  • 2007, Sovranità in frammenti. La semantica del potere in Michel Foucault e Niklas Luhmann, Vérone, Ombre.

*

11Laura Fournier-Finocchiaro est maître de conférences, habilitée à diriger des recherches, au département d’Italien de l’université Paris 8. Elle est l’auteur de nombreuses études consacrées à Giosue Carducci (dont la monographie Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, PUC, 2006) et à la figure intellectuelle de Giuseppe Mazzini (dont la monographie Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo, Naples, Liguori, 2013). Elle a dirigé des volumes collectifs sur les représentations de la nation en Italie et en Europe, sur l’exil risorgimental et sur le républicanisme italien, parmi lesquels :

  • 2017, avec Climaco Cristina, Les exilés espagnols, italiens et portugais en France au xixe siècle, Paris, L’Harmattan ;
  • 2017, avec Frétigné Jean-Yves et Tatti Silvia, Laboratoire italien, n° 19 La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours ;
  • 2012, Gallomanie et gallophobie : le mythe français en Europe au xixe siècle, Rennes, PUR.

*

12Gianluca Gabrielli est docteur en histoire de l’éducation de l’Université de Macerata. Il étudie l’histoire du racisme et du colonialisme italien ainsi que de l’histoire de l’école. Il a collaboré aux expositions « La menzogna della razza » (1994) et « L'offesa della razza » (2005) et a rédigé :

  • 2016, Educati alla guerra, Vérone, Ombre corte ;
  • 2015, Il curricolo «razziale». La costruzione dell'alterità di «razza» e coloniale nella scuola italiana (1860-1950), Macerata, EUM ;
  • 2012, avec Burgio Aberto, Il razzismo, Rome, Ediesse ;
  • 2003, « Racisme », in Dizionario del fascismo, Turin, Einaudi.

13Il se consacre actuellement à l’étude de la transmission des stéréotypes coloniaux dans l’école italienne.

*

14Francesco Germinario est professeur habilité d'histoire contemporaine et de philosophie politique, Francesco Germinario est membre du comité scientifique de la Casa della memoria di Brescia. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la culture de droite, l'imaginaire antisémite et la vision mythique de la politique. Il a publié récemment :

  • 2017, Negazionismo a sinistra. Paradigmi dell’uso e dell’abuso dell’ideologia, Trieste, Asterios ;
  • 2017, Un mondo senza storia. La falsa utopia della società della poststoria, Trieste, Asterios.

15Son prochain livre en cours de publication s'intitule L’estremo sacrificio e la violenza. Mito politico della morte ed estetica politica nella destra nazionalrivoluzionaria del Novecento.

*

16Antonin Guilloux est maître de conférences à la Sorbonne, faculté Pierre et Marie Curie, IMJ-PRG. Mathématicien, ses recherches se situent principalement en mathématiques pures à l'interface géométrie/algèbre. Récemment, il s’est intéressé aussi aux applications de méthodes statistiques et de science des données à l'étude de corpus imposants, en particulier les Oeuvres complètes de Mussolini. Plusieurs publications avec S. Lanfranchi et E. Varcin sur ce thème sont à venir.

*

17Stéphanie Lanfranchi et Élise Varcin sont respectivement maître de conférences et doctorante en études italiennes à l’ENS de Lyon, membres du laboratoire Triangle UMR 5206. Elles mènent, depuis 2014, plusieurs projets de recherche sur Mussolini : la traduction collective d’une anthologie de ses textes portant sur la littérature et la religion (dont le premier volume est à paraître aux presses d’ENS Editions en 2018) et l’analyse, avec l’aide du mathématicien Antonin Guilloux, du corpus complet de l’Opera Omnia en s’appuyant aussi sur des instruments textométriques et statistiques, qu’elles ont présentés à l’occasion de plusieurs communications et dans deux publications à paraître en 2018 :

  • « Il Trauma di Caporetto nei testi di Mussolini : propaganda e performatività », Historia Magistra ;
  • à paraître en juin 2018, « Mussolini, ou de la tentation prophétique », Laboratoire italien, n° 21.

*

18Maria Teresa Milicia est professeur d’anthropologie culturelle au département de Sciences historiques, géographiques et de l’Antiquité à l’Université de Padoue. Depuis 2011, elle est engagée dans la recherche ethnographique sur le mouvement de protestation contre le musée Cesare Lombroso de Turin et les politiques identitaires postméridionalistes dans le Sud de l’Italie. Elle a récemment publié :

  • 2016, « Nel laboratorio sociale dell’odio: un anno di ordinario razzismo su Facebook », Voci, n° xiii, p. 124-147 ;
  • 2015, « Noi contro tutti. La solidarietà aggressiva nella web communitas No Lombroso », EtnoAntropologia, vol. 3, n° 2, p. 165-177 ;
  • 2014, Lombroso e il brigante. Storia di un cranio conteso, Rome, Salerno editrice.

*

19Silvano Montaldo enseigne l’histoire du Risorgimento à l’Université de Turin et est le directeur scientifique du musée d’Anthropologie criminelle « Cesare Lombroso ». Après s’être consacré à l’étude du processus de construction nationale en Italie et à la mémoire historique du processus d’unification, il a dédié ses recherches à la figure et à l’œuvre de Cesare Lombroso, dont le musée a publié le premier catalogue en 2009, mis à jour en 2015. En outre, il a consacré à Lombroso plusieurs articles publiés dans des revues spécialisées. Son dernier livre s’intitule :

  • 2013, Celebrare il Risorgimento. Collezionismo artistico e memorie familiari a Torino 1848-1915, Rome, Carocci.

*

20Enzo Neppi est professeur de littérature italienne moderne et contemporaine à l’université Grenoble Alpes (UGA). Spécialiste de Foscolo, Alfieri et Leopardi, et travaillant actuellement sur l’émergence du nationalisme en littérature au début du xixe siècle, il est l’auteur des ouvrages suivants :

  • 2015, Il dialogo dei tre massimi sistemi : Le «Ultime lettere di Jacopo Ortis» fra il «Werther» e la « Nuova Eloisa», Naples, Liguori ;
  • 2005, introduction et notes, Foscolo Ugo, Dell’origine e dell’ufficio della letteratura, Florence, Olschki.

21Il a codirigé :

  • 2015, avec Caselli Chiara Piola, Chiancone Claudio et Del Vento Christian (dir.), Cahiers d’études italiennes. Novecento e dintorni, n° 20 Foscolo e la cultura europea ;
  • 2010, avec Bertrand Gilles (dir.), Lumières et la Révolution française dans le débat italien du xxe siècle, Florence, Olschki.

*

22Xavier Tabet est professeur au département d’Études italiennes de l’université Paris 8. Ses travaux portent sur les rapports entre droit, politique et littérature en Italie, des Lumières au fascisme, en particulier la question des lectures et usages de la pensée de Machiavel, du mythe de Venise aux xixe et xxe siècle, et du droit pénal italien, de Cesare Beccaria à Cesare Lombroso. Parmi ses ouvrages récents :

  • 2017, avec Audegean Philippe, Del Vento Christian, Musitelli Pierre (éds), Le bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières, Lyon, ENS Editions ;
  • 2015, avec Alessandro Fontana (traduction et annotation), Beccaria Cesare, Des délits et des peines, Paris, Gallimard ;
  • 2015, avec Garcia Hugo (éds), Rethinking anti-fascism, 1922-1945, New York, Berghahn.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search