Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

Documents

15

Le dernier brigand. Giuseppe Musolino1

Cesare Lombroso

Texte intégral

  • 1 Publié dans Nuova antologia di lettere, scienze ed arti, vol. xcvii, série iv, 1902 (1er février), (...)

1On sait bien de quelle façon fut arrêté le déjà trop célèbre brigand Musolino, pour lequel on avait offert une récompense de 50 000 lires, mobilisé jusqu’à mille soldats et carabiniers, épuisé tous les expédients – guet-apens, chantage, femme séductrice, même l’opium – et dépensé plus d’un million de lires. Il fut capturé précisément au moment où les recherches commençaient à se relâcher et que l’on avait renvoyé les gardes et la troupe, à l’exception des carabiniers.

2Le mérite de cette arrestation ne revint en réalité à aucune des armes de la sécurité publique, du fait qu’il fut pris par les carabiniers à la place de je ne sais quel malfaiteur des environs de Cagli, à presque mille kilomètres de son village et surtout grâce à un fil de fer soutenant des vignes qui empêcha le bandit de leur échapper à temps avec sa rapidité habituelle.

3Cependant, l’autorité publique eut un mérite, un seul : celui d’avoir poursuivi sans trêve la famille, les amis et tous ceux qui étaient susceptibles de l’aider, afin de l’empêcher de trouver refuge dans son ancien nid. Tant qu’il était défendu par les rochers, les bois et surtout par la vive sympathie de ses compatriotes, il était absolument insaisissable.

  • 2 Ve congrès d’Anthropol. criminelle – Amsterdam, 1902, p. 215 [sauf indication contraire, les notes (...)

4D’après les photographies de lui que je possède et les observations recueillies par le professeur Patrizi, il ne me semble pas présenter toutes les caractéristiques du type criminel. Il a cependant de façon exagérée le type propre à sa région : dolichocéphalie, prognathisme et grande robustesse de la mâchoire inférieure, ne présentant des caractères dégénératifs que le front fuyant, l’exagération des arcades sourcilières et l’asymétrie faciale. Ce dernier point est toutefois important car à cette asymétrie s’ajoute celle du tronc et des membres, si fréquente chez les épileptiques. Précisément en relation avec ce nombre réduit de caractères criminels que, selon certaines de mes recherches2, l’on pourrait aussi expliquer par son intelligence supérieure – j’ai constaté que chez les criminels doués de grande ingéniosité le type criminel est moins marqué – je ferais le diagnostic suivant : il ne s’agit pas d’un pur criminel né, mais d’un criminel se situant entre le criminaloïde et le criminel né, tenant toutefois davantage du premier que du second pour les raisons suivantes :

  1. il est né dans une région où l’homicide n’est pas considéré comme un crime aussi grave que dans d’autres régions et où l’on estime que la vengeance est un devoir ;
  2. il n’a pas parcouru toute la gamme du crime (le vol, par exemple, etc.), il n’a pas toujours fait le mal pour le mal, comme c’est le cas chez le criminel né, mais seulement par vengeance ;
  3. il pratiquait souvent, dans sa justice barbare, une certaine proportionnalité : par exemple, au lieu de les tuer, il blessait aux jambes ceux qui lui paraissaient moins coupables envers lui ;
  4. il a manifesté quelques signes d’affection à l’égard de sa mère et de sa tante ;
  5. même s’il présente quelques caractères dégénératifs prononcés (asymétrie, front fuyant), il n’a pas le type criminel complet.

5Pourtant il est aussi un criminel né, bien que de façon atténuée, il l’est pour avoir montré son instinct violent et vindicatif depuis sa prime jeunesse : de l’âge de onze à vingt et un ans, il s’est rendu coupable de violations de domicile, de port d’arme, d’actes de violence et d’agression, à l’encontre même de son propre père, pour lesquels il s’est vu sévèrement admonester, et qui l’ont placé à la tête de la mafia de sa région. Il l’est par son inaptitude à exercer un travail stable alors que son agilité et sa force lui auraient permis de bien gagner sa vie en tant que bûcheron. Il l’est par l’inconscience complète avec laquelle il accomplit ses crimes, qu’il considère souvent d’ailleurs comme un devoir, inconscience mêlée à cette sorte de mégalomanie si fréquente chez les criminels nés, allant chez lui jusqu’à demander au préfet, avant de se rendre, l’autorisation de refroidir deux de ses ennemis qui lui avaient échappé.

6Il est aussi un criminel né par l’hérédité, ayant un oncle et trois cousins maternels criminels, le grand-père et l’oncle maternels apoplectiques. Annunziata Romea, fille de la tante Filasto, est épileptique, le grand-père paternel alcoolique. Le père de Musolino a des vertiges, qui constituent la forme embryonnaire de l’épilepsie, des trois sœurs de Musolino, Vincenza et Ippolita souffrirent en prison d’accès épileptique classique et Anna de graves phénomènes névrotiques.

7La sœur Ippolita elle aussi est encline aux bagarres, caractère qui se manifeste plus fortement encore chez le petit frère, au point que, par le passé, il dut être enfermé quelque temps dans une maison de correction. Un jour, il jouait avec un garçon de son âge qui lui gagna un sou, il le lui remit mais quelques instants plus tard, il le contraignit à le lui restituer, en le menaçant… de lui couper la tête !

  • 3 Uomo delinquente, vol. ii, de la page 70 à 201 et 565.
  • 4 [N.D.T.] Terme dialectal ; correspond à l’italien pellaccia qui désigne soit une personne résitante (...)
  • 5 Baffo Giovanni, Gazzetta di Messina, 23 novembre 1901. La connaissance de l’épilepsie, apoplexie, e (...)

8Il est surtout un criminel né parce que, comme il en résulte des rapports médicaux, il est sujet à des crises d’épilepsie, maladie qui est, comme je l’ai démontré3, la base de la criminalité native, et il souffrit de ces accès six mois avant de commettre les deux homicides manqués pour lesquels il fut condamné. Épilepsie qui, en forme motrice, se manifesta plus fortement de 12 à 15 ans, époque à laquelle il devint incorrigible et cruel envers son père, et si querelleur qu’il en acquit le surnom de Peddicchia4. La crise épileptique étant précédée presque toujours par huit ou dix heures d’aura migraineuse, lui permettait de se cacher à temps pour la période où il allait être inconscient5.

9De l’épilepsie, il manifeste aussi, outre l’agilité extraordinaire avec laquelle il franchissait les précipices les plus effrayants, l’excessive impulsivité et le caractère contradictoire, tantôt excessivement agité et prolixe, tantôt muet et abruti comme un idiot, remarquait le lieutenant Lovreno, tantôt suspicieux, méfiant, tantôt naïf comme un enfant, et de manière intermittente, d’une férocité bestiale et sanguinaire alternant avec une certaine bonhomie.

10Il est un criminel né, parce que le trait le plus évident de sa personnalité psychique est la vanité morbide (Renda). Il est impatient de savoir si la presse parle de lui, il se donne les airs d’un personnage de grande importance, il veut que l’univers entier le juge. Il pensait même se faire élire député. Il se prétendait protégé par un saint particulier, San Giuseppe, qui lui promit assistance, notamment lors d’une hallucination au cours de laquelle il lui serait apparu, durant les premiers jours de sa carrière pénitentiaire, mais ensuite le méprisa, quand il se vit arrêté. Il cherche à parler au roi, proclame parfois avec un profond orgueil : « Je suis Musolino », il salue la foule avec une dignité royale, en disant « Adieu, peuple ». Il se compare au comte de Montecristo. En quittant la prison de Catanzaro, il ne veut pas d’un chapeau en lambeaux, et contraint de le mettre, il s’y résigne à contrecœur, car il considère que c’est indigne de lui.

11Il a été dit de lui qu’il n’était pas un vrai délinquant parce qu’il avait épargné plusieurs carabiniers – qu’il aurait pu prendre en embuscade – et parce qu’il a seulement blessé un de ses prétendus ennemis en lui tirant dans les jambes, proportionnant, si l’on peut dire, avec une justice barbare, la peine infligée. Sauf que cela s’explique par cette intermittence et cette contradiction des instincts, qui est justement propre aux épileptiques, et ainsi, alors qu’il conservait amoureusement une mèche de cheveux de la tante Filasto et qu’il semblait attaché aux siens, et en particulier à ses sœurs, quand Raffo tenta de le persuader de se livrer pour pouvoir libérer les membres de sa famille incarcérés par sa faute, il répondit : « laissez-les pourrir, je veux être libre ».

12Cependant, il est avéré qu’il a tué aussi des femmes, au seul prétexte qu’elles étaient proches d’un de ses prétendus ennemis, comme la Crea, qui ne lui avait rien fait de mal. Et il tua Marte, sous les yeux de sa famille, s’acharnant – avec un surcroît de cruauté – alors qu’il était agonisant, en compagnie de deux autres bandits, après lui avoir promis de pardonner sa tentative de trahison et après qu’ils eurent mangé des fruits ensemble.

13Le fait est que des 24 homicides ou tentatives d’homicides commis, il n’a pas une fois éprouvé le moindre remords. S’il offrit 10 lires à une pauvre fille qui avait parlé en bien de lui sans le connaître, ce sont là des traits de générosité dont usent toujours tous les bandits – Buffaleri par exemple – pour se faire pardonner par les uns les délits commis contre les autres, faisant toujours cadeau de l’argent qui ne leur a rien coûté.

14Sa grande intelligence est démontrée par l’habilité avec laquelle, encore jeune, il sut s’imposer à toute la mafia des environs et en devenir le chef, par sa capacité à s’évader de la prison et à échapper à tous les pièges, subodorant le traître au moindre indice. Ainsi quand la police lui fit donner un rendez-vous par l’une de ses maîtresses, il s’y rendit, mais la nuit d’avant, et emmena la femme pour trois jours dans les montagnes. Et quand deux agents de l’émigration lui proposèrent un plan de fuite sur un bateau ancré au cap Biuzzano, il subodora la trahison et d’un coup il rompit les négociations. Il y a seulement un mois, comprenant après l’arrestation de ses complices les plus proches et de sa famille qu’il ne pourrait plus en espérer de l’aide, il se décida à abandonner ses montagnes.

15L’intelligence se révèle aussi dans certains de ses vers qui ne sont pas pires que ceux de nombreux rimailleurs d’Italie, vers qui reflètent, comme quasiment tous les poèmes des criminels, l’égocentrisme excessif, l’excès du sentiment de sa propre personne, et, en cela, ils parviennent souvent à une énergie singulière, comme dans le vers :

  • 6 [N.D.T.] « Pour toi la liberté, aux autres la mort ».

Pe tia la libertà, per autri la morte.
(Per te la libertà, la morte agli altri)6.

16Son intelligence se voit aussi dans l’art avec lequel il avait organisé sa propre défense. Par exemple, il paraît qu’il dormait les pieds appuyés contre un arbre, afin que les plus petits bruits lui soient immédiatement transmis, dans son sommeil, par le sol : il utilisait également deux chiens, l’un près de lui et l’autre à une grande distance du repaire qu’il avait adopté, souvent dans la cavité des arbres, quelques fois même dans les tombes des cimetières, de telle sorte que l’un avertissant l’autre par ses aboiements, ils lui permettaient, pendant ce temps, de dormir tranquille.

17Souvent, pour se restaurer et se reposer, il entrait dans une cabane tard dans la nuit, se faisait donner un peu de fromage, de pain et d’eau, s’allongeait par terre avec les épaules devant la porte et le fusil entre les jambes, dormait ainsi deux ou trois heures sans qu’une seule des personnes présentes ne dise mot, et puis s’échappait vers une autre crête de la montagne et une autre cabane pour deux ou trois autres heures. Jamais il ne recevait d’amis dans sa cabane préférée, pourvue de tout ce que l’on peut désirer, mais dans des lieux lointains et ignorés, dans les pâturages de la montagne.

Quand quelqu’un – écrit Lorenzo Benarola – qu’il séquestra pour en faire son biographe – devait entrer en communication avec lui, il était accompagné d’un guide en qui le bandit avait confiance, lequel, laissant à la distance d’un kilomètre et demi l’ami qu’il conduisait, faisait parvenir la nouvelle de l’arrivée au brigand, en émettant un sifflement qui, entendu par un autre complice situé à un endroit plus éloigné, était transmis à un autre et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il parvienne à l’oreille du roi de la montagne, lequel donnait son accord pour que la personne puisse se présenter, en battant fortement des mains.

18Son extraordinaire intelligence lui avait permis d’organiser un service complet d’espionnage, meilleur que celui du gouvernement. Grâce à ce service, non seulement il se protégeait lui-même, mais protégeait aussi des petits délinquants les propriétaires terriens qui, pour cette raison, lui étaient si favorables.

  • 7 Giornale dei dibattimenti, Catanzaro, novembre 1901.

19Sauf qu’il y avait une faille dans cette intelligence si aiguë, selon une observation profonde de Renda7 : l’obsession de la vengeance.

Après sa première incarcération, et après, et peut-être à la suite de l’hallucination religieuse de l’apparition de Saint Giuseppe qui lui avait fait la promesse de lui venir en aide, s’est développé en lui un vrai délire mégalomaniaque, il crut avoir la mission de se venger de tous ceux qui avaient témoigné contre lui : et peu à peu, il se persuada que la première condamnation ne fut pas seulement disproportionnée mais complètement injuste, et qu’ensuite il devait la faire annuler par le sang.
Sa conduite a la même origine pathologique propre aux délires, l’irrésistibilité, la ténacité, la polarisation surtout des émotions vives, le renouvellement de la personnalité, l’inconscience dans l’évaluation de sa conduite.

20Le point de départ de son délire n’est pas pure folie : il provient du manque de preuves, du fait qu’il ne croit pas complètement véridiques les dépositions de certains témoins. Folle est l’importance qu’il donne à ces détails : c’est un fait que j’ai observé chez de nombreux criminels aux yeux desquels la plus petite erreur dans la procédure fait disparaître la gravité de l’acte commis et c’est pourquoi au fond la conscience du mal n’existe pas chez ces personnes.

21J’en ai vu qui protestaient : « c’est vrai que je l’ai tué mais le témoignage qui déclare que j’étais tel jour à tel endroit ne dit pas la vérité, donc le jugement n’est pas juste ».

22Un par exemple prétendait devoir être innocenté de l’accusation parce que, dans l’agression commise avec un complice, celui-ci avait dérobé à la victime argent et montre et lui seulement… la chaîne.

23C’est une espèce d’hallucination psychique pour laquelle l’erreur la plus légère sur un détail fait disparaître, à leurs yeux, la gravité du tout : mais c’est une hallucination qui a son point de départ dans l’anomalie du jugement et dans un égocentrisme morbide.

  • 8 [N.D.T.] Littéralement « gentilhomme », le galantuomo est un homme honnête et de parole.

24La personnalité se modifie à partir de ce moment : du point de vue psychique, Musolino devint vraiment, et d’abord dans sa propre conscience, le héros vengeur que la conscience barbare du peuple aime et entoure de sympathie ; le souvenir des actes délictueux des premières années disparaît en lui, il se sent être avec certitude, un galantuomo8.

25La vanité et la mégalomanie de Musolino se fondent sur la foi d’être un honnête justicier : taciturne habituellement, il va jusqu’à faire sa propre apologie, à dicter ses mémoires. Il a une foi si profonde en son honnêteté, mieux encore, il est tellement envahi par sa nouvelle personnalité artificielle, qu’il croit et espère vraiment obtenir la grâce royale, et n’a de cesse de demander de télégraphier et d’écrire au Roi. Au commandant Doria qui lui reprochait d’avoir tué un carabinier qui faisait son devoir, il répondit : « Moi aussi j’avais un devoir à accomplir ». Accusé de violence et de vol, il s’exclame : « Je me serais tué si j’avais volé ou violenté »

26Souvent il disait, avec la satisfaction de l’homme vertueux : « je suis un galantuomo ! ».

27Ce qui est triste, est que cette espèce de délire, né sur un fond morbide, épileptique, ait été alimentée et se soit démultipliée selon une loi psychologique connue – comme cela arrive souvent et comme il advient des microphytes qui prolifèrent sur les troncs malades des arbres – par le consensus et la sympathie d’un peuple, dans lequel la permanence des sentiments barbares et le poids de l’injustice sociale font naître des critères et des sentiments quasi-sauvages. Si Musolino avait vu autour de lui le silence, la répugnance et l’hostilité, il aurait commis des crimes, mais il n’aurait jamais osé élever sa personne à la hauteur de l’héroïsme.

28Mais on se demandera : pourquoi et comment naquirent ces vives sympathies ?

29Mis à part le fait que partout le petit peuple a une vénération pour ceux – qu’il considère comme des héros – qui savent opposer une résistance énergique à l’autorité armée, qui prennent indirectement sur les riches les revanches des pauvres, et n’offensent pas ces derniers à qui ils ne peuvent rien arracher ; mis à part donc le fait que tout brigand a toujours eu dans la plèbe un soutien favorable, la raison ici est que dans les basses couches populaires, spécialement dans les vallées calabraises les plus reculées, la vengeance est considérée comme un droit et même comme un devoir.

30Nombreux sont ceux pour qui les vengeances de Musolino paraissaient justifiées, dans la mesure où il voulait se venger de ceux qui avaient contribué à lui faire infliger une peine considérée comme disproportionnée, vingt ans de prison pour une tentative d’homicide. Il faut ajouter, pour accentuer cette sorte de complaisance avec laquelle ses compatriotes voyaient un homme résister à une nation entière – complaisance que je qualifierai de quasi patriotique ou de classe – le fait qu’il ne commettait jamais de vols, ni de viols, ni de cambriolages, qui sont toujours considérés comme des crimes, y compris par les peuples peu civilisés. Au contraire, il empêchait même les petits délits de campagne en inspirant une terreur salutaire aux malfaiteurs, qui avaient diminué de 50 pour 100 sur son territoire. Ce qui explique que les grands propriétaires, non seulement l’entretenaient secrètement, mais avaient même exprimé le désir de faire une pétition devant le Parlement en sa faveur et que, toujours en sa faveur, le maire de son village aurait entrepris des démarches. Et d’autre part les associations criminelles, pullulant dans les bas-fonds de Palmi et de Reggio, s’inspiraient de lui comme d’un héros, portaient son nom et l’acclamaient comme président honoraire.

31De tout cela naquit autour de lui une sorte de légende qui eut pour effet d’inonder toute l’Italie de romans, de fables, de chants en son honneur qui étaient pour lui un écran et une protection contre la police italienne tout entière, plus que n’aurait pu l’être une grande bande armée.

32Et à cela le gouvernement n’a pas peu contribué, par une surenchère d’efforts inutiles, coûteux, bruyants, d’abord pour le prendre puis pour en assurer la garde, employant des moyens spéciaux, des doubles murs, etc., des déploiements exceptionnels de directeurs de prison, de procureurs, comme s’il s’agissait d’un formidable adversaire, d’un De Wett, d’un Garibaldi. Sans se rappeler un proverbe de Napoléon, qui, de grand brigand qu’il était, connaissait bien les brigands, à savoir que rien n’en favorise plus l’accroissement que le bruit que le gouvernement fait autour d’eux. D’autant plus que pour prendre un homme seul, le nombre est plus un obstacle qu’un avantage, de la même manière qu’une mouche s’écrase plus facilement avec un petit torchon qu’avec une canonnade.

33Mais il y a aussi des motifs liés au caractère social (indole sociale), topographique et ethnique, qui permettent de comprendre la sympathie de ses compatriotes et sa longue invulnérabilité.

34Alors que la Calabre possède ici et là des terrains merveilleusement fertiles, dans lesquels poussent l’olivier, l’oranger, le crocus, le mûrier, le coton, elle est recouverte pour environ le dixième de sa surface, 490 kilomètres carrés sur trois mille, de bosquets et de marais, le mauvais entretien des fleuves et l’abandon des bois ont entraîné la ruine d’un grand nombre de vallées.

35La population, très intelligente, parce qu’elle provient d’un mélange de Romains, de Grecs et de Phéniciens, dont elle garde la trace dans la forme allongée du crâne, dans les dialectes, dans les chants, est audacieuse, héroïque, désireuse de domination jusqu’à l’arrogance. Elle a cependant en son sein un nombre non négligeable de colonies albanaises et grecques, spécialement vers la pointe de l’Italie, où régnait Musolino, qui, parce qu’elles descendent de peuples redevenus barbares pendant le Moyen Âge, demeurent à un stade vraiment inférieur de sens moral.

36Et malgré la remarquable fertilité, la culture du sol y est négligée.

37On laisse souvent les olives pourrir sur les arbres, sacrifiant la qualité à la quantité, de sorte que les huiles ne sont utilisées la plupart du temps que pour les savons, l’irrigation étant négligée – quand manque la pluie – les bêtes meurent par centaines et les vaches restent sans lait. L’assolement se pratique sur six ans et la terre n’est pas fertilisée ni travaillée suffisamment : si l’on y ajoute le manque de drainage, il en résulte que beaucoup de produits se gâtent. Les bois existaient mais, à l’ombre de la loi, ils ont été détruits y compris par le feu, ne pouvant être exploités en raison du manque de scies mécaniques et de routes. Les montagnes se dénudent, et les terres en pente s’appauvrissent.

38Aux tristes conditions du sol, s’ajouta la triste influence de mauvais gouvernements.

  • 9 [N.D.T.] « Don » est un titre honorifique donné aux nobles en Espagne. Ce titre était utilisé dans (...)

39Le gouvernement espagnol a favorisé la tendance à l’oisiveté, de ce fait on a souvent laissé les meilleures industries aux mains des étrangers, et par la manie des titres, l’actif marchand abandonnait son commerce pour se faire appeler don9.

40Autant les Espagnols que les Bourbons, par la suite, ont d’abord favorisé le féodalisme, en concentrant la propriété entre quelques mains : à la chute du féodalisme, ils en formèrent un pire encore avec les chefs des centres urbains. Notre gouvernement n’a fait que changer les noms et les titres à ces derniers en les appelant maires, députés et colonels de la garde nationale ; et tandis que la Révolution française avait lancé la répartition des biens domaniaux, non seulement il l’arrêta, mais il permit à des grands propriétaires d’augmenter encore plus leurs latifundia par l’acquisition des biens communaux qui servaient au petit peuple pour le pâturage et l’affouage.

41Éteintes ou devenues bourgeoises, les familles nobles, celles qui avaient occupé les éperons rocheux féodaux, descendirent dans les villes, entourées d’une armée de gardiens sur le pied de guerre : fières de leur propre force, elles dédaignèrent se confondre aux classes bourgeoises pour les diriger sur le chemin du progrès. Ainsi, la richesse se concentra dans les mains de quelques-uns, qui stérilisèrent la production, en étendant inutilement leurs possessions en usurpant aux populations les terres domaniales.

42Les propriétaires, jouissant d’énormes extensions de terres, dédaignaient de les cultiver intensivement. De là, la pauvreté extrême des agriculteurs, réduits à de simples instruments de travail, jamais élevés au rang de métayers.

43Dans le seul tribunal de Catanzaro, il y eut 701 saisies immobilières pour dettes, dont 80 n’excédaient pas 50 lires.

44Le grand propriétaire ou son homme de main, entouré de ses compères, exerce dans de nombreuses vallées reculées une tyrannie comparable à celle du baron d’autrefois. Entouré par une armée de gardiens sur le pied de guerre, il ne daignait descendre (écrit Ruiz) parmi les classes pauvres pour les orienter sur la voie du progrès. Les agriculteurs, réduits à de simples instruments de travail, sont dans un état d’abrutissement extraordinaire. « En raison de l’arrogance des riches envers les pauvres inutilement protégés par les lois », continue le procureur du Roi E. Ruiz – dans un admirable discours inaugural, qui, en d’autres lieux et en d’autres temps, aurait valu à l’orateur quelques années de prison pour avoir attisé la haine de classe, puisqu’on ne sait, chez nous, prévenir les maux qu’en punissant celui qui les dénonce – « on comprend la force et la raison du brigandage admiré par le peuple, puisque ses violences vengeaient d’autres violences, d’autres injustices, que l’autorité ne savait pas réprimer ».

À cet état de choses, écrivait Oliva (discours inaugural juridique de l’année 1896), créé par la violation des règles économiques les plus communes, il faut rajouter les abus et les violences utilisées par les riches, qui pouvaient tout, sur les pauvres impuissants à défendre leurs droits, pourtant reconnus par les lois, et on comprendra pourquoi le brigandage est demeuré légendaire, pour ces actions féroces et généreuses à la fois, dont le peuple se souvient avec des accents de peur et d’admiration, reconnaissant que tant de massacres et de saccages répondaient à d’autres injustices, que l’autorité sociale n’était pas en mesure de réprimer.
Les conditions sont tristes : il y a d’un côté la misère la plus sordide des agriculteurs, de l’autre les embarras mal dissimulés de la moyenne bourgeoisie, qui vit du travail fait sur son propre bien propre et sur le bien d’autrui. Richesse de quelques-uns, accumulée plus ou moins injustement et stupidement conservée sans presque la faire fructifier, faisant tort aux Nababs eux-mêmes et calamiteuse pour les classes laborieuses, auxquelles on enlève, avec le travail, la source de la production, c’est-à-dire de la prospérité publique. De là leur abrutissement, résultant du fait de ne pas pouvoir aspirer à se relever par leur propre force de la misère qui les épuise, et par suite le développement en leur sein des tendances criminelles pour se soustraire à ce que l’on appelle injustice du sort, mais qui est en réalité l’injustice des hommes.

45De ce fait, les délits d’homicide, de blessures, de luxure, qui représentaient déjà les chiffres les plus hauts d’Italie, ont, en Calabre, augmenté année après année au lieu de baisser, et les fraudes, qui sont de peu supérieures à la moyenne du royaume, augmentèrent elles aussi.

46Celui qui lit les chiffres de la criminalité calabraise voit que les délits en général y sont supérieurs à la moyenne de tout le royaume : les cambriolages 405 pour 100 000, alors que la moyenne en Italie est de 259 ; et les homicides sont de 250, alors que la moyenne est de 105 ; et le pire est que ces dernières infractions ont tendance à augmenter au lieu de diminuer ; enfin des délits spéciaux se sont créés avec le nouveau Gouvernement italien.

Les crimes de sang – écrit Ruiz – sont liés au patrimoine féodal, quand le besoin de porter des armes était nécessaire à cause de la précarité de la vie, au point que c’était dangereux de se mettre sur le seuil des maisons, qui, comme les fenêtres, était muni de meurtrières. Il faut rajouter une infraction comme l’injure, pur effet de la loi : des personnes vont chercher des injures, heureuses de se faire traiter d’âne ou de vilain pour en retirer de l’argent. Pour cela, la loi, qui est impuissante à empêcher les infractions, réussit cependant à en créer des nouvelles que nous considérons comme un chantage juridique sur le dos des timides.

47L’analphabétisme n’a baissé en vingt ans qu’à 80 %. Il est vrai que les écoles y sont en nombre suffisant et coûtent plus que dans l’Italie du Nord, mais étant à trop grande distance de la culture populaire, elles restent inefficaces, c’est-à-dire qu’elles sont peu fréquentées, ayant seulement 37 inscrits pour 10 000 habitants, alors que dans le royaume, il y en a 91. Les maîtres d’école sont administrateurs des familles riches, employés d’agence, et surtout, agents électoraux, d’où une incroyable ignorance et des préjugés infinis, au point de considérer les moines comme des prophètes et même adorer des oliviers sacrés, donnant la mort à ceux qui s’en approchent. Il en allait ainsi en général de la Calabre, il y a encore quelques années.

48Sauf qu’un pays aussi noble que la Calabre a déjà su commencer par lui-même à trouver les remèdes. Ainsi, les journaux s’élevèrent de 3 à 50 : les écoles quadruplèrent, l’émigration, augmentant de 500 individus qu’elle représentait en 1878, à 17 000 en 1895, rendait moins nécessiteux ceux qui restaient, aussi les voies ferroviaires s’unirent aux grandes routes principales pour porter la civilisation dans les endroits reculés. Et ainsi le Calabrais des chefs-lieux et des capitales comme Catanzaro, Cosenza, Reggio, ne diffère pas de l’habitant de Milan ou de Turin.

  • 10 [N.D.T.] Il s’agit de Skanden-Beg ou Skanderbeg, héros albanais (1403-1468).

49Mais si ces avantages eurent lieu dans les grands centres et dans les endroits où la topographie permettait la construction de routes et le mélange avec les peuples du Nord, ces avantages vont en diminuant progressivement dans les lieux les plus reculés, spécialement dans l’extrême pointe de l’Italie, où séjournait Musolino, rendus quasi inaccessibles par les bois et les montagnes. Ici, au caractère sauvage de la région, s’ajoutait l’influence semi-barbare des colonies albanaises et grecques, beaucoup d’entre elles avaient encore les mœurs, la langue et la moralité des temps de Scanderberg10.

  • 11 Voir l’Uomo delinquente, vol. i, p. 38, 69, 77.

50Dans ces villages, comme Africo, Bova, Santo Stefano, où il manque presque tout, l’école, le journal et même la route, la morale est encore au stade primitif, dans laquelle entre délit et action, souvenons-nous du facinus latin, la distance n’est pas grande : aussi, l’un se confond avec l’autre d’autant plus quand il s’agit de crimes de sang, ou de vengeance, qui, chez les peuples peu civilisés, ne sont pas considérés comme des délits, mais souvent comme des devoirs11.

51Au lieu de gaspiller des sommes énormes dans des conquêtes malheureuses sinon inutiles, il aurait mieux valu consacrer notre or et les efforts de nos fonctionnaires à rendre ces régions plus civilisées, plus riches d’industries et de routes. Ainsi, on aurait eu l’avantage de prévenir, après s’être débarrassé d’un premier, l’existence d’un deuxième ou d’un troisième héros du mal de ce genre, qui ne peut manquer tant que le terrain leur sera propice, comme l’a démontré maintenant l’exemple de la Sardaigne, où, après le massacre que l’on a cru définitif des bandits, ceux-ci pullulent de nouveau tout autant sinon plus qu’avant.

Notes

1 Publié dans Nuova antologia di lettere, scienze ed arti, vol. xcvii, série iv, 1902 (1er février), p. 508-516 [traduit de l’italien par Aurélien Aramini].

2 Ve congrès d’Anthropol. criminelle – Amsterdam, 1902, p. 215 [sauf indication contraire, les notes de bas de page sont de Lombroso].

3 Uomo delinquente, vol. ii, de la page 70 à 201 et 565.

4 [N.D.T.] Terme dialectal ; correspond à l’italien pellaccia qui désigne soit une personne résitante soit, comme c’est le cas ici, une « personne rompue à toutes les astuces ».

5 Baffo Giovanni, Gazzetta di Messina, 23 novembre 1901. La connaissance de l’épilepsie, apoplexie, etc., des parents de Musolino m’a été communiquée par le docteur Romeo et par l’avocat Raffo, ainsi que la connaissance de l’épilepsie de Musolino lui-même, à propos de laquelle j’eus cependant aussi une information par le professeur Venturi avant l’arrestation. S’agissant de faits que je n’ai pu constater, je leur en laisse l’absolue responsabilité.

6 [N.D.T.] « Pour toi la liberté, aux autres la mort ».

7 Giornale dei dibattimenti, Catanzaro, novembre 1901.

8 [N.D.T.] Littéralement « gentilhomme », le galantuomo est un homme honnête et de parole.

9 [N.D.T.] « Don » est un titre honorifique donné aux nobles en Espagne. Ce titre était utilisé dans les territoires italiens sous domination espagnole.

10 [N.D.T.] Il s’agit de Skanden-Beg ou Skanderbeg, héros albanais (1403-1468).

11 Voir l’Uomo delinquente, vol. i, p. 38, 69, 77.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search