Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

Documents

14

Giuseppe Musolino. Un « héros du mal » étudié par Cesare Lombroso

Aurélien Aramini

Texte intégral

  • 1 Pour le détail des chefs d’accusation prononcés contre Giuseppe Musolino, voir Morselli Enrico et D (...)

1Publié en février 1902 dans la Nuova antologia di lettere, scienze ed arti, cet article de Cesare Lombroso présente un diagnostic concernant le criminel Giuseppe Musolino qui fut l’une des figures emblématiques du « brigandage » en Calabre et que l’on surnomma le « roi de l’Aspromonte ». Condamné en 1898 à vingt et un ans de prison pour tentative d’homicide, ce jeune bûcheron né en 1876 à Santo Stefano s’est évadé de la prison de Gerace puis a accompli une terrible vinditta (vengeance) contre ceux qui – selon ses affirmations – l’avaient injustement fait condamner. Suite à son arrestation en octobre 1901, s’ouvre à Lucca, en avril 1902, un nouveau procès où il est désormais accusé de sept homicides et de sept tentatives d’homicides1.

2Document d’une époque durant laquelle se construit difficilement l’unité sociale et politique de la péninsule italienne, ce diagnostic rédigé par le titulaire de la chaire de médecine légale à l’Université de Turin possède une dimension quelque peu surprenante pour le lecteur d’aujourd’hui car il est assez éloigné de la représentation généralement répandue des thèses de Lombroso. En effet, celui-ci propose autant une étude de l’individu Musolino qui présente à ses yeux certains traits du « criminel né », qu’une réflexion sur son statut de héros « populaire » dont le parcours s’inscrit dans un contexte sociopolitique particulier que l’étude de la criminalité et la recherche des moyens pour l’éradiquer se doivent de prendre en compte.

I. Cesare Lombroso et la Calabre

  • 2 Pour une étude détaillée de cette fameuse découverte et des « variantes narratives » qu’elle connut (...)
  • 3 Voir ici-même les articles de Silvano Montaldo et de Xavier Tabet.

3Cesare Lombroso a découvert la Calabre en 1862 alors qu’il était médecin dans le Corpo Sanitario Militare de l’armée italienne. Il passera trois mois en Calabre, à Palmi sur la côte tyrrhénienne, au cours desquels il rédigera Tre mesi in Calabria publié d’abord dans la Rivista contemporanea puis, en 1863, sous la forme d’un opuscule à Turin. Cesare Lombroso n’est plus ce jeune médecin inconnu lorsqu’il publie en 1902 son article sur Giuseppe Musolino ; il est alors un scientifique de renom enseignant à l’Université de Turin, considéré internationalement comme le fondateur de l’école italienne d’anthropologie criminelle. Plus de trente ans séparent ce texte sur Musolino et la découverte, qui le rendit célèbre, de la preuve « scientifique » de l’atavisme du criminel à partir de l’examen du crâne d’un autre « brigand » calabrais, Giuseppe Villella2. Entre 1871 et 1902, Lombroso a publié ses ouvrages majeurs dont l’Homme criminel. S’il n’y a pas lieu d’exposer ici les évolutions repérables dans la pensée de Lombroso3, il faut toutefois rappeler que cet article sur Musolino est postérieur à la vive polémique suscitée en Italie par la tentative de « racialisation » du problème méridional.

II. La « racialisation » du problème méridional

  • 4 Niceforo Alfredo, 1897, La delinquenza in Sardegna: note di sociologia criminale [préface d’Enrico (...)
  • 5 Colajanni Napoleone, 1898, Per la razza maledetta, Palerme, Sandron, cité dans Teti Vito, 2011 [199 (...)

4Cette polémique a éclaté suite à la publication de l’ouvrage d’Alfredo Niceforo consacré à la criminalité en Sardaigne4. Napoleone Colajanni, auteur d’une étude sur la criminalité en Sicile et ses causes, a alors dénoncé, dans un pamphlet intitulé Per la razza maledetta – « Pour la race maudite » – le « roman anthropologique » de Niceforo qu’il considère être il lombrosiano ultimo venuto. Colajanni impute à Lombroso lui-même l’erreur d’avoir établi que « la haute criminalité de certains pays, et spécialement de certaines régions d’Italie était due à l’influence d’un facteur irréductible : la race »5. S’il récuse cette corrélation, Colajanni accuse l’action gouvernementale en substituant à l’approche de l’anthropologie raciale une critique politique fondée sur des données sociologiques telles que le taux d’alphabétisation ou le niveau des salaires :

  • 6 Ibid., p. 143.

Nous pourrions et devrions désespérer de la Sardaigne et du Sud de l’Italie (Mezzogiorno) s’il était prouvé qu’un gouvernement honnête et intelligent avait en vain, pendant une longue série d’années, fait converger ses efforts afin d’améliorer ces contrées et ces races maudites. Mais l’Italie nouvelle – tous le confessent – n’a jusqu’à maintenant rien fait de bien pour elles mais beaucoup de mal6.

  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 Colajanni affirmera même que Lombroso, dans son livre sur l’Antisémitisme, s’est converti aux thèse (...)
  • 10 À la réouverture du musée Lombroso en novembre 2009, se sont multipliés des commentaires où la figu (...)

5L’auteur de ces lignes déplore ainsi « la tristesse des conditions politiques, intellectuelles et morales du Mezzogiorno et des îles »7 pour exhorter ses contemporains à œuvrer afin d’élever ces régions à « un niveau supérieur de civilisation »8. Lombroso, qui a pourtant défendu Niceforo, a-t-il été convaincu par les arguments de Colajanni ? En brillant polémiste, l’auteur de Per la razza maledetta a d’ailleurs invoqué contre Niceforo les propres thèses de Lombroso concernant l’influence des conditions sociopolitiques sur les caractères psychologiques et moraux d’une race9. Comme le rappelle Maria Teresa Milicia, il est vrai que Lombroso avait déjà fait sienne l’idée que les races ne sont pas fixes mais qu’elles se modifient sous l’influence des conditions sociopolitiques. L’auteur de l’Homme criminel a-t-il abandonné l’idée d’une détermination atavique de la criminalité ? Il est indéniable que l’article accorde une place décisive aux conditions politiques et sociales même s’il considère que le brigand calabrais est bien, par certains aspects, un criminel né et qu’il souligne brièvement l’appartenance ethnique des populations au sein desquelles Musolino a vécu. Mais la lecture du texte de Lombroso montre que ce n’est pas cette disposition native au crime qui est déterminante pour expliquer – et donc envisager de faire baisser – la criminalité. Aussi serait-il très discutable de considérer que cet article « racialise » le problème méridional10.

III. Les sources de Lombroso concernant Giuseppe Musolino

  • 11 Morselli Enrico et De Sanctis Sante, Biografia di un bandito, op. cit., p. 1.
  • 12 Ibid., dédicace « al Prof. Cesaré [sic] Lombroso ».

6Lombroso n’a pas examiné de visu le brigand calabrais. Quelles sont les sources de son article ? À l’ouverture du second procès de Giuseppe Musolino, la « littérature » le concernant est déjà « foisonnante »11. Lombroso affirme tenir ses informations de plusieurs spécialistes qui se sont penchés sur le « cas » du criminel, tels que l’aliéniste vénitien Silvio Venturi, directeur de l’asile de Catanzaro ou encore Mariano Luigi Patrizi, professeur de physiologie à l’université de Modène, qui publiera en 1904 l’ouvrage la fisiologia d’un bandito (Musolino): Esperimenti e commenti rassemblant les données qu’il a collectées relatives à la physiologie (périmètre crânien, vitesse des réflexes etc.) du brigand calabrais. Il est aussi fort probable que Lombroso a obtenu des indications relatives à la vie du criminel par Enrico Morselli et Sante De Sanctis, qui ont participé au procès en tant qu’experts, et dédicaceront au « fondateur de l’anthropologie criminelle »12 leur biographie de Musolino. S’il examine les caractéristiques de l’individu Musolino, le texte est toutefois davantage orienté vers la thèse selon laquelle la dimension individuelle du comportement de Giuseppe Musolino n’explique pas son geste criminel.

  • 13 Concernant cette collaboration oubliée par nombre de commentateurs de Lombroso, voir Milicia Maria- (...)
  • 14 Teti Vito, La razza maledetta, op. cit., p. 200.

7L’article que Lombroso consacre au brigand Giuseppe Musolino développe une approche complexe qui articule des considérations physiologiques ou psychologiques mais aussi politiques, sociales, économiques et topographiques essentiellement tirées de la réédition de In Calabria à l’occasion de laquelle il a collaboré avec Giuseppe Pelaggi13, médecin dans la ville calabraise de Strongoli. Pour enrichir cette édition, il fait siennes les analyses développées dans le « discours de l’année judiciaire 1895 » de Domenico Ruiz, magistrat auprès du tribunal civil et pénal de Catanzaro, et adopte, pour lutter contre la criminalité, ses « solutions plutôt radicales » telles que la fragmentation des grands domaines ou l’intervention du gouvernement « pour modifier l’état de l’instruction et les conditions de santé et d’hygiène »14.

Figure 1. Photographie de Giuseppe Musolino. Source : Morselli Enrico et De Sanctis Sante, 1903, Biografia di un bandito, Milan, Fratelli Treves.

Figure 1. Photographie de Giuseppe Musolino. Source : Morselli Enrico et De Sanctis Sante, 1903, Biografia di un bandito, Milan, Fratelli Treves.

IV. Giuseppe Musolino : criminel né et criminaloïde

8Contrairement à ce que pouvait laisser présager une lecture superficielle et simplificatrice de son œuvre, Lombroso établit dans son article que la disposition native du brigand calabrais à la criminalité – disposition que le criminologue ne nie pas – n’aurait pas eu l’occasion de produire de tels effets si la société dans laquelle cette disposition s’est manifestée avait été civilisée. En effet, Lombroso insiste moins sur les traits qui font de Giuseppe Musolino un « criminel né » que sur les raisons de son succès populaire. Car c’est au fond le vrai problème posé par le cas « Musolino » : aussi Lombroso insiste-t-il sur le fait que « si Musolino avait vu autour de lui le silence, la répugnance et l’hostilité, il aurait été un voyou mais il n’aurait pas osé élever sa personne à la hauteur de l’héroïsme ». Il s’agit donc pour le criminologue d’expliquer les raisons qui font qu’il n’est pas considéré par le peuple comme un « voyou » mais comme un « héros ».

  • 15 Voir infra, référence ?
  • 16 Voir infra, référence ?

9Comment cette sympathie populaire pour le criminel s’explique-t-elle ? Lombroso s’appuie, certes, sur quelques données « raciales » ou « ethniques » mais, pour une large part, l’auteur de l’Homme criminel estime que l’héroïsation de ces crimes par le peuple (popolo minuto) s’explique par deux facteurs : d’une part, la « permanence des sentiments barbares » en Calabre et, d’autre part, le « poids de l’injustice sociale » engendré par l’inefficacité d’une politique répressive de l’État combinée aux retards socioéconomiques de la région. Aussi Lombroso considère-il que seuls les progrès de la civilisation permettront de faire baisser la criminalité parce que ces progrès feront évoluer le peuple calabrais de la barbarie à la civilisation : le développement de l’agriculture et du commerce, l’amélioration des conditions de santé et d’hygiène ainsi que la création d’écoles et de routes mettront fin au brigandage, non certes à la violence du « criminel né » mais à celle du « criminaloïde », le criminel occasionnel15, survivance de la culture archaïque d’un monde dont l’étrangeté ne réside pas tant dans sa différence culturelle que dans son appartenance à un passé barbare « au stade primitif » de la moralité16 où les « crimes de sang » et la « vengeance » « ne sont pas considérés comme des délits mais souvent comme des devoirs ».

V. Du criminel au « bandit social » : la modernité de Lombroso

  • 17 Teti Vito, La razza maledetta, op. cit., p. 55 [je traduis].
  • 18 Hobsbawm Eric J., 1963 [1959], les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, p. (...)
  • 19 Ibid., p. 37.
  • 20 Ne serait-ce pas à Lombroso et à Niceforo que pense Hobsbawm lorsqu’il parle de « l’étroitesse d’es (...)

10Très critique à l’égard de la politique économique et sociale de l’État central, le discours de Lombroso doit être envisagé dans le contexte postrisorgimentale où « le jeune État italien répondit au brigandage par une répression violente et accentua, ainsi, ces sentiments d’hostilité et de rancœur des populations méridionales à l’égard d’un pouvoir central lointain, étranger et hostile »17. L’une des catégories les plus stimulantes pour inscrire dans l’histoire longue de l’Italie le destin tragique du brigand calabrais pourrait être celle de « bandit social » développée par Eric Hobsbawm dans son ouvrage consacré aux Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne18. La mise en perspective de l’article de Lombroso avec cet ouvrage est d’autant plus éclairante qu’elle fait apparaître la modernité de Lombroso. Selon l’historien britannique, le phénomène du brigandage que la Calabre a connu dans les décennies qui suivirent le Risorgimento exprimerait une forme, certes embryonnaire et inadaptée, de « révolte » contre la marche forcée vers le progrès importé par les armées piémontaises, introduisant l’économie moderne19 et déstabilisant les structures sociales traditionnelles20. Ainsi, le « brigand »/« bandit social » Musolino constitue un type de subjectivité en révolte produit par le délitement des communautés locales.

  • 21 Ibid., p. 36
  • 22 Ibid., p. 37.
  • 23 Ibid.

11Dans le prolongement des perspectives ouvertes par les considérations d’Eric Hobsbawm, il est remarquable de constater que Cesare Lombroso n’envisage à aucun moment le fait que la cause même du brigandage ait pu résider dans la volonté de « moderniser » le Sud de l’Italie et que les poussées de criminalité aient été favorisées par le « progrès » qui bouleverse l’organisation des « communautés statiques pour les détruire et les transformer »21. À l’aune de ces considérations, le texte de Lombroso sur Giuseppe Musolino peut se lire comme un document révélateur de l’idéologie – au sens gramscien – d’une frange de la société italienne pour laquelle le Mezzogiorno fait figure d’« altérité primitive » qui doit être conduite de la barbarie à la civilisation. Dans le discours du criminologue, le couple conceptuel barbarie/civilisation fonctionne de manière antithétique ; le savant turinois n’envisage pas la possibilité que les progrès de la « civilisation » puissent justement être porteurs de barbarie ou susciter ce type de révolte. Il estime au contraire que la permanence d’enclaves sauvages dans la civilisation explique la criminalité endémique en Calabre, de la même manière que le criminel né est une survivance, aux âges civilisés, de l’homme primitif. En cela, l’analyse de Lombroso se situe aux antipodes de celle d’Eric Hobsbawm : pour l’historien, ce ne sont pas les traditions calabraises ancestrales qui favorisent la criminalité mais « l’introduction des lois capitalistes et la politique économique »22. Preuve en est la coïncidence de la « grande époque du brigandage » avec l’apparition de « l’économie moderne (ainsi que la dépression agricole et l’émigration) »23. Inversement, la « modernité » du discours de Lombroso repose précisément sur la foi dans le progrès et, plus encore, dans la certitude qu’il faut arracher le peuple calabrais à la violence des premiers âges pour expurger de son cœur les « sentiments quasi sauvages » qui seraient encore les siens à l’aube du xxsiècle afin de lutter efficacement contre la criminalité.

Notes

1 Pour le détail des chefs d’accusation prononcés contre Giuseppe Musolino, voir Morselli Enrico et De Sanctis Sante, 1903, Biografia di un bandito, Milan, Fratelli Treves, p. 44-45. Sauf indications contraires, toutes les traductions de l’italien sont de nous.

2 Pour une étude détaillée de cette fameuse découverte et des « variantes narratives » qu’elle connut sous la plume de Lombroso, voir outre, ici même, l’article de Xavier Tabet, Milicia Maria Teresa, 2014, Lombroso e il brigante. Storia di un cranio conteso, Rome, Salerno Editrice, et tout particulièrement le chapitre consacré à « la véritable histoire du crâne de Giuseppe Villella ».

3 Voir ici-même les articles de Silvano Montaldo et de Xavier Tabet.

4 Niceforo Alfredo, 1897, La delinquenza in Sardegna: note di sociologia criminale [préface d’Enrico Ferri], Palerme, Sandron. Concernant cette polémique que je résume brièvement, voir les contributions de Maria-Teresa Milicia et d’Ernesto di Cristofaro.

5 Colajanni Napoleone, 1898, Per la razza maledetta, Palerme, Sandron, cité dans Teti Vito, 2011 [1993], La razza maledetta. Origini del prejudizio antimeridionale, Rome, Manifestolibri, p. 132.

6 Ibid., p. 143.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Colajanni affirmera même que Lombroso, dans son livre sur l’Antisémitisme, s’est converti aux thèses de sa Sociologie criminelle en reconnaissant que « les bons et les mauvais caractères des Hébreux sont dus aux conditions politico-sociales dans lesquelles ils ont vécu » (ibid., p. 142). Selon Colajanni, le tort de Lombroso serait de ne pas avoir confessé son erreur passée.

10 À la réouverture du musée Lombroso en novembre 2009, se sont multipliés des commentaires où la figure du fondateur de l’anthropologie criminelle est purement et simplement réduite à celle d’un « raciste » (voir l’ouvrage précédemment cité de Maria Teresa Milicia pour avoir une idée de la vivacité – et même de la violence – des réactions, tout particulièrement sur les réseaux sociaux).

11 Morselli Enrico et De Sanctis Sante, Biografia di un bandito, op. cit., p. 1.

12 Ibid., dédicace « al Prof. Cesaré [sic] Lombroso ».

13 Concernant cette collaboration oubliée par nombre de commentateurs de Lombroso, voir Milicia Maria-Teresa, Lombroso e il brigante, op. cit., p. 132 sqq.

14 Teti Vito, La razza maledetta, op. cit., p. 200.

15 Voir infra, référence ?

16 Voir infra, référence ?

17 Teti Vito, La razza maledetta, op. cit., p. 55 [je traduis].

18 Hobsbawm Eric J., 1963 [1959], les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, p. 27 sqq.

19 Ibid., p. 37.

20 Ne serait-ce pas à Lombroso et à Niceforo que pense Hobsbawm lorsqu’il parle de « l’étroitesse d’esprit de la bourgeoisie libérale qui n’y [dans le brigandage] voyait que 'criminalité généralisée', retour à la barbarie ou même un signe de l’infériorité raciale des méridionaux » (ibid., p. 34) ?

21 Ibid., p. 36

22 Ibid., p. 37.

23 Ibid.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Photographie de Giuseppe Musolino. Source : Morselli Enrico et De Sanctis Sante, 1903, Biografia di un bandito, Milan, Fratelli Treves.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Aurélien Aramini, docteur en philosophie, est chercheur associé au laboratoire « Logiques de l’agir » (université de Bourgogne Franche-Comté). Spécialiste de la pensée du xixe siècle, il est l’auteur d’ouvrages consacrés à Michelet et de plusieurs articles interrogeant la relation entre philologie, philosophie de l’histoire et historiographie. Diplômé en langue et culture italiennes, il a étudié la singularité de la philologie orientaliste en Italie dans un mémoire universitaire intitulé Il Tevere sorge dall’Himalaya. Lo studio delle lingue orientali in Italia nel primo Ottocento.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search