Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

Documents

13

Un échange inédit entre Gobineau et Gorresio. « Orientalistes mutanda mutandis »

Aurélien Aramini

Texte intégral

  • 1 Pour une étude des transferts franco-allemands à Paris, voir l’article de Rabault-Feuerhahn Pascale (...)

1L’échange inédit entre Gobineau et Gorresio publié dans le présent ouvrage constitue une pièce importante éclairant deux aspects du « mythe aryen » au xixe siècle : la circulation de cette thématique dans la pensée européenne d’une part et, d’autre part, sa dimension avant tout « orientale ». Cet échange révèle en effet l’existence à Paris d’un milieu intellectuel où ont évolué les orientalistes « aryanistes » tels que Renan, Burnouf ou Gobineau, milieu que Gorresio a fréquenté, dès la décennie 1840-1850. Si l’étude des transferts franco-allemands a fait l’objet de plusieurs travaux1, l’importance des relations intellectuelles entre les philologues français et italiens est encore sous-estimée faute d’avoir accordé toute sa place au rôle de Gorresio dans la pensée italienne du deuxième tiers du xixe siècle.

  • 2 Sur ce point, voir l’article d’Aurélien Aramini dans le présent ouvrage.

2L’originalité des philologues du deuxième tiers du xixe siècle ne réside pas tant dans le lien entre la thèse aryaniste et l’affirmation d’une inégalité des races humaines – certains auteurs ont ainsi mobilisé le comparatisme indo-européen dans une perspective universaliste – mais dans l’hypothèse selon laquelle l’origine de l’Europe et des peuples indo-européens est orientale. Dans la constitution du « mythe aryen », c’est d’abord du côté de l’Orient que l’on a cherché le « berceau originaire »2 des peuples indo-européens.

  • 3 Selon le biographe d’Hitler, Ian Kershaw, le futur hrer a été influencé par la lecture de Guido v (...)
  • 4 Parmi les livres les plus fameux du penseur emblématique du Troisième Reich, Le mythe du xxe siècle(...)
  • 5 Concernant les continuités et les ruptures dans les discours relatifs au berceau originaire des « A (...)
  • 6 Sur ce point essentiel quant aux origines de la pensée de la race en Italie, voir les articles de l (...)

3Cette composante « orientaliste » caractéristique du discours aryaniste du deuxième tiers du xixe siècle interdit de relier, sans un examen minutieux des dynamiques théoriques, les thématiques des philologues du xixe siècle et le « mythe aryen » de la pureté de la race développée par Guido von List3 ou par Alfred Rosenberg4. De la même manière, il faut donc, en historien des idées, distinguer, dans l’univers intellectuel italien, l’aryanisme orientaliste et l’aryanisme « nordique » ou « boréal »5 auquel se référeront certains auteurs de l’époque fasciste6 : les travaux d’un philologue indianiste tel que Gorresio investissent le terme d’« aryen » d’un sens très différent de celui que lui conféreront les auteurs du Manifeste de la race de 1938, ce qui n’exclut pas toutefois la permanence de certaines conceptions ou la présence de structures analogues et de représentations partagées telles que la « lutte des races ».

Document i. La demande de Gobineau7

  • 7 La lettre écrite par Gobineau à Gorresio est conservée à Paris, Bibliothèque nationale, département (...)

4Rome, via Montebello

530 septembre 1879

6Monsieur,

  • 8 Juriste et homme politique italien, Federico Sclopis di Salerano (1798-1878) a été président du Sén (...)
  • 9 Ernest Renan (1823-1892), orientaliste français spécialiste des langues sémitiques, est l’auteur de (...)

7Il y a tant d’années écoulées depuis que je n’ai eu l’honneur de vous voir que je n’ose me flatter d’être encore dans votre souvenir. Monsieur le Comte Sclopis8 de si regrettable mémoire voulait bien, il y a deux ans à peu près à mon passage à Turin me faire dîner avec vous, mais la chose ne pût s’arranger. Je viens donc aujourd’hui, sous la recommandation de notre commune qualité d’Orientaliste (mutanda mutandis) et par le conseil de notre ami commun, monsieur Renan9, vous soumettre ma prière.

8J’ai depuis longues années les deux premiers volumes de votre merveilleuse traduction du Ramayana mais non pas les suivantes ni le texte.

  • 10 Comme diplomate, le comte di Gobineau a vécu en Perse de 1854 à 1858, puis de 1861 à 1864. En 1864, (...)
  • 11 Gobineau réside à Rome depuis le 6 octobre 1877.

9J’ai vécu dans l’intervalle en Perse et ailleurs10 mais point où je pouvais me les procurer. Monsieur Renan prétend que je ne puis les avoir qu’en m’adressant à vous. Je suis établi désormais à Rome11, après avoir quitté le service diplomatique et je serais bien heureux d’y recevoir de vos nouvelles et votre indulgente absolution pour me permettre ainsi d’importuner avec toute l’indiscrétion possible un savant pour le mérite et le caractère duquel je vous prie, monsieur de vouloir bien trouver ici l’expression de toute mon estime et de mes sentiments les plus dévoués

10Comte de Gobineau

  • 12 Il s’agit fort probablement de l’abréviation « P.-S. », « post-scriptum ».

11/s12 des volumes que j’ai sont les volumes vi et vii de l’édition de 1847. Paris, Impr. Royale.

Document ii. La réponse de Gorresio13

  • 13 La réponse de Gorresio à la demande de Gobineau se trouve à Strasbourg, à la Bibliothèque nationale (...)

12Turin 8 octobre 1879

13Monsieur et illustre ami

14La lettre aimable que vous m’avez adressée de Rome a été pour moi une surprise fort agréable. Je ne savais pas que vous étiez à Rome et que vous aviez l’intention de vous y établir. C’est une bonne nouvelle que vous m’avez donnée et qui m’a fait le plus grand plaisir. J’espère maintenant vous revoir depuis tant d’années que nous ne nous sommes plus rencontrés. Je garde et j’ai toujours gardé de vous un souvenir très affectueux et plein d’estime. J’ai lu et hautement apprécié, comme ils méritent de l’être, les ouvrages que vous avez publiés, si remarquables par la science et l’élévation de la pensée. Souvent aussi j’aimais à me rappeler les jours déjà bien éloignés ou nous nous trouvions ensemble à Paris, vous au début d’une brillante carrière, moi tout absorbé dans l’étude de la civilisation Aryenne. Ce sera pour moi, croyez-le M. le Comte, un jour fort heureux que celui où je pourrai me retrouver avec vous et causer de tant de choses et de tant de souvenirs.

  • 14 Il s’agit fort probablement de Silvio Bocca, « un des trois frères Bocca » qui a acquis en 1873 le (...)
  • 15 Gaspare Gorresio a publié le texte et la traduction italienne de l’Uttarakanda en deux tomes : Gorr (...)
  • 16 Ces deux volumes ne seront jamais publiés.

15En attendant je vais vous parler du Râmâyana et satisfaire à la demande que vous me faîtes dans votre lettre. Si je pouvais disposer d’un exemplaire de mon ouvrage, je serais heureux de vous l’offrir ; mais je n’en possède qu’un seul exemplaire. Mais vous pouvez vous adresser à Rome au libraire M. Bocca14 qui en a quelques exemplaires en dépôt ; présentez vous chez lui en mon nom et soyez persuadé qu’il fera tout ce que vous lui demanderez. Vous savez peut-être qu’après les dix volumes du Râmâyana j’en ai publié deux autres à Paris qui contiennent le texte, version et notes de l’Uttarakanda poëme ciclyque qui se rattache à la grande tradition du Râmâyana15. Le libraire M. Bocca pourra aussi, si vous le désirez, vous fournir les deux derniers volumes. Je travaille maintenant à deux autres volumes moitié historiques, moitié philosophiques sur la race Aryenne16 ; nous en causerons ensemble la première fois que j’aurai le bonheur de vous revoir.

16Vous voudrez bien, j’espère, m’écrire quelquefois, me parler de vous, de vos travaux, de vos voyages. Si vous croyez que je puisse vous être utile à quelque chose, disposez de moi librement ; en écrivant à M. Renan, notre ami, veuillez lui faire mes amitiés et agréez, illustre et cher ami, les assurances de haute estime et d’affection de

17Votre dévoué

18G. Gorresio

Notes

1 Pour une étude des transferts franco-allemands à Paris, voir l’article de Rabault-Feuerhahn Pascale, 2008, « Voyages d’études et migrations savantes. Paris, lieu fondateur et provisoire de l’indianisme allemand » [En ligne], Revue germanique internationale, n° 7, URL : <http://rgi.revues.org/405> [mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 28 janvier 2016]. On consultera aussi l’ouvrage essentiel de Rabault-Feuerhahn Pascale, 2008, L’archive des origines : sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du xixe siècle, Paris, Éditions du Cerf.

2 Sur ce point, voir l’article d’Aurélien Aramini dans le présent ouvrage.

3 Selon le biographe d’Hitler, Ian Kershaw, le futur hrer a été influencé par la lecture de Guido von List (Kershaw Ian, 1999, Hitler, t. i, Paris, Flammarion, p. 101). Guido von List est l’auteur de nombreux livres dont l’un consacré à la langue originaire des peuples « aryo-allemands » : List Guido (von), 1914, Die Ursprache der Ario-Germanen und ihre Mysteriensprache, Vienne, Selbstverlag.

4 Parmi les livres les plus fameux du penseur emblématique du Troisième Reich, Le mythe du xxe siècle, publié en 1930, résume les théories de la supériorité de la race aryenne blanche originaire de l’Europe du Nord.

5 Concernant les continuités et les ruptures dans les discours relatifs au berceau originaire des « Aryens » du début du xixe siècle aux théories nazies, on consultera avec profit la somme de Demoule Jean-Paul, 2014, Mais où sont passés les Indo-Européens ?, Paris, Seuil.

6 Sur ce point essentiel quant aux origines de la pensée de la race en Italie, voir les articles de la troisième partie du présent ouvrage.

7 La lettre écrite par Gobineau à Gorresio est conservée à Paris, Bibliothèque nationale, département des manuscrits. Elle figure sous la cote « NAF 25101 – Mélanges littéraires, xixe-xxe siècles – cote Gorresio, Gaspare. Lettre(s) reçue(s) F. 17-18 (foliotation) ». Nous avons respecté scrupuleusement la graphie originale même lorsqu’elle diverge de celle actuellement en usage. Les notes de cette lettre sont de nous.

8 Juriste et homme politique italien, Federico Sclopis di Salerano (1798-1878) a été président du Sénat du Royaume d’Italie de 1863 à 1864. Il a écrit un ouvrage intitulé Storia della legislazione italiana, publié à Turin (Unione tipografico-editrice, 1847). Il sera membre honoraire de l’Institut royal de Lombardie des sciences et des lettres. Voir Sclopis Vittorio, 1905, Della vita e delle opere del conte Federico Sclopis di Salerno con cenni storici sulla famiglia, Turin, Paravia.

9 Ernest Renan (1823-1892), orientaliste français spécialiste des langues sémitiques, est l’auteur de nombreux ouvrages dont la fameuse Vie de Jésus (1863). Concernant la pensée de Renan, voir Rétat Laudyce, 1977, Religion et imagination religieuse : leurs formes et leurs rapports dans l’œuvre d’Ernest Renan, Paris, Klincksieck.

10 Comme diplomate, le comte di Gobineau a vécu en Perse de 1854 à 1858, puis de 1861 à 1864. En 1864, il est envoyé à Athènes, où il réside jusqu’en 1868. Après des séjours à Rio de Janeiro et à Stockholm, toujours comme diplomate, il mène une vie errante entre la France, l’Allemagne et l’Italie.

11 Gobineau réside à Rome depuis le 6 octobre 1877.

12 Il s’agit fort probablement de l’abréviation « P.-S. », « post-scriptum ».

13 La réponse de Gorresio à la demande de Gobineau se trouve à Strasbourg, à la Bibliothèque nationale universitaire, fonds Gobineau, sous la cote « Ms.352.6,78. » Nous avons respecté scrupuleusement la graphie originale même lorsqu’elle diverge de celle actuellement en usage. Les notes de cette lettre sont de nous.

14 Il s’agit fort probablement de Silvio Bocca, « un des trois frères Bocca » qui a acquis en 1873 le siège romain de l’entreprise « Fratelli Bocca » (Cristiano Flavia, 2002, « Biblioteche private e antiquariato privato », in Tortorelli Gianfranco [dir.], Biblioteche nobiliari e circolazione del libro tra Settecento e Ottocento, Bologne, Pendragon, p. 79-115).

15 Gaspare Gorresio a publié le texte et la traduction italienne de l’Uttarakanda en deux tomes : Gorresio Gaspare, 1867-1870, Uttarakanda : testo con note secondo i codici della recensione gaudana, Paris, Imprimerie impériale.

16 Ces deux volumes ne seront jamais publiés.

Auteur

Aurélien Aramini, docteur en philosophie, est chercheur associé au laboratoire « Logiques de l’agir » (université de Bourgogne Franche-Comté). Spécialiste de la pensée du xixe siècle, il est l’auteur d’ouvrages consacrés à Michelet et de plusieurs articles interrogeant la relation entre philologie, philosophie de l’histoire et historiographie. Diplômé en langue et culture italiennes, il a étudié la singularité de la philologie orientaliste en Italie dans un mémoire universitaire intitulé Il Tevere sorge dall’Himalaya. Lo studio delle lingue orientali in Italia nel primo Ottocento.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search