Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

De l'anthropologie criminelle aux discours fascistes

11

Entre « infortune » et « fortune » de l’antisémitisme français dans l’antisémitisme fasciste. L’image de la France dans La difesa della razza1

Francesco Germinario

Texte intégral

I. L’antisémitisme fasciste et le positivisme italien

  • 1 Traduit de l’italien par Solène Chrétien.
  • 2 Cf. Bonavita Riccardo, 1995, « Ma Silvia era ariana? Quando Leopardi fu arruolato a 'difesa della r (...)
  • 3 Sur ce point, cf. Germinario Francesco, 2009, Fascismo e antisemitismo. Progetto razziale e ideolog (...)

1Pour des raisons idéologiques, le fascisme italien se trouvait confronté à la nécessité d’affirmer son autonomie vis-à-vis des « autres » antisémitismes, français et allemand. Cela signifiait que Mussolini et le régime fasciste devaient éliminer le soupçon que l’Italie fasciste avait adopté sa législation raciale par complaisance pour les nazis, ou plutôt sous leur pression, car cela aurait montré un régime fasciste subordonné à l’Allemagne, conséquence à vrai dire inadmissible, tant pour l’image que le régime entendait donner aux Italiens et à l’opinion publique étrangère, que pour sa propre image, caractérisée par l’autosuffisance idéologique et doctrinale. Pour ce qui concerne le rapport avec la tradition théorico-politique raciste et antisémite, les milieux politico-culturels et les auteurs qui contribuaient à l’hebdomadaire La Défense de la race souhaitaient se présenter comme les héritiers d’une tradition plutôt nationale, se référant peu aux traditions étrangères. Ainsi s’explique par exemple la récupération par la pensée raciste de l’œuvre d’un auteur tel que Giacomo Leopardi, dont la revue publiait souvent des extraits2. Mais la référence à cette tradition nationale imposait aux idéologues du racisme fasciste de résoudre un problème délicat car il n’était pas possible de passer outre le fait que la tradition raciste italienne – du moins celle initiée par Lombroso et par le positivisme – avait non seulement exprimé des doutes sur les qualités raciales des Italiens, en particulier des populations méridionales, mais avait également été l’émanation de la culture et de la société libérales3. Le fascisme se trouvait ainsi dans la nécessité d’inventer sa propre tradition raciste.

II. La défense de la race de Telesio Interlandi

  • 4 Sur l’histoire de la revue cf. Cassata Francesco, 2008, «La difesa della razza». Politica, ideologi (...)
  • 5 Sur la figure de Telesio Interlandi, cf. Sarfatti Michele, 2002, « Interlandi, Telesio », in De Gra (...)

2La difesa della razza – La défense de la race – l’hebdomadaire publié par Telesio Interlandi au lendemain du tournant antisémite et raciste du régime fasciste peut être considéré comme la voix officieuse de ce dernier4 car son directeur pouvait se vanter depuis des années d’avoir des rapports très étroits avec les hauts dignitaires du régime, à commencer par Mussolini lui-même, et, de plus, dirigeait de longue date le quotidien romain Il Tevere – le Tibre – financé directement par ce même régime5.

3Comparé à l’autre périodique antisémite, La Vita Italiana – La Vie italienne – dirigé par Giovanni Preziosi, qui pouvait lui aussi se prévaloir d’une ancienneté de près de trente ans, La défense de la race présentait, pour ce qui concerne la polémique antisémite, un radicalisme politique et idéologique différent.

4Alors que, dans les années précédentes, la revue de Preziosi s’était proposée de rassembler les déçus et les mécontents du régime fasciste en accentuant son caractère totalitaire d’une façon qui n’était pas toujours conforme à la ligne politique du régime fasciste, l’hebdomadaire d’Interlandi, agissant comme sa voix officieuse, faisait preuve d’un radicalisme politique plus « interne » au régime lui-même.

  • 6 Mouvement paramilitaire fasciste (NDT).

5En d’autres termes, Telesio Interlandi et le groupe de ses collaborateurs et rédacteurs étaient politiquement plus fiables qu’un Preziosi. Ce dernier était proche des positions d’un chef du squadrismo6, Roberto Farinacci, assez isolé parmi ceux qui souhaitaient, au sein du régime, s’écarter de l’axe Rome-Berlin – même s’il avait occupé, au milieu des années vingt, le poste de secrétaire du PNF – qui soutenait une ligne politique favorable au nazisme, perçu comme un régime totalitaire exempt des compromis et des accommodements qui avaient caractérisé à diverses reprises le régime fasciste.

III. L’antisémitisme fasciste et l’antisémitisme français

  • 7 Sur les critiques, parfois très vives, des positions de Rosenberg publiées dans La Vita Italiana, c (...)

6Un premier problème historiographique – concernant, du reste, toutes les voix des intellectuels et des militants impliqués dans la campagne antisémite du régime – porte sur la connaissance de la riche tradition bibliographique de l’antisémitisme français. Certaines positions de l’antisémitisme allemand – du moins pour les plus récentes, exprimées par le nazisme – étaient connues et avaient même été soumises à une critique corrosive dans les années précédant la constitution de l’axe Rome-Berlin : Rosenberg7, par exemple, avait fait l’objet de diverses critiques de la part de Preziosi lui-même. Mais quels auteurs et quelles positions théoriques de l’antisémitisme français les théoriciens de l’antisémitisme fasciste connaissaient-ils ?

  • 8 Cf. Evola Julius, 1937, Il mito del sangue, Milano, U. Hoepli, mais cité dans Evola Julius, 1992, I (...)
  • 9 De Felice Renzo, 1988 [1961], Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, 4e édition, revue et c (...)
  • 10 Germinario Francesco, Razza del Sangue, razza dello Spirito, op. cit., p. 19 sqq.
  • 11 Evola Julius, 1938 (juin), « Schieramenti dell’antisemitismo francese », La Vita Italiana, p. 726-7 (...)
  • 12 Blumchen Isaac, 1913, À nous la France !, Cracovie, Isidor-Nathan Goldlust [en réalité Fasquelle, P (...)
  • 13 Sur la figure d’Urbain Gohier, cf. Kaufmann Grégoire, 1999, « Urbain Gohier (Degoulet-Gohier, dit)  (...)
  • 14 Sur ce point, cf. le dernier Pischedda Bruno, 2015, L’idioma molesto. Cecchi e la letteratura novec (...)

7Selon notre hypothèse historiographique, il s’agit davantage d’auteurs invoqués que d’auteurs lus. En cela, le cas de Julius Evola est emblématique. Non seulement celui-ci connaissait le débat européen sur la race – un an avant l’introduction des lois raciales, il avait consacré à cette question un essai, certes sous la forme d’une compilation, mais tout de même bien informé8 – mais il fut, entre 1938 et 1943, l’un des rares intellectuels italiens à se faire remarquer pour des positions racistes et antisémites tout à fait inédites. Des décennies plus tard, en somme, le jugement historiographique de Renzo De Felice reste valable lorsqu’il évoque un Evola capable de se distinguer des « pâles et serviles vestales du racisme nazi »9 qui abondaient dans l’Italie fasciste, même s’il faut considérer, comme nous pensons l’avoir démontré par ailleurs10, que le « racisme spirituel » évolien reste inféodé au racisme biologique et n’est pas moins totalitaire que le racisme nazi. Or Evola lui-même avait manifesté une connaissance pour le moins superficielle de la tradition antisémite française, commettant deux erreurs notables dans une contribution située davantage dans une perspective de vulgarisation que d’argumentation et parue en 1938 dans la Vie italienne, quelques semaines avant la publication du Manifeste des scientifiques racistes qui devait inaugurer le tournant antisémite du régime. Tout d’abord, Evola attribuait à Édouard Drumont une ascendance aristocratique que n’avait jamais eue le directeur de la Libre parole, en le présentant comme le comte Drumont11. Ensuite, Evola ne cessait de prendre pour argent comptant l’existence historique d’Isaac Blümchen, auteur supposé de deux faux conspirationnistes qu’il faut considérer, du point de vue historiographique, comme deux textes anticipant le bien plus fameux Protocoles des Sages de Sion12. Ces deux textes étaient, en réalité, l’œuvre d’Urbain Gohier, figure de premier plan de l’antisémitisme français, journaliste déjà actif et prolifique à la fin du siècle, ayant publié dans l’après-guerre une édition des Protocoles, et qui devait également poursuivre son activité de journaliste à Vichy13. Par ailleurs, Gohier, était loin d’être inconnu du public cultivé italien, puisqu’une quinzaine d’années plus tôt Emilio Cecchi, un grand nom du journalisme italien, s’était intéressé à lui14.

  • 15 Poncins Léon (de) et Malynski Emmanuel, 1939 [1938], La guerra occulta. Armi e fasi dell’attacco ma (...)

8L’antisémite spiritualiste Evola avait privilégié un antisémitisme d’inspiration traditionaliste, supervisant l’année suivante, en 1939, la traduction italienne d’un texte de Léon de Poncins et Emmanuel Malynski, qui n’était guère plus qu’un texte conspirationniste classique, aux forts accents antimodernes15.

  • 16 Evola Julius, 1988 [1934], Rivolta contro il mondo moderno, Rome, Edizioni Mediterranee. Une réimpr (...)

9Si l’intention d’Evola avait été d’orienter l’antisémitisme fasciste dans une perspective traditionaliste et antimoderne, la tentative du philosophe avait une fois de plus échoué – comme cela s’était déjà produit au moins à deux reprises, avec l’expérience de La Torre et surtout lors de la publication de Rivolta contro il mondo moderno16 – car aucune retombée significative du texte de de Poncins et Malinski ne peut être notée dans le débat fasciste sur l’antisémitisme, même envisagé de manière large : le traditionalisme néoféodal ne pouvait pas trouver sa place dans l’univers idéologique fasciste.

IV. Les causes de l’« infortune » de l’antisémitisme français en Italie

10Il est nécessaire de rappeler un autre problème historiographique que nous pouvons synthétiser ainsi : quelles étaient les causes du désintérêt de l’antisémitisme fasciste pour l’antisémitisme français ?

  • 17 Schor Ralph, 1992, L’antisémitisme en France pendant les années trente : prélude à Vichy, Bruxelles (...)
  • 18 Digeon Claude, 1959, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, Presses universi (...)

11Dans la seconde moitié des années trente s’est formé un antisémitisme considérant avec intérêt l’antisémitisme nazi, telle est l’impression qui ressort de l’historiographie, il suffit de penser pour cela à certains intellectuels comme Drieu La Rochelle et Céline17. Cet antisémitisme, globalement encore minoritaire, constituait une rupture avec la tradition théorico-politique de l’antisémitisme français, qui avait toujours manifesté jusqu’alors une forte tendance germanophobe. D’ailleurs, dans l’antisémitisme français – des polémiques de Drumont à celles de Léon Daudet et Maurras, auteur caractérisé par sa « haine du germanisme »18 – il était même difficile de distinguer les thématiques germanophobes et antisémites, puisqu’elles s’entremêlaient et renvoyaient presque toujours l’une à l’autre.

  • 19 Sur le Dr Kimon, cf. l’entrée, comme toujours précise, qui lui est consacrée par Joly Bernard, 2005 (...)

12Nous ne rappellerons pas ici la germanophobie bien connue de l’Action française et de La Libre Parole, sans parler de celle d’un germanophobe virulent comme Kimon, très actif dans la presse antisémite française des années de l’affaire Dreyfus19. Pour comprendre comment ces positions ont traversé toutes les variantes de l’antisémitisme français, il convient de s’intéresser aux écrits d’un théoricien de second plan oublié, Henri Meige.

Figure 1. Couverture du premier numéro de La difesa della razza

Figure 1. Couverture du premier numéro de La difesa della razza
  • 20 Meige Henri, 1893, « Le Juif Errant à la Salpêtrière », Nouvelle iconographie de la Salpêtrière, n° (...)
  • 21 Drumont Édouard, 1901 (11 septembre), « Les automobiles Homicides », La Libre Parole, p. 1 ; mais v (...)

13Ce dernier, psychiatre et élève d’un des maîtres de la psychiatrie européenne fin de siècle, François Charcot, avait publié, précisément à la veille de l’affaire Dreyfus, un traité de médecine, dans lequel il avançait une synthèse entre la critique du germanisme, réduit au rang de barbarie gothique, et l’antisémitisme. Meige concluait que les vrais Juifs étaient les Allemands : « Le peuple errant, ce n’est pas le peuple Juif, c’est le Deutsch, qu’il s’appelle Vandale, Normand, ou Wisigoth »20. Ce n’est pas un hasard si, à plusieurs occasions, le jeune psychiatre s’était attiré les éloges de Drumont21  qui écrivait avec enthousiasme : « Rien n’est intéressant comme ces pages ». En tout cas, s’il s’agissait là des positions germanophobes des antisémites français, il est évident que cette tradition théorico-politique ne pouvait être récupérée sans entrer en conflit avec la politique germanophile de l’Italie fasciste après 1936.

  • 22 Sur ce point, cf. Sternhell Zeev, 1997 [1978], La droite révolutionnaire 1885-1914. Les origines fr (...)

14Enfin, il faut souligner l’absence de toute influence de l’antisémitisme de gauche, présent de manière significative dans l’antisémitisme français de la première moitié du xixe siècle avec Toussenel et des auteurs actifs avant l’affaire Dreyfus, comme Hamon et Auguste Chirac22. La raison de « l’infortune » de ce courant politico-culturel trouverait sa source dans le fait que la critique du capitalisme, principalement en mettant en lumière son système financier – véritable fondement de toutes les composantes théorico-politiques de l’antisémitisme – débouchait sur le socialisme, même s’il s’agissait d’une déclinaison du socialisme acceptant la théorie de la différenciation des races.

  • 23 De Felice Renzo, 1981, Mussolini il Duce. II. Lo Stato totalitario 1936-1940, Turin, Einaudi, p. 98 (...)
  • 24 Cf. Sternhell Zeev, 2013 [1983], Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, Gallim (...)

15Toutefois, dès sa naissance en 1919, le fascisme avait insisté sur une critique de la bourgeoisie de type éthique et culturel, mettant de côté les divers thèmes économiques, ne serait-ce que pour ne pas dériver vers des positions influencées par le marxisme. Comme le soutient Renzo de Felice, pour Mussolini « ce qui devait être combattu et transformé dans la bourgeoisie ce n’était pas son poids social, c’était son tempérament, sa morale, c’est-à-dire sa petitesse, son pessimisme, sa vision mesquine et limitée, son pacifisme, son piétisme, son complexe d’infériorité vis-à-vis des autres peuples, son manque de passion pour les grands desseins »23. Ces positions avaient d’ailleurs caractérisé d’une certaine façon toute la culture politique européenne qui, depuis les années vingt, se référait au fascisme comme à une « troisième voie » entre la société bourgeoise libérale et le socialisme de tradition marxiste24. Pour la culture politique nationale révolutionnaire, la culture bourgeoise était en somme un état spirituel et moral, plutôt qu’une catégorie riche de contenus socioéconomiques, et c’est probablement cette déclinaison éthique et spirituelle de la critique de la bourgeoisie qui a permis à l’idéologie fasciste de recueillir un tel consensus en Europe.

16Après cette première cause de « l’infortune » de la tradition théorico-politique française auprès de l’antisémitisme fasciste, au moins deux autres causes peuvent être évoquées.

17En premier lieu, si l’antisémitisme italien, par une volonté explicite des hautes instances fascistes et de Mussolini lui-même, ne pouvait pas donner l’impression de se calquer sur l’antisémitisme allemand, en se présentant comme une émanation, ou même, une imitation de ce dernier, ne serait-ce que pour des questions de prestige et d’image en Italie et auprès de l’opinion publique internationale, il lui aurait été d’autant plus difficile de se référer aux thèmes et aux problématiques de l’antisémitisme français. L’antisémitisme fasciste a toujours revendiqué son autonomie en cherchant à s’appuyer sur la tradition antisémite italienne, valorisant ainsi ses origines autochtones. Il faut noter du reste que l’antisémitisme français, de Drumont à Maurras, dépendait trop de l’environnement politique de la Troisième République fin de siècle, pour pouvoir être utilisé en dehors de l’Hexagone.

  • 25 Sur cet aspect de l’idéologie nazie, voir les considérations de Nolte Ernst, 1966 [1963], Il fascis (...)

18Par ailleurs, une seconde cause, peut-être encore plus déterminante et qui occuperait probablement l’une des premières places dans un classement hypothétique des causes, concerne moins l’antisémitisme fasciste que l’antisémitisme en tant qu’univers idéologique. L’antisémitisme se présente comme un univers idéologique caractérisé par une tension non résolue entre une tendance universaliste et une attitude nationaliste : d’une part – bien avant le succès éditorial des Protocoles – l’antisémitisme soutenait que les Juifs avaient entrepris de mettre en œuvre un plan de conquête mondiale impliquant tous les peuples de la planète ; d’autre part, cet antisémitisme s’était toujours associé aux diverses tendances nationalistes, non pas tant en raison d’une attitude agressive vis-à-vis des autres nations qu’en raison d’une vocation antisystème, affirmée et réitérée, à l’égard des régimes politiques libéraux. Cette tension ne devait jamais être résolue, même par les nazis25 ; certes, la dénonciation du complot juif mondial permettait à l’antisémitisme d’opérer selon une transversalité géographique, mais sa composante nationaliste empêchait que les thèmes soulevés dans une nation fussent tous récupérables dans une autre. En d’autres termes, comment des théoriciens du nationalisme tels que Drumont et Maurras auraient-ils pu trouver audience dans la culture d’inspiration nationaliste qui caractérisait l’Italie fasciste ? Les thèmes liés à la composante nationaliste pouvaient même être récupérés au besoin pour polémiquer contre la France dans les moments de très forte tension politique au niveau international.

  • 26 Forteguerri Giuseppe, 1940 (20 janvier), « Ubi aurum ibi patria », La difesa della razza, vol. iii, (...)
  • 27 Scardaoni Francesco, 1939 (5 mars), « Scandali ebraici a Parigi », La difesa della razza, vol. ii, (...)
  • 28 Les deux citations figurent dans Piceno Giorgio, 1939 (20 novembre), « Ebrei a Parigi », La difesa (...)
  • 29 Lancellotti Arturo, 1940 (5 février), « La Francia e l’invasione giudaica », La difesa della razza, (...)
  • 30 Anonyme [mais que l’on peut attribuer à Massimo Lelj] 1939 (20 mars), « Questionario. Parigi e Roma (...)
  • 31 Scardaoni Francesco, 1939 (20 décembre), « Decadenza della famiglia in Francia », La difesa della r (...)
  • 32 Marchitto Nicola, 1939 (20 mars), « Il meticciato in Francia », La difesa della razza, vol. ii, n°  (...)

19C’est précisément ce qui s’est vérifié en 1939-1940, lorsque la France fut de nouveau accusée d’être une nation en pleine décadence politique et culturelle, peuplée de Métis et enjuivée. Il s’agissait là des arguments de Drumont et Maurras, sans toutefois que leurs noms soient explicitement cités. Ainsi écrivait-on : « une enquête qui viserait tout particulièrement le monde des sociétés anonymes révélerait que la plupart d’entre elles sont entre les mains de Juifs ou de judéophiles »26 ; de même pouvait-on lire sous la plume du correspondant de La Tribuna à Paris, Francesco Scardaoni, qui devait par ailleurs connaître une brève carrière au sein de la république sociale : « Les attaques des Juifs contre la richesse nationale […] se sont succédé sans interruption ces dernières années »27. Naturellement, l’arrivée au pouvoir de Léon Blum n’avait fait que confirmer la judaïsation déjà effective au sein de la nation, élargissant davantage encore le pouvoir des Juifs : « Les Juifs étaient déjà bien implantés à Paris avant l’expérience Blum, mais avec cette expérience, ils se sont tous élevés encore plus haut », à tel point que Paris était devenue la capitale du judaïsme mondial : « les Juifs du monde entier […] ont fait de la terre de France la terre de leur histoire »28 ; « il est clair aujourd’hui que tous les éléments expulsés des ghettos d’Europe ont créé en France un tel foyer d’infection qu’un remède urgent s’avère nécessaire aussi pour ce pays »29. Blum était donc en quelque sorte le notaire qui attestait la mise en place d’un pouvoir juif remontant déjà à plusieurs décennies. Du reste, la critique culturelle et éthique de la France, nation bourgeoise par antonomase, était également inévitable : « la bourgeoisie est l’armée de la civilisation, et la France est la véritable patrie des bourgeois »30. Toujours selon Scardaoni, expert des questions françaises, la politique et le style de vie bourgeois avaient engendré un phénomène de dénatalité dû – estimait-il – « au besoin de confort et de luxe (qui), depuis le Second Empire, n’a[vait] cessé de s’accentuer »31. Un autre collaborateur de la revue renchérissait : la France « est stérile, […] les cercueils y sont plus nombreux que les berceaux »32.

20Au lendemain de juin 1940, la défaite française était explicitement analysée selon un point de vue idéologique et racial. Dans le résumé d’un article paru dans la revue nazie, Neues Volk, l’anthropologue Guido Landra, théoricien de premier plan du racisme fasciste, décrivait les camps d’emprisonnement allemands où étaient détenus les soldats français comme un enchevêtrement confus de races : parmi les prisonniers français, figuraient des représentants des « races les plus diverses que la France enjuivée avait appelées de toutes les parties du monde : Nègres, Sémites, Mongols et Mongoloïdes qui (faisaient) du camp de concentration une véritable Babylone raciale ». C’est précisément cette situation de métissage qui laissait prévoir l’avenir historique du pays :

  • 33 Les deux citations figurent dans Landra Guido, 1940 (20 novembre), « La Letteratura razziale tedesc (...)

La France ne pourra plus se relever parce qu’elle n’a pas la force d’expulser tous les étrangers installés sur son territoire, parce que les Français ne veulent plus procréer, parce qu’elle a quitté la voie tracée par les peuples héritiers de la grande civilisation occidentale et enfin parce qu’elle continue d’être la terre favorite des Juifs et des francs-maçons33.

  • 34 Montandon Georges, 1942 (5 janvier), « Coerenza dello spirito », La difesa della razza, vol. v, n°  (...)

21La guerre qui avait éclaté était donc une guerre raciale et la défaite de juin 1940 représentait la reddition de la France des Lumières détestées, qui avait conduit à la judaïsation d’un pays voué désormais au luxe, aux coutumes et aux modes de consommation bourgeois, et privé d’avenir car il avait suppléé à la dénatalité en ouvrant ses frontières aux autres races. L’interprétation de Landra aurait pu, sous divers aspects, être partagée par n’importe quel représentant de l’extrême droite française orientée vers des positions vichyssoises. Ce n’est pas un hasard si l’une des figures les plus représentatives de la collaboration française, Georges Montandon, écrivait en 1942 que l’une des causes déterminantes de la défaite française de 1940 était l’anéantissement de l’esprit national « dévirilisé par la conception judaïque du monde et abruti par le Front populaire maçonnique »34.

  • 35 Savelli Giovanni, 1940 (20 mai), « Céline e il giudaismo », La difesa della razza, vol. iv, n° 14, (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., p. 25.

22Cette position reprenait le contenu d’un article précédent de la revue Neues Volk, à propos de l’École des cadavres de Céline qui venait d’être publié. Il s’agissait de l’une des rares interventions italiennes concernant le Céline politique, si l’on considère que l’édition italienne de Bagatelles pour un massacre avait déjà subi auparavant plusieurs coupes lors de sa publication. Le critique italien de Céline, Giovanni Savelli, soutenait que l’œuvre de l’écrivain français était « un livre au fond ouvertement politique, dans lequel l’enquête historique [allait] de pair avec l’affirmation critique et la déduction »35 ; il reconnaissait toutefois que l’écrit célinien était un pamphlet qui « se concentr[ait] sur les causes de la défaite, comme cela sembl[ait] être plus ou moins la mode en France depuis un an »36. Savelli n’avait aucune difficulté à résumer très fidèlement les thèses politiques céliniennes, d’autant plus qu’elles correspondaient à l’image d’une France décadente, métisse et judaïsée donnée jusqu’alors par la revue. Ainsi écrivait-il que pour l’écrivain français, la défaite de juin 1940 avait « été orchestrée par le monde juif, avec ses ramifications maçonniques et ploutocratiques »37. Ici encore, nihil novi sub sole, y compris la réitération de l’invitation célinienne, résumée par le mot d’ordre : « Il faut chasser les Juifs de notre pays »38.

V. La « fortune » de Montandon dans La défense de la race

  • 39 Montandon Georges, 1939 (20 juin), « La soluzione del problema ebraico », La difesa della razza, vo (...)
  • 40 Ibid.

23L’un des antisémites étrangers les plus publiés par La difesa della razza fut l’intellectuel collaborateur Georges Montandon, à tel point que l’on peut véritablement parler de la « fortune » de Montandon auprès de l’antisémitisme italien. Tout d’abord, Montandon, estimant que « crier : 'Mort aux Juifs' ne résout pas la question »39, prônait un « sionisme antisémite forcé ». Sur le plan stratégique, il s’agissait d’amener les Juifs à créer un État juif : « s’il existait un état juif, avec une souveraineté juive, rien ne serait plus facile que d’y envoyer les réfugiés, par voie de terre ou de mer »40. Cette position n’avait rien de frappant ou d’original, car Montandon ne faisait là que répéter ce que l’antisémitisme contemporain avait exprimé dès ses origines, c’est-à-dire la nécessité d’expulser les Juifs pour les concentrer sur un territoire préétabli. C’est précisément dans les colonnes de La Libre Parole, en des temps où la question n’était pas litigieuse, que Drumont avait célébré les qualités du Juif sioniste en l’opposant à la figure du Juif « nationalisé » :

  • 41 Drumont Édouard, 1907 (20 août), « Le Congrès Sioniste », La Libre Parole, p. ?.

Nous avons […] toutes les raisons de préférer les Juifs sionistes à ces Juifs arrogants qui prétendent non seulement s’immiscer dans nos affaires, mais aussi nous imposer leurs idées et leur volonté41.

24Montandon proposait ce « sionisme antisémite forcé » en 1939. Naturellement, en 1941, son discours avait changé car la situation politique s’était profondément modifiée. Désormais la solution de la déportation apparaissait comme une nécessité ; en effet, Montandon parlait explicitement de « camp de concentration », écrivant à propos des Juifs :

  • 42 Ainsi dans l’article anonyme [mais que l’on peut attribuer à Montandon], 1941 (5 juillet), « Ebrei (...)

[Ils] ne peuvent pas tous être tués et il est difficile de les stériliser. […] Il existe un seul endroit où ces pauvres créatures pourraient être encore utiles, ou, du moins, ne pas être nocives. Il faudrait leur assigner une vaste région rurale, une sorte de camp de concentration, où ils vivraient entre eux avec la « dignité d’êtres humains », cultivant la terre et élevant le bétail. On pourrait trouver un tel lieu dans une de nos colonies insuffisamment peuplée42.

  • 43 Montandon Georges, 1941 (20 juin), « I caratteri del tipo giudaico », La difesa della razza, vol. i (...)
  • 44 Montandon Georges, 1940 (5-20 novembre), « Da che cosa si riconoscono gli ebrei? », La difesa della (...)
  • 45 Montandon Georges, « I caratteri del tipo giudaico », art. cit., p. 17.
  • 46 Ibid., p. 18.

25La « fortune » de Montandon était due, bien évidemment, à ses positions collaborationnistes, mais elle tenait également au fait que ce dernier diffusait habilement des stéréotypes antisémites. Selon lui, le Juif se trahissait par « des lèvres charnues, […] des yeux peu enfoncés dans leurs orbites, […] des cheveux frisés […] des pieds plats, des gestes contorsionnés »43, et présentait une forte propension à contracter certaines maladies comme « le diabète bulbaire (nerveux)44, […] l’arthritisme, […] la lèpre à forme cutanée ou viscérale, […] les névroses ». Montandon ne manquait pas non plus de chamitiser le Juif, considérant que l’on pouvait faire remonter ses « cheveux frisés » à son « ascendance négroïde »45, ascendance effectivement confirmée par la musculature du jarret « remarquablement faible » et qui n’est guère plus qu’un « reliquat négroïde »46.

26On ne constate pas de reprises des descriptions et des positions de Montandon par les figures les plus représentatives de l’antisémitisme fasciste. Son nom, par exemple, n’apparaît pas parmi les auteurs racistes auxquels un Evola était confronté à cette époque. La « fortune » de Montandon se limita donc aux colonnes de La difesa della razza, et son influence sur le débat raciste en Italie fut minime, voire inexistante. Tout bien considéré, le racisme montandonien avait clairement une vocation biologique et s’intéressait peu à ses déclinaisons spirituelles. Il ne présentait donc qu’un faible attrait pour le courant des racistes spirituels rassemblés autour de La Vita Italiana.

  • 47 Les deux citations figurent dans Céline Louis-Ferdinand, 1937, Bagatelles pour un massacre, Paris, (...)
  • 48 Cf. Verschuer Ottman (von), 1943 [1941], Manuel d’eugénique et hérédité humaine, Paris, Masson & Ci (...)
  • 49 Hassel Ulrich (von), 1996 [1988], Diario tedesco. L’opposizione tedesca a Hitler, Rome, Editori Riu (...)

27On peut se demander d’ailleurs si Montandon faisait preuve d’originalité, du moins en ce qui concerne ses descriptions, puisqu’il avait emprunté le thème du « sionisme antisémite forcé » à la tradition théorico-politique antisémite. Sur ce point encore, la réponse ne peut qu’être négative. D’autre part, sans aller jusqu’à se référer à des auteurs comme Hitler et Rosenberg, on peut remarquer que le Céline de Bagatelles pour un massacre, quelques années plus tôt, avait déjà particulièrement insisté sur le Juif chamitisé dont il avait fait l’un des leitmotive de son fameux pamphlet. Dans ces pages, Céline parlait à plusieurs reprises du « Nègre juif », soutenant la théorie selon laquelle « le Juif est un Nègre, la race sémite n’existe pas [..], le Juif n’est que le produit d’un croisement de Nègres et de barbares asiates »47. Quant au fait d’accuser le Juif d’être prédisposé à contracter le diabète, il pouvait paraître assez original aux yeux du lecteur italien mais ne l’était certainement pas dans la presse antisémite. Il s’agissait d’une accusation remontant à l’antisémitisme fin de siècle, reprise précisément au début des années quarante48 par le scientifique nazi Otmar von Verschuer qu’un critique du nazisme connu pour ses positions conservatrices, Ulrich von Hassel, considérait comme l’auteur de « bavardages superficiels »49, mais dont les travaux étaient très bien connus de Montandon puisqu’il avait dirigé l’édition française de son Manuel d’eugénique et hérédité humaine publié en 1943.

  • 50 Montandon Georges, 1939 (5 novembre), « L’etnia puttana », La difesa della razza, vol. ii, n° 5, p. (...)
  • 51 Ibid., p. 22.
  • 52 Ibid.
  • 53 Sur la diffusion massive du stéréotype de l’« ethnie putain », cf. Germinario Francesco, Argomenti (...)

28Montandon avait donné une importance particulière à la théorie faisant du judaïsme une « ethnie putain ». Tout d’abord, cette dernière se caractérisait par le « psychisme sexuel lubrique propre à la race juive », que révélait la « tendance du Juif moyen à la luxure »50 ; en second lieu, cette théorie reposait sur la dénonciation suivante : « la rubrique plus ou moins pornographique des grands journaux parisiens est entre les mains de putains juives »51. Cette vocation raciale à la prostitution contrastait avec le nationalisme affiché par les Juifs des différents pays européens, constituant une preuve du comportement opportuniste habituel de cette race : « leurs multiples nationalismes, dus au fait que chacun d’entre eux veut être dévoué à sa nouvelle nationalité – sans oublier de la trahir pour Sion dès que cela est possible – ne peuvent se comparer qu’à la conduite des femmes qui s’offrent à tout le monde »52. Sur ce sujet précisément, Montandon se révélait n’être guère plus que le plagiaire habile d’une conviction presque aussi largement diffusée au sein de l’antisémitisme que les stéréotypes du Juif révolutionnaire ou du Juif financier53.

29Les problèmes historiographiques soulevés par les stéréotypes dont se réclame Montandon présentent deux aspects.

30Le premier aspect se réfère à « l’ethnie putain » : cette accusation concernant la sexualité du Juif définit l’antisémitisme comme une théorie politique révolutionnaire très impliquée dans l’élaboration de stéréotypes de nature sexuelle. Les causes de cet intérêt, de nature diverse, vont de l’obsession pour la rapidité avec laquelle se reproduisaient les Juifs – thème caractéristique de l’imaginaire antisémite – au contrôle généralisé de la sexualité, en tant qu’articulation d’un processus plus général de contrôle totalitaire du comportement humain ; du jugement considérant la société bourgeoise libérale comme une forme historique de la judaïsation des comportements et des relations entre les hommes, jusqu’au besoin de donner vie à une morale nouvelle liée au projet de révolution anthropologique axé sur la création d’un « homme nouveau » finalement libéré, physiquement et spirituellement, de toute influence imputable au judaïsme.

31Le second aspect concerne le recours de l’antisémitisme des années trente et des années de guerre à des stéréotypes remontant tous à l’époque, alors presque séculaire, du Toussenel de Les Juifs, rois de l’époque, où ce même antisémitisme avait agi comme un univers idéologique antisystème et révolutionnaire opposé à la société bourgeoise libérale.

VI. La pauvreté théorique de l’antisémitisme fasciste

32Dans la France collaborationniste comme dans l’Italie fasciste et dans l’Allemagne nazie, l’antisémitisme d’État n’invente aucun stéréotype, car il s’agissait d’un univers idéologique qui s’était déjà constitué au cours des décennies précédentes. L’antisémitisme de Montandon – même s’il se montrait très agressif quant à la « solution » de la « question juive », allant jusqu’à prévoir, comme nous l’avons vu, des camps de concentration – se révélait très pauvre sur le plan théorique, en ce qui concernait l’élaboration de nouveaux stéréotypes. En d’autres termes, lorsque l’antisémitisme, au cours des années trente, devient un antisémitisme d’État, il dispose d’une riche tradition culturelle dans laquelle puiser. Ceci implique de reconnaître que la génération des théoriciens antisémites – comme Montandon et les collaborateurs de La difesa della razza – apparue dans la seconde moitié des années trente, n’avait fait que proposer à nouveau les stéréotypes déjà élaborés auparavant, faisant peu d’efforts pour les adapter à la situation historique et politique concrète. Ainsi les États qui adoptaient une législation et des politiques antisémites étaient-ils devenus le laboratoire où l’on appliquait les stéréotypes jusqu’alors discutés et débattus dans la presse politique à orientation antisémite, souvent même sous couvert d’une neutralité scientifique impartiale. Cela revient à dire que l’univers idéologique antisémite, en réussissant à utiliser toute la puissance législative et opérationnelle de l’État contemporain, surtout lorsqu’il présentait une forme totalitaire, avait – pour paraphraser la citation empruntée à Napoléon et mise en exergue à la première page du quotidien Il Popolo d’Italia lors de sa fondation – trouvé ses baïonnettes pour réaliser la révolution qu’il réclamait avec insistance depuis des décennies.

Notes

1 Traduit de l’italien par Solène Chrétien.

2 Cf. Bonavita Riccardo, 1995, « Ma Silvia era ariana? Quando Leopardi fu arruolato a 'difesa della razza' », Inchiesta Letteratura, vol. xxv, n° 110, p. 79-82, cité dans Benvenuti Giuliana et Nani Michele, 2009, Spettri dell’altro. Letteratura e razzismo nell’Italia contemporanea, Bologne, il Mulino, p. 17-27.

3 Sur ce point, cf. Germinario Francesco, 2009, Fascismo e antisemitismo. Progetto razziale e ideologia totalitaria, Rome/Bari, Laterza, p. 44 sqq.

4 Sur l’histoire de la revue cf. Cassata Francesco, 2008, «La difesa della razza». Politica, ideologia e immagine del razzismo fascista, Turin, Einaudi.

5 Sur la figure de Telesio Interlandi, cf. Sarfatti Michele, 2002, « Interlandi, Telesio », in De Grazia Victoria et Luzzatto Sergio (dir.), Dizionario del fascismo, vol. i, Turin, Einaudi, p. 673-674.

6 Mouvement paramilitaire fasciste (NDT).

7 Sur les critiques, parfois très vives, des positions de Rosenberg publiées dans La Vita Italiana, cf. Germinario Francesco, 2005, « Appendice. Nazionalismo, ascesa del nazismo e antisemitismo tedesco nelle pagine della 'Vita Italiana', dall’immediato dopoguerra alla vigilia dell’Asse (1919-1935) », in Parente Luigi, Gentile Fabio et Grillo Rosa Maria, Giovanni Preziosi e la questione della razza in Italia, Soveria Mannelli, Rubettino Editore, p. 195-214 ; et 2011, Razza del Sangue, razza dello Spirito. Julius Evola, l’antisemitismo e il nazionalsocialismo (1930-1943), Turin, Bollati Boringhieri, p. 154-172.

8 Cf. Evola Julius, 1937, Il mito del sangue, Milano, U. Hoepli, mais cité dans Evola Julius, 1992, Il mito del sangue, Sear, Bolzano di Albinea, réédition réalisée à partir de l’édition revue et augmentée de 1942.

9 De Felice Renzo, 1988 [1961], Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, 4e édition, revue et complétée, Turin, Einaudi, p. 392.

10 Germinario Francesco, Razza del Sangue, razza dello Spirito, op. cit., p. 19 sqq.

11 Evola Julius, 1938 (juin), « Schieramenti dell’antisemitismo francese », La Vita Italiana, p. 726-731, mais cité dans Evola Julius, 2005, I testi de La Vita Italiana [dirigé par Italo De Giorgis], t. I 1931-1938, Padoue, Ar, p. 447.

12 Blumchen Isaac, 1913, À nous la France !, Cracovie, Isidor-Nathan Goldlust [en réalité Fasquelle, Paris, 1913] ; Id., Le droit de la race supérieure, Isidor-Nathan Goldlust, Cracovie 1913 [en réalité Fasquelle, Paris 1913]. Pour une analyse des deux textes de Gohier et leur place dans la presse antisémite, cf. Germinario Francesco, 2010, Costruire la razza nemica. La formazione dell’immaginario antisemita tra la fine dell’Ottocento e gli inizi del Novecento, Turin, UTET, p. 51 sqq.

13 Sur la figure d’Urbain Gohier, cf. Kaufmann Grégoire, 1999, « Urbain Gohier (Degoulet-Gohier, dit) », in Taguieff Pierre-André (dir.), L’antisémitisme de plume. 1940-1944 Études et documents, Paris, Berg International, p. 412-418.

14 Sur ce point, cf. le dernier Pischedda Bruno, 2015, L’idioma molesto. Cecchi e la letteratura novecentesca a sfondo razziale, Turin, Nino Aragno, en particulier p. 161-164.

15 Poncins Léon (de) et Malynski Emmanuel, 1939 [1938], La guerra occulta. Armi e fasi dell’attacco massonico alla tradizione europea, Milan, Hoepli.

16 Evola Julius, 1988 [1934], Rivolta contro il mondo moderno, Rome, Edizioni Mediterranee. Une réimpression de La Torre, parue en 1930 pour dix numéros puis supprimée, voir Tarchi Marco (dir.), 1977, La Torre, Milan, Società Editrice Il Falco.

17 Schor Ralph, 1992, L’antisémitisme en France pendant les années trente : prélude à Vichy, Bruxelles, Complexe ; Millman Richard, 1992, La question juive entre les deux guerres. Ligues de droite et antisémitisme en France, Paris, Colin ; Galimi Valeria, 2006, Antisemitismo in azione. Pratiche antiebraiche nella Francia degli anni Trenta, Milan, Unicopli. Sur Céline, cf. Germinario Francesco, 2011, Céline. Letteratura politica e antisemitismo, Turin, UTET.

18 Digeon Claude, 1959, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, Presses universitaires de France, p. 434.

19 Sur le Dr Kimon, cf. l’entrée, comme toujours précise, qui lui est consacrée par Joly Bernard, 2005, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), Paris, Honoré Champion, p. 212 ; de nombreuses références dans Germinario Francesco, 2010, Costruire la razza nemica, op. cit. ; et Id., 2011, Argomenti per lo sterminio. L’antisemitismo e i suoi stereotipi nella cultura europea (1840-1920), Turin, Einaudi, en particulier p. 219-233.

20 Meige Henri, 1893, « Le Juif Errant à la Salpêtrière », Nouvelle iconographie de la Salpêtrière, n° 6, cité dans Id., 1993, Le Juif Errant à la Salpêtrière, Paris, Éditions du Nouvel Object, p. 86. Sur Meige, ainsi que sur la présence de stéréotypes antisémites dans la psychiatrie fin de siècle, voir les indications fournies dans Germinario Francesco, Argomenti per lo sterminio, op. cit., p. 197-218.

21 Drumont Édouard, 1901 (11 septembre), « Les automobiles Homicides », La Libre Parole, p. 1 ; mais voir aussi ce qu’il écrit dans « Le Juif Errant aux villes d’eaux », La Libre Parole, 26 juillet 1893, p. 1.

22 Sur ce point, cf. Sternhell Zeev, 1997 [1978], La droite révolutionnaire 1885-1914. Les origines françaises du fascisme, Paris, Gallimard, p. 222-275 ; Crapez Marc, 1997, La Gauche réactionnaire. Mythes de la plèbe et de la race dans le sillage des Lumières, Paris, Berg International et 2002, L’antisémitisme de gauche au xixe siècle, Paris, Berg International ; voir également, malgré sa tendance à souvent utiliser des sources de seconde main, Dreyfus Michel, 2009, L’antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours, Paris, La Découverte.

23 De Felice Renzo, 1981, Mussolini il Duce. II. Lo Stato totalitario 1936-1940, Turin, Einaudi, p. 98. Mais voir aussi le dernier ouvrage de Buzzegoli Thomas, 2007, La polemica antiborghese nel fascismo (1937-1939), Rome, Aracne.

24 Cf. Sternhell Zeev, 2013 [1983], Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, Gallimard.

25 Sur cet aspect de l’idéologie nazie, voir les considérations de Nolte Ernst, 1966 [1963], Il fascismo nella sua epoca, Carnago (Va), Sugarco, p. 5.

26 Forteguerri Giuseppe, 1940 (20 janvier), « Ubi aurum ibi patria », La difesa della razza, vol. iii, n° 6, p. 39.

27 Scardaoni Francesco, 1939 (5 mars), « Scandali ebraici a Parigi », La difesa della razza, vol. ii, n° 5, p. 21.

28 Les deux citations figurent dans Piceno Giorgio, 1939 (20 novembre), « Ebrei a Parigi », La difesa della razza, vol. ii, n° 2, p. 41.

29 Lancellotti Arturo, 1940 (5 février), « La Francia e l’invasione giudaica », La difesa della razza, vol. iv, n° 7, p. 32.

30 Anonyme [mais que l’on peut attribuer à Massimo Lelj] 1939 (20 mars), « Questionario. Parigi e Roma », La difesa della razza, vol. ii, n° 10, p. 35.

31 Scardaoni Francesco, 1939 (20 décembre), « Decadenza della famiglia in Francia », La difesa della razza, vol. ii, n° 4, p. 42.

32 Marchitto Nicola, 1939 (20 mars), « Il meticciato in Francia », La difesa della razza, vol. ii, n° 12, p. 41.

33 Les deux citations figurent dans Landra Guido, 1940 (20 novembre), « La Letteratura razziale tedesca in tempo di guerra », La difesa della razza, vol. iv, n° 2, respectivement p. 17 et 18.

34 Montandon Georges, 1942 (5 janvier), « Coerenza dello spirito », La difesa della razza, vol. v, n° 5, p. 21.

35 Savelli Giovanni, 1940 (20 mai), « Céline e il giudaismo », La difesa della razza, vol. iv, n° 14, p. 23.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 25.

39 Montandon Georges, 1939 (20 juin), « La soluzione del problema ebraico », La difesa della razza, vol. iii, n° 16, p. 7.

40 Ibid.

41 Drumont Édouard, 1907 (20 août), « Le Congrès Sioniste », La Libre Parole, p. ?.

42 Ainsi dans l’article anonyme [mais que l’on peut attribuer à Montandon], 1941 (5 juillet), « Ebrei in Francia », La difesa della razza, vol. iv, n° 17, p. 29.

43 Montandon Georges, 1941 (20 juin), « I caratteri del tipo giudaico », La difesa della razza, vol. iv, n° 16, p. 17.

44 Montandon Georges, 1940 (5-20 novembre), « Da che cosa si riconoscono gli ebrei? », La difesa della razza, vol. iii, n° 21-22, p. 7.

45 Montandon Georges, « I caratteri del tipo giudaico », art. cit., p. 17.

46 Ibid., p. 18.

47 Les deux citations figurent dans Céline Louis-Ferdinand, 1937, Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, respectivement p. 207 et 211. Pour la fréquence du thème de la chamitisation du Juif dans Bagatelles, ainsi que chez d’autres auteurs antisémites, cf. Germinario Francesco, Letteratura politica e antisemitismo, opcit., p. 83.

48 Cf. Verschuer Ottman (von), 1943 [1941], Manuel d’eugénique et hérédité humaine, Paris, Masson & Cie, p. 126. Pour la diffusion de cette accusation, reprise également par Guido Landra, cf. Germinario Francesco, Argomenti per lo sterminio, op. cit., p. 268, note 35.

49 Hassel Ulrich (von), 1996 [1988], Diario tedesco. L’opposizione tedesca a Hitler, Rome, Editori Riuniti, p. 353.

50 Montandon Georges, 1939 (5 novembre), « L’etnia puttana », La difesa della razza, vol. ii, n° 5, p. 18-23.

51 Ibid., p. 22.

52 Ibid.

53 Sur la diffusion massive du stéréotype de l’« ethnie putain », cf. Germinario Francesco, Argomenti per lo sterminio, op. cit., p. 18-141.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Couverture du premier numéro de La difesa della razza
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 614k

Auteur

Francesco Germinario est professeur habilité d'histoire contemporaine et de philosophie politique, et membre du comité scientifique de la Casa della memoria di Brescia. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la culture de droite, l'imaginaire antisémite et la vision mythique de la politique.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search