Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

L'anthropologie criminelle. Cartographie du racialisme à l'italienne

7

Le racisme antiméridional entre la fin du xixe et le début du xxe siècle : l’Italie « barbare »

Ernesto De Cristofaro

Texte intégral

  • 1 « L’interprétation raciste de l’infériorité du Mezzogiorno peut être considérée comme un épisode ma (...)

L’interpretazione razzistica dell’inferiorità del Mezzogiorno
può essere considerata un episodio marginale nella storia della
questione meridionale se si guarda alla scarsa importanza che
i «romanzi antropologici» della scuola positiva ebbero nella
cultura italiana1.
Colajanni Napoleone, 1898, Per la razza maledetta.

I. Lombroso en Calabre

  • 2 Pour une analyse du fossé économique entre le Nord et le Sud après l’unification italienne, voir Be (...)
  • 3 Voir : Lombroso Cesare, 2009 [1898], In Calabria, Soveria Mannelli, Rubbettino, p. 101-103.
  • 4 Ibid., p. 63.
  • 5 Ibid., p. 68.

1En 1862, Cesare Lombroso prend part aux manœuvres militaires de répression du brigandage en Calabre comme officier du Corpo Sanitario Militare de l’Armée italienne. À partir de cette expérience, il publie un article, en 1863, « Tre mesi in Calabria », dans la Rivista Contemporanea. Le même texte, quelque peu enrichi, est publié à la fin du siècle, en 1898, sous le titre In Calabria. Dans la deuxième version de son travail, Lombroso analyse les difficultés et les retards sociaux de la Calabre, en prenant en considération le poids des facteurs économiques2 et la mauvaise distribution de la propriété des fonds agricoles3. Tandis que dans la première version, celle de 1863, il s’intéresse surtout aux caractères biosomatiques de la population, selon une tendance qui consistait à chercher des relations de cause à effet entre les pathologies de l’organisme et celles du comportement, recherches qu’il développera quelques années plus tard dans L’homme criminel, publié en 1876. En 1863, à propos de la nature caractérielle des habitants de la Calabre, Lombroso écrit que la mauvaise lignée germinale héritée de la domination espagnole – beaucoup plus que le climat – avait produit des habitudes malsaines et une tendance à l’oisiveté. Les riches donnent à voir cette disposition en menant une vie oisive entre luxure, plaisirs et chasse. Les pauvres s’adonnent aux vols, à des atteintes aux patrimoines ou à la mendicité4. En partant d’une telle prémisse, Lombroso considère que l’on ne peut pas être surpris par la grande diffusion de la violence : « Tuer quelqu’un avec un couteau est quelque chose d’assez habituel »5. Selon Lombroso, nombreux sont ceux qui possèdent un fusil et l’emmènent. Les statistiques des délits peuvent confirmer cette description.

  • 6 Voir Lombroso Cesare, 1995 [1865], « Immagini d’Italia: mestieri e professioni, razze e associazion (...)

2En 1865, dans un article publié sur La Gazzetta Medica Italiana – Lombardia, Lombroso écrit que dans toutes les régions d’Italie, et presque dans chaque ville, on trouve des typologies particulières de criminalité. Cela vaut pour la Ligurie, pour la Lombardie, pour la ville de Mantoue ou de Pescara et, bien entendu, pour le Mezzogiorno. Par exemple, dans la ville de Pergola, près de Pistoia, les habitants ont une forte tendance au vol qui peut être expliquée par la commixtio sanguinis avec des groupes de gitanes. Que la race soit un facteur de la criminalité – ajoute Lombroso – on peut bien le supposer. En Sicile, par exemple, les influences arabes et sémites sont la cause originaire des tendances au crime. Le sang arabe – mobile, agité, cruel et rapace – explique pour une large part les rébellions et les violences dans la Sicile occidentale. Par contre, le fait que les provinces de Catane et de Messine soient peuplées par des populations riches en sang aryen et beaucoup moins intelligentes6 explique que la vie civile soit plus calme et pacifique. De cette façon, Lombroso avance l’hypothèse d’une connexion systématique entre les caractères du milieu physique et la transmission héréditaire des matrices pathologiques. Il souligne ainsi l’existence de dispositions antisociales ou criminelles typiques parmi les habitants du Sud. Cependant, il n’oppose pas alors le Nord au Sud mais, au contraire, il affirme que le crime a partout, dans le Sud comme dans le Nord, des causes semblables.

II. Niceforo et la géographie criminelle italienne

  • 7 Voir Puccini Sandra, 1980, « Note sul rapporto tra gli studi etno-antropologici italiani e il razzi (...)
  • 8 Voir Guarnieri Patrizia, 2013, « Niceforo, Alfredo », in Dizionario Biografico degli Italiani, Roma (...)

3À la fin du xixe siècle, dans les années 1897-1898, un autre auteur appartenant à l’école de criminologie positiviste, le sicilien Alfredo Niceforo, reprend certains points de l’analyse de Lombroso. Né en 1876 à Castiglione di Sicilia, un village entre Catane et Messine, Niceforo est le fils du président de la cour d’appel de Palerme. Il fait ses études dans les universités de Florence et de Rome où il rencontre le professeur Giuseppe Sergi, né à Messine et fondateur de la Société d’anthropologie de Rome. Il obtient une licence de droit à Naples en 1897. Sa carrière se déroule entre l’Italie et l’Europe. Il se marie avec Margherita Sicaré à Paris en 1900. En 1901, il devient conférencier de droit pénal à Lausanne. Entre 1903 et 1905, il donne des conférences à l’université de Bruxelles. À partir de 1910, il enseigne la criminologie à l’université « La Sapienza » de Rome et, à partir de 1914, il enseigne également la statistique à Messine et, quelques années plus tard à Naples. En 1918-1919 il est professeur invité à la Sorbonne et, enfin, en 1943 il sera, avec Eugenio Florian et Nicola Pende – l’un des rédacteurs du « Manifeste de la race » de 19387 – le coéditeur d’un monumental dictionnaire de criminologie8.

  • 9 Bien qu’il s’agisse de la première œuvre d’un auteur encore peu connu, deux comptes rendus, signés (...)
  • 10 Voir Niceforo Alfredo, 1897, La delinquenza in Sardegna [préface d’Enrico Ferri], Palerme, Remo San (...)
  • 11 Voir Teti Vito, 2011, « Giuseppe Sergi. La teoria delle 'due stirpi' e la decadenza delle nazioni l (...)
  • 12 Voir Niceforo Alfredo, 1898, L’Italia barbara contemporanea. (Studi ed appunti), Milan-Palerme, Rem (...)
  • 13 Voir Niceforo Alfredo, 1901, Italiani del Nord e Italiani del Sud, Turin, Fratelli Bocca, p. 11-88.
  • 14 Ibid., p. 89-91.
  • 15 Ibid., p. 149.

4En 1897, il publie son premier travail, La delinquenza in Sardegna9, dans lequel il rassemble des recherches réalisées pour la Société géographique italienne et pour la Société d’anthropologie de Rome. Dans cet ouvrage, il théorise l’existence d’une région criminelle (una zona delinquente) qui serait l’effet de causes liées au milieu physique et aux populations qui l’occupent10. Alea iacta est, pour ainsi dire. À partir de ce moment, le thème de la relation entre lieux et criminalité va revenir dans ses travaux, en particulier dans L’Italia barbara contemporanea (1898) et dans Italiani del Nord e Italiani del Sud publié en 1901 mais déjà paru partiellement comme article dans la Rivista contemporanea en 1899. Dans L’Italia barbara contemporanea, Niceforo écrit qu’il y a une distance abyssale entre le Nord et le Sud. Il s’agit précisément de « deux Italies ». Cela résulte du fait que dans le Nord vivent les « Aryens » et dans le Sud les « Méditerranéens ». D’abord, selon les études de Giuseppe Sergi, qui avait été le maître académique de Niceforo, ce n’est pas la couleur des yeux, des cheveux ou de la peau qui importe mais la forme du crâne, qui demeure inchangée d’une génération à l’autre11. Celle-ci confirme aussi, selon Niceforo, l’existence de deux lignées ethniques : germanique au Nord, latine au Sud. Un Italien du Nord est beaucoup plus proche biologiquement et somatiquement d’un Allemand que d’un Italien du Sud qui ressemble aux Grecs ou aux Espagnols. Parmi les citoyens du Nord, le sentiment de l’unité sociale, de la coopération et de la cohésion est beaucoup plus vif ; en revanche, parmi les habitants du Sud, on trouve l’individualisme et la guerre de tous contre tous – bellum omnium contra omnes. Les « Aryens » ont un sens social plus marqué malgré le fait qu’ils soient, parfois, moins intelligents. Dans le Sud, il est presque impossible d’imaginer une quelconque organisation sociale. Les Italiens du Sud sont, selon Niceforo, indisciplinables, inéducables et, souvent, rebelles12. Dans le travail, très vaste (environ six cents pages, riches de statistiques et de tableaux graphiques) publié en 1901, Italiani del Nord e Italiani del Sud, Alfredo Niceforo développe ses théories sur les plans moral et juridique. Au début du livre, il écrit que les Italiens du Sud sont, en moyenne, inférieurs aux Italiens du Nord par la taille, la circonférence du crâne, le poids et la largeur du front. Donc, ils apparaissent comme étant organiquement dégénérés13. Ce fait est souvent une conséquence de la pauvreté de l’alimentation. En tout cas, il y a, selon Niceforo, une relation réciproque entre la richesse, l’alimentation et la santé physique et morale. C’est-à-dire que l’on est dégénéré parce que l’on est mal alimenté. Mais, inversement, on est mal alimenté parce que l’on est, par ses ancêtres, inférieurs14. Cette infériorité physique a pour conséquence l’infériorité morale. La dégénérescence produit un retard moral et ce dernier fait que « les Italiens du Sud ne sont pas aptes à gagner la lutte moderne pour le progrès », selon les mots de Niceforo15.

5Un autre indicateur important de la supériorité du Nord est la culture : on trouve dans le Nord beaucoup plus d’écoles, de bibliothèques, de journaux. La majorité des gens est capable de lire et d’écrire. Même dans le Nord, admet Niceforo, il y a des criminels et des délits. Mais les crimes violents sont beaucoup plus nombreux dans le Sud. Ce sont les crimes typiques de la « race barbare ».

  • 16 Ibid., p. 293-313.

6Dans le Sud, le crime est presque toujours violent, primitif, armé ; au Nord, le délit est subtil, rusé, calculé. L’hypocrisie, le masque, la fraude prennent la place du couteau. Il y a une criminalité de la civilisation et une criminalité de la barbarie. Ces deux types de délinquance coexistent dans la société moderne parce qu’en elle coexistent des formes sociales archaïques et des civilisations développées. Si l’on prend l’exemple de l’homicide, qui est le crime violent par excellence, on découvre que le nombre de personnes tuées en Sicile et en Sardaigne est environ sept fois supérieur à celui des personnes tuées dans le Nord de l’Italie. Mais, en général, les crimes violents de toutes sortes – extorsions, lésions, cambriolages… – sont trois fois plus nombreux dans le Sud que dans le Nord16.

  • 17 Ibid., p. 323-328.
  • 18 Ibid., p. 342.
  • 19 Ibid., p. 477-485.
  • 20 Ibid., p. 496-500.

7La délinquance juvénile est presque équivalente au Nord et au Sud. On peut expliquer ce phénomène par le fait que la violence généralisée dans le Sud est contrebalancée par l’exigence d’une lutte plus précoce pour survivre dans le Nord, dans un contexte plus compétitif. Là où le progrès arrive plus tôt, il apporte une compétition plus dure qui a pour conséquence de bouleverser l’adolescence et la jeunesse, obligeant les jeunes à se jeter très tôt dans la lutte pour la vie17. Enfin, le taux de récidive dans le Sud et dans les îles, de deux à trois fois supérieur à celui du Nord, démontre le caractère naturel et mécanique de la délinquance18. Même le nombre de suicides témoigne en faveur de l’écart de développement entre le Nord et le Sud : les peuples barbares et les civilisations inférieures sont moins exposés à cette conduite qui est typique de l’attrition et de l’usure du système nerveux ainsi que de l’accélération de la vie qui concerne les populations les plus avancées. Niceforo rappelle que les races sauvages réfractaires au progrès se conduisent de manière uniforme et qu’un article scientifique s’appuyant sur des données statistiques américaines indiquait que pendant sept ans il y eut neuf suicides parmi les noirs et cent quarante parmi les blancs dans la ville de New York19. La folie suit la même dynamique que celle du suicide. La folie, fille du surmenage mental et des excitations massives que la civilisation amène avec elle, est un phénomène étroitement lié au progrès de la civilisation. La civilisation, dans sa démarche tumultueuse, fait augmenter rapidement ces deux formes de naufrage que sont la folie et le suicide20.

  • 21 Ibid., p. 584-606. Les thèses soutenues par Niceforo dans Italia barbara contemporanea et dans Ital (...)

8L’évolutionnisme permet à Niceforo de montrer l’adaptation des populations de l’Italie du Nord, de l’Europe du Centre et du Nord au progrès scientifique et technologique ; les théories de la dégénérescence et de l’atavisme – la forme du crâne, la hauteur moyenne, les maladies… – lui permettent de mettre en évidence la mauvaise qualité de la race méridionale, une « race maudite ». Toutes les unités de mesure que Niceforo utilise dans Italiani del Nord e Italiani del Sud – et qu’il avait déjà considérées dans les livres La delinquenza in Sardegna (1897) et L’Italia barbara contemporanea (1898) et dont Giuseppe Sergi avait profité dans son travail La decadenza delle nazioni latine (1900) – analphabétisme, délinquance, niveau de production industrielle, vitalité culturelle – montrent l’existence de profondes fractures civilisationnelles dans la nation italienne. Mais la région qui a le plus de retard, la plus barbare parmi celles considérées – et insensible, à cause de son insularité, à une quelconque amélioration ou progrès – est la Sardaigne. La Sardaigne, où les enfants jouent aux brigands et les familles le plus honorées sont celles qui ont parmi leurs membres des récidivistes ou des prisonniers, représente le niveau le plus bas de la diffusion de la civilisation en Italie21.

III. Levi Bianchini, le Congo et les Calabrais

  • 22 Cf. Zanobio Alberto, 2005, « Levi Bianchini, Marco », in Dizionario biografico degli italiani, vol. (...)

9Les idées de Niceforo ne restent pas sans conséquences. Parmi ceux qui se montrent positivement intéressés, on peut mentionner le médecin et anthropologue juif Marco Levi Bianchini dont les conceptions sont, malgré des traits communs, moins apocalyptiques et moins déterministes que celles de Niceforo. Terminant sa formation médicale à Padoue en 1899, il s’initie très tôt à la psychanalyse et commence à fréquenter la clinique psychiatrique de Florence. Mais, peu après, pour des raisons économiques, il accepte en 1901 de s’engager comme médecin militaire au service du roi Léopold II de Belgique et séjourne durant une période d’environ une année au Congo. Cette expérience va donner lieu à des études présentant des analogies révélatrices avec ses travaux quasiment contemporains sur la Calabre, issus de son expérience au poste de vice-directeur qu’il occupera ensuite à l’hôpital psychiatrique provincial de Girifalco, dans la province de Catanzaro22.

  • 23 Voir : Levi Bianchini Marco, 1904 (avril), « Superstizioni, pregiudizi e terapia empirica nella raz (...)
  • 24 Levi Bianchini Marco, 1906, « La mentalità della razza calabrese (saggio di psicologia etnica) », R (...)
  • 25 Ibid., p. 17.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid., p. 16.

10Dans l’essai consacré au thème « Superstizioni e terapia empirica nella razza calabrese »23 (1904) – « superstitions et thérapie empirique chez la race calabraise » – Levi Bianchini constate qu’il est possible d’observer en Calabre, des coutumes typiques des populations primitives : il est interdit de boire à la santé de quelqu’un et de ne pas vider le verre juste après ; si un membre d’une famille est assassiné, il faut ne pas manger de viande pendant une longue période de temps ; les paysans utilisent les excréments d’âne pour soigner les blessures ; les morsures des serpents venimeux sont traitées avec du feu ou par des herbes médicinales. Il y a, en général, un rapport beaucoup plus étroit avec le monde de la nature, un monde peuplé de présences magiques et organisé selon des rites archaïques. Dans un autre article, il souligne, chez les Calabrais, l’indolence, le fatalisme, le fort sentiment d’appartenance à un territoire et la fermeture à l’égard du monde extérieur. Le Calabrais « s’adapte passivement aux mutations de la vie »24, écrit Levi Bianchini. Son univers relationnel est la famille, et, au plus, le petit bourg où il naît et passe son existence. La communauté est ordonnée en castes très rigides et la grande majorité de la population est primitive, analphabète, rustre et manifeste instinctivement ses états d’âme. Malgré le fait que « l’analphabétisme et la criminalité se situent encore à un pourcentage trop élevé »25, il ne faut pas toutefois croire, selon Levi Bianchini, que la violence soit une sorte de dégénérescence liée aux matrices génétiques de la population locale. La mauvaise réputation qui accompagne les Calabrais sous ce profil est « fausse, injuste, imméritée »26. Il est vrai cependant qu’ils partagent certaines caractéristiques – qui ne sont pas dépourvues d’aspects positifs comme la liberté des échanges, le sentiment d’appartenance ou l’hospitalité – avec d’autres populations primitives. Parmi celles-ci, figurent les cultures de l’Afrique centrale équatoriale « qui présentent aujourd’hui l’état rudimentaire de culture que connut l’Europe plusieurs millénaires auparavant »27.

  • 28 Levi Bianchini Marco, 1907 (juillet-août), « Il Congo e la colonizzazione dell’Africa centrale », R (...)
  • 29 Ibid., p. 88.
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid., p. 82.

11Un tel parallélisme entre l’Afrique et le Sud de l’Italie est repris par Levi Bianchini dans une étude parue en 1907 où il expose quelques réflexions sur son expérience congolaise. La tonalité générale de l’essai est empreinte d’une grande condescendance et, à plusieurs reprises, apparaît nettement le sentiment de supériorité de l’homme blanc, qui, presque malgré lui, porte sur son dos le fardeau de la civilisation jusqu’à ces contrées reculées, sauvages et inhospitalières, habitées par des tribus brutales, violentes et anthropophages. Le colonisateur n’a pas vraiment le choix : « Si le blanc veut rester et dominer, il ne peut céder ni tergiverser. Soit le noir se plie soit il doit être supprimé »28. Mais la condition d’arriération civile et morale à laquelle le blanc se trouve confronté dépend de l’extrême difficulté d’accès à ces régions, et, par conséquent, de l’isolement prolongé dans lequel vivent ces populations, en contact uniquement avec de groupes au même niveau de développement. Ces populations regardent l’homme blanc avec crainte mais aussi avec émerveillement, curiosité et étonnement. Précisément, le même étonnement dont est frappé le domestique calabrais de Levi Bianchini qui, dans son ignorance ingénue du cirage qu’il n’a jamais vu utiliser, s’y réfère en le qualifiant de « médecine des bottes »29. Ainsi, on peut considérer qu’en Afrique, de manière similaire à ce qui s’est passé dans le Sud de l’Italie après l’unification, la civilisation blanche supérieure et obéissant à une « loi féconde et universelle »30, ne doit pas se limiter à exploiter les ressources naturelles locales. Elle peut également prendre des communautés indigènes ce qu’elles ont de positif à offrir. Même si, pour atteindre un tel objectif, il faudra, comme ce fut le cas en Italie, agir « avec le sang et avec le feu, certainement pas avec la prédication et les paraboles du Nouveau Testament »31.

IV. De la question sociale méridionale à une question d’ordre public

  • 32 Voir : Colajanni Napoleone, 1898, Per la razza maledetta. Osservazioni, Palerme, Sandron, p. 1-2.
  • 33 Ibid., p. 7-11.
  • 34 Ibid., p. 13-14.
  • 35 Au cours d’un débat parlamentaire, le 14 décembre 1901, Enrico Ferri, lors d’une polémique avec Col (...)
  • 36 Ibid., p. 32-33. On peut aussi lire des extraits du pamphlet de Colajanni dans : Villari Rosario (d (...)

12Un auteur qui, en revanche, conteste de la manière la plus dure les thèses de Niceforo est le sociologue Napoleone Colajanni dans l’essai Per la razza maledetta, paru en 1898 comme réponse polémique à L’Italia barbara contemporanea. La théorie de l’infériorité raciale, déjà utilisée pour les populations d’Asie et d’Afrique, est, selon Colajanni, un instrument de légitimation de cette forme de brigandage collectif que l’on appelle « politique coloniale »32. Le danger des thèses de Niceforo ne réside pas seulement dans leur contenu, mais aussi dans le jugement positif porté sur celles-ci par Enrico Ferri qui en fait ainsi les thèses officielles de l’école positiviste de criminologie en Italie. Selon Niceforo – qui simplifie l’analyse de Ferri sur l’importance des facteurs physiques (comme le climat et l’alimentation), biologiques (l’héritage cellulaire) et sociaux (l’instruction, la richesse) en réduisant la complexité des phénomènes à une relation binomiale « individu/milieu » – la misère explique les atteintes au patrimoine, très nombreux en Sardaigne, mais pas ceux contre la personne comme l’homicide qui sont le symptôme d’une race malade33. Au contraire, affirme Colajanni, l’analphabétisme et la pauvreté sont aussi très fortement liés aux crimes violents. Les journaux de la Sardaigne – rappelle Colajanni – n’avaient pas hésité à signaler au Sicilien Niceforo (d’ailleurs Sicilien comme Colajanni, né à Castrogiovanni – aujourd’hui Enna – en 1847) qu’en Sicile, aussi, le nombre des homicides est très élevé34. La présomption de Niceforo de tout expliquer par les détections biométriques et les observations sur la forme du crâne ne serait finalement pas trop dangereuse si elle n’était pas accompagnée de deux autres éléments inquiétants : le fait que la solution proposée pour soigner les « maladies » du Sud serait de les traiter par le fer et le feu (comme cela avait été déjà fait en Afrique) ; et le fait que les thèses de Niceforo avaient reçu l’imprimatur de qualité d’Enrico Ferri35, ce qui devait renforcer leur autorité en Italie et à l’étranger36.

13Finalement, on peut dire que dans le positivisme racial italien s’est opéré un changement de catégorie entraînant une réduction de la complexité de la question sociale méridionale en une simple question d’ordre public. De ce point de vue, il peut nous être utile de prendre en compte ce que Michel Foucault affirme dans son cours au Collège de France de l’année 1974-1975 intitulé : « Les anormaux ».

  • 37 Voir Foucault Michel, 2000, «Gli anormali». Corso al Collège de France (1974-1975), Milan, Feltrine (...)

14Pendant la leçon du 12 février 1975, Foucault examine la construction théorique d’un discriminant psychiatrique-politique et explique, à ce propos, la fonction sociale des théories lombrosiennes. Après la vague révolutionnaire des années soixante-dix, on a commencé à demander à la psychiatrie d’identifier les individus, les groupes politiques et les processus historiques qui pouvaient être jugés positivement. En Italie, ce problème a été posé à Lombroso concernant la direction prise par des mouvements d’inspiration mazzinienne-garibaldienne vers le socialisme radical et l’anarchie. La science biologique, anatomique, psychologique, psychiatrique permet de reconnaître dans un mouvement politique ce qui mérite d’être validé ou, par contre, disqualifié. La véritable révolution, toujours utile et noble, doit être distinguée de l’émeute et de la rébellion. Cet élément ressort également de la physionomie des révolutionnaires. Lombroso analyse les fiches de police sur les anarchistes emprisonnés à Turin et observe que presque aucun d’eux n’a le visage harmonieux de Karl Marx ou de Charlotte Corday. De cette manière, le mouvement qu’ils représentent est déjà disqualifié au niveau biosomatique37.

  • 38 Paradoxalement, de nombreux défenseurs de ces conceptions, à commencer par Francesco Crispi, étaien (...)

15En substance, entre la fin du xixsiècle et le début du xxsiècle, la psychiatrie et l’anthropologie criminelle réalisent en Italie (mais pas seulement) la construction d’un paradigme théorique fondé sur la dégénérescence et sur l’hérédité. Ce paradigme a une fonction instrumentale relative à l’action que la politique va mener par le biais d’un investissement important de moyens économiques et principalement répressifs (militaires, policiers, judiciaires). Pour conserver les catégories de Foucault, se noue un dispositif de pouvoir et de savoir. Les pratiques coercitives s’accompagnent d’une production théorique ramifiée dont l’objectif est de prouver que les mouvements sociaux qui secouent la nation sont l’œuvre d’individus appartenant à des catégories biologiquement déviantes. Un tel principe de discrimination disqualifie dès le départ les acteurs politiques du Mezzogiorno en confinant désordres et émeutes dans la sphère de la pathologie mentale. Le positivisme criminologique offre une réponse rassurante, parce que dotée d’une prétendue objectivité scientifique, à la demande sociale et politique de réaction et de rétablissement de l’ordre faite par les classes dirigeantes38. Le « corps » politique de la nation peut être investi dans toute sa densité par la métaphore médicale et considéré comme une réalité de laquelle vont être séparées les parties infectées afin que le tout puisse fonctionner. En revenant à des arguments similaires bien que ce soit dans une autre perspective, Foucault écrira :

  • 39 Foucault Michel, 1998 [1978], « La nascita della nozione di 'individuo pericoloso' nella psichiatri (...)

[…] la psychiatrie a conquis son autonomie et a acquis un grand prestige grâce au fait d’avoir pu être inscrite dans le contexte d’une médecine conçue comme réaction aux dangers inhérents du corps social39.

  • 40 Cf. Romano Salvatore Francesco, 1959, Storia dei fasci siciliani, Bari, Laterza ; Renda Francesco, (...)
  • 41 Cf. Barbagallo Francesco, 1980, Mezzogiorno e questione meridionale (1860-1980), Naples, Guida, p.  (...)

16Par conséquent, ce ne peut être un hasard si les études les plus précoces de Lombroso – bien qu’elles aient été ensuite en partie dépassées et problématisées par le biais de catégories interprétatives moins rigides que l’opposition Nord/Sud – s’inspirent de son expérience de médecin militaire durant la campagne de répression du brigandage en Calabre dans les années 1860. De même, ce n’est pas un hasard si les études de Niceforo correspondent chronologiquement aux Fasci siciliani les « Faisceaux siciliens » – le dernier grand mouvement de masse qui unit les ouvriers, les paysans et les petits propriétaires, guidés par les représentants du parti socialiste, entre 1891 et 1894, vers la revendication d’une distribution plus équitable des terres40. Ce mouvement a été réprimé drastiquement par le gouvernement Crispi, mais ses revendications ont été soutenues, entre autres, par Napoleone Colajanni41.

Notes

1 « L’interprétation raciste de l’infériorité du Mezzogiorno peut être considérée comme un épisode marginal de l’histoire de la question méridionale au regard de la maigre importance qu’eurent les romans anthropologiques de l’école positiviste dans la culture italienne ».

2 Pour une analyse du fossé économique entre le Nord et le Sud après l’unification italienne, voir Bevilacqua Piero, 1993, Breve storia dell’Italia meridionale dall’Ottocento a oggi, Rome, Donzelli, p. 9-32.

3 Voir : Lombroso Cesare, 2009 [1898], In Calabria, Soveria Mannelli, Rubbettino, p. 101-103.

4 Ibid., p. 63.

5 Ibid., p. 68.

6 Voir Lombroso Cesare, 1995 [1865], « Immagini d’Italia: mestieri e professioni, razze e associazioni al mal fare », in Id., Delitto, genio, follia. Scritti scelti [édité par Delia Frigessi, Ferruccio Giacanelli et Luisa Mangoni], Turin, Bollati Boringhieri, p. 722. Un auteur qui suivra les conclusions de Lombroso sur la « carte géographique » de la pathologie mentale et morale, mais en mettant l'accent sur l'analyse économique, est Penta Pasquale, 1911, « La patria (razza) come dato etiologico generale della pazzia e della criminalità », Rivista mensile di psichiatria forense, antropologia criminale e scienze affini, vol. iv, n° 4, p. 326-333.

7 Voir Puccini Sandra, 1980, « Note sul rapporto tra gli studi etno-antropologici italiani e il razzismo fascista: il 'caso' della pura razza italiana », Scuola e cultura, n° 58, p. 121-138 ; et De Cristofaro Ernesto, 2015, « Dalla difesa della stirpe alla difesa della razza. La via italiana alla biopolitica », Materiali per una storia della cultura giuridica, n° 2, p. 329-344.

8 Voir Guarnieri Patrizia, 2013, « Niceforo, Alfredo », in Dizionario Biografico degli Italiani, Roma, Istituto della Enciclopedia Treccani, vol. 78, p. 439-441.

9 Bien qu’il s’agisse de la première œuvre d’un auteur encore peu connu, deux comptes rendus, signés par deux personnalités célèbres, dans le quotidien le plus important de l’époque, témoignent de sa valeur stratégique dans la galaxie des œuvres de l’école positiviste : Lombroso Cesare, 1897 (29-30 octobre), « Razza e criminalità in Italia », Il Corriere della Sera et Sighele Scipio, 1897 (17-18 juillet), « Un’isola dimenticata. La delinquenza in Sardegna », Il Corriere della Sera. Ces deux articles ont également été publiés dans Lombroso Cesare, 2014, Scritti per il «Corriere» 1884-1908 [dirigé par Damiano Palano, préface de Lorenzo Ornaghi], Milan, Fondazione Corriere della Sera, p. 219-225 et p. 511-518.

10 Voir Niceforo Alfredo, 1897, La delinquenza in Sardegna [préface d’Enrico Ferri], Palerme, Remo Sandron. Voir également Coletti Francesco, 1908, « Alcuni caratteri antropometrici dei Sardi e la questione della degenerazione della razza », Rivista italiana di Sociologia, vol. xii, n° 1, p. 56-85 ; enfin, concernant les études de Niceforo sur cette partie d’Italie : Riccardo Gaetano, 2000, « L’antropologia positivista italiana e il problema del banditismo in Sardegna. Qualche nota di riflessione », in Burgio Alberto (dir.), Nel nome della razza. Il razzismo nella storia d’Italia 1870-1945, Bologne, Il Mulino, p. 95-103.

11 Voir Teti Vito, 2011, « Giuseppe Sergi. La teoria delle 'due stirpi' e la decadenza delle nazioni latine », in Id., La razza maledetta. Origini del pregiudizio antimeridionale, Rome, Manifestolibri, p. 221-230. Sur l’importance de l’anthropométrie crânienne, voir aussi : Biasutti Renato, 1906, « A proposito dei caratteri cranici di una razza primitiva », Archivio per l’antropologia e l’etnologia, vol. 36, n° 2, p. 3-11 ; Niceforo Alfredo, 1908, Antropologia delle classi povere, Milan, Vallardi, p. 71-75.

12 Voir Niceforo Alfredo, 1898, L’Italia barbara contemporanea. (Studi ed appunti), Milan-Palerme, Remo Sandron, p. 287-296. Sur la description systématique des Italiens du Sud comme « barbares » ou « brigands », voir aussi : Moe Nelson, 2004 [2002], Un paradiso abitato da diavoli. Identità nazionale e immagini del Mezzogiorno, Naples, L’Ancora del mediterraneo, p. 165-171 ; Petraccone Claudia, 2000, Le due civiltà. Settentrionali e meridionali nella storia d’Italia, Rome/Bari, Laterza, p. 153-173.

13 Voir Niceforo Alfredo, 1901, Italiani del Nord e Italiani del Sud, Turin, Fratelli Bocca, p. 11-88.

14 Ibid., p. 89-91.

15 Ibid., p. 149.

16 Ibid., p. 293-313.

17 Ibid., p. 323-328.

18 Ibid., p. 342.

19 Ibid., p. 477-485.

20 Ibid., p. 496-500.

21 Ibid., p. 584-606. Les thèses soutenues par Niceforo dans Italia barbara contemporanea et dans Italiani del Nord e Italiani del Sud ont fait l’objet des recherches suivantes : Salvadori Massimo Luigi, 1963, Il mito del buongoverno. La questione meridionale da Cavour a Gramsci, Turin, Einaudi, p. 193-197 ; De Francesco Antonino, 2012, La palla al piede. Una storia del pregiudizio antimeridionale, Milan, Feltrinelli, p. 153-155 ; Teti Vito, 2013, Maledetto Sud, Turin, Einaudi, p. 35-49.

22 Cf. Zanobio Alberto, 2005, « Levi Bianchini, Marco », in Dizionario biografico degli italiani, vol. 64, Rome, Istituto della Enciclopedia Treccani, p. 800-802. Pour mesurer l’importance de Levi Bianchini, il faut rappeler qu’il fut, entre 1915 et 1922, le traducteur de quelques-uns des premiers travaux de Sigmund Freud et d’Otto Rank publiés en Italie.

23 Voir : Levi Bianchini Marco, 1904 (avril), « Superstizioni, pregiudizi e terapia empirica nella razza calabrese », Rivista d’Italia, n° vii, p. 688-696.

24 Levi Bianchini Marco, 1906, « La mentalità della razza calabrese (saggio di psicologia etnica) », Rivista di psicologia applicata alla pedagogia e alla psicopatologia, n° ii, p. 14.

25 Ibid., p. 17.

26 Ibid.

27 Ibid., p. 16.

28 Levi Bianchini Marco, 1907 (juillet-août), « Il Congo e la colonizzazione dell’Africa centrale », Rivista coloniale, p. 82.

29 Ibid., p. 88.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 82.

32 Voir : Colajanni Napoleone, 1898, Per la razza maledetta. Osservazioni, Palerme, Sandron, p. 1-2.

33 Ibid., p. 7-11.

34 Ibid., p. 13-14.

35 Au cours d’un débat parlamentaire, le 14 décembre 1901, Enrico Ferri, lors d’une polémique avec Colajanni, qui était, comme lui, député, affirmera que dans le Nord de l’Italie, il y a des cas de délits, tandis que dans le Sud, il y a de rares oasis d'honnêteté. Voir en ligne : http://storia.camera.it/regno/lavori/leg21/sed186.pdf.

36 Ibid., p. 32-33. On peut aussi lire des extraits du pamphlet de Colajanni dans : Villari Rosario (dir.), 1978, Il Sud nella storia d’Italia. Antologia della questione meridionale, Rome/Bari, Laterza, p. 371-382. Quelques années auparavant, un autre auteur, le criminaliste de l’Université de Modena Bernardino Alimena, avait consacré aux thèses de Ferri et Lombroso une analyse très critique, concernant surtout leur monisme méthodologique et leur accentuation exaspérée de la biomorphologie dans la conférence prononcée à l’Université de Naples, le 29 novembre 1894 « La Scuola critica di diritto pénale », parue plus tard dans Alimena Bernardino, 1911, Note filosofiche di un criminalista, Modène, Formiggini, p. 17-23.

37 Voir Foucault Michel, 2000, «Gli anormali». Corso al Collège de France (1974-1975), Milan, Feltrinelli, p. 138-140. Sur les enjeux politiques des théories lombrosiennes voir aussi : Gervasoni Maurizio, 1997, « Cultura della degenerazione tra socialismo e criminologia alla fine dell’Ottocento in Italia », Studi storici, vol. 38, n° 4, p. 1097-1100. Les références aux textes principaux sont : Lombroso Cesare, 1890, Il delitto politico e le rivoluzioni in rapporto al diritto, all’antropologia criminale ed alla scienza di governo, Turin, Fratelli Bocca, p. 249-278 ; 1998 [1894], Gli anarchici, Milano, Claudio Gallone Editore.

38 Paradoxalement, de nombreux défenseurs de ces conceptions, à commencer par Francesco Crispi, étaient méridionaux, exactement comme Niceforo.

39 Foucault Michel, 1998 [1978], « La nascita della nozione di 'individuo pericoloso' nella psichiatria legale del XIX secolo », in Pandolfi Alessandro (dir.), Archivio Foucault. Interventi, colloqui, interviste 3. 1978-1985. Estetica dell’esistenza, etica, politica, Milan, Feltrinelli, p. 49.

40 Cf. Romano Salvatore Francesco, 1959, Storia dei fasci siciliani, Bari, Laterza ; Renda Francesco, 1977, I fasci siciliani (1892-1894), Turin, Einaudi.

41 Cf. Barbagallo Francesco, 1980, Mezzogiorno e questione meridionale (1860-1980), Naples, Guida, p. 30-34. Concernant la figure de Napoleone Colajanni, voir ici même la contribution de Maria Teresa Milicia.

Auteur

Ernesto De Cristofaro est chercheur en histoire du droit médiéval et moderne au département de Jurisprudence de l’Université de Catane.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search