Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

L'anthropologie criminelle. Cartographie du racialisme à l'italienne

5

Le début de la pensée raciste de Lombroso (1860-1871)

Silvano Montaldo

Texte intégral

1Anthropologue, criminologue, psychiatre et médecin légiste, juif laïque et antitraditionaliste, né à Vérone en 1835, sujet autrichien et citoyen italien par choix et dévotion, Cesare Lombroso est devenu un critique de la classe dirigeante, peu encline à s’intéresser aux avis des scientifiques, et finalement un représentant du « socialisme des professeurs », nourrissant l’espoir – manqué – de construire un lien plus organique entre la connaissance et le gouvernement. Animé par un engagement civil et la croyance que la science pourrait répondre aux grands problèmes sociaux de son temps, il aborde un large éventail de sujets. La nouvelle « science » dont il était le fondateur, l’anthropologie criminelle, voyait dans la découverte des mécanismes naturels du crime la capacité de répondre efficacement aux questions qui menaçaient l’avenir du nouvel État. Vulgarisateur infatigable, engagé à renouveler la culture du pays et à promouvoir l’avènement de l’âge de la science après l’âge de la théologie et de la métaphysique, Lombroso est devenu célèbre à l’étranger. En 1897, dans la Revue des deux mondes, Teodor de Wyzewa, critique musical et littéraire hostile à la contamination de l’expérience artistique par le positivisme, déplorait que :

  • 1 Wyzewa Teodor (de), 1897 (décembre), « Le roman italien en 1897 », Revue des deux mondes, t. 144, p (...)

sur vingt livres italiens qui paraissent à présent, dix au moins sont manifestement inspirés des doctrines lombrosistes ; et dans la plupart des dix autres on peut être assuré de trouver à chaque page quelques-unes de ces formules imposantes et vides qui constituent, en somme, le plus clair des conquêtes scientifiques du professeur de Turin. « Dégénérescence », « sexualité », « type mattoïde », voilà des mots qu’on rencontre, à présent, jusque dans les poèmes, et dans les romans-feuilletons1.

  • 2 Gemelli Agostino, 1910, I funerali di un uomo e di una dottrina. In morte di Cesare Lombroso, Monza (...)
  • 3 Montaldo Silvano, 2012, « La 'fossa comune' del Museo Lombroso e il 'lager' di Fenestrelle: il cent (...)

2Cette situation ne dura pas longtemps : la résurgence de l’idéalisme, en philosophie et dans la critique artistique, la renaissance du spiritualisme catholique, la crise du libéralisme de Giolitti et les luttes au sein du socialisme italien, entraînèrent un profond changement. Ce fut la fin du positivisme italien, miné par ses propres erreurs. En 1909, à la mort de Lombroso, le jésuite Agostino Gemelli put annoncer « les funérailles d’un homme et d’une doctrine »2. Dans les années 1960, Lombroso a été considéré comme le symbole de l’union de la pensée scientifique du xixe siècle, de l’exploitation capitaliste, des pratiques répressives des institutions totalitaires et de l’impérialisme. Élevés au rang de symbole d’un rapport entre science et pouvoir qu’ils refusaient a priori, des anthropologues influencés par Lévi-Strauss et Canguilhem, des sociologues et des historiens proches des idées gramsciennes et des psychiatres radicaux s’inspirant de Basaglia, mirent l’accent sur les dispositifs idéologiques de l’anthropologie criminelle, en la représentant comme étant typique d’une fausse science bourgeoise et comme la preuve du fil rouge qui liait l’Italie libérale au régime fasciste. Le féminisme aussi reconnut en Lombroso le créateur de préjugés durables sur l’infériorité des femmes. À l’étranger, George Mosse, l’un des historiens les plus influents du xxe siècle, et Stephen Jay Gould, auteur d’un livre à succès sur la pensée raciste, ont intégré des textes de Lombroso dans leurs reconstructions de la généalogie du racisme et de la Shoah, tandis que Foucault l’a évoqué dans certains de ses cours au Collège de France. Ainsi, la figure de Lombroso n’a pas encore été consignée à l’histoire et suscite toujours de grandes passions : en 2009, lorsque l’Université de Turin a ouvert au public le musée d’Anthropologie criminelle, où sont exposées les collections réunies par Lombroso et ses admirateurs, il y eut un mouvement de protestation demandant sa fermeture, et rappelant que Lombroso avait été la cause des préjugés racistes des Italiens du Nord contre les Italiens du Sud3.

  • 4 Frétigné Jean-Yves, 2008, « Analyse du complexe discursif de la décadence sur l’homme et la société (...)
  • 5 Gibson Mary, 1998, « Biology or Environment? Race and Southern 'Deviancy' in the Writings of Italia (...)
  • 6 Caimari Lila, 2009, « L’america latina », in Montaldo Silvano et Tappero Paolo (dir.), Cesare Lombr (...)

3En réalité, le thème de la race traverse plusieurs phases dans les écrits de Lombroso, de 1860 à sa mort, et se relie à divers domaines : la question du Sud, la critique des institutions libérales et l’adhésion au socialisme évolutionniste, l’émergence d’un pessimisme anthropologique radical, la propagation du discours sur la décadence des nations latines et, dans le contexte international, l’explosion de l’antisémitisme4. La question se complique aussi parce que Lombroso a eu tendance à adopter, en les intégrant dans ses écrits, les idées de ceux qui ont été inspirés par son travail ; ainsi, pour ces années-là, nous devrions également tenir compte des positions de Sergi, Ferri, Niceforo, Sighele, pour ne citer que les plus connus5. Dans la dernière décennie du xixe siècle, notamment en Amérique latine, le lien entre l’anthropologie criminelle et le colonialisme est exprimé clairement ; au début du xxe siècle l’eugénisme, que Lombroso a tout juste eu le temps de connaître, s’ajoute également, et se confond avec le thème de la race6. Certains élèves de Lombroso collaborèrent à l’impérialisme fasciste, mais pour d’autres il en fut autrement. La participation à l’antifascisme et la dénonciation de l’antisémitisme nazi ont poussé les membres de sa famille à repenser le racisme, et cette distanciation a finalement conduit sa fille Gina, véritable vestale du mythe du père, à essayer d’occulter la pensée raciste de Lombroso. Mais c’est là un sujet trop vaste pour une seule contribution : nous allons essayer, plus simplement, de clarifier les concepts qu’il utilisait au début de son travail à propos de l’idée de race, d’identifier les articulations de la première phase du racisme lombrosien, ses racines théoriques et ses liens avec les autres aspects de sa pensée.

  • 7 Conklin Alice L., 2015, Exposer l’humanité. Race, ethnologie & empire en France (1850-1950) [préfac (...)

4Le noyau originel du racisme lombrosien appartient entièrement à la pensée théorique raciste du milieu du xixe siècle7. Son travail sur ces sujets commence après deux tournants décisifs qui ont marqué l’histoire naissante de l’anthropologie et de l’ethnologie. Le premier se situe dans les années précédant 1859, lorsque, suite à la crise du cosmopolitisme des Lumières et à son égalitarisme implicite, mais aussi en réaction à l’abolition de l’esclavage dans les colonies britanniques et françaises, plusieurs études affirmèrent fermement la pluralité d’origine et l’inégalité entre les races humaines, où chacune apparaissait enchaînée à un destin historique préétabli. Le second tournant décisif a été la parution, en 1859, de l’Origine des espèces, qui introduisait dans l’histoire naturelle les concepts d’évolution et de lutte pour l’existence, auxquels Lombroso se référa pour expliquer l’origine et le développement de l’humanité, en les associant avec désinvolture à des hypothèses transformistes. Bien que Darwin eût prudemment évité d’appliquer ses idées à l’histoire de l’humanité, on assista, dans les années qui suivirent, à un débat intense sur l’ancienneté de l’homme et sur son origine, alimenté par les ouvrages de Huxley, Lyell et Vogt.

  • 8 Lombroso Cesare, 1871, « Antropologia », in Mantegazza Paolo, Corradi Alfonso, Bizzozero Giulio (di (...)
  • 9 Ibid., p. 622.
  • 10 Ibid., p. 620.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid., p. 619-620 ; Giacobini Giacomo et Maureille Bruno, 2015, « Cesare Lombroso, la paleoantropol (...)

5Lombroso, jeune médecin à la recherche d’une chaire universitaire, a été imprégné par cette atmosphère, et il a exprimé certaines des idées de son temps dans le lemme « anthropologie », publié dans le Dizionario delle scienze mediche, en 1871, lorsque, pendant six ans, il fut chargé de cet enseignement à l’Université de Pavie. L’anthropologie était pour lui « l’étude de l’homme en tant qu’individu et en tant qu’espèce », menée par la méthode des sciences exactes, une science nouvelle tout à fait différente de l’anthropologie des temps anciens, qui considérait que l’homme appartenait à un milieu complètement différent de celui des animaux, et qui s’opposait à toute théorie tendant à intégrer l’homme dans le règne animal8. L’anthropologie moderne, « synthèse de l’anatomie, la géologie, l’archéologie, la linguistique, l’histoire et la statistique », avait, selon Lombroso, hérité de la philosophie9. Lombroso dessinait une généalogie à partir de Linné, qui avait placé, « avec un courage pas assez reconnu », l’Homo sapiens parmi les anthropomorphes avec le singe et lancé l’étude scientifique des « races humaines ». En passant par Camper et Blumenbach, il en arrivait aux chercheurs polygénistes de la première moitié du xixe siècle. Cependant, pour Lombroso, le plus excellent travail sur les « races humaines » était les Researches into the Physical History of Mankind de Prichard, ouvrage « dans lequel l’histoire naturelle, l’ethnographie et la linguistique s’unirent pour démontrer l’origine unique de l’espèce humaine »10. Par conséquent, il y avait une seule espèce, mais une pluralité de races, inégales entres elles, comme en témoignent les collections de crânes et les études de Morton, Gliddon et Nott. Comprendre la raison de la pluralité et de l’inégalité était le but de l’anthropologue moderne, un problème que, « avec des matériaux beaucoup moins riches, mais avec beaucoup plus de perspicacité, Gobineau avait tenté de résoudre »11. Les années soixante – avec la définition de règles communes pour les enquêtes anthropologiques fournies par Broca, la découverte du gorille comme « dernier intermédiaire manquant entre les races humaines et les singes », et des premiers crânes fossiles – semblaient avoir ouvert la voie à un avenir brillant pour la recherche scientifique12.

  • 13 Lombroso Cesare, 1871, « Antropologia », art. cit., p. 622.

6Âgé d’une trentaine d’années, avant la fondation de l’anthropologie criminelle, Lombroso a fait siennes les visées de l’anthropologie internationale, et attribué un rôle central aux collections anatomiques, aux mesures physiques et à la linguistique comparée, en essayant de combler le fossé entre l’étude du corps et celle de l’esprit. Son maître, le linguiste Paolo Marzolo, « qui avait doté de vie et de chair le squelette de Blumenbach », et avait pénétré dans les secrets de la pensée, lui avait fait entrevoir les origines de l’humanité13.

  • 14 De Francesco Antonino, 2013, The Antiquity of the Italian Nation. The Cultural Origins of a Politic (...)
  • 15 Lombroso Cesare, 1863, Cenni per una carta igienica d’Italia del dottor Cesare Lombroso, Milan, Chi (...)
  • 16 Ibid., p. 3-4.
  • 17 Lombroso Cesare, 1867, « Sulla mortalità degli Ebrei di Verona nel decennio 1855-1864 », in Id., St (...)
  • 18 Lombroso Cesare, 1873, « Sulla statura degli italiani in rapporto all’antropologia e all’igiene, de (...)
  • 19 Lombroso Cesare, 1863, « Tre mesi in Calabria », Rivista contemporanea, vol. 35, p. 416.
  • 20 Ibid., p. 418-419, 430.
  • 21 Ibid., p. 433.
  • 22 Lombroso Cesare, s. d. [1870], « Prime linee di una storia naturale dell’uomo italiano », manuscrit (...)

7Le domaine d’études du jeune Lombroso était l’Italie née du processus d’unification, où le débat sur les populations de l’Italie préromaine, leur structure ethnique, leur niveau de civilisation, s’inscrivait dans le cadre des attentes relatives au progrès de la nation et au rôle de la science dans la résolution des problèmes du pays14. À l’instar de beaucoup d’auteurs fondamentaux de la culture politique du Risorgimento, tels que Vincenzo Gioberti et Cesare Balbo, Lombroso était convaincu que le peuple italien était le résultat d’une stratification ethnique hétéroclite. En 1863, il publia les Cenni per una carta igienica d’Italia, où il préconisait la réalisation de statistiques sanitaires nationales. La troisième partie, que Lombroso intitula « section ethnique », devait traiter « des formes et des types qu’assument les maux en fonction des races qui peuplent notre Terre »15. L’intention était de créer une ethnographie italienne, de relancer le travail des pathologistes et de jeter les bases d’une législation sanitaire plus conforme aux caractéristiques démographiques du pays. L’idéal qui animait Lombroso était positiviste : la législation devait reposer sur des connaissances scientifiques, la politique était perçue plutôt comme l’outil pour mettre en œuvre les solutions développées ailleurs. Cependant, ses valeurs étaient celles des libéraux modérés : il parle dans le même texte de « notre unité tant attendue » et enfin atteinte16. Dans une autre étude de l’époque, intitulée « Sulla mortalità degli ebrei di Verona », il affirme que « toutes les races qui composèrent notre peuple se fondent et se refondent, dès que l’ethnographe parvient laborieusement à relever certaines traces dans le crâne, dans les cheveux, dans le visage de quelques rares individus »17. Donc, une chose est le peuple-nation, un produit de l’évolution historique, une autre est la race, à savoir ce qui a trait aux origines de l’homme, mais qui est également soumis à des changements. L’optimisme émerge aussi dans le texte intitulé « Sulla struttura degli italiani in rapporto all’antropologia e all’igiene », quelques années plus tard. La réduction de la mortalité et l’augmentation de la taille des jeunes du service militaire, enregistrée dans les régions du Sud à partir de 1863, étaient, aux yeux de Lombroso, le résultat du « bien-être général produit par les récents changements politiques », dont les bénéfices étaient plus grands là où les « entraves cléricales et despotiques »18 avaient sévi le plus longtemps. Ce ton de satisfaction et de confiance en l’avenir du pays imprègne aussi « Tre mesi in Calabria », le compte rendu de son séjour dans le Sud en tant qu’officier-médecin, publié en 1863. Dans de nombreuses pages, se manifeste la curiosité de l’ethnographe et du linguiste, élève de Marzolo pour les dialectes, les proverbes, les chants des peuples du Sud et pour les traditions des communautés grecques et albanaises. Heureux de trouver dans les similitudes avec les cultures paysannes du Nord, « une nouvelle confirmation de l’unification italienne, qu’aucun changement politique ne pouvait désormais remettre en question », Lombroso n’est pas effrayé face à la superstition et la luxure, le familisme et la corruption, l’analphabétisme et l’état arriéré de l’économie19. Ceci est le lourd héritage des tyrannies du passé, qu’un plan bien organisé de réformes sociales et économiques, dirigées par les autorités gouvernementales, peut éradiquer20. La réflexion sur la race est développée de façon positive, pour célébrer le noble héritage de l’antiquité, et constitue un motif d’espoir pour l’avenir : cette terre, abattue par des siècles de mauvaise administration espagnole et bourbonienne, qui vient d’entrer dans une nouvelle ère de liberté, ne pourra que renaître parce que ses racines ethniques sont glorieuses21. Un texte inédit, intitulé « Prime linee di una storia naturale dell’uomo italiano », semble indiquer la transition de l’optimisme au pessimisme dans la conception lombrosienne de la situation de l’Italie. Dans ce texte, probablement écrit dans les premiers mois de 1870, on lit qu’« une étude de la race humaine comme objet de l’histoire naturelle n’est pas une question de curiosité scientifique pure. Qui sait si par l’étude de l’organisme de la race italienne et de ses variations singulières nous n’arriverons pas un jour […] à trouver la cause de son mal[heur] »22.

  • 23 Lombroso Cesare, 1892, « Prefazione alla seconda edizione », in Id.,L’uomo bianco e l’uomo di color (...)
  • 24 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle ra (...)
  • 25 Canestrini Giovanni, 1866, Origine dell’uomo, Milan, Brigola.
  • 26 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 168-169.
  • 27 Mantegazza Paolo, 1872, « Avis sur L’uomo bianco e l’uomo di colore », Archivio per la Antropologia (...)

8Lombroso travaillait aussi, à ce moment, à un ouvrage de plus longue haleine sur l’origine et la variété des races humaines, où la pensée raciste prend une tout autre ampleur. Fruit d’une série de lectures pour les dames données à l’Université de Pavie en 1866, ce fut son premier livre. Achevé en mai 1868, comme cela est indiqué par la dédicace à Marzolo, il ne paraîtra que trois ans plus tard chez un petit éditeur à Padoue sous le titre L’uomo bianco e l’uomo di colore avec un sous-titre programmatique : Lectures sur l’origine et la variété des races humaines. La modestie de l’éditeur et le retard dans la sortie du livre seraient, selon Lombroso, les causes de son échec. Sacchetto avait accepté de le publier après que, « avec un dédain olympique », les meilleurs éditeurs l’avaient rejeté à cause « des idées trop nouvelles et de l’âge trop jeune de l’auteur »23. Et le retard avait été fatal parce que, durant la même année 1871, Darwin avait publié La filiation de l’homme et la sélection liée au sexe. Dans une note, Lombroso écrit : « tandis que je corrigeais les épreuves fut publiée la nouvelle œuvre de Darwin face à laquelle ces pauvres notes semblent être des efforts pygmées »24. Mais c’est aussi face aux autres œuvres – de Huxley à Canestrini – qui avaient d’abord essayé d’appliquer la théorie de l’évolution à l’origine de l’homme, que le texte de Lombroso ne pouvait apparaître que comme une tentative risquée ou une simple œuvre de divulgation. Giovanni Canestrini, le premier traducteur de Darwin en Italie en 1866, avait publié un livre sur l’origine de l’homme dans lequel il supposait que l’humanité descendait d’un ancêtre commun à l’ensemble des primates25. Lombroso ne s’écarte pas de l’hypothèse de l’homme « issu d’une espèce perdue » de singes, « un fossile sorti de la nuit des temps »26, mais l’originalité de son travail consistait à essayer de répondre à la question de la diversité et de l’inégalité des races – un sujet qu’il avait tiré des polygénistes et de Gobineau – en conjuguant L’origine des espèces avec la linguistique comparative, l’archéologie et l’histoire des civilisations. Pour expliquer les variétés entre les races il a recours, en l’adaptant, à la théorie climatique, qui circulait depuis des siècles déjà. Paolo Mantegazza, le premier titulaire d’une chaire d’anthropologie en Italie, l’a qualifié simplement d’« un joli petit livre », dans lequel, cependant, « un critique sévère pourrait facilement trouver de nombreuses inexactitudes et plusieurs assertions trop audacieuses »27.

9Il est intéressant de noter que Mantegazza reprochait à Lombroso seulement l’idée que l’homme blanc est descendu d’un homme noir, et non pas les nombreuses déclarations racistes qui imprègnent le livre. Mais il s’agit en réalité d’un texte fortement raciste. Des caractéristiques individuelles sont attribuées à des populations entières, un critère esthétique se confond avec des jugements de valeur :

  • 28 Ibid., p. 25.

Le crâne de l’Européen se distingue par une superbe harmonie des formes […] Son front, plat, large, au-dessus du visage, dénote clairement la force et la prédominance de la pensée28.

  • 29 Ibid., p. 28-29.

10Par contre, l’homme de couleur a « une odeur particulière », ses cheveux forment « une véritable perruque de laine », sa femme « est peu agréable », certaines structures de la tête et du corps « le rapprochent beaucoup des singes […] Il en est de même pour le développement moral : le Nègre, comme le singe, se montre très intelligent jusqu’à la puberté, mais à ce moment-là, lorsque notre intellect déploie ses ailes pour des vols plus audacieux lui s’arrête, et se replie dans une mobilité simiesque et stupide, comme si son pauvre cerveau n’était pas à son aise dans ce crâne allongé et lourd, et se perdait dans cette excroissance anormale de glandes et d’os »29.

Figure 1. Nègre du Cap-Breton, dolichocéphale. Source : Illustration tirée de l’ouvrage de Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane, Padoue, F. Sacchetto, p. 98, fig. 20.

Figure 1. Nègre du Cap-Breton, dolichocéphale. Source : Illustration tirée de l’ouvrage de Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane, Padoue, F. Sacchetto, p. 98, fig. 20.
  • 30 Lombroso à De Gubernatis, 20 août 1871, Bibliothèque nationale centrale de Florence, fonds manuscri (...)
  • 31 Lettres de Lombroso à Moleschott, 5 novembre 1861, bibliothèque municipale de l'Archiginnasio de Bo (...)
  • 32 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 126.

11Quel objectif Lombroso s’est-il fixé ? À l’époque, l’Italie n’avait pas de colonies et Lombroso n’imagine pas une expansion en Afrique. Mais nous avons quelques indices quant aux raisons qui ont poussé le jeune Lombroso, qui était à la recherche de la notoriété et d’un poste stable à l’université, à s’occuper de la question des races, de l’humanité primitive et des « sauvages ». En présentant son traité au linguiste Angelo De Gubernatis, Lombroso écrivait qu’il entendait expliquer avec cette étude « l’inégalité des races humaines, un sujet historique linguistique et naturel, et faire dériver le blanc de la transformation du noir et le noir d’un grand singe ! Il y a là de quoi se faire excommunier trois fois ! »30. En résumé, en s’engageant dans la controverse qui fit rage autour de l’Origine des espèces et de son application à l’histoire de l’homme, Lombroso se fixait deux objectifs : tirer parti de l’attention des lecteurs, son texte étant l’un des premiers écrits italiens sur le sujet et étant plein d’illustrations, et s’en prendre au traditionalisme catholique qui pesait sur la culture italienne, et en particulier – selon lui – sur ce public féminin auquel s’adressaient ses leçons pavesanes. Cette volonté de moderniser la culture italienne l’avait amené à demander à Jakob Moleschott l’autorisation de traduire La Circulation de la vie, livre clé du matérialisme scientifique du milieu du xixe siècle, pour gratter ce « triste vernis sacerdotal qui prospère dans notre école »31. « Accorder l’histoire humaine à celle de la nature, dont elle est un chaînon indissociable » – comme l’écrivait Lombroso – était un moyen pour attaquer la vision de l’homme créé à l’image de Dieu forgée par la théologie32. Pour ce faire, Lombroso et beaucoup d’évolutionnistes en sont venus à théoriser des différences mentales et physiques marquées entre les races humaines :

  • 33 Ibid., p. 127.

Lorsqu’on peut démontrer que la distance qui existe entre le « Pithèque » et le Noir est à peu près aussi grande que celle existant entre le Blanc et l’homme de couleur, ou qu’entre le Juif moderne et le Sémite, et qu’il n’y a entre eux aucune variation de structure qui ne puisse s’expliquer par un plus grand usage de certains organes et par l’inactivité de certains autres, on ne peut qu’en conclure que l’homme de couleur est une transformation d’un animal pithécoïde […] L’hypothèse qui fait naître l’homme tout à coup d’une motte plus ou moins consacrée n’est-elle pas bien plus audacieuse et bien plus bizarre que celle qui le fait descendre d’une légère transformation d’un animal, anthropoïde, à la fois ancêtre du singe et de l’homme, en intégrant ainsi son origine dans une série zoologique commune33 ?

  • 34 Hund Wulf D., Mills Charles W., Sebastiani Silvia (dir.), 2015, « Editorial », in Id., Simianizatio (...)
  • 35 Eiseley Loren, 1975, Il secolo di Darwin. L’evoluzione e gli uomini che la scoprirono, Milan, Feltr (...)
  • 36 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 10.
  • 37 Ibid., p. 126.

12L’animalisation des populations noires avait une long and repellent history, enracinée dans le racisme et l’esclavagisme, comme cela a été souligné récemment34, mais dans le contexte dans lequel se situe Lombroso à la fin des années soixante, décrire les populations extraeuropéennes comme des fossiles vivants était plus un moyen – certes désinvolte et inacceptable – pour animaliser l’humanité toute entière, que pour en inférioriser une partie35. Lombroso n’est pas un défenseur du polygénisme et, même s’il établit des hiérarchies, à la question « existe-t-il dans les races humaines des inégalités profondes qui se sont manifestées dès l’origine, et qui ont perduré immuablement malgré les changements d’époques et de climats, en laissant leur empreinte éternelle dans l’histoire et dans les destinées des peuples »36, il répond par la négative en vertu de la « loi de la tendance à la transformation des races »37. Il s’agit là d’une loi qui « sert aussi à nous expliquer, sans recourir à des contes pour enfants, notre origine première » et qui est un avertissement pour l’avenir :

  • 38 Ibid., p. 10.

Nous les Blancs, qui nous dressons fièrement au sommet de la civilisation, devrons-nous nous incliner un jour devant le faciès prognathe du Nègre et la figure jaune et terreuse du Mongol38 ?

13Et aux racistes les plus radicaux, qui voient dans les inégalités raciales un trait naturel et immuable, il répliquait que :

  • 39 Ibid., p. 214.

Si quelqu’un objectait que la transformation de l’homme noir en jaune et en blanc n’était pas possible, puisque la barbarie continue des peuples mélaniques, des Bochimans, des Papous nous démontre qu’il y a une limite imposée au développement des races inférieures, nous répondrions quant à nous que cela n’est vrai que tant que les races inférieures restent dans les mêmes conditions climatiques et dans le même contexte, mais qu’une fois que ces conditions changent, elles peuvent elles aussi s’élever, comme nous le verrons dans le cas des Sémites justement, et que hélas, en tant que races supérieures, elles sont, pour les mêmes raisons, obligées de descendre39.

  • 40 Lombroso Cesare, 1892, « Prefazione alla seconda edizione », art. cit., p. ii.
  • 41 Milicia Maria Teresa, 2014, Lombroso e il brigante. Storia di un cranio conteso, Rome, Salerno edit (...)
  • 42 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 145.
  • 43 Ibid., p. 149.

14Le point de vue évolutionniste, l’idée que les animaux constituent des stades embryonnaires du développement de l’homme – adaptation proposée par Ernst Haeckel de la théorie du xviiie siècle de l’échelle des êtres au nouveau scénario culturel créé par la théorie de Darwin – et sa déclinaison raciste, en vertu de laquelle la race caucasique reflète dans ses stades infantiles le niveau de civilisation qu’ont atteint les races inférieures, restèrent bien ancrées dans l’esprit de Lombroso au cours des années qui suivirent. Et ce fut l’une des raisons pour lesquelles Lombroso décida de republier, en 1892, avec la maison Bocca de Turin, l’éditeur de ses grands succès, ce livre de jeunesse, « oublié et presque mort avant sa naissance »40. À la fin du siècle, le débat sur les caractéristiques raciales était répandu au sein du public, sortant des limites des études spécialisées : Lombroso pouvait penser profiter de l’occasion et se positionner aussi en tant que savant de la race. En outre, le traité de 1871 comprend déjà certains des sujets – le crime et le génie – que Lombroso développera amplement par la suite et sur lesquels il revient à propos du thème de la race. Le premier est celui du crime conçu comme un comportement primitif, qui l’a amené à écrire L’uomo delinquente, publié en 1876 pour la première fois (et traduit en français en 1887-1888), mais qui, pour l’essentiel, figurait déjà dans L’uomo bianco e l’uomo di colore. Les idées sur l’atavisme comme réapparition de caractères ancestraux circulaient abondamment dans la culture européenne de cette période. Le terme « atavisme » était déjà employé par les botanistes à la fin du xviiie siècle, depuis que le français Duchesne avait créé ce néologisme pour définir un phénomène bien connu, et indiqué jusqu’alors par l’expression pas en arrière : le retour spontané des fleurs de Pensées cultivées artificiellement à la variété sauvage d’origine. En 1839, Holland, médecin de la famille royale britannique, employa ce terme en pathologie humaine, pour expliquer comment une anomalie ou une maladie pouvaient réapparaître dans une famille après plusieurs générations. Darwin a consacré un chapitre entier de son ouvrage de 1868 intitulé La variation des animaux et des plantes à l’état domestique, aux phénomènes de « réversion ou atavisme », comme les zébrures sur les jambes des chevaux, et un an après Paul Broca publia les Expériences sur les phénomènes de l’hérédité et de l’atavisme, à partir d’études sur les variétés de couleur des bleuets et du maïs41. Dans L’uomo bianco e l’uomo di colore, Lombroso utilise ce terme pour parler de l’intelligence des singes qui accomplissent des « actes et gestes qui relèvent tellement de l’humain qu’on dirait que l’homme continue de les reproduire par impulsion héréditaire, par atavisme »42. De plus, pour confirmer l'« affinité qui lie notre superbe lignée au chaînon le plus infime de la série zoologique », Lombroso rappelait « cette régression constante des caractères pithécoïdes que nous retrouvons dans les races mélaniques. En fait nous pouvons encore retrouver quelques traces de cette régression même dans notre race »43.

  • 44 Ibid., p. 154.
  • 45 Ibid., p. 154-158.
  • 46 Ibid., p. 158-159.
  • 47 Ibid., p. 166.
  • 48 Ibid., p. 165.

15Chez qui pouvons-nous donc la retrouver ? Chez Giuseppe Villella, un paysan calabrais « fils de voleurs, fainéant et voleur lui-même », dont le crâne, qui était conservé à Pavie à l’époque, révélait l’existence « d’une énorme fossette occipitale moyenne et une hypertrophie du vermis analogue à celle que l’on trouve dans les vertébrés inférieurs »44 ; chez un certain F. Albini de Pavie, un « aliéné très singulier » qui imitait les cris et les gestes des primates, et chez Teresa Gambardella, âgée de 12 ans, atteinte d’hypertrichose et handicapée45. « Ces apparences animalesques du corps – écrit Lombroso – s’accompagnent toujours de régressions psychiques et motrices, comme l’intelligence diminuée ou aliénée, la salacité, la propension au vol, à l’imitation simiesque [sic] et à une activité musculaire exagérée, ainsi qu’à la perte de la sociabilité »46. Et il ajoute : « si nous voulons également trouver des points de contact entre la brute et l’homme blanc, nous devons aller dans les prisons »47. Là Lombroso évoque une série d’affaires judiciaires qui dénotent, pour lui, la perte de ces qualités morales et intellectives d’origine récente, nées grâce à l’impulsion de la vie en société. L’association de groupes d’hommes avait abouti au développement du sens de la pudeur, mais aussi de la compassion et à la capacité de participer aux plaisirs des autres, ce qui, pour Lombroso manquait aux singes, comme aux ancêtres de l’humanité, et dont il ne trouvait aucune trace chez les enfants et chez les « sauvages »48. En se référant à la loi d’Haeckel, il ajoutait :

  • 49 Ibid., p. 171.

S’il est vrai que les espèces zoologiques supérieures se forment à partir du perfectionnement des inférieures, le Jaune et le Blanc durent dériver du Noir. Une preuve directe de ces origines et de ces transformations successives viendrait de l’observation du fait que les types nègre et mongol se reproduisent spontanément chez certains individus de race blanche. Il est courant de trouver dans les prisons le type mongol avec les yeux bridés, les pommettes saillantes, la barbe rare, le front fuyant, les sinus frontaux énormes, le teint jaunâtre ou terreux des Mongols ; et les criminels présentent cette même insensibilité morale et parfois physique, cette même passion du sang, cette férocité jointe à la lâcheté, et cette absence de sentiments bienveillants observées chez les races jaunes et américaines, les plus cruelles des races humaines : de même, il n’est pas hors de propos de noter que le forçat aime à se tatouer non seulement les bras (comme beaucoup de bergers oisifs) mais tout le corps49.

  • 50 Lombroso Cesare, 1864, « Sul tatuaggio degli italiani », Gazzetta Medica Italiana – Lombardia, n° 5 (...)

16Lombroso avait consacré une étude au tatouage, publiée en 1864, frappé par la fréquence de cette « coutume étrange » chez les soldats italiens qui « est non seulement mémoire mais aussi origine des temps mythiques, lorsque les sauvages de l’Ausonie erraient dans les plaines et les villages lacustres »50. Mais il ne lui attribua pas ce sens de stigmate de la criminalité qui est en revanche au centre d’une seconde intervention, en 1874, qui fait office de lien entre les deux traités, à savoir entre L’uomo bianco e l’uomo di colore et la première édition de L’uomo delinquente, deux ans après. Il avait alors écrit :

  • 51 Ibid., p. 402.

Rien de plus naturel que de voir un usage si répandu, chez les sauvages et les peuples préhistoriques réapparaître dans les classes qui, de même que les bas-fonds marins gardent la même température, ont conservé les coutumes, les superstitions, jusqu’aux hymnes des peuples primitifs, et qui ont, comme eux, des passions violentes51.

  • 52 Lombroso Cesare, 2011 [édité par Lucia Rodler], L’uomo delinquente studiato in rapporto all’antropo (...)
  • 53 Ibid., p. 233-240.

17Pour Lombroso, l’atavisme comportemental – c’est-à-dire la survivance ou la réapparition de pratiques culturelles archaïques chez les criminels – renvoyait à un substrat biologique, qui était également à l’origine des crimes les plus effroyables : les délinquants « parlent diversement parce qu’ils ne sentent pas de la même manière ; ils parlent en sauvages parce qu’ils sont de véritables sauvages au milieu de la brillante civilisation européenne »52. Pour lui, des homicides accompagnés d’actes obscènes ou de cannibalisme devaient avoir un point de départ physiologique, qu’il définissait « atavistique », dans les instincts animaux qui, enfouis pendant un certain temps chez l’homme grâce à l’éducation, le milieu social et la loi, resurgissent soudain sous l’influence de certaines circonstances. Et la race est l’un des facteurs qu’il place dans l’étiologie du crime, mais son influence est toujours discutable, sauf pour les Juifs, où la tendance à commettre un délit est minime, et pour les Tsiganes, où elle atteint en revanche son plus haut degré53.

  • 54 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 112.
  • 55 Ibid., p. 117.

18Le thème des Juifs, que Lombroso rattache à une race, est central dans L’uomo bianco e l’uomo di colore. Avec le yankee, évolution du britannique et véritable « géant moderne », les Juifs, « robuste survivance de l’ancienne souche sémite », constituaient l’une des principales confirmations, ayant eu lieu « presque sous nos yeux », de la tendance des races à se transformer. Dans l’Antiquité – et ici Lombroso a recours de nouveau aux stéréotypes raciaux – les Juifs avaient tous les défauts moraux des peuples sémites (intermédiaires entre le blanc et le mélanique) mais avec la diaspora ils ont acquis de nouvelles qualités, au point que, « pour un même nombre, comparés aux concitoyens non sémites, ils ont offert une série égale, et peut-être majeure, de producteurs intellectuels »54. Pour Lombroso, les effets combinés de l’émigration, qui avait soumis les Juifs à l’action de climats tout à fait différents de celui de leur terre d’origine, et des persécutions, avaient agi comme des facteurs de sélection de l’espèce : en aiguisant l’intelligence de ceux qui avaient survécu, ils avaient entraîné une transformation qui les avait placés sur un pied d’égalité avec les Aryens. La preuve en était que dans les pays chauds et sur les territoires où ils n’avaient pas été persécutés, les Juifs n’avaient pas progressé et avaient conservé « le type primitif de la race imprimé sur le visage et dans l’habillement »55.

  • 56 D’Antonio Emanuele, 2001, « Aspetti della rigenerazione ebraica e del sionismo in Cesare Lombroso » (...)
  • 57 Lombroso Cesare, Laschi Rodolfo, 1890, Il delitto politico e le rivoluzioni in rapporto al diritto, (...)
  • 58 Lombroso Cesare, 1894, L’antisemitismo e le scienze moderne, Turin, L. Roux et C., p. 98, 109
  • 59 Gabinetto Vieusseux, Florence, Archives Bonsanti, fonds Gina Lombroso Ferrero, IV.6.1.4.

19Lombroso reprit ces thèmes en les approfondissant vingt ans plus tard, lorsque lui-même, penseur raciste, dénonça l’antisémitisme, « triste honte de notre civilisation ». Pour Lombroso, juif assimilé et antitraditionaliste qui, dans les dernières années de sa vie, a adhéré au sionisme56, il s’agissait d’un phénomène atavique lié à des facteurs psychologiques – le plaisir que procure le sentiment de supériorité sur l’autre – et à des facteurs historiques, à savoir la haine des Romains de l’Antiquité contre le premier peuple qui avait osé leur résister. Cette haine redoubla au Moyen Âge du fait du clergé qui en avait fait un dogme religieux, et explosa en tant que phénomène de masse à cause du nationalisme et des tendances d’imitation57. Après l’avoir rapidement examiné dans le traité sur les différentes formes de subversion, intitulé Le Crime politique et les révolutions, qu’il publia avec Rodolfo Laschi en 1890, Lombroso lui consacra une étude, parue en 1894, deux ans après la réédition de L’uomo bianco e l’uomo di colore. Publié au moment de l’affaire Dreyfus, L’antisemitismo e le scienze moderne obtint un certain succès et fut aussitôt traduit en français et en allemand. Nous ne pouvons ici analyser de façon approfondie cet ouvrage, mais nous y trouvons deux affirmations qui résonnent comme une lugubre prophétie ; à savoir que la destruction des Juifs n’aurait pas été possible en Europe, mais l’aurait été en Russie, c’est-à-dire dans un pays autoritaire ; et que « celui qui agitera le drapeau de l’antisémitisme, fût-il un déséquilibré comme Ahlwardt, fût-il même plus exalté que lui, pourra être accueilli favorablement »58. Bien sûr, la contradiction est grande chez un théoricien raciste qui s’en prend au racisme politique, ou du moins à l’une de ses instrumentalisations. Mais la dénonciation de l’antisémitisme a ouvert une voie qui devait conduire les descendants de Lombroso à prendre leurs distances par rapport au racisme, en essayant d’occulter la contribution du père. À Genève, en 1939, Gina Lombroso, fille dévouée et continuatrice de l’œuvre de son père, partie en exil volontaire avec son mari, l’historien Guglielmo Ferrero, écrivit pour le cinéma un scénario, encore inédit, tiré de la biographie de son père59. Lombroso y est représenté comme un homme de science philanthrope, un bienfaiteur de l’humanité dont les idées avaient été critiquées parce qu’il était juif. La progression de l’antisémitisme n’avait pas cessé de l’inquiéter et, avec sa sœur Paola, Gina en venait à considérer les paroles de leur père comme prophétiques. C’est également pour cela qu’à l’époque, Gina voulut soulager son père du poids du traité raciste de 1871. Dans son scénario, à mi-chemin entre histoire et fiction, L’uomo bianco e l’uomo di colore apparaît comme écrit par Paolo Marzolo qui, sur son lit de mort, l’aurait transmis à Lombroso, livre que Lombroso aurait ensuite publié en élève dévoué.

Figure 2. Vieil Hébreu de Babylone. Source : Illustration tirée de l’ouvrage de Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane, Padoue, F. Sacchetto, p. 117, fig. 23.

Figure 2. Vieil Hébreu de Babylone. Source : Illustration tirée de l’ouvrage de Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane, Padoue, F. Sacchetto, p. 117, fig. 23.

Notes

1 Wyzewa Teodor (de), 1897 (décembre), « Le roman italien en 1897 », Revue des deux mondes, t. 144, p. 698.

2 Gemelli Agostino, 1910, I funerali di un uomo e di una dottrina. In morte di Cesare Lombroso, Monza, Tipografia Artigianelli.

3 Montaldo Silvano, 2012, « La 'fossa comune' del Museo Lombroso e il 'lager' di Fenestrelle: il centocinquantenario dei neoborbonici », Passato e presente, n° 87, p. 105-118.

4 Frétigné Jean-Yves, 2008, « Analyse du complexe discursif de la décadence sur l’homme et la société », in Frétigné Jean-Yves et Jankowiak François (dir.), La décadence dans la culture et la pensée politique. Espagne, France et Italie (xviiie-xxe siècle), Rome, École française de Rome, p. 159-188.

5 Gibson Mary, 1998, « Biology or Environment? Race and Southern 'Deviancy' in the Writings of Italian Criminologists, 1880-1920 », in Schneider Jane (dir.), Italy’s “Southern Question”. Orientalism in One Country, Oxford/New York, Berg, p. 99-115 ; Palano Damiano, 2003, « Viaggio nell’abisso. Figure del Meridione nell’Archivio di Cesare Lombroso (1880-1900) », Cercles. Revista d’Històira Cultural, n° 6, p. 92-111.

6 Caimari Lila, 2009, « L’america latina », in Montaldo Silvano et Tappero Paolo (dir.), Cesare Lombroso cento anni dopo, Turin, Utet, p. 193-201 ; Mantovani Claudia, 2004, Rigenerare la società. L'eugenetica in Italia dalle origini ottocentesche agli anni Trenta, Soveria Mannelli, Rubbettino, p. 50-52 ; Cassata Francesco, 2009, « Dall’Uomo di genio all’eugenica », in Montaldo Silvano et Tappero Paolo (dir.), op. cit., p. 175-184.

7 Conklin Alice L., 2015, Exposer l’humanité. Race, ethnologie & empire en France (1850-1950) [préface de Tzvetan Todorov], Paris, Muséum national d’histoire naturelle, p. 39-51.

8 Lombroso Cesare, 1871, « Antropologia », in Mantegazza Paolo, Corradi Alfonso, Bizzozero Giulio (dir.), Dizionario delle scienze mediche, vol. i, partie i, Milan, Brigola, p. 619.

9 Ibid., p. 622.

10 Ibid., p. 620.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 619-620 ; Giacobini Giacomo et Maureille Bruno, 2015, « Cesare Lombroso, la paleoantropologia e la ricostruzione dell’uomo di Neandertal », in Montaldo Silvano (dir.), Il Museo di Antropologia criminale “Cesare Lombroso” dell’Università di Torino, Cinisello Balsamo, Silvana editore, p. 174-178.

13 Lombroso Cesare, 1871, « Antropologia », art. cit., p. 622.

14 De Francesco Antonino, 2013, The Antiquity of the Italian Nation. The Cultural Origins of a Political Myth in Modern Italy (1776-1943), Oxford, Oxford University Press, p. 1-180.

15 Lombroso Cesare, 1863, Cenni per una carta igienica d’Italia del dottor Cesare Lombroso, Milan, Chiusi, p. 5.

16 Ibid., p. 3-4.

17 Lombroso Cesare, 1867, « Sulla mortalità degli Ebrei di Verona nel decennio 1855-1864 », in Id., Studi statistico-igienici sull’Italia del Prof. Cesare Lombroso, Bologne, Tipi Fava e Garagnani, p. 33-34.

18 Lombroso Cesare, 1873, « Sulla statura degli italiani in rapporto all’antropologia e all’igiene, del prof. C. Lombroso », Archivio per l’Antropologia e la Etnologia, vol. iii, p. 373-429.

19 Lombroso Cesare, 1863, « Tre mesi in Calabria », Rivista contemporanea, vol. 35, p. 416.

20 Ibid., p. 418-419, 430.

21 Ibid., p. 433.

22 Lombroso Cesare, s. d. [1870], « Prime linee di una storia naturale dell’uomo italiano », manuscrit, archives historiques du musée Cesare Lombroso, fonds Cesare Lombroso, IT SMAUT Lombroso 409.

23 Lombroso Cesare, 1892, « Prefazione alla seconda edizione », in Id.,L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane [seconde édition agrémentée de sept annexes avec gravures], Turin, Bocca, p. ii.

24 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane, Padoue, F. Sacchetto, p. 121.

25 Canestrini Giovanni, 1866, Origine dell’uomo, Milan, Brigola.

26 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 168-169.

27 Mantegazza Paolo, 1872, « Avis sur L’uomo bianco e l’uomo di colore », Archivio per la Antropologia e la Etnologia, vol. ii, p. 85.

28 Ibid., p. 25.

29 Ibid., p. 28-29.

30 Lombroso à De Gubernatis, 20 août 1871, Bibliothèque nationale centrale de Florence, fonds manuscrits, Carteggio De Gubernatis, cass. 77, n° 16.

31 Lettres de Lombroso à Moleschott, 5 novembre 1861, bibliothèque municipale de l'Archiginnasio de Bologne, fonds archives et documents.

32 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 126.

33 Ibid., p. 127.

34 Hund Wulf D., Mills Charles W., Sebastiani Silvia (dir.), 2015, « Editorial », in Id., Simianization. Apes, Gender, Class, and Race, Vienne, Lit Verlag, p. 9.

35 Eiseley Loren, 1975, Il secolo di Darwin. L’evoluzione e gli uomini che la scoprirono, Milan, Feltrinelli, p. 249-252, 259.

36 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 10.

37 Ibid., p. 126.

38 Ibid., p. 10.

39 Ibid., p. 214.

40 Lombroso Cesare, 1892, « Prefazione alla seconda edizione », art. cit., p. ii.

41 Milicia Maria Teresa, 2014, Lombroso e il brigante. Storia di un cranio conteso, Rome, Salerno editrice, p. 69-74.

42 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 145.

43 Ibid., p. 149.

44 Ibid., p. 154.

45 Ibid., p. 154-158.

46 Ibid., p. 158-159.

47 Ibid., p. 166.

48 Ibid., p. 165.

49 Ibid., p. 171.

50 Lombroso Cesare, 1864, « Sul tatuaggio degli italiani », Gazzetta Medica Italiana – Lombardia, n° 5, p. 5.

51 Ibid., p. 402.

52 Lombroso Cesare, 2011 [édité par Lucia Rodler], L’uomo delinquente studiato in rapporto all’antropologia, alla medicina legale ed alle discipline carcerarie, Bologne, Il Mulino, p. 209.

53 Ibid., p. 233-240.

54 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 112.

55 Ibid., p. 117.

56 D’Antonio Emanuele, 2001, « Aspetti della rigenerazione ebraica e del sionismo in Cesare Lombroso », Società e storia, vol. 92., p. 281-309.

57 Lombroso Cesare, Laschi Rodolfo, 1890, Il delitto politico e le rivoluzioni in rapporto al diritto, all’antropologia criminale ed alla scienza di governo, Turin, Bocca, p. 211.

58 Lombroso Cesare, 1894, L’antisemitismo e le scienze moderne, Turin, L. Roux et C., p. 98, 109

59 Gabinetto Vieusseux, Florence, Archives Bonsanti, fonds Gina Lombroso Ferrero, IV.6.1.4.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nègre du Cap-Breton, dolichocéphale. Source : Illustration tirée de l’ouvrage de Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane, Padoue, F. Sacchetto, p. 98, fig. 20.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 2. Vieil Hébreu de Babylone. Source : Illustration tirée de l’ouvrage de Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e la varietà delle razze umane, Padoue, F. Sacchetto, p. 117, fig. 23.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/5183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteur

Silvano Montaldo enseigne l’histoire du Risorgimento à l’Université de Turin et est le directeur scientifique du musée d’Anthropologie criminelle « Cesare Lombroso ». Après s’être consacré à l’étude du processus de construction nationale en Italie et à la mémoire historique du processus d’unification, il a dédié ses recherches à la figure et à l’œuvre de Cesare Lombroso, dont le musée a publié le premier catalogue en 2009, mis à jour en 2015. En outre, il a consacré à Lombroso plusieurs articles publiés dans des revues spécialisées

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search