Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

Aux origines de la pensée de la race en Italie. Littérature, philologie et anthropologie

4

Racisme et idéologie du progrès. Cesare Lombroso, disciple infidèle de Paolo Marzolo ?

Elena Bovo

Texte intégral

  • 1 Plus précisément au cours de la décennie 1850-1860.
  • 2 Lombroso Cesare, 1892, « Prefazione alla seconda edizione », in Id., L’uomo bianco e l’uomo di colo (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Son journal intime, rédigé entre 1854 et 1857, témoigne de cette passion pour les langues, la lingu (...)
  • 5 Lombroso Paola et Gina, 1906, Cesare Lombroso. Appunti sulla vita. Le opere, Turin, Bocca, p. 23.
  • 6 Ibid., p. 32.
  • 7 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e le varietà delle ra (...)

1La recherche sur l’origine de l’homme était dans la jeunesse de Lombroso1, à une époque où il n’avait pas encore, écrit-il, « sacrifié aux études cliniques la passion pour les langues et la psychologie »2, son premier « réconfort, le plus grand des plaisirs »3. Cette recherche était alors profondément marquée par la linguistique. Avant d’embrasser la carrière médicale, Lombroso était attiré par les voies de compréhension de l’homme que cette discipline laissait entrevoir4. La linguistique qui le fascinait œuvrait dans un cadre très éloigné de celui, « aryaniste », développé dans ces mêmes années par Gorresio et avait pour point de départ l’idée que les études philologiques et linguistiques devaient désormais intégrer les études ethnologiques. Cette passion pour le langage avait été transmise à Lombroso par celui qu’il considérait son maître, Paolo Marzolo. Ce dernier fut, comme l’écrit sa fille aînée, forçant peut-être un peu le trait par amour filial, « l’unique influence intellectuelle qu’il subit de toute une vie »5. En l’honneur du maître, il l’avait d’ailleurs prénommée Paola Marzola6, et c’est à lui qu’il dédiera son premier livre, L’uomo bianco e l’uomo di colore7, publié une première fois en 1871.

  • 8 L’expression est du linguiste Graziadio Isaia Ascoli qui définit l’œuvre de Marzolo, comme une « œu (...)
  • 9 Je reprends les éléments biographiques fournis par Ceccarel Matteo, 1870, Della vita e degli scritt (...)
  • 10 Ibid., p. 24.
  • 11 Ibid., p. 46.
  • 12 Monuments historiques révélés par l’analyse de la parole.
  • 13 Marzolo Paolo, 1847, « Origine delle lingue », in Id., Monumenti storici rivelati dall’analisi dell (...)
  • 14 Ceccarel Matteo, Della vita e degli scritti di Paolo Marzolo, op. cit., p. 49.
  • 15 Cette édition est celle mentionnée par Ceccarel dans sa biographie de Marzolo, mais il fait erreur (...)
  • 16 Marzolo Paolo, 1859, Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola, (partie i « Saggio di st (...)
  • 17 Cf. Ceccarel Matteo, Della vita e degli scritti di Paolo Marzolo, op. cit., p. 229.
  • 18 Ibid., p. 294.
  • 19 Ibid.

2Mais avant d’évoquer la thématique de la race dans ce texte de Lombroso, il est important de connaître Marzolo, ce « génial hétérodoxe »8, ce linguiste discret et méconnu qui l’a si profondément inspiré, et de voir si un discours sur la race était déjà présent dans l’œuvre de ce dernier ou si un changement de paradigme, telle est notre hypothèse ici, a eu lieu avec Lombroso. Né à Padoue en 18119, doué d’une intelligence précoce, Paolo Marzolo, après des études de philosophie à l’Université de Padoue commencées dès l’âge de 14 ans et menées parallèlement à l’apprentissage du grec et du latin10, s’inscrivit à la faculté de médecine, tout en continuant à étudier les langues étrangères : l’allemand, le hongrois et l’hébreu. Devenu jeune médecin généraliste dans la province de Trévise, en Vénétie, puis dans la ville même de Trévise, il continua à apprendre de nouvelles langues. D’un côté le turc et le chinois, de l’autre « certaines langues de la famille aryenne » : « le sanscrit, le persan, l’allemand ancien, l’anglais, le slave »11. Sans pour autant dédaigner les langues africaines, américaines et océaniques, ni les dialectes – si riches pour comprendre le développement des langues – ou la manière de parler de certains de ses malades ou encore des enfants, tant d’éléments précieux pour parcourir, dans le temps présent, le processus de formation du langage. Cet impressionnant travail linguistique, philologique, psychologique et médical, accompli dans la solitude et en dehors du cadre institutionnel, constitua la base de ce qui deviendra l’œuvre de sa vie, Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola12. Dans cette œuvre, l’histoire de l’espèce humaine est reconstruite à travers l’analyse des processus de nature physiologique et psychologique qui conduisent à la création des mots, et qui, tels des monuments, dévoilent les traces de cette histoire. L’œuvre devait comporter seize tomes et être composée de deux parties : la première, « Saggio di storia naturale delle lingue », la seconde, « Storia dimostrata da ragioni etimologiche ». Mais Marzolo rencontra d’énormes difficultés pour trouver un éditeur en mesure d’assumer cet immense projet. Ainsi, en 1847, il se résigna à ne publier que le premier tome de la première partie, « Origine delle lingue »13. En 1848, lors de la première guerre d’Indépendance contre la domination autrichienne, il se lança dans une courte période d’engagement politique pour servir la « cause des peuples et de la liberté »14, il fut nommé membre du comité provisoire de Trévise, puis devint député du roi Carlo Alberto. Mais, à la chute des républiques de Rome et de Venise, déçu, il s’éloigna de la politique, et reprit ses recherches. Elles aboutirent dans une deuxième publication parue en 1851, chez Naratovich15, puis, en 1859, il trouva les fonds pour une nouvelle édition élargie16. Entre 1859 et 1866, des parties du troisième et du quatrième tomes furent imprimées. La publication fut ensuite suspendue par manque de financements17. À partir de 1860 Marzolo – ayant abandonné la Vénétie et son travail de médecin – commença à enseigner à Milan, ville dans laquelle il s’était établi depuis 1849, à l’Accademia di scienze e lettere. Vers la fin de la même année, il fut nommé professeur de littérature latine à l’Université de Naples, puis, en 1862, à l’Université de Pise en tant que professeur de grammaire et de langues comparées. La décision de cette dernière nomination émanait du nouveau ministre de l’Instruction, le physicien Carlo Matteucci, qui connaissait son œuvre et était désireux de donner une nouvelle force au « positivisme scientifique »18 pour s’opposer aux « doctrines métaphysiques et mystiques »19 prédominantes à l’époque dans l’enseignement public. Marzolo y restera jusqu’à sa mort, en 1868.

*

  • 20 Pour une étude sur la linguistique de Paolo Marzolo en rapport avec la pensée scientifique de la pr (...)

3L’objectif de Marzolo était de faire entrer la linguistique dans le domaine de la science. Seule la méthode positive pouvait à ses yeux l’arracher à la sphère des opinions et des croyances20. À l’instar de l’anthropologie et de l’archéologie la linguistique aurait alors permis de dévoiler les lois d’évolution des peuples et d’éclairer leur passé pour en appréhender le présent. À l’origine, une origine qu’il ne situe pas historiquement, les paroles constituent un signe tangible destiné à rappeler – et par la suite à signifier pour toute une communauté – un émoi, un besoin, une frayeur éprouvés, exprimés par un son. Autrement dit, le cri précède sa signification tout en y renvoyant déjà, signification qui s’y greffe car il est prémisse de langage. Selon Marzolo, si l’on exclut l’hypothèse métaphysique ou théologique, que peut être la parole, autre qu’une tentative d’appréhender et de communiquer une expérience qui s’est d’abord exprimée par cette action spontanée et naturelle, ce cri déjà orienté vers la parole qu’est le cri humain ? Partant, la parole ne peut ni venir après la pensée ni en être le miroir. C’est elle au contraire qui réveille la pensée par son action de réminiscence d’une expérience passée ou par la tentative d’appréhender et de participer au vécu de l’interlocuteur. En l’absence de parole, le vécu resterait muet, intraduisible, il se perdrait et finirait – paradoxalement – par ne jamais avoir été. Nullement définitions de ce à quoi elles renvoient, les paroles sont conçues par Marzolo telles des anciennes « médailles », témoignages d’un passé dont reste tissé le présent même.

  • 21 Il s’agit d’un mémoire qui fut lu par Humboldt le 29 juin 1820, ce fut « sa première déclaration d’ (...)
  • 22 Ibid., p. 80.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., p. 72.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., p. 75.

4Sa foi dans le naturalisme universaliste du xviiie siècle, inspiré par les Lumières, et son intérêt pour la méthode positiviste propre au xixe, le portent à chercher, d’un côté, ce qui unit toutes les langues, et de l’autre, les facteurs qui déterminent leurs différents degrés d’évolution. C’est autour de ces deux pôles que s’articulera son œuvre, inspirée du travail de Franz Bopp et encore plus de celui de Wilhelm von Humboldt – très souvent cité dans Monuments – qui se trouve synthétisé dans un court texte de 1820 Uber das vergleichende Sprachstudium in Beziehung auf die verschiedenen Epochen des Sprachentwicklung21. Nous retrouvons chez ce dernier les deux pôles évoqués. D’un côté, le langage est considéré comme un élément universel, l’« instinct intellectuel de la raison »22, non pas convention, mais ce qui constitue l’ouverture au monde pour l’homme, tout en étant son œuvre : l’homme, écrit-il, « n’est ce qu’il est que par le langage, mais pour inventer ce langage, il fallait déjà l’humanité »23. De ce lien indissoluble ressort une conception ontologique et universaliste du langage, l’analyse des relations historiques entre les langues, leur subdivision en classes ou en familles est reléguée à une question d’« évolution ». Ce dernier terme nous conduit au deuxième pôle. Appréhendé par Humboldt à partir de l’anthropologie et de l’ethnographie, le langage et son développement ne peuvent pas être compris si on ne s’intéresse pas « aux idiomes parlés par les nations demeurées à l’état sauvage, afin de sonder les régions inférieures de la formation des langues »24, cela permettra de déterminer, « à partir de l’expérience, le dernier degré assigné aux langues sur l’échelle continue où s’ordonnent leurs structures »25. N’ayant pas les éléments suffisants pour attester une commune origine généalogique des langues, il affirme néanmoins « qu’il n’est pas de groupe linguistique qui, tôt ou tard, ne vienne à perdre son isolement »26. Dès lors, la recherche linguistique a pour but de mesurer et de comprendre les réseaux étrangers qui ont constitué les langues, certaines étant plus évoluées que d’autres, pour de multiples raisons qui relèvent à la fois de la diversité des groupes ethniques et des développements historiques d’un peuple.

  • 27 Marzolo Paolo, 1847, « Origine delle lingue », doc. cit., p. 58.
  • 28 Ibid., p. 13.
  • 29 Ibid., p. 22.
  • 30 Ibid., p. 49-56.
  • 31 Les consonnes labiales sont : b, p, m.
  • 32 Ibid., p. 50.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 56-62.
  • 35 Ibid., p. 59.
  • 36 Ibid., p. 62-77.
  • 37 Ibid., p. 70-71.
  • 38 Ibid., p. 71.
  • 39 Sur cette question, voyez la contribution d’Aurélien Aramini.

5Inspiré par la conception universaliste du langage soutenue par Humboldt et en reprenant la différence qu’il établit entre langues « sauvages » et « adultes », Marzolo veut à la fois dévoiler l’élément universel commun à toutes les langues et leur processus d’évolution, en comparant les anciennes aux modernes, celles des peuples « sauvages »27 à celles des pays civilisés, le langage des enfants à celui des adultes, celui des proletarii28 à celui des lettrés. « Les lois éternelles », sous-jacentes à la production des langues, sont communes à toutes les nations, écrit-il, « parce que toutes issues des mêmes conditions de la nature humaine et de ses besoins en société »29. Ces lois sont réductibles à trois éléments : le premier est l’automatico30. Inconscient, instinctif, irréfléchi, involontaire, le vagissement de la naissance en est l’exemple le plus clair, suivi des premiers sons inarticulés que l’enfant émet : les labiaux31. À ces derniers la mère attribue la signification correspondant selon elle aux besoins de l’enfant, ce qui, par conséquent, fait comprendre à l'enfant que ces sons, comme l’écrit Marzolo, ont « une existence protectrice »32. Dès lors, ils ne sont plus « automatiques », l’enfant les répètera désormais « avec un but, en connaissant leur effet, par réminiscence, parce que partant du passé il préjuge de l’avenir »33. Le deuxième, très proche du premier parce qu’ayant une origine instinctive et non rationnelle, est l’élément patetico ou interiettivo34. Il fait référence aux sons que l’être humain émet en réaction à une impression subie du fait d’un élément extérieur. Les mots construits à partir de « l’interjection » portent en eux la trace de la surprise, de la joie, de la peur, de la haine, de la douleur avec lesquels ils sont nés et ils font corps, par conséquent leurs voyelles ou consonnes radicales se retrouvent « dans toutes les langues et se reproduisent éternellement »35. Le troisième élément, éternel et universel, à la base du langage, est l’imitation ou l’élément onomatopeico36. Encore une fois, l’univers des enfants révèle bien le processus phonétique qui en est à l’origine, par exemple, mao indique le chat, coca la poule. Mais les exemples des onomatopées ne s’arrêtent pas au langage enfantin, prenons le cas de celle que Marzolo définit une onomatopeia simpatica37, qui se réfère à l’impression que les objets ou les événements font sur le sujet parlant, en dehors de leurs qualités sonores : l’« éclair » ne produit pas de son, mais son nom dans différentes langues se prononce avec la rapidité qui est propre à son passage : Blitz en allemand, glitz en cimbre, ziz en hébreux, chaziz, ciancialà en sanscrit38. Les éléments universels – automatiques, interjectifs et imitatifs – font en sorte que les radicaux d’un certain nombre des mots se retrouvent dans les langues apparemment les plus disparates, aussi bien en sanscrit qu’en hébreux, comme le montre l’exemple évoqué, mais également, comme en témoignent d’autres exemples fournis par Marzolo, dans beaucoup d’autres langues. Les exemples qu’il fournit sont nombreux, surprenants, très amusants parfois. Ce qui nous intéresse ici ce n’est pas de valider ou invalider les analogies qu’il établit entre plusieurs langues, qui par ailleurs ne sont pas fondées sur une recherche comparative de type historique, mais c’est la thèse de l’unité des langues, fondée sur l’idée que la phase originaire de la formation du langage est la même pour tous les peuples et inclut toutes les catégories fondamentales du langage. Son point de départ – le monogénisme du langage – est donc très éloigné des positions polygénistes de Gobineau et de Renan, pour citer deux auteurs intellectuellement proches de Gorresio. En effet, bien qu’une thèse polygéniste ne soit jamais explicitement affirmée par ce dernier, nous pouvons penser que sa position ethno-différentialiste en est très proche et aurait pu aboutir à des positions polygénistes39. Pour Marzolo, au contraire :

  • 40 Marzolo Paolo, 1847, « Origine delle lingue », doc. cit., p. 12 [je souligne].

Aucune chose ne s’oppose davantage à la raison que la recherche exclusive d’une seule langue comme étant la première ; on peut en retrouver des éléments aussi bien dans l’une que dans l’autre langue : c’est pourquoi même les matériaux linguistiques qui ont été récemment mis en avant dans les très anciennes langues orientales Zend, Pahli, Kawi et Sanscrit ne doivent pas être toujours considérés comme antérieurs et sources de toutes celles d’aujourd’hui ; je ne crois pas davantage logique de séparer des autres une langue ou un système de langues par un haut mur, comme on a voulu les diviser en analytiques et en synthétiques […] en sémitiques, en tartares, etc.40

  • 41 Sur la transformation des notions d’« évolution » et de « race », voir, entre autres, Bancel Nicola (...)
  • 42 Marzolo Paolo, 1859, « Origine delle lingue », doc. cit., p. 11.
  • 43 Ibid., p. 12.
  • 44 Marzolo Paolo, 1847, « Origine delle lingue », doc. cit., p. 26.

6Où peut trouver place le principe de séparation entre langues aryennes et langues sémitiques dans cette conception naturaliste et universaliste du langage ? Dans l’œuvre de Marzolo le mot « race » apparaît, mais il n’est jamais thématisé en tant que tel, il n’est pas fondé sur une analyse anatomique ou biologique d’un groupe ethnique, il n’est donc pas doué d’un sens biologique précis. Il ne constitue pas, pour ainsi dire, un concept opératoire, ni une loi implacable qui détermine le destin d’un peuple. Il est utilisé pour indiquer un groupe, un peuple, une tribu avec une certaine langue, provenant d’une certaine région du monde, avec une certaine culture, etc. Et pourtant, un principe de séparation entre les langues, donc les peuples, est bien mis en place dans l’œuvre de Marzolo. Il est établi à partir du paradigme de l’évolutionnisme, ce dernier était né dans le cadre des sciences du vivant, mais il s’était par la suite « déplacé » et avait été utilisé au cours du xixe siècle – cela est bien connu – pour expliquer l’origine et le développement de l’histoire humaine et de l’histoire des sociétés41. Ce paradigme opère à différents niveaux de l’analyse de Marzolo, il sépare une classe sociale d’une autre : ce qui se passe aujourd’hui dans les campagnes arrivait autrefois dans les villes, « quand l’intellect de la classe citadine et des magistrats était à peine au niveau de celui des paysans d’aujourd’hui »42, mais il sépare également certains peuples des autres, les Kabyles se trouvent aujourd’hui dans la situation où nous étions au Moyen Âge : « leurs marabouts, comme autrefois nos moines, sont les gardiens de la science »43. Ce constat que certains peuples, mais aussi, dans une même société, certains groupes sociaux, sont plus évolués que d’autres, prend en compte différents éléments : l’habitude à exercer plus ou moins la pensée, le style de vie, le type d’alimentation, les conditions climatiques, les besoins, l’environnement, l'isolement ou, inversement, les contacts plus ou moins fréquents avec d’autres peuples ou d’autres personnes ayant, par exemple, des langages plus complexes qui peuvent être imités, en transformant ainsi sensiblement la langue du départ. On le voit, en dépit de ce principe de séparation, dans l’œuvre de Marzolo domine l’idée qu’aucune langue ne peut être séparée radicalement d’une autre parce qu’« existent des relations de parenté et de sympathie des plus anciennes aux plus récentes, de celles parlées aux antipodes jusqu’à celles, très savantes, d’Europe centrale, etc. »44

*

  • 45 Lombroso Cesare, 1851, « Filologia », Il collettore dell’adige : giornale di scienze, lettere, agri (...)
  • 46 Ibid. Marzolo précise que Nemetz est le terme avec lequel les Russes définissent les Allemands, il (...)
  • 47 Lombroso Cesare, « Filologia », art. cit., p. 405.
  • 48 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 53.
  • 49 Concernant la dimension « sociale » de la pensée de Lombroso, voir l’article qu’il consacre au brig (...)
  • 50 Sur l’hypothèse que le concept lombrosien d’atavisme trouverait sa première source dans Monumenti d (...)

7Ce n’est pas sur le principe de séparation que porte l’attention le jeune Lombroso qui, à seize ans, découvre l’« Origine delle lingue », mais au contraire, comme il l’écrit, sur le principe de l’« uniformité des langues, de celle de Tahiti à celles de Rome et de Paris »45. Cette uniformité des langues, tel est alors son souhait, pourra rapprocher « les nations entre elles, et il faudra alors supprimer des dictionnaires modernes les noms de Barbarus, Nematz, Wälscher »46. Mais, l’élément nouveau de l’analyse de Marzolo, celui qui était resté « jusqu’à présent ignoré par tant de ceux qui s’étaient penchés sur ces questions »47 et qui a le plus frappé Lombroso, est « l’élément automatique », selon lequel le langage viendrait d’une réaction physiologique spontanée, provocant des sons qui deviendraient rationnels, seulement dans l’après coup. Cet élément le touche non pas pour la dimension philosophique qu’il implique, à savoir que c’est par le langage que l’homme acquiert une conscience de ce qu’il vit, aspect qui semble au contraire lui avoir totalement échappé. Ce qui l’intéresse c’est que « l’élément automatique » met en lumière la continuité entre le processus physiologique et historique, entre les lois biologiques et celles qui régissent le développement de tout un peuple, en somme il constitue un indisolubile anello48 entre l’histoire humaine et celle de la nature. C’est à partir ce de lien entre corps et esprit que Lombroso, progressiste, médecin laïque, ayant consacré sa vie à étudier et à essayer de soigner les laissés-pour-compte de la société, et qui s’inscrira dès 1893 à la section turinoise du parti socialiste à peine constituée49, formera sa théorie racialiste et raciste, théorie par ailleurs typique de son époque, et dont il n’est assurément pas l’inventeur. Un élément encore de la méthode de Marzolo l’a sans doute profondément influencé : l’idée que le passé archaïque donne la clé pour comprendre non seulement la nature humaine en général, mais aussi le présent, dans ses modes de fonctionnement et de dysfonctionnement50. Nous reviendrons sur cet aspect en guise de conclusion.

  • 51 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit.
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 53.
  • 56 À part la nouvelle préface et des appendices à la fin du volume, l’édition de 1892 est la même que (...)
  • 57 Lombroso Cesare, « Prefazione alla seconda edizione », art. cit.
  • 58 Sur le lien entre L’uomo bianco e l’uomo di colore et L’uomo delinquente, voir ici-même la contribu (...)

8La préface à la première édition de L’uomo bianco e L’uomo di colore. Lettere sull’origine e le varietà delle razze umane51, est de 1868, année de la mort du maestro nommé par son disciple, il Darwin dell’antropologia italiana52. La vulgarisation de « quelques-unes de ses idées de prédilection »53 fut alors pour le disciple une sorte de « réconfort à la douleur d’une telle perte »54. Reste à comprendre comment l’anticlérical Lombroso – dont le travail visait à détruire les présupposés métaphysiques sur la nature humaine et avant tout l’idée biblique qui faisait surgir soudainement l’homme « d’une motte de terre plus ou moins consacrée »55 – interprète, et donc vulgarise, les idées de son maître. Le terme « race » présent dès le titre en donne le ton, il sera repris dans l’édition de 1892, que nous allons brièvement analyser56. Dans cette nouvelle édition le nom de Paolo Marzolo disparaît, il sera remplacé, dans la préface, par celui de Darwin, mais cette fois-ci le vrai. La raison de ce passage d’un Darwin disons, « local » et inconnu, à Darwin tout court se comprend facilement en regardant les dates de publication des deux éditions. En 1892 la pensée de Darwin circulait amplement en Italie, et surtout sa mauvaise interprétation, (qui fut aussi celle de Lombroso), donc ce dernier était en quelque sorte obligé de se référer à Darwin comme au maestro dell’età moderna et de reconnaître une dette à son égard. L’uomo bianco e l’uomo di colore est un livre qui vient de très loin, précise-t-il dans cette même préface, élaboré dans sa jeunesse, il demeure son œuvre de prédilection parce que la première publiée, et parce que c’est des matériaux disparates étudiés fébrilement en ces années de jeunesse que sont nés « avec ce livre, L’uomo di Genio et L’uomo criminale »57 dont il partage les présupposés58.

*

  • 59 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 21, 25, 26.

9La recherche sur l’origine de l’homme, que Marzolo avait initiée, est reprise par Lombroso en mettant d’emblée l’attention sur les races, plus que sur les paroles. S’il ne se définit pas lui-même comme polygéniste, il n’a de cesse de prendre ses distances à l’égard des monogénistes59. Dans L’uomo bianco e l’uomo di colore l’existence des races différentes – réductibles in fine aux deux races évoquées dans le titre – est révélée d’abord et avant tout par la structure anatomique de la boîte crânienne, amplement illustrée à l’aide des images dans toutes ses formes et variantes. Les analogies que l’on peut reconnaître entre deux peuples très éloignés dépendent soit de conditions environnementales analogues, soit d’une race dérivant d’une autre : comme la race américaine de la race « jaune ».

  • 60 Ibid., p. 11.
  • 61 Ibid., p. 29.
  • 62 Il est impossible de concevoir une pensée muette ou qui fait abstraction du langage, toute pensée s (...)
  • 63 À ce propos, Lombroso revient sur l’élément qui l’avait fasciné à l’époque de son article dans Il c (...)
  • 64 Ibid., p. 30 [je souligne].
  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid., p. 31.

10En vertu du lien indissoluble entre matière et esprit, principe si cher à Lombroso, la forme anatomique détermine la supériorité d’une race sur une autre. La boîte crânienne de l’Européen « n’est ni trop longue, ni trop ronde, ni trop en pointe ou pyramidale. Dans son front, plat, large […] se lisent la force et la prédominance de la pensée »60. Et les différences morales et intellectuelles se reflètent dans le langage, « fidèle et éternel miroir de la pensée humaine »61. Cette phrase nous révèle combien Lombroso est loin de Marzolo dans la conception du langage, et combien la race est un élément à ses yeux beaucoup plus significatif pour connaître l’homme que le langage : Marzolo avait fondé son œuvre dans le présupposé que la parole ne pouvait pas se limiter à « représenter la pensée », elle la réveillait, elle lui était consubstantielle en tout cas. Au contraire, pour Lombroso, le langage est le « miroir » de la pensée qui, d’abord muette62, se réfléchit dans le langage, ce dernier étant relégué à une fonction purement instrumentale. Lombroso reprend, certes, les trois éléments universels du langage de Marzolo63, mais des centaines de pages que ce dernier y consacre et des nombreux exemples qu’il donne, ne restent que deux phrases, suivies de cette conclusion, encore une fois révélatrice de la distance qui le sépare de son maître : « mais si dans les langues on trouve des analogies ô combien naturelles, celui qui en recherche le caractère essentiel y trouvera aussi des différences radicales, profondes »64. L’objectif de Lombroso est ici de montrer qu’à une langue pauvre en lexique et en grammaire, c’est le cas des langues « parlées par les races américaines »65 ou africaines, correspond un peuple dont « le squelette » témoigne de « l’empreinte de l’infériorité de la race »66.

*

  • 67 Foucault Michel, 1997, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France. 1976, Paris, Ga (...)
  • 68 C’est-à-dire non pas uniquement la théorie de Darwin, mais l’ensemble de concepts qui lui ont été a (...)
  • 69 Foucault Michel, 1997, « Il faut défendre la société », op. cit., p. 52.
  • 70 Ibid.
  • 71 Ibid.

11Les idées de « berceau » ou de « source », pour reprendre le lexique de Gorresio et de la philologie aryaniste qui se réfère à la thématique de l’origine, ne représentent pas pour Lombroso les lieux symboliques et mythiques à partir desquels s’est créée une civilisation au sein de laquelle plusieurs peuples frères, et à l’exclusion de certains autres, se reconnaissent encore aujourd’hui en vertu de ce lien identitaire. C’est à l’intérieur d’un autre cadre mythologique, que se situe la théorie de la séparation des races de Lombroso. Non pas celui de « l’âge perdu des grands ancêtres »67, selon l’expression de Foucault, mais celui de la modernité, de l’évolutionnisme au sens large68, du progrès social, et – dialectiquement – du danger représenté par la possibilité de la régression à des époques archaïques prémorales, révolues. Si la théorie des races de Lombroso ne trouve pas sa source dans une mythologie de l’âge d’or ou des ancêtres, elle se « transcrit » pourtant dans un « paradigme ». Ce paradigme anatomo-physiologique fondé sur une structure que Foucault définit de « binaire », une structure qui sépare, qui exclue. Dans l’œuvre de Lombroso, cette polarité, cette « cassure binaire »69, traverse à la fois le genre humain, qui est divisé en race blanche et noire, et la société tout entière, partagée entre les normaux et les « anormaux ». Et ces derniers, souligne encore Foucault, ne font pas partie d’une race « venue d’ailleurs », étrangère, il s’agit plutôt de « la réapparition, à partir d’une race, de son propre passé »70. Un passé qui, s’incarnant, pour ainsi dire, dans une « sous-race », « s’infiltre dans le corps social »71 et le menace en permanence.

  • 72 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 53.
  • 73 Ibid., p. 51. Faut-il préciser que Darwin n’a jamais établi une classification des races humaines e (...)
  • 74 Lombroso Cesare, 1903, Il momento attuale, Milan, Casa Editrice moderna.
  • 75 Ibid., p. 61 [je souligne].
  • 76 Lombroso Cesare, « Il pericolo tripolitano », in Il momento attuale, op. cit., p. 245-253. Sur ce s (...)

12Et pourtant, si infériorité de la race il y a, si elle est innée, elle n’est pas définitive pour Lombroso. La « loi de la tendance à transformation des races »72, par laquelle il se réfère explicitement à Darwin73, rend provisoire et potentiellement éphémère cette classification entre races inférieures et supérieures, classification qui, par ailleurs, il faut le souligner, ne préconise jamais la nécessité d’une guerre entre les peuples. Jamais Lombroso n’a tenu des discours prônant la guerre comme moyen d’anéantir ou soumettre un autre peuple, une autre race, et jamais un peuple ne devient sous sa plume emblème de l’ennemi politique. Il s’agit, chez Lombroso, d’un racisme et d’un racialisme absolument progressistes, antinationalistes, pacifistes, pour ainsi dire. Ses prises de position antimilitaristes et à la faveur de la paix entre les peuples, en particulier à la fin du xixe siècle et le début du xxe, furent nombreuses. Elles sont en grande partie recueillies dans Il momento attuale74, qui rassemble nombre de ses textes, parus dans divers journaux et revues. Par exemple, dans « Le cristallizzazioni politiche », écrit en 1899, il oppose les conquêtes militaires, qu’il considère être désormais archaïques parce que fondées sur des instincts violents, à celles qu’il considère être les vraies conquêtes, à savoir « les expansions commerciales, […] la paix et la fraternité des peuples et des nations, qui ouvrent les voies, facilitent les échanges »75. Un dernier exemple, parmi les nombreux que l’on pourrait citer, « Il pericolo tripolitano », de 1902 : Lombroso dénonce encore une fois le militarisme, l’impérialisme et la guerre coloniale comme des activités dispendieuses qui monopolisent de grandes quantités d’argent qui pourraient être employées afin de rendre le pays plus prospère. Il met en garde contre le projet de la nouvelle conquête qui se prépare, celle de la Tripolitaine, il dénonce les mensonges prononcés par le gouvernement et véhiculés par la presse, afin de créer les conditions favorables à la guerre76.

  • 77 Comme le souligne Delia Frigessi, en suivant le principe de « la loi de la transformation », une ra (...)

13Selon la « loi de la tendance à la transformation », les races se modifient, par l’action du climat, de l’alimentation, des mélanges, mais aussi du contexte social. La classification des races est donc réversible, n’enfermant aucun peuple dans un destin immuable. C’est ainsi que, dans un article paru dans le quotidien Il corriere della sera, en 1897, Lombroso définira la notion de race, en mettant en lumière non seulement « la tendance à la modification » des races, mais aussi et par là même, la potentielle tendance à leur disparition et assimilation grâce et au nom de l’émancipation, du progrès et de la civilisation77 :

  • 78 « Razze e criminalità in Italia » [paru dans le quotidien Il corriere della sera du 29-30 octobre 1 (...)

En parlant de race nous entendons […] un ensemble donné de population ayant conservé les mêmes formes et habitudes dans les mêmes climats, les mêmes circonstances, les mêmes époques, etc. Ainsi le Hongrois n’a plus rien du Hun, ni l’Hébreux du nomade arabe78.

  • 79 Ibid.
  • 80 Ibid.
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid., p. 68.
  • 83 Ibid. Pour une étude sur la question juive dans les écrits de Lombroso, voir Frigessi Delia, « Catt (...)

14Cette idée est déjà présente dans L’uomo bianco e l’uomo di colore, les persécutions dont certaines « populations sémitiques »79 ont été l’objet, ont contribué à les faire monter à « des degrés supérieurs au regard de leur origine »80. Et comme les « Sémites » peuvent se transformer en « Juifs modernes »81, il est vrai aussi que dans certains endroits d’Afrique, écrit Lombroso, « aux sources du Nil »82, sans aucun mélange avec d’autres races, par la seule action du climat et des circonstances environnementales, il est parfois possible de surprendre les « Nègres » en train de « devenir Sémites » : leur visage devient ovale, les yeux plus grands, « le nez recourbé »83.

  • 84 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 66.
  • 85 Ibid.
  • 86 Lombroso ne parle explicitement ici de « criminel né », mais le profil qu’il trace témoigne que c’e (...)
  • 87 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 66.

15Et si l’on cherche encore une preuve, certes « indirecte »84, souligne Lombroso, des lois de la transformation et évolution des races, du fait que l’origine du « Blanc » est dans le « Jaune » et que ce dernier vient du « Nègre », il suffit d’aller dans les prisons. On y retrouve là un type d’individus appartenant à une race particulière qui, bien qu’a contrario, témoigne à son tour de la loi de l’évolution : « type mongol avec les yeux obliques, les pommettes saillantes »85. Il s’agit bien de criminels86 « qui manifestent cette même insensibilité morale et parfois physique, cette même passion du sang, cette même férocité jointe à la lâcheté, et cette absence de sentiments bienveillants, qui furent observés dans les races jaunes et américaines, les plus cruelles parmi les races humaines »87.

16Comme nous l'avons vu, la « loi de la tendance à la transformation des races » traverse et travaille les époques et les populations. Mais à une exception près. Si le « Sémite » peut se transformer en « Juif moderne », si même le « Nègre » peut devenir « Sémite », le criminel né, lui, est muré dans son destin, condamné à vivre dans un présent définitif et à mourir comme il est né. Il constitue l’exception qui échappe à « la loi de la transformation », et la limite du pouvoir médical de soigner. La loi de l’atavisme est plus forte que celle de la tendance à transformation. Et, au fond, chez le progressiste Lombroso, la terreur d’un retour possible à la barbarie et à la violence originaire, est plus forte que la foi dans le progrès en cette fin du xixe siècle.

Notes

1 Plus précisément au cours de la décennie 1850-1860.

2 Lombroso Cesare, 1892, « Prefazione alla seconda edizione », in Id., L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture su l’origine e la varietà delle razze umane, Turin, Bocca, 1892, p. 5 [sauf indication contraire, les traductions de l’italien sont de nous].

3 Ibid.

4 Son journal intime, rédigé entre 1854 et 1857, témoigne de cette passion pour les langues, la linguistique et l’histoire, qui cohabitait alors en lui avec celle pour les sciences médicales. En avril 1854, par exemple, il écrit, « j’ai eu une révélation quand j’ai pris connaissance de la théorie des cristaux d’Haüy pour la synthèse ; elle m’a ouvert les portes de toutes les sciences ; âne que j’étais en sciences, j’ai voulu étudier l’anatomie. Ensuite je suis passé aux langues grecque et latine, puis à la linguistique », Lombroso Cesare, 1932, « Osservazioni sul mondo esterno e sull’io. Diario giovanile (1854-1857) », Quaderni dell’Archivio di antropologia criminale e Medicina legale, n° 9, p. 7.

5 Lombroso Paola et Gina, 1906, Cesare Lombroso. Appunti sulla vita. Le opere, Turin, Bocca, p. 23.

6 Ibid., p. 32.

7 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e le varietà delle razze umane, Padoue, Sacchetto.

8 L’expression est du linguiste Graziadio Isaia Ascoli qui définit l’œuvre de Marzolo, comme une « œuvre menée avec des moyens inadéquats, mais par une intelligence supérieure » pour arriver à établir une « linguistique universelle » ; Ascoli Graziadio Isaia, 1877, Studi critici, vol. ii, Rome/Turin/Florence, Loecher, p. 42, n. 8.

9 Je reprends les éléments biographiques fournis par Ceccarel Matteo, 1870, Della vita e degli scritti di Paolo Marzolo, Trévise, Tipografia di Luigi Priuli ; et par Savoia Leonardo, 2008, « Marzolo, Paolo » [En ligne], in Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto dell’Enciclopedia italiana, URL : <http://www.treccani.it/enciclopedia/paolo-marzolo_%28Dizionario-Biografico%29/>.

10 Ibid., p. 24.

11 Ibid., p. 46.

12 Monuments historiques révélés par l’analyse de la parole.

13 Marzolo Paolo, 1847, « Origine delle lingue », in Id., Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola, Padoue, Tipografia del seminario.

14 Ceccarel Matteo, Della vita e degli scritti di Paolo Marzolo, op. cit., p. 49.

15 Cette édition est celle mentionnée par Ceccarel dans sa biographie de Marzolo, mais il fait erreur à la fois dans la date de publication qu’il indique d’une part et, d’autre part, en pensant qu’il s’agissait de la première publication de l’œuvre, comme il l’écrit : « le premier volume des Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola fut publié en 1850 » (ibid., p. 228) « chez Naratovich » (ibid., note p. 343). L’erreur sur la date de publication est reprise, non sans être modifiée avec fantaisie, par L. Bulferetti, qui situe la première édition en 1848 et qui fusionne en une seule deux maisons d’édition, la « Propaganda fide » et l’imprimerie vénitienne de Pietro « Naratovich ». Il écrit en effet : « Paolo Marzolo, […] en 1848 avait publié chez Propaganda fide de Padoue (imprimerie Naratovich) […] son œuvre colossale », Bulferetti Luigi, 1975, Lombroso, Turin, UTET, p. 20). Delia Frigessi situe également l’année de publication en 1850, en reprenant les éléments fournis par Ceccarel, elle écrit : « en 1850 il publia le premier volume des Monumenti storici rivelati dall’analisi delle parole à l’imprimerie Naratovich à Venise », Frigessi Delia, 2003, Cesare Lombroso, Turin, Einaudi, p. 73. L’édition de 1851, (Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola, t. i « Origine delle lingue », Venise, Co’ tipi di P. Naratovich), est celle qui a été lue par le jeune Lombroso et dont il fait état dans son article publié la même année.

16 Marzolo Paolo, 1859, Monumenti storici rivelati dall’analisi della parola, (partie i « Saggio di storia naturale delle lingue », t. i « Origine delle lingue » ; t. ii « Progresso nello sviluppo delle lingue »), Padoue, Coi tipi del seminario.

17 Cf. Ceccarel Matteo, Della vita e degli scritti di Paolo Marzolo, op. cit., p. 229.

18 Ibid., p. 294.

19 Ibid.

20 Pour une étude sur la linguistique de Paolo Marzolo en rapport avec la pensée scientifique de la première moitié du xixe siècle, voir Savoia Leonardo M., 2008, « La linguistica di Paolo Marzolo e il pensiero scientifico del suo tempo », Studi Italiani di Linguistica Teorica e Applicata, année xxxvii, n° 3, p. 511-547.

21 Il s’agit d’un mémoire qui fut lu par Humboldt le 29 juin 1820, ce fut « sa première déclaration d’intention de portée générale sur les problèmes de la recherche dans le champ du langage », Caussat Pierre, 1974, « La recherche linguistique comparative dans son rapport aux différentes phases du langage », in Humboldt Wilhelm (von), Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais [trad. P. Caussat], Paris, Seuil, p. 67.

22 Ibid., p. 80.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 72.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 75.

27 Marzolo Paolo, 1847, « Origine delle lingue », doc. cit., p. 58.

28 Ibid., p. 13.

29 Ibid., p. 22.

30 Ibid., p. 49-56.

31 Les consonnes labiales sont : b, p, m.

32 Ibid., p. 50.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 56-62.

35 Ibid., p. 59.

36 Ibid., p. 62-77.

37 Ibid., p. 70-71.

38 Ibid., p. 71.

39 Sur cette question, voyez la contribution d’Aurélien Aramini.

40 Marzolo Paolo, 1847, « Origine delle lingue », doc. cit., p. 12 [je souligne].

41 Sur la transformation des notions d’« évolution » et de « race », voir, entre autres, Bancel Nicolas, David Thomas et Thomas Dominic (dir), 2014, L’invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires, Paris, La Découverte. Il est intéressant de remarquer que ce livre, très riche, qui a pour objet les théories racistes et racialistes à partir du xviiie siècle, puis au cours du xixe jusqu’au début du xxe siècle, ne consacre aucun chapitre à l’Italie (alors que la France, l’Angleterre, l’Allemagne, la Belgique, le Japon, la Russie et les États-Unis sont bien présents) et la figure de Lombroso est à peine citée, comme si la question de la race n’avait pas ou quasiment pas touché l’Italie.

42 Marzolo Paolo, 1859, « Origine delle lingue », doc. cit., p. 11.

43 Ibid., p. 12.

44 Marzolo Paolo, 1847, « Origine delle lingue », doc. cit., p. 26.

45 Lombroso Cesare, 1851, « Filologia », Il collettore dell’adige : giornale di scienze, lettere, agricoltura, industria, commercio ed economia, n° 1, p. 404. Cet article de Lombroso sur Marzolo fut, comme l’écrit Ceccarel, le premier à parler « dignement » de son œuvre, tous les autres critiques étant, pour l’auteur de Monumenti, « loyaux et bienveillants, mais incompétents, du fait qu’ils n’avaient rien compris de sa pensée », Ceccarel Matteo, Della vita e degli scritti di Paolo Marzolo, op. cit., p. 228. Quelque temps après, raconte Ceccarel, Lombroso rendit visite à Marzolo, ce dernier découvrit alors avec stupeur qu’il ne s’agissait pas d’un « homme de science confirmé, d’un penseur solitaire ayant vécu dans l’obscurité », mais d’« un petit jeune de seize ans – Cesare Lombroso, celui qui, le premier, en Italie, avait entrevu le génie de Paolo Marzolo », ibid., p. 228-229.

46 Ibid. Marzolo précise que Nemetz est le terme avec lequel les Russes définissent les Allemands, il signifie « muet » et c’était le terme générique qui était utilisé pour définir les étrangers, « alors que le Slave se dénomme slave lui-même, c’est-à-dire l’homme de la parole », Marzolo Paolo, 1847, Monumenti, op. cit., p. 83. Avec le terme Wälscher, les Allemands définissent les Italiens, « mot qui se réfère au langage ; qui signifierait ceux qui parlent d’une manière que l’on ne peut comprendre », ibid., p. 83 [en italique dans le texte].

47 Lombroso Cesare, « Filologia », art. cit., p. 405.

48 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 53.

49 Concernant la dimension « sociale » de la pensée de Lombroso, voir l’article qu’il consacre au brigand calabrais Giuseppe Musolino dont une traduction inédite figure dans le présent ouvrage.

50 Sur l’hypothèse que le concept lombrosien d’atavisme trouverait sa première source dans Monumenti de Marzolo, voir Frigessi Delia, 2003, Cesare Lombroso, Turin, Einaudi, p. 77.

51 Lombroso Cesare, 1871, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 53.

56 À part la nouvelle préface et des appendices à la fin du volume, l’édition de 1892 est la même que celle de 1871.

57 Lombroso Cesare, « Prefazione alla seconda edizione », art. cit.

58 Sur le lien entre L’uomo bianco e l’uomo di colore et L’uomo delinquente, voir ici-même la contribution de Silvano Montaldo.

59 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 21, 25, 26.

60 Ibid., p. 11.

61 Ibid., p. 29.

62 Il est impossible de concevoir une pensée muette ou qui fait abstraction du langage, toute pensée s’inscrit forcément dans un système langagier.

63 À ce propos, Lombroso revient sur l’élément qui l’avait fasciné à l’époque de son article dans Il collettore dell’adige : « celui qui a découvert la source automatique des mots, écrit-il, c’est bien Marzolo, jamais cité, mais copié par Bolza et par de nombreux philologues allemands » (ibid., p. 142, n. x)

64 Ibid., p. 30 [je souligne].

65 Ibid.

66 Ibid., p. 31.

67 Foucault Michel, 1997, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France. 1976, Paris, Gallimard/Seuil, p. 48.

68 C’est-à-dire non pas uniquement la théorie de Darwin, mais l’ensemble de concepts qui lui ont été associés : la lutte pour la vie, la sélection naturelle qui élimine les moins adaptés.

69 Foucault Michel, 1997, « Il faut défendre la société », op. cit., p. 52.

70 Ibid.

71 Ibid.

72 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 53.

73 Ibid., p. 51. Faut-il préciser que Darwin n’a jamais établi une classification des races humaines entre supérieures et inférieures moralement et intellectuellement, aux noms des lois de la « sélection naturelle » et de « lutte pour l’existence » ? (Sur le darwinisme des juristes italiens positivistes, dont Lombroso, voyez également, Tort Patrick, 1989, La raison classificatoire, Paris, Aubier, p. 467-535).

74 Lombroso Cesare, 1903, Il momento attuale, Milan, Casa Editrice moderna.

75 Ibid., p. 61 [je souligne].

76 Lombroso Cesare, « Il pericolo tripolitano », in Il momento attuale, op. cit., p. 245-253. Sur ce sujet, voir aussi : « La barbarie chinese e il miltarismo in China », p. 233-236 ; « La insufficienza diplomatica e la guerra in China », p. 237-243 ; « 'Il Militarismo' di Guglielmo Ferrero e i casi di Francia » [paru dans le quotidien Corriere della sera du 22-23 mars 1898], in Palano Damiano (dir.), 2014, Cesare Lombroso. Scritti per il «Corriere» 1884-1908, Milan, Fondazione Corriere della Sera, p. 229-236.

77 Comme le souligne Delia Frigessi, en suivant le principe de « la loi de la transformation », une race qui se transforme, finit, paradoxalement, par se nier en tant que telle. Cf. Frigessi Delia, 1999, « Cattaneo, Lombroso e la question ebraica », in Burgio Alberto, (dir.), Nel nome della razza. Il razzismo nella storia d’Italia 1870-1945, Bologne, Il Mulino, p. 256.

78 « Razze e criminalità in Italia » [paru dans le quotidien Il corriere della sera du 29-30 octobre 1897], in Palano Damiano (dir.), Cesare Lombroso. Scritti per il «Corriere» 1884-1908, op. cit., p. 224.

79 Ibid.

80 Ibid.

81 Ibid.

82 Ibid., p. 68.

83 Ibid. Pour une étude sur la question juive dans les écrits de Lombroso, voir Frigessi Delia, « Cattaneo, Lombroso e la questione ebraica », art. cit., p. 254-264.

84 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 66.

85 Ibid.

86 Lombroso ne parle explicitement ici de « criminel né », mais le profil qu’il trace témoigne que c’est bien de ce dernier qu’il s’agit. Sur le thème du criminel né comme appartenant à une race, à une « espèce anthropologique », voyez ici même la contribution de Xavier Tabet.

87 Lombroso Cesare, 1892, L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 66.

Auteur

Elena Bovo est maître de conférences au département d’Italien à l’université de Bourgogne Franche-Comté, Besançon, membre de l’EA 2274 « Logiques de l’agir ». Elle a d’abord centré ses recherches sur la philosophie française du <span style="font-variant:small-caps;">xx</span><sup>e</sup> siècle, en particulier sur Lévinas et Derrida, avant de s’intéresser à la « psychologie des foules » qui, née à la fin du <span style="font-variant:small-caps;">xix</span><sup>e</sup> siècle, a contribué à mettre en lumière le rôle prépondérant de l’inconscient dans la constitution du sujet.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search