Version classiqueVersion mobile

L’intertextualité

 | 
Marie Miguet-Ollagnier
, 
Nathalie Limat-Letellier

De Ronsard à la bible. L’intertextualité dans l’œuvre poétique d’Agrippa d’Aubigné

André Thierry

Texte intégral

  • 1 Sa Vie à ses enfants, éd. de Gilbert Schrenck, Paris, Nizet, 1986, p. 52.
  • 2 Nous en avons donné une éd. critique chez Droz, à Genève, 9 vol.
  • 3 On peut les lire dans l'éd. des Œuvres d'A. d'Aubigné procurée par Henri Weber, Jacques Bailbé et (...)

1Agrippa d'Aubigné : avant tout et jusqu'à son dernier jour, un soldat passionné de la cause réformée. Fils d'un des conjurés d'Amboise et sommé par lui de venger les "chefs plein d'honneur"1 dont il vit, tout enfant, les têtes pourrissant sur des potences, il se lança dans la guerre, à seize ans, au début des troisièmes troubles, en septembre 1568, et ne suspendit son épée au crochet qu'à la signature de l'Edit de Nantes dont il fut l'un des négociateurs intransigeants. En même temps, un très grand écrivain, l'un des plus grands de l’époque dite baroque. Auteur, entre autres d'une monumentale Histoire universelle2 relatant les guerres civiles, et de plusieurs pamphlets en prose3, il est surtout connu aujourd'hui par ses Tragiques, vaste poème de plus de neuf mille vers divisés en sept livres, à la fois épique, satirique, lyrique et mystique, faisant passer le lecteur du spectacle horrible d'un monde dévasté par la guerre civile, où règnent le mal et la cruauté sanglante, à la vision grandiose du rétablissement de la justice au temps eschatologique du jugement dernier. Avant ce chef d'œuvre, un recueil de poésies amoureuses, Le Printemps. Nous nous proposons d'examiner brièvement comment des textes antérieurs ont fécondé et nourri ces deux ouvrages si différents de ton, d'intention et de destination.

  • 4 Ed. cit., p. 75.
  • 5 Pléiade, p. 860.

2L'œuvre autobiographique d’Agrippa d'Aubigné, Sa Vie à ses enfants, donne une brève indication sur l'origine du Printemps et la date approximative de la rédaction. Après la paix de Saint-Germain (8 août 1570) mettant fin à la troisième guerre de religion, le jeune gentilhomme s'installa dans un petit domaine hérité de sa mère, les Landes-Guinemer, dans le Blésois, fit la connaissance de Diane Salviati, fille du seigneur de Talci, proche de sa demeure, et en devint amoureux. "Cet amour luy mit en teste la poësie françoise, et lors il composa ce que nous appelons son Printemps"4. Une de ses lettres, sans suscription, nous renseigne sur les influences littéraires exercées alors sur le jeune poète. "J'ay cogneu privement M. de Ronsard, ayant osé à l'age de vingt ans luy donner quelques pieces, et luy daigné me respondre. Nostre cognoissance redoubla sur ce que mes premiers amours s'attacherent à Diane de Talsi, niece de Mlle de Pré qui estoit sa Cassandre"5. Donc parenté d’inspiration due, chez les deux poètes, à une passion sincère, ce qui est loin d’être toujours le cas dans les recueils amoureux du XVIe siècle. Il n’y a pas alors nécessairement conformité entre les sentiments ressentis et les sentiments exprimés. On a la volonté esthétique d’émouvoir le lecteur plutôt que le désir de lui dévoiler son âme et la jeune femme chantée n'est souvent que le prétexte à un exercice littéraire. Le grand devancier est cité dans la préface et l’un des premiers sonnets, le cinquième, lui est dédié.

Ronsard, si tu as sceu par tout le monde espandre
L’amitié, la douceur, les graces, la fierté,
Les faveurs, les ennuys, raise et la cruauté,
Et les chastes amours de toy et ta Cassandre,

Je ne veux à l’envy, pour sa niepce entreprendre
D’en rechanter autant comme tu as chanté,
Mais je veux comparer à beauté la beauté,
Et mes feux à tes feux, et ma cendre à ta cendre.

Je sçay que je ne puis dire si doctement,
Je quitte de sçavoir, je brave d’argument
Qui de rescript augmente ou affoiblit la grace.

  • 6 Ibid., p. 249.

Je sers l’aube qui naist, toy le soir mutiné..6.

  • 7 Ibid., p.860.

3L'admiration pour le très grand poète qui a "coupé le filet que la France avoit soubs la langue"7, le respect réel, n’empêchent pas le disciple de rivaliser avec lui. Certes il renonce à produire une poésie aussi savante ("je quitte de sçavoir"), mais le sujet ("l'argument") qu'il va traiter lui permet de figurer honorablement dans l'espèce de concours en poésie amoureuse qui dure depuis plusieurs décennies et dans lequel, vingt ans auparavant, Ronsard l'a emporté. Il chante une beauté naissante ; celle qu'a célébrée son devancier refuse d'accepter son déclin. Le ton est donné : Agrippa d'Aubigné utilise à son tour le code poétique qui s'impose à tous, le néo-pétrarquisme. Comme dans les Amours de 1552, on trouve dans Le Printemps l'évocation d'un roman d'amour, malheureux ainsi qu'il convient : la première rencontre, l'effet produit sur l'amoureux, ce jour-là et les autres jours, et cela à l'aide d'images traditionnelles, les blessures provoquées par les flèches du regard, ou le poison qu'il verse dans les veines. Un bienheureux martyre. Puis l'échange de cadeaux, les privautés accordées ou refusées, enfin la rupture. Comme chez Ronsard encore, l'amante est idéalisée, notamment par l’emploi d'images mythologiques à quoi invite tout naturellement le nom des deux jeunes femmes. Cassandre était assimilée à la princesse troyenne, "sœur de Paris, la fille au roy d’Asie", elle a, comme elle, le don de prophétie ; aussi belle que Vénus, elle est aussi trompeuse que son grand père Laomédon... De même la Diane de chair est assimilée à la déesse Diane-Artémis, chasseresse cruelle, inhumaine, "nymphe porte-flèche, errante par les bois". Elle prend plaisir à blesser, ensanglanter, voire tuer son amant.

4Et le poète accumule les images violentes, cruelles, qui, par leur réalisme, donnent son originalité à l'œuvre en pervertissant le code pétrarquiste traditionnel. L'expérience de la guerre fournit à A. d'Aubigné des métaphores étrangères à l'œuvre de Ronsard et plus encore à celle de Philippe Desportes dont le style "doux-coulant" avait séduit la cour : soldats mortellement blessés se débattant dans leur sang, champ de bataille couvert de cadavres... Par là il pouvait espérer que son œuvre lui vaudrait l'intérêt du public, voire une notoriété durable. Ronsard affirmait, dans le sonnet liminaire des Amours, que ce livre serait "immortel" ; non moins ambitieux, A. d'Aubigné déclare, comme en écho, à Diane, dans le sixième sonnet :

Hardy, j'entreprendroy de te rendre eternelle...

5Pourtant le Printemps ne fut pas publié par son auteur (il devait être donné au public, pour la première fois, en 1874 seulement). Son existence même fut ignorée jusqu'aux mentions qui en furent faites, en 1616, dans la préface et le premier livre (Misères) des Tragiques où A. d'Aubigné explique les causes de ce comportement peu fréquent chez les gens de lettres. S'il a enseveli son ouvrage "dedans un oublieux tombeau", c’est parce qu'il est le fruit de sa "folie", entendons de passions purement humaines ; il est incompatible avec la mission dont, mûri par les épreuves de la guerre civile, le poète s'est chargé.

Ce siecle autre en ses mœurs demande un autre style.
(Princes, 77)

6Les jeux verbaux du pétrarquisme ne sont plus de saison :

Le luth que j'accordois avec mes chansonnettes
Est ores estouffé de l'esclat des trompettes ;
Ici le sang n'est feint, le meurtre n'y defaut,
La mort jouë elle mesme en ce triste eschaffaut.
(Misères, 73-76)

7Si Ronsard joue encore un rôle fondateur dans l'œuvre nouvelle, c'est le Ronsard des Hymnes et plus encore celui du Discours des misères de ce temps. Désormais engagé par l'écriture comme il l'est dans l’action guerrière, A. d'Aubigné puise ses images dans un autre registre pour souligner la grandeur tragique des faits qu'il rapporte en témoin oculaire. Il se souvient de la Pharsale de Lucain lorsqu'il montre les ravages de la guerre civile : la démoralisation de l’homme devenant un "loup à son pareil", la ruine des notions de droit, le crime érigé en vertu, les famines causées par la mort des paysans et l'incendie des récoltes, les humains contraints de se nourrir comme des animaux. Le portrait qu'il fait de Catherine de Médicis en sorcière (Misères, 827-860) doit beaucoup à celui de la magicienne Erichto interrogée par Sextus Pompée sur son avenir. La métamorphose des mauvais juges de la Chambre dorée (187-226) devenus des "Lycaons" avides de chair humaine est empruntée à Ovide. La peinture des vices de la cour des derniers Valois doit beaucoup à Juvénal ; par exemple, les princesses sont affligées de la sensualité irrépressible de Messaline...

8La culture humaniste d'A. d'Aubigné est bien présente dans les Tragiques, mais c'est une autre source qui irrigue principalement cette œuvre : la Bible. Les premiers vers du premier livre montrent le poète surmonter, à la manière d'Hannibal et de César, la crainte que l'on éprouve généralement pour une puissance sacralisée (mais à ses yeux démoniaque), en l'occurrence la papauté et ses agents. Condition nécessaire pour se livrer à la défense de son Eglise, persécutée, écrasée "dessous les autels des idoles". L'entreprise n'a pas encore été tentée, il s'avance "sur un chemin tout neuf", mais précédé de la colonne de feu et de la colonne de nuage qui guidaient Moïse marchant devant le peuple hébreu dans le Sinaï, après la fuite d'Egypte. C'est dire qu'il se sent investi d'une vocation prophétique. Un peu plus loin on rencontre cette affirmation : il a retrouvé "les feux des prophetes plus vieux", entendons leur inspiration, récompense de la foi après une conversion évoquée au début de Vengeances. Il a subi l'épreuve et la régénération de Jonas, cet "endormi prophete", Dieu a exaucé sa prière :

D'un sainct enthousiasme appelle aux deux mon ame,
Mets au lieu de ma langue une langue de flamme,
Que je ne sois qu'organe à la celeste voix
Qui l'oreille et le cœur anime des François.
(57-60)

9On voit qu'à la différence du poète-mage hugolien, visionnaire animé d'une "fureur" personnelle et aspirant à forcer les portes du mystère, le poète-prophète soumet son inspiration (son "enthousiasme") à la Parole de Dieu. En ce sens A. d'Aubigné est en parfaite conformité avec l'esprit de la Réforme. Ses adeptes rejettent la Tradition, dans laquelle ils voient un gauchissement puis une perversion de la Vérité évangélique telle qu’elle a existé jusqu'au quatrième siècle, et ils pensent qu'à partir de ce moment l'Antéchrist, annoncé par Daniel et l’Apocalypse, est monté sur le trône pontifical. Pour eux la foi repose sur les seuls textes bibliques et évangéliques : Sola Scriptum. La Réforme a sacralisé la Parole, qui n’est pas, à ses yeux, une œuvre humaine mais la voix même de Dieu, capable, comme le disaient les prophètes de l'Ancien Testament, de changer le cours de l'histoire : "Dieu dit et la chose arrive ; Il ordonne, et elle existe" (Psaume 33, 9). Cette parole n'est donc pas réservée aux clercs et dans une langue étrangère, mais, traduite en français, elle est accessible à tous et chacun peut la lire et la méditer quotidiennement. Son commentaire par un ministre forme l'essentiel du culte (ou du prêche). Les Psaumes, traduits par Clément Marot et Théodore de Bèze, mis en musique par Claude Goudimel, ne scandent pas seulement le culte, ils jouent spontanément le rôle de prières dans la vie quotidienne, ils animent les soldats sur les champs de bataille, ils peuvent faire écho à toutes les circonstances de la vie individuelle ou collective. Cette imprégnation du texte biblique a engendré un phénomène linguistique original, "la langue de Canaan", du nom de la terre promise annoncée aux Hébreux durant leur exil en Egypte. Un langage truffé de citations ou d'expressions bibliques, signe de ralliement du peuple réformé. A. d'Aubigné a transposé dans le domaine littéraire les pratiques langagières de sa communauté et les rapports avec Dieu qui la sous-tendent. Laissant aux poètes de cour, ces "rhymeurs hypocrites", leurs élégants mensonges, il use de cette rude et véridique "langue de Canaan", apprise aux fidèles par "l'Esprit de lumiere" (Princes, 436).

10Il attribue à plusieurs des personnages évoqués des noms bibliques. Lui-même, nous l’avons vu, s'est présenté comme un nouveau Moïse, ou Jonas, ou encore Jérémie. Henri de Navarre est nommé Gédéon, donc capable de délivrer le nouvel Israël de la tyrannie exercée sur lui par les Valois, comme le chef hébreu délivra son peuple du joug des Madianites. Mais après l'abjuration, c'est un Samson livré aux Philistins par Dalida, entendons poussé à la conversion par sa maîtresse, Gabrielle d'Estrées. La mère de ce prince, Jeanne d'Albret, ferme huguenote s'il en fut, est assimilée à Débora qui délivra Israël de la tyrannie de Jubin, roi idolâtre. Elisabeth d'Angleterre, reine protestante très admirée d'A. d'Aubigné est une autre

  • 8 La Chambre dorée, 993. Cherub, mot hébreu, est le singulier de Keroubim, chérubins.

Debora d'Israel, Cherub sur les pervers8.

11En revanche, Catherine de Médicis, mauvaise mère, mauvais génie de la France et nécromancienne, c'est Jésabel, mère d'Athalie, femme détestable d'Achab et protectrice des faux prophètes de Baal. Son complice et amant, le cardinal Charles de Lorraine, est Architopel, détestable conseiller de David et qui soutint la révolte d'Absalon. Esaü est le nom prêté à Charles IX, l'auteur avoué de la Saint-Barthélemy, par allusion à sa violence, à sa passion pour la chasse et comme symbole de son destin : il sera lui aussi écarté de l'Alliance. Henri III, efféminé, trop attiré par les mignons, est gratifié du nom de Roboam, le fils de Salomon qui, mal conseillé par de jeunes fous, irrita le peuple d’Israël. Tous ces surnoms, il faut le souligner, ne sont pas de simples ornements, de simples métaphores, ils définissent un rôle et marquent un destin. Ainsi, Catherine de Médicis est en vérité Jésabel rediviva. Grâce à eux le surnaturel apparaît à travers la réalité concrète dont la vérité profonde est éclairée par l'Ecriture.

12La réactualisation du texte biblique, si du moins on en a une connaissance suffisante, on la perçoit presqu'à chaque vers des Tragiques. Ainsi lorsque le poète peint un "monde à l'envers", une "Nature sans loy, folle [qui] se denature" (Misères, 235 et 485), on rencontre assurément des choses vues par le soldat qu'était A. d'Aubigné, mais on reconnaît aussi les malédictions du Deutéronome, ou celles de Jérémie dénonçant les crimes de Jérusalem et appelant sur elle le feu de la colère divine. Quand le poète fustige les rois mués en tyrans, "gras du suc innocent" et "loups sanguinaires du troupeau domesticq" (Misères, 364 et 198), on croit entendre Ezéchiel : "Ils sont comme des loups qui ravissent la proie pour répandre le sang...". Cette rhapsodie de passages bibliques est particulièrement visible dans les prières à Dieu placées au début et à la fin de chaque livre.

13Parfois les emprunts sont plus longs et le texte de la Bible est reproduit presque littéralement. Ainsi de l'évocation du jugement dernier telle qu'on la lit dans Matthieu, XXV, 31-43.

"Vous qui m'avez vestu au temps de la froidure,
Vous qui avez pour moy souffert peine et injure,
Qui à ma seche soif et à mon aspre faim
Donnastes de bon cœur vostre eau et vostre pain,
Venez, race du ciel, venez esleus du Pere..."
………………………………..
"Vous qui avez laissé mes membres aux froidures,
Qui leur avez versé injures sur injures,
Qui à ma seche soif et à mon aspre faim
Donnastes fiel pour eau et pierre au lieu de pain,
Allez, maudits, allez grincer vos dents rebelles
Au gouffre tenebreux des peines eternelles !"
(Jugement, 871-875 ; 886-892)

14Dans de tels passages, on le voit, la part de l'invention poétique est faible ; le poète le souligne lui-même parfois, lorsqu'il désire produire un effet particulièrement appuyé. Ainsi, dans Jugement encore, au moment où il va faire retentir les malédictions divines contre les "meschans" :

Il n'y a rien du mien ni de l’homme en ce lieu,
Voici les propres mots des organes de Dieu.
(221-222)

15Suit une paraphrase de versets de quelques psaumes et du Deutéronome. Dernier exemple plus frappant encore : l'apostrophe lancée, à la fin de la Chambre dorée, aux membres des cours de Parlement chargés de juger le crime d'hérésie. Elle est introduite de cette façon :

Vous ne m'escoutez plus, stupides endormis !
Debout, ma voix se taist ; oyez sonner pour elle
La harpe qu'animoit une force eternelle ;
Oyez David esmeu sur des juges plus doux ;
Ce qu'il dit à ceux-là nous l'adressons à vous...

16Le rythme du discours poétique se modifie, les vers s'organisent en onze quatrains correspondant aux onze versets du cinquante-huitième psaume de David lancé en effet contre les mauvais juges. Le poète ne s'efface pas complètement en se bornant à donner une traduction littérale du texte biblique, il l'amplifie, mais sans en modifier en rien l'esprit, comme le montre, par exemple, le rapprochement des versets sept et huit du psaume avec les quatrains correspondants de la Chambre dorée (v. 1031-1039).

O Dieu, brise-leur les dents dans la bouche !
Eternel, arrache les mâchoires des lionceaux !

A ce troupeau, Seigneur, qui l'oreille se bouche,
Brise leurs grosses dents en leur puante bouche ;
Pren ta verge de fer, fracasse de tes fleaux
La machoire fumante à ces fiers lionceaux.

Qu'ils se dissipent comme des eaux qui s’écoulent !
Qu'ils ne lancent que des traits émoussés !

Que, comme l’eau se fond, ces orgueilleux se fondent ;
Au camp leurs ennemis sans peine les confondent :
S’ils bandent l'arc, que l'arc avant tirer soit las,
Que leurs traits sans fraper s'envolent en esclats.

  • 9 Sur le "soliloque divin", comme est perçu le texte biblique dans une civilisation chrétienne, voir (...)

17Un tel texte ainsi actualisé a manifestement plusieurs destinataires. Les mauvais juges, avertis de leur sort à venir. Leurs victimes aussi, réconfortées à l'idée que le souverain Juge ne les abandonnera pas. Dieu lui-même enfin, qui devrait d'autant moins rester sourd aux appels montant vers lui qu'ils sont sortis, en quelque sorte, de sa bouche. Il a parlé et sa voix revient vers lui, simplement répercutée par le poète-prophète9.

  • 10 Sa Vie à ses enfants, éd. cit., p. 62.

18On le voit : les thèmes, les récits, les images bibliques ont nourri l'inspiration d'Agrippa d'Aubigné. Il faut ajouter que la langue même de la Bible est très présente dans les Tragiques. On y trouve nombre d'hébraïsmes c’est-à-dire des alliances de mots, constructions verbales, transposées littéralement de l'Ancien Testament. Rien là de surprenant : leur auteur avait reçu très jeune une forte éducation humaniste et, à treize ans, "lisoit tout courant les Rabins sans poincts"10. Au reste ils faisaient partie de la "langue de Canaan" et se rencontrent fréquemment dans les traités de théologie. Nous en citerons quelques-uns, pour terminer, à titre d'exemple.

Génitifs superlatifs
La voix du Seigneur des seigneurs ; Dieu des dieux ; le Fort des forts.
Tout puissant, tout voyant, qui du haut des hauts deux...
Tu possedes le Ciel et les Cieux des hauts deux.

Génitifs qualificatifs
Temple d’erreur ; courage de feu ; esprit et ange de lumiere ; armes de victoire ; fer de verité ; trône de gloire ; verge de courroux.

19Génitifs déterminatifs, qualifiant le possesseur d'une vertu ou d'un défaut

Fils ou enfant serf de vanité ; fils de perdition ; homme de sang ; homme de peché ; escolier d'erreur ; enfant de verité.

20Le rôle de ces expressions est de renforcer l'authenticité du texte par l'usage d'une langue aussi proche que possible de l'originale, donc porteuse, comme elle, d'une force intrinsèque.

21Capitale, la présence de la Bible dans les Tragiques. Si forte, si essentielle qu'elle condamne au silence l'inspiration profane du Printemps. Elle y pénètre tantôt par une image, un tour hébraïque, une allusion brève à tel épisode connu, tantôt c'est le texte biblique, plus étoffé, qui s'insère dans le discours du poète. Non comme un simple ornement rhétorique, mais comme une arme. Le poète-prophète saisit la Parole - à ses yeux la Vérité efficace - et la lance contre les ennemis de Dieu et de son peuple, comme le pâtre David.

  • 11 Princes, 45-48. Fonde, forme ancienne pour fronde (du latin funda).

Preste-moi, verité, ta pastorale fonde,
Que j'enfonce dedans la pierre la plus ronde
Que je pourrai choisir, et que ce caillou rond
Du vice-Goliath s'enchasse dans le front11.

  • 12 Ce travail doit beaucoup à la thèse de Marguerite Soulié, L'Inspiration biblique dans la poésie re (...)

22Agrippa d'Aubigné est sans doute le plus "biblique" de nos poètes français, et il faudra attendre l'œuvre de Claudel pour retrouver une inspiration comparable. Mais il n'eut pas d'imitateurs : en 1616, lorsqu'ils furent publiés – clandestinement – ses Tragiques étaient complètement en marge de la poésie contemporaine et notre époque déchristianisée ne semble guère plus capable que les précédentes d'en goûter les fulgurances12.

Notes

1 Sa Vie à ses enfants, éd. de Gilbert Schrenck, Paris, Nizet, 1986, p. 52.

2 Nous en avons donné une éd. critique chez Droz, à Genève, 9 vol.

3 On peut les lire dans l'éd. des Œuvres d'A. d'Aubigné procurée par Henri Weber, Jacques Bailbé et Marguerite Soulié, Paris, Gallimard, 1969 (Bibliothèque de la Pléiade).

4 Ed. cit., p. 75.

5 Pléiade, p. 860.

6 Ibid., p. 249.

7 Ibid., p.860.

8 La Chambre dorée, 993. Cherub, mot hébreu, est le singulier de Keroubim, chérubins.

9 Sur le "soliloque divin", comme est perçu le texte biblique dans une civilisation chrétienne, voir Marie-Madeleine Fragonard, La Pensée religieuse d'Agrippa d'Aubigné et son expression, Paris, Didier érudition, 1986, t. II, p. 966 ss.

10 Sa Vie à ses enfants, éd. cit., p. 62.

11 Princes, 45-48. Fonde, forme ancienne pour fronde (du latin funda).

12 Ce travail doit beaucoup à la thèse de Marguerite Soulié, L'Inspiration biblique dans la poésie religieuse d'Agrippa d'Aubigné, Paris, Klincksieck, 1977, et à la préface de Frank Lestringant à son éd. des Tragiques, Paris, Gallimard, 1995 (col. Poésie).

Auteur

Université de Besançon

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search