Version classiqueVersion mobile

L’intertextualité

 | 
Marie Miguet-Ollagnier
, 
Nathalie Limat-Letellier

Le discours alchimique dans Aucassin et Nicolette

Thierry Miguet

À Jean Dufournet, en signe de gratitude

Texte intégral

Introduction : Une rencontre heureuse

1La chantefable Aucassin et Nicolette se prête avec bonheur à une lecture éclairée par les traités relatifs au grand œuvre.

  • 1 Le Rosaire des Philosophes, Traduit du latin, annoté et préfacé par Étienne Perrot, Médicis, 1973, (...)

2Elle chante comme "l'art de musique", qui est l’un des noms de l'art d'Hermès, l'inventeur de la première lyre ; mais elle est fable aussi, non seulement parce que le "parlé" y alterne avec le "chanté", mais en ce sens que le charmant récit possède une leçon cachée, comme le discours alchimique, selon cette parole du Rosaire : "Les philosophes savent qu'une telle matière doit être livrée dans le mystère, comme procède la poésie dans des fables et des paraboles"1.

  • 2 Dom Pernety, Dictionnaire Mytho-Hermétique, Bibliotheca Hermenetica, Delmas, Bordeaux, 1972, p. 10 (...)
  • 3 Les Demeures philosophales, Pauvert, 1964, T. I, p. 441.

3Le nom des deux héros est susceptible d'une interprétation hermétique simple et satisfaisante : "CASSIN" est un diminutif méridional de "casse", chêne ; Au Cassin est une abréviation de "fils au Cassin", autrement dit fils du chêne ; or, le fait est bien connu : l'anagramme de "Du chêne", Duenech, désigne la "matière au noir" des philosophes2 ; en outre le chêne creux renvoie à l'athanor, fourneau secret des philosophes. Nicolette est un diminutif féminin de Nicolas, prénom de Flamel à propos duquel Fulcanelli écrit : "Nicolas, en grec Nikolaos, signifie vainqueur de la pierre (de Nikè, victoire et lâos, pierre, rocher)"3. Ainsi la chantefable représente l'union de la matière au noir, déjà prête à la coction dans son arbre sacré, et d'une adepte, déjà victorieuse de la pierre par anticipation.

4C'est dire que Nicolette agit sur Aucassin pour l'amener à cette perfection, qu'il ne peut atteindre qu'en s'unissant à la petite esclave sarrasine, princesse de Carthagène, lumineuse figure de la Teinture et de la Quintessence, deux dénominations de la puissance transmutante.

  • 4 Rosaire, op. cit., p. 78 & p. 80.

5"L'esprit qui teint est appelé quintessence", dit le Rosaire, et il ajoute : "Celle-ci est une force, et une âme stable, qui creuse et pénètre"4. On croirait entendre l'éloge de la bien-aimée d'Aucassin ; elle est presque divine ; elle mérite donc ces roses, et encore celle-ci : "La quintessence est un corps subsistant par soi". Par ce trait elle est vraiment proche de la Parole incarnée, à laquelle la Pierre est assimilée.

  • 5 Albert Dauzat, Noms et Prénoms de France, Larousse 1980, p. 79.
  • 6 Ivan Gobry, Pythagore, Seghers, 1973, Vers d'or 70, p. 151.
  • 7 Demeures philosophales, op. cit, T. I, p. 457.

6La structure numérique de la chantefable rend hommage, à sa manière, à la quintessence Nicolette. En effet l'épisode 41, le dernier de l'histoire, fixe l'errante héroïne, la volatile jeune fille, en "dame de Beaucaire", c'est-à-dire, d'après l'étymologie, en souveraine du "beau rocher", en suzeraine du "beau carré", "bellum quadrum"5. Le carré représente les quatre éléments, dont la quintessence est faite : "cinquième essence", elle est la synthèse du plus pur de chacun des quatre éléments, elle est "le pur du pur", soit, en jouant sur le grec, "le feu du feu", et, en jouant sur le latin purpura, la pourpre glorieuse. Le nombre 41 réunit le quatre du carré élémentaire et l'unité, toujours divine, de la cinquième essence, qui résulte des quatre autres. La réduction dite "théosophique" (selon la sagesse divine) de 41, 4+ 1, dorme 5, nombre caractéristique du cinquième élément, appelé parfois "éther" ou "libre éther"6, et magnifié en ces termes par Fulcanelli : "L'éther ou le ciel (aithèr) est le lieu d'élection, le domicile de la clarté pure"7, ce qui s'accorde aisément avec le "lumineux visage" de Nicolette.

  • 8 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 374.

7Le récit comporte 21 "laisses" d'heptasyllabes assonancés, se terminant par un tétrasyllabe isolé, qui en général n'assone pas. Tous les "chantés" sont faits sur ce modèle, et le prologue sur ce point ne se distingue en rien de n'importe quel chanté. Or 21 possède une signification alchimique ainsi précisée par Pernety : "Les Philosophes entendent par vingt-un la même chose que soufre, et une racine de l'Art, ou sel des métaux ; ce qui revient à leur matière cuite et digérée au blanc parfait"8.

  • 9 Ibid., p. 176 & p. 197 : articles "Joie des Philosophes" & "Lune".

8Le "blanc parfait" des artistes hermétiques est symbolisé par un personnage féminin lié au bonheur. À ce sujet écoutons Pernety : "Lorsque la pierre ou la matière des Philosophes est parvenue au blanc parfait, qui est leur or blanc, leur soufre blanc, (...), leur cygne, alors tous les Philosophes disent que c'est le temps de la joie, parce qu'ils voient Diane toute nue, et qu'ils ont évité tous les écueils de la mer (...). C'est que lorsque la matière est au blanc, il faut être mal-adroit pour ne pas réussir à la conduire au rouge parfait, puisque tout le volatile est alors fixé de manière à pouvoir souffrir le feu le plus actif et le plus violent. (...) Heureux est l’homme qui a pu voir Diane toute nue ; c'est-à-dire la matière au blanc parfait"9.

  • 10 Geneviève d'Haucourt, La Vie au Moyen Age, PUF, 1968, p. 54.

9Avec beaucoup de grâce le récit médiéval laisse maintes fois deviner la candide nudité de la belle Nicolette. Quand elle s'évade de la tour où elle est enfermée, elle apparaît un instant sans voiles en quittant sa couche, car "les gens du moyen âge se couchaient nus"10. Comme la scène est éclairée par les rayons de l'astre nocturne, l'héroïne ressemble vraiment à Diane toute nue, la "Joie des Philosophes" :

  • 11 Aucassin et Nicolette, édition critique par Jean Dufournet, Garnier-Flammarion, 1973, p. 79.

Une nuit où Nicolette reposait dans son lit, elle aperçut par une fenêtre la vive clarté de la lune et entendit le rossignol chanter dans le jardin : elle se souvint alors d'Aucassin son ami qu'elle aimait tant (...).
Se rendant compte que sa vieille compagne dormait, elle se leva et revêtit une tunique de soie de très bonne qualité11.

  • 12 Le Rosaire des Philosophes, op. cit., p. 189.
  • 13 Serge Hutin, Histoire de l'alchimie, Marabout Université, No 223, Verviers, 1971, p. 79.

10Dans la suite de cet épisode, plusieurs traits semblent converger vers cette idée que la fugitive – semblable par sa fuite même au mercure volatil – tandis que tout le bas de son corps est baigné de rosée – de cette rosée très présente dans le discours, et même dans l'iconographie alchimiques12 – est une éblouissante incarnation de l’œuvre au blanc ou "albedo", émergeant de l'œuvre au noir ou "nigredo", et annonçant l'œuvre au rouge ou "rubedo"13.

  • 14 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 79.
  • 15 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 320, article "Rosée".
  • 16 Pierre Quillet, Bachelard, Seghers, 1964, p. 186.

11Voici d'abord le bain de rosée : "Elle descendit dans le jardin où, prenant son vêtement d'une main par-devant et de l'autre par-derrière, elle le retroussa en raison de la rosée très forte qu’elle voyait sur l'herbe"14. Le geste judicieux de la jeune fille livre à l'imagination quelques-uns de ses charmes ; et ceux-ci sont mis en valeur par l'onction bienfaisante de la rosée de mai, puisque le narrateur situe en ce mois ce moment de son récit. Or Pernety nous donne à ce sujet des informations intéressantes : "Plusieurs Chymistes – écrit-il – ont regardé la rosée des mois de mai et de septembre comme la matière de l'Œuvre Hermétique, fondés sans doute sur ce que plusieurs Auteurs ont avancé que la rosée était le réservoir de l’esprit universel de la Nature. (...). Ainsi quand ils parlent de rosée du mois de mai, c'est celle du mois de mai de leur printemps Philosophique, sur lequel domine le signe des Gémeaux de leur Zodiaque"15. Quant à Bachelard, il a lu dans un Dictionnaire hermétique publié à Paris en 1695 que la rosée du printemps était appelée "femelle" par "ceux qui s'en servent"16.

12L’art de l'expression alchimique est fait de suggestions. Ce qui est suggéré ici, c'est une certaine identité entre Nicolette et les deux réalités féminines qui la baignent, la lune et la rosée ; or, les deux "baigneuses" se trouvent réunies dans Virgile :

(...) saltus reficit jam roscida luna
(Géorgiques, III, vers 337).
déjà la lune verseuse de rosée ranime les clairières
(Traduction Maurice Rat)

13À partir de certaines informations mythologiques, les disciples d'Hermès ont opéré la même jonction entre la lune – leur Diane – et la rosée. Sur ce point, donnons la parole à Pernety :

  • 17 Dom A.-J. Pemety, Les Fables Égyptiennes et Grecques dévoilées, Archè, Milano, 1971, p. 161 & 162.

Malgré ce qu'on a pu dire de la passion de Diane pour Endymion, l'opinion la plus commune est qu'elle a conservé sa virginité. On feint cependant qu’elle conçut de l'air et enfanta la rosée. (...) La fiction (...) ne peut convenir qu'aux opérations du grand œuvre. (...) Prenez, dit d'Espagnet, une vierge ailée bien pure et bien nette (...). Peut-on méconnaître dans Diane cette vierge ailée, de d’Espagnet ? Et l'Enfant philosophique qu'elle conçoit dans l'air, selon l'expression des Disciples d'Hermès, n'est-ce pas cette vapeur qui s'élève de la lune des Philosophes, et qui retombe en forme de rosée ? dont le Cosmopolite parle en ces termes : Nous t'appelons eau du jour, et rosée de la nuit17.

  • 18 L'Alchimie et son Livre Muet, Introduction et commentaires par Eugène Canseliet, Jean-Jacques Pauv (...)
  • 19 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 77 & 81.
  • 20 D. Stolcius, Le Jardin chymique, de B. Husson, Médicis 1975, p. 279 & 345.
  • 21 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 77 & 81.

14Sur la septième planche du Mutus Liber, nous pouvons admirer Diane toute nue, le front orné du croissant lunaire, et tendant à Saturne, pour le purifier, un flacon étoilé contenant "la rosée de la nuit"18. La déesse est une figure de Nicolette, que son amoureux nomme "fleur de lis"19 – le lis est l'un des symboles de l'œuvre au blanc20 – et dont la blancheur apparaît dans la description suivante : "les fleurs des marguerites qu'elle brisait en marchant et qui retombaient sur le dessus de ses pieds devenaient tout à fait noires, comparées à ses pieds et à ses jambes, tellement la fillette était d’une blancheur de neige"21.

  • 22 J. van Lennep, Alchimie, Crédit Communal de Belgique, 1984, p. 115 & 112.
  • 23 Ibid., p. 116 & 315.

15Ces marguerites devenues noires ressemblent au "soleil noir" de l'alchimie, symbole de la première couleur de l'œuvre hermétique, magnifiquement illustré dans le Splendor Solis"La splendeur du soleil" – de Salomon Trismosin ; une image de cet ouvrage représente en effet "un soleil noir s'enfonçant progressivement dans la terre"22. Cependant, dans le même portrait de la jeune fille, les lèvres de Nicolette – "lèvres fines et plus vermeilles que la cerise ou la rose en été" – sont doublement, par la cerise et par la rose, une figure de la troisième couleur principale de l'œuvre, couleur appelée aussi "l'escarboucle des sages", et magnifiée par un soleil rouge dans le Splendor Solis. Le savant commentateur de ce traité s'exprime ainsi à ce sujet : "Apparaît ensuite un soleil rouge, brillant au-dessus d'un paysage. Dans certains manuscrits, comme le plus récent de Berlin, il s'agit de la dernière illustration (...). Il est évident que cette position en fin d'ouvrage pour ce symbole de la pierre au rouge resplendissante, est entièrement justifiée"23.

  • 24 Ibid., p. 116 & 315.

16Cependant le même commentateur de la présence de l'alchimie dans l'art établit sans conteste l'imprégnation alchimique de l'œuvre de Jérôme Bosch, dont Le Jardin des Délices abonde en cerises vermeilles dignes d'évoquer les lèvres de Nicolette. Donnons donc la parole à Jacques van Lennep : « Pour Pernety, la sphère "se prend dans les ouvrages des Philosophes, en différents sens ; quelquefois pour les sphères des planètes, quelquefois pour le fourneau secret". Chez Bosch, elles prennent souvent l'apparence de fruits qui, en général, sont rouges – or, notre savant bénédictin précise que le fruit symbolise toujours le "magistère au rouge, ainsi nommé de ce qu'il est proprement le fruit des travaux de l'Artiste" »24.

17De son côté, Élie-Charles Flamand, expliquant l'Emblème XXIII de l'Atalante fugitive de Michel Maier, libellé en ces termes : "Il pleut de l'or pendant que Pallas naît à Rhodes", écrit :

  • 25 Érotique de l'alchimie, Belfond, 1970, p. 152.

La fin de l'Œuvre est marquée par la naissance de Pallas, la Pierre Philosophale. Michel Maier précise qu'elle est née à Rhodes (on voit sur la gravure la fameuse statue colossale d'Apollon qui était placée à l'entrée du golfe de Rhodes). Le nom de cette île vient de rhodon, rose, autre symbole de l'escarboucle des Sages25.

18Rapprochées à la fois de la cerise et de la rose, les lèvres de Nicolette symbolisent deux fois la "rubedo", l'issue heureuse et parfaite du labeur hermétique.

  • 26 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 80-81 & note 6 de XII, p. 175.

19Le buste de la jeune fille, par la description qui en est faite, possède plusieurs implications alchimiques : "ses deux petits seins soulevaient son vêtement, fermes et semblables, à deux grosses noix" – "deus nois gauges" – dit le texte original, mots que Jean Dufournet commente ainsi : "variété de grosses noix, que l'on opposait dans certaines provinces aux petites noix ou noisettes"26. L'originalité de cette comparaison, peut-être unique dans toute la littérature, rencontre un écho dans la noix de galle du discours philosophal.

  • 27 Le Mystère des Cathédrales, Paris, J.-J. Pauvert, 1973, p. 196.
  • 28 Ernout & Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1959, p. 266.
  • 29 Ernout & Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1959, p. 266.

20En effet Fulcanelli, adepte de la "cabale phonétique", appelée encore "cabale hermétique" ou "langue des oiseaux", procédé qui tire des significations profondes de la simple homophonie, rapproche ces formes sphériques "que le chêne porte souvent sur ses feuilles", ces "petites excroissances rondes et rugueuses, parfois percées d'un trou, appelées noix de galle (latin galla)", dans un premier temps, des mots "Gallia" et "gallus", c'est-à-dire de la "Gaule" et du "coq", pour ajouter : "Le coq est l'emblème de la Gaule et l'attribut de Mercure, ainsi que le dit expressément Jacob Tollius"27. Les savants n'excluent pas l'idée que "gallus", "coq" et "gallus", "gaulois" soient un seul et même mot28. Et ils considèrent comme assuré que "gauge" vient de "gallica nux", qui devient "noix gauge" en français29. Quoique sarrasine, Nicolette a, par la médiation des noix, des seins "gaulois", qui sont aussi, à la rigueur par l'étymologie, mais à coup sûr par l'alchimie, "coquets", et donc "mercuriens" avec tout ce que cela entraîne de puissance transmutante. La noix du noyer donne l'huile qui est abondamment présente dans le langage hermétique, comme le prouvent ces quelques extraits du Rosaire des Philosophes :

  • 30 Rosaire, op. cit., p. 214 & 215.

Tu dois savoir que du plomb des philosophes on tire une certaine huile de couleur dorée ou presque. (...) Elle te débarrassera de tout travail de solution et de coagulation. La raison en est que c'est une huile cachée qui rend la médecine pénétrante, amicale et susceptible d'être unie à tous les corps et elle augmentera son efficacité au-delà de toute mesure et il n'est rien au monde de plus secret. (...) L’huile sort en liqueur, c'est-à-dire en âme30.

  • 31 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 161.

21Deux indications de Pemety nous permettent de préciser quelle est cette huile. Les Philosophes, dit-il, "ont donné ce nom à la matière même lorsqu’elle a pris une couleur et une viscosité huileuse" ; et ce qu'ils appellent leur "huile essentielle", "c'est le soufre volatil des métaux philosophiques ; c'est-à-dire, leur âme ou le mâle, le soleil, l'or des Sages"31.

  • 32 Le Petit Robert, Paris, 1970, p. 765.

22Quant à la "noix" du chêne, deux banales notations de dictionnaire en soulignent, involontairement, la richesse de signifiance alchimique : article "Galle". "La noix de galle, riche en tanin, est utilisée pour la fabrication de teintures (voir Gallique)" ; article "Gallique". "Qui provient de la noix de galle. Acide gallique"32.

  • 33 Rosaire, op. cit., p. 40.
  • 34 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 347 & 184.

23"Teinture" est l'un des termes clefs de la littérature hermétique. Énumérant les vertus "naturelles" et "opportunes" de "notre Pierre", l'auteur du Rosaire des Philosophes écrit : "La septième propriété est la teinture qui donne une couleur éclatante et parfaite, blanche et d'un jaune intense, conférant la nature de la lune et du soleil aux choses susceptibles d'être transmuée"33. Pemety confirme cette assertion quand il dit : "La teinture est le dernier degré de la transmutation des corps naturels. Elle conduit à la perfection toutes les choses imparfaites"34.

  • 35 Ibid., p. 40.

24L'acide lui aussi, sous l'appellation de "vinaigre" ou de "vinaigre très aigre", occupe une place décisive dans le discours alchimique. Voici un passage du Rosaire des Philosophes, qui vérifie cette affirmation : "L'argent-vif est le vinaigre. C'est pourquoi Socrate dit dans la Tourbe : la première puissance est le vinaigre, c'est-à-dire l'argent-vif. D'où la Tourbe : si vous placez le corps sans vinaigre dans le feu, il sera brûlé, c'est-à-dire sans argent-vif. La Tourbe dit : C'est le vinaigre très aigre qui fait le corps pur sans lequel nulle couleur n'apparaît"35.

  • 36 Le Mystère des Cathédrales, op. cit., p. 197.
  • 37 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 347 & 184.
  • 38 Daniel Stolcius & Bernard Husson, Le Jardin chymique, op. cit., p. 161.
  • 39 Serge Hutin, La Vie quotidienne des alchimistes au Moyen Age, Hachette, 1977, p. 46.
  • 40 Rosaire, op. cit., p. 125.
  • 41 M. Caron & S. Hutin, Les Alchimistes, Seuil, 1970, p. 4.

25Dans un second temps, Fulcanelli rapproche la noix de galle d'un vocable hellène désignant ce que le sein peut volontiers contenir passant ainsi, selon une pente naturelle de l'esprit, de la forme du contenant à la substance du contenu : "Gala, en grec dit-il – signifie lait, et le mercure est encore appelé Lait de Vierge (lac virginis)"36. Pernety nous éclaire sur ce point aux articles "Lait Virginal" et "Lait de la Vierge ou Lait des Philosophes". Il définit ces expressions équivalentes de la manière suivante : "C'est le mercure des Sages, sous la forme d'eau laiteuse dans la voie humide. Quelques-uns lui ont donné ce nom dans la voie sèche, lorsqu'il est cuit au blanc"37. Mais "le lait de la Vierge" étant un emprunt hermétique au mystère proprement marial, il n'est pas étonnant que Michel Maier, dans ses "Symboles de la Table d'Or", "Symbola Aureae Mensae, ait choisi, "pour commenter" une gravure représentant "la Madone allaitant", cette "épigraphe" : "Lapis, ut infans, lacte nutriendus est virginali” (La pierre, comme un nourrisson, doit être nourrie de lait virginal)"38. Certes Nicolette n'est pas la Madone, mais par son courage, sa droiture, sa grâce et sa pureté, elle est la lumineuse image de celle que l'on appelle : "Vierge fidèle", "Miroir de Justice", "Cause de notre joie", "Rose mystique", "Maison d’or", "Arche d'alliance", "Étoile du matin". En tant qu'image d'un Miroir, la radieuse héroïne de l'unique chantefable relève doublement de l'univers alchimique, puisque l'alchimie a été définie "la science des images que le Thot grec (c'est-à-dire Hermès Trismégiste) montre dans le grand et universel Livre de Vénus ; la science des miroirs (...) comme Aristote le montre (...)"39. Le Miroir Naturel de Vincent de Beauvais, constamment cité dans le Rosaire des Philosophes, est aussi un miroir de l'alchimie, qu’il présente, à juste titre, comme un miroir de la nature. Voici un extrait du livre premier de cet ouvrage, qui le prouve : "Les alchimistes, imitant les opérations de la nature dans les corps minéraux, se sont efforcés de faire en peu de temps ce que la nature fait en mille années"40. Cependant l'un des plus anciens disciples d'Hermès, Zozisme le Panopolitain, invitait "les fils de l'enseignement" à faire un bon usage des images reflétées quand il disait : "Celui qui regarde dans un miroir ne regarde pas les ombres mais ce qu'elles font entendre, comprenant la réalité à travers les apparences fictives"41.

  • 42 L'Alchimie expliquée sur ses textes classiques, Pauvert, 1972, p. 270 et, pour la gravure, p. 285.

26Dans l'un de ses écrits voués au grand œuvre, Eugène Canseliet commente une gravure "où l'expression scientifique s'unit étroitement au symbolisme religieux"42. On y voit la Vierge recevant un rayon lumineux, qui émane de la colombe du Saint-Esprit, et qui vient l'atteindre exactement sur sa poitrine, qu'elle couvre de ses mains ; mais ce buste agit en miroir, car il renvoie le rayon incident, sous la forme rigoureuse d’un rayon réfracté, vers l'enfant Jésus couché dans "son douillet moïse" devant sa mère agenouillée.

  • 43 Chevalier-Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Laffont, 1969, article Sein, p. 685.
  • 44 Les Demeures philosophales, op. cit., p. 312 & 280, Τ. II.

27La raison pour laquelle les seins de Marie, et donc de Nicolette, peuvent être regardés comme le miroir de l'œuvre, réside dans la symbolique universelle et dans la Table d'Émeraude, charte de l'alchimie. Pour la première "Le sein droit symbolise le soleil et le gauche la lune"43. Pour la seconde, qui vient de parler de "cette chose unique", de laquelle "toutes les choses sont nées (...) par adaptation", "Le Soleil en est le père, et la Lune la mère"44.

  • 45 Les Demeures philosophales, op. cit., p. 312 & 280, Τ. II.

28Les parents de l’Élixir, de la Fontaine de Jouvence, de la Médecine universelle et de la Poudre de projection sont, en image, plus proches du cœur de la femme que du firmament, car certains adeptes, cités par Fulcanelli, assurent que "le soleil et la lune du ciel ne sont pas les astres des philosophes"45.

29Cependant d’autres fragments du discours alchimique semblent moins songer aux carnations lumineuses et délicates du disque solaire et du disque lunaire, qu'une gorge féminine peut évoquer pour refléter les géniteurs de l'œuvre, qu'au relief heureux de ces éminences naturelles et à la chaleur accueillante et douce du vallon qui les sépare.

30Le buste nourricier sécrétant le lait de vierge, étant pour les imagiers hermétiques l'unité organique d'une dualité montueuse, les philosophes du feu passent facilement, dans leurs descriptions suggestives et instructives, des comparaisons astronomiques avec les deux luminaires, le diurne et le nocturne, réalités globulaires, à des comparaisons orographiques avec un massif à double cime, avec un duo de pitons plus ou moins élancés, mais en tout cas élévations coniques, entre lesquelles s'allonge, verte et prospère, la vallée ou la plaine.

  • 46 Rosaire, op. cit., p. 106, notes 8, 64,133.
  • 47 Rosaire, op. cit., p. 106, notes 8, 64,133.
  • 48 Rosaire, op. cit., p. 106, notes 8, 64, 133.
  • 49 Rosaire, op. cit., p. 106, notes 8, 64, 133.
  • 50 Rosaire, op. cit., p. 56, 66.
  • 51 Rosaire, op. cit., p. 56,66.

31Voici un passage du Rosaire des Philosophes, qui vérifie ces dires : "La Pierre est dite rébis, c'est-à-dire chose unique faite de deux choses, à savoir le corps et l'esprit, ou le soleil et la lune (...). On dit de même que la Pierre se trouve partout à cause de sa composition véritable, parce que, quand les trois choses, soleil, lune et mercure, sont réunies, la puissance de la Pierre est partout, sur les montagnes et dans les plaines"46. Le mercure dont il est ici question est le lait virginal, qui s'écoule des montagnes et féconde les plaines. Mais à propos des monts qui viennent d'être nommés, Étienne Perrot fait une remarque éclairante : "Ces montagnes sont les "petites montagnes" dont Marie, sœur de Moïse, dit qu'elles sont le gîte favori de la Pierre"47. Ces "petites montagnes" s’accordent gracieusement avec les "deux petits seins" de Nicolette. Toutefois ces montagnes ne sont pas toujours qualifiées de "petites", quand l'auteur initié, cessant de considérer leur taille véritablement modique, envisage leur "vertu" quasi miraculeuse. En ce sens s’oriente cette exhortation attribuée au philosophe Rasis : "Mon fils, contemple les hauteurs les plus élevées du monde, qui sont à droite et à gauche, et monte là où l’on trouve notre pierre, et sur cette montagne qui porte toutes sortes de pigments"48. Dans un poème célébrant la naissance de la pierre au blanc, assimilée à une "noble et riche reine", que "les maîtres déclarent l'égale de leur fille", l’auteur du Rosaire des Philosophes nous invite soudain à "contempler l'unité de ce qui est relié par la nature, unité que les montagnes ont parfaitement dissimulée"49. Seul l'éclairage alchimique du mot gorge – double ornement de la femme ou défilé entre deux montagnes – est susceptible de rendre compte de la richesse de ce conseil. En tant que relief naturel du "corps mémorable", la gorge, quoique formée de deux "noix gauges", la solaire à dextre et la lunaire à senestre, est simple par la fonction et par la symétrie. Mais entre "ces fruits de corsage" – selon les mots du poète Aragon – la gorge, quoique située au milieu de deux versants, dessine un unique et étroit passage, où règne une constante et moelleuse tiédeur, semblable au "feu de roue" qui mène la pierre à sa maturité. C'est précisément là, entre ses parents symboliques et pourtant réels, que naît et que gîte, parfaitement soustrait aux yeux profanes, dissimulé entre les hauteurs, le rubis sans pareil des philosophes. Cette gemme est tellement bien cachée dans ce canon délectable et sanctifiant, qu'elle est "appelée pierre d'invisibilité, pierre sainte, chose bénie"50. Selon Hermès, cité par Le Rosaire des Philosophes, elle réclame instamment l'abri qui la dérobe aux souffleurs cupides : "Comprenez, fils des sages – dit le Trismégiste – ce que crie notre Pierre : Protège-moi et je te protégerai"51. Le désir du secret est si vif dans le discours alchimique, si intense l'envie de passer inaperçu aux regards de ceux que la richesse seule intéresse, que le "Trésor Incomparable" pourrait proférer le cri adressé par l’Hippolyte de Baudelaire à Delphine, sa compagne :

Je veux m'anéantir dans ta gorge profonde.

32Ou encore le fruit de gloire, blotti entre les parois de rocs tendres qui le protègent, se plaît à exprimer l'espoir de Rimbaud :

Ceux que j'ai rencontrés ne m'ont peut-être pas vu.

  • 52 La Pensée alchimique et Le Conte de Graal, Champion, Paris, 1979, p. 279.
  • 53 La Pensée alchimique et Le Conte de Graal, Champion, Paris, 1979, p. 279.

33Il est intéressant de signaler que pour Paulette Duval, la naissance et la présence de la pierre entre les montagnes de droite et de gauche constituent un thème akkadien, datant du "troisième millénaire avant J.-C."52. En effet sur un cylindre mésopotamien de cette époque, appartenant au scribe Adda, le "Soleil qui surgit entre les deux montagnes peut être celui de la vie nouvelle"53. Il ne faut pas oublier que la Table d’Émeraude appelle le processus alchimique "l'œuvre du soleil" ; son accomplissement est le soleil rouge, fils "supérieur à son père" du soleil noir et de la lune blanche.

  • 54 Atalante Fugitive, Traduction d'Étienne Perrot, Médicis, Paris, 1970, p. 68.

34Le propos des philosophes du feu n'est jamais futile. Parfois ils semblent rapporter un fait sans rapport sérieux avec leur coction, alors qu'ils nous communiquent un renseignement essentiel. C'est ce que fait Michel Maier quand il écrit : "On recueille des semences de bombyx et même des œufs de poule que l'on fait éclore grâce à la tiédeur des seins d'une vierge"54. Il veut nous informer par là d'une part que la température de l’athanor doit être permanente et modérée, comme celle qui persiste entre "les petites montagnes" d'un torse féminin, d'autre part que l'apparition et la couvaison de l'œuf philosophal dépendent de l'acte conjugal, puis parental, du soleil et de la lune, que les charmes antérieurs d'une vierge symbolisent.

  • 55 Rosaire, op. cit., p. 34, 37, 51, 122-123, 128, 128 note 12, 231.
  • 56 Rosaire, op. cit., p. 34, 37, 51, 122-123,128,128 note 12, 231.
  • 57 Rosaire, op. cit., p. 34, 37, 51, 122-123,128,128 note 12, 231.
  • 58 Rosaire, op. cit, p. 34, 37, 51, 122-123, 128, 128 note 12, 231.
  • 59 Rosaire, op. cit, p. 34, 37, 51, 122-123, 128, 128 note 12, 231.

35Tout le début de la cuisson, et jusqu'à la réalisation de la blancheur, doit se faire à feu doux ; aussi l'auteur du Rosaire nous donne-t-il ce commandement : "J'ordonne à tous les explorateurs de cet art de faire d'abord un feu léger"55. Il insiste ; l'obéissance à ce précepte conditionne la réussite de l'œuvre : "Prends garde au début de brûler ses fleurs et sa verdure"56. Ordres et avertissements en ce sens se multiplient : "Préserve toute chose de la combustion. (...) Une chaleur égale et tempérée est absolument nécessaire dans la génération de cette chose. (...) Car les générations et les procréations des choses naturelles ne se font qu'au moyen d'une chaleur très tempérée et égale (...). Notre sublimation n'est pas autre chose que l'exaltation des corps, c'est-à-dire leur changement en esprit, ce qui ne peut se faire qu'à feu doux. (...) Le feu (...) chaud (...) et humide (...) est le feu de ventre de cheval. Il a pour propriété de ne pas détruire (...) à cause de son humidité. Les autres en effet détruisent à cause de leur sécheresse. C'est pourquoi aucun feu au monde ne lui est comparé si ce n'est le feu matériel du corps d'un homme sain"57. Étienne Perrot tire de ce dernier développement une conclusion pertinente : "Le feu philosophique unit donc l'humidité de la lune à la sécheresse du soleil"58. Il n'est pas étonnant que ce feu ait les mêmes géniteurs que la pierre elle-même, car celle-ci est assimilée par Hermès au feu qui la produit, comme le prouve cette citation, faite par le Rosaire, du fondateur mythique de l'alchimie occidentale : "Notre pierre est un feu créé à partir du feu ; elle se change en feu et son âme demeure dans le feu"59. Cependant quelle est la résidence naturelle du seul feu comparable par sa valeur opératoire au feu de ventre de cheval, à savoir "le feu matériel du corps d’un homme sain", sinon la vallée mammaire, ce lieu que les Grecs nommaient le "métamazion", l’endroit possible d'une "couvade", l'espace entre les seins ?

  • 60 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 135.
  • 61 Ploss, Roosen·Runge, Schipperges, Buntz, L'Alchimie, Belfond, 1972, p. 155, 148, 150, 160.
  • 62 Ploss, Roosen-Runge, Schipperges, Buntz, L’Alchimie, Belfond, 1972, p. 155, 148, 150, 160.
  • 63 Ploss, Roosen-Runge, Schipperges, Buntz, L’Alchimie, Belfond, 1972, p. 155, 148, 150, 160.
  • 64 Les Aventures du Philosophe Inconnu, Retz, Paris, 1976, p. 47.
  • 65 Les Demeures philosophales, op. cit., Τ. II, p. 45.

36Mais c'est à un traité hermétique de Johann Sternhals, intitulé La Guerre des chevaliers, qu'il appartient de doter cet espace de sa plus grande gloire alchimique, en faisant de lui le séjour privilégié du métal royal. En effet dans cet ouvrage, en présence de Mercure qui les juge, Sol, l'or, et Mars, le fer, s'affrontent à propos de leurs mérites respectifs. Après avoir traité le fer de "fils de pute" – ce qui est l'injure lancée par Aucassin au roi de Turelure60 – l'or poursuit par ces mots : "les mignonnes, jolies et gracieuses jeunes filles et femmes, nobles ou roturières me font reposer entre leurs seins blancs"61. Pour celui qui parle ainsi, et qui porte le nom du soleil, parce que la substance précieuse qu’il représente est attribuée à l'astre du jour, le suprême honneur est de reposer entre les seins des jolies filles d'Ève. Or parmi les innombrables bijoux en métal solaire qui sont accueillis dans cette gorge agréable, il en est deux qui ont pris, en Occident chrétien, une signification alchimique incontestable : le Christ en croix et la Vierge glorieuse, le petit crucifix et la médaille mariale. Comme symbole de la souffrance que doit endurer le plomb saturnien pour parvenir à la perfection du métal noble, l'illustre traité d'alchimie, écrit au début du XVe siècle par le franciscain Ulmannus, qui se présente lui-même par cette périphrase : "Celui qui est selon la Vierge", met sous nos yeux une image du Christ crucifié62. On sait que la liturgie chrétienne appelle Jésus "Soleil de justice", non seulement celui qui est, mais encore celui qui rend "pur comme de l’or", celui qui guérit le plomb vil, que le Moyen Age nommait volontiers "or mesel", c'est-à-dire or lépreux. Un spécialiste de la littérature hermétique, Herwig Buntz, signale, précédé de l’adverbe "toujours", "le parallèle Christ-Lapis", dans le commentaire qu'il fait d'une gravure alchimique représentant le sauveur en croix63. Cité par Sylvain Matton dans son Introduction aux écrits hermétiques de Dom Belin, philosophe bisontin, un autre spécialiste, A. Koyré, exprime ce parallèle par les formules vigoureuses que voici : "La pierre philosophale, c’est le Christ de la nature, et le Christ, c'est la pierre philosophale de l’esprit. Le mercure, étant l’intermédiaire entre le soleil et la lune (l’or et l’argent), est le Christ dans le monde de la matière, comme le Christ, médiateur entre Dieu et le monde, est le mercure spirituel de l'univers"64. Il importe de rapprocher ces assertions de celles de Fulcanelli : "On sait que la croix, dans l'ordre spéculatif, est la figuration de l'esprit, principe dynamique, tandis qu'elle sert, dans le domaine pratique, de signe graphique au creuset"65. Allégations qui permettent à l'auteur des Demeures Philosophales de suggérer, quelques lignes plus bas, une équivalence entre "la croix, image de la Passion" et le "travail au creuset".

  • 66 Dom Belin, Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 70.

37Entre les "seins blancs" des "gracieuses jeunes filles", c'est tout cela que signifie le petit crucifix d'or : le soleil et le salut, l'œuvre du soleil et l'œuvre du salut, l'artiste du soleil et celui du salut, mais encore le vase même de la maturation salvatrice ; à la limite le bijou sacré désigne la gorge où il repose, le val tiède de sa conception, de sa gestation, de son apparition et de sa nutrition, son réceptacle, son tabernacle. Il n’est pas étonnant dans ces conditions de découvrir, dans la Pandora de Reusner, appelée aussi "le plus noble don de Dieu" (Bâle, 1588), une illustration représentant le Mercure sous la forme d’une reine nue, ne portant, outre sa couronne, qu’un collier où pend une parure cruciforme, qui s'épanouit entre ses seins"66.

  • 67 Rosaire, op. cit., p. 227.

38Au lieu d'une croix, c'est souvent une médaille de la Vierge, dont l'or trouve asile en ce havre privilégié. La raison alchimique en est fournie par une gravure du Rosaire des Philosophes, qui exalte "la perfection de la Pierre ou le couronnement de la matière sous l’image du couronnement de la Vierge"67. Cette scène est l'occasion, pour l'illustrateur de symboliser par la Trinité les trois principes de l'œuvre, le Père renvoyant au soufre, le Fils au mercure et le Saint-Esprit au sel. La gloire de Marie entraîne tout naturellement, si l'on peut dire, la présence trinitaire, puisqu'elle est la fille du Père, la mère du Verbe et l'épouse de l'Esprit.

39Nicolette, quant à elle, n'a pas besoin de croix ou de médaille mariale pour se souvenir des personnages que ces bijoux honorent, car elle les porte dans son cœur, tout près de ses "petits seins", comme le prouve ce monologue, dans lequel elle s'adresse en pensée à Aucassin absent :

  • 68 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 55, 91.

C'est pour vous que je suis prisonnière
dans cette chambre voûtée
où je vis des jours abominables ;
mais, par Dieu le fils de Marie,
je n'y resterai pas longtemps
si je puis réaliser mon dessein68.

40Jésus et Marie, le soleil et la lune du monde spirituel, vivent dans la poitrine de la jeune fille,

gorge
blanche avancée
Couvrant en son secret la pudique pensée
Enflée en deux tétins de mignonne rondeur ;

  • 69 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 55, 91.

41ces vers de Maurice Scève laissent entendre que le buste féminin est formé par un double bond du cœur, dont les galbes charmants expriment et voilent à la fois les alarmes les plus tendres, l’intimité la plus vive et la plus émue. Nicolette ne sait pas seulement que la croix sauve, elle croit encore avec une foi profonde et spontanée à l'efficacité de ce signe, au moment du péril. Le passage suivant du récit l'établit : "Elle fit le signe de la croix et se laissa glisser en bas du fossé"69. Le torse tout entier, au centre duquel le cœur bat, est intéressé par le signe de la croix. L'objet d’or, fixant ce signe dans la matière précieuse, est superflu pour une princesse qui abrite ce signe dans son sein, et qui est prête à le faire renaître sans cesse, par le geste, sur l'avers supérieur de son corps, plus précieux que tout l'or du monde.

  • 70 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 85-87, 84 & 177, note 7.
  • 71 Les Demeures Philosophales, op. cit., T. I, p. 345 & 342.
  • 72 Les Demeures Philosophales, op. cit., T. I, p. 345 & 342.

42Ignorant que les seins sont des ressauts du cœur, Aucassin croit minimiser l'amour de Nicolette, en plaçant "l’amour de la femme (...) tout au bout de son sein"70. Pour désigner le mamelon, dont le caractère érectile est souligné par ce propos, le texte original dit joliment ici : "le cateron de sa mamele". Une note savante de Jean Dufournet nous apprend que "cateron" signifie proprement "petite chatte". Cette étymologie traduit l'extrême sensibilité et la délicatesse de cet organe de la succion, d'où l'amour est loin de s'envoler, mais où, au contraire, il concentre ses ardeurs. Or, selon Fulcanelli, le chat joue un rôle primordial dans le symbolisme alchimique, notamment à cause de ses moustaches "qui lui ont fait donner son nom"71 ; elles suivent le tracé d’une croix de Saint-André, de cet X polysémique par conséquent, qui, pour le philosophe, représente "l'écriture de la lumière par la lumière même, la trace de son passage, la manifestation de son mouvement, l'affirmation de sa réalité"72.

43La petite chatte du mamelon donne à sucer la lumière.

44Telle est du moins la conclusion que l’on peut rigoureusement tirer des Aventures du Philosophe Inconnu de Dom Belin, alchimiste natif de Besançon. Ayant rencontré, sous la forme d'une femme merveilleuse, la Sapience hermétique dans un bocage isolé, le Philosophe Inconnu commence par se plaindre tendrement auprès de cette Dame "tout aimable" :

  • 73 Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 183.

je ne peux comprendre comme j'aurais mécontenté une mère et maîtresse à laquelle j’ai voué mes plus tendres amours ; c'est donc sans doute le malheur qui m'a sevré un si long temps de vos caresses amoureuses. Je ne suis pas jaloux du bonheur de mes frères, mais seulement triste de mon destin ; je les vois collés à vos mamelles, se promener et égayer par tous les coins de vos palais, et moi je n'en ai eu que le regard73.

  • 74 J. van Lennep, Alchimie, op. cit., p. 62 & 63.
  • 75 Fulcanelli, Demeures Philosophales, op. cit., p. 279 du Τ. II.

45Il se trouve que la séquence déduite de ce texte : "frères collés à vos mamelles" possède une illustration fameuse dans le plus sublime ouvrage alchimique, l'Aurora Consurgens, Le Lever de l’Aurore ou L’aurore à son lever, traité véritablement inspiré attribué à Saint Thomas d'Aquin. On y voit deux vieillards se ressemblant comme des frères, l’un en robe verte, l'autre en robe rose, en train de sucer avidement, l'un le sein gauche, l'autre le sein droit, d'une jeune et pourtant majestueuse reine, au visage vermeil, et qui a pris soin de faire sortir de sa belle robe bleue, chacune de ses mamelles généreusement offertes. Jacques van Lennep commente ainsi cette sorte de miniature enluminée : "La Sagesse à tête rouge (celle qui produit la pierre ultime) allaitant deux vieillards est une combinaison d'un type byzantin et du thème médiéval du miracle de la lactation, comme celui de la Vierge humectant de son lait les lèvres de saint Bernard"74. Hegel disait : "L'oiseau de Minerve ne se lève que le soir". De même ce n’est qu'au terme d'une vie de recherche que la Sapience, "éternellement jeune", finit par abreuver de son savoir son amant gagné par l'âge, mais indéfectiblement fidèle. Cette rencontre finale, tardive mais gratifiante, est l'un des sens que prend une scène mainte fois évoquée par le discours alchimique, à savoir "la conjonction du vieillard et de la jeune vierge"75.

46Cependant le Philosophe Inconnu est sur le point de céder à une pulsion instinctive :

  • 76 Dom Belin, Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 184, 185 & 186.

Je vous tiens à présent, je ne vous lâcherai jamais que vous ne m'ayez donné du lait de vos mamelles.
Je me voulus lever pour me coller au milieu de son sein, mais la prompte réponse qu'elle me fit en souriant me retarda pour l'écouter.
(...) Sais-tu pas que le bien longuement désiré est suivi d'une plus douce jouissance ? (...) Je considérais toutes tes peines présentes comme autant d'allégresses futures ; (...) je me réjouissais te sachant parmi l’obscurité, connaissant que tu verrais ce jour avec plus de joie. (...) Si j'ai failli en ton endroit, c'est par l'excès de mon amour, je suis ici pour le témoigner.
Lors elle sortit de son sein tout d'albâtre une de ses mamelles, me présenta le chicheron pour en sucer le lait76.

47Comment ne pas noter au passage que le "chicheron" de Dom Belin est en similitude de rythme et de rime avec le "cateron" de la chantefable ? Oui, le cateron ludique de Nicolette s'accorde avec le chicheron initiatique de Sapience ; car ce dernier va effectivement déverser des torrents de clarté dans l'être tout entier de celui qui le suce :

  • 77 Dom Belin, Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 184, 185 & 186.

Je m'y collai avec plus d'ardeur qu'un enfant altéré au sein de sa nourrice : avant que j'en eusse goûté cinq ou six gouttelettes, mon esprit reprit nouvelles forces, mon âme eut les yeux dessillés, la cataracte qui m'avait empêché de voir dans les secrets de la nature se dissipa soudain et, à même temps, la honte parut sur mon visage d'avoir été si longtemps aveuglé et arrêté clans un si beau chemin77.

  • 78 Dom Belin, Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 184, 185 & 186.

48Cependant, quoique "sentant encore la douceur dans la bouche", le Philosophe Inconnu pense que les paroles de Sapience sont plus capables que ses seins de lui enseigner tous les secrets de Nature. Je vous demande donc "humblement" – lui dit-il en substance – "Sainte Maîtresse des plus sages", "la faveur de m'instruire plutôt par vos charmants discours que recréer de la douceur de vos mamelles"78.

  • 79 Dom Belin, Les Aventures..., op. cit., p. 186-187.

49La réponse est immédiate et péremptoire, sans être le moins du monde indignée : "Mon fils, repartit-elle, mes mamelles sont des fontaines de science, à même temps que l'on en goûte, à même temps l'on devient sage, présentement, l'as-tu pas éprouvé ? (...) ne crois donc pas que mes mamelles soient seulement pour recréer de la faveur d’un lait délicieux. Elles sont pour instruire et tirer les esprits de l'erreur"79.

50À ces mots le Philosophe Inconnu va pleinement reconnaître la vertu éclairante des seins de sa splendide interlocutrice, sans toutefois renoncer à l'autre douceur, celle qui émanera de ses lèvres disertes :

  • 80 Dom Belin, Les Aventures...,op. cit., p. 186-187.

Maîtresse incomparable, vos paroles sont la vérité même ; dès la première goutte que j'ai sucée de votre lait, les ténèbres ont été dissipées dans mon entendement ; mais de grâce, ne refusez pas vos discours à celui auquel vous avez bien daigné de découvrir votre sein. J'espère avoir de vos paroles un plaisir sans égal, comme la douceur que j'ai connue en votre lait ne peut souffrir de parallèle ; accordez-moi, ma princesse adorable, cette juste demande80.

51Oui, vraiment, le cateron et le chicheron donnent à sucer la lumière.

  • 81 Dom Belin, Les Aventures..., op. cit., p. 186-187.

52Gracieuse, la "princesse adorable" accède à la requête de son très fervent disciple, et lui expose en trois discours "tout ce qui se peut dire ou penser de notre riche Pierre"81.

  • 82 B. Gorceix, L’aurore à son lever, Arma Artis, Paris, 1982, p. 80.

53Elle est semblable en cela à l'amante mise en scène dans le douzième et dernier chapitre de l'Aurora Consurgens ou Lever de l’Aurore, qui est une imitation alchimique du Cantique des cantiques ; aux dires mêmes de "l’aimé", cette amante profère d'agréables paroles et prodigue ses seins à contempler et à savourer : "O bien-aimée, dit l'amant, aimée plus qu'aimée, douce est ta voix et elle m'est mélodie. (...) Que ton visage est beau ! Tes seins plus beaux que le vin, mon épouse, ma soeur"82. Aucassin lui aussi appelle Nicolette sa "sœur", particulièrement dans deux "chantés", dont voici le premier :

  • 83 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 113 & 123.

Nicolette au corps gracieux,
c'est pour vous que je suis venu au bois ;
je ne chasse ni cerf, ni sanglier,
mais ce sont vos traces que je suis.
Vos yeux vifs, votre corps gracieux,
votre beau rire, vos douces paroles
m'ont mortellement blessé le cœur.
Mais, s'il plaît à Dieu, le père tout-puissant,
je vous reverrai encore,
ma sœur, ma douce amie83.

54Dans le second "chanté", Aucassin, comparant Nicolette à une "petite étoile", qu'il voit dans le ciel nocturne à proximité de la lune, en vient à des expressions, dont la teneur érotique, psychanalytique avant la lettre, n'est pas douteuse :

  • 84 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 113 & 123.

Petite étoile, je te vois,
que la lune attire à soi. (...)
Ma douce sœur, comme je serais heureux
si je pouvais monter tout droit,
– peu importe la chute –
et être là-haut à tes côtés :
comme je te couvrirais de baisers !
(texte original : "Ja te baiseroie estroit")
Si j'étais fils de roi,
vous seriez bien digne de moi,
ma sœur, ma douce amie84.

55L'élan d'amour, dans sa fraîcheur et dans sa force, se précise également à travers les propos, toujours inspirés par le chant nuptial de Salomon, roi considéré comme un adepte du Grand Art, que l'aimé tient à sa sœur d'élection :

  • 85 L'aurore à son lever, op. cit., p. 81 & 82.

En elle je déposerai toute ma force, je saisirai ses fruits et ses seins seront comme des grappes de raisin ! Viens, mon aimée, nous sortirons en tes campagnes, nous tarderons dans tes fermes, le matin, nous monterons à la vigne, car la nuit s'est avancée et il est tout proche, le jour ! Regardons si la vigne bourgeonne et si les fleurs portent des fruits ! Là-bas tu confieras à mes lèvres tes seins, pour toi j'ai gardé tous mes fruits (...). Nous en jouirons, nous userons de nos bien avec l'ardeur de la jeunesse. Enivrons-nous de vins et de parfums, ne laissons passer aucune fleur, sans quelle ne nous ait servi de couronne, les lis, puis les roses, avant quelles ne se fanent ! Pas un pré n'évitera notre orgie ! Aucun ne lui manquera ! Partout nous laisserons signes de liesse, car telle est notre part. Jouissons de notre accouplement d’amour, et crions dans la joie de notre danse : "Voici, qu'il est doux, qu'il est agréable d'habiter à deux en un !"85.

  • 86 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 119 & 101.

56Ce passage, pénétré d'harmonie ardente – l'alchimie est nommée "art d'amour" et "art de musique" – fait allusion aux lis de l'œuvre au blanc. Or Nicolette tapisse de lis la hutte "d’une beauté insurpassable"86, qu'elle élève à l'intention d'Aucassin, dans "le bois feuillu", à un carrefour "d'où rayonnent sept chemins". Puis, pour "éprouver son ami", "pour voir s'il l'aime autant qu'il le prétend", elle accomplit ce curieux serment ;

  • 87 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 119 & 101.

Elle jure par le Dieu de vérité
que, si Aucassin vient par là
sans s'y reposer un peu
par amour pour elle,
jamais il ne sera son ami
ni elle son amie87.

  • 88 Rosaire, op. cit., p. 74, 135-136.
  • 89 Rosaire, op. cit., p. 74, 135-136.

57Cette hutte ravissante, "jolie comme je n'en ai jamais vu", représente le matras ou l’aludel, dans lequel s'uniront le roi et la reine philosophiques – le soufre et le mercure, appelés "Gabertin (ou Gabricus) et Beya" dans la célèbre "Vision d'Arislée", qui clôt La Tourbe des Philosophes88 – pour former l'androgyne hermétique. Les sept chemins concordent avec les sept métaux, eux-mêmes mis en rapport avec les sept planètes et avec les dieux qui les désignent, c'est-à-dire avec les dieux de la semaine. Voici comment Salomon, cité dans Le Rosaire, évoque à sa manière, à l'aide du personnage de la reine de Saba, les sept divinités de l'œuvre : "Cette médecine" (...), "c’est la fille, la reine du Midi qui vint, dit-on, de l'Orient, tel un lever d’aurore, pour entendre, comprendre et voir la sagesse de Salomon, et dans sa main ont été mis la puissance, l'honneur, la force et le règne. Elle porte sur sa tête la couronne royale, rutilante des rayons de sept étoiles, comme une épouse parée pour son époux”89. Le serment de Nicolette est semblable à ce serment du secret, que prêtent tous les authentiques enfants d’Hermès, pour dérober les mystères ultimes de l’œuvre aux "insensés".

  • 90 La Tourbe des Philosophes / Les Sept Chapitres d'Hermès Trismégiste, Jobert, Paris, 1975, p. 64.

58Dans ses Sept Chapitres, Hermès lui-même atteste sa véracité sous la foi du serment :"(...) la coloration de la noirceur se change alors en la vraye rougeur, je jure par Dieu que je n'ay dit que la vérité"90 ; le dieu du mercure prend ainsi Dieu à témoin, exactement comme Nicolette chante au sujet d'elle-même, en s’accompagnant de la vielle et sous l'habit du jongleur :

  • 91 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 157 & 89.

Elle jure par Dieu et son saint nom
qu'elle ne se mariera jamais
si on ne lui donne son amoureux
qu'elle désire tant91.

Thèmes et motifs alchimiques présents dans la chantefable

  • 92 Érotique de l'alchimie, op. cit., p. 54.

59Tout discours alchimique est toujours l'histoire d'un roi et d'une reine, que tout veut séparer, mais qui, à travers des épreuves sans nombre, et grâce à des adjuvants fraternels, finissent par s'unir pour leur plus grande joie et pour la joie de tous. Telle est précisément l'histoire d'Aucassin et Nicolette. Ils sont le soleil et la lune hermétiques, "notre soufre" et "notre mercure", qui, grâce à "notre sel", vont finir par se marier dans une cité de Beaucaire heureuse et pacifiée – la "Sulamite", nom de la bien-aimée du Cantique des cantiques, signifie "la pacifiée" – car Nicolette, devenue "dame de Beaucaire", incarne sa ville, elle-même image de la Pierre des sages, appelée encore "Pierre d'amour" et "Pierre de Paradis", et dont l'auteur de La Renaissance du siècle d'or, la découvrant sous la radieuse apparence d'une femme nue – "c'est quand la femme est nue qu'elle est la plus belle", dit l'adage alchimique" – la proclame "belle comme Thirtza, aimable comme Jérusalem" – dont le nom signifie "Vision de la Paix" – et ajoute, initié par "illumination" – "vous ne pouvez venir à votre fin sans illumination", selon l'une des affirmations de La Tourbe des Philosophes – que "le lait et le miel gonflent ses mamelles"92.

60Le type même de l'adjuvant alchimique, de ce sel médiateur et sauveur, est le veilleur du chanté XV. Ce personnage épisodique invente une chanson, tel est "l'art de musique", pour prévenir Nicolette du danger mortel qui la menace :

  • 93 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 157 & 89.

Jeune fille au cœur noble,
tu as le corps élégant et séduisant (...).
Sois attentive à mes propos :
méfie-toi des traîtres
qui te recherchent en ce lieu,
la lame nue sous la pèlerine93.

61Grâce à cette chanson, Nicolette pourra éviter "les archers du guet" ; si elle avait été prise, elle aurait été brûlée vive comme sorcière, ayant indignement séduit l'héritier de Beaucaire. C'est le thème alchimique du feu, qui parcourt toute l'œuvre, dans les deux sens du terme.

62Le plan de la chantefable correspond au processus hermétique avec ses séparations et ses conjonctions, ses volatilisations et ses fixations, ses purifications et ses réitérations :

  • Le Prologue donne le titre du récit à l’aide du nom des héros, Aucassin et Nicolette correspondant à Gabertin et Beya ; le vieillard narrateur convient bien au Saturne de l'alchimie ; enfin l'annonce que ces aventures sont capables de rendre la santé à tout malade qui les écoute, assimile la chantefable à l'élixir et à la "médecine universelle" ;
  • Chapitres 2-7 Nicolette en prison, thème alchimique ;
  • 8-11 Aucassin en prison ;
  • 12-17 fuite de Nicolette, motif du "mercure fugitif" ;
  • 18-27 la forêt, avec son "sauvage" et son "bestiaire", triple symbolisme hermétique ;
  • 28-33 Torelore, purification par inversion des valeurs ;
  • 34-41 dernière séparation et conjonction définitive.

63Guerre, enfer, tempête, sang, tête de mort (Aucassin envisage le suicide par le bris de sa tête sur une pierre, si Nicolette doit coucher avec un autre homme que lui), tour de main de Nicolette, qui remet l'épaule démise d'Aucassin, la mer, le cheval, l'exil d'Aucassin envisagé par les citoyens de Torelore (l’alchimie "exile" la noirceur et la nuit pour faire régner l'aurore, puis le soleil), présence insistante de la lune, sœur du soleil et mère de la pierre, présence de six petits bergers, autant d'allusions à des fragments stimulants du discours alchimique !

Conclusion

64Si le processus alchimique est une marche éprouvante vers la fusion exaltante et définitive de deux amants nobles, il est permis de dire que Tunique chantefable est scandée par le thème de l'étreinte, sans cesse repris, toujours plus sensuel et mystique. L'alchimiste prie, sa règle primordiale est exprimée par trois mots : "ora, prie, lege, lis, labora, travaille". Aucassin et Nicolette prient pour que l'étreinte ait lieu :

Noble et honnête Aucassin, ainsi s'exprime Nicolette,
désireuse de presser son bien-aimé sur sa poitrine,
jeune seigneur plein de générosité et d'honneur,
la douceur de votre amour me presse,
me harcèle, me tourmente.
Puisse Dieu le père spirituel m'accorder
que je vous tienne encore dans mes bras
et que vous m'embrassiez la face,
la bouche, le visage,
mon jeune seigneur (p. 149).

65Fulcanelli remarque que, parmi les gardes du corps de François II, la Prudence, l'admirable Prudence, porte dans une main un miroir bombé, un miroir convexe, le sein blanc de Nicolette, dont la prudence consiste à vouloir serrer pour toujours son bien-aimé sur son cœur, miroir de l'amour absolu.

366. The Heavenly City, or Great Stone, recreated in its biblical splendour.

Notes

1 Le Rosaire des Philosophes, Traduit du latin, annoté et préfacé par Étienne Perrot, Médicis, 1973, p. 110.

2 Dom Pernety, Dictionnaire Mytho-Hermétique, Bibliotheca Hermenetica, Delmas, Bordeaux, 1972, p. 107.

3 Les Demeures philosophales, Pauvert, 1964, T. I, p. 441.

4 Rosaire, op. cit., p. 78 & p. 80.

5 Albert Dauzat, Noms et Prénoms de France, Larousse 1980, p. 79.

6 Ivan Gobry, Pythagore, Seghers, 1973, Vers d'or 70, p. 151.

7 Demeures philosophales, op. cit, T. I, p. 457.

8 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 374.

9 Ibid., p. 176 & p. 197 : articles "Joie des Philosophes" & "Lune".

10 Geneviève d'Haucourt, La Vie au Moyen Age, PUF, 1968, p. 54.

11 Aucassin et Nicolette, édition critique par Jean Dufournet, Garnier-Flammarion, 1973, p. 79.

12 Le Rosaire des Philosophes, op. cit., p. 189.

13 Serge Hutin, Histoire de l'alchimie, Marabout Université, No 223, Verviers, 1971, p. 79.

14 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 79.

15 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 320, article "Rosée".

16 Pierre Quillet, Bachelard, Seghers, 1964, p. 186.

17 Dom A.-J. Pemety, Les Fables Égyptiennes et Grecques dévoilées, Archè, Milano, 1971, p. 161 & 162.

18 L'Alchimie et son Livre Muet, Introduction et commentaires par Eugène Canseliet, Jean-Jacques Pauvert, Paris, 1967, p. 27 & 53.

19 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 77 & 81.

20 D. Stolcius, Le Jardin chymique, de B. Husson, Médicis 1975, p. 279 & 345.

21 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 77 & 81.

22 J. van Lennep, Alchimie, Crédit Communal de Belgique, 1984, p. 115 & 112.

23 Ibid., p. 116 & 315.

24 Ibid., p. 116 & 315.

25 Érotique de l'alchimie, Belfond, 1970, p. 152.

26 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 80-81 & note 6 de XII, p. 175.

27 Le Mystère des Cathédrales, Paris, J.-J. Pauvert, 1973, p. 196.

28 Ernout & Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1959, p. 266.

29 Ernout & Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1959, p. 266.

30 Rosaire, op. cit., p. 214 & 215.

31 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 161.

32 Le Petit Robert, Paris, 1970, p. 765.

33 Rosaire, op. cit., p. 40.

34 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 347 & 184.

35 Ibid., p. 40.

36 Le Mystère des Cathédrales, op. cit., p. 197.

37 Dictionnaire Mytho-Hermétique, op. cit., p. 347 & 184.

38 Daniel Stolcius & Bernard Husson, Le Jardin chymique, op. cit., p. 161.

39 Serge Hutin, La Vie quotidienne des alchimistes au Moyen Age, Hachette, 1977, p. 46.

40 Rosaire, op. cit., p. 125.

41 M. Caron & S. Hutin, Les Alchimistes, Seuil, 1970, p. 4.

42 L'Alchimie expliquée sur ses textes classiques, Pauvert, 1972, p. 270 et, pour la gravure, p. 285.

43 Chevalier-Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Laffont, 1969, article Sein, p. 685.

44 Les Demeures philosophales, op. cit., p. 312 & 280, Τ. II.

45 Les Demeures philosophales, op. cit., p. 312 & 280, Τ. II.

46 Rosaire, op. cit., p. 106, notes 8, 64,133.

47 Rosaire, op. cit., p. 106, notes 8, 64,133.

48 Rosaire, op. cit., p. 106, notes 8, 64, 133.

49 Rosaire, op. cit., p. 106, notes 8, 64, 133.

50 Rosaire, op. cit., p. 56, 66.

51 Rosaire, op. cit., p. 56,66.

52 La Pensée alchimique et Le Conte de Graal, Champion, Paris, 1979, p. 279.

53 La Pensée alchimique et Le Conte de Graal, Champion, Paris, 1979, p. 279.

54 Atalante Fugitive, Traduction d'Étienne Perrot, Médicis, Paris, 1970, p. 68.

55 Rosaire, op. cit., p. 34, 37, 51, 122-123, 128, 128 note 12, 231.

56 Rosaire, op. cit., p. 34, 37, 51, 122-123,128,128 note 12, 231.

57 Rosaire, op. cit., p. 34, 37, 51, 122-123,128,128 note 12, 231.

58 Rosaire, op. cit, p. 34, 37, 51, 122-123, 128, 128 note 12, 231.

59 Rosaire, op. cit, p. 34, 37, 51, 122-123, 128, 128 note 12, 231.

60 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 135.

61 Ploss, Roosen·Runge, Schipperges, Buntz, L'Alchimie, Belfond, 1972, p. 155, 148, 150, 160.

62 Ploss, Roosen-Runge, Schipperges, Buntz, L’Alchimie, Belfond, 1972, p. 155, 148, 150, 160.

63 Ploss, Roosen-Runge, Schipperges, Buntz, L’Alchimie, Belfond, 1972, p. 155, 148, 150, 160.

64 Les Aventures du Philosophe Inconnu, Retz, Paris, 1976, p. 47.

65 Les Demeures philosophales, op. cit., Τ. II, p. 45.

66 Dom Belin, Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 70.

67 Rosaire, op. cit., p. 227.

68 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 55, 91.

69 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 55, 91.

70 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 85-87, 84 & 177, note 7.

71 Les Demeures Philosophales, op. cit., T. I, p. 345 & 342.

72 Les Demeures Philosophales, op. cit., T. I, p. 345 & 342.

73 Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 183.

74 J. van Lennep, Alchimie, op. cit., p. 62 & 63.

75 Fulcanelli, Demeures Philosophales, op. cit., p. 279 du Τ. II.

76 Dom Belin, Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 184, 185 & 186.

77 Dom Belin, Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 184, 185 & 186.

78 Dom Belin, Les Aventures du Philosophe Inconnu, op. cit., p. 184, 185 & 186.

79 Dom Belin, Les Aventures..., op. cit., p. 186-187.

80 Dom Belin, Les Aventures...,op. cit., p. 186-187.

81 Dom Belin, Les Aventures..., op. cit., p. 186-187.

82 B. Gorceix, L’aurore à son lever, Arma Artis, Paris, 1982, p. 80.

83 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 113 & 123.

84 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 113 & 123.

85 L'aurore à son lever, op. cit., p. 81 & 82.

86 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 119 & 101.

87 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 119 & 101.

88 Rosaire, op. cit., p. 74, 135-136.

89 Rosaire, op. cit., p. 74, 135-136.

90 La Tourbe des Philosophes / Les Sept Chapitres d'Hermès Trismégiste, Jobert, Paris, 1975, p. 64.

91 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 157 & 89.

92 Érotique de l'alchimie, op. cit., p. 54.

93 Aucassin et Nicolette, op. cit., p. 157 & 89.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende 366. The Heavenly City, or Great Stone, recreated in its biblical splendour.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search