Version classiqueVersion mobile

L’intertextualité

 | 
Marie Miguet-Ollagnier
, 
Nathalie Limat-Letellier

La nouvelle Énéide d’Ovide dans les Fastes (I, 461-586)

Bruno Poulle

Texte intégral

1L'ampleur des phénomènes d'intertextualité dans la littérature antique, et en particulier dans la poésie, n’est plus à démontrer. Ces exercices d'imitation, ces jeux d’allusions que sont très fréquemment les poèmes des Anciens réclament que l'on recherche leurs clefs chez les prédécesseurs en littérature. Or la génération de poètes de l'époque d’Auguste a eu un maître qui a dépassé de la tête ses contemporains : Virgile fut, dès son vivant, la référence des poètes contemporains, ainsi qu'en témoignent Properce (Élégies, II, 34, 61-80) et surtout Ovide (Amours, I,15, 25-26 ; Art d'aimer, III, 337-338 : « quo nullum Latio clarius exstat opus », "devant lequel le Latium n’a produit aucun ouvrage plus éclatant", est-il dit de l’Énéide). Il était donc inévitable qu'Ovide, le cadet de Virgile, fît constamment référence au poète de Mantoue ; les points de rencontre, à tous égards, sont légion. En particulier, chaque fois qu’il est question d'Énée, la présomption d'une allusion s'impose.

2Cependant, il demeure entre les deux poètes une opposition esthétique fondamentale. Il n’est certes pas possible ici d'entrer dans les détails ; si l'on se borne à résumer cette opposition en quelques mots, on peut dire que tandis que Virgile, dans l’Énéide, privilégie la linéarité épique, Ovide adopte systématiquement la construction cyclique, même dans l'épopée mythologique que sont les Métamorphoses ; quand il y a malgré tout une progression, les cycles ont précisément pour fonction de la masquer, dans une recherche constante du décoratif, du plaisant ou de l'inattendu. Les Fastes, poème du calendrier (ordre cyclique par excellence), sont le meilleur représentant de l’esthétique nouvelle ainsi mise en œuvre.

3Or le premier livre des Fastes renferme un récit, le cycle d'Évandre, qui ne se comprend qu'en faisant référence à l’Énéide, parce qu'il en est volontairement et constamment démarqué. Tout commence selon le procédé introducteur habituel des Fastes : à la date du 11 janvier (Fastes, I, 469 sqq), anniversaire de la dédicace du temple de Juturne et début des Carmentalia, fête de la prophétesse Carmenta, nous est raconté un récit qui concerne cette prophétesse. Juturne est la sœur de Turnus, personnage de l'Énéide ; Ovide la désigne par cette périphrase. Carmenta est la mère d'Évandre, autre personnage de la même épopée. Voilà qui situe d'emblée le récit qui suivra dans l'atmosphère et l'époque de l'Énéide.

  • 1 Correspondant à la première moitié du livre VIII de l’Énéide.
  • 2 Énéide, X, 450 sqq.
  • 3 Énéide, Π.

4Ce récit est composé de trois parties liées entre elles par la narration. L'arrivée d'Évandre à Rome nous est d'abord racontée (469-508) ; puis Carmenta prophétise la venue d'Énée et la gloire de Rome (509-536) ; enfin prend place le récit de la venue d'Hercule au Forum Boarium et de sa victoire sur le monstre Cacus (537-586). La partie centrale, qui est aussi la plus courte, est un résumé de l’Énéide, dont on trouve trois péripéties importantes : l'arrivée des Troyens à Rome (519-520 et 527-528)1, la mort de Pallas dans la guerre entre Énée et Turnus (521-522)2, la destruction de Troie (523-526)3. À vrai dire, ce sont plus des allusions qu'un résumé : l'ordre chronologique n'est pas suivi, et d'autres faits marquants de l’Énéide auraient tout aussi bien pu être ajoutés. Il n'en demeure pas moins que ce sont bien trois événements majeurs de l’épopée : la destruction de Troie cause l’exil d'Énée, son arrivée cause la guerre et la mort de Pallas cause sa victoire.

  • 4 Énéide, XII, 945 sqq.

5Ovide sait donc très bien pointer le fait essentiel, ainsi qu'on le voit avec l’allusion aux armes de Pallas. Dans l’Énéide, parce qu'Énée voit Turnus portant les armes de Pallas qu'il a tué, il est pris de la fureur qu’il lui fallait pour abattre son ennemi4. Le fait qu’Ovide ne donne pas de détails est déjà en soi révélateur de la manière dont fonctionne la référence intertextuelle à l'Énéide : tout lecteur des Fastes connaît suffisamment l’épopée virgilienne pour en reconnaître les faits capitaux et pour qu'il ne soit pas besoin de la raconter de nouveau.

  • 5 Ainsi, par exemple, la prédiction faite par Anchise aux Enfers (Énéide, VI, 753-853 et 868-892).

6Cependant, la référence à l'Énéide dans la prophétie de Carmenta est bien entendu plus large que ces trois brèves allusions. Le ton prophétique lui-même est imité de cette épopée. Celle-ci n'est pas composée uniquement selon le schéma linéaire d'un récit d'aventures, où les événements s'enchaînent et se déterminent mutuellement. Le parcours des Troyens est jalonné de toute une série de prédictions ; chacune dévoile mieux que la précédente non seulement le terme de leur voyage, mais aussi le sens général de leurs actions5. Or chez Ovide, Carmenta dévoile aussi le sens de la venue d'Énée, puisqu'elle prédit la grandeur de Rome (515-518), le règne d'Auguste (529-530) et de sa famille (533-536). Aux prédictions de l'Énéide, Ovide a ajouté celle du règne de Tibère ; mais c’est que le poète des Fastes, écrivant plus tard que celui de l'Énéide, connaît des événements que son devancier, mort trop tôt, n’a pu connaître.

7La prophétie de Carmenta reprend donc l’Énéide, non pas seulement parce qu'elle en évoque les péripéties, mais parce qu'elle en imite le ton général et les thèmes. Les paroles de Carmenta sont une image en réduction de l'épopée de Virgile.

8L'écho de l’Énéide dans ce passage des Fastes d'Ovide ne se limite pas à ces allusions à des péripéties ou à l'évocation du sens général de l'œuvre. Les deux récits qui encadrent la prophétie de Carmenta (l'histoire de l'exil d’Évandre et celle d'Hercule) sont eux aussi repris de l'Énéide, avec un poids cette fois-ci analogue. Virgile faisait raconter l'arrivée d'Évandre par le Tibre personnifié (VIII, 51-54) et par Évandre lui-même (VIII, 333-341), comme l’histoire d'Hercule (VIII, 193-267). Ovide suit assez précisément Virgile pour ces deux récits. Si Virgile commençait le récit de la victoire d’Hercule sur Cacus par une description de ce dernier, Ovide parle d'abord de l'arrivée du dieu grec ; mais tous deux utilisent des termes analogues pour peindre l'horreur du monstre :

Hic spelunca fuit uasto summota recessu,
semihominis Cad facies quam dira tegebat
solis inaccessam radiis ; semperque recenti
caede tepebat humus foribusque adfixa superbis
ora uirum tristi pendebant pallidatabo.
Huic monstro Volcanus erat pater : illius atros
ore uomens ignis magna se mole ferebat.

9« Il y eut là, écartée au fond de cette énorme excavation, une caverne que la face épouvantable d'un être à peine humain, Cacus, rendait inaccessible aux rayons du soleil ; toujours d'un nouveau meurtre le sol demeurait tiède, toujours, insolemment clouées aux montants de la porte, des têtes humaines pendaient, décolorées par un horrible pus. Vulcain était le père de ce monstre ; sa bouche, quand il se déplaçait, masse énorme, en soufflait les feux noirs. » (Enéide, VIII, 193-199).

Cacus, Auentinae timor atque infamia siluae,
non leue finitimis hospitibusque malum.
Dira uiro facies, uires pro corpore, corpus
grande ; paler monstri Mulciber huius erat,
proque domo longis spelunca recessibus ingens,
abdita, uix ipsis inuenienda feris ;
ora super postes adfixaque bracchia pendent,
squalidaque humanis ossibus albet humus.

10« Cacus, la terreur et le déshonneur du bois de l’Aventin, lourd fléau pour les voisins et pour les étrangers. Horrible était l’aspect de l’homme, ses forces correspondaient à son corps, et son corps était énorme. Le père de monstre était Mulciber, et pour demeure il avait une caverne immense, aux profonds renfoncements, bien cachée et difficile à repérer, même pour les bêtes sauvages. Sur le montant de la porte pendent cloués des têtes et des bras, et le sol blanchit, hérissé d’ossements humains » (Fastes, I, 551-558).

11Quelques détails du récit peuvent ensuite varier ; ainsi, chez Ovide, Cacus meurt frappé de la massue d’Hercule, tandis que chez Virgile il est étouffé par le héros ; Ovide est aussi plus bref que Virgile. Il n’en reste pas moins que l’imitation est ici directe.

12Il en va de même pour le récit de l’arrivée d’Évandre. Ovide se montre plus détaillé que son devancier, de façon à équilibrer ce récit avec celui d'Hercule. Pas plus que chez Virgile, n’est indiquée la raison pour laquelle Évandre a été exilé. En revanche, Ovide a ajouté le détail pathétique des pleurs d'Évandre consolés par Carmenta (481 486). Cette consolation rappelle trop les Tristes et les Pontiques pour ne pas avoir été écrite ou remaniée pendant l'exil d'Ovide, de façon que le lecteur puisse faire le rapprochement. Ce thème des souffrances de l'exilé était bien évidemment absent chez Virgile.

13En somme, les allusions contenues dans la prophétie de Carmenta sont encadrées par deux récits directement inspirés de Virgile. Les lecteurs d'Ovide connaissaient assez l'Énéide pour voir ce jeu de composition. Dans un ensemble de 126 vers, deux récits du livre VIII de l'Énéide sont repris, l'un écourté et l'autre allongé, et deviennent le récit principal ; l’Énéide dans son ensemble est évoquée au centre. Les péripéties accessoires deviennent l’essentiel, tandis que ce qui était le thème fondamental chez Virgile est pour ainsi dire en médaillon.

14Le jeu intertextuel va encore plus loin que la reprise d’épisode et d'images avec une restructuration inversée. L'arrivée de Carmenta et d'Évandre, qui constitue la trame narrative, est en elle-même, tout simplement, une ré-écriture de l’Énéide, et particulièrement du livre VIII dans son ensemble. Évandre, tout aussi fils de déesse qu'Énée, est parti avec sa mère, comme le Troyen avec son père. Le premier discours de Carmenta (Fastes, I, 479-496) est imité du discours de Vénus (Énéide, II, 595-620). Ainsi (Énéide, II, 601-603) :

Non tibi Tyndaridis facies inuisa Lacaenae
culpatusque Paris, diuom inclementia, diuom,
has euertit opes sternitque a culmine Troiam.

15« Ce n'est pas la beauté détestée d'une Laconienne, fille de Tyndare, ni Pâris toujours accusé, c’est la rigueur des dieux, oui des dieux, qui détruit cet empire et renverse Troie du faîte de sa grandeur ».

16(Pastes, I, 481-484) :

Sic erat in fatis, nec te tua culpa fugauit,
sea deus : offenso pulsus es urbe deo.

Non meriti poenam pateris, sed numinis iram :
est aliquid magnis crimen abesse malis !

17« Le destin l'a voulu ; ce n’est pas une faute qui t'a fait bannir, c'est un dieu : un dieu offensé t'a chassé de ta ville. Tu ne subis pas le châtiment d'un crime, mais la colère d'une divinité : c'est quelque chose que d'être innocent dans les grands malheurs ! ».

18La principale différence tient dans la condition d'Évandre : alors qu'Énée, selon Virgile, retourne à une patrie originelle, le pays de Dardanus (Énéide, II, 620), Évandre cherche une patrie nouvelle (Fastes, I, 493) : omne solum forti patria est, « pour l'homme courageux, toute terre est sa patrie ».

19Ovide résume en deux vers la remontée du Tibre, qui contenait plus d'images et de couleurs, au livre VIII de l’Énéide (86-96). Carmenta aperçoit alors la rive et des "sparsas casas" (Fastes, I, 501-502), tout comme les Troyens "muros, arcemque procul ac rara domorum I tecta uident" (Énéide, VIII, 98-99). L'un et l'autre poètes ont supposé l'existence d'un habitat antérieur à l'arrivée des premières populations.

20Dans le discours de Carmenta, une série de démonstratifs met sous les yeux du lecteur le paysage que la prophétesse et les Grecs voient (ripa ista, 514, hi colles, 515, hac terra, 516, montibus his, 517, haec litora, 519, hic, 520). La description ainsi contenue dans ce discours imite la visite de Rome qu'Énée effectue, guidé par Évandre, dans l''Énéide (livre VIII). Mais là où Ovide se contente du seul procédé des démonstratifs, Virgile tantôt utilise le même procédé, quand il fait parler Évandre, tantôt nomme les lieux, quand il reprend la parole comme narrateur. De plus, alors que la partie descriptive du site de Rome n'occupe qu'au plus une vingtaine de vers chez Ovide, elle en occupe le double chez Virgile.

21Enfin, le récit de l'aventure d'Hercule, qui s'achève avec un sacrifice d'Évandre à l'Ara maxima chez Ovide, est raconté aussi chez Virgile par un Évandre qui sacrifie au même lieu, le sacrifice étant toutefois antérieur et non postérieur au récit étiologique. Par là on voit que les schémas des deux textes se superposent : exil, arrivée sur le site de Rome, description indirecte, récit de l’aventure d'Hercule, sacrifice à l'Ara maxima. Le héros et de nombreux détails ont changé ; mais ce passage des Fastes est bien une imitation du livre VIII.

22Une différence reste à mon sens importante : Énée abordait au Forum Boarium, ce qui était logique, puisque c'est le port de Rome, que c'est de là que l'on aperçoit pour la première fois, quand on remonte le Tibre, le site central de Rome, et puisque les Troyens y aperçoivent les premiers habitants, c'est-à-dire Évandre sacrifiant à l'Ara maxima. À l'inverse, le point où Évandre aborde chez Ovide, est beaucoup moins logique : le héros grec accoste un peu plus haut sur le fleuve, au Tarentum, lieu situé sur la rive du Champ de Mars : il aurait pu aborder, comme Énée, sur le Forum Boarium, qu’il a dépassé avec ses bateaux. Cette différence locale entre les deux arrivées suggère un sens nouveau qu'Ovide donne à l'épopée des origines, en la mettant en rapport avec l'hellénisme. Tandis que le troyen Énée était l'adversaire des Grecs, l'arcadien Évandre est pour Ovide l’emblème de l'hellénisme fondamental de Rome. Le Tarentum où il aborde était, à l'origine, sous le nom de Terentum, un très antique sanctuaire de divinités infernales, Dis et Proserpine ; il changea de nom au IIIe siècle, à cause de Tarente, en même temps que les cérémonies attachées à ce lieu étaient hellénisées sous l'influence de celles de cette cité de Grande-Grèce. Il s'agit donc bien d'un lieu qui passait pour garder à Rome la mémoire d'une antique présence grecque, comme la Porte Carmentale et l'Ara Maxima qu'Ovide met aussi en valeur dans son récit.

23Chez Virgile, la part grecque dans la Rome des origines était certes réelle, mais au second plan seulement : Énée romanisait les lieux par sa présence. Au contraire, Ovide a centré son récit sur l'hellénisme et choisi exclusivement les lieux grecs de Rome. Évandre et ses Arcadiens ont la priorité des premiers arrivés, même s'ils trouvent (comme Énée dans l'Énéide) quelques maisons d'habitants qui les ont précédés. Quand Ovide écrit Les Fastes, l'opposition entre l'Orient et l'Occident, qui avait été mise en avant à l'époque d'Actium, n'est plus d'actualité depuis longtemps. Dès 17 avant Jésus-Christ, Auguste avait fait célébrer les Jeux Séculaires, selon le rite grec traditionnel. Or cette "fête impériale" s’était en partie déroulée au Tarentum : pendant trois nuits consécutives, avaient eu lieu à cet endroit des sacrifices aux Moires-Parques, déesses de l'enfantement, et à la Terre-Mère. D'autre part, selon l'étymologie donnée par Ovide, le nom Carmenta viendrait de carmen, c'est-à-dire le chant inspiré, ce qui peut aussi évoquer le carmen seculare d'Horace, qui fut composé pour être chanté sur le Palatin le troisième jour des jeux. Il semble bien que le récit de l'arrivée d’Évandre, chez Ovide, soit un rappel de ces cérémonies grecques. On peut ainsi considérer qu'Ovide a ré-écrit dans le récit de l'arrivée d'Évandre le livre VIII de l'Énéide en tenant compte de l'évolution esthétique et des événements qui s'étaient produits depuis la mort de Virgile. L'intertextualité ne serait plus seulement alors une imitation, mais une rectification ou une mise à jour esthétique.

24C'est donc avec un art élaboré où se mêlent l'imitation, la synthèse, le contrepoint et la variation qu'Ovide a transformé l'épopée de Virgile en épyllion. Ce genre de courte épopée de 100 ou 200 vers était plus dans ses goûts et plus tourné vers l'alexandrinisme : la référence implicite et constante à Virgile dans ce passage des Fastes fonctionne alors comme un jeu de poète cultivé. Il n'en reste pas moins que ces deux textes, l'un étant l'intertexte de l'autre, créent de fait un modèle de récit de l'arrivée d'un héros à Rome et reprennent en la ravivant la tradition du récit étiologique.

Notes

1 Correspondant à la première moitié du livre VIII de l’Énéide.

2 Énéide, X, 450 sqq.

3 Énéide, Π.

4 Énéide, XII, 945 sqq.

5 Ainsi, par exemple, la prédiction faite par Anchise aux Enfers (Énéide, VI, 753-853 et 868-892).

Auteur

Université de Besançon

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search