Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gauche évolutionniste

 | 
Naomi Beck

Remerciements

Texte intégral

1L’écriture de ce travail est le résultat de quatre années de recherches doctorales passées au sein de plusieurs instituts académiques : le Centre d’histoire des sciences et des mouvements intellectuels (Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne), le Centre d’histoire des universités et des sciences (CIS, Università di Bologna), le Centre Fishbein pour l’histoire des sciences et de la médecine (The University of Chicago) et l’Institut Max Planck pour l’histoire des sciences (Berlin). La rédaction du manuscrit a été achevée grâce à l’obtention de deux bourses postdoctorales accordées par le programme Max Weber de l’Institut Universitaire Européen (Fiesole, Italie) et par l’Institut Max Planck pour économie (Jena, Allemagne). Au terme du chemin parcouru, il est temps désormais de remercier l’ensemble des personnes et des institutions qui m’ont aidé à réaliser le présent ouvrage.

2Je tiens à remercier mon directeur de thèse, Pietro Corsi (professeur titulaire à l’Université Paris 1, à l’université d’Oxford depuis 2006) ainsi que Nathalie Richard (maître de conférences à l’Université Paris 1, professeur d’histoire contemporaine à l’Université du Maine (Le Mans) depuis 2011) de m’avoir aidé à choisir le sujet de mon étude et à réfléchir sur l’importance du processus de diffusion et d’appropriation des idées de Spencer en France et en Italie pour l’histoire intellectuelle au XIXe siècle. Le professeur Corsi m’a également permis d’obtenir des bourses de recherche et m’a ouvert les portes d’instituts internationaux.

3De mon séjour à l’université de Chicago est née une collaboration continue avec Robert J. Richards, professeur en histoire des sciences et de la médecine. Les séminaires du Centre Fishbein, dont il est le directeur, et les conversations avec ses membres et invités restent parmi les expériences les plus enrichissantes de mon cursus académique. Le professeur Richards a contribué à mon développement professionnel, notamment par son soutien pour un poste d’enseignement d’une durée de quatre ans à l’Université de Chicago après l’obtention de mon diplôme de doctorat. En tant que collègue et ami, il s’est toujours montré disponible pour offrir ses commentaires judicieux, ses connaissances inépuisables sur l’histoire de l’évolutionnisme et son appui moral. Je lui suis également reconnaissante de m’avoir présenté à Arnold I. Davidson, professeur en philosophie, littérature comparée, histoire des sciences et philosophie de la religion à l’Université de Chicago. Les recommandations des professeurs Richards et Davidson m’ont permis de bénéficier d’un séjour de recherche à l’Institut Max Planck pour l’histoire des sciences et de faire la connaissance de ses membres, ainsi que de sa directrice, Lorraine Daston, dont l’aide pour mener à bien ce projet fut prépondérante.

4Je voudrais remercier également Valeria Babini, professeur d’histoire de la psychologie à l’Université de Bologne et Jacqueline Carroy, directrice d’étude à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), d’avoir accepté de faire partie de mon jury de thèse. Je tiens enfin à remercier tout particulièrement le président de mon jury de thèse, Jean Gayon, professeur de philosophie à l’Université Paris 1 et directeur de l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (IHPST). Son aide dans la publication du présent ouvrage fut décisive, et je lui suis gré de son soutien continu. Je suis également redevable à Emmanuel Picavet, professeur de philosophie et ancien responsable de la collection AGON aux Presses de l’Université de Franche-Comté, ainsi qu’à Hervé Touboule, le directeur actuel et à Madame Marie Bonjour du service éditorial.

5À titre personnel, je remercie du fond du cœur mon compagnon de vie Emmanuel Berger pour son soutien infaillible lors de la rédaction de ce manuscrit, et pour avoir accepté de sacrifier son temps à ce fastidieux exercice qu’est la relecture. Mes remerciements vont également à mon frère pour avoir prêté ses talents artistiques au design de la couverture, ainsi qu’à Aurore Lebenheim et à Catherine Henin pour leur aide en tant que relectrices. Je voudrais exprimer aussi ma reconnaissance à ma famille et aux amis proches qui m’ont accompagné tout au long de ce projet.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540