Version classiqueVersion mobile

Claude Louis-Combet

 | 
France Marchal-Ninosque
, 
Jacques Poirier

Les sources

Le manuscrit des Errances Druon

Héloïse Cabiron

Texte intégral

  • 1 Postface de Marinus et Marina, Paris, Corti, 2003.
  • 2 Une note des Récits d’un pèlerin russe évoquait l’existence de cette sainte.
  • 3 Ce commentaire figure en note dans le tome III des Rois maudits, Les Poisons de la couronne, Genève (...)
  • 4 Même s’il est vrai que Claude Louis-Combet travaillait à ce roman depuis beaucoup plus longtemps.
  • 5 La Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon et la Bibliothèque diocésaine de Besançon so (...)

1Le « pur hasard de lecture »1 qui fit découvrir à Claude Louis-Combet l’existence de sainte Marina, jeune Bithynienne entrée à quinze ans dans un monastère d’hommes et vouée à cacher toute sa vie son identité sexuelle, et qu’il évoque dans la postface qui accompagne la réédition de Marinus et Marina2, s’est reproduit une fois, pour saint Druon : un commentaire anodin de Maurice Druon sur ce saint avec lequel il partageait le même patronyme suffit à fasciner Claude Louis-Combet et à lui fournir la matière d’un roman3. Si vingt-six ans séparent les deux mythobiographies, la réédition de Marinus et Marina chez José Corti, en février 2003, coïncide étrangement avec la rédaction des Errances Druon4 : la première page du manuscrit est datée du 1er février 2003. Tandis que le mysticisme d’Antoinette Bourignon avait nourri les réflexions de l’auteur durant vingt années, avant qu’il ne lui consacre Mère des croyants, Marina et Druon font l’objet d’une découverte saisissante. Celle de sainte Marina impose à l’auteur l’idée de la mythobiographie, celle de Druon lui permet de poursuivre dans ce genre presque inédit, après Mère des croyants (1983) et L’Âge de Rose (1997). Le personnage, cette fois-ci masculin, offre à Claude Louis-Combet une histoire qui rejoint ses obsessions : « quête de la sainteté », « expérience mystique », « désir de fusion amoureuse avec la Terre et la Femme, Vierge et Mère », tel qu’il le formule dans la quatrième de couverture de l’ouvrage (f. 326 du ms.), et profond sentiment de culpabilité : la mère de Druon meurt en lui donnant naissance. Claude Louis-Combet, attiré par ces thèmes familiers, les reconnaissant, les cultivant, s’engage une nouvelle fois dans une enquête minutieuse, approfondissant ses recherches dans les bibliothèques spécialisées5, et parfait ses connaissances historiques, religieuses et mystiques afin d’éclairer et de s’approprier cette figure de saint du folklore français du xiie siècle. Le temps de la documentation, véritable moment d’innutrition, fournit la colonne vertébrale culturelle autour de laquelle se lovera la rêverie romanesque : l’hagiographie s’infléchit en mythobiographie. L’auteur a mené de front ses recherches documentaires et la rédaction de son œuvre pendant deux ans, de 2003 à 2005, mais nourrissait un attrait pour cette figure dès la décennie 1990.

  • 6 « Élisabeth Haire n’était aucunement la sainte femme évoquée par les Bollandistes », nous dit le my (...)
  • 7 Dicton rapporté par Ronald Klapka, cité par Claude Louis-Combet dans ses marginalia, f. 145.

2La légende de saint Druon, patron des bergers, est racontée par les Petits Bollandistes, disciples connus du célèbre hagiographe flamand du xviie siècle. D’après eux, Drogon ou Druon, né à Épinoy-en-Artois en 1118, perd ses deux parents : le père peu avant la naissance, la mère pendant l’accouchement. Cette naissance tragique conditionne la vie de Druon, persuadé dès le plus jeune âge d’être le « meurtrier » de sa propre mère. Un terrible sentiment de culpabilité pousse Druon, d’origine aristocratique, à quitter le château familial, pour mener une vie pastorale. Claude Louis-Combet a d’abord organisé une rêverie sur cette figure du berger. Les Petits Bollandistes insistent sur la souffrance de Druon, versé tout entier dans l’adoration de Dieu, en quête d’une rédemption. Quête qui le conduit à Sebourg, près de Valenciennes, où il rencontre Élisabeth Haire, dame pieuse qui, dans le roman, devient aisément le double de Marie d’Épinoy, la mère de Druon6. À son service, il sera pendant six ans gardien de ses troupeaux, accomplissant sa piété, secondée par l’humilité, accomplies toutes deux dans la solitude et le recueillement. La légende veut que, pour permettre au berger d’assister à la messe, un ange ait veillé sur son troupeau. Tradition locale changée en proverbe : « Je ne puis pas être comme saint Druon, en deux lieux en même temps ». Les marginalia de Claude Louis-Combet retiennent une autre formulation : « On ne peut comme saint Druon être au carillon et à la procession »7. Mais selon les Bollandistes, Druon aspire à une vie marquée plus encore par la pénitence et entreprend pendant neuf ans des pèlerinages douloureux vers Rome qui le mortifient littéralement et finissent par le rendre infirme. La vie d’ermite dès lors succèdera à celle de pèlerin. Druon fait construire une petite cellule contre l’église de Sebourg, dans laquelle il passera quarante années dans la plus parfaite dévotion et dans l’abstinence. Un violent incendie ravage l’église et se propage à sa cellule, sans atteindre Druon. Les Bollandistes comparent cet épisode à celui des trois enfants jetés dans la fournaise de Babylone et protégés des flammes par Dieu. L’église est réduite en cendres, mais le saint est sauf. La mort de Druon est située par ses hagiographes en 1189.

3L’appendice des Errances Druon montre comment Claude Louis-Combet a reçu et réutilisé cette légende : s’il laisse le dernier mot du roman aux Bollandistes, c’est pour mieux annoter l’extrait, s’effaçant pour mieux se montrer. L’auteur avoue sa dette, mais rappelle que le roman est bien le fruit de ses propres fantasmes :

  • 8 Manuscrit des Errances Druon, f. 316.

Je tiens beaucoup à rendre aux Petits Bollandistes le privilège du texte pour en finir avec l’histoire de Druon. Ils m’ont fourni les éléments qui ont alimenté mes divagations. Je leur laisse l’espace de la conclusion. On ne saurait se passer d’eux – et ils suffisent – pour connaître les événements qui suivirent la mort de saint Druon8.

  • 9 Vies des saints, Les Petits Bollandistes, « S. Drogon ou Druon, reclus, patron des bergers », t. IV (...)

4À la demande des parents de Druon, on transporte le corps vers Épinoy, mais arrivé aux limites de Sebourg, le chariot devient « immobile »9. Ce miracle est interprété comme la volonté du saint de rester dans l’église où il a vécu en ermite et où son corps sera finalement inhumé. L’endroit désormais sacré qui a vu ce miracle sera nommé le Mont-joie-saint-Druon. Le culte de saint Druon évoqué par les Bollandistes est toujours vivant : le patron des bergers est en effet fêté en Artois chaque année, le jour de la Trinité, par une messe et une procession au cours de laquelle ses reliques sont portées solennellement à la chapelle élevée en son honneur. Dans une note, Claude Louis-Combet explique comment Druon est devenu patron des bergers, extrapolant la légende :

  • 10 Manuscrit des Errances Druon, f. 317.

Un jour, un berger apporta sur le tombeau du saint une brebis qui était pleine mais qui était aussi malade et dont la progéniture paraissait condamnée. Saint Druon entendit la supplication de l’homme et probablement aussi celle de la bête. La brebis fut aussitôt guérie. Elle mit au monde deux agneaux, un mâle et une femelle, dont les yeux avaient exactement la couleur bleue, transparente, des yeux de Druon. En outre, il s’avéra que leur toison était deux fois plus fournie que celle des moutons ordinaires. Ce couple d’ovins fut à l’origine de la race des Bleus de Sebourg qui fit la fortune des moutonniers du Hainaut10.

  • 11 Texte traduit de l’ancien français par Claude Louis-Combet lui-même, en 1991, chez Jérôme Millon.

5Claude Louis-Combet associe étroitement ainsi dans la figure de saint Druon le berger et le guérisseur, s’interrogeant là où l’hagiographie reste muette. Le mythobiographe s’engouffre dans toutes les failles, lacunes et interstices de l’histoire pour inventer son roman, s’écartant nettement de la version officielle, « courte, naïve et édifiante » (f. 79 du ms.), des Petits Bollandistes. Le scripteur évoque une « version apocryphe de la légende », La Vie secrète de saint Druon, texte vraisemblablement daté du xive siècle car, nous dit-on, « écrit dans la même langue que Le Miroir des simples âmes anéanties de Marguerite Porete »11 et dont il ne reste qu’un seul exemplaire, « propriété d’un collectionneur de curiosités hagiographiques » (f. 80 du ms.). Or ce texte révèle « l’origine adultérine et sacrilège du petit Drogon ou Druon ». Voilà le point d’appui du mythobiographe qui n’hésite pas à faire de Druon le fruit de l’amour scandaleux entre Guillaume, prêtre d’Épinoy, et Marie, pendant que l’époux de cette dernière, monseigneur Gilles, est aux croisades. Mais la source de l’auteur est introuvable et pour cause : La Vie secrète de saint Druon n’existe que dans l’imagination de Claude Louis-Combet. Cet artifice littéraire montre bien que si l’auteur se livre à un immense travail de recherches avant de rédiger sa mythobiographie, il n’en reste pas moins libre à l’égard de la vérité historique et de ses sources, dont il se joue avec malice parfois, et fait œuvre de poète et non d’historien. Un commentaire en marge d’une ébauche du roman en témoigne, au f. 172 des marginalia : « halte-là ! il ne s’agit pas d’entrer dans la prose de la narration historique ! » lance l’auteur face à son propre texte. Ce que Claude Louis-Combet écrivait à propos des Petits Bollandistes, en 1986, dans l’introduction de son dossier à l’Histoire des flagellants de Jacques Boileau, est encore plus explicite :

  • 12 Histoire des flagellants. Le bon et le mauvais usage des flagellations parmi les chrétiens, [1701], (...)

Cette prose, d’une onctuosité parfaitement insipide, est bien faite pour anesthésier, chez le lecteur, toute émotion passionnelle et tout débordement fantasmatique. Mais elle n’y parvient pas, au contraire ! Et comme l’art de Saint-Sulpice, dont l’édulcoration et la mièvrerie ne sont pas exemptes de lascivité et ont pu soutenir les rêveries mi-sensuelles mi-spirituelles de générations et de générations d’enfants de chœur, les Petits Bollandistes, une fois dépassé le stade de l’écœurement, ouvrent l’accès à un imaginaire singulièrement excitant pour le poète qui dort, d’un œil, dans l’obscurité de notre inconscient. Les Vies des saints contiennent tout ce que la littérature nous a promis12.

  • 13 Ibid., f. 141. Il s’agit d’une biffure qui remplace significativement le pronom personnel « lui ». (...)
  • 14 Si l’église est placée sous le patronage de saint Martin, elle honore également saint Druon : sa ce (...)

6De la prose « insipide » des Petits Bollandistes a jailli La Vie secrète de saint Druon, source imaginaire et fantasmée qui inscrit le péché au commencement des Errances Druon. Guillaume, le prêtre d’Épinoy, sort l’enfant du ventre de sa mère morte, puis se réfugie dans l’abbaye de Wisques, laissant Druon au château où il sera éduqué par le bégard, son « père spirituel »13. Découvrant sa faute, le jeune homme quitte le château familial pour mener une vie de berger, de pèlerin et d’ermite. Les moments-clefs de la vie de saint Druon sont évoqués par un vitrail de l’église Saint-Martin de Sebourg14, sans doute réalisé après 1918 : on peut voir la houlette du berger et ses moutons, les coquilles saint-Jacques qui symbolisent les pèlerinages, les flammes et la teinte écarlate qui rappellent l’incendie de l’église et le corps de Druon sur un chariot tiré par deux bœufs, miracle du Mont-joie-saint-Druon. Ces moments offrent la trame à partir de laquelle Claude Louis-Combet inventera sa mythobiographie, nourrie des Bollandistes comme de nombreuses lectures, dont le dossier des marginalia, classé par l’auteur, et confié au centre Jacques Petit, nous donne la vraie dimension.

  • 15 Les ff 7, 8, 9, 51, 112 en particulier.
  • 16 FF 50, 90.
  • 17 La datation est encore plus précise : 1er février au 30 mars pour le 1er chapitre, 6 avril au 4 mai (...)
  • 18 Mala Lucina pour Terpsichore (octobre 2003), D’île et de mémoire (janvier à mars 2004), Du paysage (...)

7Le manuscrit est constitué de deux ensembles : le dossier de marginalia et le manuscrit autographe composé sur des versos de feuilles de brouillon, le plus souvent de couleur blanche. Claude Louis-Combet ne nourrit aucune fascination pour le support matériel sur lequel s’écrit l’œuvre. Le manuscrit comporte 326 ff qui étonnent d’emblée par leur netteté : on y découvre une écriture à la graphie régulière, presque vierge de biffures. La plupart des folios ne comptent qu’une, deux voire trois biffures (ratures, ajouts ou substitutions). Quelques folios, totalement dépourvus de modifications, expriment la puissance du souffle qui s’empare de l’auteur15, si bien que les rares pages qui présentent d’importantes retouches font office d’exceptions16. Claude Louis-Combet tient à dater très précisément son manuscrit, ce qui permet au généticien de retracer aisément les étapes de la rédaction de l’œuvre, qui débute en 2003 pour s’achever en 2005. Ces indications, portées au crayon de papier sur la partie droite des folios, en début ou en fin de page, restent nettement distinctes du texte. Grâce à elles, nous savons que Claude Louis-Combet commence la rédaction de la première partie, « Les années préalables », le 1er février 2003, pour l’achever le 6 juillet 200317 ; « Les années châtelaines » sont composées entre le 20 septembre 2003 et le 31 juin 2004 ; « Les années bergères », entre le 19 juin et le 22 août 2004 ; « Les années pèlerines », entre le 4 septembre et le 22 octobre 2004 ; enfin la rédaction des « années recluses » s’étend du 6 novembre 2004 au 13 février 2005. Nous pouvons donc nous repérer au jour près dans la genèse des Errances Druon. La rédaction de la deuxième partie semble particulièrement longue : elle s’étend sur neuf mois, alors que les autres prennent entre deux et cinq mois. Il ne faut y voir toutefois aucune signification particulière car l’auteur, occupé à d’autres ouvrages, a dû suspendre un temps la rédaction des Errances Druon18. Claude Louis-Combet écrit vite. Si certains chapitres demandent plus de temps que d’autres, c’est parce que l’auteur poursuit sans relâche les recherches documentaires qui accompagnent l’écriture de la mythobiographie.

  • 19 Sur ces 53 ff, 30 sont des photocopies d’ouvrages sur la vie des reclus.
  • 20 On peut parler d’une véritable bibliographie puisqu’on trouve dans ce dossier des citations relevée (...)
  • 21 Citons par exemple l’ouvrage de Piero Camporesi, La Chair impassible, traduit de l’italien par Moni (...)

8Le dossier de marginalia porte trace, plus que le manuscrit autographe, de la genèse de l’œuvre. Ce dossier compte 176 ff qui regroupent, dans une grande pochette cartonnée verte, notes de lecture, photocopies d’ouvrages et ébauches. Claude Louis-Combet a lui-même classé ces marginalia par dossiers thématiques à l’aide de pochettes de couleur qui comportent toutes le titre « Saint-Druon », titre initialement prévu pour la mythobiographie, auquel l’auteur ajoute les sous-titres suivants : « naissance », « nudité rituelle », « petite enfance », « éducation », « années de pastourage », « années de pèlerinage », « ascèse », « maladies », « le reclus », « mort et miracles ». La dernière partie de ce dossier s’intitule « marginalia (notes du travail en cours) ». Ces dossiers intermédiaires sont de longueur tout à fait inégale : la partie « nudité rituelle » ne comporte qu’un seul folio quand la partie consacrée au « reclus », la plus fournie des marginalia, en comporte 5319. Le nombre des ouvrages cités dans ce dossier20, des ff 1 à 149, témoigne de la diversité et de l’ampleur des lectures entreprises par Claude Louis-Combet pour composer Les Errances Druon, qui sont autant de sources, de nature historique, mystique, religieuse et hagiographique21. Les 26 derniers folios du dossier de marginalia sont des brouillons et avant-texte qui font le lien entre les recherches documentaires et l’écriture du roman.

9Nous nous arrêterons sur les ff 150 et 151 qui, en faisant apparaître trois étapes dans l’élaboration du plan de l’œuvre, constituent un exemple remarquable du travail littéraire et de la rêverie organisée par l’auteur sur les titres qu’il choisit. La première étape est une récapitulation des moments-clefs de la vie de saint Druon. Cinq tirets se dégagent, sur le f. 150, et se présentent comme une synthèse du classement thématique des marginalia :

  • Naissance
  • 1re enfance
  • Le berger
  • Le pèlerin
  • Le reclus

10Les biffures concernent les différents âges de Druon, le romancier ne désirant pas suivre en aveugle l’hagiographe. Dans une note de l’appendice des Errances Druon, Claude Louis-Combet affirme : « Le mythobiographe qui a en horreur l’exactitude des chiffres a jugé bon de les modifier » (f. 316). Les additions qui se trouvent en marge du folio témoignent de la recherche du mythobiographe dans ce domaine : Claude Louis-Combet rétrécit la vie de berger (de six à quatre ans), accroît la vie de pèlerin (de neuf à vingt ans) mais garde les quarante années de réclusion érémitique, si bien qu’il allonge la vie de saint Druon de cinq ans (soixante-seize ans quand l’hagiographie parle de soixante-et-onze). Voilà une première appropriation de l’histoire de saint Druon par le romancier : elle fait ressortir l’ossature chronologique sur laquelle l’auteur va désormais travailler. La deuxième étape, inscrite aussi sur le f. 150, est la formulation d’un plan avec des titres précédés de chiffres romains :

  1. Au commencement
  2. L’enfance du pécheur
  3. Les années de bergerie
  4. Les années de pèlerinage
  5. La vie de reclus

11Le parcours vers la sainteté est inscrit désormais dans les titres des parties, qui constituent les moments fondateurs de la vie de saint Druon. La reprise de la formule de la Genèse et l’évocation du « pécheur » soulignent le crime originel de Druon. Les trois autres titres viennent plus directement de l’ossature dégagée dans la première étape, puisqu’on retrouve « le berger », « le pèlerin » et « le reclus » avec deux formulations possibles : « Les années de », « La vie de ». Le choix du mot « bergerie » indique déjà la rêverie pastorale qui nourrira quelques pages de la mythobiographie. Le romancier tire sens des parallèles qu’il peut organiser dans la formulation de ses titres. Il reformule les trois derniers en conservant le mot « années » et en transformant « bergerie », « pèlerinage » et « reclus » en adjectifs :

  1. Au commencement
  2. L’enfance du pécheur –
  3. Les années de bergerie – Années bergères
  4. Les années de pèlerinage – Années chemines
  5. La vie de reclus – Années recluses

12On remarquera que Claude Louis-Combet ne choisit pas immédiatement l’adjectif « pèlerines » qu’il adoptera dans la version définitive. Il lui préfère à ce moment l’adjectif « chemines ». Ces modifications témoignent d’une recherche d’harmonie stylistique. L’auteur semble concevoir son plan comme un poème. Cette deuxième étape n’est en effet pas terminée. Les deux premiers titres n’ont pas été modifiés, comme s’ils ne faisaient pas encore partie de l’harmonie de l’ensemble. L’espace qui se trouve à côté de « Au commencement » est resté vide et le tiret ajouté à « L’enfance du pécheur » n’est suivi d’aucune tentative de reformulation. C’est au bas du folio que l’auteur cherche une nouvelle fois les titres de chapitres du plan général de l’ouvrage, comme s’ils devaient tenir la promesse d’une harmonie, d’une perfection phonétique :

  • Années de premier âge
  • Années de pastourage
  • Années de pèlerinage
  • Années de reclusage

13 Voilà le titre du deuxième chapitre associé aux trois derniers dans une formule entourée de répétitions : l’anaphore « Années de », et la rime en « age » scandent ce qui n’est plus un plan d’ouvrage mais un poème. Une allitération en [p], dont on trouvait déjà les traces entre « pécheur » et « pèlerinage », contribue également à l’harmonie de ce plan-litanie. « L’enfance du pécheur » est devenu « Années de premier âge » et appelle une reformulation des titres suivants : les « Années chemines » redeviennent « Années de pèlerinage », les « Années recluses » se transforment pour la rime en « Années de reclusage ». Le troisième titre subit une modification plus importante : les « Années bergères » deviennent « Années de pastourage ». L’auteur retrouve ici la formule utilisée dans le classement thématique des marginalia et manifeste son goût pour les mots rares ou peu usités, comme « reclusage ». Remarquons aussi qu’il abandonne pour l’instant le déterminant « les ».

  • 22 Ces ratures portent sur les chiffres.

14Une troisième étape dans la constitution du plan de l’ouvrage figure sur le folio suivant, daté de septembre 2003. Cette datation – la seule des marginalia – est capitale : elle nous indique que le f. 151 est contemporain de la rédaction de la deuxième partie. Cette étape dans la construction du plan intervient donc alors que le premier chapitre est entièrement rédigé. La recherche des titres a accompagné la rédaction du roman. Le f. 151 ne comporte aucune rature, contrairement au folio précédent22. La datation et la mention « Plan » nous indiquent la volonté de formuler des titres cette fois définitifs. Claude Louis-Combet dispose à nouveau son plan avec des chiffres romains :

  1. Les années préalables
  2. Les années premières
  3. Les années bergères
  4. Les années routières
  5. Les années recluses

15L’auteur a renoué avec la formule « les années » de la seconde ébauche du plan, suivie d’un adjectif qualificatif. Cette quatrième étape semble la synthèse des deuxième et troisième, dans lesquelles Claude Louis-Combet hésitait entre : « Les années de », puis « Années » suivies d’un adjectif, puis « Années de ». C’est l’adjectif finalement qui portera la rêverie de l’écrivain. « Les années bergères » et « Les années recluses » sont un retour à des formulations déjà énoncées. « Les années premières » réinterprètent les « Années de premier âge ». Mais Claude Louis-Combet renonce une seconde fois au mot « pèlerinage » et lui préfère l’adjectif « routières ». Surtout, il trouve une formule pour la première partie, déjà entièrement rédigée : « Les années préalables ». Ce titre semble bien neutre par rapport au symbolique « Au commencement », qui paraît avoir posé problème à l’auteur, puisqu’il n’a fourni aucune variation sur ce titre avant le f. 151. Pourquoi un tel choix ? On a déjà remarqué, dans le f. 150, la recherche poétique de Claude Louis-Combet. Elle trouve dans le f. 151 son accomplissement. Si les adjectifs sont choisis pour leur sens, ils sont manifestement choisis aussi pour leurs sonorités. Un mot appelle l’autre par jeu poétique : le son [pr] de « préalables » se retrouve dans « premières », le son « ères » forme une rime entre « premières », « bergères » et « routières », enfin le [r] se retrouve dans « recluses », comme si l’auteur voulait filer les sonorités de manière verticale. Chaque adjectif prend son sens dans ce plan-poème conçu par Claude Louis-Combet en septembre 2003.

16L’auteur apportera pourtant d’ultimes modifications au cours de la rédaction. Elles ne sont pas datées, mais dans la mesure où elles apparaissent sur les ff 72 et 205 du manuscrit, elles sont contemporaines ou postérieures à la rédaction des parties concernées : « Les années premières » deviendront dans la version définitive « Les années châtelaines » et « Les années routières » deviendront après septembre 2004 « Les années pèlerines ». Ce qui donne le plan suivant, jamais formulé tel quel dans le manuscrit, mais qui est celui de la version publiée :

Les années préalables
Les années châtelaines
Les années bergères
Les années pèlerines
Les années recluses

17L’harmonie sonore du plan-poème des marginalia semble remise en cause. Si les jeux sonores n’ont pas totalement disparus – on retrouve les allitérations en [p] et [r], une assonance en [a] se dessine – l’auteur brise la rime en adoptant les adjectifs « châtelaines » et « pèlerines ». C’est que la sonorité ne fait pas tout. Le plan-poème de septembre 2003 n’a pas résisté à la rédaction de l’œuvre, qui voit réapparaître deux mots essentiels dans l’itinéraire de Druon : « château » et « pèlerinage ». On trouve au f. 74 une biffure justement liée au « château » : en tête de phrase, « À Épinoy » est remplacé par « Au château d’Épinoy ». Une telle modification accompagne peut-être le changement apporté au titre, des « années premières » aux « années châtelaines ». Surtout, « les années châtelaines » et « les années pèlerines » sont parfaitement antithétiques : Druon, jeune aristocrate, grandit dans le château familial mais s’enfuit de celui-ci à la fin de la deuxième partie de l’œuvre. Il se fait berger puis pèlerin, manifestant par ce choix la volonté même de se dépouiller de ses biens. Peu lui importe ce château hérité de son père quand la quête de rédemption l’attire dans une vie tumultueuse et solitaire. En somme, le pèlerin répond au châtelain, les voyages incessants et d’une violence inouïe pour le corps s’opposent au confort aristocratique auquel Druon était promis malgré son origine adultérine. Mais à cette opposition se superpose l’image omniprésente de la mère. L’adjectif « châtelain » est employé plusieurs fois pour désigner la mère de Druon, « Dame châtelaine » (ff 76 et 105) ou « châtelaine d’Épinoy » (f. 84). La fuite du château est donc indissociable de la relation complexe qui unit Druon à sa mère : c’est bien la lancinante lamentation « Mon fils pourquoi m’as-tu tuée ? » qui déclenche chez l’enfant de onze ans la conscience de la faute et la nécessité de la fuite. Entre le plan-poème du f. 151 et le plan définitif s’est immiscée une œuvre, récit d’une vie de saint par un mythobiographe qui tisse des rapports entre cette vie et ses propres fantasmes.

18Parce que les modifications sont rares dans la prose fluide et somptueuse de Claude Louis-Combet, elles sont chargées de sens quand elles existent, et engagent les choix esthétiques de l’auteur. En marge de la rédaction du manuscrit, nous trouvons dans les marginalia deux folios précieux qui signalent une infinie rêverie à partir des titres choisis pour organiser le plan de l’ouvrage, et qui en éclairent les enjeux. Ces titres, plusieurs fois retouchés, qui disent la recherche de la perfection par Claude Louis-Combet, perfection du sens et de la forme, révèlent le regard du mythobiographe sur saint Druon. Le plan en cinq chapitres est fixé très tôt par Claude Louis-Combet, mais les titres de ces chapitres ont demandé un interminable travail poétique dont tous les fils de la genèse des Errances Druon peuvent être tirés.

Notes

1 Postface de Marinus et Marina, Paris, Corti, 2003.

2 Une note des Récits d’un pèlerin russe évoquait l’existence de cette sainte.

3 Ce commentaire figure en note dans le tome III des Rois maudits, Les Poisons de la couronne, Genève, éd. Famot, 1977, p. 313-314.

4 Même s’il est vrai que Claude Louis-Combet travaillait à ce roman depuis beaucoup plus longtemps.

5 La Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon et la Bibliothèque diocésaine de Besançon sont fréquentées régulièrement par l’auteur.

6 « Élisabeth Haire n’était aucunement la sainte femme évoquée par les Bollandistes », nous dit le mythobiographe, f. 212.

7 Dicton rapporté par Ronald Klapka, cité par Claude Louis-Combet dans ses marginalia, f. 145.

8 Manuscrit des Errances Druon, f. 316.

9 Vies des saints, Les Petits Bollandistes, « S. Drogon ou Druon, reclus, patron des bergers », t. IV, 1876, p. 423.

10 Manuscrit des Errances Druon, f. 317.

11 Texte traduit de l’ancien français par Claude Louis-Combet lui-même, en 1991, chez Jérôme Millon.

12 Histoire des flagellants. Le bon et le mauvais usage des flagellations parmi les chrétiens, [1701], Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Atopia », 1986, p. 220.

13 Ibid., f. 141. Il s’agit d’une biffure qui remplace significativement le pronom personnel « lui ». Se dessine autour de Druon une Trinité paternelle : le père qui donne l’héritage (monseigneur Gilles), le père biologique (prêtre d’Épinoy), « le père spirituel » (le Bégard).

14 Si l’église est placée sous le patronage de saint Martin, elle honore également saint Druon : sa cellule y avait été reconstituée au xve siècle et on peut voir aujourd’hui, outre le vitrail, un gisant du saint (sculpture offerte vers 1420 par les seigneurs d’Épinoy-Carvin) et une cavité rappelant l’ouverture par laquelle Druon assistait aux offices.

15 Les ff 7, 8, 9, 51, 112 en particulier.

16 FF 50, 90.

17 La datation est encore plus précise : 1er février au 30 mars pour le 1er chapitre, 6 avril au 4 mai pour le 2e, 14 juin au 6 juillet pour le 4e. La rédaction du 3e chapitre n’est pas datée, mais on peut estimer qu’elle s’étend de mai à juin 2003.

18 Mala Lucina pour Terpsichore (octobre 2003), D’île et de mémoire (janvier à mars 2004), Du paysage comme du corps, en leur nécessité, pour Claude Margat (janvier 2004), Du vieil Rembrandt à sa belle Hendrijke (1re partie, janvier 2004 pour Cantilène et Fables pour des yeux ronds), Armelle Nicolas (février 2004), conférence donnée à l’Université de Lille (avril 2004). Je tiens à remercier Mireille qui a relevé ces informations à mon intention.

19 Sur ces 53 ff, 30 sont des photocopies d’ouvrages sur la vie des reclus.

20 On peut parler d’une véritable bibliographie puisqu’on trouve dans ce dossier des citations relevées par Claude Louis-Combet dans dix-sept ouvrages différents, sans compter ceux – près d’une trentaine – dont il ne donne que le titre et qu’il a pu consulter ou mettre de côté.

21 Citons par exemple l’ouvrage de Piero Camporesi, La Chair impassible, traduit de l’italien par Monique Aymard, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle Bibliothèque Scientifique », 1986.

22 Ces ratures portent sur les chiffres.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search