Desktop versionMobile version

Claudel et l’avènement de la modernité

 | 
Pascal Dethurens

Épigraphe

Full text

L’artiste est de ceux qui, dans une adhésion unique, irrévocable, ont renoncé au gain et à la perte : car ni l’un ni l’autre n’existent plus dans la loi, dans le domaine de la pure obéissance. Ce oui libre et définitif au monde situe le cœur sur un autre plan de l’expérience vécue. Ses boules de loterie ne sont plus le bonheur et le malheur, ses pôles n’ont pas pour nom vie et mort. Sa mesure n’est pas la distance entre les contraires. Qui peut croire encore que l’art représente l’espèce de beau qui a un contraire ? C’est la passion de la totalité.

Rilke : Le Testament.

Au cours de son action parmi les essarts de l’universalité du Verbe, le poète intègre, avide, impressionnable et téméraire se gardera de sympathiser avec les entreprises qui aliènent le prodige de la liberté en poésie, c’est-à-dire de l’intelligence dans la vie.

Char : Fureur et mystère.

Quand on cherche le miracle il faut semer son sang aux quatre coins du vent,
Car le miracle n’est pas ailleurs, mais circule dans les veines de l’homme.

Séféris : Poèmes.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1996

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search