Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Troisième partie. Résistances et réinterprétations urbaines

Identités territoriales et paradigmes urbains : Chicago, de la ville laboratoire à la ville globale

Laurence Gervais

Résumé

De l’invention d’une « écologie urbaine » ou d’un « état d’esprit », d’un « espace mental » lié à un espace urbain par les sociologues de Chicago (Burgess, Park, Wirth) ; à la croyance en une ville idéale, jusqu’au sentiment enfin de la transformation radicale de l’espace urbain avec la globalisation et du changement de perspectives que cela implique ; la ville américaine est considérée par les chercheurs en études urbaines comme un mode d’organisation sociale et un construit historique où se déploient des pratiques et des interactions sociales spécifiques. Or, pour nombre de ces chercheurs d’hier et d’aujourd’hui, « Chicago is America », selon le mot de Carl Sandburg ou, plus récemment, du Président Obama. L’histoire de Chicago, sa population d’immigrants, ses mouvements sociaux et ses soubresauts politiques, sont représentatifs de l’histoire de « l’Amérique ». De la déclaration d’amour de Nelson Algren pour qui vivre à Chicago « is like making love to a woman with a broken nose », jusqu’aux récentes tentatives de créer une « nouvelle École de Chicago », Chicago reste la ville la plus étudiée des États-Unis. Aujourd’hui toutefois, Chicago a perdu son statut de ville-paradigme, et ce parce que les villes américaines ont changé, se sont transformées. Pourtant, Chicago est toujours représentative d’un certain archétype d’espace urbain américain, justement à cause de ses transformations et de ses changements ces vingt dernières années.

Texte intégral

1 La question de savoir s’il existe une identité urbaine américaine (historique, culturelle, politique, voire économique) assez forte pour définir un modèle de ville américaine, est une question que se posent les chercheurs qui s’intéressent à la ville depuis les débuts de la sociologie urbaine, c’est-à-dire aux États-Unis, depuis l’École de Chicago. Or, les transformations récentes de l’espace urbain américain – globalisation ; crise économique et financière ; nouvelle gouvernance néo-libérale ; changements dans les origines et les flux migratoires ; crise du modèle des banlieues et revitalisation des centres ; réurbanisation ; dynamiques sociales ascendantes – ont inspiré des changements dans les théories sur la ville.

2Y a-t-il encore un sens à chercher un modèle de ville américaine aujourd’hui ? Et ce sens n’est-il pas finalement hors du modèle : dans sa transgression même ?

  • 1 Mark Twain, Life on the Mississipi (1883) : « She outgrows her prophecies faster than she can make (...)

3Comme il a été écrit plus haut, Chicago a été l’une des villes des États-Unis les plus étudiées et a servi de modèle en premier lieu à la sociologie urbaine américaine. Mais si cet idéal-type est largement remis en cause depuis les années 1990, il est en quelque sorte ressuscité hors du modèle, c’est à dire au sein même de ses pratiques sociales et nous laisse à voir une autre ville américaine, plus complexe, moins binaire que celle de la première écologie urbaine, et peut-être finalement un paradigme réinventé. Comme le dit Mark Twain : « Ses prophéties se réalisent au delà de leurs promesses et plus vite qu’elle ne les formule. Elle représente toujours une nouveauté, car elle n’est jamais la ville que vous aviez vue la dernière fois que vous y étiez passé1.

  • 2 John Urry, « Localities, Regions, and Social class », International Journal of Urban and Regional R (...)

4L’espace urbain est construit par les représentations et à son tour, il construit les relations sociales qui s’y développent, par les pratiques sociales. Selon Urry, « les relations spatiales sont elles-mêmes sociales, produites socialement, et socialement reproductives »2. C’est aussi un espace normatif : pour des raisons historiques, structurelles et culturelles, s’y produisent et s’y reproduisent les exclusions, les ségrégations et les luttes de territoires. Or l’histoire de la ville américaine, et, partant, son identité, se trouvent également dans la résistance à ces normes. Le chercheur qui s’intéresse à la ville américaine aujourd’hui doit prendre en compte la pertinence devenue discutable de modèles binaires tels que « innercity/suburbs », « public/private », « working class/middle class », « Blacks/Anglos ». De l’histoire des quartiers qui sont l’objet des chercheurs de l’École de Chicago, aux mouvements sociaux contemporains, ces transgressions et ces résistances dessinent une autre ville américaine, qui, dans un environnement transformé par la globalisation économique et culturelle, pourrait bien encore ressembler à la nouvelle ville qu’est devenue Chicago.

Chicago, modèle théorique, modèle historique

Un laboratoire et un terrain

5L’histoire de Chicago, sa population d’immigrants, ses mouvements sociaux et ses soubresauts politiques, son architecture d’avant-garde, son dynamisme littéraire et artistique, sont représentatifs de l’histoire de « l’Amérique ». Pour beaucoup de chercheurs comme pour le candidat Obama à la Présidence en 2008, « Chicago is America ».

6Premiers sociologues de la ville aux États-Unis dans les années 1920, les chercheurs de l’École de Chicago utilisèrent la ville comme un « laboratoire » pour leurs études de terrain sur les « gangs », « la délinquance », les « hobos », les immigrants et la communauté noire. Chacune des monographies produites sur un groupe étudié à Chicago entendait être généralisable à la société américaine toute entière. En effet, c’est la première école à se poser la question de savoir si, en dehors de son histoire et de la diversité des groupes humains qui la forment, la ville peut produire des modes de vie assez universels pour caractériser le citadin en général et expliquer la ségrégation. C’est une question que la majorité des grands sociologues s’est posée au cours du XIXe et du XXe siècles. Des chercheurs tels que Émile Durkheim, Max Weber ou Georg Simmel ont essayé de déterminer les conséquences liées au développement du capitalisme industriel, à celui des grandes métropoles, ainsi que celles des échanges entre cultures.

  • 3 Robert E. Park, Ernest W. Burgess et Roderick D. McKenzie, The City, Chicago : University of Chicag (...)
  • 4 Il y en a aujourd’hui 77.
  • 5 Albert Hunter, Symbolic Communities, The Persistence and Change of Chicago’s Local Communities, Chi (...)
  • 6 Kevin Lynch, The Image of the City, Cambridge MA : MIT Press, 1960.

7La majeure partie des travaux de ces chercheurs est constituée d’histoires de vies, de descriptions de « communautés ». Outre son schéma radio-concentrique, Ernest Burgess3 emmène ses étudiants de quartiers en quartiers pour demander aux habitants : « quel est le nom de ce quartier ? » et « quelles en sont les limites physiques ? ». Il en résultera la division de Chicago en soixante-cinq community areas officielles4. Hunter, près de cinquante ans plus tard, fondera sur le même système son étude des « communautés » de Chicago et de l’impact de la croissance urbaine sur ces communautés5. Il demandera aux habitants d’un quartier de le définir et de le délimiter géographiquement, utilisant les « cartes mentales » de Kevin Lynch6.

  • 7 Comme l’explique Renaud Le Goix in « Un samedi après-midi dans une Gated Community », Labyrinthe, N (...)
  • 8 Laurence Gervais, La Privatisation de Chicago, Paris : PUPS, 2013.
  • 9 « a locality with sentiments, traditions, and a history of its own » Robert Park, The City, op.cit.(...)

8Que les identités et les perceptions de la ville construisent l’espace urbain pose donc aussi la question de ce qu’est la « communauté » – au sens américain du terme – et du lien entre territoire et « communauté ». Le sens spécifique donné aux États-Unis à la communauté est bien entendu un construit historique. Les valeurs philosophiques et religieuses telles que la famille, l’éducation des enfants et le transcendantalisme sont partie prenante dans la définition du concept dans et par la culture américaine7. Les « communautés urbaines » étudiées par les sociologues de l’École de Chicago, influencés par les thèses de Ferdinand Tönnies et de Max Weber sur la question, répondent aux mêmes critères, tout comme les environnements utopiques de Frank Lloyd Wright à Chicago8. Pour Park, la communauté est « une localité avec des sentiments, des traditions et sa propre histoire »9. On voit donc que les sociologues de l’École de Chicago tentent déjà de répondre à ce questionnement sur les origines et la transmission des identités urbaines.

  • 10 Émeutes où la violence était dirigée contre la propriété privée. Arnold Hirsch, Making the Second G (...)
  • 11 Ibid.

9La ségrégation extrême de Chicago ainsi que sa très grande diversité culturelle sont deux éléments qui ont fait son histoire et son identité. Dès sa création en 1837, Chicago devint un carrefour de l’immigration américaine. Au milieu du xixe siècle, l’industrie manufacturière y employa beaucoup d’immigrés et d’Africains-Américains, qui s’établirent naturellement autour des usines. D’un point de vue historique, dans les années 1950, le déplacement de la population de Chicago vers ses banlieues devint emblématique de la société américaine du début de la désindustrialisation et du postfordisme. Chicago fut également le lieu d’importantes émeutes raciales, en 1919 mais aussi lors des étés 1966 et 1967 avec les « commodity riots »10 qui précédèrent l’assassinat de Martin Luther King en avril 1968. Ces émeutes répondaient en partie à la politique de ségrégation stricte, suivie par la Chicago Housing Authority depuis 1954. Chicago fut d’ailleurs le lieu de nombreux procès liés à la ségrégation raciale, qui ont fait date dans la législation anti-ségrégationiste. Chicago fut surnommée « the most segregated city in the United States »11 et devint emblématique des relations inter-raciales aux États-Unis dans les années 80.

10Les monographies des sociologues de l’École de Chicago fournissent des descriptions détaillées de la mosaïque culturelle de la ville. Quoique maladroites dans leurs « catégorisations » et ne prenant pas en compte à l’époque les « différences » à l’intérieur de chaque « catégorie » décrite, elles démontrent l’aspect historiquement construit de l’espace urbain en définissant le lien entre groupes sociologiques et territoires, entre espace urbain et construction des identités.

11Encore aujourd’hui, où la municipalité tente de faire disparaître les derniers stigmates d’une ségrégation stricte, l’espace urbain de Chicago reste la somme des identités qui s’y sont construites, libres ou contraintes.

Frontière entre la ville normative et la ville empirique

  • 12 Larry Bennett, The Third City, Chicago and American urbanism, Chicago : University of Chicago Press (...)
  • 13 Le terme hobo désigne un sans domicile fixe se déplaçant de ville en ville, le plus souvent en se c (...)

12La question de la transmission des identités urbaines se heurte, dès le début de l’histoire de la Chicago métropolitaine, à l’opposition entre ville normative et ville empirique : entre désir de planification et de contrôle – avec les nombreux programmes de « renouveau urbain » – et réalité des quartiers ethniques de la ville, entre le réformisme conservateur des progressistes du XIXe siècle tels que Jane Addams avec Hull House et dans une certaine mesure celui des chercheurs de l’École de Chicago, et construction identitaire dans et par le ghetto. Au XIXe siècle, Chicago est à la fois la « Ville Blanche » à l’architecture inspirée par le néo-classicisme pour l’Exposition universelle, et un centre industriel vibrant à la population immigrée venue d’Irlande, d’Allemagne, de Scandinavie, de Pologne et d’Italie12. C’est la ville qui abrite The Ghetto de Louis Wirth (1928), la Black Belt, les gangs et les hobos13 qui sont aussi le sujet d’étude de l’École de Chicago.

  • 14 Ibid.
  • 15 Théories des chercheurs de l’École de Chicago sur le cycle d’assimilation des populations immigrées (...)

13Comme beaucoup d’autres villes à la même période, Chicago est le locus d’une « guerre civile » entre une gouvernance issue de l’élite blanche progressiste locale et une population émergente de petits propriétaires, d’ouvriers, de communautés ethniques « nationalistes » issus de l’immigration14. Les sociologues de l’École de Chicago étaient à l’époque écartelés entre ces deux visions du monde partageant l’engagement social des uns tout en écrivant à propos des transgressions des autres. Selon Larry Bennett on peut voir naître, à ce moment-là du développement de Chicago, une scission entre ce que l’on pourrait appeler la ville normative – un lieu dans lequel devaient pouvoir se réaliser des principes de planification pensés par des professionnels de l’urbanisme, et l’éducation des masses aux vertus civiques – et une ville empirique plus sauvage et violente dont on ne savait pas au juste si l’effet sur ses résidents serait positif ou négatif15.

  • 16 Ibid.
  • 17 Douglas Massey et Nancy A. Denton, American Apartheid : Segregation and the Making of the Underclas (...)
  • 18 Alex Kotlowitz, There are No Children Here, New York : Anchorbooks, 1992.

14Le Chicago des années 1920 porte la marque de cette dichotomie, avec l’émergence d’une économie souterraine due à la Prohibition, avec de grandes figures des gangs souvent alliées à des partis politiques. Guerre des gangs, compétition entre quartiers ethniques puis entre races, corruption politique définissent la période jusqu’aux années 195016. Après quoi les émeutes raciales des années 1960, la fuite des blancs vers les banlieues, la transformation de l’économie et le déclin du secteur manufacturier définissent une autre dichotomie normative et binaire centre ville/banlieue, noirs/blancs qui contribue à créer une autre économie souterraine et des pratiques sociales parallèles dans le ghetto noir des années 1970 à 1990, telles que les décrivent Douglas Massey dans American Apartheid17 et Alex Kotlowitz dans There are no Children Here18.

15Aujourd’hui, dans une ville qui a perdu ses repères binaires et s’est totalement transformée au gré des volontés politiques et de l’évolution de l’économie, persiste une opposition ville normative/ville empirique. Il y a d’un côté ce que les pouvoirs publics veulent faire de la ville : un centre de tourisme international, une ville de la Rust Belt rénovée et attractive, mixte sur un plan social et culturel ; et de l’autre la réalité de normes de classe, d’appartenance ethnique et raciale, voire de genre qui se sont reconstruites à l’intérieur des nouveaux quartiers ou consolidées dans les anciens.

« Good politics is good government » : volonté politique contre écologie urbaine

  • 19 John P., Koval et Larry Bennett (eds.), The New Chicago, a Social and Cultural Analysis, Philadelph (...)

16Chicago est aussi la ville du politique19, comptant plusieurs maires charismatiques et c’est aussi la ville des expérimentations politiques.

  • 20 Voir à ce sujet Charles S. Suchar « The Physical Transformation of Metropolitan Chicago », in John (...)

17Alors qu’au tout début de son existence, Chicago et ses habitants se méfiaient de la centralisation du pouvoir, à la fin du XIXe siècle, les défenseurs d’une réforme urbaine œuvraient pour le renforcement des pouvoirs de la municipalité. Malgré la réticence de ses dirigeants à l’égard de la planification, et en dépit des théories de l’École de Chicago qui tentent de définir une « écologie urbaine », Chicago est l’une des villes les plus « planifiées » des États-Unis, et ce depuis le début du XXe siècle. Depuis les plans du Baron Jenney, l’Exposition universelle et le Plan of Chicago de Daniel Burnham en 1909, en passant par les plans d’urbanisme de 1958, 1973, 1983, jusqu’aux très contemporains 2002 Central Area Plan et Metropolis 2020 Plan, il y a toujours eu depuis le début du XXe siècle une forte volonté politique de transformer Chicago20.

  • 21 Décrit in Squires, Chicago Race, Class, and the Response to Urban Decline, Philadelphia : Temple Un (...)
  • 22 Voir à ce sujet Len O’Connor, Clout : Mayor Daley and His City, New York : Avon, 1975, p. 50-63, p. (...)

18L’élection à la mairie de Richard J. Daley en 1955 marqua la transition entre l’ancienne et la nouvelle « Machine » démocrate de Chicago. Il mit en place un grand nombre de ses alliés aux postes importants comme aux postes les plus obscurs, s’appuya fortement sur les associations de militants et s’acquit la confiance des syndicats en mettant sur pied bon nombre de projets de construction privés sous contrat permettant à la municipalité de payer les ouvriers qui y travaillèrent21. Il adhérait ainsi à l’idéologie de croissance de cette période, permettant aussi de mettre en place le « renouveau urbain » et la construction de nouvelles lignes de chemin de fer, d’autoroutes et de l’aéroport international O’Hare22.

  • 23 Paul Kleppner Chicago Divided : The Making of a Black Mayor, Chicago : Northern Illinois University (...)
  • 24 Larry Bennett, op.cit. p. 5.

19Les politiques au niveau fédéral ont renforcé la construction d’un ordre décentralisé dans les villes œuvrant pour la croissance. Après-guerre, le gouvernement fédéral a subventionné la compétition entre les villes, les banlieues et les régions, à travers une série de programmes qui ont stimulé la fuite de la classe moyenne blanche vers les banlieues (white flight) et ont concentré les minorités pauvres dans les centres (tel que le programme gouvernemental en direction des vétérans qui leur permettait d’obtenir des prêts immobiliers à taux réduit : Federal Mortgage Guarantee programmes for Veterans and mid-income families ; ou le programme de construction d’autoroutes Interstate Highway Programme en 1956 ; nouveaux programmes de défense nationale dans la Sun Belt). Cette fuite de la classe moyenne blanche à Chicago, eut pour effet de cristalliser et d’altérer la composition des coalitions politiques de la ville, pour culminer en 1983 avec l’élection de son nouveau maire, Harold Washington23. Le mandat de Washington resta marqué par une meilleure représentation des Latinos et des Africains-Américains, une plus grande transparence, ce que Larry Bennett appelle un « populisme urbain »24 ancré dans les associations de quartiers, et la coalition entre minorités.

  • 25 Chicago Housing Authority.
  • 26 Laurence Gervais, La Privatisation de Chicago, op.cit. chapitre 4.
  • 27 Ibid., p. 57.
  • 28 BIDs : Business Improvement Districts ; SSA : Special Service Areas ; dans les deux cas, il s’agit (...)

20À partir de 1989, Richard M. Daley a opéré non seulement une opération cosmétique d’importance à Chicago, mais il a aussi tenté de (re)donner une identité locale à chaque quartier. Cette transformation s’est aussi accompagnée de l’adoption de nouvelles politiques de gouvernance, et de parti-pris radicaux en termes de logement sociaux (CHA25 Plan for Transformation), de sécurité (Chicago Alternative Policing Strategy) et de surveillance (Chicago Operation Disruption), de gestion de l’argent public et d’aménagement du territoire. Il est à l’origine de la diminution du nombre de logements sociaux, du « nettoyage » du centre ville de ses sans-abris, de la revitalisation des quartiers centraux, et de la vente des espaces publics au secteur privé afin de se soumettre à une stratégie de marché censée bénéficier à tous (vente des parcmètres, gestion privée des autoroutes, etc.)26. Des espaces verts, des parcs, des aménagements du bord du Lac Michigan et de nouveaux transports en commun furent mis en place (Plan de 2002). Plus de trente milliards de dollars furent employés à mettre en œuvre cette vision de Chicago27 grâce notamment à des partenariats public-privé gérant des impôts supplémentaires prélevés dans des zones distinctes dans le but de fournir des services ou de construire des améliorations locales (BIDs, SSAs…, zones de TIFs)28.

21Or cet idéal révolutionnaire de la ville américaine (« Local People Know Best », démocratie participative fondée sur l’idée que les habitants d’un quartier savent mieux que quiconque ce qui est bon pour eux) n’est pas nouveau aux États-Unis. Depuis l’idéal agraire jeffersonien célébrant la petite ville, le village et contestant toute centralisation du pouvoir jusqu’à la formation des villes au xixe et au xxe siècle et plus tard jusqu’à l’autonomisation (incorporation) des villes nouvelles en banlieues, la fragmentation a présidé à la formation de ce modèle américain dont Chicago est un exemple aujourd’hui.

Cette ville qui les habite, pratiques sociales et transmission du sentiment dappartenance

Pouvoir de l’image de la ville sur la construction des identités urbaines

  • 29 Judith Butler, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York : Routledge, 1990
  • 30 Yves Raibaud in « Expérience de la ville et performativité », Géographie et Culture, n° 59, (janvie (...)
  • 31 Voir à ce sujet Augustin Berque, Médiances, de milieux en paysages, collection géographiques, Montp (...)

22Le processus de création d’une identité culturelle est performatif pour reprendre le terme de Judith Butler29, or cette performativité ne peut s’accomplir que dans un espace donné30. L’espace, le paysage permettent aussi la reproduction de la culture, de l’identité31.

23Sur un plan historique, la ville de Chicago a très fortement et longtemps imprimé sa marque dans l’identité de ses habitants. Chicago ville industrielle, ville de cols bleus, Chicago ville de la ségrégation, puis Chicago postindustrielle. À Chicago aujourd’hui, la ville se réinvente, mais sur les ruines de son passé. Il s’agit de la préserver tout en transformant son image. Chicago, au travers des nombreuses « bannières » colorées à l’effigie des quartiers grecs, chinois, coréens, mexicains, suédois… des festivals ethniques et des zones commerciales « à thème », du quartier gay de « Boys Town », tous sponsorisés par la municipalité, revendique un multiculturalisme et une diversité autrefois source de ségrégation et de conflits.

  • 32 Michelle Boyd, « Reconstructing Bronzeville : Racial Nostalgia and Neighborhood Development », in J (...)
  • 33 Michelle Boyd, op. cit., p. 107-122.
  • 34 Michelle Boyd, ibid., p. 109.
  • 35 Michelle Boyd, « Defensive Development : The Role of Racial Conflict in Gentrification », in Urban (...)

24Cette préservation correspond à ce que Michèle Boyd appelle le « tourisme d’héritage »32. Ce qui est nouveau, c’est l’appropriation de ce tourisme par les quartiers les plus déshérités pour reconstruire leur image. Michelle Boyd montre comment un nombre grandissant de quartiers africains-américains, à l’instar de Bronzeville, utilisent leur « héritage racial » à des fins de revitalisation33. Selon elle, le tourisme lié à l’héritage racial peut avoir des retombées positives, en ce qu’il encourage les habitants des quartiers africains-américains en déclin à construire ou reconstruire une identité commune dans leur quartier. Ce sentiment de communauté leur sert ensuite à légitimer à la fois les processus de redéveloppement de leur quartier et le rôle qu’ils y jouent. Au niveau des quartiers, avance Boyd, c’est une ressource politique qui permet de gérer les conflits à la fois inter- et intra-raciaux. L’héritage racial (de ségrégation et d’isolement) a été transformé en bien de consommation touristique (Bronzeville « haut lieu du Blues », Black Metropolis, Historic District, possibilité de visiter une maison de la classe moyenne africaine-américaine au début du XXe siècle, lieu de naissance d’entrepreneurs africains-américains tels que Joseph Jordan, Anthony Overton… )34. C’est ce que Boyd appelle également le développement de défense (« defensive development »)35. Selon elle, la gentrification des quartiers africains-américains par la classe moyenne africaine-américaine est un acte de résistance contre la gentrification par les Blancs.

La question des quartiers

  • 36 Dès 1973, sous Richard J. Daley, le CCAC (Chicago Central Area Committee) un groupement d’entrepris (...)
  • 37 Mary Patillo, Black on the Block, The Politics of Race and Class in the City, Chicago : University (...)
  • 38 Rôle de l’association KOCO pour attirer les capitaux privés.

25On voit donc comment l’identité des habitants a aussi joué un rôle dans la transformation de Chicago. Les plans d’urbanisme, qui ont effectivement donné naissance à la ville actuelle, l’ont fait en s’appuyant sur les transformations effectives déjà entamées à Chicago par les habitants eux-mêmes plusieurs années, voire décennies auparavant. Les politiques publiques utilisées depuis la fin des années 1980 pour attirer les capitaux privés dans les quartiers autrefois abandonnés des centres villes, afin de les « revitaliser » et de les rendre plus « compétitifs », ont eu des implications directes telles que leur gentrification36. Dans les années 1990, celle-ci était arrivée à son terme dans les quartiers de Lincoln Park, The Near North Side, Wicker Park, Bucktown, le Sud du Loop, Dearborn Park, Near West Side, River North, East Loop. Or Suchar affirme que la réalisation des plans pour la transformation de Chicago (2002 Central Area Plan et Metropolitan Chicago) n’aurait pas pu être possible sans ces premières transformations d’un certain nombre de quartiers clés, notamment grâce aux communautés qui y vivaient et au retour de la classe moyenne vers le centre37. C’est également ce que démontre Mary Patillo dans son étude de North Kenwood-Oakland38, réinvestie par la classe moyenne africaine-américaine dans les années 2000.

26Il paraît clair aujourd’hui que la transformation de Chicago est à la fois le fruit d’une volonté politique, de celle d’associations de quartiers, d’une gentrification issue du retour des classes moyennes au centre et de la volonté des promoteurs du secteur privé, aidé par la municipalité, de tirer parti des possibilités de revitalisation du centre. Le CHA Plan for Transformation a certes été l’un des outils de la transformation et de la revitalisation de ces quartiers.

Transgressions et résistances : de l’École de Chicago jusqu’aux mouvements sociaux contemporains

27L’opposition entre ville normative et ville empirique, évoquée plus haut, se retrouve donc aujourd’hui dans les mouvements de résistance à la transformation des quartiers voulue par les pouvoirs locaux et ses conséquences sur la gentrification.

  • 39 Michel Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, coll. Mondes Vécus, (...)

28« Le “devenir visible” passe par la matérialité », nous dit Michel Lussault, dans une mise en scène de la visibilité39. On pouvait voir un processus comparable à Chicago en 2010, dans les immeubles de ABLA (des noms des rues Addams, Brooks, Loomis et Abbott), ensemble de logements sociaux du Near West Side. En janvier 2004, le Conseil Municipal avait effectivement décidé de la reconstruction de cet ensemble. Celle-ci n’étant toujours pas achevée en 2010, les immeubles étaient encore debout, telle une ville fantôme, aux fenêtres fermées par des panneaux en métal, alors que certains habitants cultivaient des petits jardins sous ces mêmes fenêtres, rendant visible l’échec de la politique de la ville.

  • 40 Habitat socialement mixte.

29On pourrait dire la même chose des immeubles de vingt étages qui sont restés debout dans l’ancien quartier de Cabrini Green jusqu’en 2010, date de la destruction du dernier immeuble de ce grand ensemble de sinistre mémoire. Ce qui faisait alors la visibilité du fait social mixed-income housing40 et/ou de son échec était la juxtaposition de ces grandes tours à l’aspect carcéral, aux coursives grillagées, aux enchevêtrements de branchements électriques illégaux à l’entrée… avec les coquettes maisons de ville neuves de briques rouges construites grâce à des financements privés dans le cadre du « Plan de transformation de la CHA ».

30On pourrait encore citer les jardins partagés au pied du métro de Logan Square, ou encore l’association CHAos, groupe d’artistes qui s’est mobilisé à partir de mai 2005 contre le CHA Plan for Transformation et plus spécifiquement contre la campagne de publicité de la CHA, intitulée « CHAnge », en la pastichant sur les abri-bus de la ville. Leurs affiches posaient de réelles questions, imposant une autre voix, celle de citoyens questionnant le bienfondé du programme et la manière dont il était mené. L’une d’entre elles montrait le maire Richard Daley disant : « les touristes sont-ils plus importants que les pauvres ? » ; Terry Peterson, administrateur de la CHA, demandait quant à lui : « Est-ce que l’on peut mélanger argent et politique ? ».

  • 41 Dick Simpson et Tom Kelly, « The New Chicago Scholl of Urbanism and the New Daley Machine », in Den (...)
  • 42 Dick Simpson et Tom Kelly, op. cit., p. 209.

31La plupart des chercheurs américains en sciences urbaines aujourd’hui s’accordent à dire que le modèle de l’École de Chicago ne s’applique plus ni à toutes les villes américaines ni même à la seule Chicago, qui a beaucoup évolué ces dernières années. Dick Simpson et Tom Kelly nous rappellent que Chicago n’est plus le centre urbain compact du début du siècle, mais une région métropolitaine de plus de douze millions de personnes s’étalant sur trois États41. Le schéma radio-concentrique de Burgess et le schéma en damiers par secteur de Hoyt sont décrits comme obsolètes. A Chicago et ailleurs aux Etats-Unis, les quartiers de « transition » décrits par Burgess ont subi une rapide gentrification. Ils sont investis par des familles de classe moyenne africaine-américaine et blanche, des cadres célibataires, des femmes souvent, avec ou sans enfants, les communautés gays, etc. La dichotomie quartiers africains-américains pauvres/quartiers blancs de classe moyenne qui a longtemps caractérisé les États-Unis n’est plus aussi pertinente aujourd’hui. Par ailleurs la pauvreté n’est plus l’apanage du centre ville. Les banlieues du Sud et de l’Ouest de la région métropolitaine de Chicago, telles que Harvey, Robins, Markham, Aurora, Maywood et Gary, ont des taux de pauvreté extrêmement élevés, et des populations africaines-américaines plus nombreuses qu’ailleurs42. « Race » et classe sont donc imbriquées non seulement dans le centre ville, mais également en périphérie.

32Espace construit, reconstruit, le paysage ethnique de Chicago a changé lui aussi. S’appuyant notamment sur l’image du président Barack Obama, la ville revendique aujourd’hui son image multiculturelle. Il y a donc des lignes de continuité et des lignes de rupture dans le Chicago d’aujourd’hui. Selon Koval, ces changements forment une « réinvention contestée » de Chicago.

  • 43 Jan Nijman, « The Paradigmatic City », Annals of the association of American Geographers, vol. 90, (...)
  • 44 Michael Dear & Steven Flusty, « The Iron Lotus ; Los Angeles and Postmodern Urbanism », Annals of t (...)
  • 45 Courant urbanistique qui cherche à retrouver les principes de génération et de composition des vill (...)
  • 46 David Halle, (éd.), New York & Los Angeles : Politics, Society, and Culture a Comparative View, Chi (...)

33D’autres villes-modèles ont été proposées depuis Chicago : Miami fut considérée comme paradigmatique par Nijman43; puis Los Angeles fut utilisée comme antithèse du schéma radio-concentrique avec ses centres multiples et son étalement urbain poussé à l’extrême44 ; Boston avec son urbanisme paysagé et ses adeptes du « Nouvel Urbanisme »45 ; et enfin New York pour sa gentrification et son retour au centre46. Chaque École offre des outils utiles et applicables à l’étude de la majorité des grands centres urbains américains. Toutefois, le contexte contemporain a beaucoup évolué ces dix dernières années et il semble difficile d’adopter un point de vue qui se place uniquement du côté du centre ville ou de la périphérie.

  • 47 Robert A. Beauregard, « Radical Uniqueness and the Flight from Urban Theory », in The City Revisite (...)
  • 48 Ibid., p. 192-193.

34Comme l’exprime Robert Beauregard dans son article « Radical Uniqueness and the Flight from Urban Theory »47, il faut prendre en compte que les Écoles en sociologie ou en urbanisme qui ont tenté jusqu’ici de définir un archétype de la ville américaine sont elles-mêmes des constructions sociales. Chaque ville étudiée est dépendante d’un point de vue. Beauregard critique donc la volonté d’établir une théorie de la ville en s’appuyant sur l’exemple d’une seule ville. Il établit donc que toute théorie urbaine doit se fonder sur l’étude « des généralités et des particularismes » qu’il s’agit de relier. Le chercheur en études urbaines doit par conséquent s’intéresser à la « géographie historique » des villes. Il met également en garde les chercheurs contre l’« abstraction » et conseille de capturer la « réalité » des villes48. Où l’on en revient à l’éternelle dichotomie entre ville normative et ville empirique évoquée par Bennett.

Bibliographie

Bibliographie

Beauregard, Robert A., Radical Uniqueness and the Flight from Urban Theory. In Denis R. Judd et Dick Simpson, (éds.), The City Revisited, Urban Theory from Chicago, Los Angeles and New York (p. 186-202). Minneapolis, London : University of Minesota, 2011.

Bennett, Larry, The Third City, Chicago and American urbanism. Chicago : University of Chicago Press, 2010.

Berque, Augustin, Médiances, de milieux en paysages. Collection géographiques, Montpellier : GIP Reclus 1990.

Body-Gendrot, Sophie, The Social Control of Cities. Oxford : Blackwell Publishers, 2000.

Boyd, Michelle, « Reconstructing Bronzeville : Racial Nostalgia and Neighborhood Development », in Journal of Urban Affairs, vol. 22, n° 2, 2000 ; « Defensive Development : The Role of Racial Conflict in Gentrification », in Urban Affairs Review, publié en ligne le 28 mars 2008, http://uar.sagepub.com/content/early/2008/03/28/1078087407313581.

Butler, Judith, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity. New York : Routledge, 1990.

Dear, Michael, Flusty, Steven, The Iron Lotus ; Los Angeles and Postmodern Urbanism. Annals of the Association of American Geographers, n° 88. (p. 50-70). 1998.

Erlich, B., Dreier, P. The New Boston discovers the Old : Tourism and the Struggle for a Liveable City. In Dennis R. Judd et Susan S. Fainstein (eds), The Tourist City (p. 155-178). New Haven : Yale University Press, 1999.

Gervais, Laurence, La Privatisation de Chicago. Paris : PUPS, 2013.

Halle, David (éd.), New York & Los Angeles : Politics, Society, and Culture a Comparative View. Chicago : The University of Chicago Press, 2003.

Hirsch, Arnold, Making the Second Ghetto, Race and Housing in Chicago, 1940-1960. Cambridge MA : Cambridge University Press, 1983.

Hunter, Albert, Symbolic Communities, The Persistence and Change of Chicago’s Local Communities. Chicago : The University of Chicago Press, 1974.

Kleppner, Paul, Chicago Divided : The Making of a Black Mayor. Chicago : Northern Illinois University Press, 1985.

Kotlowitz, Alex, There are No Children Here. New York : Anchorbooks, 1992.

Koval, John P., Bennett, Larry (éds.), The New Chicago, a Social and Cultural Analysis. Philadelphia : Temple University Press, 2006.

Le Goix, Renaud, Un samedi après-midi dans une Gated Community. (p. 85- 94). Labyrinthe, n° 10. Automne 2001. Mis en ligne le 7 juin 2006. URL : http://revuelabyrinthe.org/document1264.html.

Lussault, Michel, De la lutte des classes à la lutte des places. Paris : Grasset, coll. Mondes Vécus, 2009.

Lynch, Kevin, The Image of the City. Cambridge, MA : MIT Press, 1960.

Massey, Douglas, Denton, Nancy A. American Apartheid : Segregation and the Making of the Underclass. Cambridge MA : Harvard University Press, 1998.

Nijman, Jan, Breaking the rules : Miami in the urban hierarchy. (p. 5-22). Urban Geography, n° 17. 1996 ; The Paradigmatic City. (p. 135-145). Annals of the association of American Geographers, vol. 90, 1, 2000.

O’connor, Len, Clout : Mayor Daley and His City. New York : Avon, 1975.

Park, Robert E., Burgess, Ernest W. & McKenzie, Roderick D. The City. Chicago : University of Chicago Press, 1923.

Patillo, Mary, Black on the Block, The Politics of Race and Class in the City. Chicago : University of Chicago Press, 2007.

Raibaud, Yves, Expérience de la ville et performativité. (p. 87-104). Géographie et Culture, n° 59. janvier 2007.

Sampson, Robert, « What ‘Community’ Supplies », working paper, 1997.

Simpson, Dick, Kelly, Tom, The New Chicago School of Urbanism and the New Daley Machine. In Dennis Judd, and Dick Simpson (éds), The City Revisited, Urban Theory from Chicago, Los Angeles and New York. Minneapolis, London : University of Minnesota, 2011.

Soja, Edward, Thirdspace : Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places. Oxford : Basil Blackwell, 1996.

Squires, Gregory D., Chicago Race, Class, and the Response to Urban Decline. Philadelphia : Temple University Press, 1987.

Suchar, Charles S., The Physical Transformation of Metropolitan Chicago. In John P.Koval, Larry Bennett (éds.), The New Chicago, a Social and Cultural Analysis (p. 56-76). Philadelphia : Temple University Press, 2006.

Twain, Mark. Life on the Mississipi (1883). New York : Simon and Brown, 2011.

Urry, John, Localities, Regions, and Social class. (p. 455-473). International Journal of Urban and Regional Research, vol. 5, n° 4, 2009.

Notes

1 Mark Twain, Life on the Mississipi (1883) : « She outgrows her prophecies faster than she can make them. She is always a novelty ; for she is never the Chicago you saw when you passed through the last time ».

2 John Urry, « Localities, Regions, and Social class », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 5, n° 4, (2009), p. 455-473.

3 Robert E. Park, Ernest W. Burgess et Roderick D. McKenzie, The City, Chicago : University of Chicago Press, 1923.

4 Il y en a aujourd’hui 77.

5 Albert Hunter, Symbolic Communities, The Persistence and Change of Chicago’s Local Communities, Chicago : The University of Chicago Press, 1974.

6 Kevin Lynch, The Image of the City, Cambridge MA : MIT Press, 1960.

7 Comme l’explique Renaud Le Goix in « Un samedi après-midi dans une Gated Community », Labyrinthe, N° 10, (Automne 2001), 85-94, (en ligne), mis en ligne le 7 juin 2006. URL : http://revuelabyrinthe.org/document1264.html.

8 Laurence Gervais, La Privatisation de Chicago, Paris : PUPS, 2013.

9 « a locality with sentiments, traditions, and a history of its own » Robert Park, The City, op.cit., p. 95 ; « a mosaic of overlapping boundaries » R. Sampson, « What ‘Community’ Supplies », working paper, 1997, « a social construct that plays a role in its own formulation, articulation and disarticulation », Sophie Body-Gendrot, The Social Control of Cities, Oxford, Blackwell Publishers, 2000, p. xxviii-xxix. Les traductions sont miennes.

10 Émeutes où la violence était dirigée contre la propriété privée. Arnold Hirsch, Making the Second Ghetto, Race and Housing in Chicago, 1940-1960, Cambridge MA : Cambridge University Press, 1983.

11 Ibid.

12 Larry Bennett, The Third City, Chicago and American urbanism, Chicago : University of Chicago Press, 2010, p. 2.

13 Le terme hobo désigne un sans domicile fixe se déplaçant de ville en ville, le plus souvent en se cachant dans des trains de marchandises, et vivant de travaux manuels saisonniers. Le terme pourrait se traduire par « chemineau ». Dans la deuxième partie du XIXe siècle, les hobos travaillaient l’été à l’ouest et regagnaient les grandes villes de l’est en hiver, notamment Chicago, grand centre ferroviaire. Ils deviendront de plus en plus nombreux avec la Grande Depression.

14 Ibid.

15 Théories des chercheurs de l’École de Chicago sur le cycle d’assimilation des populations immigrées passant par la désorganisation sociale.

16 Ibid.

17 Douglas Massey et Nancy A. Denton, American Apartheid : Segregation and the Making of the Underclass, Cambridge MA : Harvard University Press, 1998.

18 Alex Kotlowitz, There are No Children Here, New York : Anchorbooks, 1992.

19 John P., Koval et Larry Bennett (eds.), The New Chicago, a Social and Cultural Analysis, Philadelphia : Temple University Press, 2006.

20 Voir à ce sujet Charles S. Suchar « The Physical Transformation of Metropolitan Chicago », in John P. Koval, Larry Bennett (éds.), The New Chicago, op. cit., p. 56-76, ici p. 57.

21 Décrit in Squires, Chicago Race, Class, and the Response to Urban Decline, Philadelphia : Temple University Press, 1987, p. 69.

22 Voir à ce sujet Len O’Connor, Clout : Mayor Daley and His City, New York : Avon, 1975, p. 50-63, p. 87-88, p. 239-251.

23 Paul Kleppner Chicago Divided : The Making of a Black Mayor, Chicago : Northern Illinois University Press, 1985, p. 55-76.

24 Larry Bennett, op.cit. p. 5.

25 Chicago Housing Authority.

26 Laurence Gervais, La Privatisation de Chicago, op.cit. chapitre 4.

27 Ibid., p. 57.

28 BIDs : Business Improvement Districts ; SSA : Special Service Areas ; dans les deux cas, il s’agit de quartiers où certains services sont financés par des taxes privées. Il existe environ un millier de ces districts dans tous les États-Unis. Chicago dispose de 40 SSAs réparties dans toute la ville. La direction et la supervision d’une SSA se fait par un conseil des commissaires constitué de propriétaires locaux. Ces commissaires travaillent à établir les priorités de la SSA qui vont de l’embellissement à la maintenance et au marketing du district. Le programme SSA est un mécanisme censé permettre à des zones résidentielles, commerciales ou industrielles contiguës, de financer des services et des programmes spécifiques grâce à un impôt local. Ces services et programmes viennent en plus de ceux déjà fournis par la ville. TIFs : Tax Increment Financing. Les TIFs sont des outils qui utilisent les futurs gains en impôts locaux pour financer des projets actuels (projets qui à leur tour sont censés augmenter la valeur immobilière et, partant, créer les conditions pour une augmentation des taxes foncières).

29 Judith Butler, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York : Routledge, 1990.

30 Yves Raibaud in « Expérience de la ville et performativité », Géographie et Culture, n° 59, (janvier 2007), p. 87-104, ici, p. 1, explique en note 2 comment le concept de « performativité », qui prend son origine dans la pensée philosophique (Derrida, Foucault) et sociologique française (Bourdieu), a été ensuite utilisé par Butler puis par la géographie culturelle anglo-saxonne afin d’expliquer l’importance de la culture dans la construction de l’espace. Il prend dans cet article l’exemple des fêtes musicales afin de montrer comment l’espace se construit « dans la répétition saisonnière ou annuelle (force de l’acte initié par allusion répétitive) et par l’itérativité qui établit un va et vient entre les musiciens et le public » (p. 2).

31 Voir à ce sujet Augustin Berque, Médiances, de milieux en paysages, collection géographiques, Montpellier : GIP Reclus 1990.

32 Michelle Boyd, « Reconstructing Bronzeville : Racial Nostalgia and Neighborhood Development », in Journal of Urban Affairs, vol. 22, n° 2, (2000), p. 107-122.

33 Michelle Boyd, op. cit., p. 107-122.

34 Michelle Boyd, ibid., p. 109.

35 Michelle Boyd, « Defensive Development : The Role of Racial Conflict in Gentrification », in Urban Affairs Review, publié en ligne le 28 mars mars 2008 http://uar.sagepub.com/content/early/2008/03/28/1078087407313581, consulté le 19.12.10.

36 Dès 1973, sous Richard J. Daley, le CCAC (Chicago Central Area Committee) un groupement d’entreprises locales mettait sur pied un projet (Chicago 21), en coopération avec la municipalité. Le projet était en faveur de l’expansion du centre ville, de ses entreprises, de ses commerces, de ses lieux de culture et de divertissement.

37 Mary Patillo, Black on the Block, The Politics of Race and Class in the City, Chicago : University of Chicago Press, 2007.

38 Rôle de l’association KOCO pour attirer les capitaux privés.

39 Michel Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, coll. Mondes Vécus, 2009, p. 62.

40 Habitat socialement mixte.

41 Dick Simpson et Tom Kelly, « The New Chicago Scholl of Urbanism and the New Daley Machine », in Dennis Judd, and Dick Simpson (eds), The City Revisited, op. cit., p. 205-219, ici p. 208.

42 Dick Simpson et Tom Kelly, op. cit., p. 209.

43 Jan Nijman, « The Paradigmatic City », Annals of the association of American Geographers, vol. 90, 1, 2000, p. 135-145 ; J.Nijman, « Breaking the Rules : Miami in the Urban Hierarchy », Urban Geography, n° 17, 1996, p. 5-22.

44 Michael Dear & Steven Flusty, « The Iron Lotus ; Los Angeles and Postmodern Urbanism », Annals of the Association of American Geographers, n° 88, (1998), p. 50-70 ; Edward Soja, Thirdspaces, op. cit.

45 Courant urbanistique qui cherche à retrouver les principes de génération et de composition des villes anciennes (charte de Nouvel urbanisme), en ce qui concerne l’aménagement des espaces urbains, et qui s’oppose à l’urbanisme moderne qui privilégie les déplacements en voiture. B. Erlich et P. Dreier, « The New Boston discovers the Old : Tourism and the Struggle for a Liveable City », in Dennis R. Judd et Susan S. Fainstein, (eds), The Tourist City, New Haven : Yale University Press, 1999, p. 155-178.

46 David Halle, (éd.), New York & Los Angeles : Politics, Society, and Culture a Comparative View, Chicago : The University of Chicago Press, 2003.

47 Robert A. Beauregard, « Radical Uniqueness and the Flight from Urban Theory », in The City Revisited, Urban Theory from Chicago, Los Angeles and New York, Denis R. Judd et Dick Simpson, (éds.), Minneapolis, London : University of Minesota, 2011, p. 186-202.

48 Ibid., p. 192-193.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search