Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Troisième partie. Résistances et réinterprétations urbaines

L’être Urbain/Homo Urbanus/astos : apports de la sociologie américaine à la connaissance de l’acteur urbain

Antigone Mouchtouris

Résumé

Cette étude met l’accent sur une particularité de la sociologie américaine qui est de traiter la construction de la conduite humaine en fonction de l’espace. Cela amène à comprendre d’une part comment la vie sociale dépend de la conception de l’espace que nous en avons, et d’autre part comment l’espace social urbain modifie les relations entre les divers groupes sociaux et des confrontations que les individus développent entre eux. Le courant interactionniste offre une approche de la définition sociale du soi par rapport à la spatialité et la temporalité. Le sociologue français Paul Henry Chombart de Lauwe s’en inspire et fonde alors le « couple » écologie humaine/contre culture. Le flux, la circularité et les échanges possibles entre les êtres humains, qui vont au-delà des clivages socio-économiques, montrent la ville comme un organisme vivant ayant sa propre temporalité ; elle s’impose de cette manière à la construction de la conduite sociale.

Texte intégral

1Les apports de la sociologie américaine dans la compréhension des relations entretenues entre l’espace urbain et l’individu social sont considérables, et on peut même prétendre qu’il s’agit d’un changement de paradigme. Car la façon dont les sociologues américains ont étudié ces relations nous a permis de comprendre la particularité de la construction des conduites sociales dans l’espace, mais aussi les interactions produites entre groupes sociaux. L’être urbain, comme catégorie à part entière, a été construit et a pris une place dans les études sociologiques.

  • 1 Guth S. (2012), Robert E. Park, Itinéraire sociologique de Red Wing à Chicago, coll. « Logiques soc (...)
  • 2 Grafmeyer Y. et Joseph I. (1979), L’école de Chicago, Aubier, p. 167.

2Ces relations sont devenues un réel objet d’étude qui nous a incité à modifier le regard scientifique sur la manière dont elles prennent corps, en élaborant des concepts féconds et en les mobilisant afin de pouvoir les ajouter à d’autres réalités de la société urbaine. Le citadin comme catégorie à part entière est déjà présent dans la pensée du sociologue G. Simmel au début du XXe siècle. Mais le sociologue américain Robert Park qui était son élève, à Berlin et à Strasbourg, a continué son œuvre tout en créant une réelle discipline au sein de l’université de Chicago, un courant scientifique qui a pris le nom de cette ville1. L’interactionnisme n’est pas une théorie simple qui réduit les relations humaines à des relations de stimuli/réponses. Ses apports sont basés sur une dynamique sociale des relations humaines inspirée par la physique – notamment par la relativité –, mais aussi au niveau philosophique, par la phénoménologie et la philosophie pragmatique. L’interactionnisme compte trois phases, mais celle qui nous a véritablement apporté des éléments de compréhension du contexte et spécialement des relations particulières entre l’espace de la ville et son habitant est celle de Robert Park. Ainsi ce fondateur a-t-il poursuivi et orienté ses recherches vers ces relations et plus particulièrement les interactions entre l’environnement social/la ville et l’être humain. Par ailleurs, ce n’est pas un hasard si ces recherches ont davantage pu se développer aux États-Unis, car la question par excellence des mobilités des populations – issues des différents pays du monde – était présente ; ainsi, une petite ville comme Chicago a connu, à partir de la fin du XIXe et du début XXe siècle, une croissance démographique significative C’est à Robert Park que l’on doit cette belle phrase : « La ville est un laboratoire social »2.

  • 3 Ibid., p. 187.

3En effet, l’interaction entre l’acteur social et la ville a été étudiée de manière approfondie et a ainsi pu déboucher sur une réelle connaissance de l’acteur social qu’est le citadin. Ce dernier peut être défini ainsi : l’être urbain est un être en mouvement. De fait, il se trouve en constante mobilité, par les interactions tant directes qu’indirectes qui se produisent autour de lui et par lui-même. Dans cette école sociologique, Robert Park et ses collaborateurs parlent de l’être urbain comme s’il avait une nature propre. Ces relations particulières obéissent à un système qu’il a nommé écologie/éthologie urbaine. En quelque sorte, cela apparaît comme un système qui conditionne et influence les conduites sociales, notamment par l’interaction entre des personnes qui viennent s’installer et celles qui « reçoivent » une population que, forcément, ils n’ont ni choisie, ni souhaitée, mais qui compose en fin de compte cet espace, la ville3.

4Cette nouvelle donnée de la ville au niveau des relations humaines exige de la part des individus de prendre de la distance avec leur passé, ce qui va apparaître comme une désorganisation des traditions liées à un autre monde : monde rural ou pays d’origine. Inévitablement, ce délaissement du passé ne peut pas se faire sans confrontation entre le passé et le présent, mais aussi entre groupes sociaux en présence ; c’est-à-dire que l’individu urbain doit composer avec de nombreux paramètres : son propre passé, mais également le contexte social qui est formé par d’autres groupes sociaux.

  • 4 Cooley C. (1902), Nature and the Social Order, Charles Scribner’s Sons, chapitre 3.
  • 5 Grafmeyer Y. et Joseph I., (1979), op. cit., p. 111.

5Cela ne peut que provoquer une modification au niveau de la formation d’autres types de relations humaines : les relations secondaires vont supplanter les relations primaires. Charles H. Cooley a amené cette distinction entre les relations primaires (relations du sang) et les relations secondaires (basées soit sur le voisinage, les amitiés du travail, les relations de proximité des loisirs, soit sur des intérêts autour d’un thème de préoccupation)4. L’importance en termes quantitatifs et non qualitatifs, dans la vie quotidienne, de relations basées sur les liens du sang se trouve de fait réduite. Par ailleurs, dans cet ensemble urbain, les communautés humaines doivent composer entre elles et, par voie de conséquence, ces relations s’ouvrent davantage sur l’individu social en fonction de ses affinités et de ses ambitions que celles traditionnellement basées sur la famille et le tissu familial5.

6En désignant ces relations humaines par les deux termes écologie et éthologie, cette approche met l’accent sur l’influence que l’environnement social a sur l’individu ; l’éthologie réhabilite les relations réciproques inter-influences. Ce terme a été délaissé au 16e siècle par les sciences humaines au profit des biologistes. Ces derniers vont l’utiliser pour parler des relations directes et indirectes concernant la vie sociale des animaux et des plantes. Ainsi, l’école de Chicago met en avant la possibilité qu’a l’individu de former des conduites sociales au-delà des déterminants sociaux. En créant un nouveau concept de relation, ces auteurs ont ainsi créé une école sociologique : ils ont détourné l’optique sociologique sur les êtres humains en l’orientant davantage vers les interactions ; ils ont rompu avec une lecture linéaire et verticale de la réalité humaine. Ils ont pu, grâce à ce terme d’éthologie et en l’utilisant pour la ville et ses habitants, affiner leurs analyses : tant au niveau de la communication qui s’établit entre les individus sociaux que sur le plan de la coopération (manifestée par les conduites de la réciprocité et de la mutualisation), qui est une relation nécessaire à l’efficacité de l’action collective. Par ailleurs, la ville est divisée selon des secteurs d’activités et chaque espace affichait ainsi une particularité sociale. Aussi l’individu peut-il choisir selon différentes propositions.

  • 6 Mead G. (dernière édition 2006), L’esprit, le soi et la société, PUF.

7L’apport de cette école a été plus loin qu’une simple description de la mobilité de l’être urbain dans l’espace-ville. Ainsi, à partir des écrits de George Mead, on a pu parler de « moi social ». Ce dernier se construit par les interactions sociales entre l’individu et les autres ; en mettant en lumière les relations spécifiques que l’individu peut avoir avec son milieu social élargi, il a démontré comment ce dernier l’influence sur sa propre définition de soi6.

8Ce sont dans les interactions existantes que les conduites sociales se forment et prennent corps chez l’individu social. Cela va apparaître à travers les figures démonstratives comme les vêtements, les manières d’être ou encore les actions. C’est pour cela, hormis la dimension économique entre les différents acteurs, que les sociologues ont mis l’accent sur la possibilité de communication qui s’établit entre les êtres humains de la ville et également avec ceux qui vont en ville pour y travailler. La façon d’être des communautés se définit en fonction des interactions établies entre elles.

9Ainsi, les relations urbaines sont comme un miroir réflexif et s’inscrivent dans une réflexivité circulaire ; une conduite sociale urbaine est façonnée par une autre, et cette dernière s’en trouve à son tour façonnée. D’ailleurs, l’utilisation des termes : écologie/éthologie urbaine ne fait qu’exprimer une dimension dynamique.

  • 7 Grafmeyer Y. et Joseph I., Inid., p. 169

10La dimension physique de la ville induit des concepts qui expriment à la fois des inter-influences avec la dimension matérielle de la ville, comme les édifices, la possibilité d’y circuler, de prendre les transports en commun, mais aussi les relations humaines qui peuvent s’y développer ; la ville impose ses propres règles, des conduites sociales, mais l’individu social urbain a également la possibilité d’interagir et de pouvoir intervenir. Comme nous l’avons signalé plus haut, les relations humaines se modifient. Ainsi, les liens dus aux relations primaires, selon le terme de H. Cooley, sont mis, dans la vie quotidienne, en arrière-plan par les relations secondaires. Ces dernières peuvent être éphémères ou s’inscrire dans une durée ; ce sont des relations interindividuelles qui ouvrent l’individu social vers une autre sphère relationnelle : celle de la vie quotidienne où, d’ailleurs, la sphère publique devient aussi une préoccupation personnelle. Ce laboratoire qu’est la ville crée de nouvelles formes de relations humaines7. En France, les sociologues urbains sont davantage restés sur la division de l’espace urbain en fonction des classes sociales, en écartant cette isonomie comme espace du possible.

La ville, un espace du possible/un être autonome

  • 8 Park R. E. et Burgess E. (seconde édition 1969), Introduction to the Science of Sociology, The Univ (...)

11L’être urbain n’a pas la même conception de l’espace du possible ; cette dernière ne s’exprime pas seulement au niveau topographique, mais également sur un plan noétique, et se manifeste sur le plan relationnel avec une possibilité de se déplacer au-delà des étroites relations familiales ou professionnelles. Park parle de la ville et des habitants qui changent de quartier en fonction de l’insertion et de la réussite économique, ou encore agissent en s’affirmant dans l’espace public, en provoquant ou en créant une confrontation. De cette manière, il introduit une dynamique relationnelle entre les différents groupes sociaux ; cette interaction entre les différents membres donne la possibilité de se mouvoir dans l’espace et même, au niveau topographique, d’occuper l’espace. Il montre qu’aller ailleurs modifie les conduites sociales en fonction de l’espace et en fonction d’autres groupes sociaux. D’ailleurs, Park et Burgess ont cerné ces relations en quatre phases (après avoir mené leurs études sur les personnes issues de l’immigration)8 : la concurrence ; le conflit ; l’adaptation ; l’assimilation.

12Comment ces concepts prennent-ils forme dans la réalité quotidienne ?

13La concurrence exprime la première phase de communication entre les communautés ; elle se situe autour du travail et des relations de survie dans un espace différent de celui d’origine. À ce stade, les communautés s’auto-observent tout en prenant conscience de leur interdépendance.

14Le conflit ou la confrontation : à ce deuxième stade, la communauté sort de la première phase avec une prise de conscience de ses propres intérêts et également de certaines formes de revendications par rapport aux autres communautés ; ceci selon la place qu’elle a dans la société en général. Nous allons revenir sur cette dimension, car on la retrouve dans les expressions de certains mouvements sociaux dans les cités de nos villes contemporaines.

15L’adaptation est le troisième stade de la vie en communauté et inter-communautés. Durant ce processus, nous constatons que les communautés urbaines acceptent les différences des uns et des autres et que les confrontations s’aplanissent, pour laisser place à des relations davantage basées sur la reconnaissance. Dans cette troisième phase entre les communautés, les relations humaines se développent avec des solidarités propres à la spatialité urbaine ; ce qui nous permet de constater une ouverture des êtres urbains aux problèmes de l’autre. L’autre n’est plus un être envers qui on a un ressentiment, une méfiance ou encore celui d’où peut venir un danger, mais celui avec qui on peut cohabiter. Ce sont ces relations secondaires de l’être urbain qui peuvent supplanter les relations primaires en termes d’intensité.

16La dernière étape, est l’assimilation. Comme Suzie Guth nous le montre dans son livre Robert E. Park :

  • 9 Guth S, . op. cit., p. 233.

L’assimilation serait donc ce processus nécessairement lent, par lequel l’individu immigré change et commence à partager avec la société d’accueil une mémoire commune et des expériences nouvelles. Si l’assimilation se fait au sein d’un groupe primaire, elle n’en sera que plus efficace et rapide, si elle se fait exclusivement dans un groupe secondaire, elle sera plus lente. Les mariages mixtes favorisent les processus d’intégration, car ils conduisent nécessairement à des formes composées hybrides, à un échange culturel quotidien. L’immigrant ne peut faire table rase du passé, c’est la raison pour laquelle le processus est lent : il le sera moins pour les enfants étant scolarisés dans le pays d’accueil9.

  • 10 Frazier Franklin (1932), The Negro Family in Chicago, University of Chicago Press.

17En catégorisant ainsi les conduites humaines, ces auteurs ont dû affronter des critiques d’autres sociologues, notamment pour la catégorie concernant l’assimilation. Elles sont venues de Franklin Frazier dans son livre La famille noire à Chicago (The Negro Family in Chicago, 1932)10 ; il y a développé ce qu’il a observé sur le terrain, à savoir qu’entre les Blancs et les Noirs, il n’y avait pas souvent de relations paisibles, mais des conflits, davantage présents dans les quartiers populaires, tandis que dans les familles aisées, les relations étaient plutôt harmonieuses entre ces mêmes populations. Ces conduites sociales exprimées par le concept de ‘confrontation’, on va les retrouver, ces dernières décennies, en France dans tous les quartiers populaires où la pesanteur du contexte joue un rôle très important ; cela envenime les conflits/confrontations entre les groupes sociaux, mais également – comme on le constate actuellement –, cela fait apparaître timidement un certain communautarisme qui auparavant n’était pas visible.

18Au niveau historique, on constate que les sociologues de l’école de Chicago ont changé de registre et se sont davantage inspirés de l’interactionnisme symbolique. Ils ont gardé tout au long de leurs écrits la problématique de l’éthologie urbaine, en accentuant seulement l’aspect communicationnel des relations humaines. Ainsi, un symbole, qui a la même signification pour tous les membres des groupes sociaux, fait naître les mêmes attitudes chez toutes les personnes. Cette communication avec autrui a imposé des modifications au niveau des relations familiales, sur le plan des relations de solidarité, mais aussi dans la façon d’être avec l’autre, qui est lui-même comme individu, un membre d’une communauté. La communication établie entre les urbains est à la fois des stimuli et des réponses ; l’interaction entre les membres d’une ville fait donc naître des relations réciproques.

  • 11 Goffman Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Minuit.

19Ainsi la sociologie américaine, dans la compréhension de l’être urbain, a permis d’avancer sur des terrains peu explorés par la sociologie française, comme les processus dynamiques de la communication établis entre les membres d’une ville ou encore dans une micro-localité, mais également le façonnement de l’être dans ses relations avec l’autre. D’autre part, cela nous a permis de comprendre comment l’être urbain se définit à la fois à travers une individualité forte et des relations étroites avec le contexte, ce dernier donnant un sens à l’action. Les pratiques sociales sont comme une mise en scène selon Goffman.11

20L’être urbain est en mouvement, le processus de cette mobilité ne s’inscrit pas seulement dans une dimension spatiale, mais aussi dans celle des statuts sociaux.

21Les désignations de l’être urbain – comme pauvre, criminel ou encore malade mental – ne sont pas seulement issues des comportements individuels, mais également des interactions entre les membres d’un même groupe :

  • 12 Grafmeyer Y.et Joseph I. (1979), op. cit., p. 179.

Que l’idée que l’individu se fait de lui-même, le rôle qu’il joue dans toute société et le caractère qu’il finit par acquérir soient très largement déterminés par les relations qu’il se crée et, d’une manière générale, par le monde dans lequel il vit12.

  • 13 Mouchtouris A. (2003), Les jeunes de la nuit, Représentations sociales des conduites nocturnes, col (...)

22En d’autres termes, la particularité de la sociologie américaine consiste à traiter la formation de la conduite humaine en fonction de l’espace en développant le concept de l’écologie humaine ; cette conception de Robert Park exprime que la ville est considérée comme un système et que, par conséquent, elle a ses propres règles et même une écologie/éthologie humaine. En mobilisant ce couple de concepts, le courant interactionniste développe la définition sociale du soi par rapport à la spatialité et la temporalité. Le flux, la circularité et les échanges possibles entre les êtres humains, au-delà des clivages socio-économiques, montrent la ville comme un organisme vivant ayant sa propre temporalité ; elle s’impose de cette manière à la formation de la conduite sociale. En mobilisant précisément ce concept d’écologie humaine pour analyser d’autres contextes urbains, même appliqués à d’autres continents, nous avons compris qu’il était très fécond ; d’autre part, nous avons constaté, à travers l’exemple des Jeunes de la nuit, la façon dont celui-ci s’affiche et devient visible13.

  • 14 Paquot T., « Méthodes et concepts de l’anthropologie urbaine française », in Mouchtouris Antigone ( (...)

23Cela nous amène à comprendre comment la vie sociale des humains dépend de la conception de l’espace, mais aussi des confrontations entre les groupes sociaux en présence. Cette approche met en avant la pesanteur de l’écologie humaine, plus particulièrement le concept de la confrontation. Ce dernier a été utilisé par le sociologue français Paul-Henry Chombart de Lauwe, qui s’est inspiré le plus de cette école sociologique à travers le concept de la contre-culture qui donne aux groupes sociaux en présence la possibilité d’exister dans le conflit. En effet, sous ce prisme, on peut mieux comprendre ce qui se passe dans les quartiers populaires au niveau empirique. Thierry Paquot souligne dans son chapitre du livre Actualité de la pensée de P.-H. Chombart de Lauwe que ce dernier « … apprécie les travaux de Robert Park et s’en nourrit14 ». Mais, en même temps, nous voyons que ce concept de confrontation est fécond au niveau épistémologique, car en le mobilisant, nous pourrons aller plus loin dans la compréhension des phénomènes sociaux. Parmi les quatre catégories qui expriment les relations qui prennent forme dans la ville, la confrontation est celle qui a retenu notre attention pour effectuer nos recherches, car les problèmes sociaux ne sont jamais, pourrait-on dire, résorbés une fois pour toutes ; en revanche, hormis la concurrence, les catégories peuvent à tout instant réapparaître dans les relations urbaines entre groupes sociaux. Elles peuvent aussi coexister d’une manière ou d’une autre dans les relations établies entre les communautés ou entre groupes sociaux au niveau de l’espace ville. Le concept d’« écologie/éthologie urbaine » (bien que peu utilisé en France) est bel et bien fécond car des relations humaines se construisent et se déconstruisent tous les jours. Les relations secondaires ne sont pas secondaires au sens d’inférieures, car ce sont ces relations qui s‘inscrivent dans une réciprocité qui porte l’individu vers sa propre construction en tant qu’être social.

À propos de lassimilation

24Ce concept demande à être revisité à notre époque, car l’assimilation ne se produit pas au niveau de l’état d’esprit dans la manière de coexister des communautés ou des différents groupes sociaux. La ville, qui est un espace destiné à tous les membres d’une communauté et même à ceux qui le traversent d’une manière sporadique, est un laboratoire social, car elle devient un moyen pour les communautés ou groupes sociaux d’extérioriser leurs contradictions. Ceci s’opère à travers le choix de différentes formes, en exprimant des valeurs politiques et sociales et en organisant l’espace afin de favoriser la communication et la circulation des hommes et des idées, et de créer un consensus social.

25Cette conception a été balayée par la société de masse et nous oublions souvent de signaler comment la division de l’espace représente aussi une « massification ». Cependant cette dernière n’est pas l’assimilation choisie par intégration des règles en gardant en partie celles de sa communauté ou de son groupe de référence, mais imposée par l’organisation de l’espace par la société de masse s’adressant à toutes les personnes. Nous constatons que la ville associée à une société de masse a toujours été l’objet de déstructurations et de restructurations au niveau des mises en scène où s’exprime un certain état d’esprit politique.

La confrontation dans lespace ou Comment la contre-culture soppose à la culture de la spéculation du temps moderne

  • 15 Mouchtouris A., in Actualité de P.-H. Chombart de Lauwe, op. cit. p. 229.

26Comme nous l’avons signalé précédemment, le concept de confrontation est bien fécond et nous permet de comprendre les oppositions manifestées dans l’espace public. Paul-Henry Chombart de Lauwe, en parlant de confrontation entre groupes sociaux en présence, a créé comme prolongement à ce concept un autre concept : celui de la contre-culture et des mouvements sociaux qui forment des propositions en exprimant leurs oppositions de manière concrète. Par contre-culture ce sociologue sous-entend qu’elle « joue le rôle du levier à la transformation sociale et à la prise de conscience pour le remplacement d’une situation donnée. La contre-culture est l’expression d’un conflit ou d’une tension sociale15 ». La confrontation urbaine, ces dernières décennies, s’exprime dans l’espace public par les mouvements de contre-culture, notamment les graffitis. C’est une stimulation esthétique urbaine qui dure depuis quelques décennies et qui, en fonction de la densité de son intensité, a provoqué de vives réactions. On peut dire que ces formes artistiques expriment une violence canalisée à travers les formes artistiques que les individus, des quartiers populaires et maintenant des couches issues des classes moyennes, ont voulu exprimer en marquant leur opposition à un espace qui serait uniquement à vendre…

  • 16 Mouchtouris A. et Belhadj-Ziane K., (2008), Actualité graffiti, PUP, p. 5. En effectuant un tel cho (...)

27Cette confrontation/contre-culture se manifeste dans l’objectif de ces acteurs qui est avant tout de s’exprimer, d’exister dans l’espace public. Ce qui fait qu’au début, leur choix de graffer s’est porté sur des espaces/supports visibles ; soit des murs visibles par le plus grand nombre, soit des trains donc des supports en constante mobilité pour entrer en contact avec la population. Les acteurs désirent provoquer une modification d’ordre affectivo-émotionnel ; celle-ci est observée depuis une trentaine d’années. « Du jour au lendemain, les voyageurs de la gare Saint-Lazare voient apparaître une autre forme d’image sur les murs. Des couleurs et des formes fleurissent partout en France16 ». Les phrases des jeunes de Mai 68 ont été délaissées pour laisser la place aux tags et aux graffitis des jeunes des banlieues. Cet exemple prouve que l’expérience esthétique, quotidienne, non choisie par les voyageurs, exprime toutes les tendances sociales et les contradictions de la cohabitation de tous ces groupes sociaux dans l’espace public. C’est une expérience qui s’inscrit dans une durée et aussi dans une instantanéité. Les contradictions sociales, même les plus violentes, s’expriment dans la rue.

28Lorsque l’on se réfère à la notion d’esthétique urbaine, nous utilisons sa définition classique qui détermine la ville en termes de valeurs esthétiques (du beau et de l’esthétique) à laquelle nous ajouterons la création d’une certaine normativité de l’organisation de l’espace.

  • 17 Mouchtouris A., « Confrontation sociale et esthétique urbaine », communication in colloque Esthétiq (...)

29Nos espaces contemporains sont devenus, par excellence, des espaces universels et planétaires, avec les mêmes écritures partout et au même moment, la même division et en même temps une coexistence des formes différentielles qui appartiennent à la culture du passé, celle de l’histoire de cet espace. Dans la confrontation sociale, nous constatons une certaine homogénéisation à partir du XIXe siècle dans les grands centres urbains et industriels. Même les expressions parallèles comme les graffitis deviennent davantage universelles car l’urbanisation et la mondialisation ont amené une certaine globalisation dans les conduites humaines. Cependant, cette confrontation pose des questions sur la possibilité de l’organisation de l’espace public et la possibilité de le transformer. Ainsi, au-delà du choix des représentants de l’État et des enceintes commerciales, l’être urbain a la possibilité ou prend la liberté d’intervenir par son expression de la confrontation sociale en apposant sa marque17.

30En effet, l’espace urbain n’est pas seulement un lieu de la gestion du flux humain ou de la circulation, c’est aussi un lieu d’expression et de communication des différentes tendances politiques et sociales. On constate ces dernières années que les critiques sont fortes envers la société de masse ; c’est parce qu’elle a réduit — par sa propre logique de spéculation financière — la possibilité des échanges verbaux dans des espaces appropriés. Ainsi, en quelque sorte, les espaces comme les foires ou les marchés, qui jadis jouaient un rôle, ont perdu leur fonction d’agora au sens politique du terme en laissant à la place le pouvoir de la rue, en créant de fait une nouvelle esthétique.

  • 18 Ibid.

31L’espace urbain est devenu un théâtre des confrontations et un rempart pour lutter contre la pesanteur de la construction des espaces massifs destinés à la très grande masse, où le monopole de l’esthétisme est confisqué par la forte présence de la spéculation financière, comme on le constate à la fois avec les grandes surfaces commerciales qui se concurrencent mutuellement et les grands produits du luxe qui augmentent le coût de la superficie et favorisent l’intensification de la spéculation. On retrouve les mêmes surfaces et la même massification de tous les espaces urbains dans toutes les villes du monde, partout où il y a, dans une ville, la possibilité de construire et de spéculer. On dirait qu’à la culture de masse on donne des réponses d’esthétique de masse18.

32Dans ce cadre-là, nos recherches sur l’esthétique urbaine nous permettent parfois de faire des glissements sociologiques vers des domaines comme l’urbanisme et la sociologie de la forme. En effet, grâce à la sociologie américaine, nous récupérons une idée très forte, celle de la forme et, plus précisément, les interactions existantes entre forme et conduites sociales.

33Car dans l’absolu, dans le monde occidental, les idéaux politiques et sociaux ont pris forme à travers les objets esthétiques qui ornent les villes et meublent les images de la vie quotidienne. La ville est conçue comme un objet esthétique, et elle se donne à voir à des milliers des gens qui la traversent ; elle s’offre aux urbains et aux occasionnels passagers comme un spectacle des sens (aesthesis). Comme il s’agit d’un espace public, cela offre la possibilité de créer une cohésion sociale, mais aussi, au niveau politique, de provoquer le consensus politique nécessaire dans la gouvernance d’un pays. En termes d’esthétique, s’exprime et se façonne d’une certaine manière le public/la foule qui côtoie tous les jours ces espaces publics. La façon dont l’acteur gère son espace et essaie de se l’approprier exprime toujours une conception du monde. D’autre part, construire des espaces avec une telle pesanteur et une telle imposition des lignes nous livre une certaine représentation du pouvoir.

  • 19 Belhadj-Ziane K. (2008), Dynamique historique d’une contre-culture : la culture hip-hop in Actualit (...)

34Ainsi, les graffitis ont transformé cet espace urbain en un topos de confrontation, de contradictions sociales, en imposant leur esprit de contre-culture, ce que nous avons observé dans les enquêtes sociologiques sur les cités. En quelque sorte, les cités ont essayé de s’imposer au-delà de leurs lieux d’habitat19.

35Nous notons alors que l’être urbain, au-delà des catégories sociales, forme des attitudes sociales. Son individualité se façonne hors du cercle familial. L’anonymat la forge à la fois par des représentations, mais aussi par des actions réciproques où l’individualité sociale s’affirme. Cela ne tient pas compte seulement de la topographie, mais aussi de la possibilité des échanges entre les gens.

En guise de conclusion

  • 20 Vernant J-P et Vidal-Naquet P. (1972), Mythe et tragédie en Grèce ancienne (collection : « Textes à (...)

36Si l’on utilise les apports de la sociologie américaine pour pouvoir avancer dans la compréhension de l’être urbain, c’est parce qu’ils peuvent être mobilisés pour comprendre d’autres réalités sociales. Ils nous permettent de comprendre la relation dynamique entre l’individu social et son environnement. D’autre part, ce que nous pouvons trouver dans la sociologie américaine à travers la ville a déjà été signalé dans l’Antiquité grecque dans le terme astos. Ce dernier n’était pas seulement la définition du contraire de l’être rural, mais aussi celle d’un être social pouvant être influencé par l’espace, un mode de fonctionnement, une façon de penser les choses de la vie quotidienne, une façon d’agir avec des expressions communes. Selon Vernant et Vidal20, l’invention de la géométrie se manifeste dans une nouvelle organisation spatiale autant que sociale et a institué l’« isonomie, laïque » au VIe siècle. Nous pouvons voir qu’à travers l’exemple du conflit ou de la confrontation sociale, nous avons, sous-jacente, la question de l’isonomie et de la perception de l’espace du possible qui sont davantage présentes dans le monde urbain que dans les autres espaces.

37À ce niveau, la sociologie américaine a voulu nous montrer ce que signifie indirectement et parfois directement une confrontation avec les représentants de l’État. On dirait qu’en apparence, il y a l’ancien débat hégélien de la confrontation entre l’État et les représentants de la société civile, tandis qu’aujourd’hui nous pouvons ajouter, à côté de l’ancien débat, un autre paramètre qui exprime les intérêts de certains groupes privés qui s’opposent à la société de spéculation, et de certains groupes de jeunes et de moins jeunes qui ne représentent pas forcément la majorité de la société civile. Une minorité qui s’impose comme une contre-culture. La confrontation aujourd’hui n’est pas forcément entre l’État et sa conception esthétique, mais entre ceux qui s’imposent par rapport à la loi du marché et ces groupes de contre-culture.

38Ainsi, par ces graffitis sur les murs de toutes les mégalopoles, les acteurs urbains expriment une aspiration à s’affirmer en vivant dans un espace où peuvent se partager des expériences communes. Ce n’est pas une imitation, mais une assimilation de la façon d’être dans les sociétés de masse, contre l’asphyxie de la massification. C’est un ergon politique au sens aristotélicien du terme. Nous pouvons dire que cela est devenu compréhensible en mobilisant les concepts de l’écologie/éthologie humaine, ce nouveau regard sur le monde. La sociologie américaine est devenue un paradigme à partir duquel nous pouvons expérimenter d’autres réalités afin de comprendre l’évolution de la ville, surtout la nouvelle forme de l’acteur cosmopolite qui est en train de se dessiner avec la forme de mondialisation à laquelle nous assistons.

Bibliographie

Bibliographie

Belhadj-Ziane, Kheira (2008), « Dynamique historique d’une contre-culture : la culture hip-hop » in Actualité Graffiti, sous la direction d’Antigone Mouchtouris et Kheira Belhadj-Ziane, Presses Universitaires de Perpignan

Grafmeyer Yves et Joseph Isaac (1979), L’école de Chicago, Aubier, Paris.

Chombart De Lauwe, Paul-Henry (1975), La culture et le pouvoir, Stock, Paris.

Chapoulie, Jean-Michel (2001), Tradition de Chicago, Le Seuil, Paris.

Goffman, Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Minuit.

Guth, Suzie (2008), Modernité de Robert Ezra Park. Les concepts de l’école de Chicago, coll. « Logiques sociales », L’Harmattan, Paris.

Guth, Suzie (2012), Robert E. Park, Itinéraire sociologique de Red Wing à Chicago, coll. « Logiques sociales », L’Harmattan, Paris.

Mead, H. George (dernière édition 2006), L’esprit, le soi et la société, PUF, Paris.

Mouchtouris, Antigone et Belhadj-Ziane, Kheira (2008), Actualité graffiti, PUP, Perpignan.

Mouchtouris, Antigone (dir.) (2012), Actualité de Paul-Henry Chombart de Lauwe, coll. « Logiques sociales », L’Harmattan, Paris.

Mouchtouris Antigone, « Confrontation sociale et esthétique urbaine », communication in colloque Esthétiques urbaines et ville polycentrée, Champs d’expérience identitaires et créatrices organisé par Pierre W. Bourdeault et Michael La Chance, Université de Québec à Chicoutimi, Chicoutimi 28 mars 2008.

Mouchtouris, Antigone (2003), Les jeunes de la nuit, coll. « Logiques sociales », L’Harmattan, Paris.

Paquot, Thierry « Méthodes et concepts de l’anthropologie urbaine française » in Mouchtouris Antigone (dir.) (2012) Actualité de Paul Henry de Lauwe, coll. « Logiques sociales », L’Harmattan, Paris.

Stebe, Jean-Marc et Marchal, Hervé (2014), La sociologie urbaine, coll. « Que sais-je ? », P.U.F., Paris

Vernant, Jean-Pierre et Vidal-Naquet, Pierre (1972), Mythe et tragédie en Grèce ancienne (collection : « Textes à l’appui », Histoire classique), éd. François Maspero, Paris.

Notes

1 Guth S. (2012), Robert E. Park, Itinéraire sociologique de Red Wing à Chicago, coll. « Logiques sociales », L’Harmattan.

2 Grafmeyer Y. et Joseph I. (1979), L’école de Chicago, Aubier, p. 167.

3 Ibid., p. 187.

4 Cooley C. (1902), Nature and the Social Order, Charles Scribner’s Sons, chapitre 3.

5 Grafmeyer Y. et Joseph I., (1979), op. cit., p. 111.

6 Mead G. (dernière édition 2006), L’esprit, le soi et la société, PUF.

7 Grafmeyer Y. et Joseph I., Inid., p. 169

8 Park R. E. et Burgess E. (seconde édition 1969), Introduction to the Science of Sociology, The University of Chicago Press.

9 Guth S, . op. cit., p. 233.

10 Frazier Franklin (1932), The Negro Family in Chicago, University of Chicago Press.

11 Goffman Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Minuit.

12 Grafmeyer Y.et Joseph I. (1979), op. cit., p. 179.

13 Mouchtouris A. (2003), Les jeunes de la nuit, Représentations sociales des conduites nocturnes, collection Logiques sociales, L’Harmattan.

14 Paquot T., « Méthodes et concepts de l’anthropologie urbaine française », in Mouchtouris Antigone (dir.) (2012), Actualité de Paul-Henry Chombart de Lauwe, coll. « Logiques sociales », L’Harmattan, p. 137.

15 Mouchtouris A., in Actualité de P.-H. Chombart de Lauwe, op. cit. p. 229.

16 Mouchtouris A. et Belhadj-Ziane K., (2008), Actualité graffiti, PUP, p. 5. En effectuant un tel choix de titre, nous avons voulu mettre en avant la nouvelle expérience que les voyageurs ont commencé à vivre dans l’espace urbain.

17 Mouchtouris A., « Confrontation sociale et esthétique urbaine », communication in colloque Esthétiques urbaines et ville polycentrée, Champs d’expérience identitaires et créatrices organisé par Pierre W. Bourdeault et Michael La Chance, Université de Québec à Chicoutimi, Chicoutimi 28 mars 2008.

18 Ibid.

19 Belhadj-Ziane K. (2008), Dynamique historique d’une contre-culture : la culture hip-hop in Actualité Graffiti, sous la direction d’Antigone Mouchtouris et Kheira Belhadj-Ziane, Presses Universitaires de Perpignan, p. 24.

20 Vernant J-P et Vidal-Naquet P. (1972), Mythe et tragédie en Grèce ancienne (collection : « Textes à l’appui », Histoire classique), éd. François Maspero, Paris.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search