Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Troisième partie. Résistances et réinterprétations urbaines

Carey McWilliam et Los Angeles dans les années quarante

Daniel Peltzman

Résumé

L’article retrace l’œuvre et les engagements de Carey McWilliams à Los Angeles dans les années quarante. Ce dernier n’a cessé d’aborder et d’intervenir sur une multitude de sujets décrivant le sort des minorités ethniques, la corruption, le développement urbain et le monde politique de la mégapole. Luttant contre l’intolérance, C. McWilliams dénonce publiquement les abus affectant les plus faibles. Son engagement lui vaudra d’être dénoncé par la commission des activités antiaméricaines en Californie.
Son œuvre évoque le travail d’un historien, d’un sociologue, d’un journaliste et bien sûr, d’un politologue. Si son engagement reste aujourd’hui quelque peu oublié, il demeure néanmoins un des grands spécialistes de Los Angeles et de la Californie.

Texte intégral

1Si le nom de Carey McWilliams est largement répandu dans les milieux progressistes américains, il reste assez méconnu en France sauf pour ceux qui ont montré de l’intérêt pour l’histoire de la Californie. Plusieurs raisons à cela. Il n’était pas un universitaire de renom dont les œuvres traversent quelquefois l’Atlantique ; mais surtout, sa production littéraire demeure indéfinissable et donc difficile à cerner. Dans quel domaine peut-on classer ses travaux ? Vers la fin des années vingt, McWilliams montre un intérêt particulier pour la littérature américaine. Puis, son approche s’oriente sur l’étude de la Californie au moment où il travaille pour cet État. A partir de ce changement, ses publications s’apparentent à différentes disciplines telles que l’histoire, la sociologie, la géographie ainsi que la science politique, sans oublier ses talents de journaliste.

2Ce dont on peut être sûr, c’est la fascination qu’exerce Los Angeles sur cet auteur prolifique. Au cours des années quarante, il écrit deux ouvrages consacrés à la Californie et qui font toujours référence pour les chercheurs américains et dans lesquels la mégalopole joue un rôle prépondérant. Cette fascination se traduit par une étude où les paradoxes sont nombreux à l’égard de cette ville. Ainsi, pour le lecteur qui découvre l’œuvre de McWilliams, une question se pose immédiatement : a-t-on affaire à une description admirative ou bien s’agit-il d’une virulente mise en accusation ? Toujours est-il qu’aujourd’hui encore, le lecteur ne peut qu’être frappé par les talents de visionnaire de cet auteur.

3Homme de gauche convaincu, McWilliams ne cessera de dénoncer une urbanisation effrénée, un monde politique corrompu et inféodé au patronat local. Il n’hésitera pas non plus à s’engager en personne, prenant fait et cause pour les minorités ethniques à la suite d’évènements tragiques mettant en cause des membres des communautés mexicaine et japonaise. C’est donc ici qu’apparaît dans toute sa dimension le paradoxe. Comment interpréter son approche ? S’agit-il seulement d’une critique virulente de Los Angeles ou bien celle-ci ne laisse-t-elle pas transparaître une admiration sans borne pour la Cité des anges ? Un bref retour sur la carrière de McWilliams sera nécessaire avant d’aborder ses thèmes de prédilection au cours des années quarante, à savoir : les spécificités économiques, politiques, sociologiques et ethniques de Los Angeles.

Carey Mcwilliams

  • 1 Sur la vie de Carey McWilliams, voir : C. McWilliams, The Education of Carey McWilliams, Simon and (...)

4Son lieu de naissance constitue déjà un premier paradoxe. A la vue de son œuvre prolifique, on aurait pu s’attendre à ce qu’il soit né en Californie, mais c’est pourtant dans la ville de Steamboat Springs, dans le Colorado, qu’il nait le 13 décembre 1905. Il est élevé dans une famille aisée dont le père est élu sénateur de l’Etat après avoir fait fortune dans l’élevage de bétail. Malheureusement, peu de temps après la fin de la Première Guerre mondiale, celui-ci fait faillite et se suicide. C’est à la suite de cet événement tragique que le jeune Carey s’installe à Los Angeles. Il s’inscrit à l’Université de Californie du sud où il étudie le droit. Il rédige des articles dans différents périodiques du campus. De plus, il gagne sa vie au Los Angeles Times où il travaille au service comptable. Il termine ses études et décroche son diplôme d’avocat qui lui permet de trouver un travail dans un cabinet. Néanmoins, il demeure attaché à la littérature et écrit pour différents magazines littéraires. A l’âge de 23 ans, il publie son premier livre sur le journaliste Ambrose Pierce1.

  • 2 Ibid.

5La Grande crise et la dépression des années trente produisent un changement politique radical chez McWilliams. Tout comme John Steinbeck à cette époque-là, il prend conscience des terribles conditions économiques qui frappent à la fois les plus démunis ainsi que les travailleurs agricoles d’origine mexicaine. En 1939, il publie Factories in the Fields dans lequel il décrivait la façon dont ces derniers sont exploités par les propriétaires terriens en Californie. La même année, il est nommé à la tête du Département de l’immigration et du logement de Californie. Poste qu’il lui attire les foudres des propriétaires terriens et du gouverneur républicain de l’époque, Earl Warren. Tout au long des années quarante, il ne cessera de s’engager dans la lutte des droits civiques, critiquant les autorités de Los Angeles. C’est au cours de cette décennie qu’il publie deux ouvrages essentiels sur la Californie et Los Angeles : Southern California : an Island on the Land (1946) et California : the Great Exception (1949)2.

  • 3 D. Caute, The Great Fear : The Anti-Communist Purge Under Truman and Eisenhower, New York, Simon an (...)
  • 4 R. Nader, « The Safe Car You Can’t Buy », The Nation, 11 avril 1959, p. 310-313. H. Zinn, « Finishi (...)

6Au milieu des années cinquante, il est nommé rédacteur en chef du fameux hebdomadaire de gauche The Nation, après avoir été son représentant à Los Angeles. Il occupe ce poste à New York jusqu’en 1975. Il offre ses colonnes à des inconnus tels que Howard Zinn ou Ralph Nader. Au cours de sa carrière, il ne cessera d’attirer les foudres de politiciens conservateurs et sera la victime d’accusation de menées communistes durant la chasse aux sorcières3. Il prendra sa retraite en 1975 et décèdera en juin 19804.

Les caractéristiques de Los Angeles selon Mc Williams

  • 5 C. McWilliams, Southern California : An Island on the Land, Peregrine Smith, Santa Barbara, (1946), (...)

7C’est tout d’abord en historien que McWilliams aborde son étude sur Los Angeles. Il y décrit la formation de la ville dès la fin du dix-neuvième siècle tout en soulignant son manque d’évolution. Il explique ainsi l’origine de la ville en s’appuyant sur son attrait économique. Plus exactement, il montre comment Los Angeles attire une population variée dont l’espoir est de commencer une nouvelle vie. La cité californienne devient de fait un modèle urbain en continuel essor économique. Mais ceci n’est pas sans défaut ; selon McWilliams, Los Angeles s’avère incapable de gérer ses succès et d’intégrer les nouvelles populations venues s’y installer. Si l’histoire de la ville est déterminée par l’arrivée de nombreux migrants venus de la côte Est, c’est dans les années quarante, à la suite de son industrialisation due à la Seconde Guerre mondiale, que des nouveaux arrivants vont donner à Los Angeles son statut de mégalopole5.

  • 6 Ibid., p. 239.

8Si un tel phénomène est bénéfique pour l’économie, il reste accompagné de répercussions uniques aux États-Unis. Dans son ouvrage, Southern California : An Island on the Land, McWilliams remarque avec justesse que le taux de divorce demeure deux fois plus élevé que dans le reste du pays. Il en va de même pour les suicides dont les nombres sont largement supérieurs à ceux enregistrés aux États-Unis. L’auteur explique ces faits dramatiques par une croissance beaucoup trop rapide à celle enregistrée dans d’autres villes américaines. Du coup, au sein d’une ville constituée en grande partie par des nouveaux venus, les relations sociales restent faibles, abandonnant ainsi à leur propre sort des individus qui tombent plus facilement dans les pièges de la délinquance ou de la drogue6. McWilliams démontre le paradoxe issu d’une ville moderne, toujours en expansion, et une nouvelle population isolée et éprouvant de grandes difficultés à y vivre.

  • 7 C. McWilliams, California the Great Exception, University of California Press, Berkeley, (1949), 19 (...)
  • 8 Ibid., p. 195.

9Ce phénomène d’isolation s’accentue dans les années quarante par une mobilité interne au sein de la ville. McWilliams note ainsi qu’une adresse ou un numéro de téléphone n’a qu’une existence très relative : entre trois et quatre mois. Cette caractéristique est avant tout le fait des derniers arrivants. Sans attache relationnelle à leur arrivée, il leur faut attendre souvent des années avant de s’établir de façon définitive dans un nouveau quartier7. Ainsi, McWilliams remarque l’existence de quartiers de Los Angeles où seulement deux ou trois familles vivant dans un même pâté de maisons se connaissent. La participation électorale permet également de souligner cet isolement. Lors de l’élection présidentielle de 1948, la municipalité raye de ses listes 14 % des électeurs. La raison en est fort simple, ces derniers ont déjà emménagé dans d’autres quartiers8. En véritable sociologue et en s’appuyant sur un travail de recherche personnel, McWilliams en conclue que cette mobilité propre à Los Angeles crée un isolement social.

Carey Mcwilliams et les problèmes environnementaux : leau

10Le talent de visionnaire chez McWilliams est surtout flagrant lorsqu’il décrit avec une précision digne d’un géographe les problèmes en approvisionnement de l’eau à Los Angeles. Si au début du vingtième siècle la situation n’est guère préoccupante, tout change très vite avec l’arrivée massive de nouveaux migrants. En 1900, la population de Los Angeles s’élevait à 150 000 habitants avec des réserves en eau potable pouvant largement fournir un demi-million d’habitants. Au cours des années quarante, la situation est totalement inversée.

11Très vite, le déficit en eau s’accentue entre le sud – où l’eau se fait plus rare et une population plus nombreuse – et le nord – moins peuplé et mieux irrigué – de la Californie. Cette concentration de population est bien entendu spectaculaire à Los Angeles où les habitants bénéficient de l’apport hydraulique créé par les fleuves Owens et Colorado. Néanmoins, comme l’observe McWilliams, l’histoire de la Californie (et cela depuis ses origines) est marquée par des cycles réguliers de sécheresse ; tous les trente ans, la région subit une sécheresse d’une durée moyenne de sept ans. En 1945, une secheresse s’installe et deux ans plus tard, les pluies sur Los Angeles sont les moins importantes depuis des années avec un déficit de 50 %. La ville est également touchée par un déficit affectant les nappes phréatiques qui alimentent la ville. Au premier abord, on peut penser à un problème naturel auquel l’homme ne peut apporter que peu de solutions. Tel n’est pas l’avis de McWilliams qui voit en ce phénomène une incompréhension de la situation de la part des habitants et des autorités municipales. Par exemple, il souligne la défaillance du système économique qui fournit l’eau à un prix beaucoup trop bas, entraînant ainsi une trop forte consommation.

12McWilliams en souligne les conséquences désastreuses pour la ville. La sécheresse est en effet susceptible de ralentir sa croissance autant dans le domaine économique qu’en nombre d’habitants. Les relations entre les autorités de Los Angeles se détériorent dans la mesure où une partie de l’eau acheminée par un aqueduc provenant du Colorado ne dessert pas les municipalités avoisinantes. À une plus grande échelle, les autorités de l’État de l’Arizona, dont le système d’irrigation dépend également de la rivière Colorado, dénoncent la confiscation de leur réseau d’eau par la Californie. Enfin, les incendies de forêts, de plus en plus nombreux, menacent désormais Los Angeles.

13C’est ici que McWilliams abandonne sa fonction de géographe pour offrir une approche politique soutenue par un véritable talent journalistique. Il va ainsi dénoncer ce qu’il considère comme une politique impérialiste de la part des magnats de l’industrie de Los Angeles. Dès le début du vingtième, ces derniers sont conscients des futurs besoins en eau et organisent ce que McWilliams plus tard qualifiera de raid impérial. Ils financent la construction d’un aqueduc long de plus de 400 kilomètres aboutissant à la rivière Owens. En affectant le réseau fluvial original, ce projet, digne de la Rome antique, aura pour conséquence de ruiner les agriculteurs dont les activités dépendent de la rivière. Surtout, cette vaste entreprise est teintée de corruption de la part de ses organisateurs. Au lieu d’acheminer à Los Angeles la majeure partie de l’eau, ils irrigueront en priorité la région de la vallée de San Fernando constituée alors de terres non cultivées. Entre-temps, ils auront acheté ces terres pour une bouchée de pain sachant que leur projet rendrait ces terres cultivables et serait donc sources de substantiels bénéfices. Bien entendu, les habitants de Los Angeles non seulement ne sont pas conscients du fait, mais deviendront aussi les victimes d’une pénurie d’eau dans la mesure où une grande partie de l’eau acheminée servira à irriguer la vallée de San Fernando.

  • 9 Ibid., p. 269-299.

14En 1941, la ville se lance dans un nouveau projet encore plus énorme lorsque la municipalité décide la construction d’un second aqueduc afin de puiser l’eau de la rivière Colorado. Long de plus de 720 kilomètres, cet aqueduc est le plus long au monde et alimente effectivement la population de Los Angeles. Toutefois, dès la fin des années quarante, McWilliams s’interroge sur les futurs besoins en eau de la ville. Avec une population constamment en augmentation, l’approvisionnement en eau potable constitue l’un des problèmes les plus graves de la municipalité. En outre, conclut-il, en utilisant une eau puisée à des centaines de kilomètres, les autorités de Los Angeles se sont rendu coupables d’un véritable détournement qui peut s’apparenter à une forme d’impérialisme9.

  • 10 Li, Shan, « Drought in California May Hinder Job Growth for Years, Economists Say », Los Angeles Ti (...)

15Même si pour un temps la situation va s’améliorer à Los Angeles, les prévisions de McWilliams s’avérèrent exactes. Depuis les années quarante, plusieurs vagues de sécheresse ont frappé la région, accompagnées de leurs cortèges d’incendies. De plus, le problème de l’eau est de nouveau d’actualité. Depuis quatre ans, la ville connaît une grave pénurie d’eau malgré une forte tempête qui s’est abattue sur la ville en février 2014. Avec un taux moyen de 36 %, le remplissage des réservoirs reste largement insuffisant. Les conséquences de cette pénurie sont graves à la fois pour la population et pour son économie10.

Carey Mcwilliams et les droits civiques

  • 11 C. McWilliams, Brothers Under the Skin, Little, Brown, and Company, Boston, 1942.

16Si l’on prend en considération les engagements politiques de McWilliams, il n’est guère étonnant de constater ses prises de position en faveur des droits civiques. Selon lui, c’est en luttant sans relâche contre le racisme que la démocratie peut triompher. En 1942, il publie Brothers Under the Skin dans lequel il dénonce le sort des minorités ethniques aux États-Unis11. Mais ce sont deux affaires tristement célèbres se déroulant à Los Angeles qui le voient s‘impliquer personnellement dans la lutte pour les droits civiques.

  • 12 C. McWilliams, Southern California, p. 220.

17La première affaire débute en août 1942 sous le nom du Sleepy Lagoon Case lorsque le corps assassiné d’un citoyen d’origine mexicaine est retrouvé près d’une lagune à Los Angeles. Depuis plusieurs semaines, une campagne anti-mexicaine s’est amplifiée, dénonçant entre autres la montée de la délinquance juvénile au sein de la communauté mexicaine. C’est dans cette atmosphère décrite par McWilliams que la police arrête 300 jeunes tous d’origine mexicaine. Au total, 23 personnes, pour la plupart adolescents, sont inculpées de meurtre avec préméditation. Au cours du procès, les droits les plus élémentaires des accusés sont bafoués ; ils sont, par exemple, dans l’impossibilité de communiquer avec leurs avocats. À la demande du procureur, le juge Fricke n’autorise pas les accusés à changer de vêtements. Ils apparaissent ainsi au procès vêtus de costumes zazous (Zoot Suits) dont l’image, à Los Angeles, reste indissociable de celle de jeunes mexicains rebelles. A l’issue du procès, les accusés seront condamnés à de longues peines de prison. C’est ici que McWilliams intervient. Dès le début de l’affaire, un comité de soutien aux accusés s’est créé. A la suite du verdict, ses membres demanderont à McWilliams de devenir le président du comité12. Celui-ci accepte à trois conditions.

  • 13 Ibid., p. 223.

18Les finances du comité doivent être rendues publiques afin d’éviter toute accusation de financer le Parti communiste qui a pris fait et cause pour les accusés. La chasse aux sorcières anticommuniste en Californie a déjà été lancée par le Sénateur d’État, Jack B. Tenney. Deuxièmement, le comité doit élargir le nombre d’adhérents afin d’éviter de donner une image trop extrémiste sur un plan politique. Enfin, McWilliams exige la présence de nouveaux avocats qui s’avèrent plus efficaces que les premiers13.

  • 14 Ibid., p. 319.

19Le procès en appel est un succès pour les avocats : les sentences sont cassées et la cour d’appel n’hésite pas à critiquer le juge Fricke ainsi que le procureur pour la façon dont le premier procès s’était déroulé14. McWilliams ne cesse de dénoncer l’atmosphère anti-mexicaine qui règne alors à Los Angeles. Au cours du premier procès, le sheriff chargé de l’enquête n’hésite pas à parler de prédisposition génétique affectant les Mexicains, les poussant à des comportements criminels. Pourtant, malgré l’issue heureuse de l’affaire, de nouvelles violences vont neuf mois plus tard de nouveau frapper la communauté mexicaine.

  • 15 C. McWilliams, North From Mexico : The Spanish-Speaking People of the United States, Greenwood Pres (...)

20En juin 1943, une foule d’émeutiers essentiellement composés de marins et de Marines organisent une série de raids à l’encontre de jeunes Mexicains, Philippins et noirs. Les émeutiers se livrent alors à des violences dans les rues du centre-ville et allaient jusqu’à envahir les salles de cinéma pour y faire sortir les victimes qui sont passées à tabac dans les règles. De jeunes Mexicains revêtus de leur costume zazou sont déshabillés de force dans les rues. L’émeute (Zoot Suit Riots) durera plusieurs jours sans que la police de Los Angeles n’intervienne. La plupart du temps, les policiers assisteront aux violences sans jamais tenter d’y mettre un terme. Bien au contraire, seuls des Mexicains seront arrêtés. A la suite de l’émeute, le Comité de défense de la jeunesse mexico-américaine est créée. Sa direction demande à McWilliams de mener la lutte en faveur des accusés. En tant qu’avocat et représentant du syndicat de gauche la National Lawyers Guild, McWilliams exige une enquête concernant l’attitude du département de police de Los Angeles. Il publie également plusieurs articles dénonçant cette vague de racisme. Enfin, il obtient la création d’une commission avec l’aide du Ministre de la justice de Californie, Robert Kenny. Après quelques jours, le calme revient à Los Angeles. Cinq ans plus tard, McWilliams publie un livre décrivant ce tragique événement15.

21Bien sûr, McWilliams explique ces phénomènes de rejet par le racisme. Mais surtout, il montre que la seconde génération de Mexicains a complétement été écartée de la société de Los Angeles. Moins malléables que leurs parents, ses membres ressentent un phénomène de rejet bien réel. En outre, une véritable campagne de presse hystérique conditionne une partie de la population de Los Angeles qui ne voit dans ces jeunes que des criminels potentiels. Lors de ces deux épisodes du Sleepy Lagoon Case et des Zoot Suit Riots, McWilliams irritera les milieux politiques les plus conservateurs. Déjà soupçonné d’appartenance au Parti communiste, il subira une nouvelle fois une offensive typique de la chasse aux sorcières.

Les accusations politiques

  • 16 Un-Amercian Activities in California, Report of the Joint Fact-Finding Committee to the Fifty-Fifth (...)

22Dès 1941, sous l’impulsion du Sénateur d’Etat Jack B. Tenney, une commission des activités anti-américaines en Californie est créée. Tenney que l’on peut voir comme un précurseur du Sénateur Joseph McCarthy, prend pour cible, parmi bien d’autres, McWilliams. Obsédé par l’infiltration communiste, Tenney ne cesse d’accuser l’avocat d’être un membre du parti. Ainsi n’a-t-il pas écrit dans le quotidien communiste People’s Daily World un article dénonçant les conditions économiques qui excluent les jeunes Mexicains de la société de Los Angeles ? N’a-t-il pas non plus dénoncé les violences policières au cours des émeutes16 ?

  • 17 Ibid., p. 216-217.

23Le Sénateur Tenney, en outre, accuse le comité de défense mené par McWilliams d’organisation de façade du Parti communiste dont le but est de promouvoir son idéologie au sein des églises, des syndicats et des organisations des droits civiques de Los Angeles.17 En définitive, dans le rapport de la commission Tenney de 1943, le nom de McWilliams est nommé une dizaine de fois. Fort logiquement, McWilliams est convoqué devant la commission où il nie toute appartenance au parti. Cet acharnement, relevant d’une véritable inquisition, démontre la volonté des autorités politiques de Los Angeles de se débarrasser d’un militant devenu trop gênant.

  • 18 Sur l’internement de la communauté Japonaise-Américaine, voir : Greg Robinson, By Executuve Order o (...)
  • 19 C. McWilliams, Brothers Under the Skin, p. 159.

24Lorsqu’en février 1942, le gouvernement fédéral décide l’internement des membres de la communauté japonaise-américaine, dont la grande majorité vit de façon paisible à Los Angeles depuis de nombreuses années, McWilliams est l’un des rares à protester contre la mesure18. Il ne peut s’empêcher de lier cette tragique décision avec l’atmosphère d’intolérance régnant dans la métropole. Dans une certaine mesure, l’origine des émeutes dont a été victime la communauté mexicaine est à mettre en parallèle avec le sort des internés japonais. Selon McWilliams, l’évacuation de masse représente le premier programme dans l’histoire des États-Unis qui, à partir d’un critère purement racial, détermine si un citoyen américain demeure libre ou perd sa liberté19.

25La question mérite donc d’être posée. Qui est McWilliams, figure emblématique de la Cité des Anges ? Une première réponse aujourd’hui consisterait à le définir comme un intellectuel engagé. La justesse de ses analyses reste frappante. Alors qu’il exprime une admiration sans limite pour Los Angeles, il souligne les contradictions inhérentes à la mégalopole californienne. Pour ce faire il n’hésite pas à revêtir les habits du sociologue, du géographe, de l’historien et enfin du politologue. Ses ennemis politiques qui engagent de puissantes campagnes à son encontre ne lui pardonneront jamais son esprit de tolérance. McWilliams ne renoncera pas davantage à mener des luttes s’entourant d’alliés tels que communistes et membres de minorités ethniques, peu appréciés par l’élite politique et économique de Los Angeles des années quarante. C’est pourquoi il réagira à la fois contre son époque, mais également contre une certaine forme de société urbaine dominée par l’égoïsme, l’individualisme, le racisme, la corruption et le manque de vision à long terme. Selon lui, Los Angeles ne peut être qu’un paradis ou un enfer.

  • 20 M. Davis, City of Quartz : Excavating the Future in Los Angeles, New York, Verso, 1990. Voir égalem (...)

26Dissident visionnaire, Il reste surtout un humaniste dont les écrits et la pensée continuent à influencer des intellectuels tels que Mike Davis. Ce dernier s’est toujours réclamé de McWilliams dans son approche écologiste20 et futuriste de la Californie et de Los Angeles. Il est néanmoins injuste que ses engagements et ses écrits soient quelque peu oubliés par les nouvelles générations d’intellectuels. Pourtant, sa vision de Los Angeles n’a jamais été aussi lucide et d’actualité. Il est a espéré qu’à l’avenir son œuvre soit davantage valorisée et reconnue.

Bibliographie

Bibliographie

Caute, David, The Great Fear : The Anti-Communist Purge Under Truman and Eisenhower. New York : Simon and Schuster, 1978.

Davis, Mike, City of Quartz : Excavating the Future in Los Angeles. New York : Verso 1990. Ecology of Fear : Los Angeles and the Imagination of Disaster. New York : Metropolitan Books, 1998.

Griswold Del Castillo, Richard, « The Los Angeles ‘ Zoot Suit Riots ‘ Revisited : Mexican and Latin American Perspectives », Mexican Studies, Vol. 16 (2). University of California Press, Berkeley, Summer 2000, p. 367-391.

Li, Shan, « Drought in California May Hinder Job Growth for Years, Economists Say, » Los Angeles Times, latimes.com/business/la-fi-ucla-forecast- 20140402,0,7414726.story, consulté le 4 avril 2014.

McWilliams, Carey, Brothers Under the Skin. Boston : Little, Brown, and Company, 1942.
Southern California : An Island on the Land. Santa Barbara : Peregrine Smith, (1946), 1979.
North From Mexico : The Spanish-Speaking People of the United States. New York : Greenwood Press, 1948.
California the Great Exception. Berkeley : University of California Press, (1949), 1998.
The Education of Carey McWilliams. New York : Simon and Schuster, 1978.
Carey McWilliams. Oral History Project, Los Angeles : UCLA, 1982.

Nader, Ralph, « The Safe Car You Can’t Buy ». The Nation, April 11, 1959.

Richardson, Peter, American Prophet : The Life and Work of Carey McWilliams. AnnArbor : University of Michigan Press, 2005.

Robinson, Greg, By Order of the President : FDR and the Internment of Japanese Americans, Cambridge : Harvard University Press, 2001.

« Un-Amercian Activities in California », Report of the Joint Fact-Finding Committee to the Fifty-Fifth California Legislature. Sacramento, 1943.

Zinn, Howard, « Finishing school for Pickets ». The Nation, August 6, 1960.

Notes

1 Sur la vie de Carey McWilliams, voir : C. McWilliams, The Education of Carey McWilliams, Simon and Schuster, New York, 1978. C. McWilliams, Carey McWilliams, Oral History Project, UCLA, 1982. P. Richardson, American Prophet : The Life and Work of Carey McWilliams, University of Michigan Press, Ann Arbor, 2005.

2 Ibid.

3 D. Caute, The Great Fear : The Anti-Communist Purge Under Truman and Eisenhower, New York, Simon and Schuster, 1978, p. 125.

4 R. Nader, « The Safe Car You Can’t Buy », The Nation, 11 avril 1959, p. 310-313. H. Zinn, « Finishing School for Pickets », The Nation, 6 août 1960, p. 520-525.

5 C. McWilliams, Southern California : An Island on the Land, Peregrine Smith, Santa Barbara, (1946), 1979 p. 160-161.

6 Ibid., p. 239.

7 C. McWilliams, California the Great Exception, University of California Press, Berkeley, (1949), 1998, p. 74.

8 Ibid., p. 195.

9 Ibid., p. 269-299.

10 Li, Shan, « Drought in California May Hinder Job Growth for Years, Economists Say », Los Angeles Times, latimes.com/business/la-fi-ucla-forecast-20140402,0,7414726.story, consulté le 04 avril 2014.

11 C. McWilliams, Brothers Under the Skin, Little, Brown, and Company, Boston, 1942.

12 C. McWilliams, Southern California, p. 220.

13 Ibid., p. 223.

14 Ibid., p. 319.

15 C. McWilliams, North From Mexico : The Spanish-Speaking People of the United States, Greenwood Press, New York, 1948, p. 247-251. R. Griswold del Castillo, The Los Angeles ‘ Zoot Suit Riots ‘ Revisited : Mexican and Latin American Perspectives, « Mexican Studies », University of California Press, Berkeley, Vol. 16 (2), Summer 2000, p. 367-391.

16 Un-Amercian Activities in California, Report of the Joint Fact-Finding Committee to the Fifty-Fifth California Legislature, Sacramento, 1943, p. 203.

17 Ibid., p. 216-217.

18 Sur l’internement de la communauté Japonaise-Américaine, voir : Greg Robinson, By Executuve Order of the President : FDR and the Internment of Japanese Americans, Cambridge, Harvard University Press, 2001. Le livre de Robinson retrace fidèlement les étapes gouvernementales qui vont conduire à l’internement des membres de la communauté d’origine japonaise soupçonnés d’oeuvrer au profit du Japon, leur patrie d’origine, au dépens de l’Amérique.

19 C. McWilliams, Brothers Under the Skin, p. 159.

20 M. Davis, City of Quartz : Excavating the Future in Los Angeles, New York, Verso, 1990. Voir également, Ecology of Fear : Los Angeles and the Imagination of Disaster, New York, Metropolitan Books, 1998.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search