Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Troisième partie. Résistances et réinterprétations urbaines

Représentation du Bronx dans les années 1960 : entre réalité et fiction. l’exemple de A Bronx Tale

Marie-Christine Michaud

Résumé

Le film de Robert de Niro, A Bronx Tale, de 1993, dresse un portrait de Belmont, la Petite Italie du Bronx, pendant les années 1960. Il met en exergue les enjeux culturels, sociaux, ethniques et identitaires qui émergent pendant cette période. En effet, dans une première partie, A Bronx Tale révèle que Belmont est un « village urbain » caractérisé par un mode de vie calqué sur celui de l’Italie du Sud ; dans une deuxième partie, le film met en évidence les réticences des Italo-Américains à accepter l’implantation de Noirs à proximité car ils entendent défendre leur quartier et leur mode de socialisation traditionnel. Le film dénonce les conflits raciaux qui troublent l’ordre dans la métropole new-yorkaise comme dans l’ensemble des États-Unis.

Entrées d'index

Mots clés :

Bronx

Texte intégral

  • 1  Le rôle de Calogero à 9 ans est tenu par Francis Capra ; celui de Calogero à 17 ans est joué par L (...)

1Le Bronx. Les années 1960. Le quartier de Belmont situé entre Fordam Road au nord, la 183ème rue au sud, Bronx Park à l’est et la 3ème Avenue à l’ouest : c’est une Petite Italie, à quinze minutes de Manhattan seulement, mais un monde à part dans la grande métropole new-yorkaise. C’est en tous les cas le portrait de ce quartier que dresse A Bronx Tale (Il était une fois le Bronx, 1993), un film de Robert de Niro inspiré d’une pièce de théâtre de Chazz Palminteri (1989). Cette histoire, tantôt réaliste tantôt romancée, voire fantasmée car, comme le titre l’indique, il s’agit d’une histoire, d’un conte même, nous aide à comprendre l’évolution des enjeux culturels, sociaux, ethniques et identitaires de l’espace urbain qu’est la Petite Italie du Bronx dans les années 1960. En effet, c’est une vision « de l’intérieur » du quartier qui est relatée par Calogero Anello, narrateur italo-américain, enfant puis adolescent1.

2New York, comme l’ensemble des États-Unis, connaît alors une crise identitaire liée aux discriminations raciales qui divisent la nation. C’est l’imbrication entre la vie dans ce quartier italo-américain et cette crise qui sert de trame au film. Ainsi, le Bronx, ou plutôt la petite Italie du Bronx à Belmont, « Monte Carmelo », comme l’appellent ses habitants italo-américains, ne sera pas perçu uniquement comme un espace géographique, mais comme une entité sociale et ethnique, voire raciale.

Belmont et la naissance de la Petite Italie du Bronx

  • 2  L’église Our Lady of Mount Carmel ouvre ses portes en 1906 et organise sa première école paroissia (...)

3Quand au début du XXe siècle la ligne de métro de Harlem est prolongée vers le nord et relie le Bronx aux sections de Manhattan où fleurissent les activités commerciales, industrielles et ouvrières, les Italiens installés à East Harlem ou même dans le Lower East Side quittent ces enclaves ethniques surpeuplées et inconfortables pour le quartier de Belmont qui devient une Petite Italie. Aussi les Italiens ne s’installent pas directement dans ce quartier new-yorkais, un peu excentré comparé aux autres petites Italies de la métropole. Il s’agit d’une enclave ethnique de deuxième installation qui se développe à partir des années 1910 en parallèle du boom immobilier : Arthur Street et la 187ème rue en deviennent le cœur commercial, l’église Mount Carmel le cœur spirituel2.

  • 3  Teresa Cerasuola, « Arthur Av./Belmont/Fordam Neighborhood of the Bronx, New York », p. 75-80.

4Monte Carmelo est un espace restreint d’un point de vue géographique, mais sur ces quelque centaines de mètres carrés, on compte 30 000 Italiens en 1950. Le taux d’Italiens résidant dans ce quartier atteindra même 90 % de la population au plus fort de leur concentration démographique, d’où ce nom de « Petite Italie du Bronx »3.

  • 4  Judith Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens, années 1880 – années 1930, p. 188-189.
  • 5  Ira Rosenwaike, The Population History of New York. Le nombre d’Italiens à Manhattan et à Brooklyn (...)
  • 6  Anthony LaRuffa, Monte Carmelo. An Italian-American Community in the Bronx, p. 20.

5En effet, en 1900, plus de 280 000 Italiens habitent à Manhattan : mais, en raison des mauvaises conditions de vie, dès qu’ils le peuvent les Italiens quittent les colonies ethniques pour des quartiers où les conditions de vie, d’hébergement et d’hygiène, sont meilleures. Si en 1900 quelque 115 000 Italiens résident dans le Bronx, en 1930 ils sont plus de 165 000. Judith Rainhorn parle d’une « hémorragie » de la population italienne de Manhattan vers les boroughs périphériques dans les années 1920-1930, phénomène facilité par le développement des transports en commun4. La population italienne dans le Bronx est relativement stable jusque dans les années 1950. Puis cette dernière diminue progressivement. En 1960, les Italiens ne sont plus que 161 900. En revanche, leur nombre dans des espaces urbains encore plus périphériques augmente : dans le Queens, ils étaient 127 300 en 1930, mais 201 600 trente ans plus tard ; on compte 29 900 Italiens à Staten Island en 1930 et 32 900 en 19605. Les promesses de conditions de vie meilleures dans les banlieues attirent les familles, un déménagement rendu possible par une ascension socio-économique. En outre, le désir d’émancipation pousse les jeunes générations à quitter les enclaves ethniques, et par exemple Belmont, pour la banlieue. Entre 1950 et 1960, le nombre d’Italiens à Monte Carmelo baisse de 3 500. Globalement, le nombre d’Italiens dans le quartier diminue de 68 % entre 1950 et 19806.

  • 7  Robert Caro, The Power Broker.

6Les divers plans d’urbanisme entrepris après la Seconde Guerre mondiale, pour assainir des quartiers, en font disparaître certains et émerger d’autres, contribuant aux déplacements des Italiens vers les banlieues. Dans les années 1960, la construction par Robert Moses d’une voie express, le Cross Bronx Expressway qui passe à proximité de la 175ème rue et traverse le Bronx de part en part à hauteur de Washington Bridge à l’ouest, entraîne la destruction d’ensembles de logements et conduit à la restructuration des quartiers adjacents, entraînant le départ des habitants du quartier de la Petite Italie. La voie express coupe Belmont de la partie sud du Bronx et de Manhattan7. On assiste alors à une émigration intra-urbaine : les familles partent pour des quartiers moins isolés, plus confortables, vers le Queens ou la banlieue, Nassau, Westchester ou Rockland. Les boutiques ferment leur porte, les activités du Bronx Terminal Market déclinent et le quartier est même délaissé par les collectivités locales qui ne voient plus l’intérêt d’investir argent ou moyens humains dans cette partie du borough.

  • 8  Department of City Planning – New York, juin 1992 et US Census Bureau – Housing and Population Dat (...)

7Le mouvement initié dès les années 1960 se confirme dans les années 1970, notamment lors de la crise économique qui entraîne la décadence de la ville. En 1980, on dénombre 127 000 Italiens dans le Bronx : ils représentent alors 11 % de la population du borough alors qu’en 1970 ils en représentaient encore 17 %8. Toutefois, il est à noter que les Italiens restent attachés à leur identité ethnique et au territoire qui lui est associé malgré un certain éparpillement dans la métropole. L’appropriation de l’espace sert à consolider le sens de la communauté et c’est ce dernier qui va pousser les Italiens à défendre leur territoire, puisque la Petite Italie se révèle être un instrument d’identification, ce que la première partie de A Bronx Tale met en évidence.

La petite Italie, un « village urbain »

  • 9  Herbert Gans, The Urban Villagers, New York, Free Press of Glencoe, 1962.

8Lorsque Herbert Gans étudie la Petite Italie du West End de Boston9, il la qualifie de « village urbain ». Son espace est limité et les habitants tentent d’y reproduire la structure sociale de leur village natal. Gans montre que, même si l’environnement urbain a un impact sur l’habitus des migrants, ceux-ci conservent un système communautaire qui limite le choc culturel et freine le processus d’assimilation. Ainsi, dans les métropoles américaines émerge une mosaïque de quartiers identifiables, ghetto juif, Petite Italie, Chinatown, quartier irlandais, qui coexistent sans se mélanger et qui se caractérisent par une structure sociale propre fondée sur celle du pays d’origine. Ce phénomène, alimenté par le mouvement de migration en chaîne, perpétue une ségrégation résidentielle. À Belmont dans le Bronx, les Italiens ont exporté leur système de socialisation, et c’est « une ville dans la ville », comme Calogero, le narrateur, nous l’indique dès le début du film.

  • 10  Jerry Krase, « America’s Little Italies : Past, Present and Future », p. 169-184.

9La notion de « village urbain » permet de saisir la signification que revêt le quartier en tant qu’institution communautaire et symbole identitaire. Dans cet espace, les hommes et femmes transposent le mode de vie traditionnel : ils parlent leur langue natale, consomment des produits familiers qu’ils trouvent dans des boutiques spécialisées, retrouvent des compatriotes, des paesani. Le voisinage, les clubs et associations, l’église, telles des extensions du cercle familial, pourvoient les individus d’un sentiment de protection et de repères puisque le statut de chacun dépend des règles fixées par la communauté. Or, dans les années 1960, en raison des plans d’urbanisme et de l’arrivée de nouvelles populations, les Italiens et les jeunes générations, les Italo-Américains, ont le sentiment de perdre leurs repères. Selon Jerry Krase, trois critères servent à identifier les Petites Italies : (1) un aspect géographique et spatial avec des éléments concrets distincts, comme des épiceries avec des produits italiens, des restaurants, des églises catholiques, etc. ; (2) un paramètre démographique : l’origine italienne de la population ; (3) des éléments invisibles : des codes, des comportements appropriés, attendus, une atmosphère spécifique10, et ce sont ces trois critères qu’il s’agit de préserver et que A Bronx Tale présente.

  • 11  Les citations du film sont issues de sa version française.
  • 12  Les Affranchis (Goodfellas), dir. Martin Scorcese, prod. Irwin Winkler, distrib. Warner Bros, 1990
  • 13  Voir Fred Gardaphé, From Wiseguys to Wise Men. The Gangster and Italian American Masculinities ; A (...)

10Dès le début du film, grâce à un long travelling et la présentation des personnages principaux, le public comprend que les valeurs de ce quartier sont bien italiennes. Le film s’ouvre sur une vue de la ville de New York (en grand angle) et au fur et à mesure que la voix off de Calogero explique de quel quartier il est question et que celui-ci est régi par des lois précises, la vue se resserre. On a l’impression d’être loin du reste du monde alors que l’on se trouve à « quinze minutes du centre de Manhattan et de Brooklyn »11 : la caméra se promène dans les rues, puis elle passe devant l’église Mount Carmel, pour s’arrêter devant l’immeuble où réside le narrateur, au 667 de la 187ème rue, et les marches de l’entrée du bâtiment que l’on voit en gros plan. Le décor est planté et le quartier de Belmont, à Fordam, est différent des autres. La ressemblance avec le début du film Les Affranchis (1990), de Martin Scorcese12, est frappante : les Petite Italie (East New York, à Brooklyn dans Les Affranchis) s’apparentent à des espaces clos, différents de la société extérieure américaine. Comme dans A Bronx Tale, le protagoniste qui s’adresse au public grâce à une voix off, est un jeune garçon. La caméra se promène dans les rues du quartier, il fait nuit et les résidents, membres de la mafia locale, sont présentés un à un alors qu’ils se regroupent sur le trottoir, devant un bar. Cet environnement, au caractère social et culturel propre, coïncide avec la représentation classique qu’en donne le cinéma américain : un village marginalisé dans une zone urbaine, qui répond à des valeurs et à un code spécifique13.

  • 14  Il était une fois le Bronx (A Bronx Tale), dir. Robert de Niro, prod. Jane Rosenthal, Jon Kilik et (...)

11En plus d’entendre des chansons des années 1960 (du Doo-wop – musiques afro-américaines très à la mode –, les Moody Blues, Otis Redding, les Rascals, James Brown par exemple), la musique extra-diégétique souligne le caractère italien de l’espace : c’est Frank Sinatra, Dean Martin ou Tony Bennett qui chantent. Les habitants sont « spéciaux ». Quand les divers personnages du film sont présentés, leur nom – ou plutôt le surnom dont la communauté les affuble – ainsi que leur « rôle » dans le quartier sont précisés. Parce que nous sommes au cœur de la Petite Italie, chacun a des activités particulières et toutes sont en relation avec le « gang » et avec le parrain, Sonny (rôle tenu par Chazz Palminteri). Dans la première partie du film, la vie de la communauté est mise en avant, avec les boutiques dans lesquelles les femmes se retrouvent, les terrasses des cafés où les hommes discutent, jouent aux cartes, les camelots qui passent dans les rues, les enfants qui épient les mafieux et les imitent, l’église, Our Lady of Mount Carmel, devant laquelle tous se signent et où tous se retrouvent pour les cérémonies religieuses (baptêmes, mariages, funérailles), les restaurants et épiceries de produits importés qui offrent à nouveau les saveurs et les odeurs « du pays ». Dans tous les cas, chacun « s’occupe de ses affaires », comme le répète le père du narrateur, Lorenzo Anello (rôle joué par Robert de Niro). C’est le code de l’honneur, de la famille, la loi du silence et la méfiance envers les autorités – et la police surtout – qui régit le mode de vie, comme cela se pratiquait en Italie du Sud et en Sicile. Ainsi, quand Sonny tue un homme au début du film, le petit Calogero, témoin de la scène qui a alors 9 ans en 1960, déclare à la police qui l’interroge n’avoir rien vu. Il ne dénonce pas Sonny, ce qui lui vaut de devenir son protégé14.

  • 15  Voir Donald Tricarico, The Italians of Greenwich Village, The Social Structure and Transformation (...)
  • 16  The New York Times, 14 septembre 1983.
  • 17  En Italie, Mussolini tente de mettre fin au système de la mafia car les parrains constituent un co (...)

12La loi de Monte Carmelo est différente de celle en vigueur aux États-Unis. Ici, c’est la loi du parrain que l’on respecte : celle de la mafia. Paradoxalement semble t-il, la Petite Italie de Belmont est reconnue pour être un quartier très sûr. Peu de crimes y sont commis et si quelqu’un enfreint la loi, c’est la loi du parrain et de son gang qui est appliquée plutôt que celles des autorités américaines extra-communautaires. On règle les problèmes soi-même, sans aide extérieure15. Le parrain fait respecter l’ordre, et la sécurité des habitants est assurée : en fait les liens de la famille, au sens large, sont des obstacles au crime16 ; même si des activités illégales (jeux, rackets, vols) sont perpétrées par les mafieux, ceux-ci ciblent leurs victimes pour ne pas désorganiser la vie du quartier. Quand une bande de bikers arrive dans le quartier et commence à vandaliser un des bars, Sonny et ses hommes affrontent ces intrus pour les empêcher de nuire. Les mafieux apparaissent tels les garants de la sécurité du quartier, ce qui fait écho au mode de vie en Italie du Sud avant le fascisme17. Sonny, symbole du maintien du système italien traditionnel, se présente comme un héros, en tous les cas pour le jeune Calogero qui le prend pour modèle alors qu’il rejette les valeurs de son propre père, chauffeur de bus sans ambition, honnête mais sans argent ni pouvoir. On comprend pourquoi Lorenzo (le père) est contraint de s’opposer à Sonny : ce dernier bouleverse la structure familiale traditionnelle en se substituant au vrai père de Calogero. Ils ne défendent pas les mêmes valeurs et Calogero est partagé entre ces deux modèles, phénomène typique des secondes générations.

13Le repli du quartier sur lui-même autant que le maintien de principes et de comportements exportés d’Italie du Sud attestent que Belmont a bien des allures de « village urbain » : malgré son implantation dans la métropole new-yorkaise, le quartier continue de former une entité, « un petit pays à lui tout seul » comme le qualifie Calogero dès le début du film. Apparaît une corrélation presque logique entre identité (et identité ethnique en particulier) et espace géographique. L’interaction entre les activités quotidiennes, la forme structurelle, sociale et culturelle du quartier ainsi que les symboles qui en affichent l’identité, participent au maintien du caractère ethnique de l’environnement.

14L’ambiance est telle que les Italiens qui ont quitté le quartier pour la banlieue reconnaissent que c’est quand même à Belmont qu’ils se sentent « at home », « chez eux ». Aussi, ils y reviennent régulièrement pour voir leurs amis, acheter des produits importés d’Italie ou assister à des célébrations traditionnelles (en particulier les fêtes patronales telles que la célébration de Saint Anthony). Leur attachement à la communauté fait partie de leur identité. Dans le film, Sonny reconnaît qu’il pourrait vivre dans un autre quartier (sous-entendu plus riche). Toutefois il reste à Monte Carmelo car c’est là que « les choses se passent » et qu’il se sent chez lui, protégé des valeurs extérieures non-italiennes. Il souhaite rester entouré de ses paesani. Son explication donne une valeur symbolique au choix du lieu de résidence et par conséquent à la signification que les Italiens confèrent à Belmont. Ainsi, malgré leur ascension sociale qui leur permettrait de s’installer dans des quartiers moins ethniquement marqués, mieux réputés, nombreux sont ceux qui restent dans la Petite Italie car ils s’identifient à cet espace. Aussi, s’avère-t-il nécessaire de le protéger contre les forces extérieures qui pourraient le déstabiliser.

  • 18  Il était une fois le Bronx, op. cit., 01 : 30 : 21 et 01 : 33 : 36.
  • 19  Do the Right Thing, dir. Spike Lee, 1989, prod. Spike Lee, distrib. UIP, 1989.

15D’ailleurs la mise en scène du film contribue à isoler Mount Carmel du reste de la ville, ce qui renforce la spécificité des caractéristiques ethno-culturelles de ses habitants. Après une présentation assez générale du quartier mais qui se resserre pendant le générique, l’action se concentre dans deux ou trois rues, à l’intérieur de certaines des institutions fondamentales à son organisation (l’église, le bar quartier-général de Sonny, la 187ème rue). Cet espace limité représente le monde protégé des Italo-Américains et le contraste avec le quartier noir adjacent, qui sera présenté dans la seconde partie du film, n’en sera que plus vif. Dans cette Petite Italie, l’ambiance est calme comparée à celle du quartier noir introduit par une scène où apparaissent des personnages qui crient alors que la musique résonne à tue-tête des radios18. Une image comparable est utilisée par Spike Lee dans Do the Right Thing19 (dont l’action de passe dans un autre quartier italo-américain de New York qui se retrouve « conquis » par la communauté noire : Bedford-Stuyvesant à Brooklyn) pour, d’une part, montrer le caractère plus expansif de la communauté noire – alors que les Italiens, et les mafieux en particulier, vivraient plutôt dans le secret, phénomène accentué par les jeux de mimes des enfants – et, d’autre part, pour souligner le mode de vie opposé des deux communautés, ce qui pourrait expliquer les tensions inter-communautaires, et qui est finalement l’un des messages du film.

« Inertie » italienne et « force centrifuge » américaine

  • 20  Il était une fois le Bronx, op. cit., 01 : 02 : 08.

16Pourtant une ouverture vers le monde extérieur, la société anglo-américaine, s’impose. C’est le symbole du bus que conduit Lorenzo. La ligne 12, qui passe en plein centre de la Petite Italie sur la 187ème rue, invite les voyageurs à sortir du quartier ; son terminus est City Island, une île dans le détroit de Long Island, donc éloignée de Belmont. Comme Lorenzo l’indique à Calogero, « tout le monde peut monter dans [son] bus », sans distinctions de classe sociale, d’appartenance ethnique ou raciale20. C’est un signe de la fluidité du quartier, de la porosité des frontières. Dans son bus, Lorenzo passe sans cesse de la Petite Italie à la société anglo-américaine et vice-versa. Il reconnaît la diversité démographique de New York. Il accepte tous les voyageurs. Toutefois, il conseille à son fils de ne pas fréquenter de jeune fille de couleur. Les groupes (ethniques, raciaux, sociaux) doivent rester séparés, ce que prône également la société américaine de l’époque. Mais, ironiquement, c’est dans le bus de Lorenzo que Calogero voit pour la première fois Jane, une jeune fille de couleur dont il s’éprend. En revanche et contrairement à Lorenzo, Sonny se coupe du monde extérieur en ne sortant pas du quartier ; il meurt à la fin du film, comme si ce mode de vie, ce repli sur soi-même, ne pouvait avoir d’avenir.

17D’ailleurs, Lorenzo tente de dissuader son fils de prendre exemple sur Sonny qui, en tant que parrain représente l’attachement au système traditionnel d’Italie du Sud. Il voudrait que son fils s’intègre à la société américaine et rejette certaines des valeurs ancestrales (comme la mafia) mais tout en respectant ses origines. Par exemple, Lorenzo est un fan de baseball, sport typiquement américain, et il apprend à son fils la composition des équipes, et de celle des Yankees de New York en particulier, équipe qui a rendu Joe Di Maggio célèbre de 1936 à 1951, qui a fait de lui un héros, l’incarnation du rêve américain ! C’est notamment pendant les trajets en bus jusqu’à City Island, donc hors du quartier italien que Lorenzo sensibilise son fils aux enjeux du base-ball, comme pour le plonger dans un monde différent de celui des mafieux. Calogero est transporté physiquement, moralement et symboliquement à l’intérieur du mainstream. Cette mise en scène, qui passe d’un territoire à l’autre, amène le public à comprendre que chaque quartier de la ville possède une identité particulière.

18Lorenzo refuse de prendre part aux activités de Sonny et de transporter l’argent des paris des mafieux dans son bus. Symboliquement, il ne veut pas que les activités de la Petite Italie empiètent sur la société américaine. Même si Lorenzo respecte le code du quartier en ne se mêlant pas aux affaires de Sonny, il prône l’assimilation de son fils car c’est la garantie d’une vie meilleure et c’est la raison pour laquelle son propre père (dont Calogero a le prénom) a immigré aux États-Unis.

  • 21  Voir Milton Gordon, Assimilation in American Life.
  • 22  Parmi les secondes générations, le taux des mariages endogames est de plus de 85 %. Il est de plus (...)

19Une sorte de force centrifuge pousse les jeunes générations à l’extérieur de la Petite Italie, à transgresser les schémas sociaux et le jeune couple Calogero/Jane en est l’emblème. Leur idylle qui entre dans la catégorie de l’assimilation définie comme amalgame21 car elle équivaut au choix d’un partenaire (futur époux ?) dans un autre groupe ethnique (ou racial) est un critère marquant dans le processus global d’intégration des populations étrangères : il peut conduire à la disparition d’un groupe homogène en deux générations. Mais les mariages mixtes restent rares parmi les Italiens22.

20Les secondes générations sont partagées entre le système de leurs parents et celui de leur société d’adoption, le système de leur communauté et celui de l’extérieur, ce qui les conduit à franchir constamment la frontière entre les deux mondes, et qui est représenté dans le film par le pont (entre les quartiers italien et noir), le bus (entre le monde italien et le monde américain), l’escalier (entre l’univers de Sonny et la sphère familiale). Cette situation est source de conflits intergénérationnels d’une part – Calogero est en conflit avec Lorenzo, même si à la fin du film ils sont réconciliés –, et d’autre part de conflits intérieurs caractéristiques de sa quête d’identité. Pendant toute la durée du film, Calogero se pose des questions sur l’attitude à adopter, sur ce qui est attendu dans son quartier et dans l’ensemble de la société américaine. L’utilisation de la voix off, qui sert à communiquer avec le public, intensifie ses questionnements. Il est à la recherche d’un modèle culturel et social mais deux mondes se présentent à lui : celui de Monte Carmelo et celui de la métropole new-yorkaise. D’ailleurs le film est construit sur un schéma binaire : 1960 contre 1968, Italo-Américains contre Afro-Américains, Blancs contre Noirs, le bien contre le mal, structure qui souligne les questionnements des jeunes.

21L’ambivalence entre ces deux systèmes est typique de la construction de l’identité ethnique. En effet, l’ethnicité peut se définir en termes d’opposition ou d’interaction, mais toujours par rapport aux autres. C’est une stratégie qui, parce qu’elle est censée défendre les intérêts que l’on a en commun avec les autres membres du groupe et qui dépend d’un code spécifique, garantit une identification à un groupe. Dans les années 1960, elle est d’autant plus d’actualité que la société américaine remet au premier plan les questions d’ethnicité et de race.

  • 23  Roger Waldinger, « Beyond Nostalgia : the Old Neighborhood Revisited », New York Affairs, 1987, vo (...)

22À cette époque charnière du point de vue de la construction de leur identité ethnique, les Italiens restent attachés à leurs traditions malgré des efforts pour attester leur appartenance à la société dominante américaine. Les limites du « village urbain », la protection qu’il fournit, l’isolement culturel et social relatif qu’il permet maintiennent les enclaves ethniques. L’identification à un espace donné sous-tend la différentiation d’avec les autres groupes et, à cette époque-là, les Italiens luttent pour protéger la Petite Italie contre ceux qui la mettent, semble t-il, directement en danger, à savoir les personnes de couleur23.

Italiens et « outsiders » noirs

  • 24  Donald Green, Dara Strolovitch, et Janelle Wong, « Defended Neighborhoods, Integration, and Racial (...)

23La référence à la notion de « village urbain » permet de mieux comprendre la réaction des Italiens face à l’arrivée des Noirs. Construit sur le sens de la famille et du « familisme amoral », leur système de socialisation repose sur le rejet de « l’intrus » et le souhait de protéger la communauté ethnique contre les « étrangers »24. Il devient vital de protéger les frontières du quartier et de ne pas laisser des intrus les franchir car c’est alors l’ensemble de la communauté, ses principes et l’organisation sur laquelle elle repose, qui pourraient être ébranlés. Or, après la guerre, en raison des changements sociaux et des nouveaux plans d’urbanisme, les Noirs arrivent assez massivement dans le Bronx et commencent à représenter un danger culturel, social… et racial pour les Italiens. En réponse à ces changements démographiques, les Italiens décident soit de quitter leur quartier, soit de lutter pour en préserver les frontières. Ainsi des tensions à caractère racial sont-elles susceptibles d’apparaître.

  • 25  Anthony LaRuffa, op. cit., p. 119.

24Dans les années 1960, le quartier de Belmont devient multi-ethnique : l’arrivée d’Afro-Américains et de Portoricains, puis d’Albanais et de Yougoslaves change le paysage culturel et social. Face à la proximité grandissante d’étrangers, nombreux sont les Italiens qui décident de partir : en 1980, la population italienne ne représente plus que 25 % de ce qu’elle était en 1940 et un tiers de ce qu’elle était en 196025.

  • 26  Robert Orsi, « The Religious Boundaries of an inbetween People », p. 313-347.

25La situation à Fordam est semblable à celle qui a caractérisé le départ des Italiens de East Harlem quelques années auparavant. Dans son étude de la Petite Italie de East Harlem, Robert Orsi rappelle que les ouvriers italiens qui se sont installés dans ce quartier à partir des années 1870 quittent le quartier après la Seconde Guerre mondiale tandis que les plans d’urbanisme encouragent les Porto-Ricains et les Noirs à intégrer le quartier26. Avant la guerre Italiens et Noirs entretenaient des relations cordiales, voire amicales, vivant à proximité et travaillant parfois ensemble, ce que leur expérience dans les États du Sud avait impulsé. À partir des années 1950 toutefois, quand la communauté noire commence à revendiquer ses droits dans le cadre du mouvement des droits civiques, les Italiens cherchent à se distinguer et à affirmer leur appartenance au groupe dominant blanc. Quand des personnes de couleur s’installent à proximité de leur quartier, beaucoup partent pour les banlieues.

  • 27  Jonathan Rieder, Canarsie. The Jews and Italians of Brooklyn against Liberalism, p. 82.

26Ainsi, l’atmosphère à Monte Carmelo change, son identité italo-américaine s’altère. Les hommes et les femmes ne se sentent plus protégés. Ces transformations provoquent des heurts entre Italiens et ceux qui sont susceptibles de s’approprier l’espace consacré. C’est ce que rappelle A Bronx Tale qui présente d’abord l’attachement des habitants de Monte Carmelo à leur quartier et à leur culture pour expliquer leur opposition à l’arrivée des Noirs. Dans la seconde partie du film, l’action se passe en 1968. Les amis de Calogero s’en prennent aux jeunes gens de couleur qui vivent à proximité de Mount Carmelo. Mais non seulement Calogero n’agresse pas les jeunes Afro-Américains qui passent dans son quartier comme le font ses camarades, mais de plus il tombe amoureux de Jane. Les deux jeunes sont conscients des difficultés de cette situation peut engendrer, comme Calogero le remarque tout de suite : « elle était grande, elle était belle, elle avait de la classe… mais elle était noire, et ce n’était pas bien vu dans mon quartier ». Il propose de la raccompagner chez elle, mais sur le chemin, il s’arrête au niveau du pont, symbolique, qui sépare le quartier blanc de celui des Noirs. En fait, même si on peut admettre que les contacts entre groupes devraient conduire à une meilleure compréhension et par conséquent à de meilleures relations, lorsque ces contacts entraînent de la concurrence dans le logement, comme c’est le cas ici puisque petit à petit les « étrangers » s’installent à Belmont, dans les emplois ou sur la scène politique, cette concurrence peut se traduire par des conflits et un regain de solidarité à l’intérieur du groupe face aux « intrus ». C’est ce que Jonathan Rieder appelle le « provincialisme ethnique »27 et qui relève d’une solidarité fondée sur des origines communes, le rejet des influences extérieures et un fort ethnocentrisme. Plus les étrangers sont nombreux et proches, plus le danger est imminent, et plus les réactions peuvent être hostiles. Ainsi, les Italiens deviennent-ils plus conservateurs à partir des années 1960, s’opposant par exemple aux mesures d’affirmative action dans les années 1970 : les personnes de couleur obtiennent grâce à des revendications ce que les parents de ces Italiens ont acquis par le travail, d’où un sentiment de jalousie.

  • 28  Voir Madison Grant, The Passing of the Great Race or the Racial Basis of European History.
  • 29  Voir David Roediger, Working Toward Whiteness, et Matthew Frye Jacobson, Whiteness of a Different (...)

27La réaction des Italiens vient du fait que jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, ils n’étaient pas vraiment perçus comme des hommes blancs, socialement du moins, puisque les critères raciaux et sociaux étaient interdépendants dans le sens que seuls les Blancs pouvaient appartenir à la majorité dominante ; leur quartier avait mauvaise réputation. Ils restaient au bas de l’échelle sociale, pouvaient travailler avec les ouvriers de couleur, sans oublier qu’ils venaient d’un pays proche de l’Afrique, ce que les théories eugénistes du début du XXe siècle avaient ancré dans les esprits28. Ils se trouvaient en quelque sorte entre les Noirs, marginalisés socialement, économiquement, politiquement, et les Blancs qui détenaient le pouvoir sur l’échelle sociale. Ce statut mi-blanc, mi-noir, de « inbetweenness »29, joue un rôle essentiel dans les relations entre Italiens et Noirs pendant les années 1960. La reconnaissance des droits civiques pour les Noirs signifie pour les Italiens que les personnes de couleur vont entrer socialement en concurrence avec eux. Ils ont donc besoin de se distancer des Noirs et d’asseoir leur appartenance à la majorité blanche, d’où une attitude conservatrice, voire raciste.

28C’est donc pour freiner le phénomène de succession ethnique et défendre leur territoire que les Italiens rejettent les personnes de couleur et protestent contre leur l’implantation près des Petites Italies, phénomène qui constitue un des éléments dramatiques majeurs du film.

  • 30  Il était une fois le Bronx, op. cit., 01 : 14 : 01

29La seconde partie se passe en 1968, année qui a marqué la conscience collective américaine et qui représente en quelque sorte un point d’orgue dans les tensions raciales aux États-Unis. Reflet de la réalité, A Bronx Tale fait référence aux émeutes qui atteignent alors leur paroxysme. Quand des Noirs traversent Monte Carmelo, à vélo ou en bus, les amis de Calogero les regardent d’un air méprisant et les agressent. Une scène est emblématique. Ils sont assis devant l’entrée de leur club, le « Deuces Wild », position symbolique de l’existence du gang autant que de leur rôle pour la défense du quartier, quand ils voient de jeunes Noirs passer en voiture, lentement, comme par provocation. Ils sont face à la caméra dans une série de plans en champ-contrechamp, ce qui rend leur dialogue plus animé et les présente comme des opposants éventuels sur la question de l’attitude à adopter face à leurs voisins noirs. Un premier déclare : « Ça fait deux fois que ces mecs passent aujourd’hui… Je leur ai dit de foutre le camp ». Mais Calogero répond : « Du moment qu’ils ne s’arrêtent pas, on s’en fout […] Mais enfin, ils ne font pas chier ! Ils ne font que passer ». Un autre, encore plus véhément lui rétorque : « Aujourd’hui, c’est une bagnole, la semaine prochaine ce sera deux, et bientôt le quartier leur appartiendra » ; un troisième insiste : « ils ne devraient pas avoir le droit de traverser par chez nous […] »30. Et l’on note l’importance du pronom « nous » qui souligne leur appropriation du territoire.

  • 31  Voir The New York Times, 29 septembre 1972, p. 45 et 86 : L’Italian-American Center for Urban Affa (...)

30Les tensions sont exacerbées car la situation économique et sociale des Italiens dans les grands centres urbains ne s’améliore pas aussi vite que celle d’autres groupes31. Ils se sentent délaissés par les autorités et pensent devoir eux-mêmes défendre leurs intérêts, d’où des actes de violence, voire des émeutes. À New York, celles de Bedford-Stuyvesant en 1964, à East New York en 1966, à Harlem en 1967 en sont des exemples révélateurs. Ces événements inspirent les scènes finales du film dans lesquelles des voitures explosent, des boutiques brûlent, des jeunes gens meurent. La violence des images (mains calcinées, série de cadavres recouverts) condamne celle des actes. Il fait nuit, ce qui accentue l’effet dramatique, et le dernier plan de la scène est filmé en plongée, comme si la main de Dieu condamnait ces actes.

  • 32  Nathan Glazer et et Daniel Moynihan, Beyond the Melting Pot. The Negroes, Puerto Ricans, Jews, Ita (...)
  • 33  Anthony LaRuffa, op. cit., p. 20.

31En effet, les relations entre Italiens et Noirs se détériorent au fur et à mesure que ces derniers se rapprochent des quartiers italo-américains. En 1940, on compte 25 000 Noirs dans le Bronx ; vingt ans plus tard, ils sont 164 00032. Anthony LaRuffa, enseignant et sociologue à New York, indique qu’en 1960, on comptait 800 Porto Ricains dans le quartier de Fordam ; en 1970, on en compte plus de 5 00033. Les Italiens perçoivent l’installation de ces personnes de couleur comme une invasion. South Street devient une zone de non-droit où se règlent les comptes entre groupes raciaux. Quand, à la fin des années 1960, en vertu de la politique de busing, une nouvelle ligne de bus est ouverte pour faciliter le déplacement des élèves noirs et portoricains vers la North Street High School, une école d’élèves blancs, les confrontations se multiplient, des véhicules sont endommagés, des lycéens brutalisés, ce dont A Bronx Tale se fait l’écho.

  • 34  Il était une fois le Bronx, op. cit., 00 : 55 : 26
  • 35  Il était une fois le Bronx, op. cit., 01 : 03 : 45

32Notons que c’est dans la rue que les jeunes Italiens affirment leur passage à l’âge adulte. Ils doivent montrer leur détermination, leur virilité, leur force, leur autorité, aussi bien au sein de la communauté que face aux autres, d’où leur appartenance à un gang et le rôle de défenseur du quartier qu’ils se donnent – à l’image de Sonny. Le gang de Calogero est composé de cinq jeunes hommes qui se connaissent depuis leur enfance et qui, dans la seconde partie du film, veulent « casser du Nègre ». Leur tenue vestimentaire (chapeaux, longues vestes en cuir noir) comme leur comportement sont caractéristiques des jeunes issus de la classe ouvrière ou moyenne, en milieu urbain, qui cherchent à montrer leur virilité en adoptant une attitude provocatrice. Dans la rue, les amis de Calogero tentent de faire preuve d’autorité face à ceux qui n’appartiennent pas à leur groupe : Calogero menace un des jeunes hommes de « le tuer s’il l’attrape » s’il ne lui rend pas les 20 dollars qu’il lui a prêtés34. Machistes, ils cherchent à séduire les jeunes filles qui passent dans la rue en leur adressant – ou criant plutôt – des « compliments », en anglais et en italien ; ils ne vont plus au lycée mais se mettent à trafiquer des armes à feu. Or, Sonny, le véritable caïd des lieux, leur interdit de revendre des armes, de s’en servir même, car cela pourrait amener le désordre, et la police, dans le quartier. Leur tentative de prendre le pouvoir à l’intérieur de la Petite Italie et de la défendre est alors anéanti par le véritable parrain. Sonny explique à Calogero que ses amis « sont des connards » car ils n’ont rien compris aux principes sur lesquels repose l’ordre du quartier : ils se prennent pour « des durs » parce qu’ils possèdent une arme, mais sans saisir la véritable portée des règles entre les individus, à l’intérieur comme à l’extérieur du quartier35. En sortant de Monte Carmelo et en pénétrant dans le quartier noir pour donner une leçon à ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis, avec armes et cocktails Molotov, ils enfreignent la loi du quartier et celle de la société américaine. Ainsi, ils périssent à la fin du film. A Bronx Tale, grâce à l’utilisation de symboles et d’images poignantes, dresse un portrait réaliste des conflits d’ordre racial qui déchirent les États-Unis.

  • 36  Donald Tricarico, Contemporary Italian American Ethnicity : into the Mainstream, p. 258.

33A Bronx Tale n’a pas eu un franc succès à sa sortie. Sans juger de la qualité artistique de l’œuvre d’un point de vue civilisationnel, le film, inspiré de la pièce autobiographique de Chazz Palminteri, réussit à apporter un éclairage significatif sur les conflits inter-raciaux et les questionnements des secondes générations à l’intérieur des Petites Italies. Il présente « de l’intérieur de la communauté » les questions relatives à l’intégration des Italiens aux États-Unis et les difficultés que ce processus engendre. Il décrit le caractère progressif et non linéaire du phénomène à travers l’attachement des migrants à leur quartier, notamment dans les grandes métropoles où des populations diverses se côtoient et doivent coexister, et où les sentiments racistes se répandent de façon concomitante. A Bronx Tale souligne surtout que ces enclaves ethniques continuent de former un monde à part, des « villages urbains » en dépit de l’appartenance des individus à la société américaine. Cette situation pourrait sembler paradoxale mais elle reflète ce que Donald Tricarico appelle « mainstream ethnicity »36 : ils appartiennent à la société dominante tout en constituant encore un groupe ethnique distinct. Ce phénomène décrit l’ambivalence du statut des Italo-Américains dans la société moderne américaine des années 1960.

Bibliographie

Bibliographie

Brown, Brown, Churches, Communities, and Children. Italian Immigrants in the Archdiocese of New York, 1880-1945, New York, CMS, 1995.

Cerasuola, Teresa, « Arthur Av./Belmont/Fordam Neighborhood of the Bronx, New York » in Joseph Scelsa, Salvatore LaGumina et Lydio Tomasi, Italian Americans in Transition, New York, AIHA, 1990.

Caro, Robert, The Power Broker, New York, A. Knopf, 1974.

Gans, Herbert, The Urban Villagers, New York, Free Press of Glencoe, 1962.

Gardaphé, Fred, From Wiseguys to Wise Men. The Gangster and Italian American Masculinities, New York, Routledge, 2006.

Glazer, Nathan and Daniel Moynihan, Beyond the Melting Pot. The Negroes, Puerto Ricans, Jews, Italians and Irish of New York City, Cambridge, MIT Press, 1963.

Gordon, Milton, Assimilation in American Life, New York, Oxford University Press, 1964.

Grant, Madison, The Passing of the Great Race or the Racial Basis of European History, New York, Charles Scribner’s Sons, 1916.

Green, Donald, Dara Strolovitch, et Janelle Wong, « Defended Neighborhoods, Integration, and Racially Motivated Crime », American Journal of Sociology, Sept 1998, vol. 104, n° 2, p. 372-403.

Jacobson Frye, Matthew, Whiteness of a Different Color : European Immigrants and the Alchemy of Race, Cambridge, Harvard University Press, 1998.

Kennedy, Ruby Jo, « Single or Triple Melting Pot », American Journal of Sociology, janvier 1944, vol. 49, n° 4, p. 331-339.

Krase, Jerry, « America’s Little Italies : Past, present and Future », in Dominic Candeloro, Fred Gardaphe et Paolo Giordano, Italian Ethnics : Their Languages, Literature and Lives, New York, AIHA, 1990, p. 169-184.

Laruffa, Anthony, Monte Carmelo. An Italian-American Community in the Bronx, New York, Gorden and Breach Science Publishers, 1988.

Nelli, Humbert, The Italians in Chicago, New York, Oxford University Press, 1970.

Orsi, Robert, « The Religious Boundaries of an inbetween People », American Quarterly, Sept 1992, vol. 44, n° 3, p. 313-347.

Rainhorn, Judith, Paris, New York : des migrants italiens, années 1880 – années 1930, Paris, CNRS éditions, 2005.

Rieder, Jonathan, Canarsie. The Jews and Italians of Brooklyn against Liberalism, Cambridge, Harvard University Press, 1985.

Roediger, David, Working Toward Whiteness, New York, Basic Book, 2005.

Rosenwaike, Ira, The Population History of New York, Syracuse, Syracuse University Press, 1972.

Tricarico, Donald, Contemporary Italian American Ethnicity : into the Mainstream, in Juliani, Richard and Philip Cannistraro (dir), Italian Americans : The Search for a Usable Past, New York : AIHA, 1989.

Tamburri, Anthony, Screening Ethnicity, Boca Raton, FL, Bordighera, 2002.

Tricarico, Donald, The Italians of Greenwich Village, The Social Structure and Transformation of an Ethnic Community, New York, CMS, 1984.

Waldinger, Roger, « Beyond Nostalgia : the Old Neighborhood Revisited », New York Affairs, 1987, vol. 10, p. 1-12.

Filmographie

Do the Right Thing, dir. Spike Lee, 1989, prod. Spike Lee, distrib. UIP, 1989.

Il était une fois le Bronx (A Bronx Tale), dir. Robert de Niro, prod. Jane Rosenthal, Jon Kilik et Robert de Niro, distrib. Savoy Pictures, 1993.

Les Affranchis (Goodfellas), dir. Martin Scorcese, prod. Irwin Winkler, distrib. Warner Bros, 1990.

Notes

1  Le rôle de Calogero à 9 ans est tenu par Francis Capra ; celui de Calogero à 17 ans est joué par Lillo Brancato.

2  L’église Our Lady of Mount Carmel ouvre ses portes en 1906 et organise sa première école paroissiale en 1925. En 1946, une nouvelle école paroissiale ouvre ses portes et elle s’agrandit en 1956, ce qui montre l’augmentation de la population catholique, et italienne, dans le quartier (Mary Brown, Churches, Communities, and Children. Italian Immigrants in the Archdiocese of New York, 1880-1945).

3  Teresa Cerasuola, « Arthur Av./Belmont/Fordam Neighborhood of the Bronx, New York », p. 75-80.

4  Judith Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens, années 1880 – années 1930, p. 188-189.

5  Ira Rosenwaike, The Population History of New York. Le nombre d’Italiens à Manhattan et à Brooklyn, où les Petites Italies se sont implantées dès la fin du XIXe siècle, passe respectivement de 260 700 en 1930 à 89 400 en 1960, et de 487 300 à 372 500.

6  Anthony LaRuffa, Monte Carmelo. An Italian-American Community in the Bronx, p. 20.

7  Robert Caro, The Power Broker.

8  Department of City Planning – New York, juin 1992 et US Census Bureau – Housing and Population Data, 1980.

9  Herbert Gans, The Urban Villagers, New York, Free Press of Glencoe, 1962.

10  Jerry Krase, « America’s Little Italies : Past, Present and Future », p. 169-184.

11  Les citations du film sont issues de sa version française.

12  Les Affranchis (Goodfellas), dir. Martin Scorcese, prod. Irwin Winkler, distrib. Warner Bros, 1990.

13  Voir Fred Gardaphé, From Wiseguys to Wise Men. The Gangster and Italian American Masculinities ; Anthony Tamburri, Screening Ethnicity.

14  Il était une fois le Bronx (A Bronx Tale), dir. Robert de Niro, prod. Jane Rosenthal, Jon Kilik et Robert de Niro, distrib. Savoy Pictures, 1993, 00 : 20 : 00.

15  Voir Donald Tricarico, The Italians of Greenwich Village, The Social Structure and Transformation of an Ethnic Community, New York, CMS, 1984.

16  The New York Times, 14 septembre 1983.

17  En Italie, Mussolini tente de mettre fin au système de la mafia car les parrains constituent un contre-pouvoir. Beaucoup quittent alors l’Italie pour l’Amérique.

18  Il était une fois le Bronx, op. cit., 01 : 30 : 21 et 01 : 33 : 36.

19  Do the Right Thing, dir. Spike Lee, 1989, prod. Spike Lee, distrib. UIP, 1989.

20  Il était une fois le Bronx, op. cit., 01 : 02 : 08.

21  Voir Milton Gordon, Assimilation in American Life.

22  Parmi les secondes générations, le taux des mariages endogames est de plus de 85 %. Il est de plus de 95 % parmi les premières générations mais de 65 % parmi les troisièmes générations (Ruby Jo Kennedy, « Single or Triple Melting Pot », et Humbert Nelli, The Italians in Chicago, 1970.)

23  Roger Waldinger, « Beyond Nostalgia : the Old Neighborhood Revisited », New York Affairs, 1987, vol 10, p. 1-12.

24  Donald Green, Dara Strolovitch, et Janelle Wong, « Defended Neighborhoods, Integration, and Racially Motivated Crime », p. 372-403.

25  Anthony LaRuffa, op. cit., p. 119.

26  Robert Orsi, « The Religious Boundaries of an inbetween People », p. 313-347.

27  Jonathan Rieder, Canarsie. The Jews and Italians of Brooklyn against Liberalism, p. 82.

28  Voir Madison Grant, The Passing of the Great Race or the Racial Basis of European History.

29  Voir David Roediger, Working Toward Whiteness, et Matthew Frye Jacobson, Whiteness of a Different Color : European Immigrants and the Alchemy of Race.

30  Il était une fois le Bronx, op. cit., 01 : 14 : 01

31  Voir The New York Times, 29 septembre 1972, p. 45 et 86 : L’Italian-American Center for Urban Affairs estime qu’à Belmont, comme à Bensonhurst, Bushwick et Ridgewood, à Brooklyn, et à Astoria dans le Queens, le taux de pauvreté parmi les Italiens de la première génération est très important : quelque 400 000 Italiens, toutes générations confondues, vivent avec moins de 4 300 dollars par an.

32  Nathan Glazer et et Daniel Moynihan, Beyond the Melting Pot. The Negroes, Puerto Ricans, Jews, Italians and Irish of New York City, Cambridge, MIT Press, 1963, p. 93.

33  Anthony LaRuffa, op. cit., p. 20.

34  Il était une fois le Bronx, op. cit., 00 : 55 : 26

35  Il était une fois le Bronx, op. cit., 01 : 03 : 45

36  Donald Tricarico, Contemporary Italian American Ethnicity : into the Mainstream, p. 258.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search