Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Seconde partie. Dérives, angoisses et aliénation au sein des villes américaines

Corner Boys : L’école et la rue dans le Baltimore de la série télévisée The Wire

Mehdi Dubled

Résumé

Si la maxime “boy meets girl” d’Alfred Hitchcock est une formule de départ imparable pour le cinéma, celle d’une série pourrait être “un protagoniste, une ville”. Tony Soprano et le New Jersey1, Dale Cooper et Twin Peaks2, Liz Lemon et New York3 ou encore Charles Ingalls et Walnut Grove4, les exemples sont multiples et The Wire (2002-2008) n’échappe pas à la règle ou presque. La série nous dresse le portrait d’individus comme métonymie de la ville de Baltimore. Véritable œuvre chorale, la série est une réplique plurielle des transformations urbaines et individuelles au sein de l’Amérique des années 2000. Parmi les personnages prenant part à cette grande tragédie urbaine dépeinte par David Simon et Ed Burns, les jeunes – enfants et adolescents – occupent une grande partie de la structure narrative.
C’est donc ce groupe qui fera l’objet de cet article : les jeunes issus des quartiers ouest de Baltimore, ces corner boys pris dans l’engrenage violent du trafic de drogues dans une ville ayant subi un déclin semblable à celui de Detroit au cours des années 1980. Baltimore est une ville progressivement laissée à l’abandon par les pouvoirs publics à tel point que sa population se délocalise en masse. Cette jeunesse est partagée entre deux espaces, (présentés à l’écran comme complémentaires et antagonistes) : les trottoirs de la rue et les bancs de l’école. Quel avenir pour les jeunes générations la ville de Baltimore peut-elle donc offrir ?

Texte intégral

  • 5 The Jeffersons, 1975-1985, Norman Lear, Don Nicholl, Michael Ross et Bernard West, CBS.
  • 6 Cosby Show, 1984-1992, Ed Weinberger, Bill Cosby et Michael Zagor, NBC.

1 La représentation de la jeunesse afro-américaine est un thème loin d’être inédit à la télévision outre-Atlantique, mais il convient de noter que cette représentation s’est faite à la télévision américaine sous un angle comique (on peut citer comme exemple The Jeffersons5 ou le Cosby Show6) et que les drama traitent rarement de ce thème. En effet, il faudra attendre la série télévisée The Wire pour avoir accès à un traitement télévisuel non caricatural d’une partie de la jeunesse afro-américaine de Baltimore. La série fut produite et écrite par David Simon et Ed Burns et diffusée par la chaine HBO de 2002 à 2008. Elle a pour toile de fond la lutte contre le trafic de drogues dans les quartiers ouest de Baltimore, fortement touchés par le chômage et la criminalité. A la fois prisée par la critique et le monde universitaire – la série est enseignée à Harvard, Yale, en France à l’Université de Nanterre et à l’École Normale Supérieure depuis 2013 –, cette cartographie de Baltimore a pourtant subi des niveaux d’audience très faibles et une reconnaissance tardive.

2Cet intérêt retrouvé s’explique par la qualité première de la série, à savoir qu’elle offre une plongée réaliste dans un monde en déclin depuis plus de trente ans. En effet, les premières images de la série laissent clairement apparaître une ville soufflée par la crise économique qu’elle a subi à la fin des années quatre-vingt, ou le spectateur est plongé directement dans un décor où l’abandon des individus par les pouvoirs publiques est flagrant. Le spectateur est mis en position d’observateur omniscient par des effets de mise en scène et une mise à distance. Ce recul imposé jusque dans la narration est mis au service d’une compréhension globale des enjeux sociaux et politiques de la ville de Baltimore. Ce que l’on nous donne à voir est l’ensemble des rouages qui font de cet espace urbain une entité en marge de l’idéal de prospérité américain.

  • 7 Julien Talpin, « Dépolitiser le ghetto pour inciter a l’action représentation politique dans The Wi (...)

3La structure narrative de The Wire nous dévoile des faits de fiction à la manière d’une enquête journalistique. La série tente de se démarquer des codes usuels et usés des séries policières : ici les crimes sont secondaires et c’est l’impact social de la criminalité qui suscite l’intérêt des scénaristes. Pour faire état de cette ambivalence qui émerge entre la criminalité et la société, la série opère une focalisation sur une institution en particulier à chaque saison. Ces dernières apparaissent comme des tentatives de déconstruction des mécanismes institutionnels, avec pour but de mettre en lumière les limites et les failles du système. Que ce soit la police, la politique ou l’éducation, toutes ces institutions sont déconstruites et l’image qui en est tirée est un plaidoyer alarmant face au manque d’actions des pouvoirs publics7.

  • 8 Lawrence Blum, “B5 — it got all the dinks” : Schools and Education on ‘The Wire’, Darkmatter, avril (...)

4Le système scolaire américain fait partie de ces institutions disséquées par la série. Il est en effet au cœur de la saison 4. L’école publique est traitée à travers les découvertes et les expérimentations de jeunes adolescents afro-américains, entre et hors les murs de la classe, en suivant leur quotidien dans les rues de Baltimore et sur les bancs de l’école8. A tel point que la série semble interroger l’alternative que l’école pourrait offrir à des élèves ayant grandi dans un cadre urbain hostile à l’émancipation et la préservation de sa population. En effet, quels savoirs peuvent être transmis à une jeunesse vivant dans l’urgence et tentant de survivre dans un espace dominé par la violence ? La quatrième saison de The Wire investit ces problématiques en adoptant la perspective d’enfants et d’adolescents et nous donne à voir le point de rupture entre le potentiel et le réel dans le parcours de ces jeunes protagonistes.

De Baltimore à The Wire : trajectoire dune tragédie urbaine

5La majeure partie des séries policières américaines a pour décors les rues de Los Angeles, New York ou Chicago. Nombre de ces séries portent jusque dans leurs titres cet enracinement géographique (NYPD Blue, New York Undercover, NCIS : Los Angeles, Chicago P.D). Une affiliation que l’on retrouve aussi sur le plan esthétique, à la lumière aveuglante du soleil californien (The Shield en est un parfait exemple), qui s’oppose souvent aux tons ternes des rues de New York ou de Chicago (NYPD Blue, Law and Order). The Wire fait donc partie de ces séries qui se déroulent en dehors de ces villes emblématiques, mais qui s’inscrit pourtant dans la continuité d’une autre série policière ayant pour terrain d’enquêtes la ville de Baltimore : la série Homicide. Le lien entre les deux séries est le journaliste et scénariste David Simon, véritable instigateur de ces deux œuvres. The Wire et Homicide sont des transcriptions de ses propres observations en tant que journaliste au Baltimore Sun de 1982 à 1995.

6D’une année entièrement passée à observer de l’intérieur la brigade criminelle de Baltimore, David Simon tira en 1999 un livre, Homicide : A Year on the Killing Streets (titré Baltimore pour sa publication en France aux éditions Sonatine). Cette œuvre est à la base de la série Homicide, créée par Paul Attanasio et diffusée par NBC de 1993 à 1999, et son influence s’étend jusqu’aux épisodes de The Wire, toutes deux ayant la lutte contre la criminalité comme arc narratif principal.

  • 9 Rafael Alvarez, The Wire : Truth Be Told. New York : Grove, 2009, p. 48.

7Il faudra attendre The Wire pour que David Simon, jusque-là scénariste et producteur de la série Homicide, passe à un niveau supérieur. Avec The Wire, il devient co-créateur d’une série télévisée, en duo avec Ed Burns. Ce dernier, policier de Baltimore reconverti dans l’enseignement public à Baltimore, puis scénariste, était un observateur privilégié des mouvements sociaux et humains qui ont pu agiter les quartiers et les écoles de Baltimore. Ces passés respectifs de policier, d’enseignant et de journaliste sont la colonne vertébrale de la série. C’est sur ces expériences et ces rencontres que fut écrite la série9.

  • 10 Erlend Lavik, « Forward to the Past : The Strange Case of The Wire » Relocating Television : Televi (...)

8Coller au réel, au vécu, à l’histoire des habitants est une obsession assumée des auteurs de The Wire. Les dialogues respectent le langage vernaculaire des habitants ; la totalité des scènes tournées en extérieur furent dirigées sur place. Sur le plan visuel, tout est fait pour adopter une approche documentaire. L’influence majeure sur le plan cinématographique fut, comme le confia Simon lui-même, Frederick Wiseman, un documentariste américain10. The Wire adopte en effet une approche visuelle similaire à celle de Wiseman, avec peu de mouvements de caméra, un rythme qui donne du temps à l’observation et surtout une absence totale de narration externe. Cette ambition filmique est aussi un moyen de démarquer la série des autres drames policiers. Les codes du genre sont balayés pour laisser place à une véritable étude de personnages. A travers les protagonistes, ce sont donc des thèmes qui sont développés, au-delà d’une narration policière linéaire où les criminels sont arrêtés en fin d’épisode.

  • 11 Fault Lines ‘Baltimore : Anatomy of an American City’ (full episode), Al Jazeera America,http://ame (...)

9Parmi ces thèmes abordés se trouve donc la question du système scolaire, fil conducteur de la quatrième saison où un débat s’ouvre sur la ville, appréhendée comme entité sociale et politique et ayant un rôle dans la préservation des générations à venir. En effet, le futur, le potentiel individuel et collectif sont présentés dans la série comme un mirage, tant l’entrée en délinquance semble inévitable dans une cité abandonnée des pouvoirs publics et incapable de gérer ses flux démographiques et dont la seule réponse est le développement d’une économie parallèle et de la violence11.

10Le Baltimore du temps de la série est celui de la désindustrialisation. Celui d’un temps arrêté, après la crise et les délocalisations industrielles et humaines des années 1970 et 1980 (chaque année Baltimore perd un dixième de sa population). C’est donc une ville fantôme qui apparaît à l’écran. L’image en est plus frappante lors des scènes se déroulant dans les quartiers. Chaque plan où la rue apparaît sans vie, les maisons en attente de destruction et les rues occupées par des dealers, nous renvoie à des plans rappelant les déserts de John Ford. Baltimore pourrait être un transfuge de ces villes fantômes de l’Ouest américain, où la prospérité n’est plus synonyme d’essor, où les corps comme les murs des maisons vides restent immobiles.

  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.

11Dans ce paysage urbain morne prospèrent donc les trafics en tout genre, synonyme de survie et de condamnation. La série avance l’idée que cette économie parallèle s’est construite en réponse au chômage massif qu’ont subi les habitants de Baltimore, suite à la diminution de l’activité portuaire12 qui débuta à la fin des années soixante. L’absence de mesures concrètes de l’État et du gouvernement fédéral a favorisé l’augmentation de la criminalité. La réponse des pouvoirs publics fut la mise en place dès les années 1980 d’une lutte anti-drogue qui mena à une incarcération massive, principalement d’Afro-Américains issus des quartiers ouest touchés par la précarité. Ces détentions multiples marquent deux objectifs : premièrement l’enrayement des trafics, deuxièmement la création d’une main d’œuvre à peu de frais, transformant ainsi les prisons en usines13.

12C’est en réaction à ces phénomènes sociaux, historiques et humains que la série a été créée, pour rendre compte du déclin urbain américain. La mise en scène porte à chaque plan tourné en extérieur la marque de l’austérité des rues de Baltimore, mêlant fiction et réalité. Et c’est sans doute au cours de la saison quatre que ces images d’abandon et d’isolement prennent le plus d’ampleur, puisque les principaux protagonistes, les jeunes de Baltimore, en sont les premières victimes.

L’école à lécran : entre limite et audace, un espace a réinventer

  • 14 Rafael Alvarez, op. cit., p. 48.

13Espace central de cette quatrième saison de The Wire, l’école apparaît comme l’une des rares alternatives à une vie hors-la-loi. Le rôle de la famille dans la préservation des jeunes générations est montré dans la série comme un ensemble impuissant face à son opposé – et son double – qu’est le gang. Car l’augmentation du nombre d’incarcérations a été un facteur responsable de la fracture du cercle familial dans les quartiers ouest de Baltimore, laissant place à des familles monoparentales où, dans la majeure partie des cas, la mère demeure l’unique parent en liberté. L’absence des pères est montrée dans la série comme un manque réel de repères et d’encadrement. Sans modèle parental, la jeunesse suit la voie de la délinquance qui l’éloigne du monde du travail où les opportunités restent de toute façon rares pour cette communauté14.

14A la recherche d’autres symboles de réussite sociale, les jeunes dans les séries prennent la direction de la rue, lieu de représentation et d’appartenance, espace codifié où l’assimilation à un gang est nécessaire pour pouvoir rester en place. Cet engagement envers la rue se fait par l’adoption d’un statut : celui de corner boy. Un corner boy se définit par son rôle actif dans le trafic de drogue et surtout par la position qu’il occupe dans la rue : un coin de rue (corner). En déconstruisant la métonymie portée par l’appellation corner boy, on saisit l’enjeu d’un statut où l’individu est indissociable de la rue à laquelle il « appartient ». Cette immobilité des corps dans l’espace urbain est manifeste, à l’image du personnage de Brody, qui confesse dans l’ultime épisode de la série ne jamais être sorti de la ville. Les corps en mouvement sont ceux des consommateurs venant chercher leurs produits. Le contraste et la complémentarité des deux, dealers et drogués, forment un paradoxe que la série tente d’élucider en montrant l’impact du trafic sur les populations et en espérant susciter le débat.

  • 15 Alyssa Rosenberg, « Let’s Not Pretend The Wire Has Great Major Female Characters, Or, Expanding The (...)
  • 16 Ibid.

15Le coin de rue mis en perspective dans The Wire est un espace exclusivement masculin et à une exception près (le personnage de Snoop), il n’y a que très peu d’éléments féminins dans les rues. Un phénomène que l’on observe aussi dans les salles de classe, où le spectateur, étant amené à suivre ce groupe de jeunes garçons au centre de cette saison quatre, ne pourra témoigner qu’en partie de l’expérience des jeunes filles des quartiers ouest de Baltimore15. Une scène mettant en avant une confrontation verbale, puis physique entre deux jeunes filles retiendra par sa violence sans doute l’attention des spectateurs, mais elle reste l’une des rares scènes majeures de cette saison où des protagonistes féminins sont centraux. Cette focalisation sur les éléments masculins est l’un des points négatifs de la série puisqu’il tend précisément à éluder un thème central, celui du traitement égalitaire entre hommes et femmes16.

  • 17 No Child Left Behind Act est une loi du congrès américain de janvier 2002 visant à garantir l’égali (...)
  • 18 Philippe Mangeot, « Saison 4 : geneses », The Wire Reconstitution collective, Paris : Les Prairies (...)

16The Wire délimite clairement ces deux espaces que sont la rue et l’école, mettant aussi en avant la porosité de cette dernière tant la tentation du trafic se fait forte, surtout auprès des pré-adolescents. Les enseignants cherchent à offrir une alternative aux tentations illicites externes, essayant de faire face en assurant le rôle pédagogique de l’école malgré des outils d’évaluation inadaptés et un manque de moyens, financiers et techniques. La série prend à partie la politique No Child Left Behind Act17 instaurée par le gouvernement W. Bush18. Les auteurs ont mis en avant la difficulté d’appliquer un tel programme dans des quartiers en difficulté où d’autres mesures (plus en lien avec la condition des élèves) pourraient être plus efficaces. Le journaliste et enseignant Philippe Mangeot nous explique :

  • 19 Ibid, p. 109.

Cette loi fait des tests scolaires standardisés dans chaque état à la fois un moyen d’intervention sur les programmes, […] l’outil de son évaluation et la base des sanctions positives ou négatives prises à l’égard des établissements. Les élèves sont ainsi sollicités pour œuvrer au maintien du système scolaire. […] L’universalisme de façade qui donne son nom a la loi fédérale accroit en consé- quence les discriminations effectives19.

  • 20 Ibid.

17A ces initiatives limitées, imposées au système scolaire, la série propose des méthodes d’enseignement nouvelles. Une attitude défendue par le personnage de Roland Pryzbylewski dit "Prez", un ancien policier reconverti dans l’enseignement (personnage dont la carrière et l’expérience fut tirée du vécu d’Ed Burns, co-créateur de la série), professeur de mathématiques « parachuté » dans une école des quartiers ouest. Le parcours initiatique de Pryzbylewski lors de cette saison caractérise la problématique posée par la série au fil des épisodes : comment poser les bases d’une pédagogie active dans un espace sous tension et saboté en partie par un programme scolaire inadéquat20 ?

  • 21 Ibid, p. 115.
  • 22 Ibid.

18La classe de Pryzbylewski deviendra l’épicentre de cette quatrième saison et c’est ici que se joue le devenir des élèves, leurs comportements en classe étant un reflet de leurs attitudes hors de l’école. Attitudes positives pour certains, négatives pour d’autres. Pryzbylewski ne prétend pas sauver ces élèves mais plutôt aspire à leur garantir une alternative à la rue ; à eux le choix d’y adhérer ou non. Face à cet enjeu, la série suggère l’expérimentation, ce qui revient à traiter chaque classe comme un projet d’enseignement où l’apprentissage se construit en partie sur le savoir des apprenants. Les auteurs défendent ainsi une approche didactique de la transmission des connaissances. Mais cette démarche est fortement compromise par une école publique visant à l’uniformisation des savoirs et des compétences, en imposant un programme scolaire dont l’objectif principal est de préparer les élèves aux tests de fin d’année21. Comme cela a pour but final de garantir des statistiques en hausses et de permettre à l’école de conserver l’intégralité de son budget annuel attribué par l’État, la course aux résultats désorganise complètement le rythme scolaire : les classes sont divisées en fonction des épreuves aux tests et le cours de mathématiques devient également cours de littérature où les réponses sont apprises par cœur22..

19L’association entre rentabilité et pédagogie est un mélange dont la série tient à démontrer les limites, à l’image de cette « classe test » où les éléments perturbateurs issus de classes de niveaux différents sont rassemblés et encadrés par deux personnages, un ancien policier, Howard Colvin et un psychologue, David Parenti. Au fil de la saison, cette classe expérimentale appuiera la thèse des scénaristes qui défendent l’image d’une école où la parole et l’écoute sont libérées et où le dialogue se crée. Premier pas vers un retour à l’apprentissage pour ces élèves autrefois réfractaires, ce dialogue ne correspond en rien aux objectifs de réussite aux tests standardisés, et l’absence de bons résultats de ces élèves aux tests mettra finalement un terme au programme.

20Derrière ces impératifs économiques, c’est l’image d’une éducation rentable, au détriment de la qualité de l’enseignement, qui est promue par les institutions en charge. On voit donc ici l’impasse qui se dessine lorsque, au sein de l’école, les initiatives mises en place pour pallier la précarité de la rue sont étouffées par des institutions censées fournir un cadre permettant aux élèves de développer leur potentiel. Les auteurs de The Wire tirent par conséquent un portrait pessimiste du système scolaire américain. Leurs conclusions orientent le spectateur vers une compréhension globale des facteurs sociaux internes et externes de la salle de classe, ceci pour mieux cerner les impératifs pédagogiques et assurer leurs applications.

L’école et la rue : dialogues et échanges par le jeu

21La notion de jeu est centrale dans The Wire puisqu’elle renvoie le spectateur à cette théâtralité urbaine dont les personnages se font les acteurs. Parmi les expressions utilisées par les protagonistes, le game est sans doute l’une des plus récurrentes. Le game est l’ensemble des opérations qui entourent le trafic de stupéfiants : de la police au dealer, tout est lié au game. Littéralement le game pose le trafic comme un jeu transgressif, celui du chat et de la souris (policiers et dealers). Cette notion de jeu prend donc plusieurs formes au sein de la narration et sert de parabole pour décrire les enjeux sociaux des quartiers ouest de Baltimore.

  • 23 Ralph Beliveau Laura Bof Beliveau, "Posing Problems Picking Fights Critical Pedagogy and The Wire", (...)

22Au sein de l’école Edward Tilghman, la direction de l’établissement fait bien a distinction entre la rue et la classe. Elle impose un uniforme et tout symbole d’appartenance à un gang, et même tout signe extérieur de richesse, y est proscrit. L’école devient un espace hermétique où la parole est encouragée uniquement dans la résolution d’exercices en quelque sorte une anti-rue, un espace à part dans la ville. Et pourtant, Pryzbylewski tente en milieu de saison de faire l’expérience suivante : s’appuyer sur les jeux pratiqués par les élèves entre les cours. Pryzbylewski profite de l’engouement collectif pour les jeux de dés pour en faire une expérience pédagogique visant l’apprentissage des statistiques. Motivés à l’idée d’améliorer leurs stratégies de jeu, les élèves deviennent actifs dans leur apprentissage. Ils posent des questions, font des mises en pratique. L’objectif de l’enseignant – faire assimiler des concepts complexes – se concrétise donc grâce à l’utilisation de référents propres aux élèves23. Cette interaction entre ces deux mondes que sont la rue et la classe se fait aussi au sein d’une classe-test (mentionnée précédemment).

23Les élèves sont amenés à utiliser les stratégies auxquelles ils ont recours en tant que corner boys. Au sein de l’établissement, il s’agira de réutiliser ces codes dans le but de créer un échange de services. Inverser les modèles d’éducation est un processus encouragé par la série :

  • 24 Fabien Truong, « I’ve been schooled, dog. For real ». Apprendre et enseigner avec The Wire. The Wir (...)

The Wire ébauche régulièrement des modèles alternatifs. […] Ils nous font observer ce qui pourrait se passer lorsque la polarité des normes qui gouvernent un univers social est inversée. On pourra penser […] à la pédagogie pratique et autonome de Prez, à la classe expérimentale de Parenti et Colvin24.

  • 25 Ernest L. Gibson III, "For Whom the BELL Tolls" : The Wire’s Stringer Bell as Tragic Intellectual, (...)

24À travers ces exemples, on discerne une approche pédagogique centrée sur le jeu, le jeu en tant que divertissement ; dans le cadre de la classe-test, le jeu théâtral. Ces mises en situation prônent aussi l’apprentissage par l’action. Ces méthodes ne sont pas exclusives aux enseignants de l’école dépeinte dans la série, car d’autres personnages prouvent par leurs discours et leurs méthodes qu’ils sont aussi pédagogues. On retiendra particulièrement les personnages de Stringer Bell et de D’Angelo Barksdale, deux adultes impliqués dans le trafic de drogues. Stringer Bell est à la tête du trafic et D’Angelo contrôle, lui, un territoire, aidé de plusieurs corner boys. Stringer apparaît dans la saison 1 comme un chef d’entreprise lambda, malgré l’illégalité évidente de son activité. On le voit lors du troisième épisode de la saison 1 (intitulé Lessons) assister à un cours de macroéconomie dont il applique les préceptes afin de développer son marché et sa clientèle. Élève dans un premier temps, le personnage assurera ensuite un rôle d’enseignant auprès de ses dealers/élèves25.

25Cette qualité d’enseignant est clairement mise en évidence par les différentes scènes où Stringer occupe l’espace à la manière d’un professeur animant son cours. Lors de la saison trois, le personnage tient ses réunions debout, appuyé sur un pupitre, son audience lui faisant face. Il sollicite son public par des questions, l’amène à réfléchir et proposer des stratégies opérantes pour diversifier leurs marchés : « la rue » entre dans la salle de classe. Cette volonté des auteurs de jouer avec les codes de l’enseignement en choisissant tout d’abord un cadre (le repère de dealers) n’a a priori aucun lien avec l’éducation. Ils prouvent par là même comment la pédagogie reste un outil de transmission indispensable.

26D’Angelo Barksdale est aussi un professeur/dealer dont les leçons sont distillées au fil des saisons de The Wire. La plus marquante se déroule lors d’une scène où D’Angelo apprend le jeu d’échecs à deux corner boy, Brody et Wallace, tous deux écartés des bancs de l’école dès leur plus jeune âge. La leçon de D’Angelo prend progressivement la forme d’un jeu de métaphores entre les échecs et le trafic de drogues. Mise en scène lors du troisième épisode de la saison 1, cette scène est une parabole qui dépeint les enjeux de la série par ses différents niveaux de lecture. Premièrement, elle montre l’isolement des jeunes réduits à passer leur temps dehors à attendre leurs clients. L’ennui qui les ronge montre la nécessité d’un cadre qui les sortira de cette immobilité (un lieu où se former, un emploi). Deuxièmement, on observe dans cette scène les règles du jeu au sens premier, les pions doivent traverser l’échiquier, puis dans un deuxième sens, l’échiquier reflète l’organisation criminelle à laquelle D’Angelo, Brody et Wallace appartiennent. Il est une réplique du game mentionné précédemment. Chacun occupe une place bien déterminée, Brody et Wallace comprennent que les pions avancés dont D’Angelo prédit un sort funeste sont aussi une métaphore de leur propre position sur l’échiquier du trafic.

27Cette scène de la première saison résonne particulièrement avec les événements de la saison quatre puisque les personnages de jeunes enfants sont dans l’esprit du spectateur des Brody et Wallace en devenir. En effet, si l’intégration au système scolaire est un échec, la rue reste un endroit de repli et leur place sur l’échiquier se fera sans résistance. On observe tout au long de la série que ces interludes pédagogiques sont essentiellement tenus par des protagonistes qui se placent en marge de la loi, les forces de l’ordre étant dans la série moins amenées à prodiguer des « leçons ». Difficile d’expliquer cette tendance des auteurs à mettre en scène des enseignants « de la rue ». On peut l’expliquer en partie par la tendance des scénaristes à marquer plus nettement l’aspect tragique des criminels en contraste avec le réalisme presque rugueux employé dans le traitement des policiers à l’écran.

  • 26 Fabien Desage, « Les raisons de la « colère ». Emprise et adversité des institutions dans The Wire  (...)

28Les auteurs restent sceptiques quant au futur de ces jeunes pris dans ces cités monstres et agonisantes. Ils insistent pourtant lors de la quatrième saison sur la nécessité d’encadrement hors scolaire pour les jeunes afin de les tenir loin des gangs. Cette idée est appuyée par l’histoire secondaire d’un ancien dealer sorti de prison, lassé de la violence des gangs et qui décide de se reconvertir en créant une salle de boxe pour les jeunes des quartiers ouest, un espace formateur pour exprimer physiquement la violence et la frustration qu’ils accumulent au quotidien. La salle prend la forme d’un lieu d’échanges, construit dans les ruines d’un ancien gymnase ; elle symbolise aussi la possibilité pour ces quartiers abandonnés de Baltimore de redevenir des espaces sociaux, loin de la précarité de la rue26.

29La quatrième saison repose donc en partie sur ce jeu d’échanges entre l’école et la rue. En découle une interdépendance paradoxale, faite d’oppositions et de complémentarités. Les scénaristes insistent au fil des épisodes sur l’urgence d’un accès à l’éducation pour les jeunes, et ce dans un cadre propice à la transmission des connaissances, mais aussi au maintien des règles.

  • 27 Treme, 2010-2013, David Simon et Eric Overmyer, HBO.

30La série s’emploie lors de la saison quatre à assurer la continuité de la trame narrative depuis la première, en offrant tout de même une perspective nouvelle : le point de vue d’enfants et d’adolescents. Cette minutieuse observation de leur condition urbaine reste à ce jour une tentative unique à la télévision américaine (à l’exception de Treme, série écrite par David Simon pour HBO, ayant pour sujet la reconstruction de la Nouvelle Orléans après le passage de l’ouragan Katrina27). A travers une cartographie détaillant l’évolution d’une ville dans le temps et l’espace, la série nous plonge dans une expérience inédite à la télévision : celle de témoigner de l’impact d’une crise économique, politique et sociale sur une ville américaine.

31Les échanges portés par les personnages laissent entrevoir les éléments structurels d’une organisation sociale complexe et mouvante, tant par l’influence du cadre (la ville dans sa lente détérioration) que par les forces humaines employées à déconstruire toute forme de repères (criminalité, lutte inefficace contre la délinquance). Thème souvent édulcoré à la télévision, l’éducation est pourtant un sujet indispensable dans la compréhension des sociétés : dans la série, elle en devient le facteur primordial pour espérer une sortie de crise. The Wire offre une véritable captation diachronique des fragmentations socio-spatiales au cœur de Baltimore. Si le transfert des savoirs et des compétences est au cœur de cette saison quatre, on le retrouve aussi tout au long de la série sous diverses formes (littérale, métaphorique), si bien qu’il est probable que The Wire, au-delà d’être une série policière, puisse aussi avant tout se lire comme une série didactique sur la ville américaine.

Bibliographie

Bibliographie

Livres et articles :

Alvarez, Rafael, The Wire : Truth Be Told. New York : Grove, 2009.

Beliveau, Ralph, et Beliveau, Laura Bof, Posing Problems Picking Fights Critical Pedagogy and The Wire.

The Wire : Urban Decay and American Television. Londres : Bloomsbury Academic. 2009.

Erlend, Lavik, « Forward to the Past : The Strange Case of The Wire ». Relocating Television : Television in the Digital. Londres : Context Routledge, 2010.

Desage, Fabien, The Wire l’Amérique sur écoute. Paris : La Découverte, 2014.

Mangeot, Philippe, Saison 4 : « Geneses ». The Wire. Reconstitution collective. Paris : Les Prairies ordinaires/Capricci.

Simon, David, Baltimore, Paris : Sonatine, 2012 (ed. o. Homicide ; A Year on the Killing Streets, Boston : Houghton Mifflin, 1991).

Talpin, Julien, « Dépolitiser le ghetto pour inciter a l’action représentation politique dans The Wire ». The Wire l’Amérique sur écoute. Paris : La Découverte, 2011.

Truong, Fabien, « I’ve been schooled, dog. For real. Apprendre et enseigner avec The Wire ». The Wire l’Amerique sur écoute. Paris : La découverte, 2014.

Ressources en ligne :

Dernière date de consultation : 23 Octobre 2014.

Blum, Lawrence, “B5 — it got all the dinks” : Schools and Education on ‘The Wire’, Darkmatter, Avril 2011, http://www.darkmatter101.org/site/2011/04/29/b5-it-got-all-the-dinks-schools-and-education-on-the-wire.

Fault Lines ‘Baltimore : Anatomy of an American City’ (full episode), Al Jazeera America, http://america.aljazeera.com/watch/shows/faultlines/multimedia/2014/10/faultlinesbaltimoreanatomyofanamericancity.html.

Gibson, Ernest L. III, "For Whom the BELL Tolls" : The Wire’s Stringer Bell as Tragic Intellectual, Americana : The Journal of American Popular Culture (1900-present), Volume 10, Issue 1, 2011. http://www.americanpopularculture.com/journal/articles/spring_2011/gibson.htm.

Rosenberg, Alyssa, « Let’s Not Pretend The Wire Has Great Major Female Characters, Or, Expanding The Golden Age Of TV », Think Progress, Aout 2013, http://thinkprogress.org/alyssa/2013/08/14/2464131/breakingbad-the-wire-women.

Séries télévisées :

Attanasio, Paul, Homicide, 1993-1999, NBC.

Simon, David, Burns Ed. The Wire, HBO, 2002-2008, Time Warner, [DVD].

Simon, David, Overmyer Eric. Treme, HBO 2010-2013,Time Warner, [DVD].

Notes

1 The Sopranos, 1999-2007, David Chase, HBO.

2 Twin Peaks, 1990-2017, Mark Frost et David Lynch, ABC et Showtime Networks.

3 30 Rock, 2006-2013, Tina Fey, NBC.

4 La petite maison dans la prairie, 1974-1983, Blanche Hanalis, NBC.

5 The Jeffersons, 1975-1985, Norman Lear, Don Nicholl, Michael Ross et Bernard West, CBS.

6 Cosby Show, 1984-1992, Ed Weinberger, Bill Cosby et Michael Zagor, NBC.

7 Julien Talpin, « Dépolitiser le ghetto pour inciter a l’action représentation politique dans The Wire », The Wire l’Amérique sur écoute, Paris : La Découverte, 113.

8 Lawrence Blum, “B5 — it got all the dinks” : Schools and Education on ‘The Wire’, Darkmatter, avril 2011, http://www.darkmatter101.org/site/2011/04/29/b5-it-got-all-the-dinks-schools-and-education-on-the-wire.

9 Rafael Alvarez, The Wire : Truth Be Told. New York : Grove, 2009, p. 48.

10 Erlend Lavik, « Forward to the Past : The Strange Case of The Wire » Relocating Television : Television in the Digital, Londres : Context Routledge, 2010, p. 59.

11 Fault Lines ‘Baltimore : Anatomy of an American City’ (full episode), Al Jazeera America,http://america.aljazeera.com/watch/shows/fault-lines/multimedia/2014/10/fault-lines-baltimoreanatomyofanamericancity.html.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Rafael Alvarez, op. cit., p. 48.

15 Alyssa Rosenberg, « Let’s Not Pretend The Wire Has Great Major Female Characters, Or, Expanding The Golden Age Of TV », Think Progress, Août 2013, http://thinkprogress.org/alyssa/2013/08/14/2464131/breaking-bad-the-wire-women.

16 Ibid.

17 No Child Left Behind Act est une loi du congrès américain de janvier 2002 visant à garantir l’égalité des chances en mettant en œuvre une uniformisation des compétences des élèves. Si la loi NCLB a eu un impact sur la réussite de certains élèves, toutefois la situation familiale, le faible encadrement tuteurs/élèves, ainsi que l’environnement socio-économique n’ont pas permis de restructurer en profondeur le système éducatif américain.

18 Philippe Mangeot, « Saison 4 : geneses », The Wire Reconstitution collective, Paris : Les Prairies ordinaires/Capricci, p. 108.

19 Ibid, p. 109.

20 Ibid.

21 Ibid, p. 115.

22 Ibid.

23 Ralph Beliveau Laura Bof Beliveau, "Posing Problems Picking Fights Critical Pedagogy and The Wire", The Wire : Urban Decay and American Television, Londres : Bloomsbury Academic, 2009, p. 91.

24 Fabien Truong, « I’ve been schooled, dog. For real ». Apprendre et enseigner avec The Wire. The Wire l’Amérique sur écoute, Paris : La découverte, 2014, p. 207.

25 Ernest L. Gibson III, "For Whom the BELL Tolls" : The Wire’s Stringer Bell as Tragic Intellectual, Americana : The Journal of American Popular Culture (1900-present), Volume 10, Issue 1, 2011. http://www.americanpopularculture.com/journal/articles/spring_2011/gibson.html.

26 Fabien Desage, « Les raisons de la « colère ». Emprise et adversité des institutions dans The Wire », The Wire l’Amérique sur écoute, op.cit., p. 93.

27 Treme, 2010-2013, David Simon et Eric Overmyer, HBO.

Auteur

Enseignant Français langue étrangère, La Rochelle et scénariste

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search