Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Seconde partie. Dérives, angoisses et aliénation au sein des villes américaines

Les transformations inquiétantes de la ville contemporaine

Étude de Tarmac, de Nicolas Dickner

Suzette Ali

Résumé

Les angoisses que vit le citadin contemporain sont le produit des changements incessants qui touchent les milieux urbains. La ville devient de moins en moins saisissable. Par conséquent, toute tentative de la représenter génère des invraisemblances. La présente étude est une approche comparative de trois villes, Rivière-du-Loup (Canada), New-York (États-Unis) et Tokyo (Japon), décrites successivement dans le roman de Nicolas Dickner, Tarmac. Cette analyse s’attachera à montrer le mal-être né des transformations inquiétantes des villes contemporaines.

Entrées d'index

Mots clés :

Villes américaines

Texte intégral

1Nombreuses sont les cités et les villes qui sont énumérées dans le roman Tarmac de Nicolas Dickner, publié en 2009. Dans ce roman québécois, les références géographiques abondent et forment un immense portrait du monde. Cette richesse du vocabulaire toponymique suscite l’intérêt et nous pousse à réfléchir sur les principes qui régissent les villes contemporaines et les sociétés actuelles qui les habitent. Tout en restreignant notre étude à trois villes longuement décrites dans le roman et qui sont successivement Rivière-du-Loup, située au Canada, New York et Tokyo, nous essayerons de montrer comment la ville contemporaine acquiert une nouvelle symbolique. Alors que la ville décrite dans les romans québécois des décennies précédentes représentait un espace de forte agglomération qui conduit les nouveaux arrivants, en majorité des paysans, à l’aliénation psychique et à la perdition, elle représente aujourd’hui un espace désertique et inhumain, un lieu d’errance et une source de quête obsessionnelle d’un avenir meilleur incarnée dans le roman par une obsession de fin du monde. Afin de mener à bien notre réflexion sur les changements qui touchent à la représentation de la ville contemporaine, nous présenterons en premier lieu un bref aperçu de l’imaginaire de la ville dans les romans québécois de la moitié du XXe siècle. Ce résumé nous permettra de montrer comment le rapport à la ville a changé, cette dernière s’imprégnant de nouvelles significations et de nouvelles valeurs que le roman de Nicolas Dickner permet d’observer.

L’imaginaire de la ville dans les romans québécois du XXe siècle

  • 1  À l’encontre de la France, où le réalisme constitue un mouvement littéraire majeur, au Québec les (...)
  • 2  Nous utilisons par la suite le terme « québécois », même si c’est celui de « canadien-français » q (...)
  • 3  Maurice Lemire, Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, Vol. 3 (1940-1959), Montréal, Fides (...)

2La représentation de la ville apparaît dans le roman québécois en 1940. Pendant cette décennie, le Québec assiste à la naissance du réalisme comme esthétique littéraire1. Ce virage réaliste de certains romanciers québécois a comme cause l’urbanisation et l’industrialisation. L’urbanisation durant les années 1920, accompagnée de l’industrialisation, constitue une réalité à laquelle doit faire face la population canadienne française2, en majorité paysanne, sans y être préparée physiquement ou psychiquement. Le Québécois nouvellement installé dans la cité est forcé de s’adapter à la vie urbaine. Ces changements sociaux font des victimes et suscitent le besoin des écrivains d’en parler dans leurs œuvres. Des romans de mœurs voient ainsi le jour. Comme leur appellation l’indique, ces romans se consacrent à la description et à l’analyse de la réalité sociale, en particulier l’urbanisation et l’industrialisation, de même qu’aux nouvelles conduites sociales qu’elles engendrent dans la société. Les histoires qui y sont racontées se passent désormais en ville à la description de laquelle les écrivains se consacrent. C’est ce que souligne Maurice Lemire : « L’espace urbain est vraiment l’objectif à atteindre pour l’imagination québécoise »3. C’est surtout vers Montréal, vers ses quartiers, ses usines et ses maisons que se tournent les regards. Cette ville, en constant mouvement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, attire les paysans venus de partout y travailler et y constituer un nouveau prolétariat. La description de la ville dans les romans de mœurs est donc accompagnée d’une représentation des problèmes provoqués par l’urbanisation. Les romanciers en particulier, telle Gabrielle Roy dans Bonheur d’occasion (1947), insistent sur la pauvreté et le chômage dont souffrent les Québécois des années 1940 et surtout sur la distinction sociale qui s’amplifie entre les ouvriers francophones et leurs patrons en majorité anglophones. À l’aliénation économique s’ajoute une aliénation psychologique. Dépaysé à la suite de son déracinement, le Québécois se voit obligé de se redéfinir et de se trouver de nouveaux repères. La description de l’état mental des personnages devient le centre des romans. Celle-ci conduit les romanciers vers le roman psychologique et empêche le développement du roman de mœurs. La ville, présente dans le roman psychologique, acquiert une nouvelle valeur : du milieu aliénant qu’elle représentait au début de son expansion, elle devient le lieu de la solitude. En effet, incapable de comprendre et d’assumer tous ces bouleversements sociopolitiques ou de s’adapter au milieu urbain, le personnage se replie sur lui-même. Mais cette solitude est aussi la conséquence d’une certaine volonté de ce nouveau citadin de prendre du recul et de réfléchir sur le réel qui l’entoure. À la figure du Québécois aliéné par le cours des événements sociaux, très fréquente dans les romans de mœurs, se substitue petit à petit dans le roman psychologique l’image du Québécois plus instruit, et même plus révolté. Comme le remarque Monique Lafortune :

  • 4  Monique Lafortune, Réalisme et réalité dans la littérature québécoise, Laval, Mondia, 1994, p. 16.

Ces deux types de roman, urbain et psychologique, ont un lien avec la ville dans la mesure où les personnages, qui se retrouvent dans un nouvel espace, sont dépossédés physiquement, en plus de l’avoir été politiquement. Il découle donc de ces dépossessions un sentiment d’aliénation, qui mène à la contestation4.

  • 5  Le roman du terroir domine la littérature québécoise depuis la seconde moitié du XIXᵉ siècle jusqu (...)

3Enfin, les représentations de la ville dans les romans des années 1940 constituent un début de changement dans la littérature québécoise. Le roman du terroir5, où la représentation du réel est sublimée et ne reflète pas les conditions de vie déplorables dans lesquelles se trouvent les Québécois, se voit progressivement concurrencé par deux types de romans, le roman de mœurs et le roman psychologique. Cependant, ces derniers ne connaissent pas une forte ni une longue présence. Le roman reste, à cette époque, un genre mineur au Québec. Par ailleurs, la description de la vie urbaine est remplacée par une contestation des valeurs anciennes, parmi elles la famille, la religion et la tradition, ainsi qu’une promotion de la liberté des mœurs. Les romanciers ne visent plus à montrer le Québécois comme un être aliéné par son milieu social et urbain, mais à provoquer chez lui une volonté d’émancipation.

4À partir des années 1980, la représentation de la réalité, notamment celle du milieu urbain, réapparaît dans le roman québécois. Réapparaît aussi avec elle un nouvel imaginaire de la ville imprégné des transformations qu’a connues la société québécoise durant les décennies précédentes. Les années 1980 marquent donc un renouvellement de la thématique de la ville, comme le roman Tarmac permet de l’observer.

Les transformations inquiétantes de la ville contemporaine

  • 6  C. Smith joue dans le roman le rôle du prophète qui connaît la date de la fin du monde, d’où l’att (...)

5Le roman de Dickner relate une histoire qui se déroule dans trois lieux différents : le Canada, les États-Unis et le Japon. Cette histoire se divise donc en trois étapes qui illustrent chacune un problème différent de rapport à la géographie. La première étape se déroule à Rivière-du-Loup et commence en 1989 avec l’arrivée d’Ann Randall et de sa fille Hope, encore adolescente, dans cette ville où elle est venue s’installer. Cette partie de l’histoire s’étend sur trois années, jusqu’au printemps 1991, durant lesquelles le narrateur Michel Bauermann et Hope vont se lier d’une amitié profonde. La deuxième étape de l’histoire se concentre sur les voyages de Hope à travers les États-Unis. En effet, en proie à une obsession de fin du monde qui touche sa famille depuis des générations, Hope décide de quitter Rivière-du-Loup pour se rendre aux États-Unis à la recherche d’un certain Charles Smith, lequel a prédit la date de la fin du monde6. Apprenant que ce « prophète » est d’origine japonaise et qu’il est retourné depuis bien des années au Japon pour y reconstruire sa vie, Hope décide de l’y suivre pour le rencontrer. La troisième étape de l’histoire, qui se déroule donc au Japon, est consacrée à la narration des aventures invraisemblables de cette jeune fille dans ce pays, puis à sa disparition dans cette terre étrangère.

6Les actions et les événements racontés dans la première partie du roman, bien qu’insolites, ne dépassent pas l’irrationnel. Pour Ann Randall, qui souffre d’une obsession de fin du monde, la ville de Rivière-du-Loup est un bon lieu où s’établir.

  • 7  Nicolas Dickner, Tarmac, Québec, Alto, 2009, p. 35.

Ann Randall, que ces douze heures de conduite avaient calmée, fit le point. Il était hors de question de rebrousser chemin. Elle interrogea le garagiste à propos de Rivière-du-Loup et décréta qu’il s’agissait d’une ville convenable pour attendre la fin du monde7.

  • 8  Marque de nouilles japonaises.
  • 9  Ibid., p. 94.
  • 10  Ibid., p. 93.

7Le paysage urbain décrit dans cette partie est dominé par la matière. Cela est exprimé par la présence marquée de détails qui constituent un procédé permettant de créer un effet de mimésis : « Près des caisses enregistreuses, on avait installé un imposant panier de ramen Captain Mofuku8 en solde, des centaines de cosmonautes flottant dans le vide, tous arborant le même sourire stupide à 3 pour 99 ¢ »9. Le narrateur vise à reproduire minutieusement le paysage urbain de Rivière-du-Loup et s’attache à des objets très simples et souvent superflus, laissant les détails et les précisions envahir le récit : « En passant devant les frigos, j’ai noté la plus récente invasion asiatique : le tofu. J’ai étudié un paquet avec curiosité. […] Dans quelques années, elle serait parfaitement intégrée à notre diète, banale comme le Nutella ou la bombe H. »10 Ce genre de détails, qui montre les mutations des modes de vie urbains qui s’opèrent au fil du temps, met en lumière les habitudes de consommation des sociétés nord-américaines. Celles-ci deviennent des sociétés au consumérisme extrême et l’abondance des énumérations dans le roman dévoile ce nouveau style de vie :

  • 11  Ibid., p. 25-26.

5 livres de riz, 10 livres de patates, 4 boîtes de fèves rouges, 4 boîtes de tomates étuvées, 20 boîtes de thon à l’huile, 20 boîtes de poires, 20 boîtes de pêches, 20 boîtes de petits pois - et des ramens, des centaines de sachets de ramen qu’elle casait dans le moindre espace libre11.

  • 12  Ibid., p. 13.
  • 13  Ibid., p. 59.
  • 14  Ibid., p. 12.
  • 15  Ibid ., p. 147.
  • 16  Ibid., p. 213.
  • 17  Ibid., p. 139.
  • 18  Ibid., p. 141.
  • 19  Ibid., p. 243.

8Les énumérations sont accompagnées d’une multitude de noms propres qui touchent à toutes les catégories : nourriture (« un emballage de Cracker Jack »12), titres de livres ou films, émissions de télévision (« La planète des singes »13), noms de marques (« Levi’s »14), et tout ce qui fait partie de la vie urbaine québécoise. Leur présence, qui sert à donner un portrait réaliste de la vie urbaine, reflète un monde dominé par la matière et peu hospitalier. L’emploi de l’inventaire et de la nomination montre, en effet, le caractère inhumain et désertique de Rivière-du-Loup : « La ville était morte, pas une seule voiture dans les rues »15. De l’image de la ville à forte agglomération dans les romans des années 1940, on passe dans le roman de Dickner à l’image de la ville hostile à la présence humaine. Même les endroits publics, tels le stade et la piscine municipaux, qui servaient de refuge pour le narrateur et son amie, sont détruits : « Il ne restait plus la moindre trace de la piscine municipale depuis maintenant deux semaines, pas même une noisette de béton. […] Je me sentais soudainement vieux »16. Cette disparition des endroits communs suscite l’angoisse du narrateur et reflète l’état d’isolement que vivent les citadins. S’ajoutent à cette solitude les peurs générées par le vide qu’a laissé la chute des grandes idéologies. En effet, les événements historiques et les faits divers constituent l’arrière-plan de l’histoire racontée dans cette partie du roman. Quoiqu’elles ancrent l’histoire du narrateur dans le monde des années 1980 et qu’elles permettent une ouverture vers d’autres pays et d’autres cultures, ces nouvelles d’un monde sans idéalisation constituent des scènes d’horreur : « Hope nous brancha aussitôt sur CNN, où les dernières images d’Irak confirmaient nos pires pronostics : les Américains semblaient déterminés à oblitérer Bagdad de la surface de la planète »17. Elles montrent les guerres et les destructions des villes et mettent en évidence un réel où l’humanisme décline : « Je me demandais si nous ne nous portions pas mieux avant l’activation de cette antenne parabolique »18, avoue le narrateur. Bref, l’hostilité de Rivière-du-Loup et l’écroulement du monde familier et vraisemblable des personnages laisse place à l’apparition de deux nouveaux mondes, les États-Unis et le Japon : « Un monde en avalait un autre »19, affirme le narrateur. L’obsession de la fin du monde entraîne la jeune fille à l’autre bout du monde, à la recherche d’une personne qui ne semble pas exister.

9La deuxième partie de l’histoire se déroule à New York. Depuis le départ de Hope aux États-Unis, on a l’impression de lire un autre roman. Ce lieu ne fait démonstration d’aucune bizarrerie ; néanmoins, les événements qui s’y déroulent traduisent un sentiment de dépaysement. On quitte la sphère du familier pour faire l’expérience de l’inconnu :

  • 20  Ibid., p. 161.

Un drapeau américain claquait sans joie sur le poteau d’aluminium, près d’une raison sociale en piteux état : Mekiddo Corporation Inc. Un logo corrodé flanquait le nom de la compagnie, une espèce de lion ailé pourvu d’une tête de barbu. Obscure ménagerie corporative20.

10Le romancier utilise largement la description dans cette partie, cherchant ainsi à montrer New York plus qu’à nous raconter les aventures de Hope, comme le prouve cet exemple présentant ce que Hope voit en haut de la tour de la Compagnie Levy Publishing à New York :

  • 21  Ibid., p. 154.

La pièce était austère, mais la fenêtre donnait sur une époustouflante vue de New York. Des dizaines de gratte-ciel occupaient tout le champ visuel et, à l’embouchure de l’Hudson, vers l’ouest, se dressaient les tours du World Trade Center. Ce genre de local commercial devait coûter la peau des fesses, sur l’île de Manhattan – mais vu l’état des lieux, Hope déduisit que le bail datait des années 7021.

  • 22  Gérard Genette, Discours du récit, Paris, Seuil, 2007, p. 168.
  • 23  Les aventures de Hope à New York commencent à partir du chapitre 49.
  • 24  Nicolas Dickner, Tarmac, p. 184.

11Si « le narrateur, abdiquant sa fonction de choix et de direction du récit, se laisse gouverner par la “réalité”, par la présence de ce qui est là et qui exige d’être “montré” »22, comme le reconnaît Gérard Genette, les descriptions dans Tarmac deviennent très précises et le cadre réaliste commence à tourner à l’invraisemblable. Ainsi, alors que l’écrivain se montre soucieux de témoigner de la vie de Hope en l’observant de près, l’abondance des détails persiste au-delà du chapitre 4923, bien que le narrateur ne soit pas témoin du voyage de Hope Randall : « Le soleil était au zénith et Hope plissa les yeux. Autour d’elle, l’environnement gagnait en précision »24. Cette dernière citation justifie la précision extrême de tout ce que Hope voit ou perçoit à l’étranger. Elle traduit la réaction de toute personne qui arrive dans un pays inconnu et qui s’arrête à tout détail nouveau. Cependant, même si l’existence de ces précisions dans cette partie du roman peut se justifier par l’attraction qu’exercent des paysages nouveaux sur une personne étrangère, leur accumulation nuit à l’effet de réel que cherche à instaurer le romancier :

  • 25  Pascal Riendeau, « De la nostalgie d’un monde possible à la possible fin du monde », Voix et image (...)

Chez Dickner, l’ironie touche moins directement les personnages que leur environnement ou les objets qui les entourent et les définissent. La conscience de Hope ou son état d’esprit durant ce long voyage sont remplacés par une liste d’une page des aliments qui composent sa nourriture quotidienne, gracieuseté des machines distributrices25.

12Comme le souligne Jacques Dubois, les précisions manifestent l’engagement des écrivains, depuis le XIXᵉ siècle, dans la connaissance du monde au moyen de l’observation des phénomènes du réel :

  • 26  Jacques Dubois, Les romanciers du réel. De Balzac à Simenon, Paris, Seuil, 2000, p. 88.

Dès Balzac, la notation minime est un enjeu dans la bataille que livre le roman pour s’affirmer et accéder à une vérité concrète. De la narration à la description, tout est prétexte à détailler, à démultiplier le discours, à l’entraîner dans le singulier ou dans l’accessoire26.

  • 27  Voici un extrait de cette longue énumération : « Sucre, sirop de glucose, beurre de cacao, poudre (...)
  • 28  Nicolas Dickner, op. cit., p. 162.

13Toutefois, les énumérations dans Tarmac tendent à se dilater et à s’élargir pour contenir un nombre illimité d’éléments, telle la longue énumération du chapitre 55 intitulé « Menu du voyageur »27. Cette tendance énumérative et cumulative aboutit moins à rendre la structure propre du monde américain qu’à le décomposer, à le rendre plus chaotique. Les stratégies employées pour représenter New York, ses buildings et ses rues, montrent que cette dernière est une ville insaisissable : « Hope traversa la rue, évita un camion d’un grossiste en hippocampes déshydratés et pénétra dans le mystérieux édifice turquoise »28, l’édifice dans lequel se trouve le bureau de Charles Smith. En outre, les indications temporelles disparaissent presque entièrement dans cette partie du roman. On se retrouve devant un récit quasi atemporel qui marque le début de l’errance de Hope :

  • 29  Un bassin versant est un bassin irrigué par un même reseau hydrogaphique, délimité par des lignes (...)
  • 30  Ibid., p. 158.
  • 31  Ibid., p. 163.

Hope passa trois nuits et deux jours sur la route. Elle traversa trois fuseaux horaires et deux bassins versants29, changea cinq fois d’autobus30. […] Elle déambula un moment, puis constata soudain qu’elle avait croisé trois fois la même chaise de travail défoncée. Elle tournait en rond31.

14Cette errance de Hope aux États-Unis montre l’intérêt de Dickner pour la traversée du continent nord-américain. Mais cette traversée est elliptique. Toutes les descriptions se concentrent sur le paysage new-yorkais. Cette errance s’accentuera avec le voyage de Hope au Japon et se transformera en une quête obsessionnelle du prophète.

  • 32  Ibid., p. 175.
  • 33  Ibid., p. 182.
  • 34  Ibid., p. 178-179.

15Arrivée à Tokyo, Hope se trouve entraînée dans un monde extrêmement extravagant : « Pour la première fois de sa vie, Hope se trouvait dans un lieu où elle ne comprenait pas un mot »32. Bien que Tokyo soit une ville réelle, elle devient excentrique et même irréelle dans le roman : « Qui aurait cru que ce genre de maison existât encore au Japon ? Cet endroit ressemblait à un décor de cinéma – mais un décor où le sens du réalisme aurait été poussé à l’extrême par un scénographe maniaque »33, écrit le narrateur. Si les descriptions, les énumérations, les précisions participaient à construire un cadre réaliste dans les deux premières parties du récit, elles rendent invraisemblable cette ville et conduisent à faire apparaître la fictivité de l’histoire dans la dernière partie du roman. Il y a en effet suspension momentanée du pacte de croyance réaliste. Le réel devient de l’irréel, une fiction. Même les paysages les plus uniformes apparaissent comme incroyables : « Hope se déchaussa et suivit le corridor qui menait à la piscine. Elle n’y découvrit rien de très exotique – mais en l’absence totale de baigneurs, l’endroit avait un je ne sais quoi d’inquiétant »34. Les explications, crédibles jusque-là, deviennent inappropriées. Alors que Hope essaie en vain de trouver le siège social d’une compagnie qui semble changer de localisation à une fréquence et une vitesse inimaginables, son amie ne s’en étonne pas :

  • 35  Ibid., p. 192.

Merriam ne paraissait pas étonnée outre mesure. […] Selon elle, la ville était en constante mutation : rien ne restait en place très longtemps et le paysage se métamorphosait à une vitesse stupéfiante. On pouvait emprunter la même rue tous les matins et, du jour au lendemain, ne plus rien reconnaître35.

  • 36  Ibid., p. 186.

16Cette justification est toutefois peu convaincante. Malgré les explications, les traductions, les arguments, les descriptions, les précisions, Tokyo reste un endroit invraisemblable : « [Hope] se découvrait depuis quelques jours une capacité croissante à tolérer l’invraisemblable et l’improbable »36. À cause de leur répétition, ces explications, traductions, arguments et précisions ne font qu’accentuer l’étrangeté de Tokyo, étrangeté qui n’a rien à voir avec l’exotisme. D’ailleurs, la disparition quotidienne de la compagnie Mekiddo déstabilise la vraisemblance des événements qui s’y déroulent :

  • 37  Ibid., p. 192.

Si tolérante fût-elle face à l’invraisemblable et à l’improbable, Hope refusait d’admettre qu’une multinationale puisse, en 72 heures top chrono, déménager quelques centaines d’employés, de chaises et de bureaux, des flottes de photocopieurs, des kilos de trombones, des fougères en pot, des distributrices d’eau, de café, de sandwichs – au total, une quantité de matière et de biomasse équivalente au poids d’un petit iceberg37.

  • 38  Ibid., p. 193.
  • 39  Ibid., p. 197.

17Hope arpente tout Tokyo pour retrouver le prophète Charles Smith (ou Hayao Kamajii en japonais). Ces changements continuels de l’emplacement de la compagnie Mekiddo montrent l’instabilité de cette ville et la vie d’errance que Hope y mènera : « Elle se mit en marche, méditant sur l’instabilité de Tokyo en général et la disparition des bureaux de Mekiddo en particulier »38. Ils dévoilent l’angoisse de l’homme contemporain face à l’instabilité du monde : « Je me suis trompée de pâté de maisons. Pendant un moment, j’ai cru que le Jaffa avait été rasé dans le courant de l’après-midi et qu’on avait construit un Holiday Inn à la place »39, dit-elle. Cette instabilité est à l’origine des changements des modes de vie. L’homme contemporain fait face à un stress généré par le rythme rapide et variable de la vie moderne. En décrivant la poursuite quotidienne de Hope à la recherche du prophète à travers Tokyo, le narrateur met en relief cette évolution de la société contemporaine de plus en plus stressée et stressante :

  • 40  Marque de bottes western.
  • 41  Ibid., p. 205.

Chaque matin, Hope et Merriam se levaient aux aurores (ce qui, dans le fuseau horaire Merriam, signifiait dix heures), déjeunaient en vitesse, appelaient l’assistance-annuaire, demandaient l’adresse des nouveaux locaux de Mekiddo Kabushiki Gaisha s’il vous plaît, choisissaient un véhicule (vélo, métro, Tony Lama40) et se ruaient à l’adresse susmentionnée41.

  • 42  Ibid., p. 206.
  • 43  Ibid., p. 126.

18Ce rythme effréné de la vie contemporaine ne permet pas à l’individu de rester à l’unisson de la réalité qui l’entoure : « Malheureusement, les bases de données de l’assistance-annuaire accusaient toujours quelques heures – voire quelques jours – de retard sur la réalité »42, peut-on lire dans Tarmac. Au contraire, l’homme contemporain se trouve toujours dépassé par la rapidité du changement des événements et du réel, malgré la présence insistante de la télévision et des supports visuels dans sa vie. Ces derniers n’améliorent pas la qualité de vie de l’individu. En réalité, ils ne font que rendre ce dernier de plus en plus passif et dégrader la vie sociale : « La télévision est l’Ennemi »43. Bref, la quête de Hope illustre la recherche qu’effectue désespérément l’homme contemporain en vue de trouver de nouveaux systèmes de valeurs autant sociales et économiques qu’individuelles et spirituelles. Cependant, cette quête des repères s’avère difficile.

Perte de repères et réel insaisissable

  • 44  Ibid., p. 140.
  • 45  Ibid., p. 191.
  • 46  Ibid, p. 189.
  • 47  Ibid., p. 81.

19Les changements incessants et rapides du monde constituent un problème angoissant pour l’homme du XXIe siècle. Les guerres qui sont souvent évoquées dans le roman se multiplient à notre époque : « nous observions la destruction systématique de l’antique cité des califes abbassides »44. Elles ont pour conséquence de transformer en un peu de temps des régions entières. Elles renforcent donc cet état instable du monde et de l’avenir. La technologie et la science collaborent à ce phénomène de transformation rapide du monde. Elles offrent, en effet, des instruments et des outils de plus en plus efficaces afin que l’homme détruise et reconstruise le monde en un court laps de temps. Dickner le rend sensible dans son roman à travers la destruction et la reconstruction rapide et répétitive de la Compagnie Mekiddo au Japon : « Les excavatrices travaillaient à bonne allure, non sans une certaine grâce. On aurait cru une espèce de danse, un ballet de démolition »45 ; « Hope découvrait un Tokyo totalement différent du Tokyo de la veille »46. La fin de l’histoire du roman annonce aussi l’avènement d’un événement caractéristique de la destruction : celui du 11 septembre 2001. L’explosion des deux tours d’affaires à New York constitue un événement emblématique des changements qui touchent à la ville de notre époque. Le réel insécurisant domine désormais la vie contemporaine. Cette insécurité génère des angoisses de perte de repères. La forte contestation des valeurs anciennes présente dans les romans québécois des décennies précédentes, ainsi que le déclin de l’humanisme dû à la chute des grandes idéologies qu’a connue le XXe siècle accentuent ce sentiment. Dans le roman de Dickner par exemple, la religion est largement critiquée. Selon Michel Bauermann, le narrateur, celle-ci ne garantit plus un savoir profond de l’être, du monde et de l’au-delà : « Excellent ! Et qu’est-ce que tu peux nous dire au sujet du Déluge ? – Que c’est un récit suspect »47. La religion n’est donc plus une source crédible. Cette perte de la foi renforce le doute portant sur le réel, qui devient difficile à concevoir. Le flou qui le domine rend moins certaine la fin de cette crise. En conséquence, il est impossible de rêver à un futur meilleur :

  • 48  Ibid., p. 80-81.

On écrivait les apocalypses en temps de crise. C’était la littérature des gens opprimés, de ceux qui espéraient l’arrivée du Jugement dernier, le moment où ils seraient sauvés et les méchants condamnés. Voilà pourquoi, dans la Bible, on annonce toujours une fin du monde imminente : il s’agissait d’une source d’espoir, d’une bonne nouvelle48.

  • 49  Jean-Marc Besse, « Le postmodernisme et la géographie. Éléments pour un débat », L’espace géograph (...)

20Par ailleurs, le roman de Dickner questionne la possibilité de découvrir et de parler du monde. En l’absence de ces repères que pouvaient constituer les grands discours idéologiques ou même les connaissances scientifiques, raconter le monde devient une tâche difficile, entraînant la présence de multiples transgressions de la vraisemblance réaliste. Ces invraisemblances envahissent le roman. Elles sont symptomatiques des changements incessants du réel qui empêchent de le saisir en entier. Le désir de décrire la ville s’accompagne d’un sentiment d’incapacité du romancier à la représenter, malgré l’emploi excessif des stratégies de représentation : « […] le réel se confond de moins en moins avec le tangible, cela pose un problème quant à la conscience de réalité qu’il est possible de développer dans l’expérience du monde »49. Le roman de Dickner ne peut renouer avec le réalisme traditionnel et ne peut adopter toutes ses conventions. Le réel organisé et structuré du XXe siècle est exclu, d’où évidemment les invraisemblances qui l’envahissent à présent. Au final, l’homme, en tant que sujet de perception et de connaissance, se retrouve dans un univers qui lui échappe.

21En conclusion, plus qu’une représentation du monde citadin, le roman de Dickner se veut une représentation d’un rapport à un réel toujours insaisissable. Ce réel devient le lieu où l’on cherche un sens à son existence. Le romancier cherche à transmettre une inquiétude fondamentale : la perte des repères dans un temps où les idéologies échouent à orienter l’homme vers un avenir meilleur.

Bibliographie

Bibliographie

Roman étudié :

Dickner, Nicolas, Tarmac, Québec, Alto, 2009.

Études critiques :

Aron, Paul, Denis Saint-Jacques et Alain Viala, Le dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2002.

Bachelard, Gaston, Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1967.

Besse, Jean-Marc, « Le postmodernisme et la géographie. Éléments pour un débat », L’espace géographique, T. 33, 2004, p. 1-5.

Biron, Michel, François Dumont et Elisabeth Nardout-Lafarge, Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 2007.

Bonoli, Lorenzo, « Écritures de la réalité », Poétique, n° 137, 2004, p. 19-34.

Bromberger, Christian, « Pour une analyse anthropologique des noms de personnes », Langages, n° 66, 1982, p. 103-124.

Cavillac, Cécile, « Vraisemblance pragmatique et autorité fictionnelle », Poétique, n° 101, 1995, p. 23-46.

Dubois, Jacques, Les romanciers du réel. De Balzac à Simenon, Paris, Seuil, coll. « Points. Essais », 2000.

Genette, Gérard, Discours du récit, Paris, Seuil, coll. « Points. Essais », 2007.

Genette, Gérard, « Vraisemblance et motivation », Figures II, Paris, Seuil, coll. « Points », 1979 [1969], p. 71-99.

Lafortune, Monique, Réalisme et réalité dans la littérature québécoise, Laval, Mondia, coll. « Les Essentiels », 1994.

Lemire, Maurice, Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, vol. 3 (1940-1959), Montréal, Fides, 1982.

Marcotte, Gilles, Le roman à l’imparfait : essais sur le roman québécois d’aujourd’hui, Montréal, La Presse, coll. « Échanges », 1976.

Narjoux, Cécile, « Le point de la désillusion dans la prose narrative contemporaine », Poétique, n° 163, 2010, p. 325-338.

Riendeau, Pascal, « De la nostalgie d’un monde possible à la possible fin du monde », Voix et images, vol. 35, n° 1, (103), 2009, p. 120-125.

Westphal, Bertrand, (2005), « Pour une approche géocritique des textes », Vox Poetica [en ligne]. URL : <http://vox-poetica.org/sflgc/biblio/gcr.html>, [site consulté le 27 octobre 2014].

Notes

1  À l’encontre de la France, où le réalisme constitue un mouvement littéraire majeur, au Québec les productions romanesques sont encore peu nombreuses et ne laissent pas à ce mouvement la possibilité de s’étendre et de dominer.

2  Nous utilisons par la suite le terme « québécois », même si c’est celui de « canadien-français » qui est en usage à l’époque.

3  Maurice Lemire, Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, Vol. 3 (1940-1959), Montréal, Fides, 1982, p. XXII.

4  Monique Lafortune, Réalisme et réalité dans la littérature québécoise, Laval, Mondia, 1994, p. 16.

5  Le roman du terroir domine la littérature québécoise depuis la seconde moitié du XIXᵉ siècle jusqu’à l’ère de l’urbanisation. Attaché à la terre, à la famille, à la religion catholique et à la langue, il avait comme fondement l’exaltation de la vie paysanne au Québec. Cependant, cette idéalisation du terroir dans ce genre de roman l’éloignait de toute représentation authentique du réel, d’où la volonté des écrivains des années 1940 de l’abandonner et de s’adonner à une description réaliste de leur expérience.

6  C. Smith joue dans le roman le rôle du prophète qui connaît la date de la fin du monde, d’où l’attirance qu’il exerce sur Hope. Il peut être considéré comme un personnage-anaphore (Philippe Hamon, « Pour un statut sémiologique du personnage », dans Poétique du récit, Paris, Seuil, 1977, p. 115-180). Cependant, sa fonction n’est pas de combler les lacunes de l’histoire en apportant l’information que les personnages recherchent, mais de perturber la suite des événements narrés en conduisant Hope dans une quête sans fin à cause de sa disparition continuelle. Il contredit de la sorte le stéréotype des personnages visionnaires.

7  Nicolas Dickner, Tarmac, Québec, Alto, 2009, p. 35.

8  Marque de nouilles japonaises.

9  Ibid., p. 94.

10  Ibid., p. 93.

11  Ibid., p. 25-26.

12  Ibid., p. 13.

13  Ibid., p. 59.

14  Ibid., p. 12.

15  Ibid ., p. 147.

16  Ibid., p. 213.

17  Ibid., p. 139.

18  Ibid., p. 141.

19  Ibid., p. 243.

20  Ibid., p. 161.

21  Ibid., p. 154.

22  Gérard Genette, Discours du récit, Paris, Seuil, 2007, p. 168.

23  Les aventures de Hope à New York commencent à partir du chapitre 49.

24  Nicolas Dickner, Tarmac, p. 184.

25  Pascal Riendeau, « De la nostalgie d’un monde possible à la possible fin du monde », Voix et images, vol. 35, nº 1, (103), 2009, p. 124.

26  Jacques Dubois, Les romanciers du réel. De Balzac à Simenon, Paris, Seuil, 2000, p. 88.

27  Voici un extrait de cette longue énumération : « Sucre, sirop de glucose, beurre de cacao, poudre de lait entier, matière grasse végétale hydrogénée, pâte de cacao, lactose, poudre de lait écrémé, lacto-sérum en poudre, cacao maigre, matière grasse du lait, extrait de malt, sel, émulsifiant, lécithine de soya, blanc d’œuf, protéine de lait, arôme et farine de froment. […] » (Nicolas Dickner, Tarmac, p. 159).

28  Nicolas Dickner, op. cit., p. 162.

29  Un bassin versant est un bassin irrigué par un même reseau hydrogaphique, délimité par des lignes de crête (Note des éditeurs).

30  Ibid., p. 158.

31  Ibid., p. 163.

32  Ibid., p. 175.

33  Ibid., p. 182.

34  Ibid., p. 178-179.

35  Ibid., p. 192.

36  Ibid., p. 186.

37  Ibid., p. 192.

38  Ibid., p. 193.

39  Ibid., p. 197.

40  Marque de bottes western.

41  Ibid., p. 205.

42  Ibid., p. 206.

43  Ibid., p. 126.

44  Ibid., p. 140.

45  Ibid., p. 191.

46  Ibid, p. 189.

47  Ibid., p. 81.

48  Ibid., p. 80-81.

49  Jean-Marc Besse, « Le postmodernisme et la géographie. Éléments pour un débat », L’espace géographique, tome 33, 2004, p. 4.

Auteur

Institut des langues étrangères, Département de la Défense Américaine, Caroline du Nord

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search