Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Seconde partie. Dérives, angoisses et aliénation au sein des villes américaines

Reconquérir la ville : Les romans américains de Juan Francisco Ferré

Marta Álvarez

Résumé

Les deux derniers romans de l’espagnol Juan Francisco Ferré – Providence (2009), Karnaval (2012) – se déroulent à Providence et à New York, devenues des paradigmes de la ville américaine actuelle. Notre article montre comment ces textes dessinent un espace urbain essentiellement transformé par deux grands événements qui ont marqué notre entrée dans le XXIe siècle : le 11 septembre et la crise financière. Ces épisodes trouvent leur reflet dans les romans dans la verticalité d’une architecture spectaculaire qui devient le symbole d’une nouvelle répartition des espaces en fonction de rapports de classe de plus en plus injustes. Les textes insistent également sur la multiplication des niveaux de réalité : à l’espace urbain « réel » se superpose le simulacre, écran d’un système politique et économique aliénant dont les centres de pouvoir se sont dématérialisés. La ville devient ainsi une façade, et ces romans une invitation à reconquérir les espaces publics qui ont été abandonnés.

Texte intégral

1Nous savons aujourd’hui que le XXIe siècle a commencé le 11 septembre 2001. Ce jour-là, une partie importante de la population mondiale s’est réveillée du rêve de la globalisation. Elle a compris que ce monde sans frontières, que la technologie et la chute de certains murs avaient contribué à construire, n’était qu’une illusion. On a vu dès lors s’intensifier les fantasmes du choc des civilisations et resurgir un axe du mal qui a pesé comme une épée de Damoclès sur la sécurité américaine et occidentale, devenue une priorité absolue. Si la première décennie du nouveau siècle est arrivée un peu tard, la deuxième, en revanche, est arrivée trop tôt : en septembre également, le 15 septembre 2008 exactement, quand le géant américain Lehman Brothers a dû faire face à la banqueroute. On a alors confirmé l’existence d’une crise qui n’a toujours pas fini d’inquiéter et on a compris qu’avec elle arrivait la fin d’une autre illusion : celle de l’État providence.

  • 1 J. Alonso Prieto, « La realidad simbólica después del once de septiembre en la filosofía y ficción (...)

2Les romanciers ne pouvaient pas rester indifférents face à deux événements aussi marquants, ni face aux changements sociaux et économiques que ceux-ci ont déclenchés ; à plus forte raison des écrivains qui considèrent l’engagement comme une composante essentielle de la littérature. Le critique espagnol Javier Alonso Prieto analyse ce changement de paradigme symbolique qui a vu le jour après le 11 septembre et constate l’installation d’un sentiment d’incertitude et de danger permanents1. La fiction représenterait cette situation à travers la présence de personnages submergés par l’ennui de vivre et ressentant le poids de la catastrophe dans une réalité qui leur échappe.

  • 2 Publiés en Espagne par la maison d’édition Anagrama, de Barcelone, respectivement en 2009 et 2011. (...)
  • 3 « DSK reprend deux suites », Magazine littéraire, 541 (03/2014), p. 26-27 et « Providence, un road (...)

3Nous retrouvons ce cadre dans les deux derniers romans de l’auteur espagnol Juan Francisco Ferré (né en 1962), Providence et Karnaval2, même s’ils sont bien loin du récit sobre et direct ou de l’introspection qui caractériseraient, toujours selon Javier Alonso Prieto, les récits de l’après 11 septembre. Juan Francisco Ferré écrit des romans baroques, excessifs, tentaculaires et extravertis3 ; il cultive une prose satirique, qui répond au modèle du plagiat et donne une grande importance à l’humour. L’auteur espagnol aborde les événements saillants auxquels nous avons fait référence et situe ses intrigues dans deux villes états-uniennes : Providence et New York. Il en fait des hyper-villes concentrant les imaginaires post 11 septembre et ceux actualisés par la crise financière. De ce fait, il met en évidence des changements décisifs dans la morphologie de la ville, des transformations urbaines qui sont à mettre en rapport avec les évènements évoqués. Nous aurons l’occasion de montrer comment ces évolutions spatiales viennent dénoncer un système économique et politique décrit comme cruel, inhumain, aliénant.

L’état concentrationnaire

  • 4 J. F. Ferré, La vuelta al mundo. Sevilla : Editorial Jamais, 2002.
  • 5 J. F. Ferré, La vuelta al mundo, http://juanfranciscoferre.blogspot.fr/.
  • 6 L’écrivain s’associe au groupe des écrivains mutants, étudié par Alice Pantel. Voir l’introduction (...)

4Le tour du monde est le titre du deuxième roman de Juan Francisco Ferré4, ainsi que de son blog5, depuis lequel l’auteur réalise un travail incessant de critique littéraire, cinématographique et culturelle. Le titre semble s’imposer pour un romancier appartenant à une génération qui a fait de la mobilité une exigence professionnelle et personnelle6. Il a, par exemple, été professeur à l’Université de Brown, à Providence, pendant plusieurs années. Les deux romans qui nous intéressent situent aux États-Unis la plus grande partie de la diégèse, mais ils contiennent le monde entier. À cela n’est sans doute pas étranger le fait que Ferré choisisse des personnages privilégiés, appartenant à des élites économiques ou culturelles. En effet, le protagoniste de Providence est Alex Franco, un metteur en scène qui arrive en tant que professeur invité dans cette même Université de Brown où notre auteur a enseigné. Le protagoniste de Karnaval n’est autre qu’un avatar de Dominique Strauss-Kahn, en plein cirque médiatique et face à la crise financière.

5Cannes, Marrakech ou Madrid sont d’autres villes visitées par Franco avant d’atterrir sur le territoire américain. Installé à Providence, l’espace de la diégèse continue de s’élargir : des trames secondaires nous mènent dans des lieux éloignés où se croisent des intérêts reliant espaces et personnages. De la même façon, New York est le cadre principal de Karnaval, mais les références continuelles à d’autres parties de la planète semblent rendre compte d’un monde globalisé aux frontières perméables. Les deux romans mettent précisément en évidence l’ambigüité de cette perméabilité des frontières, la faisant dépendre d’obscures raisons politiques et financières, et soulignent en même temps le protectionnisme que la paranoïa sécuritaire aurait imposé aux États-Unis.

  • 7 Juan Francisco Ferré. Providence. Albi : Éditions Passage du Nord-Ouest, 2011.
  • 8 « Si un lieu peut se définir comme identitaire, relationnel et historique, un espace qui ne peut se (...)
  • 9 Ibid., p. 139.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

6Le protagoniste de Karnaval se trouve dans l’impossibilité d’abandonner le territoire américain. Il est vrai que sa condition de prisonnier à cause de la plainte dont il fait l’objet rend cette circonstance compréhensible. Il est plus étonnant que la situation d’Alex Franco, sans rapport avec un acte délictueux, ne soit pas très lointaine de celle du haut fonctionnaire. Par son intermédiaire, Providence décrit un état concentrationnaire, qui limite les entrées et sorties des individus sur son territoire et les surveille de près une fois installés. L’arrivée de Franco à Providence est précédée d’un séjour traumatisant dans la zone de contrôle de l’aéroport, dans un espace ressenti comme « abstrait, disparu de toutes les cartes officielles »7. Les locaux où Alex est retenu ne sont pas simplement assimilables aux non-lieux décrits par Marc Augé. Caractérisés par l’odeur d’excréments libérés par la terreur, ils sont l’image d’un pouvoir qui humilie le plus faible et dont la voix est celle du « grand inquisiteur, […] imposition hiérarchique du système »8. Nous devons bien sûr être prudents, puisqu’il s’agit de la vision biaisée du personnage, mais il est difficile de ne pas y succomber face à l’insistance du texte qui multiplie les exemples en ce sens. L’Amérique devient ainsi « un camp de concentration nazi »9, « un damier électronique de terminaux d’aéroport et de réseaux de surveillance externe et interne »10, « un camp de prisonniers de troisième génération »11, « un enfer oppressif »12.

  • 13 J. Martín Barbero, « Los laberintos urbanos del miedo », Universitas Humanística, 56 (2003), p. 69- (...)

7Le sentiment d’enfermement, mais aussi celui d’être surveillé en permanence et de ne pas être en sécurité traversent tout le roman. Dans la ville, aucun espace ne protège ni ne garantit une forme de vie privée, pas même la maison que le personnage habite et qui manifeste bientôt des marques d’intrusion : des sachets de drogue déposés par une main mystérieuse, du courrier tout aussi énigmatique, … jusqu’à ce qu’on arrive au viol que le protagoniste finira par subir dans son propre « foyer ». En pleine obsession sécuritaire, il n’y a pas d’endroit où les personnages puissent « s’abriter dans un espace privé et casanier/familial, ni (…) projeter sur lui un imaginaire de sécurité et protection »13. Le sentiment de menace est permanent. Si l’on questionne ainsi dans le roman les rapports entre espace public et privé, niant toute possibilité d’existence à ce dernier, on nie en outre l’existence de l’espace public en tant que lieu d’échange et de rapport social. Un seul refuge s’offre au personnage : celui des simulacres créés par le même système qui favorise l’aliénation et qui transforme les citoyens en joueurs, en téléspectateurs… ou en matière première de ces simulacres – c’est le cas du protagoniste de Providence, qui sera sacrifié et intégré à un jeu vidéo.

Providence est-elle Providence ?

  • 14 Juan Francisco Ferré, Providence, opus cit., p. 151.
  • 15 Ibid., p. 152.
  • 16 Ibid.
  • 17 Cf. S. O. Azeroual. « New York, ville asexuée ? La rencontre de la ville dans Un marocain à New Yor (...)
  • 18 Juan Francisco Ferré, Providence, opus cit., p. 159.
  • 19 Ibid., p. 491.
  • 20 D. Delillo. Cosmopolis. Paris : J’ai lu, 2010, p. 158-162.
  • 21 Ferré exprime son admiration envers DeLillo à maintes reprises, ainsi qu’envers d’autres romanciers (...)

8Les attentats du 11 septembre sont évoqués explicitement à plusieurs reprises dans le roman, souvent à travers la vision très critique du personnage. Il souligne les « pièges rhétoriques »14 et la « candeur de l’opinion publique »15, et comprend la poursuite infatigable de Ben Laden (contemporaine de la chronologie du roman), comme une « comédie sanguinaire dont la scène géopolitique occupe aujourd’hui la terre tout entière »16. L’événement a éloigné Alex de New York et a modifié à jamais la représentation qu’il se fait de la ville. Nous nous aventurons à entendre ici la voix de l’auteur : Ferré délègue à Providence la responsabilité d’être le « récit des terreurs et des terrorismes post 11 septembre », selon la quatrième de couverture de l’édition espagnole. Le texte est parsemé de clés qui permettent de lire la ville du roman comme avatar de New York ; si la métropole américaine a été qualifiée d’hyper-ville17, on pourrait en dire de même de la Providence férréenne, puisqu’elle contient « tout ce qu’un amoureux de la ville américaine peut demander : des agglomérations multiculturelles et des gratte-ciels corporatifs »18. Son icône est un gratte-ciel blanc, une immense et omniprésente tour blanche. Dans le roman, l’incendie de cette tour exprime une volonté manifeste de récréer les attentats dans une version carnavalesque. On y trouve le fireman, le Patriot Act et les flammes, bien sûr. Malheureusement le falling man sera aussi au rendez-vous pour gâcher ce qui avait commencé comme une fête, un spectacle cathartique, vers lequel se précipite une multitude frénétique prête à se dénuder en approchant de la tour19 dans une scène aux réminiscences de Cosmopolis de Don DeLillo (2003)20. En effet, dans ce dernier roman, le protagoniste rejoint une multitude de personnes nues sur le bitume dans une scène qui précède, comme dans Providence, une rencontre révélatrice et décisive : celle d’Eric Packer avec Benno Levin, qui mènera au dénouement du roman, expression de l’état de menace constante de l’après 11 Septembre21.

  • 22 Rappelons que George Bush avait utilisé l’expression dans son premier discours sur l’État de l’Unio (...)
  • 23 C. Mondragón, « Yo soy Lovecraft : Providence y el horror cósmico », M. Kunz & S. Gómez (éds.), Nue (...)

9Mais, si dans le roman de Ferré, Providence est New York, Providence est aussi Providence. Le caractère maléfique du « géant blanc » – la tour du centre ville – et la bataille entre le bien et le mal qui se joue dans la ville sont un écho de l’axe du mal et de la rhétorique que les attentats avaient mis à l’ordre du jour22, mais aussi de l’hypotexte lovecraftian, étudié par la critique mexicaine Cristina Mondragón. Lovecraft est une référence fondamentale dans le roman de Ferré, une figure tutélaire de Providence dès la couverture de l´édition espagnole (fig. 1). Dans son étude, Cristina Mondragón montre que l’horreur cosmique consubstantielle à l’œuvre lovecraftienne devient dans le roman l’horreur de notre début de siècle apocalyptique, du sentiment d’insécurité physique permanent et du sentiment d’insécurité financière imposé par la crise23. Une crise qui est en train de changer la configuration de la ville du XXIe siècle.

Fig. 1 et 2. Couvertures des éditions espagnole (2009) et française (2011) de Providence

Fig. 1 et 2. Couvertures des éditions espagnole (2009) et française (2011) de Providence

La ville de la crise/la ville en crise

  • 24 A. Florenchie, « Lirismo vs neoliberalismo en la narrativa de Juan Francisco Ferré », Revista de Al (...)

10La réflexion post 11 septembre du premier roman américain de Juan Francisco Ferré s’accompagne d’un questionnement du système économique sur lequel reposent les valeurs états-uniennes. Nous passons ainsi du 11 au 15 septembre. Providence incorpore la critique d’un système capitaliste inhumain24, mais Karnaval est le roman qui insiste le plus sur les conséquences urbaines de la crise économique.

  • 25 J. F. Ferré, « Vivimos en la época de mayor promiscuidad de nuestra historia », El Confidencial, 26 (...)

11Selon l’auteur, le texte naît de la confluence de deux événements : l’arrestation du dirigeant du FMI le 14 mai 2011 et la révolte des indignés à Madrid le 15 mai de la même année25. Le roman s’ancre ouvertement dans la réalité référentielle. DSK devient ainsi DK, d’autres personnages changent aussi de nom, mais il n’y a pas de doute possible : le protagoniste du roman est bel et bien l’ancien président du FMI. Sa chute est ici mise en parallèle avec celle des marchés financiers – cette dernière est feinte, pour mieux affirmer ensuite son pouvoir absolu – et, surtout, avec celle de toute une partie de la population qui survit aux marges du système. Nous retrouvons d’ailleurs tout au long du roman les noms de Nicolas Sarkozy, Barack Obama, et Christine Lagarde, personnages auxquels s’adresse un DK « indigné » afin de réfléchir aux responsabilités de la situation mondiale et d’en exiger des comptes.

  • 26 Juan Francisco Ferré. Karnaval. Albi : Éditions Passage Du Nord Ouest, 2014, p. 211.

12En effet, rappelons que le mouvement espagnol des Indignés revendique le magistère de Stéphane Hessel et de son essai Indignez-vous ! de 2010. L’analogie entre DK et les Indignés est évidente dans le roman, mais pour devenir un vrai indignado le dirigeant devra tomber au plus bas. Cette notion de chute renvoie à l’opposition haut/bas qui conditionne la représentation de l’espace dans le texte et révèle une répartition singulière et injuste de la ville. On retrouve au pied des tours les marginaux, les expulsés du système. C’est là que tombe DK, littéralement, quand une trappe s’ouvre sous ses pieds et qu’un toboggan interminable le conduit du centre économique mondial à une misérable impasse26. Il devient alors un paria de plus, avant de prétendre devenir le leader d’une armée de nécessiteux qui n’arrivera même pas à inquiéter les gens de pouvoir.

13À l’image d’un New York multiculturel et métis le roman oppose celle de la division économique et ethnique. Le plan de la ville a été modifié par une société hyper capitaliste à fort caractère patriarcal ; les quartiers sont des compartiments étanches définis par le pouvoir d’achat, l’origine ethnique et le sexe. « L’enfer des femmes » est le titre de l’un des chapitres du roman, mais aussi l’expression qui définit l’espace que les femmes occupent :

  • 27 Ibid., p. 36.

Mon enfer commence dans mon quartier, où les jeunes et les moins jeunes bousillent leur vie et celle des autres en vendant des substances qui promettent un faux paradis, mais qui pourrait le leur reprocher ? Peut-on vivre ici, sans chercher à y échapper à tout prix ? Pas besoin de me faire un topo sur l’enfer, j’y habite au quotidien. C’est ça, ma vie. J’espère seulement que l’enfer promis aux hommes ressemble à celui que je côtoie tous les jours […]. Je ne me plains pas, j’ai de la chance. Je n’ai pas chez moi un homme qui me réduit en esclavage. Je n’ai pas un homme qui me viole la nuit et repart le lendemain matin en claquant la porte, comme nombre de mes voisines27.

  • 28 Des passages dans lesquels se font entendre les échos de deux importantes références de Ferré : Don (...)
  • 29 P. Marín, « Introducción ». In P. Marín et al. Imágenes de la gran ciudad en la novela norteamerica (...)

14Les différences de la société de classes traditionnelle sont devenues plus aigües. Ces classes occupent des espaces différents, et n’entrent en contact que pour permettre aux privilégiés d’être plus conscients de leurs prérogatives : par exemple lorsque les domestiques et les maîtres partagent un même espace ou lorsque DK ouvre sa limousine et son palais de New York aux exclus du système28. À ce propos, nous voudrions revenir sur l’analyse de Pilar Marín. En 2001, la chercheuse espagnole opposait la grande ville états-unienne du XIXe à celle du XXe siècle, ainsi que leurs représentations littéraires respectives. Elle nous rappelait alors que la ville des romans de Wharton et James était celle d’une société hiérarchisée, dans laquelle les classes privilégiées pouvaient, dans une certaine mesure, vivre en une sorte de splendide isolement. La ville contemporaine, hétérogène, mobile et fluide, ne semblerait plus offrir cette possibilité29. Un peu plus d’une décennie plus tard, les romans de Ferré, et plus particulièrement le dernier, vont à l’encontre de cette évolution.

Fig. 3 et 4. Couvertures espagnole (2012) et française (2014) de Karnaval

Fig. 3 et 4. Couvertures espagnole (2012) et française (2014) de Karnaval
  • 30 Juan Francisco Ferré, Karnaval, opus cit., p. 524-528.

15Karnaval radicalise l’espace par rapport à Providence. Les références à la classe moyenne et aux espaces que celle-ci occupe ont presque complètement disparu. La ville est partagée entre la grande bourgeoisie, les immigrés et les parias du système – deux groupes qui se confondent souvent dans le roman. Ces derniers sont relégués dans les quartiers les plus éloignés, dans les recoins les plus cachés et infects des rues et des sous-sols de la ville. La reconquête de l’espace est un défi pour ceux qui ont tout perdu et vivent dans l’espoir de la révolution. Le roman semble pessimiste à ce propos : la prise par la foule de Times Square débouche sur un sacrifice inutile qui ne change rien à la situation30. Peut-être parce que les batailles ont lieu aujourd’hui dans d’autres dimensions : à sa façon, Ferré expose de surcroît d’autres oppositions fondamentales caractérisant l’espace urbain du XXIe siècle, celles que l’on peut établir entre matérialisation et dématérialisation, entre image et référent, entre réalité et simulacre.

La ville simulacre

  • 31 J. Baudrillard. Simulacres et simulation. Paris : Galilée, 1981, p. 9-69.

16Philip K. Dick est l’une des références revendiquées par Ferré. Bien des choses lient et séparent les deux écrivains. Le style les oppose : exubérant et carnavalesque pour l’Espagnol, sobre et quelque peu négligé pour l’Américain. Tous deux se retrouvent cependant dans la dénonciation du totalitarisme et de la surveillance d’État, ainsi que dans la conscience du caractère insaisissable d’une réalité multiple. Dans le cas de Dick, ces différentes dimensions du réel obéissent à l’emprise des drogues – Le dieu venu du centaure (The Three Stigmata of Palmer Eldritch, 1964) –, aux différentes possibilités de vie qui se développent dans un univers de science-fiction – la demi-vie due à la cryogénisation dans Ubik (1969) –, ou aux fictions créées par un état totalitaire – La vérité avant-dernière (The penultimate truth, 1964) –, pour ne donner que quelques exemples. Rappelons que l’auteur américain a narrativisé le concept de simulacre – son roman Simulacres (The Simulacra) date de 1964 – que Baudrillard définira plus tard comme une copie sans original, produit d’une réalité fuyante que l’on perçoit à travers le filtre de l’écran31.

  • 32 Juan Francisco Ferré, Providence, opus cit., p. 152.
  • 33 Voir l’arrivée d’Alex Franco à Providence (Providence 141-142) et les représentations organisées pa (...)

17Nous retrouvons là des clés d’interprétations de l’univers férréen, où la perception des personnages n’est pas fiable à cause des drogues – le blue moon dans Providence – et où les niveaux de réalité et les versions de ce qui est raconté se voient multipliés en fonction des objectifs et des écrans, mais aussi des différentes voix qu’on entend dans les romans. Cette multiplicité de perspectives se combine avec un caractère extrêmement syncrétique et référentiel qui récrée un espace tout aussi syncrétique et connotatif, un « simulacre disneyen »32 mêlant des traits futuristes avec ceux d’un folklore kitsch ou d’un anachronisme cinématographique. Les rues et les immeubles sont des plateaux et des décors où se produisent des acteurs conscients d’être perpétuellement observés, et qui se contentent parfois d’être des simples spectateurs d’un spectacle qui ne s’arrête jamais33.

  • 34 Juan Francisco Ferré, Karnaval, opus cit., p. 209.
  • 35 Ibid., p. 203.

18Nous lisons un monde de carton-pâte, dont le texte souligne le caractère de façade, d’écran, et dans lequel les lieux de pouvoir ne sont que de voyantes tromperies qui cachent les vrais lieux de décision et de contrôle : le studio où l’on essaie d’imposer une nouvelle version de la réalité ou « la bourse de toutes les bourses »34, dirigé par un mystérieux personnage qui maitrise le « clown à la Maison Blanche et le […] benêt de la Réserve fédérale. Ainsi va le monde, aux uns, l’image, aux autres, le pouvoir »35.

Conclusion : pouvoir et réalité

  • 36 Entretien avec M. Roig, « Estamos en un estado de divorcio entre el poder y la política », Eldiario (...)
  • 37 J. F. Ferré, « Manhattan (no) es real », La vuelta al mundo, 26-02-2011, http://juanfranciscoferre. (...)
  • 38 S. Žižek, Bienvenue dans le désert du réel. Paris : Flammarion, Champs essais, 2008 (Welcolme to th (...)

19L’échec des personnages de Ferré a beaucoup à voir avec un non savoir des relations entre pouvoir et espace dans le contexte contemporain. Zygmunt Bauman, le philosophe liquide, faisait référence récemment à ce divorce entre pouvoir et politique, nous rappelant que les théories de Manuel Castells sont plus que jamais d’actualité : « le pouvoir existe dans l’espace des flux d’information mais la politique se maintient localement. Depuis le XIXe siècle, rien n’a changé »36. Pas tout à fait : les romans de Ferré soutiennent que la grande ville n’est plus aujourd’hui l’espace du pouvoir, mais l’endroit à partir duquel se projettent d’autres espaces, d’autres simulacres qui réclament un statut de réalité. À partir de cette réflexion sur l’espace urbain, ils posent une question ontologique essentielle sur un monde dans lequel ces relations entre réalité et simulacre sont de plus en plus complexes. Nous trouvons là l’origine de la tout aussi complexe mission que Ferré confie à la littérature : « réinventer des moyens créatifs d’entrer en contact, même si ce n’est que dans les interstices […], avec les forces immanentes du réel »37, mission à mettre en rapport avec une passion du réel qui serait conséquence de la « passion postmoderne pour le semblant »38.

  • 39 Juan Francisco Ferré, Karnaval, opus cit., p. 507.

20C’est pourquoi le pessimisme de ses romans n’est pas nihiliste : la quatrième de couverture de Karnaval explicite que l’œuvre est un pamphlet politique. Nous pouvons sans doute comprendre le texte comme un appel à l’action, à reconquérir les espaces urbains qui ont été abandonnés ou nous ont été arrachés et à comprendre la nature vampirique du simulacre, une réalité qui « se nourrit de chair et de sang »39.

Bibliographie

Bibliographie

Alonso Prieto, Javier, « La realidad simbólica después del once de septiembre en la filosofía y ficción actuales ». Thémata. Revista de Filosofía, 45 (2012), p. 415-424.

Augé, Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité. Paris : Éditions du Seuil, 1992.

Barnett, Emily, « Providence, un road trip trash immanquable ». Les inrockuptibles, 824 (2011).

Baudrillard, Jean, Simulacres et simulation. Paris : Galilée, 1981.

Castells, Manuel, La société en réseaux. L’ère de l’Information. Paris : Fayard, 1998.

Ferré, Juan Francisco, « Manhattan (no) es real », La vuelta al mundo, 26/02/2011, http://juanfranciscoferre.blogspot.fr/2011/02/manhattanno-es-real.html.

Ferré, Juan Francisco, « Vivimos en la época de mayor promiscuidad de nuestra historia ». El Confidencial, 26/06/2013, <http://www.elconfidencial.com/alma-corazon-vida/2012/12/19/ldquovivimos-en-la-epocade-mayor-promiscuidad-de-nuestra-historiardquo-111435>.

Ferré, Juan Francisco, Karnaval. Albi : Éditions Passage du Nord-Ouest, 2014.

Ferré, Juan Francisco, Karnaval. Barcelonne : Anagrama, 2012.

Ferré, Juan Francisco, La vuelta al mundo. Sevilla : Editorial Jamais, 2002.

Ferré, Juan Francisco, Providence. Albi : Éditions Passage du Nord-Ouest, 2011.

Ferré, Juan Francisco, Providence. Barcelonne : Anagrama, 2009.

Florenchie, Amélie, Lirismo vs neoliberalismo en la narrativa de Juan Francisco Ferré. Revista de Alces XXI, 1 (2013), p. 33-66.

Kunz, Marco, “Cthulhu en la era virtual. Los simulacros americanos en Providence de Juan Francisco Ferré”. Grama. Revista de literatura, 16 (2011), pp. 3-6.

« DSK reprend deux suites ». Le Magazine Littéraire, n° 541 (2014), p. 26-27

Marín, Pilar et al., Imágenes de la gran ciudad en la novela norteamericana contemporánea. Sevilla : Secretariado de Publicaciones Universidad de Sevilla, 2001.

Martín Barbero, Jesús, « Los laberintos urbanos del miedo ». Universitas Humanística, 56 (2003), p. 69-79.

Mondragón, Cristina, « Yo soy Lovecraft : Providence y el horror cósmico ». In M. Kunz & S. Gómez (éds.), Nueva narrativa española (p. 261-285). Barcelona : Red ediciones, 2014.

Pantel, Alice, Mutations contemporaines du roman espagnol : Agustín Fernández Mallo et Vicente Luis Mora. Thèse de doctorat de l’Université Paul Valéry – Montpellier III, soutenue le 4 décembre 2012, https://hal.archivesouvertes.fr/file/index/docid/824207/filename/2012_pantel_diff.pdf.

Roig, Miguel, « Estamos en un estado de divorcio entre el poder y la política ». Eldiario.es, 14/02/2014, http://www.eldiario.es/sociedad/divorcio-poder-politica_0_228877293.html.

Žižek, Slavoj, Bienvenue dans le désert du réel. Paris : Flammarion, 2008.

Notes

1 J. Alonso Prieto, « La realidad simbólica después del once de septiembre en la filosofía y ficción actuales », Thémata. Revista de Filosofía, 45 (2012), p. 415-424 (p. 416).

2 Publiés en Espagne par la maison d’édition Anagrama, de Barcelone, respectivement en 2009 et 2011. En France, par Passage du Nord-Ouest en 2011 et 2014.

3 « DSK reprend deux suites », Magazine littéraire, 541 (03/2014), p. 26-27 et « Providence, un road trip trash immanquable », Les Inrockuptibles, 824 (14/09/2011).

4 J. F. Ferré, La vuelta al mundo. Sevilla : Editorial Jamais, 2002.

5 J. F. Ferré, La vuelta al mundo, http://juanfranciscoferre.blogspot.fr/.

6 L’écrivain s’associe au groupe des écrivains mutants, étudié par Alice Pantel. Voir l’introduction à sa thèse : A. Pantel. Mutations contemporaines du roman espagnol : Agustín Fernández Mallo et Vicente Luis Mora. Thèse de doctorat de l’Université Paul Valéry – Montpellier III, soutenue le 4 décembre 2012, https://hal.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/824207/filename/2012_pantel_diff.pdf.

7 Juan Francisco Ferré. Providence. Albi : Éditions Passage du Nord-Ouest, 2011.

8 « Si un lieu peut se définir comme identitaire, relationnel et historique, un espace qui ne peut se définir ni comme identitaire, ni comme relationnel, ni comme historique définira un non-lieu », M. Augé. Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité. Paris : Éditions du Seuil, p. 100, 1992. Augé lui-même admet que les catégories de « lieu et non-lieu sont plutôt des polarités fuyantes : le premier n’est jamais complètement effacé et le second ne s’accomplit jamais totalement – palimpseste où se réinscrit sans cesse le jeu brouillé de l’identité et de la relation. », Ibid., p. 101.

9 Ibid., p. 139.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 J. Martín Barbero, « Los laberintos urbanos del miedo », Universitas Humanística, 56 (2003), p. 69-79, p. 71. Si les études du chercheur hispanique se concentrent particulièrement sur la réalité latino-américaine, les processus d’urbanisation enclenchés par la mondialisation ― ingrédient fondamental de sa réfléxion ― ne rendent que plus pertinente l’extrapolation de ses remarques à d’autres contextes.

14 Juan Francisco Ferré, Providence, opus cit., p. 151.

15 Ibid., p. 152.

16 Ibid.

17 Cf. S. O. Azeroual. « New York, ville asexuée ? La rencontre de la ville dans Un marocain à New York de Youssouf Amine Elalamy ». In A. Madoeuf & R. Cattedra. Lire les villes. Panoramas du monde urbain contemporain (340-346). Tours : Presses Universitaires François-Rabelais.

18 Juan Francisco Ferré, Providence, opus cit., p. 159.

19 Ibid., p. 491.

20 D. Delillo. Cosmopolis. Paris : J’ai lu, 2010, p. 158-162.

21 Ferré exprime son admiration envers DeLillo à maintes reprises, ainsi qu’envers d’autres romanciers américains, comme Thomas Pynchon ou Philipp K. Dick (Barnett 2011), dont nous parlerons un peu plus bas.

22 Rappelons que George Bush avait utilisé l’expression dans son premier discours sur l’État de l’Union après les attentats de New York ; il voulait ainsi faire référence aux pays et organisations qui selon lui représentaient une menace pour les États-Unis.

23 C. Mondragón, « Yo soy Lovecraft : Providence y el horror cósmico », M. Kunz & S. Gómez (éds.), Nueva narrativa española (p. 261-285). Barcelona : Red ediciones, 2014.

24 A. Florenchie, « Lirismo vs neoliberalismo en la narrativa de Juan Francisco Ferré », Revista de Alces XXI, 1 (2013), 33-66 ; et M. Kunz, « Cthulhu en la era virtual. Los simulacros americanos en Providence de Juan Francisco Ferré », Grama. Revista de literatura, 16 (2011), pp. 3-6.

25 J. F. Ferré, « Vivimos en la época de mayor promiscuidad de nuestra historia », El Confidencial, 26/06/2013, <http://www.elconfidencial.com/alma-corazon-vida/2012/-12/19/ldquovivimos-en-la-epoca-de-mayor-promiscuidad-de-nuestra-historiardquo-111435>.

26 Juan Francisco Ferré. Karnaval. Albi : Éditions Passage Du Nord Ouest, 2014, p. 211.

27 Ibid., p. 36.

28 Des passages dans lesquels se font entendre les échos de deux importantes références de Ferré : Don Delillo (Cosmopolis, 2003) ou Buñuel (Viridiana, 1961). En outre, le lecteur cinéphile se sentira tenté de lire le roman à la lumière de deux textes qui lui sont contemporains, l’adaptation de Cosmopolis réalisée par Cronenberg et Holy Motors, de Leo Carax, deux films de déambulation urbaine qui représentent également les différences sociales qui marquent les rapports dans la ville.

29 P. Marín, « Introducción ». In P. Marín et al. Imágenes de la gran ciudad en la novela norteamericana contemporánea. Séville : Secretariado de Publicaciones Universidad de Sevilla, 2001, p. 12.

30 Juan Francisco Ferré, Karnaval, opus cit., p. 524-528.

31 J. Baudrillard. Simulacres et simulation. Paris : Galilée, 1981, p. 9-69.

32 Juan Francisco Ferré, Providence, opus cit., p. 152.

33 Voir l’arrivée d’Alex Franco à Providence (Providence 141-142) et les représentations organisées par DK (Karnaval 161), deux exemples très représentatifs parmi tant d’autres dans les romans.

34 Juan Francisco Ferré, Karnaval, opus cit., p. 209.

35 Ibid., p. 203.

36 Entretien avec M. Roig, « Estamos en un estado de divorcio entre el poder y la política », Eldiario.es, 14/02/2014, http://www.eldiario.es/sociedad/divorcio-poder-politica_0_228877293.html. Voir M. Castells. La société en reseaux. L’ère de l’Information. Paris : Fayard, 1998.

37 J. F. Ferré, « Manhattan (no) es real », La vuelta al mundo, 26-02-2011, http://juanfranciscoferre.blogspot.fr/2011/02/manhattan-no-es-real.html.

38 S. Žižek, Bienvenue dans le désert du réel. Paris : Flammarion, Champs essais, 2008 (Welcolme to the Desert of the Real, London : New York, Verso, 2002), p. 29-30.

39 Juan Francisco Ferré, Karnaval, opus cit., p. 507.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 et 2. Couvertures des éditions espagnole (2009) et française (2011) de Providence
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 3 et 4. Couvertures espagnole (2012) et française (2014) de Karnaval
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41557/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteur

Université de Bourgogne Franche-Comté, Besançon

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search