Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Seconde partie. Dérives, angoisses et aliénation au sein des villes américaines

Lost In L.A. : Le regard français

Nathalie Roelens

Résumé

Les Français, accoutumés au modèle de la « ville communale et rempardée » (Nancy) sont totalement dépourvus devant l’étalement urbain de la « métropole centrifuge » américaine (Baudrillard) dont les freeways forment la colonne vertébrale. Le fait qu’il n’y ait à Los Angeles ni véritable centre-ville, ni quartiers, ni trottoirs, ni piétons, semble compromettre la flânerie, la balade urbaine, la « pratique de l’espace » (Certeau), voire l’urbanité des échanges. Cette ville qui incarne la bigness inspire inquiétude, propos apocalyptiques et antiaméricanisme, qui affecte jusqu’aux Américains eux-mêmes (Soja, Davis). Peut-on, en revanche, tirer un enseignement de cette Cité des Anges, comme Robert Venturi le faisait dans Learning from Las Vegas (1977) ? Les projets de redensification urbanistique, de revalorisation patrimoniale de la ville et d’aménagement d’espaces verts suffiront-ils à modifier les usages, à redécouvrir un downtown et surtout à libérer le regard occidental de ses préjugés géocentriques ?

Texte intégral

Généalogie de la hantise française

1Retraçant la généalogie de la hantise française, nous constatons que les auteurs sont intimidés par le gigantisme des villes américaines, déroutés par l’absence de centralité, perplexes devant la discrimination ethnique ou sociale. En 1930, Paul Morand insiste sur l’exiguïté des débuts de la ville de New York – Manhattan acheté aux Indiens au XVIIe siècle pour quelques perles de verre – malgré l’espace environnant hyper-dilaté :

  • 1 Paul Morand, New York (1930), Paris, Flammarion, 1988, p. 32.

« New York s’allonge. À l’intérieur des terres, sous le mur de terre battue, à part quelques vergers, ce ne sont qu’impénétrables forêts que la hache abat peu à peu et qu’elle continuera d’abattre jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un arbre jusqu’aux Rocheuses1 ».

  • 2 Ibid., p. 35.
  • 3 Ibid., p. 46.
  • 4 Ibid., p. 206. Il s’agit de l’ancêtre du coca-cola.

2Il mentionne également Chateaubriand qui, entre Atala et les Mémoires d’Outre-tombe, ne reconnaît plus l’Amérique, les champs cultivés ayant remplacé les forêts ; les routes, les halliers ; des centaines de bateaux à vapeur, la solitude du Mississippi2. Les gratte-ciel – plus récents qu’on ne le pense (le premier de dix étages qui s’élève à Chicago datant de 1881) sont un des avatars de la « poussée » des villes : « Toute la folie de croissance qui aplatit sur les plaines de l’Ouest les villes américaines et fait bourgeonner à l’infini les banlieues vivipares s’exprime ici par une poussé verticale3 ». L’ouvrage se prolonge par des réflexions sur le cynisme du monde financier, l’argent rapide, les carrières courtes, la chaise électrique, l’oncle Sam, les « chiens chauds » (hot dogs), la prohibition, la violence, « la kola4 ».

3Roger Caillois, dans Espace américain de 1949, appréhende déjà le Nouveau Monde comme un réceptacle de tout ce que l’Europe rassemble de dégradant :

  • 5 Roger Caillois, Espace américain. Randonnées [1949], Paris, Fata Morgana, 2007, p. 15.

Persécutés et aventuriers, chercheurs d’or, missionnaires, mélange inaccoutumé de fripons audacieux et d’apôtres téméraires, qui réunissait des désespérés, des saints, des avides, anxieux également de se trouver au large et d’avoir les coudées franches5.

  • 6 Ibid., p. 15.

4Caillois oppose la nature puissante, vigoureuse qui n’a que faire de l’humain à ces êtres médiocres mais prétentieux qui veulent s’imposer à elle : « Ainsi chacun travaillait à une patrie toute incertaine et future, sans autre bord que la ligne mouvante qui sépare la terre aménagée par les hommes de l’étendue louche où ils n’ont pas encore d’établissement fixe6 ». Serait-ce là une explication lointaine de l’étendue déconcertante des villes comme Los Angeles ?

  • 7 Michel Butor, Mobile, Paris, Gallimard, 1962, p. 315.
  • 8 Ibid., p. 194.
  • 9 Pour provocatrice qu’elle soit, il s’agit bien d’une référence à une prairie « débarassée de ses pu (...)
  • 10 Ibid., p. 94.
  • 11 Ibid., p. 172.
  • 12 Ibid., p. 175.
  • 13 Ibid., p. 171
  • 14 Ibid., p. 158.
  • 15 Ibid., p. 214.
  • 16 Ibid., p. 311-312.
  • 17 Ibid., p. 385.
  • 18 Ibid., p. 25.

5Dans son ouvrage Mobile de 1962, Michel Butor nous livre pour sa part un patchwork polyphonique de notations fragmentaires, dénombrant la faune et la flore bariolée, les lacs, les rochers, les forêts, les torrents, mais aussi les réserves d’Indiens et leurs spectacles pour touristes, ou encore « frites, Coca-cola, journaux, boîtes de conserve7 ». Or, au sein de cet ensemble hétéroclite de phrases éclatées avec des toponymes qui jonchent le texte, il insère des passages honteux, des extraits de Notes sur l’État de Virginie de Jefferson, qui contiennent des propos profondément racistes, dont : « l’orang-outan préfère la femme noire à la femelle de sa propre espèce8 ». D’autres passages en italique mais sans auteur attitré concernent les massacres d’Indiens : « Les Européens ont épucé9 la prairie de ses bisons et de ses Indiens10 ». L’importation de « faux indigènes11 » pour défricher tant de terres a ensuite servi à masquer le scandale indien comme un « écran noir...12 ». Remontant plus loin dans l’Histoire, Mobile relègue l’existence même du continent américain dans la « honte » d’une conquête indue, continent « surgi d’au-delà l’horizon, là où il n’aurait pas dû être…13 ». Aussi les pionniers étaient-ils partis reconstituer une nouvelle Europe, comme pour effacer l’image d’un continent qui les accueillait mais les effrayait : « Nouvelle France, Nouvelle-Angleterre, Nouvelle-Écosse14 ». Dans ce continent « honteux » s’érigent des monuments « honteux », mais illuminés, sacralisés qui portent les stigmates de ces pratiques infamantes, de l’oppression du Noir : « Tous ces monuments sont naturellement d’un blanc étincelant15 ». Butor focalise ensuite sur d’autres réalisations emblématiques : le parc d’attraction new-yorkais Freedomland (1960- 1964), qui s’avère une mise en abyme de l’Amérique : « Goûtez à la gaîté du Mardi Gras ! /Assistez à l’incendie de Chicago ! /Frissonnez dans le sauvage far-west ! / Vivez les aventures de l’Histoire16 ! », annonce le prospectus ; ou Clifton’s Brookdale Cafeteria à Los Angeles, incarnant le paroxysme de l’américanisme qui s’assortit du laid, du kitsch, du commercial et de l’outrance. Il s’agit d’un immense restaurant situé au coin de Broadway et de la VIIème rue avec des palmiers de néon, des cascades, des rochers et qui est à la fois un lieu de méditation. Une petite chapelle de pierre diffuse la « Parabole des Séquoias…17 ». La honte se teinte enfin pour Butor d’étonnement à l’égard du démesuré : « l’avion dans lequel je voyageais vers San Francisco s’est arrêté trois fois à Los Angeles : à Long Beach, à l’aérodrome international, à Burbanks18 ».

  • 19 « Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville/Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel (...)
  • 20 Jean-Luc Nancy, La ville au loin, Paris, La Phocide, 2009, p. 30.
  • 21 Ibid., p. 25.
  • 22 Ibid., p. 30.
  • 23 Ibid., p. 8.
  • 24 Ibid., p. 33.
  • 25 Edward Soja, Thirdspace : Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places. Oxford, Basil (...)
  • 26 Olivier Mongin, La ville des flux. L’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Paris, Fayar (...)
  • 27 Ibid, p. 32.

6Excepté Beverly Hills, Hollywood, la plage de Venice, le regard porté sur La Cité des Anges ne retient que les freeways rectilignes et l’urban sprawl, l’étalement en tache d’huile aux antipodes de la cité européenne centripète, ville-forteresse, ville-cul-de-sac étoilée, à l’italienne. Le Français est d’ailleurs particulièrement sensible à la « forme d’une ville » (selon l’expression de Julien Gracq empruntée à Baudelaire19) comme s’il craignait que l’expansion urbaine américaine de ces villes pampa (le modèle horizontal de L.A. ayant éclipsé le modèle vertical de Chicago), ne contamine l’hexagone en préfigurant l’avenir de la ville européenne. Jean-Luc Nancy, dans son essai La ville au loin consacrée à Los Angeles distingue, d’une part, des villes tentaculaires sur le modèle de la « ville communale et rempardée20 » et, d’autre part, des villes dotées d’une « réticulation arachnéenne » dont le tissu urbain prolifère de façon « fractale », selon une « excroissance cancéreuse21 » jusqu’à son « évaporation », sa « dissipation22 ». Il rappelle que la ville remonte étymologiquement à la « villa romaine, c’est-à-dire au domaine familial23 », et ensuite au bourg bourgeois. Ce à quoi Los Angeles, avec son maillage horizontal, son étirement entropique, apporte un démenti, c’est à la ville comme verticalité, comme surplombé par un château ou une cathédrale24. Nancy associe cette dilution de la ville au délitement, à la dissolution du concept, « ceci n’est pas une ville », « No cityness about L.A. », avance Edward Soja25. Les traits canoniques de la ville (on pourrait tenter les « urbèmes ») font désormais défaut : l’entité close, la densité, la délimitation de la campagne, le corps entrailles, la concentration d’une population autour d’un downtown (officiellement, le Downtown de L.A. correspond à la Plaza, l’endroit où la ville fut fondée mais il n’a rien de fédérateur), les quartiers, les trottoirs, les impasses. Olivier Mongin, dans La ville des flux range Los Angeles sous le type de la ville nomade26 telle que Houston, Casablanca, Buenos Aires ou Mexico City : « ville mobile qui s’étend et se déplace », « exorbitée » : « La ville nomade est une ville rampante, [...] qui se répand au dehors comme un cours d’eau, se décentre sans arrêt, sort de la ville27 ».

  • 28 Manar Hammad, « La sémiotisation de l’espace. Esquisse d’une manière de faire », Actes Sémiotiques, (...)

7On le voit. Une espèce d’urbanité négative, comme on dit « théologie négative », affecte ce constat d’obsolescence d’une ville qui semble avoir renoncé à être ville. La ville des flux a perdu le syncrétisme centripète (conjonction de valeurs et d’activités dans un seul lieu) au profit de la dissociation centrifuge (disjonction de valeur et d’activité dans des lieux différents) selon le binôme forgé par Manar Hammad28. Le très fort espacement urbain explique d’ailleurs la préférence des habitants pour la voiture. Historiquement, les populations anglo-saxonnes et protestantes tenaient à se démarquer des populations hispaniques déjà présentes. Motivées par l’idéal « pastoral » de l’idéologie WASP, ces nouveaux habitants construisaient des quartiers avec une faible densité centrés sur la cellule familiale (maison individuelle avec jardin) qu’il a fallu relier par un vaste réseau autoroutier s’étendant sur 100 km du nord au sud et plus de 200 km de Ventura à San Bernardino. L’assertion de la chanson des Missing Persons, « Walking in L.A. », se vérifie :

  • 29 Note : Missing Persons, "Walking in L.A.", Spring Session M, Capitol Records, 1982.

You won’t see a cop walkin’ on the beat
You only see ‘em drivin’ cars out on the street
You won’t see a kid walkin’ home from school
Their mothers pick ‘em up in a car pool
Nobody’s walkin’walkin’walkin’walkin—nobody walks in L.A.29

8Malgré les freeway and expressway revolts et la crise du pétrole de 1973, Los Angeles reste la ville reste la plus motorisée du monde, avec des échangeurs autoroutiers à quatre niveaux parmi les plus embouteillés au monde. La ville est aussi le théâtre de nombreuses courses-poursuites relayées par les chaînes de télévision locales. La course-poursuite la plus connue est sans doute celle de O. J. Simpson (1994), footballeur, assassin présumé de sa femme. À en croire le sociologue et urbaniste François Ascher, cette mobilité vectorialisée emprunte ses métaphores à la physique des fluides dont le pouvoir modélisateur a des implications sur les pratiques, les flux de voitures étant assimilés à des flux sanguins : circulation, artères, congestion :

  • 30 François Ascher, « La métaphore est un transport », Cahiers internationaux de sociologie, 2005/1, n (...)

La physique des fluides et la logique des tuyaux ont […] entraîné des conceptions des systèmes de transports fondés sur la maximisation de l’écoulement [moyennant] des conduites (voiries) primaires à gros débit […]. On peut même se demander si les automobilistes, précipités dans ces conduites forcées, ne finissent pas par se comporter comme des particules, conférant ainsi à la métaphore un effet autoréalisateur30.

9Ce phénomène se propage en Europe où on assiste à un exode du centre-ville vers le périurbain et le rurbain, laissant croire à un retour vertueux à la campagne, au village, mais en réalité, éloignant le domicile du lieu de travail et augmentant la circulation.

  • 31 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 440, note 6.
  • 32 Ibid., p. 15.
  • 33 Ibid., p. 50.
  • 34 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 15.
  • 35 Jean-Luc Nancy, « La ville incivile », préface cit., p. 10.

10Olivier Mongin rend compte de l’inflation du vocabulaire qui désigne le mouvement d’extension entropique des villes : « villes-monde, méga-villes, villes-archipels, villes-régions, villes-pays31 » et déjà « Groβstadt » (Simmel) « Weltstadt » employé dans les années 1920 pour qualifier Berlin ou Paris (Claude Mangin) « villes tentaculaires » (Verhaeren) ou « post-urbain » proposé dans les années 1970, « l’hyper-ville » (André Corboz), « l’après-ville » (Françoise Choay), « l’urbain diffus » (Augustin Berque). Ce métalangage toujours plus outrancier désavoue l’essence de la ville albertienne, « pourvue de limites et d’enceintes32 ». La ville s’étend, s’étale, devient lisse, liquide « gazeuse33 ». Là aussi des figures morpho-dynamiques s’imposent pour appréhender cette réalité : « L’urbain généralisé […] se répand comme des coulées de lave volcanique34 » ; « les voitures […] coagulent en une pâte à peine fluide35 ».

  • 36 Julien Gracq, La forme d’une ville, Paris, Corti, 1985, p. 49.
  • 37 Ibid., p. 107.
  • 38 Ibid., p. 9.
  • 39 Ibid., p. 95.
  • 40 Paul Virilio, Ville panique, op.cit., p. 13.
  • 41 Rem Koolhaas, Junkspace [2001], Paris, Payot & Rivages, 2011, p. 82.

11Victor Hugo, dans Notre-Dame de Paris, avait déjà parlé de la croissance organique de Paris, de sa « crue ». Julien Gracq semble vouloir freiner ce processus in extremis lorsqu’il publie en 1985, la Forme d’une ville, où il décrit le remodèlement, l’éventrement et le bétonnement de la ville de Nantes qui saignent à blanc une ville autrefois si animée, une « chair si éveillée36 » et maintenant « exsangue37 ». « L’ancienne ville – l’ancienne vie38 », les points d’ignition, l’électricité statique ont fait place à la grisaille anonyme du délabrement, à l’atonie, à la léthargie, à la quasi-mort. Seuls les passages couverts, secrets, chaleureux, érotisés, donnent « sur le labyrinthe viscéral, les repaires intimes du vaste corps urbain39 ». Déjà encensés par les surréalistes (Aragon) et théorisés par Walter Benjamin comme le terrain véritablement sacré de la flânerie, ces « réserves d’urbanité40 », pour Paul Virilio, sont l’antithèse dans l’imaginaire français ou européen du centre commercial américain comme hétérotopie selon le terme de Foucault ou non-lieu au sens de Marc Augé, junkspace, d’après Rem Koolhaas, « le produit de la rencontre de l’escalator et de la climatisation, conçu dans un incubateur en placoplâtre41 ».

  • 42 Jean-Luc Nancy, « La ville incivile », préface cit., p. 10.
  • 43 Ibid., p. 18.
  • 44 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 34.
  • 45 Jean-Jacques Rousseau, Contrat social, I, vi, note, OC III, p. 361.

12À ce qu’on pourrait appeler le déclin de la raison urbaine, s’ajoute le déclin de la raison humaine. Dans l’outre-ville monstrueuse, « la ville s’incivile » avance Nancy « et révèle l’incivilité de la civilisation42 ». L.A. n’est plus urbaine car « elle n’est pas polie ou policée, pas douce, pas accommodante au regard ni à la marche43 », « la civitas s’est séparée de l’urbs, l’urbanité de l’urbanisation et la citoyenneté des espaces urbains44 ». Rousseau remarquait déjà que « les maisons font la ville mais que les citoyens font la Cité45 ».

  • 46 Franz Kafka, L’Amérique (Amerika), 1927. C’est une sorte de roman d’apprentissage inversé, perverti (...)
  • 47 Jean Baudrillard, Amérique, Paris, Grasset & Fasquelle, 1986, « poche », p. 72.

13Jean Baudrillard dans son essai Amérique, qui semble faire écho au roman kafkaïen46 lequel écorchait déjà le rêve américain en faisant porter un glaive à la statue de la Liberté, c’est la hantise d’une altérité américaine radicale, incommensurable avec l’Occident, qui nous sépare de l’Amérique, une « coupure infranchissable47 » :

  • 48 Ibid., p. 32-33.

En réalité, on ne prend pas ici, comme je l’espérais, de distance par rapport à l’Europe, on n’y gagne point de vue plus étrange. Quand vous vous retournez, l’Europe a tout simplement disparu. C’est qu’il ne s’agit pas de prendre un point de vue critique sur l’Europe. […] Ce qu’il faut, c’est entrer dans la fiction de l’Amérique, dans l’Amérique comme fiction48.

  • 49 Ibid., p. 65.

14L’Amérique est vue comme un Occident privatif : un univers amnésique, privé de sens, privé de pittoresque, privé d’Histoire, privé de centre. La configuration des espaces entraîne, là encore, une neutralisation de l’humain, qui pour Baudrillard est sans culture, sans passé, sans séduction, sans désir, sans velléité de dissidence – dans une utopie réalisée, il n’y a pas d’honneur à désobéir, ni de prestige dans la transgression – et dès lors sans consistance, pur simulacre. L’architecture horizontale, urbaine, nie elle aussi le concept de ville. Seul élément de culture, seul élément mobile : la voiture, « la vie entière en drive-in49 ». L’Amérique de Baudrillard interdit la marche comme pratique sauf sous forme de performance autistique et anéantissement régressif par le jogging :

  • 50 Ibid., p. 58.

Dans cette métropole centrifuge, si tu descends de ta voiture, tu es un délinquant, dès l’instant où tu te mets à marcher, tu es une menace pour l’ordre public, comme les chiens errants sur les routes. Seuls les immigrés du Tiers Monde ont le droit de marcher50.

  • 51 Louis Marin, « Dégénérescence utopique : Disneyland » Le pouvoir dans ses représentations, Paris, I (...)

15Le problème que Baudrillard entrevoit dans cette fiction, dans ce gigantesque hologramme, c’est l’impasse dans laquelle se trouve une société où tout est disponible. La seule issue s’avère la mort, et l’ambiance sépulcrale reflétée dans l’architecture en témoigne : les baies vitrées sont comme le cercueil de Blanche-Neige, des funeral homes. Le côté Disneyland, faussement paradisiaque a quelque chose d’hallucinatoire, de régressif. Louis Marin y voit une « dégénérescence » qui conduit « au fantasme51 ». Comme le château de Vaux-le-Vicomte menait à la statue d’Hercule, Main Street USA mène au dieu Coca-Cola.

  • 52 Zachary Baqué, « De la ville-décor à la ville-personnage. La représentation de Los Angeles dans deu (...)

16Le cinéma américain qui a afflué en Europe a alimenté cette image de la ville où l’urbain et l’humain sont incompatibles, celle d’une ville qui n’est plus digne de s’appeler ville, car transformée en parcours de voiture. À la fois le cinéma est coextensif de la métropole californienne et il lui donne en quelque sorte une épaisseur historique qu’on croyait absente. Certes, les road movies avaient échafaudé un imaginaire qui allait à l’encontre du prosaïsme de la ville avec ses freeways et ses embouteillages, un imaginaire utopique de la liberté, de l’échappatoire dans la drogue, l’amour ou le rêve, célébrant le désert comme la Vallée de la Mort, lieu vierge loin des villes. Rebelles au départ, ils devinrent toutefois plus consensuels par la suite : Denis Hopper, Easy Rider, 1969 ; Michelangelo Antonioni, Zabriskie Point, 1970 ; Wim Wenders, Paris Texas, 1987 ; Percy Adlon, Bagdad café, 1987 ; Sean Penn, Into the Wild, 2007. Il n’empêche que dans les films hollywoodiens en général, la voiture n’est pas catalyseur de fuite mais symbole de prestige ou de puissance. Les metteurs en scène, comme pour accompagner le phénomène de dilution des villes, mettent en exergue la voiture et l’insouciance inconsciente (de Sunset Boulevard de Billy Wilder, 1950, à Rebel without a Cause de Nicolas Ray, 1955). Chez David Lynch (Lost Highway, 1997 et Mulholland Drive, 2001), la fuite devient impossible car « l’autoroute n’a ni commencement ni fin52 ». Nous avons affaire à un espace purement mental, une vision fantasmée abstraite de Los Angeles avec ses réseaux routiers et son système de surveillance panoptique qui enferment autant les personnages qu’ils subjuguent les spectateurs.

17De plus en plus le cinéma va focaliser sur la voiture. La première scène de Somewhere de Sofia Coppola (2010) nous montre ainsi la Ferrari rutilante de l’acteur qui tourne en rond sur un circuit, à l’image de sa vie qui ne semble aller nulle part et n’être qu’une errance dans les couloirs du Château Marmont. De même, dans Collateral (2004) de Michael Mann, la voiture est condamnée à tourner en rond dans une mégapole sans entrée ni sortie, où ne subsiste plus que des voies infinies et labyrinthiques qui s’entrelacent au milieu de gratte-ciel. Et, pour finir, avec Drive de Nicolas Winding Refn (2001), la voiture n’est plus prothèse comme dans Taxi Driver de Scorsese (1976), mais personnage à part entière, un bolide débridé.

  • 53 Paul Virilio, Ville panique. Ailleurs comme ici, 2004, Paris, Galilée, p. 64.

18Dans Ville panique, écrit suite au 11 septembre, Virilio retient cette mobilité sans arrêt et donc sans issue face à la psychose du terrorisme et au cataclysme des villes, ce transit lié à un immense exode urbain qui invite à un déplacement mental, cognitif et physique permanent : « C’est une éthique de la disparition qui a ravagé le monde, un monde où la vitesse et la moralité n’ont cessé de suivre des courbes diamétralement opposées53 ».

  • 54 Claude Mangin, D’Angelinopolis à Postmétropolis, ou l’exception devenant paradigme : un modèle pour (...)

19Tandis que Claude Mangin insiste sur la ségrégation socio-spatiale, associant L.A. à une Ghettopolis avec son architecture sécuritaire, à une Riskopolis, qui allie aux dangers dits naturels (séismicité, affaissement) des tensions socioculturelles explosives entre riches et pauvres ou entre pauvres et pauvres, comme l’ont montré les émeutes de Los Angeles du printemps 1992 et à une Cosmopolis, formé par le « club des villes mondiales54 ».

Nouvelles perspectives : fin de la honte

  • 55 Gilles Deleuze, « De la supériorité de la littérature anglaise-américaine » (Dialogues avec Claire (...)
  • 56 Paul Morand, New York, op.cit., p. 74.

20Dans ce constat amer et désenchanté, il y néanmoins une part de fascination, qui était déjà celle de Gilles Deleuze lorsqu’il décrétait la « supériorité de la littérature anglo-américaine » de par son émancipation du cadastre et de l’enracinement territorial. D’après lui, les Français pensent trop en termes d’arbre et de racines et éludent les « lignes de fuite », le « devenir », la bifurcation, le voyage comme une pensée de l’inexploré, bref « l’experimentation-vie55 ». Morand était déjà captivé par le « voyage autour du monde56 » qu’offre Manhattan avec ses Chinois, Juifs, Italiens, Hongrois :

  • 57 Ibid., p. 74-75.

« Aujourd’hui que le Paris d’après-guerre est devenu, lui aussi, cosmopolite, la surprise sera pour nous moins grande, mais il reste toujours étonnant de pouvoir se promener toute une matinée sans entendre l’idiome national57 ».

  • 58 Ibid., p. 131.
  • 59 Jean Baudrillard, Amérique, op.cit., p. 97.

21Broadway en ignition surprend par ses lumières, ses projecteurs ou ses enseignes électriques et même si la foule « s’aveugle de faux jour […], auprès de ceci les rues de Shanghai, de Hambourg, sont des ruelles obscures58 ». On constate dans le regard français une tendance à nuancer l’antiaméricanisme et à repérer dans la ville américaine une liberté qui relègue notre « fétichisme du patrimoine », notre « culturalité héréditaire59 » dans le ridicule.

  • 60 Jean-Luc Nancy, La ville au loin, op. cit., p. 22.
  • 61 Ibid., p. 70.
  • 62 Ibid.
  • 63 Ibid., p. 61.
  • 64 Id., « Trafic/Déclic », in La ville au loin, op.cit., p. 76

22Nancy, pour sa part, déconstruit ses propres propos : « C’est toujours […] l’idylle de la ville-village, qui nous hante60 ». Le déclin de la ville est selon lui déjà inscrit dans le concept initial, dans l’origine marchande du bourg bourgeois, essentiellement ouverte sur la circulation. Il dénonce la schizophrénie européenne : « la ville refoule et exalte à la fois sa nature commerciale, commerçante, sa nature négociante, c’est-à-dire sans repos, sans repli en soi, ouverte de toutes parts, affairée à l’échange et à la circulation, au trafic61 ». Qui plus est, la ville étant initialement un chantier, elle « s’outrepasse62 » dès l’origine, connaît une « excroissance », un « agrandissement exponentiel et même illimité63 ». La ville se construit en se déconstruisant : « Le chantier met au jour l’équilibre incessamment métas-table de l’urbanicité64 ». La ville en tant que métropole (ville-mère), essaime et colonise en métabolisant tout l’espace alentour jusqu’aux lointaines cités-filles.

23Baudrillard porte lui aussi un regard critique sur le poids et la prétention de la centralité dont les Américains, par leur légèreté, se sont affranchis. Ces derniers désincarnent la culture qui nous pèse. Ils ont une candeur que nous n’aurons jamais. N’ayant pas de territoire ancestral, ils échappent à l’Histoire. La fille qui sert dans le guestroom le fait en toute liberté, avec le sourire, sans préjugés, contrairement au garçon de café sartrien, tout à fait aliéné et affecté par son intellectualité malheureuse. De même, la famille française installée sur une plage californienne fermée sur la cellule familiale, charrie le poids abominable de sa culture :

  • 65 Ibid., p. 91-92.

Or on peut tout dire des Américains, sauf qu’ils sont médiocres ou petits-bourgeois. Ils n’ont certes pas de grâce aristocratique, mais ils ont l’aisance de l’espace, de ceux qui ont toujours eu de l’espace, et ceci leur tient lieu de manières et de quartiers de noblesse. L’aisance corporelle que donne la disposition de l’espace compense aisément la faiblesse des traits et des caractères. Vulgaire, mais easy. Nous sommes une culture de la promiscuité, qui donne des manières et de l’affectation, eux ont une culture démocratique de l’espace. Nous sommes libres en esprit, mais eux sont libres en leurs gestes65.

  • 66 Ibid., p. 101.

24Baudrillard s’emploie aussi à réviser les propos de Guillaume Faye qui avait prétendu que la Californie était l’antithèse absolue de l’Europe, sa parodie généralisée, repeinte aux dorures de Disneyland. Oui, rétorque Baudrillard, la Californie (et l’Amérique avec elle) est le miroir de notre décadence, mais elle n’est pas décadente du tout, elle est d’une vitalité hyper réelle, elle a toute l’énergie du simulacre. « La clef de l’Europe n’est pas dans son passé révolu, mais dans cette anticipation parodique et délirante qu’est le Nouveau Monde66 ». Il conclut qu’il ne faut pas chercher l’Amérique dans ses musées, dans ses églises mais précisément dans les freeways, les safeways, les skylines, la vitesse, les déserts :

  • 67 Ibid., p. 82.

Notre conception de la liberté ne pourra jamais rivaliser avec la leur, spatiale et mobile. […] Trop empêtrés de notre histoire, nous ne savons produire qu’une centralité honteuse (le pluralisme à la Clochemerle) et une promiscuité honteuse (notre racisme mou)67.

  • 68 Rem Koolhaas, Junkspace, op.cit., p. 51.
  • 69 Ibid., p. 47.

25De même, Rem Koolhaas reproche à l’Occident une vision sous l’emprise d’une obsession du centre, outrée par tous les excès car sujette à « l’hallucination du normal68 ». Pourquoi le centre l’emporterait-il sur la périphérie, « orphelin conceptuel69 » dont sa mère, le centre, lui vole la vedette ?

  • 70 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 36.

26Olivier Mongin tient à son tour un discours plus nuancé sur la ville américaine. D’une part, la ville rampante converge avec les métropoles européennes qui ont, elles aussi, opté pour l’étalement urbain. D’autre part, Mongin veut sauter à pieds joints par-dessus les discours apocalyptiques et les catastrophes urbaines annoncées pour étayer en tant qu’urbaniste une conception d’une ville-modèle, où les conflits seraient résolus : « une ville-monde au sens où elle cherche à faire monde et pas uniquement à être mondialisée et interconnectée. Vancouver, Seattle, Amsterdam, Anvers, Nantes, Lyon70 ».

  • 71 Bertrand Westphal, La géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007.
  • 72 Cf. Mike Davis, City of Quartz : Excavating the Future in Los Angeles, London, New York, Verso, 199 (...)
  • 73 Edward Soja, Thirdspace : Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places, Oxford, Basil (...)

27Il faudrait idéalement croiser le regard égocentré français avec le regard géocentré américain, selon le principe de multifocalité cher à Bertrand Westphal71, pour se rendre à l’évidence que l’autocritique américaine peut être bien plus acerbe et désenchantée que la française. Mike Davis présente Los Angeles comme la ville symbole de l’enfer d’un capitalisme postmoderne, de la ségrégation résidentielle et ethnique (avec ses gated communities), de la spéculation immobilière (« Fortress LA »), des jeux de pouvoir, ou du NIMBY (Not In My Back Yard, « pas chez moi ! » : la volonté de chaque individu de ne pas voir son cadre de vie troublé par les groupes ethniques ou par des aménagements qui dérangent et de se replier dans des habitats blindés). Davis prend violemment position contre la façon dont le centre-ville a été aménagé, soi-disant pour revaloriser le patrimoine et créer des espaces publics, selon une politique de reconquête du centre-ville (redensification urbaine) mais qui finit par emprisonner les élites dans leurs résidences somptueuses (Melrose, Belair, Beverly Hills) et un prolétariat dans les ghettos et les barrios72. Edward Soja, géographe politique et urbaniste postmoderne s’intéressant à la justice spatiale, développe quant à lui six visions pour Los Angeles dans Thirdspace : Flexicity (la désindustrialisation relayée par un processus de réindustrialisation) ; Cosmopolis (la primauté de la globalisation de la culture, du travail et du capital) ; Expolis (l’excroissance exorbitée hors de la ville) ; Metropolarities (polarisation sociale) ; Carcereal Archipielagos (ville sécuritaire, sous surveillance) ; Simcity (le simulacre et l’hyper-réalité qui infiltrent l’imaginaire de la ville et la vie quotidienne)73.

  • 74 Philippe Roger, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris, Seuil, 2002.
  • 75 Charles Baudelaire, Fusées, Mon cœur mis à nu et autres fragments posthumes (1867), 1986, Paris, Ga (...)

28L’antiaméricanisme aurait-il changé de camp ? Philippe Roger, dans L’ennemi américain74, fait remonter celui-ci en France même avant l’indépendance des États-Unis au XVIIIe siècle, présenté comme un continent peu propice à la vie dont le climat aurait une influence dégénérative et, depuis le XIXe siècle, doté d’une vie intellectuelle atrophiée. Il rappelle que Baudelaire est l’inventeur, dans Fusées, de l’adjectif « américanisé », promis à un bel avenir. La guerre de Sécession ajoutera au préjugé culturel des attaques racistes, témoins d’une peur hexagonale, ou américano-phobie, d’une domination du monde par les Américains, ces « Yankees » aux grandes mâchoires75. C’est enfin le modèle économique et social qui est dénoncé : le capitalisme triomphant. Désormais l’antiaméricanisme se serait stabilisé en une « culture » antiaméricaine pleinement assumée. Or, plus que de lui prédire encore de beaux jours, on constate, d’une part, que les Français sont plus nuancés qu’on ne le croyait et, de l’autre, qu’un antiaméricanisme se répand de plus en plus en Amérique même.

Learning from

29Une troisième approche possible, après la vision apocalyptique et la révision des préjugés, serait d’épouser la thèse de Robert Venturi et Denise Scott Brown selon laquelle on peut tirer un enseignement de l’Amérique. Dans leur Learning from Las Vegas, ils expliquent que le kitsch vernaculaire, the ugly and the ordinary, peut être édifiant, car ils s’avèrent le lieu de l’expressivité populaire. La façade avec ses néons a une portée ludique et symbolique comme frontière entre espace privé et espace public que l’urbanisme et l’architecture moderniste ont abolie. Contrairement au canard, bâtiment dont la forme mime la fonction renvoyant à une rôtisserie qui servait du canard (1931) à Long Island en forme de canard géant, Big Duck, le hangar décoré attire le regard du passant, fût-ce-t-il automobiliste, par ses enseignes publicitaires. Cette exubérance signalétique et cette expressivité débridée relèvent de la culture populaire américaine.

  • 76 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 97.

30À son tour, Agnès Varda, dans son documentaire Mur murs de 1980, écoute les murs peints qui murmurent. Ces derniers racontent la vie de ces outsiders, femmes, noirs, latinos qui n’ont plus que la rue pour prendre la parole et affirmer leur existence. L’intérêt pour les pratiques vernaculaires, les façades et les murs restituent aussi au passant la latéralité que l’urbanisme rectiligne avait abolie, par les œillères que les rues tuyaux imposent comme frontalité : « Les poussées en avant, les avancées frontales l’emportant sur la latéralité et sur la perception de l’environnement proche, la vitesse ne s’accorde plus à la lumière76 ». Or, aujourd’hui, la rue tuyau est de plus en plus mise en cause par les urbanistes et le paradigme de la percolation semble vouloir s’imposer :

  • 77 François Ascher, « La métaphore est un transport », op.cit., p. 46-47.

Il s’agit toujours d’une analogie avec le comportement d’un liquide, mais cette fois-ci il est sous pression et doit traverser un ‘amas’, c’est-à-dire un milieu hétérogène et labyrinthique. Cette approche s’inscrit dans un courant de recherche auquel P. G. de Gennes a apporté des contributions importantes et qui vise à l’étude des écoulements (dits turbulents ou perméation) de fluides dans des milieux poreux77.

  • 78 Paul Virilio, Ville panique, op.cit., p. 51.

31Bref, contre les effets de distorsion dromoscopique78 d’un lieu traversé à toute allure : la redécouverte de la latéralité, de l’environnement, du voisinage, le tropisme villageois de la ville. Contre la course vectorialisée, visons le tour de l’oisif, la promenade, la flânerie, la déambulation :

  • 79 Jean-Luc Nancy, « Un art de la ville », in La ville au loin, op.cit., p. 115-116.

Tel est l’art de la ville : inchoatif par essence et par excellence. Art des rapprochements furtifs, […] art du croisement, du frottement et du frôlement des pas, des passages, des directions et des errances, c’est un art des corps, c’est un art de l’extension et de l’exposition qui fait les corps : âmes tendues les unes aux autres79.

  • 80 Ibid., p. 104.

32Qui plus est, « la ville doit être une artiste du vivre ensemble80 ».

  • 81 Paul Morand, op.cit., p. 199.
  • 82 Rem Koolhaas, Delirious New York, A retroactive Manifesto for Manhattan, London, Academy Editions, (...)

33Inutile toutefois de rêver d’un monde irénique sans voitures. Sans prendre les États-Unis pour exemple, il faut nous « ménager un trait d’union avec un continent qui n’a que trop tendance à ne plus vouloir de nous. […] Son aventure sera la nôtre81 ». Car, après tout, « La ville est une machine addictive à laquelle on ne peut échapper82 ».

Bibliographie

Bibliographie

Ascher, François, « La métaphore est un transport », Cahiers internationaux de sociologie, 2005/1, n° 118 (n° spécial sur la mobilité).

Baudrillard, Jean, Amérique, 1986, Paris, Grasset & Fasquelle, coll. : Poche 1986.

Butor, Michel, Mobile, Paris, Gallimard, 1962.

Caillois, Roger, Espace américain. Randonnées [1949], Paris, Fata Morgana, 2007.

Davis, Mike, City of Quartz : Excavating the Future in Los Angeles, London, New York, Verso, 1990, 2006.

Hammad, Manar, « La sémiotisation de l’espace. Esquisse d’une manière de faire », Actes Sémiotiques, 2013, 116, [http://epublications.unilim.fr/revues/as/2807].

Koolhaas, Rem, Junkspace [2001], Paris, Payot & Rivages, 2011. Delirious New York. A retroactive Manifesto for Manhattan, London, Academy Editions, 1978.

Mangin, Claude, « D’Angelinopolis à Postmétropolis, ou l’exception devenant paradigme : un modèle pour la ville mondiale ? » In Mappemonde 61, 2001.

Marin, Louis, « Dégénérescence utopique : Disneyland », Le pouvoir dans ses représentations, Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, 2008.

Mongin, Olivier, La ville des flux. L’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Paris, Fayard, 2013.

Morand, Paul, New York (1930), Paris, Flammarion, 1988.

Nancy, Jean-Luc, La ville au loin, Paris, La Phocide, 2009.

Roger, Philippe, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris, Seuil, 2002.

Soja, Edward, Thirdspace : Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places. Oxford, Basil Blackwell. 1996.

Virilio, Paul, Ville panique. Ailleurs comme ici, Paris, Galilée, 2004.

Westphal, Bertrand, La géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007.

Notes

1 Paul Morand, New York (1930), Paris, Flammarion, 1988, p. 32.

2 Ibid., p. 35.

3 Ibid., p. 46.

4 Ibid., p. 206. Il s’agit de l’ancêtre du coca-cola.

5 Roger Caillois, Espace américain. Randonnées [1949], Paris, Fata Morgana, 2007, p. 15.

6 Ibid., p. 15.

7 Michel Butor, Mobile, Paris, Gallimard, 1962, p. 315.

8 Ibid., p. 194.

9 Pour provocatrice qu’elle soit, il s’agit bien d’une référence à une prairie « débarassée de ses puces ».

10 Ibid., p. 94.

11 Ibid., p. 172.

12 Ibid., p. 175.

13 Ibid., p. 171

14 Ibid., p. 158.

15 Ibid., p. 214.

16 Ibid., p. 311-312.

17 Ibid., p. 385.

18 Ibid., p. 25.

19 « Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville/Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel) » (Baudelaire, Le Cygne, 1857).

20 Jean-Luc Nancy, La ville au loin, Paris, La Phocide, 2009, p. 30.

21 Ibid., p. 25.

22 Ibid., p. 30.

23 Ibid., p. 8.

24 Ibid., p. 33.

25 Edward Soja, Thirdspace : Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places. Oxford, Basil Blackwell. 1996.

26 Olivier Mongin, La ville des flux. L’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Paris, Fayard, 2013, p. 30. Mongin distingue, outre la vi l l e n o m a de, sept types de villes actuelles : la ville globalisée hors contexte, branchée sur des flux matériels et immatériels, vitrine de sa propre réussite (Dubaï, Pudong, Astana, Singapour, Hong-Kong, Montréal, le Grand Caire), la ville pieuvre, magnétique et ambivalente (Johannesburg, Mumbaï, Sao Paulo, Kinshasa, Douala, Khartoum) ; la v i l l e c a p t i v e « d a n s l e s murs », ville sécurisée, ou « hors les murs », enclaves rejetées à l’extérieur de la ville : les favelas, les cités de la banlieue ; la ville récit : la ville historique (Bologne, Valencia, Paris ?), avec sa tendance à la patrimonialisation, ville musée ; la ville-récit : la ville en suspens, ville sans ville, celle où les récits ne s’inscrivent pas dans des territoires ou des monuments avec un imaginaire qui s’exprime dans des paroles, des contes, des vêtements, des scènes théâtrales improvisées, des rituels (Kinshasa), et pour finir la métropole ou la ville contexte qui serait un bon compromis entre les flux et la ville habitable.

27 Ibid, p. 32.

28 Manar Hammad, « La sémiotisation de l’espace. Esquisse d’une manière de faire », Actes Sémiotiques, 116, [http://epublications.unilim.fr/revues/as/2807], 2013, p. 35.

29 Note : Missing Persons, "Walking in L.A.", Spring Session M, Capitol Records, 1982.

30 François Ascher, « La métaphore est un transport », Cahiers internationaux de sociologie, 2005/1, n° 118 (n° spécial sur la mobilité), p. 45-46.

31 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 440, note 6.

32 Ibid., p. 15.

33 Ibid., p. 50.

34 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 15.

35 Jean-Luc Nancy, « La ville incivile », préface cit., p. 10.

36 Julien Gracq, La forme d’une ville, Paris, Corti, 1985, p. 49.

37 Ibid., p. 107.

38 Ibid., p. 9.

39 Ibid., p. 95.

40 Paul Virilio, Ville panique, op.cit., p. 13.

41 Rem Koolhaas, Junkspace [2001], Paris, Payot & Rivages, 2011, p. 82.

42 Jean-Luc Nancy, « La ville incivile », préface cit., p. 10.

43 Ibid., p. 18.

44 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 34.

45 Jean-Jacques Rousseau, Contrat social, I, vi, note, OC III, p. 361.

46 Franz Kafka, L’Amérique (Amerika), 1927. C’est une sorte de roman d’apprentissage inversé, perverti, puisque le jeune homme dont on y suit la destinée s’achemine plutôt de désastre en désastre qu’en vue d’un accomplissement.

47 Jean Baudrillard, Amérique, Paris, Grasset & Fasquelle, 1986, « poche », p. 72.

48 Ibid., p. 32-33.

49 Ibid., p. 65.

50 Ibid., p. 58.

51 Louis Marin, « Dégénérescence utopique : Disneyland » Le pouvoir dans ses représentations, Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, 2008, p. 36.

52 Zachary Baqué, « De la ville-décor à la ville-personnage. La représentation de Los Angeles dans deux films de David Lynch, Lost Highway et Mulholland Drive », in Bertrand Gervais et Christina Hovath (éd), Écrire la ville, Université du Québec à Montréal, Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, coll. « Figura », n° 14, 2005, p. 135.

53 Paul Virilio, Ville panique. Ailleurs comme ici, 2004, Paris, Galilée, p. 64.

54 Claude Mangin, D’Angelinopolis à Postmétropolis, ou l’exception devenant paradigme : un modèle pour la ville mondiale ? in Mappemonde 61, 2001, p. 1.

55 Gilles Deleuze, « De la supériorité de la littérature anglaise-américaine » (Dialogues avec Claire Parnet, Flammarion, 1977), p. 59.

56 Paul Morand, New York, op.cit., p. 74.

57 Ibid., p. 74-75.

58 Ibid., p. 131.

59 Jean Baudrillard, Amérique, op.cit., p. 97.

60 Jean-Luc Nancy, La ville au loin, op. cit., p. 22.

61 Ibid., p. 70.

62 Ibid.

63 Ibid., p. 61.

64 Id., « Trafic/Déclic », in La ville au loin, op.cit., p. 76

65 Ibid., p. 91-92.

66 Ibid., p. 101.

67 Ibid., p. 82.

68 Rem Koolhaas, Junkspace, op.cit., p. 51.

69 Ibid., p. 47.

70 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 36.

71 Bertrand Westphal, La géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007.

72 Cf. Mike Davis, City of Quartz : Excavating the Future in Los Angeles, London, New York, Verso, 1990, 2006.

73 Edward Soja, Thirdspace : Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places, Oxford, Basil Blackwell, 1996.

74 Philippe Roger, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris, Seuil, 2002.

75 Charles Baudelaire, Fusées, Mon cœur mis à nu et autres fragments posthumes (1867), 1986, Paris, Gallimard "folio classique", XXII.

76 Olivier Mongin, La ville des flux, op.cit., p. 97.

77 François Ascher, « La métaphore est un transport », op.cit., p. 46-47.

78 Paul Virilio, Ville panique, op.cit., p. 51.

79 Jean-Luc Nancy, « Un art de la ville », in La ville au loin, op.cit., p. 115-116.

80 Ibid., p. 104.

81 Paul Morand, op.cit., p. 199.

82 Rem Koolhaas, Delirious New York, A retroactive Manifesto for Manhattan, London, Academy Editions, 1978, p. 293.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search