Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Première partie. Les pratiques néo-libérales à l’œuvre dans la ville américaine

Conquérir un territoire urbain au xxie siècle : éclairages sur la stratégie d’expansion de l’université Columbia à Harlem, New York

Charlotte Recoquillon

Résumé

Columbia, université de renommée internationale, est située à Harlem, non moins célèbre, mais pour d’autres raisons. Si la réussite et l’élitisme sont associés à la première dans les représentations à travers le monde, ce sont des images d’un environnement urbain hostile, dégradé et dangereux qui sont attachées au second. Avec une population universitaire bien différente de celle des quartiers traditionnels de Harlem, les scissions physique, ethnique et sociologique se sont accrues. C’est dans ce cadre de relations historiquement tendues que s’est faite l’annonce, en 2002 par le président de Columbia, d’un projet d’expansion vers le nord de Harlem qui aboutira à un conflit de plus de 5 ans.
Cet article montre quelles stratégies ont permis à l’université Columbia de faire valider le projet d’expansion par le Conseil municipal malgré des protestations persistantes de la population. Notamment, la collusion très forte entre les élites municipales et l’administration de l’institution a assuré au projet d’être voté bien que le processus de consultation publique ait soulevé de nombreuses oppositions. Parallèlement, la négociation d’un contrat privé de bénéfices mutuels, controversé lui aussi, n’a pas permis à la population de modifier le projet mais lui a acquis un certain nombre de compensations. Dans ces deux processus – consultation publique sur un projet d’aménagement et négociation d’accord de bénéfices mutuels – les représentations des habitants pour leur quartier se sont heurtées aux impératifs de compétitivité internationale pour l’université comme pour la ville, et au nouveau « diktat » de l’économie créative.

Entrées d'index

Mots clés :

Lee Bollinger

Texte intégral

1Columbia, université de renommée internationale, est située à Harlem, non moins célèbre, mais pour d’autres raisons. Si la réussite et l’élitisme sont associés à la première dans les représentations à travers le monde, ce sont des images d’un environnement urbain hostile, dégradé et dangereux qui collent au second. Et, en effet, l’enclave que forme l’université dans le quartier, isolée physiquement par une barrière semi naturelle, abrite une population très différente des habitants traditionnels de Harlem. Ruptures physique donc, mais aussi ethnique et sociologique, sont en partie responsables d’une relation historiquement tendue.

2Or, quand en 2002, le président de Columbia, Lee Bollinger, annonce un projet d’expansion vers le nord de Harlem, les conflits d’intérêts entre les besoins de l’université d’une part, et ceux de la population d’autre part, apparaissent au grand jour et donnent lieu à un conflit qui durera plus de 5 ans.

  • 1  Une attention minutieuse est portée sur les mouvements de résistance dans d’autres publications de (...)

3Alors que des recherches de plus en plus nombreuses soulignent le rôle central des universités dans le développement local et encouragent et valorisent les expériences de rapprochement et la co-élaboration de destins communs, l’exemple de Columbia s’inscrit à l’encontre de ce mouvement. En effet, cet acteur est indiscutablement crucial pour le développement urbain futur de Harlem, mais, et ce malgré une longue expérience, l’université a fait preuve d’une obstination remarquable face aux revendications de la communauté locale. Cet article s’attache ainsi à présenter les stratégies et représentations qui ont présidé au projet ainsi que les relations entre les acteurs de la ville et de l’université1.

4Dans un premier temps, les modalités et fondements d’un conflit opposant une institution extrêmement puissante à un groupe de résidents bruyants, mais plus démunis, sont rappelés. Ensuite, dans le contexte d’une économie mondiale de plus en plus tournée vers l’innovation et la « créativité », les intérêts convergents entre l’université et la ville – et qui ont contraint cette dernière à intervenir face à une opposition suffisamment vigoureuse de la population – sont explicités. Enfin, cet article montre comment les blocages nés de cette situation ont été dépassés par la négociation d’un contrat privé de compensations résultant de la mobilisation politique.

L’expansion de l’Université de Columbia : des relations conflictuelles à léchelle du quartier

5En 2002, Lee Bollinger, nouveau président de Columbia (CU), révèle le projet d’expansion de son université vers le nord, entre la 125ème et la 135ème Rues, dans un quartier de Harlem appeIé Manhattanville. Rapidement, les acteurs se positionnent et une forte mobilisation contre le projet s’organise.

IIIustration 1 : L’expansion de CoIumbia dans un quartier en gentrification. Conception et réaIisation : CharIotte RecoquiIIon

IIIustration 1 : L’expansion de CoIumbia dans un quartier en gentrification. Conception et réaIisation : CharIotte RecoquiIIon
  • 2  Euros de décembre 2012 (6,3 milliards de dollars). Columbia Magazine, The Alumni Magazine of Colum (...)

6Le projet d’expansion prévoit la construction de plusieurs millions de mètres carrés d’espaces dédiés à l’enseignement mais aussi le développement d’un espace urbain entièrement remodelé pour servir la communauté universitaire (étudiants, personnel administratif et enseignant). Ce chantier – 18 immeubles de salles de cours, de logements, de laboratoires… – estimé à cinq milliards d’euros2 durera vingt-cinq ans et transformera profondément ce petit territoire choisi pour sa proximité et sa continuité avec le campus existant.

  • 3  À New York, les projets urbains ayant un impact conséquent doivent passer par une procédure de con (...)
  • 4  Pour plus de détails sur les stratégies de résistance, voir Recoquillon Charlotte, 2013, « L’expan (...)

7Malgré d’intenses efforts de l’université, il aura fallu attendre décembre 2007 pour que le conseil municipal, en votant la requalification nécessaire du quartier3, autorise l’expansion de l’institution privée. Au cours de ces cinq années, des associations locales, des habitants, des leaders communautaires se sont unis pour protester contre le projet, lui reprochant, en premier chef, le déplacement direct de résidents et de commerces, y compris au moyen d’expropriations forcées. Tous ces acteurs ont, sans relâche, organisé des réunions publiques ; assisté à toutes celles organisées par la mairie ou les différents acteurs ; interpellé élus, responsables, journalistes et société civile, organisé des manifestations – parfois conjointement avec d’autres mouvements anti-gentrification – ; distribué des tracts, participé à des blogs et sites internet ; et sont même allés devant la justice. En bref, ces habitants ont utilisé tous les moyens à leur disposition pour s’opposer au projet d’expansion de Columbia à Manhattanville4.

Illustration 2 : « Dear Columbia : No Forced Displacement »

Illustration 2 : « Dear Columbia : No Forced Displacement »

Photographie : Charlotte Recoquillon

  • 5  Denault, N. « Rethinking expansion, the next step in Manhattanville activism », Ad Hoc, Printemps. (...)
  • 6  Student information Services, Columbia University, « Headcount enrollment by school, race/ethnicit (...)
  • 7  Census 2010, SF1, Census tract 219 de New York county (accédé en décembre 2012), http://www.census (...)
  • 8  Michaud A., « City Council Approves Columbia Expansion », Crain’s New York Business, 19 décembre 2 (...)

8Les explications de cette colère sont nombreuses, qu’elles soient inhérentes au projet ou liées à un autre contexte. D’une part, ce projet menaçait directement de déplacement les 400 résidents qui n’avaient pas encore accepté de quitter le quartier, ainsi que 85 commerces ou entreprises (environ 5 000 emplois, plutôt peu qualifiés). Dans le périmètre immédiat de l’expansion, c’est-à-dire, au delà de la 135ème Rue et de Broadway, 5 000 résidents étaient – sont – menacés de déplacement indirects via des hausses de loyers et la hausse des valeurs immobilières5. Par ailleurs, le projet était critiqué du point de vue écologique et environnemental. Des associations de protection de l’environnement craignaient que l’architecture même des nouvelles constructions soit incompatible avec la nature du sol, ou encore que les activités de recherche menées dans les laboratoires de l’université présentent un risque sanitaire pour la population. Mais, plus sérieux, c’est le sentiment de dépossession de leur territoire qui a animé ces résidents. Car, si tous s’accordent sur le prestige et l’atout que l’université représente pour le quartier, les habitants ont le sentiment de ne pas en être les bénéficiaires et d’être dépossédés de leur quartier, de leur maison et de leur vie au profit d’intérêts privés et de classes sociales plus élevées. En effet, rares sont les jeunes du quartier à entrer à Columbia ou les résidents à y travailler, en dehors des emplois peu qualifiés de service. Et il faut ajouter à ces divisions sociales, une dimension ethnique importante puisque les résidents du quartier de l’expansion sont majoritairement noirs et hispaniques tandis que la population du campus est, et sera, majoritairement blanche. En 2011, par exemple, seuls 5,2 % des étudiants de Columbia étaient noirs (cette proportion baisse même à 3,6 % pour les 3èmes cycles) et 7,5 % d’Hispaniques6. Dans la zone d’expansion de l’université, le recensement de 2010 compte 33,9 % de Noirs et 60,5 % d’Hispaniques7 ! De plus, le campus actuel de l’université n’est pas partout facilement accessible au niveau de la rue et cette caractéristique urbaine n’est pas très favorable à l’inclusion et l’ouverture à la communauté. Le projet présenté a nourri les craintes d’un environnement urbain cloisonné et excluant, ce pourquoi l’université s’est engagée à n’ériger aucune barrière ni grille. Cependant, même sans ces barrières physiques, quand tous les services et infrastructures offerts seront à destination des étudiants, les incitations pour les habitants seront plus rares et ces derniers seront, de fait, exclus de cet espace. Ainsi, une partie des revendications des résidents concernait la possibilité de bénéficier de cette institution et de pouvoir y accéder, mais aussi de partager le territoire en ayant la possibilité d’y maintenir leurs activités. Selon eux, Columbia détenant déjà plus des deux tiers des propriétés de la zone – 70 % en décembre 2007 selon le magazine immobilier Crain’s8 –, acquises pendant les années 2000, cela aurait du leur suffire. Le cœur du conflit s’est focalisé sur les menaces de Columbia de faire appel à l’État de New York pour exproprier les derniers propriétaires et obtenir les 6 dernières propriétés de la zone (ils en possédaient 61). Nick Sprayregen, un entrepreneur finalement exproprié s’insurgeait en 2007 :

  • 9  In Bagli Charles, « Zoning changes proposed to preserve West Harlem’s character », New York Times, (...)

Ils essaient de faire disparaître par la force tous les derniers commerces, entreprises et propriétaires immobiliers. C’est ridicule. S’ils n’obtiennent que 90 % de l’espace, ils ne construiront pas le campus9 ?

  • 10  McCaughey, R. Stand, Columbia : A History of Columbia University, New York : Columbia University P (...)
  • 11  Marcuse P. et Potter C., « Columbia University’s Heights : An Ivory Tower and its Communities », d (...)

9D’autres raisons, plus éloignées du projet, ont crispé le conflit entre l’université et les résidents. Les relations de l’université avec Harlem ont toujours été tumultueuses. Columbia ne bénéficie pas d’une bonne réputation et, perchée sur sa colline, enclavée du reste de la communauté, peu encline au dialogue ou à l’écoute, l’université est perçue comme arrogante. En 1968, déjà, un projet de construction d’un gymnase dans le parc public du quartier avait fini par une évacuation par la police des étudiants et manifestants occupant l’université pour protester contre le projet qui était perçu comme raciste10. Celui-ci n’a pas vu le jour et cette victoire a marqué la mémoire collective locale. Mais Columbia souffre aussi d’une très mauvaise réputation en tant que propriétaire immobilier. En effet, l’université détient de très nombreux biens dans Harlem et, à plusieurs reprises, dans les années 1940, 1960, 1980 et 2000 donc, a été accusée d’expulsions de locataires pauvres, noirs ou hispaniques11. La stratégie d’acquisition de l’université ayant pour but d’augmenter ses revenus ou le parc de logements pour ses étudiants, professeurs et employés, les habitants de Harlem en ont souvent été les premières victimes. Ainsi que le résume Edwin Marshall, responsable de l’aménagement du Nord de Manhattan de l’agence d’urbanisme de New York City, Columbia a péché dans sa communication, certes, mais les tensions naissent aussi du décalage entre des enjeux mondiaux pour l’université, et des enjeux locaux pour les habitants :

  • 12  Entretien avec l’auteur, 13 mai 2008.

En plus de la relation historiquement mauvaise entre Columbia et le quartier, Bollinger était vraiment arrogant et condescendant quand il est arrivé. Et les mauvais jours refont toujours surface. (…) De plus, Columbia n’a jamais vraiment articulé les bénéfices que la communauté allait tirer de l’expansion alors qu’ils parlaient toujours de leur positionnement interne, de leur compétitivité, etc. Le travail de proximité aurait pu être mieux mené12.

  • 13  Fullilove, M. Root Shock, How Tearing Up City Neighborhoods Hurts America, and What We Can Do Abou (...)

10Enfin, c’est surtout le contexte de gentrification galopante qui a généré une si furieuse opposition. Depuis la fin des années 1980, et les premières opérations de réhabilitation de logements, Harlem a connu des transformations profondes. De nombreux habitants – sans qu’on puisse vraiment dire combien – ont été déplacés du fait de la gentrification, ce qui a entraîné, par exemple, une diminution de la population noire, à la fois en termes absolus et relatifs. Les prix ont considérablement augmenté, de nouveaux visages ont remplacé les anciens, tout comme de nouveaux commerces et services, parfois en décalage avec la culture locale, ont remplacé les commerces de proximité familiers. Même si de nombreuses évolutions sont positives et appréciées par les habitants de Harlem, la rapidité de ces transformations et, surtout, leur manque de contrôle sur le phénomène, les effraient. Sans compter que les déplacements sont traumatisants pour ceux qui doivent quitter le quartier de manière forcée, mais aussi pour ceux qui restent, toutes ces personnes assistant au démantèlement de leurs réseaux sociaux13.

11C’est pourquoi le projet d’expansion de l’université, perçu comme hégémonique et ne prenant pas en compte ses besoins, a rencontré une opposition importante de la population, nécessitant l’intervention de la force publique pour être adopté, ces derniers ayant des intérêts très convergents.

Columbia et New York City, des intérêts communs

Économie créative et enseignement supérieur

12Les institutions d’éducation supérieure sont un atout majeur dans une société. Bien sûr, le développement de la connaissance et les progrès techniques permettent des avancées significatives dans des domaines immédiatement utiles comme la santé ou la climatologie. Les recherches effectuées à Columbia sur la maladie d’Alzheimer ont d’ailleurs servi d’argument à Lee Bollinger pour défendre la légitimité et l’utilité de l’université dont les habitants, puisqu’elle est une institution privée, contestaient que leur expropriation serve le bien public.

  • 14  Columbia University News, www.news.columbia.edu

13Mais les universités jouent aussi un rôle essentiel dans le domaine de la culture, des arts et de la création, pierres angulaires des nouvelles orientations économiques des grandes villes. La mémoire et l’histoire sont, de même, entretenues et enrichies grâce à la recherche et l’enseignement supérieur. Surtout, c’est par la mise au monde de citoyens réfléchis, hautement qualifiés et moteurs de leur environnement que les universités contribuent le plus au monde. De ce point de vue, l’Université Columbia peut par exemple arguer compter Barack Obama parmi ses anciens étudiants. Le rayonnement des universités passe aussi par la contribution constante des chercheurs et étudiants aux débats de société, sur le droit de vote ou sur le mariage homosexuel comme ce fut récemment le cas à Columbia. Et, pour preuve de cet engagement à servir la ville de New York, le site internet de l’université présente une rubrique spécialement dédiée au relais de toutes les informations concernant ou relatant ses contributions14.

  • 15  The Economist Intelligence Unit. Hotspots, Benchmarking Global City Competitiveness, 2012, p. 18.
  • 16  Ibid., p. 20.
  • 17  Brash, J. Bloomberg’s New York, Class and Governance in the Luxury City. Athens : The University o (...)

14Dès lors, on comprend dans quelle mesure les universités jouent un rôle essentiel dans les sociétés du savoir et les économies créatives, dont la croissance et le développement s’appuient sur la création et la diffusion de connaissances. À cela, il faut ajouter la compétition effrénée entre les grandes villes, y compris la compétition à l’attraction du capital humain nécessaire. En effet, il semble que la corrélation entre capital humain et performance de compétitivité soit extrêmement forte, exigeant ainsi des villes qu’elles attirent des talents15. Alors que New York se trouve en tête du classement mondial des villes compétitives, elle n’est que 18e en terme de capital humain16. Par conséquent, ceci constitue un potentiel de croissance et de renforcement de son positionnement. L’intérêt de cette stratégie pour la ville est que ces classes ont des hauts revenus, consomment et payent des impôts mais aussi participent à des activités à forte valeur ajoutée, générant beaucoup d’argent et de nombreux emplois. Le maire d’alors, Michael Bloomberg (2002-2013), l’un des hommes les plus riches et puissants du monde, a d’ailleurs consacré l’essentiel de son énergie à des projets de développement urbain visant ces élites17.

15L’expansion de Columbia, en ayant pour objectif principal de se maintenir parmi les meilleures universités et d’attirer les élites des étudiants et professeurs en leur offrant des conditions de travail optimales, servait donc directement les intérêts de la ville de New York ainsi que le résume Cécilia Kushner, directrice des initiatives spéciales au département d’urbanisme :

  • 18  Entretien avec l’auteur, 24 février 2012.

Columbia fait partie de l’Ivy League. Il n’y en a que sept dans le pays, et une seule à New York. Ce qui est important pour l’université est important pour la ville. Et, en effet, c’est l’économie du futur, l’économie de l’innovation, l’économie de la ville créative. (…) Une université est un facteur de santé économique. (…) Il est évident que la mairie voulait ce projet18.

Columbia, un rang à maintenir

  • 19  Classement du Times Higher Education Ranking prenant en compte l’excellence en enseignement, en re (...)

16Columbia est l’une des institutions les plus prestigieuses, non pas seulement des États-Unis, mais aussi du monde. Pour l’année 2012-2013, elle se situe au 14ème rang du classement mondial des meilleures universités19. Elle appartient aussi à la célèbre Ivy League, qui regroupe huit institutions prestigieuses de la côte nord-est des États-Unis, et devenue synonyme d’excellence, de performance et d’élitisme. Le coût considérable de l’inscription, plus de 40 000 dollars par an (hors logement, pour lequel il faut ajouter environ 10 000 dollars) combiné aux critères d’excellence, font de Columbia l’une des institutions les plus difficiles d’accès dans le pays, mais aussi l’une des plus prisées. Le nombre d’étudiants est en constante augmentation, ordonnant à Columbia d’aménager son campus pour les accueillir. Plus de 28 000 étudiants fréquentaient Columbia en 2011, dont 25 % d’étudiants étrangers – la plaçant ainsi parmi les universités américaines accueillant le plus grand nombre d’étudiants. Pourtant, le campus actuel, contraint par un environnement urbain extrêmement dense, est l’un des plus petits. Le campus est, selon son internet, deux fois plus petit que celui de Harvard (+/- 18 000 étudiants), trois fois plus petit que celui de Yale (+/- 13 000 étudiants) ou de Princeton (+/- 7 500 étudiants). Ainsi, il lui fallait offrir à « sa » communauté (c’est-à-dire étudiants et personnel administratif et enseignant) des conditions de travail et une qualité de vie compétitives et cela passait par l’acquisition ou la construction de nouveaux espaces. C’est essentiel pour l’université : d’une part, les meilleurs étudiants (et leurs frais d’inscriptions) ne viendront que si l’université reste à la pointe et leur offre un cadre de vie agréable ; d’autre part, il lui faut séduire les meilleurs professeurs, afin que ces derniers attirent à leur tour les meilleurs étudiants, ainsi que des financements (publics et privés) pour leurs recherches.

17Le choix de l’expansion à Manhattanville n’allait pas de soi. En effet, de nouveaux bâtiments auraient pu être acquis ou construits dans d’autres quartiers de New York, privilégiant un développement polycentrique. C’est le modèle du système universitaire public de New York, CUNY (City University of New York) qui compte de nombreuses facultés dispersées dans la ville. Et d’ailleurs, cette solution semble avoir été envisagée par le prédécesseur de Lee Bollinger qui aurait été en pourparlers avec Donald Trump pour lui acheter un terrain derrière le Lincoln Center, au niveau de la 60ème Rue. Mais Lee Bollinger a préféré viser une expansion dans le prolongement du campus actuel, afin de concentrer les talents et favoriser leur émulation, mais aussi de créer une ambiance, un véritable campus urbain répondant à tous les besoins de ses usagers. Ainsi, Manhattanville apparaissait comme le lieu idéal. En bordure de l’Hudson River, immédiatement au nord du campus principal actuel, proche aussi du campus hospitalier de Washington Heights du fait d’une économie d’industrie légère (entrepôts et petites usines) et d’un urbanisme bas (des immeubles de deux ou trois étages seulement), le quartier offrait des perspectives de développement importantes.

18Mais la vision de Columbia pour le quartier s’est heurtée à la vive opposition des habitants de Harlem. C’est seulement grâce à l’intervention de la municipalité et la coordination de différents pouvoirs et influences que l’université a pu parvenir à ses fins.

Mobilisation politique en faveur de lexpansion de Columbia

  • 20  Perry D.C. et Wiewel W. (éd.), The University as Urban Developer : Case Studies and Analysis. M.E (...)
  • 21  Ibid., p. 13.
  • 22  Maurrasse, D. Higher Education-Community Partnerships : Assessing Progress in the Field. Nonprofit (...)

19Perry et Wiewel, dans leur ouvrage de 2005 sur les universités en tant qu’aménageurs urbains, retiennent des dix-sept études de cas publiées que « l’aménagement urbain universitaire est un processus politique20. Sans une compréhension précise du contexte politique local et de ce qu’il implique, l’aménagement sera bien plus difficile, voire impossible, à faire avancer »21. Tandis que les recherches et les expériences de coopération et partenariats entre les universités et leur quartier tendent à se développer, notamment pour des raisons de performance et de bénéfices mutuels, Columbia représente un cas d’étude intéressant et confirme qu’une mauvaise relation avec sa communauté est coûteux, aussi bien en terme de temps que financièrement22. En l’occurrence, il faut ajouter un montant de 150 millions de dollars à verser à la communauté aux cinq années de lobbying intense de l’université auprès des élus et dirigeants de la ville et de l’État de New York.

Mobilisation des réseaux et stratégies de lobbying

20L’appartenance à des réseaux communs constitue la première modalité de coopération entre les pouvoirs publics et les dirigeants de l’université. En effet, il existe une proximité entre les administrateurs de Columbia et les plus hauts dirigeants de la ville de New York et de l’État. Parmi les vingt-quatre membres du conseil d’administration, au moins dix sont des dirigeants de grandes banques (Citigroup, JP Morgan, Merril Lynch, etc.) ou firmes d’investissement (Goldman & Sachs, etc.). Les autres membres sont des entrepreneurs côtés à l’indice Nasdaq, de grands avocats, des dirigeants de groupes de presse, comme Michael Bloomberg, maire de New York mais aussi fondateur de Bloomberg LP, entreprise d’information spécialisée dans la finance et l’économie, et donc un interlocuteur attendu pour l’université. De plus, Bloomberg a lui-même placé dans son administration de nombreux hauts responsables issus du monde de l’entreprise, au premier rang desquels Daniel Doctoroff – qui a commencé sa carrière chez Lehman Brothers, puis la poursuit actuellement à la tête de Bloomberg LP après avoir quitté ses fonctions de maire adjoint au développement économique en 2011. Ces derniers étaient acquis au projet d’expansion dès le début tant il soutient leur action favorisant un modèle économique « créatif ». Néanmoins, la loi imposant à l’université de passer par un processus de consultation publique, divers moyens ont été déployés par les uns et les autres pour permettre au projet d’aboutir.

  • 23  Williams Timothy, 2007, « Despite eralier defiance, holdouts in Columbia’s expansion zone are down (...)
  • 24  La ville de New York City est composée de cinq boroughs : Manhattan, Brooklyn, Bronx, Queens et St (...)
  • 25  Durkin Erin, « CU letter on expansion incites protest », Columbia Spectator, 21 avril 2005.
  • 26  À la suite des protestations des associations de résidents, une autre étude, indépendante, sera co (...)
  • 27  Entretien avec Susan Russell, chef de cabinet du Conseiller municipal de West Harlem, Robert Jacks (...)

21De la part de l’université, cela s’est traduit par un lobbying intense des « élus stratégiques ». En effet, le New York Times révélait en 200723 qu’en seulement deux ans, Columbia avait dépensé 1,2 millions de dollars en lobbying auprès, entre autres, de Daniel Doctoroff, maire-adjoint au développement économique, Christine Quinn, porte-parole du Conseil municipal, Scott Stringer, président du borough24 de Manhattan, ou encore Robert Jackson, conseiller municipal de West Harlem. Columbia a également versé des sommes importantes à l’État de New York dans le but d’obtenir les expropriations nécessaires. Ce « dernier recours » a conduit dès 2004 l’université à payer au département d’État du développement (ESDC) la somme de 300 000 dollars afin de couvrir les frais des études préalables25, et sans que ces derniers n’y voient de conflit d’intérêt26. Le lobbying de Columbia a aussi porté sur la communauté locale. Ainsi, en 2007 seulement, le lobbyiste Bill Lynch a reçu 330 000 dollars afin de gagner quelques soutiens dans la communauté notamment au travers d’une « coalition pour le futur de Manhattanville ». L’expérience tourne mal quand, en août 2007, lors d’une réunion publique de consultation, une étudiante de Columbia découvre (et révèlera) que des pensionnaires d’un centre de désintoxication de East Harlem ont été payés pour assister à la réunion et arborer des autocollants de la « coalition ». Enfin, afin de désamorcer le blocage grandissant avec la population, dès 2004, Robert Kasdin, vice-président de Columbia se rapproche de Dan Doctoroff, maire-adjoint au développement économique qu’il connaissait depuis leurs années à Harvard. Kasdin fait donc part à Doctoroff des difficultés qu’ils rencontrent pour faire avancer le projet. Mathew Wambua, qui travaille à l’époque pour Dan Doctoroff commence alors un rapprochement avec le bureau du conseiller municipal Robert Jackson. Rapprochement qui initie les accords de bénéfices mutuels27.

  • 28  « Columbia’s Astroturf Faking Grassroots Support For Expansion », New York Post, 19 septembre 2007

22Les liens de l’université avec les responsables politiques se sont donc principalement reposés sur des réseaux communs et des investissements de lobbying pour défendre des intérêts identifiés comme convergents. Et malgré les discours de l’université, le journaliste Tom Elliott relève que « [ses] méthodes sembl[ai]ent plus s’appuyer sur des jeux politiques et de gros chèques que sur l’écoute des gens qui vivent et travaillent là où l’université veut construire28 ». De son côté, la municipalité n’a pas non plus ménagé ses efforts.

Le soutien municipal à Columbia

23La municipalité est intervenue de différentes manières dans le projet d’expansion. De manière assez directe, via le département d’urbanisme (City Planning) qui a mené la consultation publique, et par un soutien à la négociation d’un contrat privé entre Columbia et la communauté.

24Du point de vue formel, le département d’urbanisme a administré le projet au même titre qu’un autre, y compris que le schéma directeur de développement déposé par le conseil de quartier quelques mois avant. Cependant, le fait que les dossiers aient justement été traités de la même façon alors qu’il existait un fossé immense entre les moyens des uns et des autres a favorisé l’université. Ainsi, les études d’impact préalables nécessaires à tout projet ont requis plusieurs années d’efforts de la part des citoyens bénévoles du conseil de quartier, tandis que l’université a pu en quelques mois mobiliser toute son expertise. Une fois ce document enregistré auprès de la ville, le département d’urbanisme délivre une « certification » qui permet d’entrer immédiatement dans le processus de consultation publique. Le projet de Columbia ayant reçu sa certification en juin 2007, ce qui a constitué une difficulté supplémentaire pour la population, plus difficile à mobiliser pendant l’été. Ces derniers ont rendu un avis défavorable au projet le 15 août 2007 (avis consultatif uniquement, qui ne constituait pas une force de décision). Au cours de ce processus de consultation, les élus qui devaient être consultés ont saisi cette occasion pour négocier leur vote. Ainsi par exemple, Scott Stringer a-t-il pu ensuite émettre un avis favorable.

  • 29  Recoquillon, C. « L’expansion de Columbia University », in Giblin B. et Douzet F. (éd.), Des front (...)
  • 30  Entretiens avec Susan Russel, février 2012.
  • 31  Recoquillon, art. cit., p. 273-284.
  • 32  « West Harlem Community Benefits Agreement », 18 mai 2009, http://gca.columbia.edu/files/gca/conte (...)

25Par ailleurs, la municipalité a facilité la négociation d’un accord de bénéfices mutuels (CBA, Community Benefits Agreement) dont la signature la veille du vote a permis l’adoption du projet par le conseil municipal au terme de la consultation publique29. Ainsi, sous l’impulsion de Mathew Wambua (mandaté par Dan Doctoroff) et de Susan Russell (chef de cabinet de Robert Kackson)30, la ville en 2005 alloue 350 000 dollars pour la création d’un groupement représentatif de la communauté (LDC, Local Development Corporation) qui aura pour mission de négocier un accord avec Columbia. La ville nomme aussi un médiateur. Initialement, la LDC était composée de représentants d’associations du quartier, d’entrepreneurs, de leaders religieux, etc. Toutefois, et alors qu’ils avaient été volontairement maintenus à l’écart pour éviter les conflits d’intérêts et la cooptation, les élus ont rapidement imposé leur présence. De nombreux tumultes ont émaillé les négociations31. Cependant, au terme d’un véritable bras de fer de deux ans, et quelques heures avant que le conseil municipal se réunisse pour statuer sur le projet d’expansion, la LDC obtient 150 millions de dollars de l’université, dont 30 millions seraient alloués à la construction d’une école publique, 24 millions à des logements abordables et 76 millions consacrés à des programmes sociaux et culturels locaux32. Michael Bloomberg confirma par ailleurs le soutien de la ville en promettant 150 millions de dollars supplémentaires dédiés au logement par le canal du département municipal du logement (HPD, Housing Preservation Department). D’autres actions municipales ont accompagné le projet de Columbia, à l’instar du redéveloppement des berges le long de l’Hudson River, juste à côté de la zone d’expansion.

  • 33  À New York, une règle tacite veut que lorsqu’il s’agit d’un dossier local, les conseillers municip (...)
  • 34  Sur la gentrification de Harlem, les transformations et les conflits et les résistances engendrées (...)

26Le rôle de la Local Development Corporation (LDC) – renommée depuis West Harlem Development Corporation – s’est avéré indispensable afin d’obtenir des conseillers municipaux qu’ils approuvent le projet d’expansion de l’université. Le vote, anormalement contrasté33 – 35 voix pour, 5 contre, et 5 abstentions – traduit les conflits qui émergent de projets urbains servant des intérêts économiques globalisés parfois en contradiction avec les aspirations des populations locales. Dans le cas de l’expansion de Columbia, la compétition internationale lui commandant de développer ses infrastructures s’est opposée aux recommandations de la population pour un développement économique et social mixte. La puissance financière et politique de l’université lui ont permis de ne faire aucun consensus sur le projet lui-même ce qui aura un impact très important à l’échelle locale. Cependant, les rapports de force au sein de l’université sont plus complexes qu’il n’y paraît. En effet, les étudiants, premiers bénéficiaires de ces investissements, se sont montrés très critiques de l’attitude de l’université et de l’absence de volonté d’équilibrer leurs intérêts avec ceux des habitants. Ainsi, le journal de l’université, le Columbia Spectator, et ses jeunes journalistes ont joué un rôle très important dans la couverture médiatique du conflit et la révélation d’informations clés. Pour l’heure, la ville s’est mise en retrait du projet dans lequel elle n’a plus d’implications, et les recours en justice pour faire annuler les décisions d’expropriation ont échoué. La LDC a déjà reçu plusieurs millions de dollars de l’université mais peine à se formaliser et administrer concrètement les projets. Il aura, par exemple, fallu attendre quatre ans pour qu’elle se dote d’un site internet et quelques mois de plus encore pour que des bureaux soient ouverts. L’architecture et la forme urbaine de ce quartier vont changer radicalement en conséquence du choix de modèle économique soutenu par la ville et de l’obstination d’une université tournée sur elle-même, ses enjeux internes et internationaux, et incapables d’entrer dans un processus de dialogue et de coopération avec les résidents du quartier. De plus, dans le contexte de gentrification générale de Harlem, il est prévisible que la sociologie du quartier change aussi fortement, et rapidement34.

Bibliographie

Bibliographie

Brash, J. Bloomberg’s New York, Class and Governance in the Luxury City. Athens : The University of Georgia Press, 2011.

Denault, N. « Rethinking expansion, the next step in Manhattanville activism », Ad Hoc, Printemps. 2008.

Fullilove, M. Root Shock, How Tearing Up City Neighborhoods Hurts America, and What We Can Do About It. New York : Ballantine Books, 2004.

Marcuse P. et Potter C., « Columbia University’s Heights : An Ivory Tower and its Communities », dans Perry D.C. et Wiewel W. (éd.), The University as Urban Developer : case Studies and Analysis, M.E Sharpe, en coopération avec le Lincoln Institute of Land Policy, 2004.

Maurrasse, D. Higher Education-Community Partnerships : Assessing Progress in the Field. Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly. Vol. 31, 2002, p. 131-139.

McCaughey, R. Stand, Columbia : A History of Columbia University, New York : Columbia University Press, 2005.

Perry D.C. et Wiewel W. (éd.), The University as Urban Developer : Case Studies and Analysis. M.E Sharpe, en coopération avec le Lincoln Institute of Land Policy.

Recoquillon, C. L’expansion de Columbia University. in Giblin B. et Douzet F. (éd.), Des frontières indépassables ? Des frontières d’État aux frontières urbaines, Paris : Armand Colin. 2013, p. 273-284.

The Economist Intelligence Unit. Hotspots, Benchmarking Global City Competitiveness, 2012.

Notes

1  Une attention minutieuse est portée sur les mouvements de résistance dans d’autres publications de l’auteur.

2  Euros de décembre 2012 (6,3 milliards de dollars). Columbia Magazine, The Alumni Magazine of Columbia University, hiver 2008.

3  À New York, les projets urbains ayant un impact conséquent doivent passer par une procédure de consultation publique (Uniform Land Use Review Procedure, Ulurp) et par un vote des conseillers municipaux, auquel le maire peut, s’il le souhaite, opposer son veto.

4  Pour plus de détails sur les stratégies de résistance, voir Recoquillon Charlotte, 2013, « L’expansion de Columbia University à Harlem », in Giblin Béatrice et Douzet Frédérick, Des frontières indépassables ? Des frontières d’Etat aux frontières urbaines, Armand Colin/Recherches, p. 273-284 ; ou Recoquillon Charlotte, 2010, Conflits et résistance : analyse géopolitique de la gentrification de Harlem, thèse, université Paris 8, Institut français de géopolitique.

5  Denault, N. « Rethinking expansion, the next step in Manhattanville activism », Ad Hoc, Printemps. 2008, http://www.columbia.edu/cu/adhoc/issue9/1.html

6  Student information Services, Columbia University, « Headcount enrollment by school, race/ethnicity, and citizenship, fall 2011 », Automne 2011, http://www.columbia.edu/cu/opir/abstract/opir_enrollment_ethnicity_1.htm

7  Census 2010, SF1, Census tract 219 de New York county (accédé en décembre 2012), http://www.census.gov/prod/cen2010/doc/sf1.pdf

8  Michaud A., « City Council Approves Columbia Expansion », Crain’s New York Business, 19 décembre 2007. http://www.crainsnewyork.com/article/20071219/FREE/121035688/city-council-approves-columbia-expansion

9  In Bagli Charles, « Zoning changes proposed to preserve West Harlem’s character », New York Times, 1er avril 2007.

10  McCaughey, R. Stand, Columbia : A History of Columbia University, New York : Columbia University Press, 2005. Sous les pressions de la communauté, l’université avait concédé que les habitants pourraient avoir accès au gymnase qui devait être construit dans le parc de Morningside Heights, où le dénivelé est très important. Du fait de cette caractéristique physique, oubliant complètement le contexte politique et social des années 1960 (lutte pour les Droits civiques), les architectes avaient prévu deux entrées : l’une pour les étudiants, les Blancs, du côté de l’université, en haut du parc, et l’autre pour les habitants, c’est-à-dire les Noirs, en bas du parc.

11  Marcuse P. et Potter C., « Columbia University’s Heights : An Ivory Tower and its Communities », dans Perry D.C. et Wiewel W. (dir.), The University as Urban Developer : case Studies and Analysis, M.E Sharpe, en coopération avec le Lincoln Institute of Land Policy, 2004.

12  Entretien avec l’auteur, 13 mai 2008.

13  Fullilove, M. Root Shock, How Tearing Up City Neighborhoods Hurts America, and What We Can Do About It. New York : Ballantine Books, 2004.

14  Columbia University News, www.news.columbia.edu

15  The Economist Intelligence Unit. Hotspots, Benchmarking Global City Competitiveness, 2012, p. 18.

16  Ibid., p. 20.

17  Brash, J. Bloomberg’s New York, Class and Governance in the Luxury City. Athens : The University of Georgia Press, 2011.

18  Entretien avec l’auteur, 24 février 2012.

19  Classement du Times Higher Education Ranking prenant en compte l’excellence en enseignement, en recherche, la réputation internationale, les revenus générés et le nombre de citations.

20  Perry D.C. et Wiewel W. (éd.), The University as Urban Developer : Case Studies and Analysis. M.E Sharpe, en coopération avec le Lincoln Instituteof Land Policy.

21  Ibid., p. 13.

22  Maurrasse, D. Higher Education-Community Partnerships : Assessing Progress in the Field. Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly. Vol. 31, 2002, p. 131-139.

23  Williams Timothy, 2007, « Despite eralier defiance, holdouts in Columbia’s expansion zone are down to 3 », New York Times, 21 décembre.

24  La ville de New York City est composée de cinq boroughs : Manhattan, Brooklyn, Bronx, Queens et Staten Island. Le quartier de Harlem est situé à Manhattan et est lui-même subdivisé en trois Community districts : West Harlem, Central Harlem et East Harlem.

25  Durkin Erin, « CU letter on expansion incites protest », Columbia Spectator, 21 avril 2005.

26  À la suite des protestations des associations de résidents, une autre étude, indépendante, sera commandée et contredira les conclusions de la précédente étude par Columbia.

27  Entretien avec Susan Russell, chef de cabinet du Conseiller municipal de West Harlem, Robert Jackson, février 2012.

28  « Columbia’s Astroturf Faking Grassroots Support For Expansion », New York Post, 19 septembre 2007.

29  Recoquillon, C. « L’expansion de Columbia University », in Giblin B. et Douzet F. (éd.), Des frontières indépassables ? Des frontières d’État aux frontières urbaines, Paris : Armand Colin. 2013.

30  Entretiens avec Susan Russel, février 2012.

31  Recoquillon, art. cit., p. 273-284.

32  « West Harlem Community Benefits Agreement », 18 mai 2009, http://gca.columbia.edu/files/gca/content/pdf/CBAAgreement.pdf.

33  À New York, une règle tacite veut que lorsqu’il s’agit d’un dossier local, les conseillers municipaux votent en suivant l’élu dont la circonscription est concernée, car non seulement il connaît mieux le dossier et de plus son vote sera acquis quand il s’agira d’un projet concernant une autre zone.

34  Sur la gentrification de Harlem, les transformations et les conflits et les résistances engendrées, cf. Recoquillon C., 2010, Conflits et résistance : analyse géopolitique de la gentrification de Harlem, thèse, université Paris 8, Institut français de géopolitique, 408 p.

Table des illustrations

Titre IIIustration 1 : L’expansion de CoIumbia dans un quartier en gentrification. Conception et réaIisation : CharIotte RecoquiIIon
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Illustration 2 : « Dear Columbia : No Forced Displacement »
Crédits Photographie : Charlotte Recoquillon
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteur

Institut français de géopolitique

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search