Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Première partie. Les pratiques néo-libérales à l’œuvre dans la ville américaine

« Apogee Beach, Quantum on the Bay, Wind by neo1 : les transformations de la côte floridienne révélées par la toponymie immobilière »

Pascale Smorag

Résumé

Puisqu’il appartient à la nature humaine de nommer son environnement, les noms donnés aux lieux de vie sont un outil privilégié pour comprendre ce qui sous-tend notre vision du monde. Dans la région côtière de Miami/Fort Lauderdale/West Palm Beach, ce réflexe nominatoire revêt un sens particulier dans la mesure où tout ici est créé dans le but d’attirer touristes, résidents et investisseurs. En proposant ainsi des lieux exotiques et somptueux pour les uns, et des marchés prometteurs pour les autres, la région compte bien s’affirmer comme « Capitale de la Caraïbe ». Cette projection à la fois tropicale et luxueuse, que ne cesse de révéler la toponymie des résidences immobilières proposées à la vente, impose parallèlement la transformation du tissu urbain tout le long de la côte. Reléguées à l’extérieur de ces zones luxueuses, des populations moins aisées se retrouvent écartées du rêve floridien, confinées dans des espaces délaissés par les pouvoirs publics et la créativité toponymique.

Texte intégral

  • 1 Sauf mention particulière, les références des résidences offertes à la vente sont, dans cet article (...)
  • 2 « Once in a Bleau Moon », Fontainebleau Miami Beach, http://www.fontainebleau.com/web/specials/blea (...)

Once in a Bleau Moon: Fontainebleau marks the rare astrological phenomenon, the "Bleau" Moon, the appearance of four full moons instead of the usual three, with a celestial, one-of-a-kind culinary experience. Indulge in a private, moon lit dinner atop the chic setting of La Cote Mediterranean Grill, with sweeping ocean views and the iconic sights of the Fontainebleau pools cape2.

  • 3 Au sujet de cette fierté, lire le commentaire de J. J. Colagrande, « A Clear, Intelligent Argument (...)
  • 4 Jan Nijman, « The Paradigmatic City », Annals of the Association of American Geographers, vol. 90, (...)
  • 5 Fort Lauderdale a développé son front de mer à la suite du succès du film de Henry Levin en 1960, W (...)

1La toponymie, reflet du monde tel que nous le percevons et l’imaginons, renvoie à un étrange mélange de réalité et d’intentions. La nomenclature des copropriétés de la zone côtière de West Palm Beach/Fort Lauderdale/Miami, à laquelle cette étude s’intéresse, n’échappe pas à la règle. Peut-être influencé par la magie d’Orlando, lieu imaginé par excellence ou par les vacances de rêve que promettent les stations balnéaires autour de Miami, le sud de la Floride mise assurément sur une identité tropicale – paradisiaque et fastueuse –, que les noms des hôtels et des condominiums où résident à longueur d’année un nombre croissant de Floridiens relaient admirablement. Le dynamisme de Miami qui rejaillit sur tout le sud de l’État semble par ailleurs induire une certaine démesure dans les ambitions et les messages qu’elle adresse au sujet de sa vitalité économique3. Contrastant avec cette « capitale de la Caraïbe » que Jan Nijman, professeur de géographie à l’Université de Miami, qualifie aussi de « ville paradigmatique »4 (une ville modèle pour l’étude du postmodernisme urbain), West Palm Beach dévoile une délicieuse tropicalité, comme son nom l’indique, ainsi que l’élégance de son luxe bon ton. Entre ces deux icônes floridiennes s’affirme une festive Fort Lauderdale, qui revendique de plus en plus sa beachurbia, espace résidentiel en front de mer5.

2Si les différences entre ces villes sont sensibles, peut-être le sont – elles également pour ce qui est de la nomenclature des espaces habités. Peut-être aussi ces fastueuses désignations laissent-elles dans l’ombre des populations dont les faibles revenus les en excluent invariablement. Ces affirmations identitaires et ces disparités poussent par conséquent à s’interroger sur les motivations profondes des choix toponymiques et de leur influence culturelle dans cette région américaine. Nous nous proposons ici d’en comprendre les enjeux, dans un périmètre délimité par la côte, à l’exclusion des quartiers ethniques de l’intérieur, champ d’études soumis à d’autres évolutions et qui fera l’objet d’une autre recherche.

Une capitale, des capitaux

  • 6 Sauf mention spéciale, les références des rues et des communes sont répertoriées dans le dictionnai (...)
  • 7 Un peu à la manière de Charles de Gaulle ou de Victor Hugo, dans des registres différents, en Franc (...)
  • 8 Pour ces références, voir Google Maps.
    . 9 Elle fut fondée dans les années 1920 par le Californien (...)
  • 9 Elle fut fondée dans les années 1920 par le Californien Joseph W. Young, dans l’espoir d’y promouvo (...)
  • 10 Morris, op. cit. L’origine étymologique de Miami reste incertaine. Il pourrait s’agir soit d’une «  (...)

3Afin de saisir « l’importance capitale » de Miami, revenons sur un essor intimement lié au chemin de fer, que ce grand ami de John Rockefeller, Henry Morrison Flagler, déploiera sur tout le territoire floridien. Célébré comme le fondateur de Palm Beach6, ce riche investisseur immobilier voit sa mémoire saluée en maints endroits de l’État7, comme à Miami/Coral Gables par Flagler St.8, à Hollywood9 par Flagler Street (US 441), et aussi, assez logiquement, le long de la voie ferrée, à Fort Lauderdale par North/West Flagler Avenue et North Flagler Drive. Assez légitimement, deux des quartiers de Miami s’appellent West Flagler et Flagami (nom composé de Flagler et de Miami). Il s’en est fallu de peu que cette métropole soit nommée en son honneur, mais le magnat refusa, suggérant à la place le nom amérindien, traduit par « grande eau », une référence au lac Okeechobee qui l’alimente10.

  • 11 « Famous Names in Miami History », Miami.about.com http://miami.about.com/cs/famousresidents/a/aa08 (...)
  • 12 « Miami Beach History : John Collins Biography », Miami Beach, The Official Travel Travel Site, htt (...)
  • 13 « History of Miami Beach », Miami Beach Latin Chamber of Commerce, http://www.miamibeach.org/direct (...)
  • 14 « Famous Names in Miami History », art. cit.
  • 15 « une ville aux belles demeures ». Beth Brickell, William and Mary Brickell : Founders of Miami and (...)

4Pourtant, dans un premier temps Flagler semble frileux à l’idée d’amener le chemin de fer jusqu’à Miami et il faudra toute la persuasion de Julia Tuttle (Julia Tuttle Causeway ou I-195), riche veuve de l’Ohio décidée à se lancer dans la culture d’agrumes, pour qu’en 1896 la ville soit enfin reliée aux métropoles de la côte Est11. Originaire du New Jersey et bien déterminé à mener à bien un ambitieux projet agricole, John Collins (Collins Avenue, Miami Beach) acquiert sur ces marécages que l’on assèche, une plantation de cocotiers, d’avocatiers et de manguiers. Afin d’écouler ses marchandises, il entreprend la construction d’un pont reliant les îles au continent, qu’il achève en 1913 grâce au financement de Carl Fisher (Fisher Island, baie de Biscayne)12. Ayant acquis dans cet échange 80 hectares de terres, Fisher fait construire hôtels, terrains de golf et courts de tennis, donnant à ce chapelet d’îles promises à l’agriculture, la future « Miami Beach » qu’il baptise par la même occasion, des allures de paradis tropical que fréquente désormais l’élite financière13. Quant à William et Mary Brickell, originaires de Cleveland tout comme Julia Tuttle, et reconnus eux aussi comme co-fondateurs de Miami, ils seront à l’origine du quartier financier de Brickell14. Après avoir ouvert en 1871 un poste de traite le long de la Miami River, William vend une partie de ses terres à Flagler. Dès 1911 son épouse conçoit Brickell Avenue, bientôt surnommée « Millionaires’ Row », qu’elle veut bordée de délicieuses villas, en adéquation selon elle avec « a city of handsome homes »15. Sous l’effet de la mondialisation, Brickell, qui a conservé son statut de quartier prisé, élève face à la baie de Biscayne ses tours d’acier et de verre, tel ce Fortune House Condominium au nom prometteur.

  • 16 Canal longeant, aux États-Unis, le littoral atlantique.
  • 17 Pour un aperçu de la magnificence de ces propriétés, voir Augustus Mayhew, « Another Look at Lost P (...)
  • 18 Doreen Christensen, « Villa Mizner’ brings Boca’s Addison Mizner to life », Sun Sentinel, Nov. 14, (...)
  • 19 « Geography/Architects : Mizner in Palm Beach », Palm Beach Country History Online, 2009, http://ww (...)
  • 20 Barbara Pond, Bijoux Realty, http://www.deluxedowntowncondos.com/

5Avec ses boutiques de luxe qui se succèdent sur la fameuse Worth Avenue, West Palm Beach affiche son opulence. Comme son nom l’indique, elle se développa sur la rive ouest de l’Intracoastal Waterway16, dans le sillage de Palm Beach fondée, rappelons-le, par Flagler. Après avoir tracé une première artère en 1918, le Club des Everglades fait ériger des demeures castillanes (auquel on ajoute quelques touches gothiques) – El Mirasol, La Guerida, Casa Bendita et Playa Riente17 –, dans un style raffiné que l’on préfère à l’architecture Art déco de Miami Beach jugée de mauvais goût18. Ces terres accueillent également leurs premiers magasins sur la Via Mizner et la Via Parigi, nommées en l’honneur des architectes-concepteurs de Worth Avenue, Addison Mizner et Paris Singer19. Comme le dit de nos jours sur son site web l’agence immobilière Bijoux Realty (dont le nom renseigne sur les « merveilles » immobilières proposées à la vente) : « New to the island of Palm Beach ? You’ll find exclusive shopping on world famous Worth Avenue, plenty of fabulous dining experiences, and lots of cultural options ! »20.

  • 21 Les années 1990 en accéléreront la tendance.
  • 22 Le nom, qui a pour signification « lieu surélevé », est d’origine basque. Voir « Vizcaya », Nationa (...)
  • 23 Trump International Beach Resort Miami, http://www.trumpmiami.com/
  • 24 « Trump Towers, Sunny Isles », Tercognita, http://www.tercognita.com/fr/portfolio/miami-collins-ave (...)

6Ces investissements auront une incidence particulière sur le développement immobilier de la côte floridienne. Ils signifient tout d’abord que de grandes sommes d’argent présideront à l’essor de la Floride, loin du rêve américain des classes moyennes : la fun-in-the-sun vacation destination qu’est Miami accueille toujours de nombreux — nouveaux — riches venus y dépenser leurs mighty dollars. Ils annoncent ensuite que cette croissance se fera en grande partie grâce à des « capitaux étrangers » : apports du Nord-Est au début du XXe siècle, financements cubains/cubano-américains depuis les années 1960-197021. Du temps de Flagler, on spécule déjà à New York sur les terres de Floride au gré de la bourse ou d’imprévisibles ouragans qui font constamment osciller les prix de l’immobilier. En 1916, l’homme d’affaires James Deering fait d’ailleurs construire sur une cocoteraie (Coconut Grove) une magnifique propriété qu’il nomme Villa Vizcaya22 d’après le nom espagnol, baya de Vizcaya, de la baie de Gascogne ; le nom anglais de ce golfe – Bay of Biscay – sera à l’origine de Biscayne Bay, la baie de Biscayne à Miami. Investisseur des temps modernes, le président Donald Trump y a aussi ses ouvrages de verre et de marbre, comme les Trump Towers à West Palm Beach et Hollywood, ainsi que les Trump Grand, Trump Palace, Trump International Beach Resort (« The edge of perfection » comme l’indique le site Internet23) et les Trump Towers à Sunny Isles Beach (nord de Miami Beach). Ainsi que l’annoncent les brochures en français, « Les Trump Towers offrent un service ininterrompu de conciergerie et sécurité irréprochables. Ce lieu exclusif incarne la nouvelle définition du luxe et du confort »24.

  • 25 Il existe des sites immobiliers qui leur sont consacrés, tel http://www.highrises.com/
  • 26 « Waterview Towers », Modern Living Real Estate, West Palm Beach, http://modernlivingre.com/downtow (...)
  • 27 Barbara Pond, art. cit.
  • 28 Ces toponymes ne sont pas nécessairement garants d’une « hauteur de vue », comme cette résidence à (...)
  • 29 Regalia, http://regaliamiami.com/

7Comme on peut le pressentir, le nom des copropriétés actuellement proposées à la vente nourrissent, voire suscitent des rêves d’opulence, telles les tours Platinum Condos à Miami, Continuum à Miami Beach, The Landmark à Aventura, Sapphire Condo à Fort Lauderdale, Millennium à Sunny Isles. Le sud de la Floride n’est de toute évidence pas le seul endroit de la planète où les promoteurs vantent leurs biens, mais peut-être le trait y est-il amplifié. Tandis qu’à Fort Lauderdale l’hôtel The Pelican s’ouvre sur l’océan face aux vols de pélicans, Golden Eagle sera cet éden ornithologique imaginé, les aigles royaux étant introuvables en Floride. Reflet de ces excès, de hautes tours d’habitation (high-rises25) témoignent de ces élans autant dans leur architecture que dans leurs noms, comme le proclament The Pinnacle à Sunny Isles, Neo Vertika à Miami, Summit à Hollywood, Vantage Views et Ocean Summit à Fort Lauderdale, Terraces At Turnberry à Aventura, Waterview Towers26 et Villa Lofts27 à West Palm Beach28. Si la touche est royale à Regalia29, à Villa Regina et Icon Brickell Viceroy à Miami, à Royal Atlantic à South Beach et à Regalia à Sunny Isles, elle est pareillement racée à Diplomat Residences et à Alexander Towers à Hollywood, à Commodore Club East à Key Biscayne et à Commodore Plaza à Aventura.

  • 30 Cynthia Ghorra-Gobin, « À l’heure de la « deuxième » mondialisation, une ville mondiale est-elle fo (...)

8Après New York, Chicago, Los Angeles, c’est donc au tour de Miami d’imposer son image. Alors que celle-ci représente une zone métropolitaine tournée, assez naturellement, vers le tourisme balnéaire, la Riviera of the USA, voire des Amériques, marie avec talent rêve et pragmatisme. Si l’on parle aujourd’hui de Miami comme d’une ville globale ou/et mondiale (les concepts n’étant pas tout à fait interchangeables30), c’est bien parce qu’elle nourrit des ambitions planétaires dont la toponymie, entre prestige et exubérance, se fait le relais.

Du chic bon ton à la demesure

  • 31 « City of Opa-Locka History », The Great City of Opa-Locka, Florida,http://www.opalockafl.gov/inde (...)
  • 32 Devant la multiplication de ces projets urbains et les revendications environnementales de certains (...)
  • 33 Pour les différents établissements mentionnés dans cette section, se reporter à l’ouvrage de Barbar (...)
  • 34 Voir également Virginia Duran, « Miami : The Best of Art Deco Architecture », Wordpress.com, March  (...)
  • 35 Le Shelborne est l’un de ces établissements Art déco récemment renovés à grands frais. À titre d’ex (...)
  • 36 Quartier sud, et touristique, de la ville de Miami Beach (séparée de la ville de Miami par la lagun (...)

9Ici et là dans le sud de la Floride des urbanistes ont fait croître ab nihilo de petites villes, à l’instar de Glenn Curtiss, pionnier de l’aviation qui en 1926 crée au nord-est de Miami une mauresque Opa-locka sortie tout droit d’un conte des Mille et une Nuits31. Si l’architecture, avec ses dômes et ses minarets, n’a rien de local, tout au moins son fondateur lui donne-t-il un nom dérivé d’une expression seminole, Opa-tisha-wocka-locka, « monticules boisés entourés de marécages ». Pendant la première moitié du XXe siècle, la Floride semble une tabula rasa idéale pour mener à bien toutes sortes de projets architecturaux32. À l’instar d’Opa-Locka ou de West Palm Beach, Miami Beach développera un quartier Art déco33 (aussi appelé Tropical Deco34) inspiré de l’exposition internationale de 1925 à Paris sur les Arts décoratifs et modernes. Les grands hôtels qui y voient le jour affichent une élégance toponymique aujourd’hui révolue : le luxe y est raffiné, voire délicat comme pour The Tiffany, The Majestic ou The Victor Hotel. Si l’on ose un The Cadillac Hotel dont les chromes rutilants rappellent la célèbre marque automobile, des noms plus convenus tels ces Shelborne35, Cavalier et The Raleigh prennent leurs marques. Noms qui contrastent, assurément, avec la toponymie dithyrambique actuelle de South Beach36, comme le prouvent ces Grand Beach Hotel Surfside ou Espendor Hotel Breakwater, ou ces résidences Condostar Meridian et Courts at South Beach, à l’image des paillettes vestimentaires de leurs visiteurs et des guirlandes LED d’Ocean Drive ou de Lincoln Road.

  • 37 Jan Nijman, Miami, Mistress of the Americas, University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 2011, (...)

10Pour les milliardaires de la première moitié du XXe siècle qui se retrouvent à South Beach (John Rockefeller, Andrew Carnegie et les Vanderbilt sont des habitués du Royal Palm, achevé par Flagler en 189737), l’ostentation toponymique est en effet plus rare ; elle est abandonnée à ceux qui, faute d’appartenir à l’élite, s’encanaillent à Atlantic City. À l’image de ces grandes fortunes new-yorkaises « s’expatriant » le temps d’une saison au Tropical Playground (autre nom donné au quartier Art déco), la nomenclature des établissements semble elle aussi transplantée. The Plymouth, The Essex House, The Sherbrooke, The Webster et The Carlyle s’imposent en effet au détriment de possibles « ailleurs » toponymiques, affirmant un certain décalage avec l’environnement, comme le confirment également l’hôtel Sagamore (dont le nom est emprunté à un établissement new-yorkais construit dans les années 1880), The Waldorf Towers (dans la lignée de l’hôtel Waldorf-Astoria) et Park Central Hotel (connu aussi comme The Blue Jewel). Au dépaysement possible on préfère le confort d’un monde connu et maîtrisé. En effet, on s’établit ici « entre soi » et on baptise, à l’image de ces créations miamiennes, des Leslie Hotel, The McAlpin, The Crescent, The Delano (1947, auquel le Presidential Condo en 1970 tentera de donner la réplique, sans en égaler l’élégance architecturale), The Edison et Clevelander (clin d’œil à la ville d’où étaient originaires Julia Tuttle et William Brickell). Ces noms plus attendus, dont les normes reproduites rassurent, attestent clairement qu’au sud de la Floride l’appropriation des lieux s’est faite à la manière d’un décor. Nulle surprise alors qu’on y baptise encore de nos jours des Del Prado et Artech (Aventura) ou des Decoplage (quartier Art déco).

  • 38 Un premier conflit armé (1816-1819) avait déjà eu lieu, à la suite de l’occupation de leurs terres (...)

11Certains hôtels prendront, certes, des allures de bord de mer, comme l’attestent The Tides, The Breakwater, The Commodore Hotel, The Colony Hotel, The Viscay Hotel (fusion de Biscay et de Vizcaya), Winter Haven Hotel, The Shore Club et The Beachcomber. A cette nomenclature classique et élégante de l’époque Art déco se sont désormais substituées des combinaisons linguistiques osées, parfois ostentatoires, tels Mansions at Acqualina à Sunny Isles, The Atlantis on Brickell à Miami, Aquarius Towers à Hollywood, Jade Signature, Oceania et Acqualina à Sunny Isles. L’esthétisme répond pareillement à des critères revisités, comme pour Gallery Art (Miami Dowtown), Artecity-Governor (Miami Beach) et Da Vinci Condo (Coconut Grove). Au sud-ouest de Miami Beach, Murano Grande, Mondrian et Grand Venetian révèlent les trésors d’une cité balnéaire tout autant que lacustre, qui décline des îles toutes plus vénitiennes les unes que les autres, telles San Marco, Di Lido, San Marino et Rivo Alto. Pourtant, la « Venise de l’Amérique » se trouve plus au nord à Fort Lauderdale dans le comté de Broward voisin. Traversée depuis plus d’un siècle de nombreux canaux et des New River et Middle River, la ville compte 250 km de voies navigables, comme en témoigne par exemple la copropriété Venice Cove, ancrée près de la Middle River. Si la ville tient son nom de l’un des forts construits pendant la Seconde guerre séminole38 (1835-1842) par le major William Lauderdale arrivé du Tennessee à la tête de 500 hommes, ce sont bien ses accès oceanfront (mer) et waterfront (canaux, dont le fameux Intracoastal) qui en ont fait la réputation et accru la valeur immobilière.

  • 39 Le site apartments.com, http://www.apartments.com/, est spécialisé dans les résidences de luxe.

12Depuis l’époque Flagler, l’identité floridienne a de toute évidence évolué, et si la toponymie évoque toujours le luxe, elle le fait en s’inspirant de cultures méditerranéennes : espagnoles parfois (un probable héritage de West Palm Beach), le plus souvent italiennes et françaises, comme si ces dernières étaient garantes d’un esthétisme sans faille. Ainsi, parallèlement aux résidences « italiennes » Villaggio In The Grove et L’Uccello de Coconut Grove, à ce Palazzo Del Mare à Fisher Island (au sud de South Beach) ou à ces Porto Vita et Alaqua d’Aventura, les promoteurs valorisent une nomenclature très French chic, aux fins d’attirer une clientèle cossue. Le Parc at Brickell et The Vue At Brickell à Miami Downtown, La (sic) Mirage at Harbor Village et Parc Central à Aventura, Le Phare Condo à Key Biscayne et Les Jardins of South Beach (nom avant-gardiste car la résidence fut construite en 1934), L’Hermitage aussi bien à Coconut Grove qu’à Fort Lauderdale, Chateau Condominium à Fort Lauderdale et Eden Roc et Chateau Beach à Sunny Isles sont autant d’appellations qui prouvent que l’on transfère encore des univers dont le charme, l’élégance et l’opulence rejailliront, du moins l’espère-t-on, sur ces terres nouvelles. Alors qu’hier les références anglo-saxonnes endossaient ce rôle, comme à Island Manor construite à Bay Harbor en 1972, Maybury Mansions à Fort Lauderdale en 1965 ou Somerset à Lauderdale Lakes, elles évoquent aujourd’hui d’autres mondes, un autre temps, comme ces copropriétés récentes Windsor Pines à Pembroke Pines ou The Manor39 à Fort Lauderdale, qui semblent promettre un charme bien anglais, malgré l’exubérance de leurs palmiers, bougainvillées et autres espèces tropicales.

  • 40 « Parque Towers at St Tropez », David Siddons Group : Miami Luxury Real Estate, http://luxlifemiami (...)

13À de rares exceptions, dans le sud de la Floride le classicisme toponymique ne fait plus recette. Au charme racé mais désuet de la première moitié du XXe siècle a succédé une écriture nouvelle des lieux, mariage d’irréel et de possible. Il faut assurément un fort pouvoir d’imagination pour, par exemple, retrouver des pinèdes ou des bastides à St. Tropez, copropriété de Sunny Isles sans ressemblance avec la station mythique de la côte varoise mais à la promesse architecturale pseudo-méditerranéenne grandiose et qui garantit, ainsi que l’affirme l’annonce immobilière : « a residence channeling the glamour of France’s Cote D’Azur. The 5-Star luxury living at St Tropez Sunny Isles includes an intracoastal yacht club with private marina and other extravagant amenities40 ». Si de telles extravagances sont ainsi revendiquées, si elles osent d’invraisemblables associations sémantiques comme pour Sahara Beach à Sunny Isles Beach, ville qui, comme son nom l’indique, est entourée d’eau, elles traduisent également la manière dont l’excentricité créatrice entretient un sentiment d’évasion. Mais la Floride n’est-elle pas elle même un défi lancé au futur et cultivé comme devise d’État, avec une évasion spatiale à Cape Canaveral, ludique à Orlando, festive à Miami, écologique aux Everglades, politique et économique à Little Havana, tropicale aux Keys, historique à Saint Augustine ? Ce formidable potentiel déployé en azimuts multiples ne pouvait que hisser vers le zénith un État dont le surnom – Sunshine State ou « pays (État) du soleil » – augurait déjà de son ascension. Dans un tel contexte, les noms de Infinity At Brickell à Miami ou encore de Sky 230 à Fort Lauderdale prennent tout leur sens.

L’envers du décor : lexclusion en partage

14On peut de ce fait se demander quel est le sens conféré par la toponymie quand le pouvoir attractif est fortement stimulé par l’argent, le beau, le plaisir et le festif. Derrière ces tours de verre et d’acier, telles ces Crystal Towers de Hollywood, fort belles au demeurant, quel environnement urbain cherche-t-on à mettre en place ? Cet « urbanisme de façade », au propre comme au figuré, créerait-il un monde à part, protégé des agressions de l’extérieur, de son bruit, de ses problèmes, de sa laideur ? C’est ce que sembleraient laisser entendre ces résidences que sont The Bond 1080 Brickell et The Ivy et Isola à Miami, Cloisters On The Bay à Coconut Grove, Villa Dorada, The Village at Island Estates et Hamptons (du nom de cette villégiature de Long Island, parmi les plus prisées d’Amérique) à Aventura.

  • 41 Mickael J. Dear & Steven Flusty, « The Postmodern Urban Condition », In Scott Lash & Mike Featherst (...)
  • 42 Alors que le palmier royal est natif, et emblématique, de la Floride, le cocotier aurait été introd (...)
  • 43 Originaires de la Caraïbe, ils sont aperçus en Floride lors des migrations.
  • 44 Jan Nijman, Miami, op. cit. p. 23.
  • 45 Paramount Bay Condo, http://paramountcondo.com/
  • 46 Dear & Flusty, art. cit. p. 67-68.
  • 47 Paul Owers, « Fort Lauderdale Getting More Waterfront Condos », Sun Sentinel, March 2, 2014, http:/ (...)

15Dans leur article de 1998 sur l’urbanisme post-moderne, Mickael Dear et Stephen Flusty décrivent les villes américaines comme des « parcs à thème géants », des produits pré-packagés en quelque sorte41. Si leur étude concerne en tout premier lieu la Californie et notamment Los Angeles, Nijman fait le lien avec Miami, « ville décor » plantée au milieu de cocotiers42 et de flamants roses43 importés, un peu à l’image de la Magic City de la série télévisée, surnom acquis il y a un plus d’un siècle lorsqu’y prenaient forme ces projets architecturaux soutenus par l’élite financière du pays44. Aujourd’hui encore, comme le décrit l’annonce, la résidence Paramount vous offre « dès votre arrivée un voyage à travers l’oasis urbaine de jardins tropicaux spectaculaires », où se mêlent « un rythme de vacances et un état d’esprit urban cool »45. Paramount, comme tant d’autres, confirme une autre particularité des villes modernes telle que la définissent Dear et Flusty : la privatopia ou art de vivre entre soi, en retrait des autres46. Nulle surprise, alors, que soit récemment sortie de terre à Fort Lauderdale la résidence Privage47, complexe French chic qui garantit d’être très private et très rivage car situé précisément au-dessus de l’Intracoastal (dans la même veine, on y fait l’apologie de The Oceanage).

  • 48 « Key Biscayne Homes for sale », Zillow Real Estate, http://www.zillow.com/homedetails/721-Crandon- (...)
  • 49 Eric Sherman, « A Look Inside Donald Trump’s Lavish, $200 Million ‘Palace’ », Fortune.com, March 16 (...)

16Le sud de la Floride compte des centaines de gated communities, ces ensembles résidentiels fermés auxquels on accède en se faisant reconnaître du gardien ou d’un système électronique. Puisque l’eau fait ici souvent office de barrière naturelle, des communautés humaines « protégées » vivent retranchées, sur des enclaves asséchées, entourées de marécages ou « défendues » par des canaux, voire par la lagune miamienne séparant les îles de Miami Beach du continent. À l’image des Venitian Islands évoquées plus haut, la quasi-totalité des îles de la baie de Biscayne — Hisbiscus Island, Palm Island, Star Island, les Sunset Islands et Watson Island — sont artificielles et accessibles par la MacArthur Causeway. Réservée aux milliardaires (on y recense le plus haut revenu par tête d’habitant du pays), Fisher Island est, elle, reliée par hélicoptère ou yacht privé (le personnel emprunte le ferry). Si le tout Hollywood et la jet set internationale ont ici leurs quartiers, les grosses fortunes s’y retrouvent également comme dans ces gated communities de plusieurs millions de dollars que sont Lake Villa Penthouse at the Ocean Club et Resort Villa à Key Biscayne48. C’est également à Palm Beach que le président Donald Trump possède depuis 1985 une luxueuse propriété, qualifiée par le New York Times de « Palais de Versailles », le Mar-a-Lago, en front de mer, évaluée entre 200 et 300 millions de dollars49.

  • 50 Jan Nijman, Miami, op. cit., p. 26.
  • 51 Sevilla Avenue à Coral Gables mais Seville Street à Fort Lauderdale.

17Ces secteurs élitistes ne sont pas à Miami chose nouvelle, car déjà dans les années 1920, le promoteur George Merrick préfigura de tels développements en fondant Coral Gables sur des terres acquises en partie auprès de Charles Le Jeune (la fameuse Le Jeune Road qui conduit à l’aéroport), arrivé de Belgique pour y développer une plantation fruitière. Traversée par le boulevard Ponce de León, la ville affiche un style Renaissance méditerranéenne (Mediterranean Revival)50 auquel ont été ajoutées des touches d’inspiration gothique, mauresque, vénitienne et coloniale, avec ses toits en tuiles, ses cours intérieures, son fer forgé et le nom espagnol de ses rues : Alhambra, Castilla, Andalucia, Asturia, Valencia, Almeria, Sevilla, Madeira, Majorca, Minorca, Alcazar, Navarre, Santader, Catalonia, Malaga et Toledo. Dans une même inspiration, au sud de Bonnet House sur la A1A à Fort Lauderdale, Vistamar, Belmar, Terramar, Auramar, Windamar, Viramar, Riomar Streets font écho aux Granada, Seville51, Alhambra, Sebastian, Castillo et Cortez Streets, y surfant, telle la vague de Las Olas (« les vagues »), artère commerçante de la ville, de crête en crête castillane, version résolument sophistiquée et par conséquent moins loudly Cuban et miamienne de la latinidad.

  • 52 Au sujet des disparités en terme de marchés immobiliers, lire Jeremy Hobson, « Reporting from Miami (...)
  • 53 En 2012, la ville comptait 74,7 % de Noirs, dont la moitié en provenance de la Caraïbe. « Lauderhil (...)
  • 54 Dear & Flusty, art. cit., p. 68-69.
  • 55 À titre de comparaison, Fort Lauderdale en recensait 405 pour 100 000 ha. et West Palm Beach, 459. (...)

18La Floride avance ainsi à plusieurs vitesses, des disparités que reflète particulièrement son développement immobilier52. On y retrouve des « mondes » qui ont peu en commun, dont les uns se nomment luxueusement alors que les autres sont en jachère toponymique. En effet, les copropriétés plus modestes et souvent mal entretenues des quartiers noirs font pâle figure avec leurs noms ordinaires, comme ces Lauderdale Oaks, Oak Hills Condo, Brookfield Square Condo ou Waterford Park à Lauderhill53, quartier très « ethnique » de Fort Lauderdale. Tout au plus note-t-on une certaine inspiration bucolique due à la proximité d’un golf, avec Falls of Inverrary, Cascade, Southgate Gardens, Courts of Inverrary à Lauderhill, mais rien qui rappelle les grandeurs des résidences huppées de Fort Lauderdale. Les classes aisées, plutôt blanches, ont ainsi leurs lieux retranchés, loin de cette hétéropolis, ces enclaves ethniques définies par Dear et Fluster, où se concentrent les plus démunis54. Pauvreté rimant souvent avec criminalité (à Miami elle est endémique, avec 610 crimes violents pour 100 000 hab. en 2016, contre 372 à l’échelle du pays55), peut-être espère-t-on ainsi se protéger tout autant que défendre l’image d’une Amérique heureuse et libre, serait-ce derrière des murs.

  • 56 Jan Nijman, « The Paradigmatic City », art. cit.

19Pour devenir la « Porte des Amériques » (Gateway of the Americas), Miami peut aussi compter sur un environnement géo-politique particulièrement favorable. Si les Cubains tiennent le haut du pavé, la ville reste une « mégalopole multifocale », telle que la décrit Nijman56, exhibant des contrastes sociaux et des gouvernances complexes liés à son ouverture vers l’international davantage que vers les États-Unis. La fragmentation urbaine, qui induit un habitat en exclusion des autres, y est donc particulièrement présente, reflétant un trait de l’urbanisme américain, bien sûr, mais d’autant plus marqué que s’y retrouve amplifié l’effet de la mondialisation d’une ville à la structure économique récente et à la flexibilité imposée par des communautés transnationales culturellement affirmées. Ces absences de fort sentiment d’appartenance à la ville entraînent ainsi un attachement à des quartiers et à des résidences dont les noms soulignent le caractère fabriqué, nourri d’images idylliques, laissant sous-entendre l’existence, ailleurs, d’univers moins somptueux.

20En Floride du Sud, les chemins se croisent, entre vacanciers et retraités en quête de tropiques, entre écologistes et astronautes lancés à la conquête de l’espace, entre biologistes marins et ingénieurs militaires, entre hommes d’affaires cubains et clandestins fuyant la Caraïbe. Toutes ces trajectoires contribuent sans nul doute à renouveler l’image d’un État apathique longtemps tenu pour le Menton de l’Amérique. Des populations plus jeunes, plus ethniquement hétérogènes, plus « cubainement » extraverties et aussi plus riches impulsent désormais un rythme nouveau à cet État. Miami bâtit aujourd’hui plus haut, plus tropical, plus majestueux, sur fond de spéculation et d’intervention minimaliste des autorités. Le résultat, au niveau de l’habitat, est la multiplication de copropriétés jouant sur un sentiment d’appartenance où tout est harmonie, où tout respire la splendeur d’un monde dont les noms soulignent le caractère artificiel, un univers où tout ne serait que « ordre et beauté, luxe, calme et volupté », une invitation au voyage non pas baudelairien, mais floridien avec cette opulence parfois tapageuse. Ce faisant, ces développements immobiliers laissent dans l’ombre un bien grand nombre de revenus modestes qui ne peuvent suivre ce rythme effréné de l’économie floridienne.

21En toute logique, les promoteurs s’intéressent aux acquéreurs aisés et la nomenclature – commerciale – des lieux vise une clientèle nantie, dont le « rêve américain » n’est pas simplement de réussir, mais de briller, de surpasser le voisin ou de dépasser ses propres limites, au risque d’être entraîné dans une spirale sans fin du gigantisme et du surdimensionné, comme le met en exergue la nomenclature des résidences floridiennes offertes à la vente. Cette toponymie est d’autant plus prometteuse qu’elle rassure sur son monde, dans une région où, devant l’avancée cubaine (et latine en général), l’espace des populations blanches diminue de manière considérable. Le marché mise alors sur des copropriétés high-tech, « HQ » (High Quality) en quelque sorte, que les occupants occuperont sans « vivre la ville ».

  • 57 En provenance du Nord-Est du pays, mais aussi du Canada.
  • 58 Cette remarque exclut donc les défenseurs des Everglades et des milieux marins.

22On peut alors s’interroger sur la nature d’un citadin floridien ou d’un snowbird, vacancier venu du froid57, transformé en pur produit de consommation. Si le sud de la Floride compte peu de rebelles « urbains »58, peut-être faut-il chercher l’explication dans cet épicurisme de résidents plus enclins à jouir de leur climat et de leurs espaces, à l’instar de leur capitale, ville de l’ici et du maintenant où se fabrique le rêve, à tout va. Qu’importent alors ces propriétés extravagantes et ces noms clinquants. Qu’importent le décalage et le caractère excessif des lieux puisqu’on célèbre ici un espace où tout est possible. À l’image, hier, d’une West Palm Beach créée de toutes pièces pour les Rich and famous, ou, aujourd’hui, de la résidence Latitude on The River à Brickell, l’essentiel est d’être en phase avec sa liberté. La toponymie floridienne se révèle alors être un merveilleux répertoire de métaphores puissantes, d’onirismes fous, d’écritures constamment (ré)inventées.

Fisher Island, île « des milliardaires », reliée uniquement par hélicoptèr ou yacht privé, et par ferry pour le personnel. Vue depuis la pointe sud de Miami Beach.

Fisher Island, île « des milliardaires », reliée uniquement par hélicoptèr ou yacht privé, et par ferry pour le personnel. Vue depuis la pointe sud de Miami Beach.

Photo de l’auteur, 2017

Quartier financier et résidentiel de Brickell et de Brickell Key. Vue depuis Miami Downtown.

Quartier financier et résidentiel de Brickell et de Brickell Key. Vue depuis Miami Downtown.

Photo de l’auteur, 2017

Cadet Hotel, quartier Art Deco de Miami Beach, au charme rétro.

Cadet Hotel, quartier Art Deco de Miami Beach, au charme rétro.

Photo de l’auteur, 2017

Regent Hotel, quartier Art Deco de Miami Beach.

Regent Hotel, quartier Art Deco de Miami Beach.

Photo de l’auteur, 2017

Vue sur Miami Beach (à g.) et sur Belle Isle (à dr.), depuis le Venitian Causeway, qui mène aux îles San Marco, Di Lido, San Marino et Rivo Alto.

Vue sur Miami Beach (à g.) et sur Belle Isle (à dr.), depuis le Venitian Causeway, qui mène aux îles San Marco, Di Lido, San Marino et Rivo Alto.

Photo de l’auteur, 2017

Porto Fino Tower, tour résidentielle, 5 étoiles, de 44 étages, située à South Pointe, à Miami Beach.

Porto Fino Tower, tour résidentielle, 5 étoiles, de 44 étages, située à South Pointe, à Miami Beach.

Photo de l’auteur, 2017

Continuum South Beach, complexe bien gardé, « Ultra exclusive enclave on the southern tip of South Beach », comme l’affirme le site officiel.

Continuum South Beach, complexe bien gardé, « Ultra exclusive enclave on the southern tip of South Beach », comme l’affirme le site officiel.

Photo de l’auteur, 2017

Frénésie immobilière à Brickell.

Frénésie immobilière à Brickell.

Photo de l’auteur, 2017

Bibliographie

Bibliographie

Dernière consultation des ressources en ligne : 31 octobre 2016.

Beach Brokers Realty. http://www.beachbrokersrealty.com

Brickell, Beth. William and Mary Brickell : Founders of Miami and Fort Lauderdale. The History Press, Charleston, S.C., 2011.

Capitman, Barbara Baer. Deco Delights. Preserving the Beauty and Joy of Miami Beach Architecture. E. P. Dutton. New York. 1988.

Christensen, Doreen. « Villa Mizner’ brings Boca’s Addison Mizner to life ». Sun Sentinel. Nov. 14. 2014. http://www.sun-sentinel.com/features/fladdison-mizner-book-boca-raton-20141112-story.html

« City of Opa-Locka History ». The Great City of Opa-Locka. Florida.http://www.opalockafl.gov/index.aspx?nid=229

« Crime in the United States. 2012 ». Federal Bureau of Investigation.http://www.fbi.gov/about-us/cjis/ucr/crime-in-the-u.s/2012/crime-in-the-u.s.-2012/tables/6tabledatadecpdf/table-6Charleston. S.C. 2011. p. 86-96.

Cohen, Travis. « The Ten Best Art Deco Buildings in Miami Beach ». Miami NewTimes Blogs. May 14, 2013. http://blogs.miaminewtimes.com/cultist/2013/05/10_best_miami_art_deco_buildin.php

Colagrande, J. J. « A Clear, Intelligent Argument Why Miami Is the Best City in America ». Huff Post Miami. Oct. 29, 2013. http://www.huffingtonpost.com/jj-colagrande/miami-is-the-best-city-in-america_b_4172117.html

Dear, Mickael J. & Flusty, Steven. « The Postmodern Urban Condition ». In Scott Lash & Mike Featherstone (ed.), Spaces of Culture : City, Nation, World. Nottingham Trent University Press. Sage Public. London. 1999. 8 (1). p. 64-85.

Duran, Virginia. « Miami : The Best of Art Deco Architecture ». Wordpress.com. March 24. 2014. http://duranvirginia.wordpress.com/2014/03/20/miami-the-best-of-art-deco-architecture

« Famous Names in Miami History ». Miami.about.com. http://miami.about.com/cs/famousresidents/a/aa080602.htm

« Geography/Architects : Mizner in Palm Beach ». Palm Beach Country History Online. 2009. http://www.pbchistoryonline.org/page/mizner-inpalm-beach

Ghorra-Gobin, Cynthia. « À l’heure de la « deuxième » mondialisation, une ville mondiale est-elle forcément une ville globale ? » L’information Géographique. Armand Colin. 2007. pp. 36-46. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00547237/fr/.

Highrises.com. http://www.highrises.com/

« History of Miami Beach ». Miami Beach Latin Chamber of Commerce. http://www.miamibeach.org/directory/living/history-of-miami-beach

Hobson, Jeremy. « Reporting from Miami : An Economic Roundtable with Jeremy Hobson ». www.marketplace.org. Jan. 24, 2013. http://www.marketplace.org/topics/economy/next-america/reporting-miamieconomic-roundtable-jeremy-hobson

« Key Biscayne Homes for sale ». Zillow Real Estate. http://www.zillow.com/homedetails/721-Crandon-Blvd-PH-8-Key-Biscayne-FL33149/2107083841_zpid/

« Lauderhill ». Citydata.com. http://www.city-data.com/city/Lauderhill-Florida.html

Mayhew, Augustus. « Another Look at Lost Palm Beach ». New York Social Diary. June 3. 2010. http://www.newyorksocialdiary.com/across-the-nationacross-the-world/2010/palm-beach-social-diary-7

« Miami Beach History : John Collins Biography », Miami Beach, The Official Travel Travel Site, http://www.miamibeach411.com/History/bio_collins.htm

Miami Condo Lifestyle. http://www.miamicondolifestyle.com/.

Morris, Allen. Florida Place Names. Pineapple Press. Sarasota. Floride. 1995.

Nijman, Jan. Miami, Mistress of the Americas. University of Pennsylvania Press. Philadelphia. 2011.

Nijman, Jan. « The Paradigmatic City ». Annals of the Association of American Geographers. vol. 90. 1. 2000. p. 135-145.

« Once in a Bleau Moon ». Fontainebleau Miami Beach.http://www.fontainebleau.com/web/specials/bleau_moon_at_fontainebleau

Owers, Paul. « Fort Lauderdale Getting More Waterfront Condos ». Sun Sentinel. March 2. 2014. http://articles.sun-sentinel.com/2014-03-02/business/fl-privage-condos-20140228_1_waterfront-condos-luxury- units-paramount-fort-lauderdale-beach Paramount Bay Condo.http://paramountcondo.com/

« Parque Towers at St Tropez ». David Siddons Group : Miami Luxury Real Estate. http://luxlifemiamiblog.com/parque-towers-at-st-tropez-insunny-isles-beach/ Polo, Patricia. « Experts Analyze Florida Palm Trees ». Department of Biology Sciences. Florida International University. Dec. 1, 2011. http://biology.fiu.edu/news/2011/experts-analyze-florida-palm-trees/.

Pond, Barbara. Bijoux Realty. http://www.deluxedowntowncondos.com/

Regalia. http://regaliamiami.com/

Sampson, Hannah. « Renovated, Reborn Shelborne Ready to Reopen on Miami Beach”. Miami Herald. Sept. 23, 2014. http://www.miamiherald.com/news/business/article2219735.html

Sherman, Eric. « A Look Inside Donald Trump’s Lavish, $200 Million ‘Palace’ », Fortune.com, March 16, 2016, http://fortune.com/2016/03/16/donald-trump-mar-a-lago/

Trump International Beach Resort Miami, http://www.trumpmiami.com/

« Trump Towers. Sunny Isles ». Tercognita. http://www.tercognita.com/fr/portfolio/miami-collins-avenue-trump-towers/

« Vizcaya ». National Historic Landmarks. National Park Service.http://tps.cr.nps.gov/nhl/detail.cfmbasque?ResourceId=1797&ResourceType=Building« Waterview Towers », Modern Living Real Estate. West Palm Beach.http://modernlivingre.com/downtown-west-palm-beach/waterviewtowers/

Notes

1 Sauf mention particulière, les références des résidences offertes à la vente sont, dans cet article, les sites Beach Brokers Realty, http://www.beachbrokersrealty.com, et Miami Condo Lifestyle, http://www.miamicondolifestyle.com/.

2 « Once in a Bleau Moon », Fontainebleau Miami Beach, http://www.fontainebleau.com/web/specials/bleau_moon_at_fontainebleau

3 Au sujet de cette fierté, lire le commentaire de J. J. Colagrande, « A Clear, Intelligent Argument Why Miami Is the Best City in America », Huff Post Miami, Oct. 29, 2013,http://www.huffingtonpost.com/jj-colagrande/miami-is-the-best-city-in-america_b_4172117.html

4 Jan Nijman, « The Paradigmatic City », Annals of the Association of American Geographers, vol. 90, 1, 2000, p. 135-145.

5 Fort Lauderdale a développé son front de mer à la suite du succès du film de Henry Levin en 1960, Where The Boys Are, qui raconte l’histoire de jeunes filles venues y chercher une certaine liberté sexuelle lors de vacances universitaires.

6 Sauf mention spéciale, les références des rues et des communes sont répertoriées dans le dictionnaire toponymique de Allen Morris, Florida Place Names, Pineapple Press, Sarasota, Floride, 1995.

7 Un peu à la manière de Charles de Gaulle ou de Victor Hugo, dans des registres différents, en France.

8 Pour ces références, voir Google Maps.
. 9 Elle fut fondée dans les années 1920 par le Californien Joseph W. Young, dans l’espoir d’y promouvoir le cinéma.

9 Elle fut fondée dans les années 1920 par le Californien Joseph W. Young, dans l’espoir d’y promouvoir le cinéma.

10 Morris, op. cit. L’origine étymologique de Miami reste incertaine. Il pourrait s’agir soit d’une « eau douce », soit, comme l’annoncent la ville de Miami et le comté de Miami-Dade, la transcription d’un nom de la tribu calusa, Mayaimi, signifiant « grandes eaux » (interprétation aujourd’hui la plus « avérée »), en référence au Lake Okeechobee (et par extension à un bras de rivière, la Miami River), qui se déverse à travers les Everglades.

11 « Famous Names in Miami History », Miami.about.com http://miami.about.com/cs/famousresidents/a/aa080602.htm

12 « Miami Beach History : John Collins Biography », Miami Beach, The Official Travel Travel Site, http://www.miamibeach411.com/History/bio_collins.htm

13 « History of Miami Beach », Miami Beach Latin Chamber of Commerce, http://www.miamibeach.org/directory/living/history-of-miami-beach

14 « Famous Names in Miami History », art. cit.

15 « une ville aux belles demeures ». Beth Brickell, William and Mary Brickell : Founders of Miami and Fort Lauderdale, The History Press, Charleston, S. C., 2011, p. 88.

16 Canal longeant, aux États-Unis, le littoral atlantique.

17 Pour un aperçu de la magnificence de ces propriétés, voir Augustus Mayhew, « Another Look at Lost Palm Beach », New York Social Diary, June 3, 2010,http://www.newyorksocialdiary.com/across-the-nationacross-the-world/2010/palmbeach-social-diary-7

18 Doreen Christensen, « Villa Mizner’ brings Boca’s Addison Mizner to life », Sun Sentinel, Nov. 14, 2014, http://www.sun-sentinel.com/features/fl-addison-mizner-book-bocaraton-20141112-story.html

19 « Geography/Architects : Mizner in Palm Beach », Palm Beach Country History Online, 2009, http://www.pbchistoryonline.org/page/mizner-in-palm-beach

20 Barbara Pond, Bijoux Realty, http://www.deluxedowntowncondos.com/

21 Les années 1990 en accéléreront la tendance.

22 Le nom, qui a pour signification « lieu surélevé », est d’origine basque. Voir « Vizcaya », National Historic Landmarks, National Park Service. http://tps.cr.nps.gov/nhl/detail.cfmbasque?ResourceId=1797&ResourceType=Building

23 Trump International Beach Resort Miami, http://www.trumpmiami.com/

24 « Trump Towers, Sunny Isles », Tercognita, http://www.tercognita.com/fr/portfolio/miami-collins-avenue-trump-towers/. L’agence française TerCognita commercialise les Trump Towers de manière exclusive en Europe.

25 Il existe des sites immobiliers qui leur sont consacrés, tel http://www.highrises.com/

26 « Waterview Towers », Modern Living Real Estate, West Palm Beach, http://modernlivingre.com/downtown-west-palm-beach/waterview-towers/

27 Barbara Pond, art. cit.

28 Ces toponymes ne sont pas nécessairement garants d’une « hauteur de vue », comme cette résidence à seulement trois niveaux, Altis at Sheridan Village, à Hollywood, FL.

29 Regalia, http://regaliamiami.com/

30 Cynthia Ghorra-Gobin, « À l’heure de la « deuxième » mondialisation, une ville mondiale est-elle forcément une ville globale ? », L’information Géographique, Armand Colin, 2007, p. 36-46, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00547237/fr/. « Distinguer les concepts de « ville mondiale » et « ville globale », contrairement aux chercheurs anglo-américains utilisant indifféremment les deux, s’impose si l’on veut éviter d’associer le processus de la mondialisation à sa seule dimension économique. Ainsi « ville globale » paraît approprié quand il s’agit de mettre en évidence l’articulation entre une ville et l’économie globale alors que l’idée de « ville mondiale » s’avère plus pertinente pour signifier le degré d’attraction qu’exerce une ville à l’échelle mondiale en raison de son passé historique, de son patrimoine, de la spécificité de sa production à une époque donnée ou encore de sa capacité à attirer des flux de touristes. »

31 « City of Opa-Locka History », The Great City of Opa-Locka, Florida,http://www.opalockafl.gov/index.aspx?nid=229

32 Devant la multiplication de ces projets urbains et les revendications environnementales de certains résidents, le gouvernement fédéral statuera, en 1947, sur la création du Parc national des Everglades, le mettant ainsi hors de portée d’une construction effrénée, en tout cas l’espérait-on alors.

33 Pour les différents établissements mentionnés dans cette section, se reporter à l’ouvrage de Barbara Baer Capitman, Deco Delights, Preserving the Beauty and Joy of Miami Beach Architecture, E. P. Dutton, New York, 1988.

34 Voir également Virginia Duran, « Miami : The Best of Art Deco Architecture », Wordpress.com, March 24, 2014, http://duranvirginia.wordpress.com/2014/03/20/miami-the-best-of-art-deco-architecture/, et Travis Cohen, « The Ten Best Art Deco Buildings in Miami Beach », Miami NewTimes Blogs, May 14, 2013, http://blogs.miaminewtimes.com/cultist/2013/05/10_best_miami_art_deco_buildin.php

35 Le Shelborne est l’un de ces établissements Art déco récemment renovés à grands frais. À titre d’exemple, lire Hannah Sampson, « Renovated, Reborn Shelborne Ready to Reopen on Miami Beach », Miami Herald, Sept. 23, 2014, http://www.miamiherald.com/news/business/article2219735.html

36 Quartier sud, et touristique, de la ville de Miami Beach (séparée de la ville de Miami par la lagune).

37 Jan Nijman, Miami, Mistress of the Americas, University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 2011, p. 12.

38 Un premier conflit armé (1816-1819) avait déjà eu lieu, à la suite de l’occupation de leurs terres par les troupes américaines. Appliquant sa politique de déportation, voire d’extermination, le gouvernement fédéral obligea les Séminoles « récalcitrants » à quitter leurs terres, ce qui engendra ainsi un second conflit.

39 Le site apartments.com, http://www.apartments.com/, est spécialisé dans les résidences de luxe.

40 « Parque Towers at St Tropez », David Siddons Group : Miami Luxury Real Estate, http://luxlifemiamiblog.com/parque-towers-at-st-tropez-in-sunny-isles-beach/

41 Mickael J. Dear & Steven Flusty, « The Postmodern Urban Condition », In Scott Lash & Mike Featherstone (ed.), Spaces of Culture : City, Nation, World. Nottingham Trent University Press, Sage Public, London, 1999, 8 (1), p. 64-85.

42 Alors que le palmier royal est natif, et emblématique, de la Floride, le cocotier aurait été introduit pour répondre au cliché de plages paradisiaques. Pour les essences indigènes, voir Patricia Polo, « Experts Analyze Florida Palm Trees », Department of Biology Sciences, Florida International University, Dec. 1, 2011, http://biology.fiu.edu/news/2011/experts-analyze-florida-palm-trees/.

43 Originaires de la Caraïbe, ils sont aperçus en Floride lors des migrations.

44 Jan Nijman, Miami, op. cit. p. 23.

45 Paramount Bay Condo, http://paramountcondo.com/

46 Dear & Flusty, art. cit. p. 67-68.

47 Paul Owers, « Fort Lauderdale Getting More Waterfront Condos », Sun Sentinel, March 2, 2014, http://articles.sun-sentinel.com/2014-03-02/business/fl-privage-condos-20140228_1_waterfront-condos-luxury-units-paramount-fort-lauderdale-beach

48 « Key Biscayne Homes for sale », Zillow Real Estate, http://www.zillow.com/homedetails/721-Crandon-Blvd-PH-8-Key-Biscayne-FL-33149/2107083841_zpid/

49 Eric Sherman, « A Look Inside Donald Trump’s Lavish, $200 Million ‘Palace’ », Fortune.com, March 16, 2016, http://fortune.com/2016/03/16/donald-trump-mar-alago/

50 Jan Nijman, Miami, op. cit., p. 26.

51 Sevilla Avenue à Coral Gables mais Seville Street à Fort Lauderdale.

52 Au sujet des disparités en terme de marchés immobiliers, lire Jeremy Hobson, « Reporting from Miami : An Economic Roundtable with Jeremy Hobson », www.marketplace.org, Jan. 24, 2013, http://www.marketplace.org/topics/economy/next-america/reporting-miami-economic-roundtable-jeremy-hobson

53 En 2012, la ville comptait 74,7 % de Noirs, dont la moitié en provenance de la Caraïbe. « Lauderhill », Citydata.com, http://www.city-data.com/city/Lauderhill-Florida.html

54 Dear & Flusty, art. cit., p. 68-69.

55 À titre de comparaison, Fort Lauderdale en recensait 405 pour 100 000 ha. et West Palm Beach, 459. « Crime in the United States, 2016 », Federal Bureau of Investigation, https://ucr.fbi.gov/crime-in-the-u.s/2015/crime-in-the-u.s.-2015/tables/table-6 et https://ucr.fbi.gov/crime-in-the-u.s/2015/crime-in-the-u.s.-2015/tables/table-1

56 Jan Nijman, « The Paradigmatic City », art. cit.

57 En provenance du Nord-Est du pays, mais aussi du Canada.

58 Cette remarque exclut donc les défenseurs des Everglades et des milieux marins.

Table des illustrations

Titre Fisher Island, île « des milliardaires », reliée uniquement par hélicoptèr ou yacht privé, et par ferry pour le personnel. Vue depuis la pointe sud de Miami Beach.
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Quartier financier et résidentiel de Brickell et de Brickell Key. Vue depuis Miami Downtown.
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Cadet Hotel, quartier Art Deco de Miami Beach, au charme rétro.
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41497/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Regent Hotel, quartier Art Deco de Miami Beach.
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41497/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Vue sur Miami Beach (à g.) et sur Belle Isle (à dr.), depuis le Venitian Causeway, qui mène aux îles San Marco, Di Lido, San Marino et Rivo Alto.
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41497/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Porto Fino Tower, tour résidentielle, 5 étoiles, de 44 étages, située à South Pointe, à Miami Beach.
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41497/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Continuum South Beach, complexe bien gardé, « Ultra exclusive enclave on the southern tip of South Beach », comme l’affirme le site officiel.
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41497/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Frénésie immobilière à Brickell.
Crédits Photo de l’auteur, 2017
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41497/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search