Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Première partie. Les pratiques néo-libérales à l’œuvre dans la ville américaine

Les transformations démographiques de Miami au cours du XXe siècle

Janine Lemaire et Bénédicte Sisto

Résumé

En 1880, la Floride toute entière comptait à peine 270 000 habitants regroupés dans les petites villes de l’extrême nord de l’État (Pensacola, St Augustine, Gainesville, Jacksonville et Tallahassee)1. La moitié sud de l’Etat, quant à elle, était entièrement recouverte par les Everglades, des marécages infestés de moustiques et d’alligators qui s’étendaient à perte de vue jusqu’aux Keys, archipel d’un millier d’îles et d’îlots situé à l’extrémité méridionale de la Floride. A l’aube du XXe siècle, cette vaste région ne comptait réellement que deux petites localités : Key West, située à la pointe sud des Keys, dont le recensement de 1890 indiquait la présence de 18 000 habitants, et Miami, au sud-est du littoral floridien, qui, lors de son incorporation en 1896, comptait à peine 300 âmes.

Si l’on recense en 2013 quelque 25 000 habitants à Key West, Miami a connu un essor autrement plus impressionnant : aujourd’hui, pas moins de 400 000 habitants y ont élu domicile2. Ce dynamisme démographique s’étend en périphérie de Miami : le comté de Miami-Dade, qui compte aujourd’hui 2,6 millions d’habitants, est la septième plus grande banlieue des États-Unis3. Comment la métamorphose de Miami s’est-elle opérée ? Quels événements du XXe siècle ont provoqué les transformations démographiques et économiques de ce minuscule village de pêcheurs situé aux confins d’une jungle humide que les explorateurs avaient longtemps décrite comme impénétrable ? En premier lieu, nous expliquerons les raisons pour lesquelles Miami a connu des changements spectaculaires au début du XXe siècle, devenant en quelques années une métropole dont les plages ensoleillées et les terres disponibles firent rêver l’Amérique des années vingt ; pourquoi la ville plongea brusquement dans le marasme économique quelques années avant le Krach de 1929 ; de quelle façon la Seconde Guerre mondiale déclencha le rebond de l’économie locale ; et comment, dans les années 1950, sous l’impulsion de nouveaux complexes hôteliers modernes, cette riviera américaine acquit une renommée désormais internationale. Ensuite, nous évoquerons les profondes transformations de Miami au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Sa croissance démographique reposant essentiellement sur les migrations, la ville passa soudain du statut de métropole régionale à celui de capitale des Caraïbes en recevant un double afflux de migrants nationaux (essentiellement des retraités) et internationaux (principalement des réfugiés cubains arrivés massivement à Miami entre 1960 et 1980). Il en résulta une diversification et une internationalisation des activités économiques de la ville, Miami étant désormais devenue capitale économique et culturelle de l’Amérique Centrale et Latine.

Entrées d'index

Mots clés :

Floride

Texte intégral

Mayaime, la rivière de la tranquillité

  • 4  Kleinberg, Howard, Miami : The Way We Were, Tampa : Surfside Publishing, 1989, p. 32.
  • 5  Le style Cracker des pionniers, choisi par les premiers colons, est « une architecture légère en b (...)
  • 6  Parks, Arva Moore, Bush, Gregory W. & Pincus, Laura, Miami, The American Crossroad, Simon and Schu (...)
  • 7  Kleinberg, p. 37.

1L’histoire de la naissance de Miami est étroitement liée à l’existence d’une rivière que les indiens Tequesta, qui avaient autrefois occupé la région, avaient baptisée Mayaime, la rivière de la tranquillité4. A proximité de cette rivière située à quelques kilomètres de la Baie de Biscayne se trouvaient de rares étendues sèches où s’installèrent d’abord quelques planteurs de canne à sucre dans les années 1830. Ils élurent domicile sur la rive sud de la rivière, et baptisèrent leur village Miami. En 1850, Miami comptait une dizaine de maisons de style Cracker5, quelques magasins, un bureau de poste et un moulin à eau6. Lorsque la fièvre de l’or de Californie gagna le pays en 1849, les planteurs partirent vers l’Ouest, laissant une soixantaine d’âmes seulement au village7.

  • 8  Ibid., pp. 62-63. Julia Tuttle est aujourd’hui considérée comme la mère de Miami, tandis qu’en Flo (...)
  • 9  Gannon, Michael, Florida, A Short History, University Press of Florida, Gainesville, 1993, p. 53-5 (...)
  • 10  Allman, T.D., Miami : City of the Future, Atlantic Monthly Press, New York, 1987, p. 154- 155.

2De nouveaux colons s’installèrent au cours des décennies suivantes, parmi lesquels Julia Tuttle, veuve d’un riche industriel de Cleveland qui vint s’installer à Miami en 1891, lorsqu’elle hérita de plusieurs dizaines d’hectares de terres que son père avait acquises vingt ans plus tôt en bordure de la Baie de Biscayne. Une fois sur place, elle se prit à rêver « de voir ce lieu sauvage devenir une ville prospère »8. En 1894, après qu’une vague de froid hivernal se fut abattue sur les orangeraies de Floride centrale, détruisant toutes les cultures d’agrumes de la région, elle entreprit de contacter le richissime homme d’affaires Henry Flagler, qui avait financé la construction d’une voie ferrée jusqu’à Palm Beach, joignant à son courrier une petite branche d’oranger en fleur provenant de son jardin afin de lui prouver le potentiel agricole du site. Flagler, charmé, accepta de prolonger sa voie ferrée plus au sud et Miami accueillit son premier train de voyageurs en 1896.9 Très rapidement, le tourisme florissant devint le moteur économique de l’essor de la ville. Les estivants arrivèrent par centaines, et les premiers à profiter de cet afflux furent les hôteliers. Le nombre d’établissements en construction augmenta rapidement, le complexe le plus impressionnant de l’époque étant le Royal Palm, gigantesque structure de style Renaissance coloniale entourée de jardins luxuriants qui séduisit immédiatement la bourgeoisie de la Nouvelle-Angleterre et de grands capitalistes fortunés comme Andrew Carnegie et John D. Rockefeller10. Lors des deux premières décennies du XXe siècle, cette riche clientèle en provenance du nord-est du pays continua de fréquenter la petite station balnéaire lors des mois d’hiver, jusqu’à ce que la découverte accidentelle du lagon de Miami Beach par un milliardaire passionné de pêche, Carl Fisher, vienne bouleverser l’histoire de la ville.

« Quand quelque chose ne se vend pas, il faut en augmenter le prix ! »

  • 11  « Interview with Jane Fisher », Junior League of Miami, 12 janvier 1952.
  • 12  Fisher, Jane, Fabulous Hoosier, A Story of American Achievement, Robert M. McBride, New York, 1947 (...)
  • 13  Ibid, p. 132.
  • 14  Ibid., p. 145.

3Carl Fisher, tour à tour coureur cycliste professionnel puis inventeur des phares Pres-O-Lite destinés à équiper les voitures américaines dès 1910, sillonnait la région en bateau lorsque qu’il découvrit par hasard un banc de sable envahi de palétuviers bordant tel un mirage un immense lagon aux reflets turquoise11. Emerveillé par la beauté du lieu mais aussi pleinement conscient de son potentiel exceptionnel, il prit contact avec son propriétaire, un vieil homme du nom de John Collins, lui acheta la pointe sud de l’île, et entreprit rapidement des travaux pharaoniques destinés à métamorphoser le site en « un paradis pour les amoureux du sport, un terrain de jeu idéal pour les jeunes, un havre de paix pour les personnes âgées »12. En moins d’un an, avec l’aide de 150 ouvriers et devant des riverains abasourdis par l’ampleur du projet, il fit défricher les lieux et procéder à l’ajout de trois millions de mètres cubes de sable drainés dans la baie afin de consolider mais également d’étendre la surface habitable. Le Collins Bridge, un pont de bois d’une longueur de quatre kilomètres (à l’époque le plus long pont de bois du monde) reliant l’île à la terre ferme fut inauguré en 1913, des canaux furent creusés à l’intérieur de l’île pour faciliter l’accès des bateaux de plaisance, puis grâce à l’aide d’un jardinier d’origine japonaise, Fisher fit planter des milliers d’arbres et d’arbustes exotiques. En 1915, Miami Beach avait pris des allures de « paradis tropical en fleurs »13. Fisher découpa sa cité-jardin en parcelles, et proposa d’offrir chacune d’entre elles à toute personne s’engageant à construire une maison sur l’île, mais à peine une dizaine de clients se présentèrent. Face à cet échec cuisant, Fisher entreprit d’adopter la stratégie inverse : « Quand quelque chose ne se vend pas, il faut en augmenter le prix ! »14 Ainsi décida-t-il de vendre les terrains les plus chers du marché tout en axant son discours publicitaire sur l’argument d’une revente à profit :

  • 15  « Advertising Miami Beach in 1920 », Carl Fisher Papers, Historical Association of Southern Florid (...)

Le prix moyen d’un terrain à construire sur Miami Beach est de 5 000 dollars. Si Miami continue de croître comme elle l’a fait jusqu’à présent, ces terrains vaudront 25 000 à 50 000 dollars d’ici dix à douze ans. Tout homme ayant la possibilité de dépenser deux mille cinq cents dollars dans une automobile peut s’acheter une parcelle sur Miami Beach et son achat sera un bien meilleur investissement que son automobile. Des centaines de familles qui ne peuvent se permettre d’acheter une voiture devraient placer leurs économies dans un terrain sur Miami Beach, car aucun autre endroit du pays ne sera plus demandé dans un avenir proche. Il n’existe que mille deux cents hectares de terres sur Miami Beach, ce qui veut dire que quelques centaines de familles possèderont toute la surface de l’île d’ici deux à trois ans. Bientôt, plusieurs milliers d’Américains voudront sans doute acquérir un terrain sur l’île, et Dieu seul sait combien ils seront prêts à payer pour cela. Nous avons déjà vu plus de sept cents terrains revendus deux, trois ou quatre fois le prix auquel ils se vendaient il y a trois ans. Aucun autre endroit en Floride n’égale l’incroyable hausse en cours sur Miami Beach15.

  • 16  Près de vingt ans après le décès de son époux, Jane Fisher raconta qu’« en véritable visionnaire, (...)
  • 17  Ibid.

4L’effet fut immédiat. Ses parcelles se vendirent en quelques jours seulement et l’île ressembla bientôt à un immense chantier en construction. Rapidement, les milliardaires du pays, en quête d’un climat plus clément, devinrent la clientèle de choix des terrains de golf et de polo qui entouraient les premiers hôtels sortis de terre16. Lorsqu’en 1920 le président des États-Unis, Warren Harding, vint passer quelques jours de vacances à Miami Beach17, la photo fit la une des journaux du nord du pays et eut un retentissement considérable, marquant le début d’une période euphorique durant laquelle la station balnéaire créée de toute pièce allait battre des records de fréquentation et de transactions immobilières.

Miami en plein boom

  • 18  Sisto, Bénédicte, “Miami’s Land Gambling Fever of 1925“, Tequesta, The Journal of the Historical A (...)
  • 19  Five Years Afterward, A Comprehensive Survey of the Economic Trend in Greater Miami from 1924 to 1 (...)
  • 20  Davenport, Walter, « Glittering Florida, An Analysis of the Greatest Gold Rush in Real Estate Hist (...)
  • 21  Gannon, op. cit., p. 82.

5L’avenir de Miami, sous l’emprise de la fièvre de la construction, était plein de promesses et les prix des terrains en hausse constante. Mais la ville toute entière s’embrasa au cours des années suivantes avec l’arrivée de milliers d’Américains venus des quatre coins du pays tenter leur chance dans la spéculation immobilière, car partout dans la presse nationale on racontait que chacun pouvait devenir riche au jeu de l’achat et de la revente de terres floridiennes. Le phénomène culmina en 1925 lorsque la ville fut totalement dépassée par l’afflux de milliers d’Américains de la classe moyenne déterminés à s’improviser agents immobiliers18. Les prix des terrains à vendre échappèrent totalement à la raison, et la municipalité enregistra le chiffre annuel record de 400 000 transactions immobilières19. Très vite cependant, la situation dégénéra : la ville ne disposait pas suffisamment de matériaux de construction, de logements, ni de nourriture pour accueillir cette marée humaine et surtout, le nombre de ventes immobilières frauduleuses explosa, ces ventes portant essentiellement sur des parcelles situées dans les Everglades et vendues sur plan à des acheteurs naïfs ignorant tout de l’écosystème hostile bordant la frontière ouest de la ville. Immédiatement, la presse locale et nationale ainsi que la Chambre de commerce de Miami et les professionnels de l’immobilier entreprirent d’alerter le public sur les risques liés à la bulle spéculative, et en particulier sur l’inévitable déflation des prix lorsqu’ils auraient atteint des sommets si démesurés que « même les millionnaires ne pourraient plus spéculer »20. Au cours de l’automne 1925, la baisse du nombre de transactions immobilières s’amorça nettement. En fin d’année, le marché ayant atteint la saturation, les spéculateurs amateurs ruinés s’en retournèrent massivement vers le Nord, plusieurs banques avaient fait faillite et l’atmosphère de fièvre avait laissé place au marasme. Le 18 septembre 1926, l’arrivée d’un ouragan dévastateur, le premier jamais médiatisé dans l’histoire des États-Unis, vint définitivement clore le chapitre du boom spéculatif. S’abattant sur un périmètre de cent kilomètres autour de Miami, il fit 1 000 morts, 3 000 blessés et 38 000 sans-abris, rasant entièrement plusieurs villes naissantes de la carte, et laissant Miami dans un état de ruine indescriptible. Trois ans avant que les États-Unis ne sombrent dans la Grande Dépression, Miami tomba dans une période de profonde récession économique. Malgré une hausse importante du nombre d’habitants au cours de la décennie (à peine 30 000 habitants en 1920, plus de 110 000 en 1930), Miami n’attirait plus les touristes21, tandis que dans certains quartiers les constructions restaient inachevées, donnant à la station balnéaire des allures de ville fantôme.

La reprise économique

  • 22  Miami Beach comptant à l’époque 332 hôtels, les forces militaires occupèrent ainsi la moitié des s (...)
  • 23  Le style Art Déco, importé de France, fut adopté à South Beach entre 1934 et 1941. Ce style archit (...)
  • 24  Le Fontainebleau incarne le style moderniste qui constitue, après les styles Cracker et Revival Mé (...)

6Avec l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale en 1941, la région renoua avec la croissance lorsque des milliers de jeunes soldats vinrent se préparer à la guerre sur les terrains de golf de Miami Beach. Dès 1942, ils occupèrent 70 000 chambres dans 147 hôtels de l’île transformés pour la circonstance en casernes22. Au total, un tiers des officiers de l’U.S. Air Force et un cinquième de tous les soldats engagés dans l’armée américaine séjournèrent à Miami Beach pendant ces années de guerre. Lorsque le conflit mondial prit fin, un grand nombre de soldats, séduits par le littoral et le climat de Floride, ainsi que par le charme de l’architecture Art Déco récemment adoptée à South Beach23, décidèrent de s’installer définitivement sur place. La population de Miami augmenta rapidement au cours de la décennie, la ville passant de 172 000 habitants en 1940 à près de 250 000 habitants en 1950. Dans le même temps, la démocratisation de l’air conditionné, alliée à la baisse des tarifs du transport aérien et des croisières, ouvrit de nouvelles perspectives pour la station balnéaire. L’aéroport international de Miami fut inauguré en 1958, le port de Miami fut agrandi en 1960 et l’hôtellerie vieillissante fut rénovée tandis que de nouveaux complexes hôteliers modernes et climatisés furent érigés sur Miami Beach, le plus représentatif de la période étant sans nul doute l’hôtel Fontainebleau, gigantesque établissement de luxe de 1500 chambres de forme semi-circulaire dessiné par l’architecte new yorkais Morris Lapidus24. Inauguré en 1954, il devint le refuge privilégié de personnalités telles que Frank Sinatra, Dean Martin ou le joueur de baseball Joe Di Maggio. La classe moyenne, quant à elle, avait désormais les moyens de s’offrir des vacances en Floride à moindre coût à tout moment de l’année grâce au développement des voyages organisés (package vacations), tandis que les personnes âgées pouvaient envisager de passer une retraite paisible dans la banlieue résidentielle de Miami sans souffrir des désagréments de la chaleur tropicale.

  • 25  « Population of Counties by Decennial Census : 1900 to 1990 », Bureau du recensement américain : h (...)

7Outre le fait d’attirer une clientèle de milliardaires (une constante dans l’histoire de la ville), en un demi-siècle seulement Miami était ainsi devenue la capitale américaine du farniente, des retraités, des croisières et de la fête. Offrant un cadre de vie exceptionnel, des kilomètres de sable fin et un soleil radieux toute l’année – et omettant délibérément de mentionner le spectre des ouragans violents frappant chaque année la péninsule durant la période automnale –, la municipalité de Miami avait réussi la transition du statut de minuscule station balnéaire hivernale à celui de destination internationale de premier choix accueillant des touristes toujours plus nombreux, ainsi que de nouveaux résidents bien décidés à profiter de la belle vie (« the good life ») que Miami promettait de leur offrir. La migration vers la ceinture du soleil (Sunbelt) était donc amorcée, et le pouvoir d’attraction de Miami était désormais incontestable. Ce nouveau statut entraîna un doublement de la population du sud-est de la Floride au cours des années 1950, le comté de Miami-Dade enregistrant à lui seul 935 000 habitants, soit un taux de croissance démographique record de 89 %25.

Cuba no !

  • 26  Nijman, Jan, Miami Mistress of the Americas, University of Pennsylvania Press, 2011, p. 47.
  • 27  Ibid., p. 48.
  • 28  A. Portes & A. Stepick, City on the Edge : The Transformation of Miami, Berkeley : University of C (...)
  • 29  Ibid., p. 105.

8L’année 1960 marqua un tournant dans l’évolution de Miami. Un événement politique extérieur, la prise de pouvoir par Fidel Castro, suivie de l’établissement d’un régime communiste à Cuba, allait en effet changer le cours de l’histoire de la ville. Sur le plan démographique, cet événement correspondit au début d’un mouvement de migration cubaine vers Miami. Entre 1959 et 1961, environ 50 000 exilés opposés au nouveau régime castriste arrivèrent à Miami. L’exode s’accéléra au cours des années suivantes. En 1962, la ville enregistra un total de 155 000 réfugiés ; en 1965, ce chiffre atteignit 210 00026. De 1965 à 1973, les « vols de la liberté » (Freedom Flights), dans lesquels les « traîtres à la révolution » étaient autorisés par Castro à quitter l’île, augmentèrent de nouveau le nombre d’exilés. En 1973, un total de 340 000 réfugiés étaient entrés aux États-Unis, et la plupart d’entre eux avait choisi de s’installer à Miami27. Cette concentration de Cubains dans l’agglomération de Miami se confirma au cours de cette même décennie puisqu’en 1979, 80 % des Cubains des États-Unis vivaient à Miami, devenue la deuxième ville cubaine après La Havane28. En 1980, une nouvelle vague de 125 000 réfugies dits Marielitos, des citoyens indésirables sur l’île, arriva aux États-Unis ; de nouveau, 80 % d’entre eux décidèrent de résider à Miami29. Dans les années 1990, le mouvement de migration se poursuivit à un rythme moins soutenu avant de connaître une nouvelle accélération au cours des années 2000, lorsque Miami vit déferler de nouveaux Cubains désormais motivés par des raisons économiques.

  • 30  Nijman, Jan, op. cit., p. 65.
  • 31  Miami-Dade County, An overview of the Socio-Economic Condition of Miami-Dade County, Miami, 2007, (...)
  • 32  Ibid, p. 1.

9Au cours des années 1980 et 1990, d’autres migrants arrivèrent en grand nombre en provenance des Caraïbes, d’Amérique Centrale et d’Amérique Latine (Nicaraguayens, Colombiens, Haïtiens, Dominicains, Jamaïcains, Honduriens, Péruviens, Vénézuéliens, Mexicains, Argentins, Brésiliens et Équatoriens). Cet afflux de migrants hispaniques engendra une véritable transformation ethnique de Miami. En 1960, les blancs non-hispaniques constituaient 80 % des habitants du comté de Dade tandis que les hispaniques en représentaient 5 %. Dès 1980, ces derniers, principalement des Cubains, en formaient le tiers30. En 2010, les Hispaniques représentaient 65 % du comté du Miami-Dade et les Cubains plus du tiers (34 %) suivis par les Nicaraguayens, les Haïtiens et les Colombiens.31 D’une façon générale, les migrations internationales constituèrent la source de migration la plus importante à Miami. Il en résulte un taux très élevé de résidents nés à l’étranger parmi les habitants du comté : 50 % en 2005, soit le chiffre le plus élevé des États-Unis32.

  • 33  Nijman, Jan, op. cit., p. 50-51.
  • 34  Thomas D. Boswell, South Florida : The Winds of Change, Association of American Geographers, Miami (...)

10Miami constitue également une destination majeure dans le domaine des migrations nationales depuis les années 1950. Le phénomène, qui culmina au cours de cette décennie, déclina dans les années 1960 avant d’être dépassé par les migrations hors de l’agglomération de Miami à partir des années 1970. Cette évolution correspondit principalement au départ de nombreux habitants de Miami vers le comté de Broward, situé au nord, en raison de la latinisation de la ville. Le taux de migration nationale vers Miami est resté en deça depuis, malgré le fait qu’un grand nombre de migrants ont continué d’affluer en provenance d’autres régions des États-Unis. Il s’agit principalement d’un mouvement de retraités, le plus souvent originaires du nord-est du pays33. Ainsi, le nombre d’habitants de plus de 60 ans a-t-il été multiplié par plus de cinq entre les années 1950 et 1980, passant ainsi de 59 000 à 334 00034. Cependant, en raison de la montée démographique des Hispaniques, le pouvoir d’attraction de Miami a décliné depuis les années 1980 auprès des retraités et vacanciers qui préfèrent désormais s’installer ou séjourner au nord de Miami.

  • 35  « State and County Quick Facts : Miami-Dade County, Florida », Bureau du recensement américain : h (...)
  • 36  Boswell, op.cit., p. 47.

11Située à la confluence de deux mouvements migratoires, la région de Miami a donc connu une croissance démographique spectaculaire au cours de la deuxième moitié du vingtième siècle. La population du comté de Miami a quadruplé au cours de cette période, passant de 495 000 habitants en 1950 à plus de 2 millions d’habitants en 200035. La composante dominante de cette croissance a été et reste majoritairement le solde migratoire par rapport au taux d’accroissement naturel qui n’est cependant pas négligeable dans le comté de Dade (37 % dans les années 1980 par exemple). La croissance démographique de ce comté a cependant connu un réel déclin sur la seconde moitié du vingtième siècle, passant de 113.5 % dans les années 1950 à 19 % seulement dans les années 199036, principalement en raison des changements intervenus dans les mouvements migratoires nationaux évoqués plus haut.

« La Porte des Amériques »

  • 37  Ibid. p. 152.
  • 38  A. Jorge, J. Suchlicki, A. Leyva de Varona (dir.), Cuban Exiles in Florida, Miami, University of M (...)

12Entre le début des années 1970 et le milieu des années 1980, la ville de Miami a également connu de profonds changements économiques auxquels les exilés cubains ont largement contribué et qui doivent également beaucoup à la situation géographique de la ville positionnée au centre des deux hémisphères de l’Amérique. Tout d’abord, les Cubains créèrent à Miami une véritable enclave économique. En effet, les premiers exilés qui arrivèrent aux États-Unis au début des années 1960 étaient pour la plupart issus de l’élite socio-économique de l’île. De ce fait, ils apportèrent à leur pays d’accueil leurs capitaux, leurs qualifications élevées et leurs talents d’entrepreneurs. On comptait notamment parmi eux bon nombre d’hommes d’affaires qui, grâce à leurs moyens financiers, purent créer à Miami les bases d’une enclave économique ethnique qui constitua un tremplin dans leur succès économique. La concentration spatiale résidentielle des immigrés cubains dans certains secteurs du comté de Miami-Dade, plus particulièrement à Little Havana – un quartier de 9 km2 à Miami – et à Hialeah, une commune majoritairement cubaine, s’accompagna en effet d’un regroupement de commerces et d’entreprises cubaines. Cette enclave a toujours été caractérisée par un grand nombre d’entreprises cubaines constituant le taux d’entreprises hispaniques le plus élevé des États-Unis37. Un grand nombre de Cubains arrivés dans les années 1960 et 1970 possédaient en effet les moyens et les qualités nécessaires pour monter leur propre entreprise. A partir du début des années 1960, le nombre de ces entreprises ne cessa de croître, passant de 919 en 1967 à près de 20 000 au début des années 199038. Il s’agit essentiellement d’entreprises de petite taille et souvent familiales.

  • 39  Boswell, Thomas D., Curtis, James, The Cuban-American Experience, New York, Rowman & Allenheld, 19 (...)

13Les principales activités développées dans l’enclave économique cubaine sont les services, le commerce de détail, les industries manufacturières (vêtements, meubles, cuir, cigares) et la construction de maisons individuelles. S’y ajoutent le commerce de gros, les banques, les entreprises d’import-export et de transport, ainsi que le secteur de la communication. Les commerces les plus nombreux sont les restaurants et les magasins d’alimentation auxquels s’ajoutent les services suivants en grand nombre : cliniques, agences immobilières, entreprises de pompes funèbres et écoles privées. Il faut aussi mentionner la présence de professions libérales qui ont notamment permis l’installation de nombreux cabinets médicaux et juridiques. Outre la fourniture de biens et de services à la communauté cubaine qui constitue un marché en pleine expansion, l’enclave économique a également représenté un réservoir d’emplois pour les nouveaux arrivants de Cuba, facilitant ainsi l’intégration économique de cette main-d’œuvre bon marché. Enfin, l’existence de nombreuses organisations commerciales et professionnelles à Miami (on recensait déjà neuf Chambres de commerce hispaniques dans le comté de Miami-Dade en 198439) a permis de renforcer le rôle des Cubains dans l’économie locale, mais aussi à l’échelle de l’Amérique Latine.

  • 40  Raymond Mohl, « Changing Economic Patterns in the Miami Metropolitan Area, 1940- 1980 » Tequesta, (...)
  • 41  Ibid.

14La deuxième moitié du XXe siècle a également correspondu à une diversification des activités économiques de la ville de Miami. En 1960, l’économie locale était peu dynamique et reposait essentiellement sur le tourisme, le transport, la construction, la vente au détail et les services ; la vente au détail constituait alors le secteur le plus important en termes d’emplois. Après 1960, l’industrie de fabrication continua à progresser régulièrement et dès les années 1970, elle s’étendit au cadre national et international. Elle comprenait désormais de nouveaux produits tels que les objets en plastique, les équipements électroniques, les pièces pour l’industrie aéronautique et la technologie médicale. L’industrie de fabrication connut alors une décentralisation vers Hialeah et le nord-ouest du comté40. Entre 1960 et 1980, la croissance démographique avec son afflux de résidents permanents et l’augmentation du nombre de touristes, stimula l’industrie de la construction de maisons, d’appartements, d’hôtels et de bureaux à Miami ainsi que dans sa banlieue, les entreprises cubaines étant très présentes dans ce secteur41.

  • 42  Nijman, op.cit., p. 80.
  • 43  Ibid.
  • 44  Nijman, op.cit., p. 111-112.
  • 45  Ibid., p. 98.

15Durant les années 1970, les secteurs en développement furent la finance, l’immobilier, le commerce et les services aux entreprises. Le tourisme retrouva de la vitalité tandis que l’industrie de fabrication connaissait un réel déclin. Le début des années 1970 correspondit à la réorientation de l’économie de Miami vers la finance, notamment avec le développement du secteur bancaire. La première banque dite Edge Act (du nom d’une loi de 1919 autorisant les banques à ouvrir des agences dans différents États du pays et à s’engager dans des opérations avec l’étranger) ouvrit ses portes à Miami en 1969. En 1984, on en dénombrait 4342. Au même moment, de nombreuses banques étrangères s’établirent également à Miami : elles étaient au nombre de 45 en 198443. Ainsi, en un peu plus d’une décennie, Miami était devenu un centre bancaire national et international entretenant des liens particulièrement forts avec la Caraïbe et l’Amérique Latine. De nos jours, Miami constitue le deuxième centre bancaire du pays pour le nombre de banques étrangères après New York, ainsi que le centre financier le plus important pour les banques d’Amérique Latine et de la Caraïbe. Les banques de Miami sont plus particulièrement spécialisées dans le financement du commerce et dans les dépôts des particuliers44. Sur le plan international, elles reçoivent des sommes d’argent considérables sous la forme de capitaux privés en provenance d’Amérique Latine et de la Caraïbe45.

  • 46  Beacon Council, Miami Dade County Profile, Miami, 1990, p. 54.
  • 47  Nijman, op.cit., p. 82-85.
  • 48  Ibid, p. 89.
  • 49  Miami-Dade County, op.cit., p. III.

16Au cours des années 1980, le commerce international émergea comme l’un des nouveaux piliers de l’économie de Miami, la ville devenant le premier centre du commerce avec l’Amérique latine, à la fois pour les importations et les exportations. Entre 1975 et 1985, le volume du commerce international de la ville tripla. Aujourd’hui, 40 % du commerce des États-Unis avec les Caraïbes, 50 % du commerce national avec l’Amérique Centrale et 25 % du commerce national avec l’Amérique du sud sont réalisés à Miami46. Dans les années 1980, cependant, l’économie de Miami resta caractérisée par un secteur de l’industrie de fabrication important et la présence de divers services (immobilier, construction, commerce, tourisme, loisirs et finance). On ne peut évoquer cette décennie sans mentionner le trafic de drogue qui constitua alors, avec le blanchiment d’argent, la plus grosse industrie de Floride, générant des revenus annuels équivalents à au moins 10 milliards de dollars. Ce commerce illégal avec les Caraïbes et l’Amérique latine transitant majoritairement par Miami, la ville était devenue la plaque tournante du trafic de cocaïne en Amérique du Nord. La croissance spectaculaire du secteur bancaire de la ville fut d’ailleurs en grande partie alimentée par le trafic de drogue et le blanchiment d’argent qui injectèrent d’énormes quantités de liquidités dans les banques de Miami impliquées, dans leur grande majorité, dans cette activité47. Le commerce de la drogue connut son apogée en Floride du Sud à la fin des années 1970 et au début des années 1980, puis il déclina à partir du milieu de cette décennie en raison de règles bancaires plus strictes et d’une répression plus active48. Ainsi, à la fin des années 1980, l’économie locale s’était diversifiée et Miami était devenue un site stratégique pour le commerce international avec l’Amérique Latine. La spécialisation financière de Miami s’est confirmée lors des décennies suivantes : en 2004, ce secteur représentait la plus grande partie des emplois de Miami (32 %), suivi par les emplois administratifs (21 %) et la vente (12 %). L’économie de Miami reste caractérisée par les services qui employaient 50 % de la main d’œuvre à la même date. Aujourd’hui, le tourisme et le commerce international demeurent les principaux moteurs de l’activité économique de la ville49.

17A partir des années 1970, l’économie de Miami a ainsi fait l’objet d’un double phénomène de diversification et d’internationalisation dans lequel les Cubains ont joué un rôle déterminant. Leurs activités se sont en effet étendues bien au-delà de l’enclave économique ethnique. Le marché hispanique créé par l’arrivée régulière de milliers d’immigrants en provenance d’Amérique Latine s’est en effet intégré dans l’économie locale qui a connu une forte expansion caractérisée par une augmentation du volume des échanges commerciaux et financiers. Les Cubains ont également été les principaux acteurs de la mutation économique de Miami en métropole internationale désormais surnommée « la capitale des Caraïbes » ou « la porte des Amériques ». C’est en effet la communauté cubaine qui a transformé Miami en une place commerciale et financière de première importance pour les échanges entre les États-Unis, les Caraïbes et l’Amérique Latine. La ville est aussi devenue un centre économique majeur où sont effectuées la plupart des transactions commerciales et des opérations financières du sud du continent américain.

  • 50  « 2012 National Population Projections : U.S. Census Projections Show a Slower Growing, Older, Mor (...)

18Pour conclure, au cours du XXe siècle, Miami a donc connu une évolution exceptionnelle, passant d’un petit village reculé à une station balnéaire de renommée internationale, puis à une ville-monde. La ville a été sujette à de profonds bouleversements démographiques et ethniques qui ont entraîné des transformations économiques considérables. Plus qu’une évolution, il s’agit ici d’une véritable métamorphose fondée sur des facteurs intrinsèques tels que la localisation géographique et des facteurs externes tels que la géopolitique. De par son histoire unique, Miami, « ville du futur », nous montre également ce que sera la société multiethnique et multiculturelle américaine de demain. Les minorités hispaniques devenues majoritaires en nombre sont en effet à l’origine d’une véritable latinisation de la ville. Sachant que les démographes prédisent le doublement de la population hispanique d’ici 2060, ce qui résulterait dans le fait qu’un américain sur trois serait alors d’origine hispanique50, on peut se demander si le phénomène actuellement observé à Miami se reproduira à l’avenir dans d’autres villes ou régions à forte population hispanique du pays.

Bibliographie

Bibliographie

Ouvrages

Allman, T.D. Miami : City of the Future. New York : Atlantic Monthly Press, 1987.

Boswell, Thomas D. (ed.). South Florida : The Winds of Change. Miami : Association of American Geographers, 1991.

Bush, Gregory W., Parks, Arva Moore & Pincus, Laura. Miami, The American Crossroad. New York : Prentice Hall, 1996.

Culot, Maurice. Miami, Architectures sous les tropiques. Bruxelles : Editions Archives d’Architecture Moderne, 1992.

Fisher, Jane. Fabulous Hoosier, A Story of American Achievement. New York : Robert M. McBride, 1947.

Gannon, Michael. Florida, A Short History. Gainesville : University Press of Florida, 1993.

Jorge, A., Suchlicki, J. & Leyva de Varona, A, Cuban Exiles in Florida. Miami : University of Miami Press, 1991.

Kleinberg, Howard. Miami : The Way We Were. Tampa : Surfside Publishing, 1989.

Mohl, Raymond. Changing Economic Patterns in the Miami Metropolitan Area, 1940-1980. In Tequesta (p. 63-73). Miami : Historical Association of Southern Florida, 1982.

Nijman, Jan. Miami Mistress of the Americas. Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2011.

Parks, Arva Moore. Miami, The Magic City. Miami : Centennial Press, 1990.

Portes, Alejandro & Stepick, Alex. City on the Edge, the Transformation of Miami. Berkeley : University of California Press, 1993.

Sisto, Bénédicte, Miami’s Land Gambling Fever. In Tequesta (p. 52-73). Miami : Historical Association of Southern Florida, 1999.

Stronge, William B. The Sunshine Economy, An Economic History of Florida since the Civil War. Gainesville : University Press of Florida, 2008.

Ressources en ligne

« Population of Counties by Decennial Census : 1900 to 1990 », Bureau du recensement américain : https://www.census.gov/population/cencounts/fl190090.txt, consulté le 28.03.2015.

« Resident Population in Florida, 1830-2000 », Bureau du recensement américain : https://www.census.gov/dmd/www/resapport/states/florida.pdf, consulté le 25.03.2015.

« State and County Quick Facts : Miami (city), Florida », Bureau du recensement américain : http://quickfacts.census.gov/qfd/states/12/1245000.html, consulté le 25.03.2015.

« State and County Quick Facts : Miami-Dade County, Florida », Bureau du recensement américain : http://quickfacts.census.gov/qfd/states/12/12086.html, consulté le 25.03.2015.

« 2012 National Population Projections : U.S. Census Projections Show a Slower Growing, Older, More Diverse Nation A Half Century from Now », Bureau du recensement américain : https://www.census.gov/newsroom/releases/archives/population/cb12-243.html, consulté le 26.03

Notes

1  Ce score place alors la Floride au 34ème rang des États-Unis (« Resident Population in Florida, 1830-2000 », Bureau du recensement américain : https://www.census.gov/dmd/www/resapport/states/florida.pdf, consulté le 25.03.2015).

2  « State and County Quick Facts : Miami (city), Florida », Bureau du recensement américain : http://quickfacts.census.gov/qfd/states/12/1245000.html, consulté le 25.03.2015.

3  « State and County Quick Facts : Miami-Dade County, Florida », Bureau du recensement américain : http://quickfacts.census.gov/qfd/states/12/12086.html, consulté le 25.03.2015.

4  Kleinberg, Howard, Miami : The Way We Were, Tampa : Surfside Publishing, 1989, p. 32.

5  Le style Cracker des pionniers, choisi par les premiers colons, est « une architecture légère en bois qui fait abondamment appel aux vérandas pour protéger de la pluie et aux porches pour s’abriter du vent », Andres Duany et Elizabeth Plater-Zyberk, Les Trois Traditions de Miami, dans Maurice Culot, Miami, Architectures sous les tropiques, Editions Archives d’Architecture Moderne, Bruxelles, 1992, p. 79.

6  Parks, Arva Moore, Bush, Gregory W. & Pincus, Laura, Miami, The American Crossroad, Simon and Schuster, New York, 1996, p. 33.

7  Kleinberg, p. 37.

8  Ibid., pp. 62-63. Julia Tuttle est aujourd’hui considérée comme la mère de Miami, tandis qu’en Floride on mentionne souvent le fait que les initiales FL, abréviation de Floride, feraient en fait référence à Flagler et à son rôle déterminant dans l’essor économique de l’État du Soleil.

9  Gannon, Michael, Florida, A Short History, University Press of Florida, Gainesville, 1993, p. 53-54.

10  Allman, T.D., Miami : City of the Future, Atlantic Monthly Press, New York, 1987, p. 154- 155.

11  « Interview with Jane Fisher », Junior League of Miami, 12 janvier 1952.

12  Fisher, Jane, Fabulous Hoosier, A Story of American Achievement, Robert M. McBride, New York, 1947, p. 147.

13  Ibid, p. 132.

14  Ibid., p. 145.

15  « Advertising Miami Beach in 1920 », Carl Fisher Papers, Historical Association of Southern Florida, p. 10.

16  Près de vingt ans après le décès de son époux, Jane Fisher raconta qu’« en véritable visionnaire, Carl avait su mesurer l’importance que prendrait le golf dans la société américaine. L’emplacement des différents terrains de golf avait été choisi et intégré dans les plans initiaux avant même que l’île soit baptisée Miami Beach. » (« Interview with Jane Fisher », Junior League of Miami, 12 janvier 1952).

17  Ibid.

18  Sisto, Bénédicte, “Miami’s Land Gambling Fever of 1925“, Tequesta, The Journal of the Historical Association of Southern Florida, Miami, 1999, p. 52-73.

19  Five Years Afterward, A Comprehensive Survey of the Economic Trend in Greater Miami from 1924 to 1930, Miami, Trust Company of Florida, 1930, p. 3.

20  Davenport, Walter, « Glittering Florida, An Analysis of the Greatest Gold Rush in Real Estate History » Liberty, 5 December 1925, p. 17.

21  Gannon, op. cit., p. 82.

22  Miami Beach comptant à l’époque 332 hôtels, les forces militaires occupèrent ainsi la moitié des structures hôtelières de l’île (Gannon, op.cit., p. 104).

23  Le style Art Déco, importé de France, fut adopté à South Beach entre 1934 et 1941. Ce style architectural domine sur le front de mer, en particulier sur Ocean Drive qui regroupe aujourd’hui 800 bâtiments protégés (Culot, op. cit., p. 96).

24  Le Fontainebleau incarne le style moderniste qui constitue, après les styles Cracker et Revival Méditerranéen, le troisième style architectural de Miami (Culot, op. cit., p. 83-84)

25  « Population of Counties by Decennial Census : 1900 to 1990 », Bureau du recensement américain : https://www.census.gov/population/cencounts/fl190090.txt, consulté le 28.03.2015.

26  Nijman, Jan, Miami Mistress of the Americas, University of Pennsylvania Press, 2011, p. 47.

27  Ibid., p. 48.

28  A. Portes & A. Stepick, City on the Edge : The Transformation of Miami, Berkeley : University of California Press, 1993, p. 1-4.

29  Ibid., p. 105.

30  Nijman, Jan, op. cit., p. 65.

31  Miami-Dade County, An overview of the Socio-Economic Condition of Miami-Dade County, Miami, 2007, p. 10.

32  Ibid, p. 1.

33  Nijman, Jan, op. cit., p. 50-51.

34  Thomas D. Boswell, South Florida : The Winds of Change, Association of American Geographers, Miami, 1991, p. 183.

35  « State and County Quick Facts : Miami-Dade County, Florida », Bureau du recensement américain : http://quickfacts.census.gov/qfd/states/12/12086.html, consulté le 25.03.2015.

36  Boswell, op.cit., p. 47.

37  Ibid. p. 152.

38  A. Jorge, J. Suchlicki, A. Leyva de Varona (dir.), Cuban Exiles in Florida, Miami, University of Miami Press, 1991, p. 19.

39  Boswell, Thomas D., Curtis, James, The Cuban-American Experience, New York, Rowman & Allenheld, 1983, p. 87.

40  Raymond Mohl, « Changing Economic Patterns in the Miami Metropolitan Area, 1940- 1980 » Tequesta, XLII, Miami, 1982, p. 67.

41  Ibid.

42  Nijman, op.cit., p. 80.

43  Ibid.

44  Nijman, op.cit., p. 111-112.

45  Ibid., p. 98.

46  Beacon Council, Miami Dade County Profile, Miami, 1990, p. 54.

47  Nijman, op.cit., p. 82-85.

48  Ibid, p. 89.

49  Miami-Dade County, op.cit., p. III.

50  « 2012 National Population Projections : U.S. Census Projections Show a Slower Growing, Older, More Diverse Nation A Half Century from Now », Bureau du recensement américain : https://www.census.gov/newsroom/releases/archives/population/cb12-243.html, consulté le 26.03.2015.

Auteurs

Université d’Avignon

Université de Versailles

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search