Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Première partie. Les pratiques néo-libérales à l’œuvre dans la ville américaine

De la grande ville à la métropole : les États-Unis se reconfigurent dans un contexte marqué par la mondialisation et la globalisation

Cynthia Ghorra-Gobin

Résumé

Si dès la fin du XIXe siècle les États-Unis s’identifient comme un pays de grandes villes, ils se présentent en ce début de siècle comme une nation de métropoles. En effet, la ville américaine se réinvente sous l’effet de la mondialisation et du néolibéralisme. Il est ainsi question de l’avènement de la « métropole » ou de la « global city-region ». Certains chercheurs n’hésitent pas à parler de « révolution » tant les bouleversements économiques, sociaux et culturels sont jugés importants. La ville et les banlieues n’ont pas disparu mais elles se recomposent pour constituer le territoire métropolitain. Cet article propose de retracer cette évolution urbaine à partir d’une sélection de travaux relevant de l’interdisciplinarité au sein de la tradition scientifique anglo-américaine des études urbaines.

Texte intégral

  • 1 Katz, B., et J., Bradley, 2014. The Metropolitan Revolution. Washington DC, Brookings Institution p (...)
  • 2 Sassen, S., 1991. 2001. The Global City : New York, London, and Tokyo. Princeton, Princeton Univers (...)
  • 3 Scott, A. J. (ed.), 2001. Global City-Regions. Trends, Theory, Policy. Oxford University press, cha (...)
  • 4 Teaford, J., 2006. The Metropolitan Revolution : The Rise of Post-Urban America. New York, Columbia (...)

1Dès la fin du XIXe siècle, les États-Unis furent perçus comme un pays de grandes villes, ils se présentent aujourd’hui comme une « nation de métropoles1 ». La ville américaine se reconfigure sous l’effet de la mondialisation et de l’économie globalisée et financiarisée. La sociologue Saskia Sassen (1991) fut la première à souligner combien la globalisation définie comme l’intensification des flux (matériels et immatériels) se traduisait par un nouvel ancrage du capitalisme dans la ville2. Elle a inventé l’expression « ville globale » qui par la suite devint « ville-région globale3 ». Les Américains utilisent indifféremment les termes de métropole et de ville-région. Les changements économiques, sociaux et culturels sont perçus comme des bouleversements d’une grande ampleur et certains chercheurs qualifient la métropolisation de « révolution4 ». Le modèle traditionnel d’une ville entourée de banlieues n’a pas vraiment disparu mais sa recomposition a autorisé l’avènement de la métropole ou encore de la city-region.

2Aussi cet article a pour objectif de retracer, à partir d’une sélection de travaux scientifiques relevant des études urbaines (urban studies) et de l’interdisciplinarité, les mutations observées. Ils mettent en scène les principales étapes de la reconnaissance de la métropole comme « nouvelle » figure de l’urbain. L’analyse est centrée sur l’invention de mots et de concepts qui, à partir de la décennie 1990, ont rendu compte des reconfigurations spatiales et sociales de la ville et des banlieues liées à la restructuration de l’économie, indissociable de la mondialisation et de la globalisation. Elle se propose de répondre à trois interrogations : 1) la reconfiguration spatiale est-elle amorcée par un processus de décentralisation économique ou de recentralisation ? 2) comment expliquer le choix du terme « révolution » pour qualifier la métropolisation ? 3) quels sont les principaux enjeux politiques soulevés par l’avènement de la métropole ?

De la reconfiguration des villes et des banlieues : un processus de décentralisation-recentralisation économique

  • 5 Garreau, J., 1991. Edge city. Life on the New Frontier. New York, Anchor Press.

3A partir des années 1990 et suite notamment au déclin démographique et économique observées dans quelques villes de la côté est comme New York, Boston et Philadelphie, les chercheurs américains ont commencé à reconnaître la prééminence des banlieues sur la ville en termes d’emplois. Le sociologue-journaliste Joël Garreau – à la suite d’un travail de terrain et d’entretiens mené dans différentes villes du pays – fut le premier à signaler l’émergence de suburban downtowns pour qualifier la concentration spatiale d’emplois (principalement tertiaires) dans quelques banlieues5. Pour Garreau, une décentralisation économique était à l’œuvre et se traduisait par la diffusion de certaines catégories d’emplois au profit de banlieues qui jusqu’ici étaient principalement résidentielles. Il a inventé l’expression edge city pour qualifier le phénomène de polarisation en milieu suburbain. L’edge city est localisée à proximité d’un nœud autoroutier et inclut un mall de taille importante proche d’immeubles de bureaux. L’edge city n’est pas vraiment en concurrence avec le centre, le central business district (CBD) – même si la superficie de planchers de bureaux est équivalente pour les deux catégories de territoires dès 2000 – en raison de la nature des emplois. Le CBD devenu centre financier se caractérise par la présence du gratte-ciel alors que l’edge city n’en possède pas vraiment.

  • 6 Lang, R., 2003. Edgeless cities. Washington DC, Brookings Institution press.
  • 7 Soja, E., 2000. Postmetropolis : Critical Studies of Cities and Regions. New York, Wiley-Blackwell.

4Une dizaine d’années après l’invention de l’expression edge city, le sociologue Robert Lang a réaffirmé la thèse d’un processus de décentralisation économique des villes au profit des banlieues sous l’effet de la restructuration économique6. Mais pour lui ce processus ne se traduisait pas toujours par l’émergence de fortes polarités suburbaines. Il a ainsi choisi l’expression edgeless cities pour évoquer le caractère diffus des emplois en milieu suburbain. Pour Lang, la décentralisation économique se traduirait non seulement par des polarités suburbaines mais aussi par des micropolarités plutôt périphériques. La thèse d’une décentralisation économique au profit des banlieues est également présente dans l’œuvre du géographe Ed Soja7. Ce dernier utilise le terme exopolis plutôt qu’edge city pour confirmer l’implantation d’emplois en dehors de la ville centre, dans les banlieues et les périphéries. Il reconnaît la reconfiguration spatiale des villes et des banlieues au profit de l’avènement d’un territoire qu’il qualifie de « post-métropolitain » pour s’inscrire dans la perspective de la postmodernité. Mais cette expression a été peu utilisée par la suite.

  • 8 Sassen, op. cit.

5À l’époque où Joël Garreau proclamait l’avènement de l’edge city, Saskia Sassen signalait le rôle majeur de la ville dans la métamorphose du capitalisme et sa financiarisation8. L’analyse sur les emplois et les services liées à la dynamique financière, a mis en évidence le rôle de trois grandes villes (New York, Londres et Tokyo) dans le pilotage de l’économie globalisée. Sassen a démontré que si la globalisation se lisait à partir d’indices de connectivité en raison de l’intensification des flux (flux de marchandises, flux de connaissance et d’information, flux de capitaux, flux de touristes, flux d’immigrés, etc.), elle se traduisait également par son ancrage dans la ville. En d’autres termes, si le propre de l’économie globalisée est bien de s’inscrire dans les flux, elle est indissociable de la ville et de son hinterland.

  • 9 Florida, R., 2014, 2002. The Rise of the Creative Class. New York, Basic Books.
  • 10 Smith, N., 1996. The New Urban Frontier : Gentrification and the Revanchist City. New York, Routled (...)

6Sassen a également démontré que la réappropriation de la ville par le capitalisme financiarisé, c’est-à-dire au profit d’emplois hautement qualifiés, ne va pas sans entraîner de sérieuses répercussions sur le marché immobilier urbain dont les prix tendent à la hausse. La ville globale en raison de son attractivité pour les capitaux et les « classes créatives » s’avère propice à des processus de gentrification au profit de nouvelles classes sociales9. Quelques années après la parution de l’ouvrage de Saskia Sassen, le géographe Neil Smith fut le premier à mettre en évidence les conséquences sociales de l’avènement de la ville globale en dénonçant la gentrification10. La hausse des prix de l’immobiliser en ville se fait au détriment des classes populaires et des classes moyennes contraintes de quitter leur habitation et leur quartier pour les banlieues et les périphéries. Il y aurait un mouvement inverse à celui du white flight des années 50 et 60. Des Blancs venus des banlieues choisissent désormais de résider dans les villes pendant que les minorités gagnent les banlieues.

  • 11 Glaeser, E., 2011. Triumph of the City : How Our Greatest Invention Makes Us Richer, Smarter, Green (...)

7L’économiste de la ville, Edward Glaeser, poursuit la réflexion initiée par Sassen en 1991 et d’une certaine manière par Richard Florida en 2003 pour souligner le rôle incontournable de la ville11. Son attractivité ne se limite pas uniquement aux emplois liés à la financiarisation du capitalisme ; elle est le lieu privilégié de l’innovation et de la créativité dans de multiples secteurs. Pour Glaeser, la densité morphologique et humaine de la ville s’avère propice à toute forme d’innovation et plus particulièrement à l’économie de la connaissance. Il affirme qu’en dépit de la baisse des coûts de transports qui autorise tout individu ou tout ménage à vivre éloigné du lieu du travail, il y a une demande d’urbanité. Florida a, en outre, insisté sur la quête de la tolérance et de la diversité culturelle pour mettre en évidence le poids des villes. Quant à Glaeser, il souligne le paradoxe de la société américaine qui, après avoir bénéficié d’une expérience suburbaine tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, envisage le retour en ville. Il souhaite que le mode de vie urbain l’emporte sur le mode de vie suburbain et il propose de réaménager les banlieues de manière à leur conférer une certaine forme d’urbanité.

  • 12 Ibid., p. 10.

8Dès l’introduction de son ouvrage, Glaeser décrit l’archétype de la ville du XXIe siècle, soit New York dont il est natif. Cette ville représente l’essence de l’urbanité contemporaine parce qu’elle inclut des personnes qui y travaillent, qui y vivent, ainsi que des touristes. Elle a réussi à se renouveler et à se distancier de l’image dramatique des années soixante et soixante-dix caractérisées par un déclin de l’activité portuaire et une certaine forme d’insécurité. Glaeser affirme qu’en 2010 plus de 600.000 personnes (gagnant en moyenne plus de 100.000 dollars par an) travaillent sur le « central mile », l’espace situé entre la 41ème rue et la 59ème rue12. Certes les emplois manufacturiers ont diminué mais la ville se positionne bien pour tout ce qui relève de la production des idées et du design, sans compter bien entendu l’activité financière.

  • 13 Ibid., p. 208.

9Glaeser précise que si New-York est reconnue comme la capitale de l’innovation financière, cette réputation ne provient pas de connaissances spécifiques à ceux qui travaillent dans la ville mais des opportunités de rencontre entre les individus. Il fait l’éloge de la rencontre de type face to face (F2F)13 : la proximité spatiale serait de plus en plus recherchée alors que paradoxalement les coûts des transports ne cessent de diminuer. Toute ville compacte présenterait ainsi l’intérêt d’offrir densité, diversité et proximité spatiale, les trois éléments de base de l’infrastructure de l’innovation.

10Les villes et les banlieues font ainsi l’objet d’une reconfiguration spatiale suite à des dynamiques de décentralisation ainsi que de recentralisation économiques. Ces deux mouvements ne s’opposent pas vraiment mais s’associent pour façonner ensemble le territoire de la métropole.

De la métropolisation en tant que « révolution »

11Si les termes edge city, edgeless cities et global city ont permis d’identifier les premières transformations de la ville et des banlieues en lien avec la mondialisation et la globalisation, ceux de « métropolisation », « métropole » et « city-region » quelques années plus tard souligne sur le mode explicite l’émergence d’une nouvelle figure de l’urbain. Certains chercheurs parlent de « révolution ».

  • 14 Teaford, op cit.
  • 15 Katz et Bradley, op cit.

12En 2006, un historien de la ville et en 2014 un politiste et une économiste ont choisi comme titre de leur ouvrage, l’expression « révolution métropolitaine ». Les trois chercheurs – Jon Teaford14, Bruce Katz et Jennifer Bradley15 – s’appuient sur les travaux des décennies précédentes démontrant la diffusion d’emplois en dehors de la ville et leur implantation dans les banlieues pour affirmer la rupture avec le modèle traditionnel. Les villes ne concentrent plus l’ensemble de la dynamique économique et les banlieues ne sont plus essentiellement résidentielles. La rupture avec le modèle traditionnel est alors perçue comme une « révolution » qui, par ailleurs, ne se limite pas au seul registre économique.

  • 16 Li W. 2009. Ethnoburb : The New Ethnic Community in Urban America. University of Hawaii Press.

13L’historien Jon Teaford fait le constat d’un changement radical dans l’urbanisation de la société américaine avec la globalisation. Durant la phase industrielle du capitalisme – intitulé aussi fordisme – la vie économique était largement dominée par le downtown avec notamment son CBD (Central Business District). La ville rassemblait les fonctions économiques. Elle se présentait également comme un « centre d’attractivité » pour les suburbains (ménages blancs) qui s’y rendaient non seulement pour le travail mais aussi pour les loisirs (commerces et activités artistiques). La ségrégation raciale et sociale était reconnue comme un fait majeur : la ville principalement habitée par les minorités et les récents immigrés s’opposait aux banlieues majoritairement habitées par les ménages blancs. Pour Teaford, le modèle traditionnel de la ville et des banlieues présentait l’intérêt de préserver cette idée d’un espace urbain commun, « shared urban world », en dépit de la ségrégation. Ce qui n’est plus d’actualité avec la métropole. Notons également l’invention par la géographe Wei Li du mot d’ethnoburb pour qualifier la progressive ethnicisation des banlieues, suite au choix des immigrés de résider dans les banlieues plutôt que dans les villes16.

  • 17 Teaford, op. cit., p. 252.

14Le territoire métropolitain présente la particularité de relever d’une structure polycentrique. Il s’est doté de centralités multiples, ce qui fait que les suburbains ne sont plus contraints de se rendre dans la ville centre pour travailler, faire leurs courses ou encore se divertir. Ils vivent dans une banlieue et vont travailler dans une autre. Ils se déplacent de banlieues à banlieues presqu’exclusivement en voiture et ils fréquentent les malls suburbains où les populations indésirables comme les sans-abris (homeless people) sont pratiquement exclus. Pour Teaford, la ville centre serait désormais peu fréquentée par les classes moyennes suburbaines. Seules les classes très aisées n’ayant pas besoin de services publics parce qu’elles ont les moyens d’avoir recours à des services urbains offerts par le secteur privé – comme par exemple les écoles ou les aides relevant du care – choisissent d’habiter la ville17.

  • 18 Sage, op. cit., chapitre 3.

15L’historien rejoint la thèse du géographe Soja pour affirmer combien la métropole s’apparente à une entité fragmentée au niveau politique (multiplicités de municipalités), social, racial, ethnique et spatial. Son territoire n’est qu’une juxtaposition d’enclaves et de communautés résidentielles (gated communities) au sein desquelles on distingue les quartiers principalement habitées par des familles traditionnelles, des personnes isolées ou célibataires, des homosexuels, des quartiers gentrifiés et des quartiers où les habitants sont pratiquement exclus des flux économiques. Quant aux populations issues de l’immigration, elles habitent dans les villes centres ou dans les banlieues en fonction des réseaux dans lesquels elles s’inscrivent et des classes sociales auxquelles elles appartiennent18.

  • 19 Ibid., chapitre 3.
  • 20 Li, op. cit., p. 15.

16Contrairement à la banlieue qui a symbolisé dans la seconde moitié du XXe siècle l’American way of Life, la métropole revendique la diversité des life-styles. Les processus de décentralisation-recentralisation économique, de fragmentation sociale et raciale ainsi que l’émergence de la structure polycentrique participent des recompositions spatiales. Ces dernières sont perçues comme une « révolution » tant les défis sont considérables. Pour l’historien Teaford, le changement est perçu comme un fait car non planifié. Le géographe Soja ne parle pas de révolution mais évoque l’avènement d’une nouvelle ère qu’il qualifie de « post-suburbia ». Les mutations concernent également le registre racial et ethnique. La ville et les banlieues – suite notamment au white flight – s’était construites sur le principe d’un antagonisme entre Noirs et Blancs19. Avec la métropole américaine, il est surtout question de pluralité raciale et ethnique, compte tenu des flux migratoires en provenance d’Asie et d’Amérique latine20. La structure ethnique et raciale de la métropole reflète désormais l’émergence d’une société urbaine globalisée.

  • 21 Katz et Bradley, op. cit., p. 1.

17Publié en 2014, l’ouvrage de Bruce Katz et de Jennifer Bradley reprend le terme de « révolution ». Les auteurs y démontrent combien les aires métropolitaines représentent désormais les éléments moteurs de la prospérité économique et des transformations sociales. Ils insistent pour dire que les métropoles ne sont pas simplement inclues dans l’économie nationale, elles représentent l’économie nationale : « Metropolitan areas are not part of our national economy ; rather they are the national economy »21. Ils évoquent le registre social et signalent combien les les enclaves pauvres et multiraciales présentent de sérieux risques pour la stabilité économique et sociale de la métropole. Le chapitre 5 centré sur Gulfton, – un quartier pauvre de la ville de Houston où le pourcentage d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté s’élève à 40 % –, illustre leurs préoccupations. Sur la base d’une enquête menée dans ce quartier habité par des immigrés venus de différents pays étrangers, l’analyse rend compte de l’organisation de services par une association à but non lucratif pour améliorer le quotidien des habitants et ainsi pallier l’absence de services publics. La fondation philanthropique texane intitulée Neighborhoods Centers Inc. s’est implantée à Gulfton en 1999 et a changé le quotidien d’un grand nombre d’habitants. Elle y a créé un équipement public majeur intitulé Baker-Ripley Neighborhood Center rassemblant de multiples fonctions et services : une école sous contrat (charter school), un centre médical, une agence fédérale spécialisée dans les questions d’immigration et de naturalisation, un atelier d’arts, un vaste espace vert, des cours d’initiation à la langue anglaise et un service de bus.

18Katz et Bradley ne se limitent donc pas à évoquer le poids économique des métropoles dans un contexte de globalisation et de mondialisation. Ils dénoncent les inégalités sociales et les risques de déstabilisation qu’elles peuvent entraîner. Ils construisent, en outre, une solide argumentation en faveur de l’invention d’une vie politique à l’échelle métropolitaine. Aussi le terme de « révolution » utilisée par les trois chercheurs ne renvoie pas aux seuls bouleversements économiques, il autorise à évoquer les risques liés aux inégalités sociales et à souligner les enjeux politiques de l’organisation territoriale de la métropole.

Les enjeux politiques de lorganisation territoriale

  • 22 Ibid., chapitre 8.

19Les chercheurs Katz et Bradley ont non seulement identifié la restructuration économique des villes et banlieues en raison de la mondialisation et de la globalisation, ils ont également souligné les transformations sociales et raciales liées à l’avènement de la métropole ainsi que les enjeux politiques. Ils ont construit une sérieuse argumentation en faveur d’une coordination intermunicipale placée sous l’égide de l’État fédéré. Il n’est pas question d’une simple gouvernance associant les responsables politiques des différentes municipalités inclues dans le territoire métropolitain mais d’une implication directe de l’État fédéré. Durant la phase industrielle du capitalisme, l’État fédéré a privilégié les banlieues et les comtés ruraux au détriment des villes, un positionnement bien différent de ce qui est exigé en ce début de siècle, affirment-ils. Cette nouvelle orientation de la vie politique au sein de chacun des États est présentée comme indispensable pour assurer la soutenabilité de la métropole, à l’image de l’expérience des métropoles de Portland (Oregon) et de Minneapolis-St Paul (Minnesota). Les chercheurs incitent également l’État fédéral à privilégier des politiques publiques métropolitaines en vue de favoriser l’avènement d’une sphère politique métropolitaine22.

  • 23 Orfield, M., 2002. American Metropolitics : The New Suburban Reality. Washington DC, Brookings Inst (...)

20En évoquant le principe d’une révolution politique, Katz et Bradley s’inscrivent dans la perspective dessinée quelques années plus tôt par Myron Orfield. Le politiste a en effet inventé le terme de metropolitics pour affirmer l’impératif de l’invention d’une sphère politique métropolitaine légitime, soit issue du suffrage universel23. Il revendique l’instauration d’un conseil métropolitain avec l’accord de l’État fédéré. Il ne fut pas le premier à faire le constat de l’émergence de la métropole mais il est reconnu comme le premier chercheur ayant affirmé le défi politique qu’elle représentait pour les élus comme pour les habitants, en raison des inégalités sociales et raciales. Orfield spatialise le fait social et racial et il étudie les disparités spatiales entre municipalités inclues dans le territoire métropolitain.

21Dans le cadre des travaux menés au sein de l’Institute of Metropolitan Opportunity (autrefois intitulé Institute of Poverty and Race) qu’il dirige, Orfield a étudié plusieurs aires métropolitaines des États-Unis. Il établit pour chacune d’entre elles une typologie, ce qui lui permet de différencier les municipalités riches (celles qui ont des emplois et/ou sont habitées par les classes supérieures) des municipalités à risque (risk suburbs) c’est-à-dire ne bénéficiant pas d’une assiette fiscale permettant d’offrir un large éventail de services publics aux habitants. Il démontre combien les municipalités disposant de revenus liés à la taxe foncière sur les belles et grandes propriétés ou d’impôts prélevés auprès d’entreprises bénéficient d’établissements scolaires de qualité. Cette situation contraste avec celle de municipalités pauvres qui parce qu’elles enregistrent de faibles revenus, ne disposent pas d’établissements scolaires de qualité. Les inégalités fiscales ont de sérieuses répercussions sur l’offre de services publics et de fait sur les conditions de vie des habitants.

  • 24 Ibid., p. 173.

22Les travaux de l’Institut identifient les municipalités à risque sur la base de données sociales, économiques et fiscales, ce qui autorise les chercheurs et les experts à faire des recommandations auprès des élus, des administrations locales et des associations à but non lucratif (non-profit corporations). Le secteur philanthropique est particulièrement développé aux États-Unis et certaines associations sont en mesure d’offrir des services publics comme dans le cas du quartier pauvre de Gulfton à Houston. Dans un contexte métropolitain où les municipalités à risque concentrent plus de 40 % de l’ensemble des habitants d’une métropole, Orfield suggère le recours au principe d’une redistribution fiscale entre municipalités ou encore une péréquation. Seul un conseil métropolitain disposant d’une légitimité politique peut mener une telle politique, ce qui revient à dire que seul un conseil métropolitain élu ou encore composé d’élus et de représentants de l’État fédéré serait en mesure de répondre aux exigences de justice spatiale24.

  • 25 Ibid., chapitre 9.

23Orfield a inventé le concept de metropolitics pour insister sur le rôle décisif que peut jouer une scène métropolitaine de délibération démocratique. Il lui reviendrait d’assurer le double objectif de (1) l’« avantage métropolitain » (attirer les capitaux, les classes créatives et les touristes) et (2) de la cohérence territoriale c’est-à-dire une justice spatiale pensée au niveau du territoire métropolitain. Le politiste plaide pour l’invention par les États fédérés de conseils métropolitains doté d’un pouvoir supra-municipal. En d’autres termes, l’imposition fiscale, les documents d’urbanisme et l’offre de services publics reviendraient principalement aux conseils métropolitains alors que seuls les services de proximité relèveraient de la municipalité25.

  • 26 Young, I.M., 1990, 2011, Justice and the Politics of Difference. Princeton University press.

24Si pour Orfield, penser la justice sociale et spatiale exige de penser métropolitain, cette posture rejoint celle de Iris Marion Young qui plaide pour le principe d’une justice sociale et spatiale métropolitaine et pour un dépassement du localisme municipal. Dans son essai, la philosophe fustige l’idéal de la « communauté » chère à la tradition du localisme américain pour proposer une vision de la ville qui relèverait de la city-region ou de la métropole26. Cette revendication s’explique du fait que les municipalités suburbaines ont, tout au long de leur histoire, réussi à exclure les populations aux revenus limités et à profiter de l’animation de la ville centre sans pour autant contribuer à son fonctionnement. Elle suggère l’invention d’un gouvernement régional englobant la ville-centre, les banlieues, le périurbain et le rural sans pour autant envisager la fusion des municipalités. Il s’agit d’inventer un niveau métropolitain politique pour dépasser l’idée d’une simple coopération entre municipalités autonomes et ainsi mettre en œuvre l’objectif d’une justice spatiale et sociale. La métropole ne se limite pas à n’être qu’une unité économique. En tant qu’entité sociale et politique, elle devrait conférer à ses habitants un sentiment d’appartenance et un espace de vie.

25Le choix du terme « révolution » pour qualifier les mutations spatiales et les changements économiques conduisant à l’avènement de la métropole n’est pas anodin. Il indique que le territoire métropolitain présente des défis et soulève des enjeux politiques, compte tenu notamment des sérieuses inégalités sociales et spatiales mettant à risque sa soutenabilité.

La métropole redessine l’image des Etats-Unis

26À partir d’ouvrages relevant de différentes disciplines, cette étude a retracé l’avènement de la métropole succédant au modèle de la ville et des banlieues aux États-Unis. La métropole correspond à la figure urbaine de la mondialisation et de la globalisation. Dès les années 1990, les processus de décentralisation et recentralisation économiques ont été identifiés par les sociologues comme par les économistes. Aussi la métropole résulterait-elle d’une certaine forme de diffusion de l’économique des villes vers les banlieues et les périphéries. Des banlieues principalement résidentielles accueillant désormais des emplois. Cette restructuration économique confère au territoire métropolitain une allure polycentrique. Les chercheurs ne se limitent pas à démontrer le poids économique des métropoles dans le développement de la nation américaine. Ils dénoncent également les inégalités sociales et raciales ainsi que les disparités spatiales intramétropolitaines. Certains vont jusqu’à utiliser le terme de « révolution » tant les bouleversements sont jugés relever d’une grande ampleur.

  • 27 Katz et Bradley, op. cit. p. 85.

27A partir d’une réflexion centrée sur les inégalités sociales et raciales, les chercheurs insistent sur les risques qu’elles peuvent apporter à la stabilité économique de la métropole. Katz et Bradley écrivent : « poverty and inequalities act as a drag on economic growth27 », d’où l’idée d’intégrer la question sociale et de se référer à une politique de redistribution fiscale pour assurer la justice spatiale. Ce qu’un conseil métropolitain légitime est en mesure d’instituer. Seul le géographe Soja n’est pas très explicite sur l’invention d’une sphère métropolitaine même s’il défend l’idée d’une justice spatiale et sociale. Au seuil de ce XXIe siècle, les États-Unis reconnaissent l’avènement de la métropole comme nouvelle figure urbaine et ils s’interrogent sur la dimension politique à lui accorder dans l’organisation du territoire fédéral.

Bibliographie

Bibliographie

Florida, R., 2014, 2002. The Rise of the Creative Class. New York, Basic Books.

Garreau, J., 1991. Edge City. Life on the New Frontier. New York, Anchor Press.

Glaeser, E., 2011. Triumph of the City : How Our Greatest Invention Makes Us Richer, Smarter, Greener, Healthier, and Happier. New York, Penguin Books.

Hackworth, J., 2006. The Neoliberal City : Governance, Ideology, and Development in American Urbanism. Cornell, Cornell University press.

Katz, B., et J., Bradley, 2014. The Metropolitan Revolution. Washington DC, Brookings Institution press.

Lang, R., 2003. Edgeless Cities. Washington DC, Brookings Institution press.

Li, W., 2009. Ethnoburb : The New Ethnic Community in Urban America. Hawaii, The University of Hawaii Press.

Orfield, M., 2002. American Metropolitics : The New Suburban Reality. Washington DC, Brookings Institution press.

Sassen, S., 1991. 2001. The Global City : New York, London, and Tokyo. Princeton, Princeton University press.

Scott, A.J. (ed.), 2001. Global City-Regions. Trends, Theory, Policy. Oxford University press.

Smith, N., 1996. The New Urban Frontier : Gentrification and the Revanchist City. New York, Routledge.

Soja, E., 2000. Postmetropolis : Critical Studies of Cities and Regions. New York, Wiley-Blackwell.

Teaford, J., 2006. The Metropolitan Revolution : The Rise of Post-Urban America. New York, Columbia University press.

Young, I.M., 1990, 2011, Justice and the Politics of Difference. Princeton University press.

Notes

1 Katz, B., et J., Bradley, 2014. The Metropolitan Revolution. Washington DC, Brookings Institution press, p. 208.

2 Sassen, S., 1991. 2001. The Global City : New York, London, and Tokyo. Princeton, Princeton University Press.

3 Scott, A. J. (ed.), 2001. Global City-Regions. Trends, Theory, Policy. Oxford University press, chapitre introductif.

4 Teaford, J., 2006. The Metropolitan Revolution : The Rise of Post-Urban America. New York, Columbia University press, et Katz, B., et J., Bradley, op. cit.

5 Garreau, J., 1991. Edge city. Life on the New Frontier. New York, Anchor Press.

6 Lang, R., 2003. Edgeless cities. Washington DC, Brookings Institution press.

7 Soja, E., 2000. Postmetropolis : Critical Studies of Cities and Regions. New York, Wiley-Blackwell.

8 Sassen, op. cit.

9 Florida, R., 2014, 2002. The Rise of the Creative Class. New York, Basic Books.

10 Smith, N., 1996. The New Urban Frontier : Gentrification and the Revanchist City. New York, Routledge.

11 Glaeser, E., 2011. Triumph of the City : How Our Greatest Invention Makes Us Richer, Smarter, Greener, Healthier, and Happier. New York, Penguin Books.

12 Ibid., p. 10.

13 Ibid., p. 208.

14 Teaford, op cit.

15 Katz et Bradley, op cit.

16 Li W. 2009. Ethnoburb : The New Ethnic Community in Urban America. University of Hawaii Press.

17 Teaford, op. cit., p. 252.

18 Sage, op. cit., chapitre 3.

19 Ibid., chapitre 3.

20 Li, op. cit., p. 15.

21 Katz et Bradley, op. cit., p. 1.

22 Ibid., chapitre 8.

23 Orfield, M., 2002. American Metropolitics : The New Suburban Reality. Washington DC, Brookings Institution press, p. 10.

24 Ibid., p. 173.

25 Ibid., chapitre 9.

26 Young, I.M., 1990, 2011, Justice and the Politics of Difference. Princeton University press.

27 Katz et Bradley, op. cit. p. 85.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search