Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur la ville américaine

 | 
Karolina Katsika
, 
Daniel Peltzman
, 
Pascale Smorag

Première partie. Les pratiques néo-libérales à l’œuvre dans la ville américaine

Mutations économiques, transformations urbaines, identité territoriale : San Francisco et l’industrie du cinéma

Frédéric Leriche et Jasper Rubin

Résumé

Le cinéma américain est généralement associé à Hollywood ; or, il existe un cinéma américain autre, ancré dans d’autres territoires, comme New York ou San Francisco, métropole sur laquelle porte ici l’attention. Nous avançons que la production cinématographique est une activité profondément ancrée dans un lieu, et que cet ancrage marque la forme d’organisation de l’industrie et l’esthétique des productions. Nous montrons en l’occurrence que le développement de l’industrie du cinéma à San Francisco repose sur la présence de ressources territoriales spécifiques à la ville et région urbaine de San Francisco. Nous dressons (1) un tableau général de la situation de cette industrie à San Francisco (histoire, emploi). Nous rappelons (2) que San Francisco est tant un lieu de tournage qu’un lieu de production. Nous expliquons (3) que le développement de l’industrie est régi par des logiques géographiques : clusterisation des entreprises, définition de politiques urbaines. Nous replaçons (4) au final le cluster cinématographique de San Francisco dans son contexte régional (relations avec la Silicon valley) et dans son contexte californien (relations avec Hollywood).

Texte intégral

  • 1 A. Scott & F. Leriche, “Les ressorts géographiques de l’économie culturelle : du local au mondial,(...)
  • 2 T. Lyppy, (ed.), New York Film-makers on Film Making, London : Faber and Faber, 2000.

1 Pour nombre d’observateurs, l’industrie du cinéma américaine se réduit bien souvent à la production hollywoodienne. Hollywood – immense complexe productif et centre décisionnel majeur de l’industrie – représente en effet quelque 80 % de la production cinématographique américaine1. Pour autant, aux côtés et dans l’ombre d’Hollywood, il existe un autre cinéma américain, en particulier à New York et à San Francisco, deux villes étroitement associées à des cinéastes de renom tels que Martin Scorsese, Woody Allen ou Spike Lee tout particulièrement pour New York, Francis Coppola, Clint Eastwood et George Lucas pour San Francisco2. Nous mettons ici l’accent sur San Francisco qui, concernant la production cinématographique, attire encore trop peu l’attention des chercheurs en sciences humaines et sociales.

  • 3 G. Colletis & B. Pecqueur, Les facteurs de la concurrence spatiale et la construction des territoir (...)
  • 4 H. Gumuchian & B. Pecqueur, La ressource éditoriale, Paris : Economica, 2007.
  • 5 J. Celnick, L’environnementaliste américain à San Francisco. In D. Giband (éd.), L’Amérique du Nord (...)
  • 6 M. Kenney, (ed.). Understanding Silicon Valley, Stanford : Stanford University Press, 2000. C.M. Le (...)
  • 7 Cf. sur ce point l’immense succès international de la série d’Armistead Maupin, « Les chroniques de (...)
  • 8 Relevons en outre que, prises dans leur ensemble, ces trois types de ressources territoriales conco (...)
  • 9 « L’autre capitale du film en Californie ». E. I. Stein, Got my Start in San Francisco., American F (...)

2Dans le cadre de ce chapitre, l’hypothèse – profondément géographique – que nous souhaitons avancer est qu’il existe à San Francisco un cinéma particulier, et que le développement de ce cinéma repose sur la présence de ressources spécifiques au lieu. Par ressources spécifiques, il faut entendre des ressources originales et non-interchangeables, construites dans le temps de manière endogène par une entité productive ancrée dans l’espace économique (une industrie) ou géographique (un lieu – ce qui nous intéresse ici) ; elles s’opposent aux ressources génériques, ressources « banales » susceptibles de se rencontrer en tout point de l’espace économique et/ou de l’espace géographique3. En l’occurrence, les ressources spécifiques de San Francisco, ou autrement dit les « ressources territoriales4», matérielles et – surtout – idéelles, susceptibles de donner au cinéma de San Francisco une coloration esthétique et narrative particulière, sont de trois ordres : (1) une culture « alternative » unique, puisque San Francisco constitue le terreau fertile par excellence de modes de pensée en rupture avec le Mainstream America : mouvements environnementaliste, Beatnik et hippie, homosexuel5 ; (2) une culture technologique, ancrée de longue date (en particulier les technologies de l’image, ainsi que les technologies d’information et de communication, étroitement associées à la Silicon Valley), qui irrigue l’ensemble de la région urbaine de San Francisco6 ; (3) une vie urbaine et sociale considérée comme de grande qualité – et largement médiatisée à travers le cinéma mais aussi la littérature7 – encastrée dans des paysages naturels et artificiels reconnus unanimement comme sublimes8. Notre objectif, pour l’exprimer de manière plus prosaïque, est de montrer que la région urbaine de San Francisco, puisant dans ses ressources spécifiques (ou ressources territoriales), peut être considérée encore de nos jours et en dépit d’un processus continuel de rapprochement avec Hollywood, pour reprendre la formulation d’Ellin Stein, comme la « California’s Alternative Film Capital »9.

  • 10 Anglicisme qui renvoie à un groupe d’entreprises situées dans une même région et interdépendantes l (...)
  • 11 Ces neuf comtés sont : Alameda, Contra Costa, Marin, Napa, San Francisco, San Mateo, Santa Clara, S (...)

3Néanmoins, quelques précisions méthodologiques préalables s’imposent. D’une part, nous présentons ici les premiers résultats d’une recherche en cours, essentiellement en nous appuyant sur des données extraites de la littérature scientifique sur ces questions, sur des articles de presse relatant l’actualité relative à l’activité cinématographique à San Francisco, ainsi que sur des éléments chiffrés fournis par les organismes statistiques américains (le travail d’enquêtes de terrain – en cours – auprès d’acteurs de l’industrie cinématographique de San Francisco ne nous permet pas pour l’instant de tirer des résultats définitifs, sur les dynamiques et les structures internes du cluster10 de l’industrie du cinéma en particulier). D’autre part, nous appréhendons l’aire géographique qui nous intéresse ici dans sa double dimension. Ainsi, nous évoquons parfois San Francisco en elle-même, ville-comté de quelque 800 000 habitants (et, historiquement, « ville-mère » de la région urbaine), et parfois l’aire urbaine de San Francisco dans son ensemble (la San Francisco Bay Area), un immense espace urbanisé autour de la baie de San Francisco qui compte quelque 7,2 millions d’habitants, répartis dans neuf comtés (dont celui de Santa Clara, siège de la Silicon Valley) (cf. carte 1)11.

L’industrie du cinéma à San Francisco

Quelques jalons historiques

4Le fait est quelque peu oublié ou méconnu, cependant San Francisco a joué un rôle non négligeable dans la genèse, puis dans le développement des techniques et des industries de « l’image en mouvement » (motion picture). Ce bref rappel est nécessaire pour bien saisir l’hypothèse posée ici.

5Ainsi Solnit rappelle-t-elle que, par l’intermédiaire d’Eadweard Muybridge, photographe et technicien innovant et créatif, San Francisco est un lieu pionnier, voire inventeur de l’industrie du cinéma :

  • 12 R. Solnit, Cinema City : Muybridge Inventing Movies, Hitchcock Making Vertigo… The Eyes of the Gods (...)

Photographer Eadweard Muybridge laid the foundation for a new technology of moving pictures that would evolve into cinema as we know it. (…) In that period [1855-1881], Muybridge sped up photography, which hitherto could produce those images the film business calls “stills” but so far had been able to capture only the slow world and the world stopped for the camera. Muybridge made photography fast ; he was the fastest camera in the West, the first photographer who could capture horses and men in motion. He shot them in series that could be projected onto a big screen, projected in quick sequences that simulated life. Thus began the road to cinema. It was as though the ice of frozen photographic time had broken free into a river of images12.

Carte 1 – Les neufs comtés de l’aire urbaine de San Francisco. Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani

Carte 1 – Les neufs comtés de l’aire urbaine de San Francisco. Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani

Source : BD Diva Gis

  • 13 A. Scott, & F. Leriche, Hollywood, un siècle d’industrie cinématographique. In F. Leriche & al. (éd (...)
  • 14 Sturgeon, T. How Silicon Valley Came to Be. In M. Kenney (ed.), Understanding Silicon Valley (p. 15 (...)
  • 15 M. Zook, The Geography of the Internet Industry, 1994-2000 : Venture Capital, Internet Firms and Re (...)

6En dépit de tels débuts, prometteurs, et tout comme New York pourtant pôle précurseur et dominant l’industrie jusqu’au milieu des années 1910, San Francisco se voit néanmoins « éclipsée » comme lieu de production par le succès commercial et industriel d’Hollywood, symboliquement marqué par la sortie du film The Birth of a Nation de D.W. Griffith en 1915 : cet événement engage une bifurcation majeure pour l’industrie, tant à Hollywood qui amorce alors son expansion que, corrélativement, dans les autres lieux de productions cinématographiques13. Suite à cette « percée » d’Hollywood, San Francisco continue toutefois à se développer, jouant en particulier un rôle déterminant en matière d’innovation technique et industrielle, explorant de nouveaux horizons technologiques (traitement de signal, radiocommunication, équipements électriques) dont certains, dans le prolongement des travaux de Muybridge, ont contribué au développement de l’industrie de l’image en mouvement, comme l’a montré Sturgeon lorsqu’il met en évidence le rôle de Philo Farnsworth dans la mise au point – dès 1927 – de technologies utiles à l’invention de la télévision14. Alors que la Silicon Valley amorce progressivement son essor dans le comté de Santa Clara, cette appétence précoce pour la recherche scientifique et la technologie préfigure les liens forts qui continueront à unir, ultérieurement, la technologie et l’esthétique visuelle dans la région urbaine de San Francisco. Cette imbrication entre technologie et créativité artistique se traduit à la fin du vingtième siècle par l’essor d’internet, des jeux vidéo et plus généralement de l’industrie du multimédia à San Francisco15. La capacité très aboutie des milieux professionnels de cette région à développer des technologies permettant de produire et manipuler des images de synthèse contribue par ailleurs, comme nous l’expliquons plus bas, à l’essor d’une industrie cinématographique très particulière, largement tournée en direction du cinéma d’animation.

Bilan contemporain en matière d’emplois

7Si à l’issue de telles trajectoires de développement, l’industrie du cinéma à San Francisco est donc bien en retrait par rapport à l’industrie hollywoodienne (qui occupe quelque 120 000 personnes), celle-ci ne doit pas pour autant être considérée comme quantité négligeable. Comme l’indique le tableau 1, l’emploi dans ce secteur a considérablement augmenté depuis le début des années 1990.

Tableau 1 – Emploi dans l’industrie du cinéma dans la région urbaine de San Francisco, par comté

Comtés 1990 2003 2011
Alameda’ 1385’ 1729’ 2286’
Contra’Costa’ 513’ 1313’ 633’
Marin’ 525’ 2240’ 760’
Napa’ 60’ (20-99)’ (20-99)’
San’Francisco’ 2213’ 1771’ 3718’
San’Mateo’ 845’ 716’ (1000-2499)’
Santa’Clara’ 1765’ 1836’ 1590’
Solano’ n.d.’ 284’ 215’
Sonoma’ 194’ 485’ 437’
Total 7500 10374
(+’20-99)’
9639
(+’20-99’/’+1000-2499)’
  • 16 Les effectifs de l’emploi dans l’industrie du cinéma ici indiqués correspondent à la nomenclature s (...)

NB : révision des codes Standard Industrial Classification (SIC) / North American
Industrial Classification Standards (NAICS) en 1997
NAICS 512 – Motion Picture and Sound Recording Industries16

Sources : California Employment and Development Department (1990) ; Census Bureau - County Business Patterns (2003, 2011)

  • 17 ICF Consulting. San Francisco Film Cluster Economic Analysis. San Francisco : Report for the San Fr (...)

8Quelques remarques supplémentaires permettent de mieux saisir les dynamiques industrielles et spatiales du secteur cinématographique dans la région urbaine de San Francisco. En dépit de quelques biais statistiques (en particulier l’imprécision concernant les effectifs en 2011 pour le comté de San Mateo), l’emploi à l’échelle régionale a augmenté au cours des années 1990, pour ensuite se maintenir voire augmenter légèrement, malgré une baisse notable entre 2001 et 200417. La région urbaine compte ainsi actuellement quelque 10 000 personnes travaillant dans ce secteur. Une analyse plus fine de la géographie de l’emploi révèle que le comté d’Alemeda se distingue comme un pôle d’emploi de plus en plus présent dans le paysage régional ; la croissance des effectifs (1385 personnes en 1990, 2286 en 2011) repose essentiellement sur la réussite de l’entreprise Pixar (sur laquelle nous reviendrons) sise dans ce comté. Le « chassé-croisé » entre le comté de Marin (qui baisse de 2240 emplois en 2003 à 760 en 2011) et celui de San Francisco (qui augmente de 1771 emplois en 2003 à 3718 en 2011) s’explique quant à lui parce que nous qualifierons d’« effet Lucasfilm », c’est-à-dire le déménagement des studios de la société de George Lucas d’un comté vers l’autre en 2005 (point que nous expliciterons également plus bas).

San Francisco et la production cinématographique

Un lieu de tournage

  • 18 P. F. Peirano, La représentation de San Francisco dans Dark Passage de Delmer Daves (1947). In S. V (...)

9Quelques séries TV mettent en avant la ville de San Francisco comme, en particulier, la fameuse série The Streets of San Franciso (1972-1977). Néanmoins, pour ce qui nous concerne ici, soulignons surtout qu’au cours de son histoire San Francisco est également parvenue à se maintenir comme un lieu de tournage de films cinématographiques mettant parfois en avant la ville elle-même, quasiment érigée au rang de protagoniste dans certains films. Si bien que, comme le souligne Peirano18, la présence de la ville, dans quelques-uns des films tournés à San Francisco, à l’instar de Dark Passage (1947), peut être perçue comme « obsédante » :

  • 19 Ibid., p. 218.

Dark Passage représente une nouvelle étape dans le film noir : l’accession de la ville au rang de personnage marque les années de maturité du genre, tout en annonçant d’autres films dans lesquels San Francisco joue un rôle majeur, comme Vertigo (1958) et Bullitt (1968)19.

10Ainsi, la liste des films tournés à San Francisco est longue. Nous ne proposons ici qu’une fraction de cette liste (voir ci-dessous) reposant sur les films « essentiellement » tournés à San Francisco pour les scènes extérieures, et parmi les plus représentatifs de l’importance du lieu comme ressource spécifique. Ces séries TV et films médiatisent la ville de San Francisco aux États-Unis et plus largement encore à travers le monde ; ils contribuent en outre au renforcement de l’identité particulière de la ville de San Francisco.

San Francisco et le cinéma (liste non exhaustive)
Barbary Coast ; Howard Hawks (1935)
The Lady from Shanghai ; Orson Welles (1947)
Dark Passage (Les passagers de la nuit) ; Delmer Daves (1947)
Vertigo (Sueurs froides) ; Alfred Hitchcock (1958)
Le prisonnier d’Alcatraz ; John Frankenheimer (1962)
Bullitt ; Peter Yates (1968)
Take the Money and Run ; Woody Allen (1969)
Dirty Harry (L’inspecteur Harry) ; Don Siegel (1971)
Conversation secrète ; Francis Coppola (1973)
L’évadé d’Alcatraz ; Don Siegel (1979)
Le Retour de l’inspecteur Harry ; Clint Eastwood (1983)
Presidio, base militaire, San Francisco ; Peter Hyams (1988)
Basic Instinct ; Paul Verhoeven (1992)
The Rock ; Michaël Bay (1996)
Le flic de San Francisco ; Thomas Carter (1997)
Sucker Free City ; Spike Lee (2004)
Harvey Milk ; Gus Van Sant (2008)
Blue Jasmine ; Woody Allen (2013)

11Dans ces films toutefois, la ville de San Francisco « joue un rôle » variable. Trois degrés d’utilisation des ressources territoriales offertes par San Francisco peuvent sans doute être mis en évidence.

  • 20 Production délocalisée avec tournages réalisés dans de grands studios extérieurs à Hollywood, voire (...)

12Dans certains films au scenario que nous qualifierons d’« universel », le tournage se déroule à San Francisco sans que le lieu lui-même ait une importance particulière ; c’est le cas d’un film tel que Basic Instinct (1992). Pour de tels films, souvent des runaway productions20 d’Hollywood, San Francisco est en concurrence directe avec d’autres lieux de tournage potentiels ; c’est alors essentiellement le critère du coût de revient de ressources génériques qui détermine le choix de la localisation du lieu de tournage.

13Dans d’autres films en revanche, les paysages ou certains traits caractéristiques de San Francisco sont utilisés comme toile de fond, comme « décor » en quelque sorte, à l’instar des films mettant en scène l’inspecteur Harry ; la ville est alors mobilisée pour ses caractéristiques propres, ses paysages naturels ou urbains par exemple. La trame narrative n’est cependant pas profondément encastrée dans le territoire de San Francisco ; en d’autres termes, l’histoire pourrait se dérouler en tout autre lieu, mais certaines caractéristiques de San Francisco contribuent positivement à l’esthétique du film.

14Enfin, parfois la vie sociale et l’histoire et la culture locales sont prétextes à un scenario particulier, voire, dans certains cas, sont l’objet même du film à l’instar de films tels que Barbary Coast (1935), L’évadé d’Alcatraz (1979) ou encore Harvey Milk (2008).

  • 21 S. Christopherson. & M. Storper, City as Studio, the World as Back Lot : The Impact of Vertical Dis (...)

15Pour des films relevant de ces deux dernières situations, le critère de choix de la localisation du tournage repose d’abord sur les ressources spécifiques offertes par la région de San Francisco. Autrement dit, les ressources territoriales (histoire de la ville, paysages naturels ou urbains, culture locale) sont d’un point de vue économique utilisées comme des inputs incorporés dans le produit final qu’est le film. À l’instar d’Hollywood qui exploite la ville de Los Angeles et ses symboles en les intégrant dans ses propres films21, différentes facettes du patrimoine de San Francisco – quartiers et lieux emblématiques, paysages, icônes architecturaux, traits culturels, personnalités historiques – sont ainsi injectées dans les films, en référence explicite ou implicite à San Francisco. Lieu de tournage, la ville, dotée d’une identité si spécifique parmi les métropoles américaines, attire au final nombre de cinéastes, comme le résume la San Francisco Film Commission :

  • 22 Voir le site de la San Francisco Film Commission : http://filmsf.org/index.aspx?page=5(consulté le  (...)

The first moving image was captured in Northern California and since then San Francisco has been a magnet for filmmakers such as Alfred Hitchcock, Clint Eastwood, Chris Columbus, Francis Ford Coppola, Philipp Kaufman, and George Lucas22.

Un lieu de production

16Lieu de tournage donc, San Francisco est cependant aussi un lieu de production. D’autres ressources territoriales que celles mentionnées ci-dessus sont alors mobilisées : capital humain (savoir-faire technologique et créativité artistique) et capital financier (sociétés de production) se combinent pour mettre sur le marché des films véritablement produits à San Francisco.

17De nombreuses compagnies, de toutes tailles et occupant diverses positions dans le système et le processus de production, sont en effet profondément ancrées dans la région de San Francisco. Comme l’indique le tableau 2, le nombre de telles firmes impliquées dans la production d’image en mouvement n’est pas négligeable et augmente même légèrement entre 2003 et 2011 (passant de 606 à 620 entreprises).

Tableau 2 – Nombre d’établissements dans l’industrie du cinéma, par comté (2003 et 2011)

Comtés 2003 2011
Alameda 105 107
Contra Costa 49 49
Marin 92 79
Napa 7 4
San Francisco 191 215
San Mateo 50 46
Santa Clara 73 80
Solano 7 7
Sonoma 32 33
Total 606 620

NB : révision des codes Standard Industrial Classification (SIC)/North American
Industrial Classification Standards (NAICS) en 1997
NAICS 512 – Motion Picture and Sound Recording Industries

Sources : California Employment and Development Department (1990) ; Census Bureau - County Business Patterns (2003, 2011).

18Les données fournies dans le tableau 2 corroborent largement celles relatives à l’emploi fournies dans le tableau 1. Quelques commentaires géographiques s’imposent pour décrypter les logiques de la localisation des entreprises. La ville même de San Francisco (215 entreprises en 2011, soit le tiers du total) constitue assurément un pôle important de l’industrie cinématographique. Situés dans une proximité relative de San Francisco, puisque directement reliés à San Francisco par les ponts du Golden Gate Bridge et de l’Oakland-San Francisco Bay Bridge, les comtés de Marin (79 entreprises en 2011) et Alameda (107 entreprises en 2011) renforcent la concentration spatiale de l’activité – un ensemble de trois comtés qui polarise l’essentiel (les deux tiers) de l’industrie à l’échelle de la région urbaine (401 entreprises et 6764 emplois au total pour ces trois comtés en 2011). Si le comté de Santa Clara représente également un pôle relativement important (80 entreprises en 2011), celui-ci semble malgré tout en voie de déclin relatif (alors qu’entre 2003 et 2011 le nombre d’entreprises augmente légèrement, le nombre d’emplois diminue en revanche passant de 1836 à 1590).

  • 23 M. P. Bès & M. Grossetti, M. Dynamiques des réseaux et des cercles. Encastrements et découplages. R (...)
  • 24 ICF Consulting. San Francisco Film Cluster Economic Analysis. San Francisco : Report for the San Fr (...)
  • 25 Site de la société Zeotrope : www.zeotrope.co (consulté le 28/01/2015).

19La question de la proximité géographique des entreprises requiert quelques éclaircissements. En effet, bien qu’elle soit souvent indispensable pour le design de produits non-routiniers, de produits à fort contenu technologique ou à fort contenu esthétique et sémiotique (tels que les films cinématographiques en l’occurrence), comme l’ont montré nombre de travaux en sociologie des réseaux, en économie spatiale et en géographie économique, la proximité géographique n’est pas mécaniquement garante de proximité relationnelle et fonctionnelle entre les acteurs du système de production ; en d’autres termes, la co-localisation n’est pas synonyme de co-opération23. L’identification concrète des liens inter-entreprises est donc un travail nécessaire pour mesurer la réalité du cluster du cinéma à San Francisco. Certes, un certain nombre d’éléments nous permettent de poser l’hypothèse qu’il existe un lien particulier à San Francisco entre d’un côté le monde de la création artistique et de l’autre celui de l’innovation technologique. Cette connexion est clairement identifiée par diverses analyses générales comme étant un élément crucial à même de stimuler le développement de ce secteur24, tandis que certains acteurs de l’industrie témoignent de leur intérêt et de leur compréhension du potentiel créatif ouvert par les nouvelles technologies ; American Zeotrope souligne par exemple qu’elle cherche depuis sa création à « exploiter les potentialités créatives des nouvelles technologies »25. Néanmoins, la connexion entre ces deux univers professionnels et les modalités concrètes de telles interactions restent à mesurer de manière précise.

  • 26 Kink.com produit des films pornographiques.

20Dans ce système de production, quelques entreprises émergent comme motrices de l’industrie. En l’occurrence, quatre d’entre elles occupent des positions saillantes. Installée au centre de San Franciso, American Zeotrope (fondée en 1969 par Francis Coppola et Georges Lucas, avant que ce dernier ne quitte la société) est une compagnie de taille certes modeste, mais dont la réputation – reposant sur son fondateur principal Francis Coppola – est immense. Lucasfilm (fondée par Georges Lucas en 1971) est célèbre pour ses sagas La guerre des étoiles et Indiana Jones ; son siège a été déplacé du comté de Marin à San Francisco en 2005. La société Pixar (fondée en 1986 par Steve Jobs, père fondateur par ailleurs de la société de haute technologie Apple) est installée à Emeryville, dans le comté d’Alameda. Enfin, Kink.com (fondée par Peter Acworth en 1997), certes quelque peu distincte dans ce paysage industriel26, est néanmoins une société qui contribue au développement de cette industrie et aux transformations du cadre bâti de San Francisco. Nous développerons ces points par la suite.

Politiques publiques, stratégies foncières et immobilières, localisation des entreprises

Une politique volontariste

21En 1988, l’administration municipale crée un service dédié à la promotion de l’activité cinématographique sous la forme de la San Francisco Film Commission. Cette dernière se positionne comme un interlocuteur des industriels du secteur, tant pour attirer les activités de tournage à San Francisco que pour appuyer les entreprises « régionales » dans leurs projets :

  • 27 San Francisco Film Commission : http://filmsf.org (consulté le 26/01/2015)

The San Francisco Film Commission works to develop, recognize and promote film activities in San Francisco. We work to promote the San Francisco Bay Area as a film destination while also working with the local film community to support local projects with significant ties to San Francisco27.

  • 28 C. Landry & F. Bianchini, The creative City. Londres : Demos/Comedia, 1995. Lee, C-M. (ed.). The Si (...)
  • 29 A. Scott & N. Pope, “Hollywood, Vancouver, and the World : Employment Relocation and the Emergence (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Rapport rédigé par un cabinet de consultants (ICF Consulting) en 2007.

22La décennie suivante est marquée par la montée en puissance de travaux de recherche mais aussi d’un discours politico-économique sur l’économie créative, et plus particulièrement sur la « ville créative » et sur la « classe créative »28. Dans ce contexte, les retombées économiques de l’activité cinématographique à San Francisco semblent en-deçà des résultats attendus et l’idée germe dans l’esprit des décideurs politiques que les potentialités de San Francisco sont sous-exploitées. Cette progressive prise de conscience conduit la municipalité à renforcer sa politique de promotion de l’activité cinématographique. Les leviers sur lesquels s’appuie la ville de San Francisco sont essentiellement la fiscalité locale et le foncier. La ville décide alors de mesures fiscales incitatives (tax incentives) pour faire face à la concurrence d’autres sites de tournage accueillant les opérations des studios d’Hollywood (les fameuses runaway productions), en particulier Toronto et Vancouver29. La ville conduit en outre une politique foncière et immobilière destinée à accompagner le développement et les stratégies spatiales des entreprises du secteur et leur proposer des équipements adaptés (studios de tournage en particulier). Par ailleurs, dans un tout autre registre mais attestant d’une volonté plus générale de développer les activités liées au cinéma, une multitude d’acteurs – publics et associatifs – dans l’ensemble de la baie de San Francisco organisent des festivals de cinéma plus ou moins spécialisés. Relevons par exemple le Noir City Film Festival, le Bicycle Film Festival of San Francisco, le French Cinema Now ; au total, la San Francisco Film Commission inventorie quarante-sept festivals organisés chaque année dans l’aire métropolitaine30. En 2007, le rapport commandité par la San Francisco Film Commission sur l’impact économique de l’activité cinématographique dans la région souligne la nécessité de poursuivre les efforts engagés31.

Opportunités foncières et mutations urbaines

  • 32 Le terme de « fabrique urbaine » est utilisé de manière métaphorique pour renvoyer aux processu soc (...)

23Au début des années 1990, la fin de la Guerre froide ouvre de nouvelles opportunités foncières et immobilières dont les autorités de San Francisco se saisissent. Deux espaces militaires (Le Presidio et Treasure Island, voir carte 2) sont alors « libérés » de l’emprise foncière de l’armée et s’ouvrent, réintégrant progressivement le tissu urbain civil pour être peu à peu absor bés par la fabrique urbaine32.

Carte 2 – Le Presidio et Treasure Island Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani

Carte 2 – Le Presidio et Treasure Island Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani

Source : BD Tiger (US Census Bureau), OpenStreetMap

  • 33 P. Booth Wiley, San Francisco : America’s Guide for Architecture and History Travellers, New York : (...)
  • 34 Cet éparpillement géographique est classique pour une entreprise en expansion rapide, dont les loca (...)
  • 35 Dans ce centre sont ensuite installés des services clefs de l’entreprise, en l’occurrence des servi (...)

24Le Presidio, ancienne base militaire (1848-1994), est ainsi rétrocédé à la ville de San Francisco33. En 2005, la société Lucasfilm, jusque-là installée de manière quelque peu « éparpillée » dans le comté de Marin34, y recentre une grande partie de ses activités ; de nouveaux locaux sont construits et le Letterman Digital Arts Center sort de terre35. Quelque 1500 employés de Lucasfilm y travaillent. Ce changement de localisation, d’un comté (Marin) à l’autre (San Francisco), chamboule la répartition géographique de l’emploi (cf. tableau 1) et renvoie à cet « effet Lucasfilm » que nous avons mentionné plus haut.

25Treasure Island, île artificielle aménagée à l’occasion de l’exposition universelle de 1939, voit ses usages évoluer dans le temps. Base militaire de 1941 à 1991, cet immense espace accueille dès la fin des années 1980 quelques opérations de tournage pour des films comme Indiana Jones ou Copycat. En 1997, après quelques années d’incertitude quant à l’usage de cette île, Treasure Island est également rétrocédée à la ville de San Francisco ; la ville y développe alors de nouveaux projets urbains qui intègrent logements, commerces et studios cinématographiques.

  • 36 Voir note 26.

26Un autre bâtiment à usage militaire fait par ailleurs l’objet d’un processus de reconversion. Ce bâtiment, l’Arsenal (San Francisco Armory), sis dans le quartier populaire de Mission, accueille la California National Guard à partir de 1912 ; il est ensuite laissé quasiment à l’abandon entre 1976 et 2006 (à part le tournage de quelques scènes de la série Star Wars nécessitant l’utilisation d’explosifs, contenus par l’épaisseur des murs). En 2006, la société Kink.com (fondée en 1997 par Peter Acworth) rachète le bâtiment, véritable friche urbaine, non sans soulever des oppositions de la part des résidents du voisinage, tout au moins au départ de l’installation de l’entreprise, en raison de la nature des activités cinématographique de cette société36.

L’industrie cinématographique de San Francisco dans son contexte

San Francisco, le multimédia et la Silicon Valley

27L’entreprise Pixar illustre à l’envi la convergence entre les deux univers professionnels que sont le monde de la création artistique et celui de l’innovation technologique. Le développement de cette entreprise s’inscrit dans le contexte plus large de la révolution technologique du film d’animation (à partir du milieu des années 1980) – dont elle est une figure de proue – et de l’expansion de l’industrie du multimédia (à partir du milieu de la décennie suivante). Bien sûr, dans la région urbaine de San Francisco, la relation entre l’industrie du cinéma et l’industrie high tech déborde largement du cadre offert par l’expérience de Pixar. À partir du cas de cette entreprise, néanmoins, le rapprochement entre art (le cinéma) et technologie (le génie logiciel) peut être mis en lumière.

28La généalogie de Pixar est étroitement encastrée dans l’histoire même des studios Lucas. Quelques éléments factuels sont à rappeler. En 1971, George Lucas quitte Zeotrope et fonde sa société de production, Lucasfilm, pour se lancer dans la double aventure des sagas qui l’ont rendu célèbre : La guerre des étoiles et Indiana Jones ; en 1975, il crée une société affiliée, l’Industrial Light & Magic (ILM), sociétés d’effets spéciaux. Il renforce ensuite (en 1979) l’expertise de son entreprise dans le domaine des images de synthèse en créant, au sein de la Lucasfilm Computer Division (filiale d’infographie), le Graphics Group, confié à un ingénieur informatique, Edwin Catmull. En 1986, George Lucas vend la Lucasfilm Computer Division à Steve Jobs, qui crée la société Pixar, installée ensuite à Emeryville (comté d’Alemada). Le premier film d’animation (Toy Story) en sort en 1995 ; la société produira quatorze films entre 1995 et 2014. En 2006, les studios Walt Disney (installés à Los Angeles) rachètent Pixar, ce qui contribue à la perte d’indépendance du cinéma de San Francisco face à Hollywood.

San Francisco et Hollywood

29La relation entre San Francisco et Hollywood est une relation complexe et multi-facette, qui combine rivalité, concurrence, émulation, coopération et complémentarité. Durant des années, cette relation s’est tout particulièrement exprimée sous la forme de binômes rivaux : George Lucas versus Steven Spielberg, Pixar versus Dreamworks.

  • 37 Pecqueur B, op. cit.

30Cependant, l’omniprésence artistique, industrielle et capitalistique d’Hollywood dans le cluster de San Francisco n’a pas toujours été aussi vive qu’elle ne l’est de nos jours. Dans le prolongement du rachat de Pixar (en 2006 donc), cette omniprésence se confirme pourtant irrésistiblement à l’occasion du rachat de la société Lucasfilm, par les studios Walt Disney (en 2012). La puissance capitalistique d’Hollywood affirme ainsi de manière croissante sa domination sur San Francisco. Nous assistons donc progressivement, dans cet « affrontement » inégal entre ces deux clusters de l’industrie cinématographique, à une progressive mise sous tutelle de San Francisco. Pour autant, même si les ressources territoriales de San Francisco sont ainsi « récupérées » par la puissante machinerie financière et industrielle d’Hollywood, l’« avantage différentiatif »37 de San Francisco permettra sans doute à ce cluster de continuer à se développer.

  • 38 L’art et la créativité artistique sont au cœur du système de l’économie culturelle ; voir Markusen (...)
  • 39 Comme, par exemple, la School of Digital Filmaking (fondée en 2005).

31L’impact de l’activité du cinéma à San Francico est multiforme : emplois, création et développement d’entreprises, retombées fiscales, reconversions de bâtiments, friches urbaines et quartiers entiers, image et notoriété de la ville, création de nombreuses structures et institutions connexes – nécessaires au bon fonctionnement de l’industrie. La construction progressive d’externalités positives accompagne et favorise le développement du cluster cinématographique de San Francisco. Ce cluster peut être représenté sous la forme d’un système radio-concentrique qui articule, du centre vers la périphérie : (1) artistes, créatifs et innovateurs38 ; (2) entreprises locales motrices (Lucasfilm, Pixar) ; (3) marché du travail local ; (4) firmes connexes (entreprises de haute technologie, entreprises financières) ; (5) environnement institutionnel (pouvoirs publics, centres de formation dédiés39) ; (6) culture locale. Aux côtés de ce système se trouvent d’une part Hollywood (donneur d’ordre majeur), d’autre part les marchés (débouchés des productions locales).

Figure 1 – Le cluster cinématographique de San Francisco Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani

Figure 1 – Le cluster cinématographique de San Francisco Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani
  • 40 E. I. Stein, Op. Cit.

32L’esthétique du cinéma de San Francisco est marquée par le lieu – et ses ressources territoriales uniques ; en quelques mots : environnement urbain et paysages, proximité avec la Silicon Valley, mais aussi culture alternative locale. Sur ce dernier point, comme l’explique Ellin Stein : “Experimental filmaking in the Bay Area has its roots in the Beat movement of the late forties”40.

  • 41 Scott, A. On Hollywood : the Place, the Industry. Princeton : Princeton University Press, 2005.
  • 42 J. Augros, « Un dépendant, des dépendants : l’imbrication des secteurs indépendants et commerciaux (...)
  • 43 Y. Tzioumakis, « American Independent Cinema in the Age of Convergence ». RFEA, n° 136. 2013, p. 53

33Au final, le cinéma de San Francisco ne peut être pensé comme un cinéma « indépendant ». Cette notion même mérite d’être réinterrogée. Soulignons, par exemple, que Scott41 ou encore Augros42 dans leurs analyses respectives du système industriel d’Hollywood convergent pour montrer à quel point sont complémentaires les Majors, les studios associés au Majors (d’un point de vue capitalistique ou commercial) et les « petits studios » indépendants, ces derniers étant chargés de découvrir les talents et donc de prendre les risques afférents. De même Tzioumakis avance l’idée d’une convergence entre cinéma « indépendant » et grands studios : « Any arguments about independant cinema’s resistance to dominant modes of film and media production and distribution, especially in the 1990s, need to be questionned ».43 Comprendre les dynamiques et les spécificités du cinéma de San Francisco en l’analysant comme un cinéma d’auteur ne peut non plus être totalement satisfaisant. En conséquence, au-delà du cas de San Francisco, pour bien saisir les particularités des formes esthétiques du cinéma américain, il nous semble nécessaire de resituer ces expressions artistiques dans leur contexte géographique. La production cinématographique est une activité sociale profondément ancrée dans un lieu : en l’occurrence, le cinéma de San Francisco est, d’abord, un cinéma du lieu.

Bibliographie

Bibliographie

Augros, J. « Un dépendant, des dépendants : l’imbrication des secteurs indépendants et commerciaux à Hollywood aujourd’hui ». RFEA, n° 136. 2013.

Bès, M-P. & Grossetti, M. « Dynamiques des réseaux et des cercles. Encastrements et découplages ». Revue d’Économie Industrielle, n° 103. 2003.

Boschma, R. “Proximity and Innovation : a Critical Assesment”. Regional Studies, n° 39.1. 2005.

Booth Wiley, P. San Francisco : America’s Guide for Architecture and History Travellers. New York : Wiley ed., 2000.

Celnik J. « L’environnementalisme américain à San Francisco ». In D. Giband (éd.), L’Amérique du Nord au XXIème siècle : enjeux, défis et perspectives (p. 145-157). Paris : Ellipses, 2012.

Christopherson, S. & Storper, M. “City as Studio, the World as Back Lot : The Impact of Vertical Disintegration on the Location of the Motion Picture Industry”. Environment and Planning D : Society and Space, n° 4. 1986.

Colletis, G. & Pecqueur, B. « Les facteurs de la concurrence spatiale et la construction des territoires ». In M. Péraldi & É. Perrin (éd.), Réseaux productifs et territoires urbains (p. 167-182). Toulouse : PUM, 1996.

Florida, R. The Rise of the Creative Class. New York : Basic Books, 2002.

Gumuchian, H. & Pecqueur, B. (éd.). La ressource territoriale. Paris : Economica, 2007.

Hamdouch A. & Depret M-H. Proximité spatiale et cognitive, réseaux d’innovation et dynamique concurrentielle dans l’industrie pharmaceutique. Marseille : Actes des Quatrième Journées de la Proximité, 2004.

ICF Consulting. San Francisco Film Cluster Economic Analysis. San Francisco : Report for the San Francisco Film Office, 2007.

Kenney, M. (ed.). Understanding Silicon Valley. Stanford : Stanford University Press, 2000.

Landry, C. & Bianchini, F. The creative City. Londres : Demos/Comedia, 1995.

Lee, C-M. (ed.). The Silicon Valley Edge. Stanford : Stanford University Press, 2000.

Leriche, F. & Rubin, J. « Contre-culture et territoire : de North Beach à Haight-Ashbury (San Francisco) ». In F. Robert (éd.), Révoltes et utopies : la contre-culture américaine dans les années soixante (p. 119-129). Paris : Ellipses, 2011.

Lippy, T. (ed.). New York Film-makers on Film-making. London : Faber and Faber, 2000.

Markusen, A. & King, D. The Artistic Dividend. Minneapolis : University of Minnessota, 2003.

Peirano, P-F. « La représentation de San Francisco dans Dark Passage de Delmer Daves (1947) ». In S. Vallas & al. (éd.), San Francisco. À l’Ouest d’Éden (p. 207-218). Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2012.

Scott, A. New Industrial Spaces. London : Pion, 1988.

Scott, A. On Hollywood : the Place, the Industry. Princeton : Princeton University Press, 2005.

Scott, A. & Leriche, F. « Les ressorts géographiques de l’économie culturelle : du local au mondial ». L’Espace Géographique, n° 3. 2005.

Scott, A. & Leriche, F. « Hollywood, un siècle d’industrie cinématographique ». In F. Leriche & al. (éd.), L’économie culturelle et ses territoires (p. 29-41). Toulouse : PUM, 2008.

Scott, A. & Pope, N. “Hollywood, Vancouver, and the World : Employment Relocation and the Emergence of Satellite Production Centers in the Motion-Picture Industry”. Environment and Planning A, n° 39.6. 2007.

Solnit, R. “Cinema City : Muybridge Inventing Movies, Hitchcock Making Vertigo… The Eyes of the Gods”. In R. Solnit (ed.), Infinite City : A San Francisco Atlas (p. 23-30). Berkeley and Los Angeles : UC Press, 2010.

Stein, E. “I Got my Start in San Francisco”. American Film, July-August. 1984.

Sturgeon, T. “How Silicon Valley Came to Be”. In M. Kenney (ed.), Understanding Silicon Valley (p. 15-47). Stanford : Stanford University Press, 2000.

Tzioumakis, Y. “American Independent Cinema in the Age of Convergence”. RFEA, n° 136. 2013.

Zook, M. The Geography of the Internet Industry, 1994-2000 : Venture Capital, Internet Firms and Regional Development, Ph.D. dissertation, Berkeley : UC Berkeley, 2001.

Notes

1 A. Scott & F. Leriche, “Les ressorts géographiques de l’économie culturelle : du local au mondial,” L’Espace Géographique, 3 (2005).

2 T. Lyppy, (ed.), New York Film-makers on Film Making, London : Faber and Faber, 2000.

3 G. Colletis & B. Pecqueur, Les facteurs de la concurrence spatiale et la construction des territoires, In M. Peraldi et E. Perrin (éd.), Réseaux productifs et territoires urbains, (p. 167-182). Toulouse : PUM, 1996.

4 H. Gumuchian & B. Pecqueur, La ressource éditoriale, Paris : Economica, 2007.

5 J. Celnick, L’environnementaliste américain à San Francisco. In D. Giband (éd.), L’Amérique du Nord au XXIème siècle : enjeux, défis et perspectives (p. 145-157). Paris : Ellipses, 2012. F. Leriche et J. Rubin, Contre-culture et territoire : de North Beach à Haight-Ashbury (San Francisco). In F. Robert (éd.), Révoltes et utopies : la contre-culture américaine dans les années soixante (p. 119-129). Paris : Ellipses, 2011.

6 M. Kenney, (ed.). Understanding Silicon Valley, Stanford : Stanford University Press, 2000. C.M. Lee, (ed.). The Silicon Valley Edge, Stanford : Stanford University Press, 2000.

7 Cf. sur ce point l’immense succès international de la série d’Armistead Maupin, « Les chroniques de San Francisco ».

8 Relevons en outre que, prises dans leur ensemble, ces trois types de ressources territoriales concourent à la construction de l’identité urbaine et à l’attractivité résidentielle et touristique de San Francisco.

9 « L’autre capitale du film en Californie ». E. I. Stein, Got my Start in San Francisco., American Film, July-August. 1984.

10 Anglicisme qui renvoie à un groupe d’entreprises situées dans une même région et interdépendantes les unes des autres géographiquement et économiquement (note des éditeurs).

11 Ces neuf comtés sont : Alameda, Contra Costa, Marin, Napa, San Francisco, San Mateo, Santa Clara, Solano, Sonoma.

12 R. Solnit, Cinema City : Muybridge Inventing Movies, Hitchcock Making Vertigo… The Eyes of the Gods. In R. Solnit (ed.), Infinite City : A San Francisco Atlas (p. 23-30). Berkeley and Los Angeles : UC Press, 2010.

13 A. Scott, & F. Leriche, Hollywood, un siècle d’industrie cinématographique. In F. Leriche & al. (éd.), L’économie culturelle et ses territoires (p. 29-41). Toulouse : PUM, 2008.

14 Sturgeon, T. How Silicon Valley Came to Be. In M. Kenney (ed.), Understanding Silicon Valley (p. 15-47). Stanford : Stanford University Press, 2000.

15 M. Zook, The Geography of the Internet Industry, 1994-2000 : Venture Capital, Internet Firms and Regional Development, Ph. D. dissertation, Berkeley : UC Berkeley, 20.

16 Les effectifs de l’emploi dans l’industrie du cinéma ici indiqués correspondent à la nomenclature statistique « NAICS 512 : Motion Picture and Sound Recording Industries ». Précisons que, suite à l’intégration du Canada, des États-Unis et du Mexique dans le cadre de l’ALENA, et afin d’harmoniser pour ces trois pays les données statistiques, le Census Bureau a procédé à un changement de dénomination des catégories d’activités en 1997 ; ainsi, les Standard Industrial Classification (SIC) – qui n’étaient valables que pour les États-Unis – deviennent alors les North American Industrial Classification Standards (NAICS).

17 ICF Consulting. San Francisco Film Cluster Economic Analysis. San Francisco : Report for the San Francisco Film Office, 2007.

18 P. F. Peirano, La représentation de San Francisco dans Dark Passage de Delmer Daves (1947). In S. Vallas & al. (éd.), San Francisco. À l’Ouest d’Éden (p. 207-218). Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2012.

19 Ibid., p. 218.

20 Production délocalisée avec tournages réalisés dans de grands studios extérieurs à Hollywood, voire étrangers (note des éditeurs).

21 S. Christopherson. & M. Storper, City as Studio, the World as Back Lot : The Impact of Vertical Disintegration on the Location of the Motion Picture Industry. Environment and Planning D : Society and Space, n° 4. 1986.

22 Voir le site de la San Francisco Film Commission : http://filmsf.org/index.aspx?page=5(consulté le 26/01/2015).

23 M. P. Bès & M. Grossetti, M. Dynamiques des réseaux et des cercles. Encastrements et découplages. Revue d’Économie Industrielle, n° 103. 2003. R. Boschma, Proximity and Innovation : a Critical Assesment. Regional Studies, n° 39.1. 2005. A. Hamdouch & M-H Depret, Proximité spatiale et cognitive, réseaux d’innovation et dynamique concurrentielle dans l’industrie pharmaceutique. Marseille : Actes des Quatrième Journées de la Proximité, 2004.

24 ICF Consulting. San Francisco Film Cluster Economic Analysis. San Francisco : Report for the San Francisco Film Office, 2007.

25 Site de la société Zeotrope : www.zeotrope.co (consulté le 28/01/2015).

26 Kink.com produit des films pornographiques.

27 San Francisco Film Commission : http://filmsf.org (consulté le 26/01/2015)

28 C. Landry & F. Bianchini, The creative City. Londres : Demos/Comedia, 1995. Lee, C-M. (ed.). The Silicon Valley Edge. Stanford : Stanford University Press, 2000. R. Florida, The Rise of the Creative Class, New York : Basic Books, 2002.

29 A. Scott & N. Pope, “Hollywood, Vancouver, and the World : Employment Relocation and the Emergence of Satellite Production Centers in the Motion-Picture Industry,” Environment and Planning A, n° 39.6. (2007).

30 Ibid.

31 Rapport rédigé par un cabinet de consultants (ICF Consulting) en 2007.

32 Le terme de « fabrique urbaine » est utilisé de manière métaphorique pour renvoyer aux processu socio-spatiaux de contruction de la ville et de développement urbain.

33 P. Booth Wiley, San Francisco : America’s Guide for Architecture and History Travellers, New York : Wiley ed., 2000.

34 Cet éparpillement géographique est classique pour une entreprise en expansion rapide, dont les locaux initiaux se révèlent inadaptés. Généralement, l’expansion physique d’une telle entreprise s’effectue alors au gré des opportunités foncières et immobilières qui s’offrent à elle.

35 Dans ce centre sont ensuite installés des services clefs de l’entreprise, en l’occurrence des services fortement utilisateurs des technologies numériques pour le traitement d’images et la diffusion sur Internet, tels que l’Industrial Light & Magic (ILM), LucasArts et Lucas OnLine.

36 Voir note 26.

37 Pecqueur B, op. cit.

38 L’art et la créativité artistique sont au cœur du système de l’économie culturelle ; voir Markusen et King (2003) et Scott et Leriche (2005).

39 Comme, par exemple, la School of Digital Filmaking (fondée en 2005).

40 E. I. Stein, Op. Cit.

41 Scott, A. On Hollywood : the Place, the Industry. Princeton : Princeton University Press, 2005.

42 J. Augros, « Un dépendant, des dépendants : l’imbrication des secteurs indépendants et commerciaux à Hollywood aujourd’hui » RFEA, n° 136, 2013.

43 Y. Tzioumakis, « American Independent Cinema in the Age of Convergence ». RFEA, n° 136. 2013, p. 53.

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Les neufs comtés de l’aire urbaine de San Francisco. Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani
Crédits Source : BD Diva Gis
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Carte 2 – Le Presidio et Treasure Island Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani
Crédits Source : BD Tiger (US Census Bureau), OpenStreetMap
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 1 – Le cluster cinématographique de San Francisco Conception : Frédéric Leriche/Réalisation : Isabella Damiani
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/41457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search