Version classiqueVersion mobile

Parler le corps : réinvestir l’amour

 | 
Nella Arambasin

II. De l’« ob/scène » à l’« on/scène » de l’amour : lâcher les corps

Épanchements « trash » : Charlotte Roche ou l’écriture de l’obscène comme réappropiation de la marginalité

Régine Atzenhoffer

Texte intégral

  • 1 Depuis une dizaine d’années, le terme « post-porn » est au centre des réflexions et des pratiques q (...)

1Les représentations du corps et de la sexualité dans la littérature féminine allemande contemporaine – qui se présente comme un espace non seulement de grande diversité, mais aussi de discours sur l’intimité – se sont banalisées. Le roman féminin « post-moderne » construit de nouvelles subjectivités à partir de la mise en pratique d’une d’écriture du moi, de l’intime et de la marginalité. À l’aube du XXIe siècle, la littérature féminine transgressive, « trash », distribuée longtemps sous le manteau, s’est démocratisée et évolue à l’avenant, en évidence sur les étalages et dans les vitrines. Quant au marché du livre, la production et la consommation de ces écrits tiennent le haut du pavé et les libraires contribuent à sa considérable diffusion. Des auteures, à l’instar de Charlotte Roche, transgressent des tabous auparavant circonscrits à l’espace privé. Inscrites dans une démarche post-porn1, elles cherchent à comprendre la complexité de l’expérience sexuelle des femmes hétérosexuelles, militent pour une intimité publique, refusent la position d’objet – qui est souvent celle des femmes dans la pornographie mainstream –, pour se poser en sujet pensant et ressentant. Leurs œuvres post-féministes et « post-libération sexuelle » renvoient au lectorat des énoncés intimistes et trash aux contenus sexuels explicites. Le corps et sa sexualité s’extraient de la sphère privée pour entrer pleinement dans l’espace public et marquer une rupture avec l’ordre hétéronormatif (Torres : 2012 ; Bourcier : 2006).

2Charlotte Roche, dont l’exhibitionnisme radical et les descriptions de pratiques sexuelles extrêmes séduisent les uns et irritent les autres, s’inscrit dans la tradition de Georges Bataille, dans la mouvance post-féministe, post-porn et dans l’esprit queer féministe. Zones humides (Roche 2009) et Petites Morts (Roche 2013) mettent en scène le corps féminin dans des situations transgressives qui bravent les bienséances. Souvent qualifiés d’obscènes et de dégoûtants, ces textes ne sont pas sans rappeler les polémiques autour de L’anus solaire (Bataille 1931), Madame Edwarda (Bataille 1937), Dirty (Bataille 1945) et L’érotisme (Bataille 1957). Le premier opus de Roche, à la crudité profondément dérangeante, livre une exploration clinique des parties intimes de l’héroïne Hélène Memel. Cet obscène n’a aucun but mercantile : il cherche uniquement à choquer – et le plus choquant dans l’obscène « intime » de Roche, tout comme dans celui de Bataille, c’est, sans doute, sa gratuité. Passer en revue les hauts sommets de l’obscénité personnelle : tel est le projet du narrateur d’Histoire de l’œil (Bataille 1928) et, telle est également l’obsession de Roche. Une part de l’intention de Zones Humides se situe dans la « vulgarité » systématisée et dans l’abolition des interdits. Son écriture « trash » est intrinsèquement liée à la libéralisation du corps et à la spectacularisation de la sexualité. Cette expérience, d’ordinaire privée et intimement vécue, est ici exposée au regard d’autrui. L’obscénité devient ainsi le modèle inversé de l’amour tel qu’il est représenté dans l’espace public et dans la « chick-lit » (littérature sentimentale écrite par et pour les femmes). Dans le post-porn, le corps joue un rôle central et devient un espace privilégié d’expérimentation. Il perd ses connotations masculines ou féminines, pour devenir « une plateforme relationnelle vulnérable, historiquement et socialement construite, dont les limites sont constamment redéfinies » (Preciado, 2009). Aussi le corps, chez Roche, devient-il un lieu, un moyen, un instrument de subversion et de réaction à une société normée.

  • 2 Terminologie utilisée pour désigner les féministes de la troisième vague, les « Next Wave Feminists (...)

3 Zones humides (Roche 2009) et Petites Morts (Roche 2013), scandaleux et déviants, font l’éloge du corps et de ses fonctions, de ses orifices, du sperme, du pus, du sang, des excrétions et des sécrétions vaginales et ont déclenché une immense médiatisation. Ils parlent d’un corps qui sent et coule, s’opposent à sa déréalisation, à sa sanctification et, surtout, à l’hygiénisme et à l’image véhiculée par les magazines et la publicité. L’auteure y voit une résistance salutaire à l’hygiénisme ambiant, à la standardisation des représentations du corps féminin véhiculée par les médias contemporains et à la course à la ressemblance avec les icônes couchées sur papier glacé. Les logiciels de retouche photo transforment la femme en sex-symbol aux courbes parfaites et à la chevelure de rêve. D’où l’idée de Roche, « pop féministe2 », d’écrire sur les parties du corps humain qui dégoûtent. Assez de ces corps féminins aseptisés, il faut du poil et des odeurs, tel est son credo. Cette volontaire orientation en faveur de la singularité lui permet, d’une part, de devenir une référence dans le monde du « trash » et, d’autre part, de véhiculer, dans ses romans, l’univers post-porn. Un univers construit sur les relations, sur les échanges des fluides corporels, sur la rébellion et dissidence sexuelle et sur une sexualité libérée des codes de représentation hégémoniques ou de ceux de la presse féminine. Ses écrits sont-ils la manifestation d’un besoin moderne d’une spectacularisation du sexe ? Le statut de phénomène littéraire qui est conféré à ses deux romans explique leur couverture médiatique internationale et les nombreuses interrogations qu’ils soulèvent depuis : s’agit-il là d’une contribution à un nouveau féminisme « post-libération sexuelle » et « post-pornographique » ? Répondent-ils à l’injonction véhiculée par une partie du « post-féminisme » d’être une femme moderne et libérée, la libération se traduisant ici par une aptitude à être sexuellement décomplexée et obscène ?

Posture décriture et transgression des limites

  • 3 Le nom commun obscenitas veut dire l’indécence attachée principalement aux parties viriles et l’adj (...)

4Zones humides et Petites morts ont remporté un grand succès par leur côté politiquement incorrect, leur langage cru et leur propos subversif. Adepte des expériences border line dès le plus jeune âge, vedette d’une émission musicale underground, animatrice de télé non conventionnelle, l’ex-droguée Roche est une figure déjà connue du monde médiatique lors de la parution de son premier roman où les pudeurs du discours, les retenues de l’expression ont disparu, remplacées par la provocation linguistique, la transgression verbale, l’expression de l’immoral et de l’excès. Avec cette négation des plus élémentaires leçons d’hygiène, ce pied de nez à la culture de la beauté parfaite des Top Model, Roche est devenue l’icône d’un féminisme « trash », louant « l’immonde », ce « qui n’est pas propre – mundus [...] », car « L’immonde, c’est ce qui est sale, impur » (Clair 2004 : 52). L’auteure ne cesse de repousser les frontières de la transgression pour décrire les excrétions, sécrétions et fonctions du corps féminin avec délectation, vulgarité, obscénité et excès. Si cet excès est difficile à définir faute de contenu déterminé, il est en revanche plus facile à identifier. Démesure, exagération, … – les vocables sont nombreux – rendent compte de son aspect polymorphe et de sa polyvalence. C’est une façon de se heurter aux limites et la difficulté consiste à savoir où placer cette limite, à déterminer le moment où commence le « trop ». L’obscène concerne le sale, le scabreux, l’impudique, le tabou, la transgression et la jouissance de cette transgression. La pudeur serait la limite de l’obscénité, or cette valeur morale varie selon les époques et les personnes. « Il n’y a pas une définition de l’obscène, il y en a cent », affirme même le cinéaste Bonello (Couleau & Maixent 2002 : 96). Les romans de Roche attaquent les limites de la pudeur et renvoient à l’obscenitas3. Le corps des protagonistes – Hélène, Elizabeth et Georg – est exposé avec une originalité subversive. Car, pour l’auteure, le corps demeure le support premier de l’obscénité. Certains éléments et matières (sang, poils pubiens, excréments, fluides, émanations, …) qui trouvent leur place dans sa narration sont encore considérés, dans notre société du XXIe siècle, comme abjects. Les secrétions du corps, qu’il soit féminin ou masculin, deviennent des productions chargées de sens et mènent le lecteur vers l’intériorité de son corps. Ce déplacement de l’obscène qui transporte l’intérieur du corps vers l’exposition publique de l’intimité corporelle oscille entre provocation et quête d’authenticité.

  • 4 « Parfois un bout de la croûte se suspend à un poil pubien, comme un dreadlock, et l’imprègne de sa (...)

5Ces textes qui titillent la morale montrent la chair, donnent à voir les besoins sexuels des héroïnes, leurs parties intimes et leurs fluides. Rien n’est épargné au lecteur dans ces œuvres qui, dans le sillage du féminisme pro-sexe et du mouvement post-porn, poursuivent l’exploration éclectique des sexualités et des imaginaires, bouleversent les conventions en narrant les comportements déviants, la marginalité, l’excentricité et les expériences border line d’héroïnes qui ne chuchotent pas leurs confidences sexuelles ou érotiques, mais les clament haut et fort. Hélène, 18 ans, hospitalisée à la suite d’une fissure anale, se remémore ses prouesses sexuelles et revient par le détail sur ses habitudes de vie : elle narre ses petits plaisirs solitaires, sa malpropreté afin de décupler le fumet de ses odeurs corporelles, sa cicatrice anale tout juste opérée qu’elle rouvre pour rester hospitalisée plus longtemps et ainsi laisser plus de temps à ses parents divorcés de se réconcilier. Elizabeth tente de se sauver de la dépression causée par la mort tragique de ses trois frères en cédant aux fantasmes sexuels de son mari. Les différents thèmes abordés (sodomie, sécrétions vaginales et anales, masturbation, sang menstruel, parasitose, etc.) surprennent et choquent, mais forment tout de même, au fil des pages, un univers cohérent. Tout au long des pages sont étalées les impulsions qui poussent Elizabeth à accompagner son mari au bordel et Hélène, une adolescente effervescente, à narguer l’hygiénisme ambiant à épilation intégrée et à faire « bisquer » le féminisme corseté et puritain de leur mère et grand-mère, en leur tirant la langue et en montrant ses fesses. L’hygrophylie et la rhinotillexophagie côtoient l’ingestion de ses leucorrhées et du sperme de ses partenaires sexuels4.

6Ces pratiques sont grotesques et ce grotesque, aussi extrême soit-il, est toutefois tempéré par l’humour particulier de l’auteure. « La limite n’est donnée que pour être excédée », affirmait G. Bataille (Bataille 1957 : 160). Roche a fait sienne cette affirmation. Ses héroïnes sont fascinées par ce qui, d’ordinaire, repousse les autres, par la malpropreté de la région ano-génitale associée à la transpiration et à la macération : « une goutte d’urine commence déjà à fermenter entre le gland et le prépuce ; ça sent comme la cuisine de ma grand-mère quand on a fait frire du poisson sur la gazinière » (Roche 2011 : 10). Ce roman nous livre une apologie de la saleté et regroupe un maximum de répugnances sociales liées à l’intime et à l’hygiène. Hélène le résume elle-même dans son récit : « pas besoin de mouchoir, je suis mon propre vide-ordures. Une recycleuse de sécrétions corporelles » (Roche 2009 : 123). La dichotomie sale/propre revient comme un leitmotiv au fil des textes. Dans le discours des héroïnes se construisent des évocations de plus en plus dégoûtantes. Ainsi, Hélène et une de ses copines se gavent-elles de toutes sortes de drogues et de vin rouge avant de vomir toutes deux dans un même seau blanc et de boire à nouveau son contenu à tour de rôle. Dans ce plaidoyer « pro-crasse », la remise en question de l’hygiène passe par un jeu obsessionnel, les pratiques sexuelles des héroïnes, les soins post-opératoires, les scènes de sexe ou les passages au petit coin : tout est décortiqué avec une précision d’horloger. Hélène prône la vertu des odeurs, laideurs et autres disgrâces, sur fond de fluides et de sécrétions diverses. Dénonçant l’emprise pudique, hygiénique et avilissante de la société sur les fondamentaux de l’être humain, elle écume les toilettes publiques, patauge pieds nus dans de l’eau croupie pleine d’immondices, époussette le couvercle des waters de son sexe, tout en portant un poil pubien à la bouche. Et plus elle est sale, plus elle éructe de plaisir car elle « préfère les bonnes vieilles odeurs de pisse et de merde à tous ces parfums écœurants qu’on achète » (Roche 2009 : 21). Elle s’arrête au bord de la coprophagie et ne dédaigne pas l’ondinisme à l’occasion. Elle semble bloquée au stade anal où elle recherche le total contrôle de son corps et de ses sécrétions, afin de contredire systématiquement sa mère très attentive à l’hygiène. Dans Petites Morts qui commence par une longue scène de fellation et s’achève par une séquence de sodomie, Elizabeth, elle, se délecte des odeurs du sexe non lavé de son mari.

7Les ouvertures du corps et ses indésirables manifestations (rot, pet, menstrues, excréments…), ainsi que l’utilisation de celles-ci, ont situé les textes dans la dimension plus apparente de l’obscénité. Roche inscrit explicitement le corps dans le texte et le place au sein de l’intrigue. Les héroïnes prennent conscience de leur chair – et de celle de leur partenaire sexuel – et l’exhibent face au lecteur qu’elles exhortent à le contempler avec elles. Différentes parties sont exposées et nommées avec précision : seins, anus, vagin, lèvres, testicules, pénis… La chair se fait verbe. Le corps se situe à l’antipode de la chose lisse, inodore, presque plastifiée que l’on voit en général dans les magazines et les publicités. Hélène s’adonne, pour tromper son ennui et sa solitude, à des passe-temps libidineux et une attitude « créative ». Elle laisse traîner ses tampons fait maison, son « barrage à ragnagnas » (Roche 2009 : 114) et en échange d’autres, usagés, avec sa copine Irène/Sirène. Le sang est certes vie, mais il prend un sens différent quand il s’agit du sang menstruel sorti de l’intimité du sexe féminin. Il provient des profondeurs restées longtemps secrètes et n’est pas sans évoquer, une fois encore, un érotisme bataillien qui cherche à voir de l’impur sur le corps de la femme pour pouvoir la désirer avec un sentiment mêlé de répulsion et d’attraction (Bataille 1957 : 116). Malgré les publicités n’hésitant pas à vanter les mérites d’une serviette hygiénique ou de tampons très absorbants, ce sang menstruel est encore tabou aujourd’hui. Les serviettes hygiéniques de l’héroïne débordent d’une poubelle. Le sang est alors bien un déchet mais au lieu de le soustraire au regard, comme on le fait généralement, elle l’expose. De plus, on remarque qu’elle exacerbe l’impact de la couleur rouge en venant la contraster avec la blancheur et la froideur du carrelage de l’hôpital. Roche dévoile l’intimité de la jeune femme, d’une part, et désacralise le sang des menstrues condamné au secret en le faisant sortir de son statut mythique d’impureté. Dans Libération, C. Breillat affirme, le 13 juin 2000, qu’il y a « une beauté du sordide », et surtout, qu’« il faut changer les codes esthétiques. On peut se mettre à aimer et trouver beau le coulant, le suintant ». L’obscène serait donc une beauté qui émane de la laideur, mais cette laideur est bien dépendante de canons esthétiques passagers, d’une moralité versatile. Le choix délibéré du laid est revendiqué par Roche comme une intention consciente et cynique de subversion, car faire du laid, c’est déjà une obscénité qui va à l’encontre des codes esthétiques contemporains. Faire du laid, c’est enlever les artifices du beau. Ses romans sont marqués par une « des-esthétisation », car ils rompent avec une esthétique traditionnelle, pour prendre le parti de l’excès. Ainsi l’auteure se plaît-elle à parler des sécrétions féminines – et masculines aussi ; elle aime les montrer parce qu’elles ne sont pas montrables, justement, pour matérialiser les interdits et les tabous. Ce discours de l’impur dévoile son ridicule, met le lecteur face à l’absurdité du tabou qui demeure malgré tout, car il ne suffit pas d’un texte le transgressant pour l’annihiler.

Écarts de langage pour un « manifeste de lintime »

8La stratégie littéraire de Roche consiste à utiliser une forme de mauvais goût agressif, l’exhibition du corporel, des pulsions sexuelles, des paraphilies et autres alternatives aux pratiques plus conventionnelles, mais surtout une écriture d’où sont absentes les métaphores délicates et les comparaisons raffinées. Toute cette part de l’intimité, jadis tue, est évoquée ici comme n’importe quelle autre question de la sphère publique. D’où vient ce désir de communiquer l’obscène et que veut nous dire cette auteure ? Souhaite-t-elle seulement dire quelque chose ou son but n’est-il que de choquer pour choquer, sans apparente raison si ce n’est la facilité du scandale ? Enfin, l’intentionnalité de l’œuvre pose un problème qu’il conviendrait d’élucider : si elle est délibérément choquante, peut-elle encore surprendre et, par conséquent, vraiment heurter profondément et durablement ? Suffit-il de transgresser les interdits, d’être obscène, de publier une œuvre subversive pour s’ériger en grand écrivain ou est-ce là une stratégie marketing particulièrement « payante » ?

  • 5 « Erdenrest », terme emprunté par Freud à l’épilogue du Second Faust de Goethe.

9Hélène renifle « l’odeur de [ses] crottes » (Roche 2009 : 78), chie « joyeusement » (Ibid. 72) et détaille sa « pulsion d’évacuation ». Elizabeth s’étend, sans vergogne, sur son oxyurose et les Enterobius vermicularis qui frétillent autour de son anus (Roche 2013 : 104). L’auteure raconte l’intérêt excrémentiel, les expériences scatophiles et la pluralité sexuelle de ses protagonistes. Elle relie l’excrémentiel et l’érotisme, ce que notait déjà Freud – « l’excrémentiel est […] intimement et inséparablement lié avec le sexuel » (Freud 1969 : 59) – et Bataille : « C’est dans la souillure que se construit et se comprend l’érotisme » (Bataille 2003 : 76). Les excréments, matières inassimilables et déchets corporels, présentent directement l’abject, ce que l’on doit rejeter. Dans son essai, Douglas situe ainsi les excréments par rapport au corps : « Il est logique que les orifices du corps symbolisent les points les plus vulnérables. La matière issue de ces orifices est de toute évidence marginale. Crachat, sang, lait, urine, excréments, larmes dépassent les limites du corps, du fait même de leur sécrétion » (Douglas 2001 : 137). Ces matières ont traversé le corps d’Hélène, elles sont le produit externe le plus profond de son intimité interne. Abjectes, du latin abjectus, du verbe abjicere, ce qui est jeté loin de soi, ce qui est jeté à terre, elles se trouvent également rejetées d’un point de vue culturel car elles inspirent le dégoût et suscitent la répulsion. Elles renvoient à la terre, c’est-à-dire aux besoins primitifs et rappellent la nature animale de l’être humain. Freud parle même de « Reste de terre5 » en se référant au mythe de la Genèse qui fabrique le premier homme à partir de la boue. Les excréments sont la boue de l’héroïne : ils semblent à la fois intimes et horriblement étrangers au lectorat, et c’est dans cette ambivalence des sensations que se construit un texte de l’abject, entre la provocation et la fascination régressive. S’intéresser aux excréments, c’est reconnaître une certaine valeur aux déchets. La matière fécale se charge d’une valeur positive, presque fétichiste. L’excrément devient en quelque sorte un présent fait à l’autre : Hélène se plaît à « offrir un peu de merde pour sa queue » (Roche 2009 : 94) à son partenaire sexuel. Les analyses psychanalytiques nous indiquent que, dans l’inconscient de l’enfant, l’excrément est un cadeau fait à la mère. À l’âge adulte, ce présent est bien différent. Il se charge de conceptions sur l’immonde et l’abject, mais aussi de désirs de régression. Comme pour l’enfant en bas âge, la matière fécale n’est pas repoussante pour Hélène, au contraire, elle lui montre un vif intérêt : « Je regarde mes doigts, ce n’est pas rouge, mais vaguement brun clair. Je renifle. De la crotte, à n’en point douter » (Roche 2009 : 91). Le comportement de cette jeune femme semble extrême, mais il se fonde sur des interrogations très humaines, celles-là même à partir desquelles A. Artaud présentait l’être : « Là où ça sent la merde, ça sent l’être. Il y a quelque chose de particulièrement tentant pour l’homme et ce quelque chose est justement le caca » (Artaud 1974 : 83). L’érotisme de Roche, qui confronte le vil et la beauté, s’apparente à celui de Bataille pour qui, « plus est grande la beauté, plus profonde est la souillure » (Bataille 1957 : 160). L’obscène ici réside dans le débordement de l’intime, dépassant le contour de la peau qui représente une limite. L’intérieur s’épanche vers l’extérieur, vers le visible. « En donnant accès à l’intérieur du ventre, les corps […] déploient une obscénité, celle de la physiologie humaine. L’obscénité se complaît à souligner la proximité des fonctions excrémentielles et de certaines fonctions sexuelles […] (Dupont & Eloi 2001 : 192). Le corps d’Hélène n’a plus rien à voir avec la beauté idéalisée. Il ose montrer ses zones obscures, ses substances et sa souillure, il active l’obscénité en présentant au grand jour ce qu’il contient. Les excréments passent ainsi de l’intérieur du corps vers son extérieur : ils s’exhibent tout comme le sang menstruel. Le renvoi aux entrailles, à l’intérieur du corps, jugé sale et dégoûtant, s’inscrit dans notre réflexion sur le trash. Selon G. Didi-Hubermann (1999), il n’y a pas d’image du corps sans un imaginaire de son ouverture. Il y a autant de fascination que de répulsion, de désir et de dégoût, comme dans une maladie « de curiosité », pour reprendre l’expression de Saint-Augustin. Dans ce texte, Hélène se construit autour des souillures de son corps qu’elle laisse échapper (urine, sang, excréments, larmes, sécrétions vaginales…), qu’elle provoque délibérément en ouvrant à nouveau sa fissure anale. Ceci témoigne d’une curiosité, presque maladive envers son corps et son intérieur corporel. En ouvrant sa cicatrice, elle fait violence à son corps et c’est là un masochisme qui est, en fait, une affirmation de soi.

10Roche crée une poétique de l’extase qui fait retrouver à ses héroïnes l’entièreté de leur être par le détail organique. L’organique profane devient point d’appui à un sacré, puisque « le sacré touche aux odeurs, aux sécrétions naturelles […] Il participe de toutes les matières que Lacan rangeait sous le nom générique d’objet du désir, c’est-à-dire le détail, le partiel, le bout du corps qui n’est pas l’entièreté du corps, et même ses déchets » (Clément & Kristeva 1998 : 78). Hélène et Elizabeth se plaisent à regarder et à parler de leur anus, ici objet d’obsession et d’admiration. Marzano nous rappelle que l’intimité renvoie à ce qui est intérieur, profond, du latin intimus « ce qui est le plus dedans, au fond » (Marzano 2003 : 158). L’intimité engage tout autant ce que l’on partage avec ses proches et ce que l’on ne partage pas. Elle constitue la sphère privée de l’individu, son noyau dur. Elle représente ce qui est, entièrement ou en partie, « invisible, intouchable, incommunicable », l’expérience du dedans qui s’abrite « dans les replis du cœur et les recoins du corps » (Ibid : 158). L’immoralité revendiquée d’Hélène et la fascination pour son anus, orifice obscène par excellence, marquent l’abandon de tous les préjugés et le dépassement de toutes les limites de la décence et de la pudeur : « Autour de la rosette, il y a maintenant des lobes de peau en forme de nuages, on dirait les tentacules d’une anémone de mer […] Mon troufignon : je le regarde tous les jours dans notre salle de bains » (Roche 2009 : 50-51). En mentionnant la manie de regarder son anus quotidiennement – et de le faire prendre en photo – Roche revendique la suprématie de l’anus sur le vagin et érotise une fonction digestive. Cette centralité de l’anus n’est pas sans rappeler le transféminisme et le Manifeste contra-sexuel de Beatriz Preciado qui affirme qu’il « traverse les frontières anatomiques imposées par la différence sexuelle […] c’est une usine où le corps est reconstruit comme contre-sexuel » (Preciado 2000 : 35).

  • 6 « La sodomie me réussit très bien […] c’est-à-dire que je jouis rien qu’avec une queue dans le cul, (...)

11Les hémorroïdes, tout comme l’anus – symbole des sexualités dissidentes –, ont leur séduction propre : ces « choux fleurs », comme elle se plaît à les appeler affectueusement, personnalisent et individualisent Hélène. Ses habitudes de malpropreté, les gestes répétés pour rouvrir sa cicatrice anale altèrent certes son corps mais le rendent unique. Les marques laissées par les rasages d’Hélène et les interventions chirurgicales, tout comme les couleurs et les odeurs liées à la « sauce brune » et à la « sauce au sang » (Ibid. : 169) produites par son « cul », constituent la mémoire des explorations de ses parties intimes. Cette zone de son corps se charge de passé et d’histoire(s), de souffrance et de plaisir. Et les sensations anciennes en appellent de nouvelles. L’étape suivante est la sodomie, détaillée jusqu’à indisposer les lecteurs. Décomplexée, provocatrice, Hélène a perdu toute décence, toute retenue, toute pudeur comme en témoigne une certaine radicalité dans la description de ses pratiques sexuelles. Adepte de pratiques anales et de plaisirs sales, elle affiche au grand jour son intimité dérangeante6, comme le revendique d’ailleurs le collectif Go fist foundation :

Le post-porn est le seul art qui représente les pratiques sexuelles telles qu’elles existent : avec des fluides, des odeurs, de la sueur, des bruits. C’est l’art qui se charge de montrer “notre” sexualité dépouillée de tout romantisme et qui nous rapproche de notre animalité. C’est une revendication de notre sexualité […] Dans nos sociétés hétéronormées et patriarcales, on nous apprend à sentir et à vivre la sexualité comme quelque chose de secret, nous la rendons publique pour revendiquer et partager ce dont nous ne voulons pas faire un secret.
.
http://gofistfoundation.pimienta.org/​temas/​index.html#2

12Les confessions érotiques des héroïnes sont obscènes et sans concession. Elizabeth et Hélène y détaillent leurs pratiques scabreuses et leur goût sodomite ; les exploits coïtaux côtoient la masturbation avec des légumes dont les pouvoirs sont glorifiés : « Un noyau d’avocat […] je l’introduis en moi. Je l’appelle mon biogode » (Ibid. : 43). Les pulsions génitales des protagonistes constituent la pierre angulaire des récits. Ce n’est pas seulement le corps qui devient un élément explicite, mais aussi les pratiques sexuelles telles que la masturbation, la sodomie, le triolisme ainsi que l’homosexualité féminine. Car Hélène s’offre aussi, à l’occasion, une visite dans un bordel « pour filles » (Ibid. : 124-126). Elizabeth fréquente, avec son mari, les maisons de passe et apprécie les prestations sexuelles tarifées. Dans une culture où l’homme reste profondément attaché à l’existence de deux sexes et genres radicalement différents, Elizabeth et Hélène usurpent à la masculinité les codes de la virilité et de la sexualité. Cette inversion des rôles montre à quel point l’auteure se rebelle contre la répartition biologique prédéfinie des femmes et souligne, par la même occasion, le caractère instable et flexible de l’ordre monogenré. Parmi les techniques sexuelles du corps mises en valeur par Roche, le focus sur la masturbation féminine recèle un triple enjeu : il s’agit, essentiellement, de libérer le plaisir féminin de la dépendance à un autre corps, en l’occurrence un corps d’homme dans l’ordre patriarcal que reflète parfaitement la pornographie mainstream ; sur un plan socio-moral, il s’agit, aussi, de débarrasser cette pratique solitaire de l’épaisse couche de honte sociale qui la recouvre depuis les débuts de la chrétienté et, sur le plan individuel, d’accroître la connaissance de soi et de son anatomie sexuelle pour pratiquer un « selflove » – prôné notamment par Annie Sprinkle et Maria Beatty, deux des figures pionnières du post-porn états-unien (Beatty & Sprinkle : 1992) –, en vue d’améliorer la vie sexuelle et relationnelle.

  • 7 Nous empruntons ces termes au domaine stylistique puisqu’il nous semble que l’excès peut être conçu (...)

13Ce qui ressort surtout de ce catalogue d’expériences « trash », c’est le rejet violent d’une société qui prône l’idée d’un corps aseptisé, incolore, inodore, muet et la revendication d’une « liberté » sexuelle absolue. Roche se moque des carcans esthétiques qui emprisonnent la femme et loue la « beauté du sale ». Il s’agit là du combat d’un nouveau rapport à la féminité mené par cette auteure, mais aussi par une nouvelle génération de féministes très controversées, les « Alpha » (Haaf, Klingner & Streidl 2008) les filles dominantes, et les « nouvelles filles allemandes » (Raether & Hensel 2008). Roche force certains traits dans la description des héroïnes et se met en décalage par rapport aux représentations courantes d’une jeune fille de 18 ans et d’une trentenaire, mariée et mère de famille. Et c’est justement là que l’excès et l’obscène deviennent palpables. L’auteure ne se contente pas de franchir une limite en détaillant par le menu les pratiques sexuelles des héroïnes, en nommant les humeurs, en célébrant les odeurs et en déclamant les saveurs : elle indique ostensiblement ce franchissement volontaire. C’est elle qui définit l’excès, l’obscène et le « trash » en fournissant au lectorat des clés lui permettant de percevoir et de mesurer le « trop ». Le texte contient donc une série d’indices qui révèlent au lectorat son intention de se montrer excessive et borderline. Ainsi, le problème de la détermination de ce seuil à partir duquel on s’écarte de la norme ne se pose plus : étant donné que Roche affiche clairement ses intentions – et ce dès le titre du roman –, il n’y a plus de doutes possibles quant à l’interprétation du « trash » comme tel. D’ailleurs, il se joue ici sur deux niveaux, le contenu et le langage, et son caractère intentionnel et attentionnel7 nous semble fondamental pour cerner ces ouvrages.

14Cinglant à contre-courant du politiquement correct, Roche, cette navigatrice en eaux troubles, adore provoquer. Les notations d’une extrême crudité, un florilège de jeux de mots, voilà la marque de fabrique de cette auteure : on la reconnaît à chaque page. Elle souscrit au principe que tout est dicible. Michel Foucault avait rappelé que dans toute société, «on n’a pas le droit de tout dire, qu’on ne peut pas parler de tout dans n’importe qu’elle circonstance, que n’importe qui, enfin, ne peut pas parler de n’importe quoi» (Foucault 1970: 11). Ainsi, les textes de Roche qui s’insurge contre le monde, la société, dont elle vise à briser les tabous et les convenances, apparaissent comme transgresseurs de l’ordre du discours. Et ces tabous sont exposés dans un langage outrancier : Hélène et Elizabeth possèdent une large palette de vocabulaire pour désigner les parties intimes, qu’elles soient féminines ou masculines. La narration est même, par moments, drôle, car remplie de néologismes inventifs, d’expressions métaphoriques dont « jus de con » (Roche 2009 : 32), « magnifique tranche de filet anal » (Ibid. : 81), « un « diffuseur de parfum. Senteur crottin » (Ibid. : 95), « deux grands pendards aux pointes rentrées » (Ibid. : 128), la « truffe perlée » (Ibid. : 155), « production illimitée de mouille » (Roche 2013 : 297) ou « un bonnet sur sa queue » (Ibid. : 22). Le débraillé lexical des héroïnes et la prolifération de la métaphore lubrique servent à la mise en scène et en mots d’une sexualité non censurée. Simple et complexe à la fois, portant sur le jeu et les enjeux des mots, l’écriture de Roche s’appuie avant tout sur les images, les termes crus et la locution insistante d’un langage parlé et grossier – « il a défloré la cloque de mon cul » (Roche 2009 : 19), « pizza aux cinq spermes » (Ibid. : 74), « reine de l‘astiquage » (Ibid. : 129), « hémoplaning » (Ibid. : 175), « giclée de sperme sur la luette » (Ibid. : 197), « l’accident-du-trou-du-cul-sous-coke » (Roche 2013 : 223), « brouteuses en chaleur » (Ibid. : 294) – qui s’enchaînent dans un culte de la spontanéité et de la vulgarité. Cette vulgarité formelle constitue un soubassement de ce roman racoleur, puisqu’elle enrobe l’intention ayant présidé à la naissance de l’œuvre. « On veut de l’apostrophe, des propos cochons », clame Roche dans des interviews. Elle adopte un langage où se mêlent évocation des parties génitales, humour caustique et sarcasme ravageur. Et ses créations lexicales, ses mots, pour citer Barthes, « ne sont plus conçus comme de simples instruments, ils sont lancés comme des projections, des explosions, des vibrations, des machineries, des saveurs » (Barthes 1968 : 435). Voilà l’exemple d’une écriture qui – sans toutefois recourir à des « pornèmes », ces « termes élaborés pour la pornographie, dans les milieux de la pornographie » (Paveau 2014 : 116) – recherche le spectaculaire et le non-respect de la limite en représentant certaines réalités que la règle de bienséance interdit d’ordinaire de représenter.

« Cochonnerie littéraire » postmoderne et succès dédition

  • 8 Europe 1, Culture, 11 février 2015.
  • 9 Stern, 7. August 2011.

15Ce roman à la crudité dérangeante et d’une liberté de ton souvent décapante apparaît d’abord comme un défi à la société bien-pensante et surtout aux adeptes de l’hygiène « avec leur esprit obtus » (Roche 2009 : 193). Mais passé le dégoût généré par certaines descriptions à la limite du tolérable, se profile un second degré de lecture. Roche offre un terrain d’exploration aussi bien sexuel que textuel. Jusqu’où un auteur peut-il aller ? Si la scène littéraire française, avec C. Millet, C. Angot ou M. Iacub, est habituée à ce type de question, cela est bien plus rare en Allemagne où le genre du déballage trivial et intime, scriptura non grata de la prose légitime, est encore habituellement confiné à une zone d’incertitude aux marges du littéraire. Roche brise les délimitations de la pudeur, mêlant le beau et le laid, l’attraction et le dégoût. Elle ne cherche pas à entraîner le lecteur sur la pente de sa libido, même lorsque ses héroïnes exhibent certaines parties de leur physique et que le corps semble dénué de son caractère impudique. Son intention n’est pas d’exciter son lectorat. On est loin des scènes érotico-polissonnes de M. Ming, A. von Schirach, S. Henke, A. Martini, K. Dirks, J. Winter, C. Eden, I. Paul, L. Grünberg ou E.L. James. Roche n’affiche pas d’intérêt pour le « BDSM » et ne surfe pas sur la vague des jeux érotiques de domination/soumission et du « conte de fesses8 » comme ses consœurs. « J’ai juste voulu écrire sur les parties du corps humain qui dégoûtent. Les morceaux qui puent. Le jus du corps féminin. Pour raconter cette histoire, j’ai créé une héroïne […] qui n’a même jamais entendu parler de cette idée qui veut qu’une femme est censée sentir bon entre les jambes », a confié Roche à un journaliste de la FAZ en 2008. On peut porter des appréciations contrastées sur ces œuvres de la littérature féminine dite « postmoderne ». Il n’en reste pas moins qu’elles témoignent d’une conception vivante des textes, où rien n’est jamais figé, où la romancière réinvente perpétuellement des formes lexicales telles que « euphorisants happy happy » (Roche 2009 : 218), « production de jus de chatte » (Ibid. : 55) ou « cratère crispé de mon cul » (Ibid. : 85) ou « sucer […] comme une vache qui lèche son veau » (Roche 2013 : 10). L’insistance scatologique et les obsessions sexuelles de Roche entrent certes en résonance avec les mutations de son temps, mais nous livrent aussi des configurations qui restent autant de provocations et d’interrogations : l’écriture « trash » ne serait-elle pas une réappropriation de la marginalité de celle qui, après des années de provocations, des épisodes de scarifications, de drogues et de violences, semblait s’être rangée ? Force est de constater que la marque « Roche » se vend bien. Comment expliquer l’ambivalente attraction-répulsion du lectorat ? Car le vrai mystère de ces romans, c’est leur succès. Certains journalistes ont décrit Roche comme une calculatrice habile, ce qui expliquerait, en partie du moins, les millions de livres vendus9.

16Rompue à l’art du marketing littéraire, Roche a séduit un lectorat de femmes aussi bien que d’hommes. Faut-il donc soupçonner derrière le succès de ses romans, où la description coquine fusionne avec le propos rustre, où le bon mot polisson voisine avec le souci gynécologique, l’aboutissement d’une stratégie marketing ? Sans matraquage médiatique et sans cette stratégie du « choc des mots », un tel triomphe de ces œuvres sulfureuses aurait-il été concevable ? Les notions de « trash », de vulgarité et d’obscène sont-elles encore pertinentes aujourd’hui, dans notre société « du spectacle » et de l’hyperconsommation, où l’on croit avoir tout vu, où l’on considère être au-delà de toute transgression ? L’obscénité actuelle, et celle de Roche en particulier, ne réside-t-elle pas justement dans la banalisation de l’obscène où l’inconvenance, le propos subversif sont remplacés par un obscène mercantile perdant (presque) son essence transgressive ? L’obscène, héritage de Bataille, et le « trash » se sont banalisés car ils sont des outils commerciaux efficaces. « C’est le spectacle de la banalité qui est aujourd’hui […] la véritable obscénité », affirme même Baudrillard (Baudrillard 2001 : 11). Tout est donné, plus rien n’est à dépasser, et la limite ne pose même plus les fondements d’une esthétique mais d’une rentabilité. « À mesure que notre délicatesse s’émousse, le choquant, voire l’abject […] deviennent de simples objets de consommation », constate également Maier (2004 : 44). Roche et la littérature postmoderne, en accumulant les transgressions, leur ôtent leur caractère subversif pour s’accommoder au marché de la culture. Il semble bien que si Roche a connu un tel succès, c’est parce qu’elle pose les bases d’une nouvelle ère : c’est l’heure, pour les femmes, d’arrêter les lingettes, de jouir souvent et beaucoup. Et l’élaboration d’une « politique éditoriale » n’y est pas étrangère. L’offre crée la demande. Des étoiles s’allument et s’éteignent tous les jours, paraît-il. Etre éditeur, c’est rendre de telles constellations visibles.

17Provocation délibérée ou volonté farouche de battre en brèche le politiquement correct ? La réponse n’est pas simple et depuis la sortie de ce livre, la question fait débat. Le contenu des romans n’est pas fait pour élever les esprits vers des hauteurs irisées, vers des cimes de pensées, vers des éblouissements esthétiques de haut vol. Les textes sont basés sur l’étalage, une mise en mots exhibitionniste et brutale des chairs et des excrétions. Cherchant à atteindre le lectorat jusqu’au gouffre de ses expériences sensibles, ils montrent ce que d’autres textes féminins passent sous silence et cette monstration les lie à la question de leur modernité, voire de leur post-modernisme, qui est « présentation de l’imprésentable » selon la formule de Lyotard. Ainsi, « le repoussant devient attirant, […], l’immonde un monde » (Ribon 1995 : 10). Et la transgression se cristallise surtout autour de la sexualité: «Nous n’avons pas libéré la sexualité, mais nous l’avons, exactement, portée à la limite: limite de notre conscience, […] de notre inconscience […], limite de notre langage: elle désigne la ligne d’écume de ce qu’il peut tout juste atteindre sur le sable du silence» fait remarquer Foucault (Foucault 1963: 751-752). Mais, dans une décennie, parlera-t-on encore de cette provocation littéraire post-féministe et post-porn ou une nouvelle Roche aura-t-elle permis de faire un autre coup d’édition plus spectaculaire encore ? A moins que cette course à la provocation littéraire n’ait atteint ici ses limites.

Bibliographie

Bibliographie

ARTAUD Antonin, 1974 : Œuvres complètes, XIII, Paris, Gallimard, 394 p.

BARTHES Roland, 1968 : « L’effet de réel », dans : Communications, vol. 11, p. 84-89.

BATAILLE Georges, 2004 [1945] : Dirty, dans : Romans et récits, Paris, Gallimard, p. 303-309.

BATAILLE Georges, 1957 : L’Erotisme, Paris, Editions de minuit, 312 p.

BATAILLE Georges, 2003 : Madame Edwarda [1937], Le mort [1942-1944], Histoire de l’œil [1928], Paris, Gallimard, 140 p.

BATAILLE Georges, 2011 [1931] : L’anus solaire, Fécamp, Lignes, 48 p.

BAUDRILLARD Jean, 2001 : Télémorphose, Paris, Sens et Tonka, 64 p.

BEATTY Maria, SPRINKLE Annie, 1992 : The Sluts and Goddesses Video Workshop. Or How To Be A Sex Goddess in 101 Easy Steps, 52 mn.

BOURCIER Marie-Hélène, 2006 : Queer Zones. Politiques des identités sexuelles, Paris, Balland, 247 p.

CLAIR Jean, 2004 : De Immundo, Paris, Galilée, 144 p.

CLÉMENT Catherine, KRISTEVA Julia, 1998 : Le Féminin et le sacré, Paris, Albin Michel, 298 p.

COULEAU Christèle, MAIXENT Jocelyn, 2002 : La Voix du regard, La Ferté-Beauharnais, La Voix du regard, 272 p.

DIDI-HUBERMANN Georges, 1999 : Ouvrir Vénus : nudité, rêve, cruauté, Paris, Gallimard, 168 p.

DOUGLAS Mary, 2001 : De la souillure : Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, 210 p.

DUPONT Florence, ELOI Thierry, 2001 : L’érotisme masculin dans la Roma antique, Paris, Belin, 414 p.

FOUCAULT Michel, 1963 : « Préface à la transgression », dans : Critique, vol. 19, p. 261-266.

FOUCAULT Michel, 1970 : L’ordre du discours. Leçon inaugurale au Collège de France.

FREUD Sigmund, 1969 : La vie sexuelle, Paris, PUF, 168 p.

HAAF Meredith, KLINGNER Susanne, STREIDL Barbara, 2008 : Wir, Alphamädchen, Hamburg, Hoffmann & Campe, 220 p.

MAIER Corinne, 2004 : L’obscène, la mort à l’œuvre, Paris, Les Belles Lettres, 96 p.

MARZANO Michela, 2003 : La Pornographie ou l’épuisement du désir, Paris, Hachette, 294 p.

PAVEAU Marie-Anne, 2014 : Le Discours pornographique, Paris, La Musardine, 400 p.

PRECIADO Béatriz, 2000 : Manifeste contra-sexuel, Paris, Balland, 160 p.

RAETHER Elisabeth, HENSEL Jana, 2008 : Neue Deutsche Mädchen, Berlin, Rowohlt, 208 p.

RIBON Michel, 1995 : Archipel de la laideur. Essai sur l’art et la laideur, Paris, Kimé, 456 p.

ROCHE Charlotte, 2013 : Petites morts [shoßgebete] traduit de l’allemand par Sophie Andrée Herr, Paris, Flammarion, 337 p.

ROCHE Charlotte, 2009 [2008] : Zones humides [Feuchtgebiete] traduit de l’allemenad par Claire Oliveira, Paris, Annabet, 223 p.

TORRES Diana, 2012 : Pornoterrorisme, Ascain, Gatuzain, 232 p.

Notes

1 Depuis une dizaine d’années, le terme « post-porn » est au centre des réflexions et des pratiques queer. Il est difficile de donner une image d’ensemble de cette mouvance et de définir de manière rigide une production artistique et culturelle post-porn, car cette appellation englobe une multitude de facettes, de nuances, parfois même de contradictions. « L’émergence d’un mouvement et d’une esthétique post-pornographique (post-porn) à la fin du vingtième siècle constitue une critique de la raison pornographique occidentale. Elle peut être analysée comme un "discours en retour", pour reprendre les termes de Foucault, venu des marges et des minoritaires de la pornographie dominante : les travailleurs (ses) du sexe, les individus qui se prostituent, les gays, les lesbiennes, le BDSM (bondage, discipline et sado-masochisme), les queer, les trans, les déviants du général assumés comme tel. Le déclic post-porn relève également d’une déconstruction et d’une dénaturalisation de la pornographie moderne comme technologie de production de la "vérité du sexe", des corps et de genres (masculinités, féminités) qui n’auraient pas été possibles sans l’apport des théories féministes, post-féministes pro-sexe et queer » écrit Marie-Hélène Bourcier, « Postpornographie », in P. Di Folco (dir.) Dictionnaire de la pornographie, Paris, PUF, 2005, p. 378.

2 Terminologie utilisée pour désigner les féministes de la troisième vague, les « Next Wave Feminists ». Irrévérencieuses, provocantes, elles sont à mille lieues du féminisme « old school des années 70 ». Elles sortent le mouvement féministe de la sphère militante, politique, intellectuelle pour le faire entrer dans la « pop culture ».

3 Le nom commun obscenitas veut dire l’indécence attachée principalement aux parties viriles et l’adjectif obscenus signifie en premier lieu ce qui est de mauvais augure, sinistre, funeste et fatal. Mais l’obscenus définit également ce qui est sale, dégoûtant, hideux puisque sa version nominative, obscena, désigne les excréments.

4 « Parfois un bout de la croûte se suspend à un poil pubien, comme un dreadlock, et l’imprègne de sa substance […] J’aime retirer ce pollen et le manger, c’est un régal (Roche 2009 : 123) […] je peux les arracher et tout manger (Ibid. 136). Chaque fois que je branle un mec, je fais en sorte de garder un peu de son sperme dans les mains. Je le gratte du bout des ongles, et je le laisse durcir dessous pour le grignoter plus tard, le promener dans ma bouche, le mâchonner et l’avoir après l’avoir longuement savouré et laissé fondre. C’est une invention dont je tire vanité : le "caramel souvenir sexuel" » (Ibid. 28-29).

5 « Erdenrest », terme emprunté par Freud à l’épilogue du Second Faust de Goethe.

6 « La sodomie me réussit très bien […] c’est-à-dire que je jouis rien qu’avec une queue dans le cul, sans qu’on touche à rien d’autre […] Lors des premiers rapports, je propose ma position préférée, moi en levrette, tête baissée, lui qui, par derrière, me met la langue dans la chatte, le nez dans le cul – et là, faut avoir la patience de se frayer un passage, vu que le trou est bouché par le potager. C’est la position de la tête qui fourre » (Roche 2009 : 11).

7 Nous empruntons ces termes au domaine stylistique puisqu’il nous semble que l’excès peut être conçu comme un trait de style. Selon Jean-Marie Schaeffer, l’idée d’intention n’implique pas forcément une conscience nette des choix opérés : certains traits stylistiques apparaissent de façon spontanée, par habitude, quand l’auteur veut produire un effet déterminé. Cette idée amène Jean-Marie Schaeffer à distinguer les propriétés stylistiques intentionnelles (cf. énonciateur, perspective onomasiologique) des propriétés stylistiques attentionnelles (cf. interprétant, perspective sémasiologique) de la manière suivante : les premières coïncident avec « les propriétés stylistiques qui font partie de l’identité naïve de l‘œuvre », tandis que les secondes « naissent éventuellement de ses recontextualisations dans les actes de lecture successifs » et, bien entendu, elles sont superposables. Cf. Jean-Marie Schaeffer : « La stylistique littéraire et son objet », In : Littérature n° 105, Paris 1997, p. 22.

8 Europe 1, Culture, 11 février 2015.

9 Stern, 7. August 2011.

Auteur

(Maître de Conférences Hors classe en études germaniques à l’Université de Strasbourg, IUT Robert Schuman, chercheuse rattachée à l’axe de recherches sur les « Identités sexuées » au C.R.I.T. de la Faculté des Lettres de Besançon, Université de Bourgogne-Franche-Comté)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search