Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Troisième partie. Paroles d’auteurs

« Pourquoi écrit-on des romans historiques pour jeunes (filles) ? »

Patrick Carl-Jan van Beirs-Capron

Texte intégral

1Je pourrais très bien écrire des romans du genre fantasy ou vampires, mais le réalisme sur fond historique me semble autrement plus enrichissant que la tendance spéculative trop fantaisiste à mon goût. La fantasy me paraît trop facile, une excuse pour se laisser aller à l’imaginaire plutôt que s’appuyer sur des recherches approfondies. La lecture de romans du type fantasy me remplit d’amertume parce qu’on ne sait plus distinguer les faits rigoureusement authentiques des éléments franchement loufoques qui font de l’Histoire un fonds hystérique trop vague et trop peu fouillé qui rend ‘hénaurme’ la lecture. Je ne méprise nullement des séries telles que Game of Thrones (Le Trône de Fer) où l’on mélange allégrement une base historique (les Guerres des Roses au XVe siècle en Angleterre) avec maints dragons et peuplades exotiques. The White Queen (La Reine blanche) a pourtant démontré que l’on n’a pas réellement besoin d’écriture fantastique pour créer de séries télévisées captivantes, tout en étant hautes en vraisemblance historique.

2Il y a de nos jours, malheureusement, bien trop peu de séries télévisées historisantes. J’ai eu, dans ma jeunesse, le bonheur de pouvoir me rassasier de séries d’aventures françaises présentées avec sous-titres à la télévision flamande destinées aux jeunes et basées sur des héros historiques ou pseudo-historiques : Iberville, Thierry la Fronde, Vidocq, Le Chevalier-Tempête, Thibaud des Croisades, Rocambole, Arsène Lupin, etc... Elles étaient aussi bonnes que les séries anglaises ou américaines de l’époque : Richard the Lionheart (qui naturellement s’appelait en fait Cœur de Lion), Ivanhoe, Arthur of the Britons, Dick Turpin, Rawhide (avec le jeune Clint Eastwood dans le rôle d’un cowboy très réaliste), Ramrod Rowdy Yates, Wanted : Dead or Alive (les débuts de Steve McQueen en chasseur de primes au grand cœur) et beaucoup d’autres, pour ne pas mentionner les séries flamandes (Johan en de Alverman) ou néerlandaises (Floris). De nos jours, à la télévision flamande, il n’y a pas de séries pour jeunes en français.

3Le passé peut nous sauver, tant sur le plan politique que personnel, en démontrant que des situations bien pires ont sévi en Europe, jadis. Pour ce faire, mon collègue-auteur et moi avons trouvé la bonne formule : on prend une forte fille qui ressemble assez à nos adolescentes et on les met dans des situations historiques écœurantes, horrifiantes, « tempestueuses », horripilantes et bien navrantes, où elles doivent survivre à force de caractère et de hardiesse.

4Certes, le fond doit être rigoureusement historique, mais la psychologie dramatique doit se montrer tout aussi forte. Le vrai sujet doit être diantrement authentique, mais l’apport de Jung ou de Freud doit fournir la trame émotionnelle, c’est-à-dire que la psychologie doit se montrer tout aussi véridique et « vraisemblante ». Mon modèle, pour le mélange de faits historiques, de trame dramatique et de conflits psychologiques, c’est encore et toujours Alexandre Dumas père avec ces Trois mousquetaires qui est en fait l’histoire romancée du quatrième, d’Artagnan, de son nom complet Charles Ogier de Batz de Castelmore, comte d’Artagnan, neveu de cet autre mousquetaire Pierre de Montesquiou, également comte d’Artagnan. Les personnages d’Aramis, de Porthos et d’Athos ont eux aussi vraiment existé, mais ils étaient plutôt rivaux dans leur profession de « soldier of fortune », mercenaires de haute volée. L’affaire des diamants de la reine est pure invention de la part de Dumas père, ainsi que la devise très amicale « Un pour tous, tous pour un », un appel à la solidarité entre êtres humains. Pure fiction, mais quel beau message que de pouvoir lier des frères ennemis sous une bannière qui unit.

5Alors pourquoi écrit-on des récits romanesques fictionnels et frictionnels basés sur des évènements de longtemps tré-passés ? Évoquer notre passé pour nos jeunes (filles) d’aujourd’hui est pour moi une manière de fournir des repères. À dix-huit ans, il s’avère fort difficile de se trouver un but dans la vie, de s’orienter vers une carrière, de faire un choix professionnel, voire se forger une vision de l’existence pour pouvoir braver le monde façonné par les adultes. Les filles de dix-sept ans semblent plus intéressées par leur confort personnel que par les problèmes qui sévissent dans le monde moderne. L’héroïne de mon dernier roman, Zigeunergebroed (Brebis de Tzigane), roumaine, voit la misère dans les manufactures et les cités ouvrières de la ville de Gand en l’an 1830 et se fait infirmière et sagefemme pour pouvoir remédier aux problèmes de son époque. Ce n’est pas facile de donner une orientation positive et optimiste en temps de crise mondiale, mais on se doit de fournir aux jeunes des idées fraîches, non pas pessimistes.

6Notre roman à succès Jonkvroum (La Jeune Fille rebelle, Namur, Mijade, traduit en sept langues), a pour héroïne la fille du dernier comte de Flandre au XIVe siècle, Marguerite de Maele, fille unique de Louis (Lodewijk) de Maele, qui eut 24 bâtard(e) s en dehors de son union avec la comtesse du Brabant. Il se rendit compte avec dégoût que la Flandre allait perdre son indépendance à l’occasion du mariage de sa fille avec un prince étranger. Elle se lia en effet avec le duc de Bourgogne, Philippe de Rouvres qui malheureusement mourut de la peste. La Bourgogne tomba ensuite en mains françaises et Marguerite se maria en 1369, à Gand, avec le nouveau duc de Bourgogne, Philippe le Hardi. Elle eut dix enfants avec lui (son fils ainé fut Jean Sans Peur) et connut Christine de Pizan, mais son enfance fut assombrie de cruautés de tous types, ce qui nous a fourni un redoutable roman de formation féminine. Froissart, dans ses chroniques, la décrit ainsi : « Elle avait le visage ingrat et le caractère rechigné ». Son mariage, pourtant, fut heureux.

7Notre roman suscita un certain nombre d’études visant à comparer les données (structuration du récit, caractéristiques du personnage principal, évolution du conflit central) avec des modèles anglo-saxons ou portant sur des thèmes comme : « le roman à problème », « les filles doivent-elles se montrer méchantes ? », etc. Aux États-Unis, cependant, on a cru bon ne pas publier notre roman à cause de la nature assez physique et sexuelle de certaines scènes jugées « too graphic and violent for young adult readers ». En effet, notre héroïne décrit sa propre naissance brutale (le bébé est en position renversée et vient par le siège), par la suite, elle est presque violée par son ex-fiancé après leur mariage annulé par le Pape et son époux Philippe se meurt de manière atroce dans un huis clos. Mais écrit-on pour rendre la vie plus douce, plus rassurante, moins angoissante et embarrassée ou pose-t-on des problèmes qui nous font subir le plaisir épuisant de la catharsis, cette épuration des émotions qui nous soulage l’âme après avoir éprouvé les pires tourments par le biais d’une féminité téméraire et hardie ?

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search