Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Troisième partie. Paroles d’auteurs

« Maguelone, une série policière médiévale »

Marion Poirson-Dechonne

Texte intégral

1En 2009, alors que je venais de publier mon premier roman policier, Serial Venus, destiné aux adultes, a surgi l’idée de la série Maguelone, destinée à la jeunesse, qui comporte actuellement quatre volumes : La Maison des démons, Le Parchemin maudit, Une fille disparaît, Le Mystère du Lez ; le cinquième, un huis clos, est en cours d’écriture, mais la conception de cette série s’est imposée dès sa genèse dans sa globalité. Cette série est née par hasard, sans projet préalable, mais à partir de l’idée s’est constitué un projet bien déterminé dont je reparlerai. Pourquoi l’histoire médiévale ? Quel rôle joue-t-elle par rapport à la fiction, et au genre choisi, le roman policier historique, et comment peut-on mêler histoire médiévale et fiction romanesque, dans des romans pour la jeunesse ? C’est à partir des choix que j’ai faits pour la série que je tenterai de répondre à ces questions.

Genèse du récit

2C’est en revenant de mon premier salon du roman policier que l’idée m’est venue d’une série policière médiévale, qui mettrait en scène une héroïne féminine, Maguelone (prénom montpelliérain par excellence). J’avais toujours éprouvé une passion pour le Moyen Âge, injustement décrié, dont l’étude constituait un cauchemar pour la plupart des étudiants de lettres modernes. J’étais loin de partager cette aversion (un an de préparation à l’école des Chartes m’ayant familiarisée avec cette époque), dont j’aimais particulièrement la littérature, et plus particulièrement la matière de Bretagne ou les textes provençaux. Mais il y avait aussi, pour nourrir ce fonds culturel, l’épopée cathare, le réservoir d’images fourni par le cinéma, et l’influence exercée par Le Nom de la rose d’Umberto Eco. Les romans lus au cours de l’enfance, comme Ivanhoé, la série télévisée éponyme et celle de Thierry la Fronde avaient créé le terreau. La parution de la trilogie du Seigneur des anneaux, de Tolkien, elle-même en partie inspirée par la légende arthurienne, a également contribué à nourrir mon imaginaire. Pourtant, ce n’est pas la voie de l’heroïc fantasy que j’ai choisie, car mon désir me portait vers une vision plus réaliste du Moyen Âge et davantage ancrée dans une dimension humaine. La réalité présente une richesse insoupçonnée, dès qu’on s’éloigne des lieux communs et des clichés.

3La notion de série s’est immédiatement imposée, avec une héroïne et des personnages récurrents, qui fidéliseraient les lecteurs. Il fallait déterminer l’époque. J’ai choisi celle de Jacques Cœur, dont j’avais toujours entendu parler et qui s’avère extrêmement féconde. Montpellier est une ville de création récente. Son histoire remonte à un peu plus de 1000 ans. Je n’y habitais plus, mais j’y travaillais, et j’y restais très attachée. J’ai su, dès l’origine, que je voulais, au fil des œuvres, explorer tous les aspects de cette époque. Maguelone est fille de médecin : la faculté de médecine de Montpellier jouissait (et jouit encore) d’un grand prestige, mais ses aventures l’amènent à côtoyer toutes les classes sociales. J’y ai donc situé le quatrième volume (Le Mystère du Lez), en développant une intrigue de thriller médical.

4Je voulais montrer la façon de vivre, mais aussi de penser, en dégageant des signes de modernité. J’avais étudié à l’époque la ville médiévale, et le choix du milieu urbain s’est dégagé (Montpellier présente une histoire riche et intéressante). La cité médiévale a disparu en partie (l’iconoclasme de la Réforme y a veillé), mais il reste de nombreux vestiges, comme ceux, exhumés récemment, du quartier juif. Certains lieux se sont métamorphosés. Un couvent détruit a laissé la place à un autre, devenu par la suite prison, QG militaire, puis centre chorégraphique.

5Les trois premiers volumes s’attachent à des aspects bien précis de la vie urbaine. La question de la pratique médicale se retrouve dans chacun d’eux, mais le premier traite plus spécifiquement de la Foire. Le second explore la place des Juifs dans la ville et la question de la kabbale. Il y avait des communautés juives dans le sud de la France, en Italie e en Espagne, et des kabbalistes célèbres. Le troisième s’attache à explorer la question du théâtre médiéval et celle de la perception de la folie. Parallèlement, j’aimerais inventorier la notion de genre, sa diversité et ses limites : polar fantastique, polar à énigme, polar ésotérique, fusion avec le récit d’aventures, thriller médical, thriller religieux, etc. J’aimerais, dans un second temps, faire voyager Maguelone, pour la confronter à d’autres lieux, d’autres problématiques.

6Le Moyen Âge permet de décliner divers registres : le fantastique, le comique, l’épique. Il accorde une grande place à l’image, à l’oralité. On peut à la fois donner une dimension réaliste en faisant la description du quotidien, et laisser l’imagination se déployer librement. Il s’agissait aussi de placer le personnage dans diverses situations qui permettraient une évolution de sa situation familiale, (c’est le principe des séries) sans la faire trop grandir, ce qui impose une contrainte temporelle : elle doit garder l’âge des lecteurs les plus grands, mais pour cela, il faut que les épisodes présentent peu d’écarts temporels, d’où l’extrême resserrement d’un épisode à l’autre. Le récit historique nécessite une datation précise, qui de ce fait s’opère mois par mois. Rester dans le vague s’avérerait certes pratique, mais nuirait à la crédibilité.

Le traitement du fonds historique : quel Moyen Âge ?

7Nos connaissances de l’Histoire deviennent de plus en plus précises et variées. Les historiens, en particulier ceux de l’École des Annales (Lucien Febvre, Marc Bloch) ont fait évoluer cette discipline en élargissant le territoire de l’historien à d’autres domaines, en particulier celui de l’économie, la sociologie ou l’anthropologie. Emmanuel Leroy-Ladurie, avec Montaillou village occitan, a inventé la micro Histoire. Et pourtant, les choses ne sont pas aussi simples qu’il y paraît. En effet, nous sommes submergés de représentations historiques, et chaque époque fournit la sienne. Christian Amalvi le rappelle dans Le Goût du Moyen Âge, montrant comment chaque époque se l’est approprié, pour donner soit la vision d’une époque lumineuse, soit celle d’une intense barbarie. Les humanistes ont contribué à faire du Moyen Âge une période particulièrement obscurantiste, dont ils s’écartaient résolument. Les romantiques ont pris le relais, et ont puisé dans cette époque de quoi alimenter leur goût pour le rêve, le fantastique et le surnaturel. Je crois pour ma part que le mouvement gothique actuel, qui touche la mode, les arts et le jeu vidéo, continue à se référer à ce type de représentations. François Amy de la Bretèque a montré la même chose dans sa thèse consacrée à l’imaginaire médiéval du cinéma. J’avais, pour ma part, constaté que Le Joueur de flûte de Jacques Demy offrait une double lecture, et que le Moyen Âge que le film met en scène constitue une bonne illustration des tendances des années 1970, en particulier de celles initiées par le mouvement hippie.

8Ma vision personnelle doit beaucoup à l’influence du Félibrige et de Frédéric Mistral. Des historiens, Mary Lafon, Alexandre du Mège, avaient célébré l’Histoire d’un midi riche, prospère et civilisé, thème amplifié sur le plan littéraire par Mistral, qui a contribué à véhiculer l’idée d’un Midi de la France pillé par les cupides barbares du nord, dans un poème épique, Calendau (1867). Sur ce terreau culturel se fonde l’idée d’Occitanie, reprise par les défenseurs du catharisme (c’est un thème que je traite dans mon second polar pour adultes, Flics & Geeks). Ma génération a eu les échos de l’émission La Caméra explore le temps sur l’épopée cathare (je n’avais pas encore la télévision). J’ai habité Toulouse par la suite, dévoré les livres de Michel Roquebert, aux éditions Privat, et de René Nelli, et retenu la formule attribuée à Simon de Montfort pendant le sac de Béziers « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. » Histoire ou légende ? Peu importe, l’imaginaire demeure activé.

9Pourtant ce n’est pas cet aspect que je privilégie dans l’ensemble de la série, même si j’ai consacré un roman à la kabbale. La justesse historique et la qualité de la documentation me paraissent primordiales. Je lis des ouvrages d’historiens, qui constituent une base de données, à laquelle je me réfère, ce qui ne m’empêche pas de tricher avec l’Histoire, parfois. Les Juifs avaient été chassés de Montpellier au siècle précédent, mais j’en ai fait revenir quelques-uns pour les besoins de la cause (je le précise quand je présente le livre). J’ai également imaginé un appareil de pré-cinéma qui aurait précédé la lanterne magique, que j’ai baptisé iconoscope, dans La Maison des démons. Mais après tout, le préhistorien Marc Azéma, dans La Préhistoire du cinéma, voit dans un objet de l’époque des cavernes un des premiers thaumatropes. Son ouvrage a certes été critiqué, dans la revue 1895 par des historiens de cinéma. Le romanesque, en dépit des scrupules que je peux avoir, prime. De toute façon, on n’est jamais à l’abri d’un anachronisme. Un célèbre auteur de romans historiques, extrêmement documenté, a pourtant, en dépit de la richesse de son information, mis des tomates au menu d’un repas de croisades. Trop de documentation peut nuire à la conduite du récit : il s’agit de distiller les informations en action. De nos jours, la littérature a subi l’influence du cinéma. On ne peut plus envisager des descriptions de type balzacien ou proustien, des développements scientifiques sur le mode de Jules Verne. Le récit épouse la rapidité du monde moderne. Même si l’on est animé par une intention pédagogique, un des principes primordiaux de la pédagogie consiste à capter l’attention en évitant d’ennuyer.

10Je développe l’intrigue en me fondant sur mes souvenirs d’Histoire et de littérature médiévale. Je procède par strates successives, et complète dans un second temps la documentation par des lectures. Je sais où je vais car j’ai déjà des notions d’Histoire, ce qui me permet de mettre l’accent sur le romanesque. Je me souviens de la présentation d’un roman médiéval par deux dames, très fières d’avoir fait appel à des historiens locaux, dont l’un s’était écrié : « Arrêtez, ou vous allez faire une thèse » ! Ce numéro bien rôdé de duettistes, répété à chaque festival, constituait un puissant argument de vente, sans réussir à me convaincre vraiment. Je pense, pour ma part, que la fiction historique va bien au-delà de la constitution d’une énorme documentation, laquelle me semble aller de soi. Certes, la documentation constitue le terreau dans lequel s’enracine le texte, mais elle doit donner l’impression de s’effacer, paraître naturelle au lecteur, comme s’il était lui-même historien et connaissait l’époque traitée. Il faut donc s’attacher, me semble-t-il, à mener une réflexion sur les rapports entre Histoire et fiction, la place accordée à chaque élément, l’équilibre délicat qui s’instaure entre ces deux domaines. En ce qui concerne la littérature jeunesse, l’approche n’est pas tout à fait la même que dans le cas des livres pour adultes.

11Dans le cas de la relation entre Histoire et fiction, un élément me semble primordial, à savoir la dimension poétique de l’Histoire que l’on insère. Ayant travaillé vingt-six ans sur le cinéma, je possédais au départ un imaginaire visuel, que cette pratique a contribué à développer. Décrire une époque, c’est aussi permettre à l’esprit du spectateur de créer des images, de solliciter les sens. Je me souviens de la lecture d’un livre qui a inspiré à Süsskind son célèbre roman Le Parfum. Il s’agissait de l’ouvrage Le Miasme et la Jonquille, une histoire des odeurs. L’imaginaire doit être sonore, visuel, tactile, olfactif. On doit ressentir le bruissement, le soyeux d’une étoffe, son chatoiement, ou au contraire sa rudesse, voir les clairs obscurs de l’éclairage des chandelles, éprouver la sensation que procure le fait de marcher dans une ruelle boueuse, tout ce que s’efforce de plus en plus de recréer, de nos jours, la réalité virtuelle. Le choix des mots que l’on emploie crée cette dimension poétique, mais aussi le rythme des phrases, les sonorités.

12Une fiction historique ne doit pas négliger la dimension littéraire et éviter le cliché. Je me souviens de la réflexion sarcastique d’un chartiste qui débusquait, dans certaines fictions, l’emploi systématique du terme « cothurne ». Il est vrai qu’on ne peut se passer de certains termes d’époque, et que la résonance de mots comme palefroi ouvre la voie au rêve, mais n’abusons pas. En revanche, la réactivation de termes oubliés, d’un vocabulaire spécifique, peut s’avérer intéressante. Je l’ai fait dans La Guerrière du nouveau monde, j’ai également inséré des termes sud-américains. Mes romans pour adultes insèrent tous l’Histoire. La Guerrière du nouveau monde est un vrai roman historique. Pour ce récit, je croyais beaucoup devoir à La Harpe et l’Ombre d’Alejo Carpentier, roman qui m’avait inspiré le désir décrire sur l’Amérique latine, en particulier cette vision de Colomb en Grand Escamoteur, faisant surgir des visions d’or et d’épices devant les souverains d’Espagne. J’avais oublié ma dette à Terra nostra, de Carlos Fuentes. Je suis consciente que mes trois romans adultes publiés intègrent l’Histoire, mais aussi une réflexion sur l’Histoire, avec plusieurs strates temporelles.

13Pour la série Maguelone, j’ai dû renoncer à ce type de complexité. Pour des lecteurs dont l’âge se situe entre 8 et 13 ans, mieux vaut un récit linéaire. Ceci dit, j’envisage par la suite un volume dont l’action se situe in medias res, ce qui obligerait à pratiquer l’analepse. Pour des lecteurs familiarisés avec la série, ce devrait être possible. J’envisage aussi des rappels historiques. La publication en ligne du Petit Thalamus pourrait me permettre de mieux me familiariser avec les structure et la vie de Montpellier, cinquante ans environ avant l’époque du récit, voire d’y puiser des sujets. Je n’exclus pas l’invention narrative, mais j’ai opté, dans un premier temps, pour la simplicité.

14Un autre point concerne la question de la sérialité. Connaissant les règles de fonctionnement des séries télévisées, que j’enseigne à mes étudiants pendant mes cours de scénario, création d’une Bible, évolution des personnages, etc., je dispose d’une certaine marge de manœuvre, mais me heurte aussi à des contraintes. Un des écueils réside dans le risque de répétition. D’un côté, une certaine familiarité permet au lecteur d’entrer aisément dans le récit. De l’autre, on peut craindre de le lasser en évoquant toujours la même chose. C’est pourquoi ce projet qui consiste à explorer des milieux sociaux, des espaces différents et diverses formes de récit pourrait contribuer à éviter la monotonie.

15Quel rôle joue l’Histoire, en définitive ? Il s’agit d’abord d’un cadre à l’action, propice au rêve. Ce cadre, à la fois réel et rêvé, s’attache à transmettre des connaissances, celle d’une époque donnée, et des comportements : tolérance, solidarité, courage, etc. Les jeunes ont besoin de repères dans le temps (j’ai constaté chez les étudiants une méconnaissance totale de la dimension historique : dès que l’on aborde des films plus anciens, ils commettent des contresens car ils interprètent un certain nombre de choses par rapport à leur époque), et de repères moraux, car les différents vecteurs d’information, comme la télévision ou Internet, ne les transmettent pas. Ainsi, dans le 3e volume, je traite du harcèlement d’une personne vulnérable, et du courage avec lequel Maguelone s’y oppose. Ce passage peut être exploité et commenté, pour replacer la question du harcèlement, de plus en plus fréquent en milieu scolaire, à l’époque contemporaine. La fiction historique permet ainsi d’aborder des sujets de société.

16La Maison des démons, le premier volume de la série s’est accompagné d’un livret pédagogique, téléchargeable sur le site de l’éditeur, à partir d’un organigramme, avec des séquences de travail dans diverses disciplines, y compris l’Éducation civique. Car l’Histoire nous renvoie, forcément, à notre époque. L’appréhension que nous en faisons n’est ni impartiale, ni innocente. Je m’efforce, pour ma part, dans la série Maguelone, de présenter des signes de modernité de l’époque que je privilégie, pour que les jeunes lecteurs s’y retrouvent et s’identifient. Ainsi, dans La Maison des démons, je montre le souci de l’hygiène, les préoccupations sociales. En même temps, le livre est marqué par ma fascination pour le pré-cinéma (cours de licence, visite du musée de Gérone, colloque Domitor et son spectacle de lanterne magique). Dans Le Parchemin maudit, je parle du ghetto, ce qui me permet de renvoyer discrètement à l’Holocauste, mais aussi des pratiques spécifiques, comme les ablutions ou l’abattage rituel de la viande. Dans le troisième volume, j’évoque la place des comédiens ou des fous dans la société, dans le quatrième, les pratiques clandestines de dissection. Au-delà d’un récit romanesque, il y a toute une vision du monde, de la société et des valeurs humaines qui se profile, sans verser dans le roman édifiant ou moralisateur. L’héroïne a du caractère et, du fait de l’absence de mère, bénéficie d’une éducation qui serait proche de la nôtre, par la volonté de son père. En même temps, ce récit puise ses origines dans un cours de préparation à l’Agrégation, la représentation théâtrale de la folie, et un autre de scénographie dans le cadre de mon DEA. La création, y compris d’un roman pour la jeunesse, reste complexe et puise à de multiples sources.

  • 1 Jacques Dalarun, in Télérama, 9 mai 2012.
  • 2 Chiara Frugoni, Le Moyen Âge sur le bout du nez, Paris, Les Belles Lettres, 2011.

17Néanmoins, j’avais également envie de réhabiliter le Moyen Âge. Certains medias s’attachent à en problématiser les aspects, comme par exemple Télérama1, rapportant les propos de l’historien Jacques Dalarun, et qui titrait : « Au Moyen Âge, les moines inventent de nouvelles formes de gouvernement, avec une règle, les derniers seront les premiers. Vraie démocratie ou théorie de la servitude ? » L’époque fascine. Je suis consciente de l’ouverture de la Renaissance, mais je veux montrer qu’en 1000 ans, il s’est quand même passé des choses. Un livre récent, Le Moyen Âge sur le bout du nez2 répertoriait les inventions médiévales. La lecture d’ouvrages comme ceux d’Umberto Eco, Marie Josée Mondzain ou Jean-Claude Schmidt permet de mesurer la richesse d’une pensée qu’on a injustement réduite à quelques éléments. J’ai découvert l’importance de la théologie de l’image, et sa complexité, qui permet d’expliquer certains aspects du cinéma, je veux montrer comment on s’achemine, sans rupture brutale, vers l’humanisme. Loin des clichés et des idées reçues, l’époque médiévale s’offre au romanesque. Je laisse de côté tout ce qui n’est pas accessible, bien sûr, mais il existe, en filigrane, et me donne un regard différent. En revanche, pour les romans adultes, je creuse davantage les concepts, en ayant recours à des ouvrages portant moins sur la vie quotidienne que sur la réflexion historique.

L’aspect littéraire : lécriture du récit

18Je ne suis pas une historienne qui écrit des romans, mais un écrivain qui aime l’Histoire, et s’y intéresse. Cette position initiale permet de définir ma perspective : le contexte historique vient en second, et je pourrais m’en passer, même si je n’ai pas encore réussi à le faire dans mes romans, car j’aime confronter les époques, jouer sur l’intertexte, la citation ou le pastiche : mes polars s’appuient sur un fonds culturel. Même quand je ne me réfère pas à l’Histoire, j’ai besoin de me documenter : je repère des lieux, j’insère du vécu, je m’immerge dans des milieux Crockmore ou Théâtre de la Complicité, à Perpignan, pour le rock ou le slam. Les sites Internet notamment celui de Légifrance, et les entretiens avec des geeks ont nourri ma connaissance du milieu et des pratiques. Il n’y a que mes nouvelles qui, du fait de leur brièveté, ne soient pas mises dans un contexte précis, sauf exceptions (Le Ciel est triste en Tchétchénie, une nouvelle inédite). Même mes textes poétiques fourmillent de références, de souvenirs.

19Étant écrivain, je suis mue essentiellement par des préoccupations littéraires, y compris en ce qui concerne les romans pour la jeunesse. J’attache une importance primordiale à l’écriture. Je soigne les descriptions, j’insère des termes d’époque, pour leur valeur technique et poétique, et je mets l’accent sur la richesse du vocabulaire : même s’ils ne connaissent pas le sens des mots, les jeunes lecteurs le devinent grâce au contexte. Je crois aux bienfaits de l’imprégnation, et refuse la simplification abusive. Dès l’enfance, la lecture de la Comtesse de Ségur m’a familiarisée à des termes que j’ai retrouvés en étudiant Molière. Le plaisir romanesque n’exclut pas le plaisir du style. Sa fluidité, sa richesse constituent des atouts pour des jeunes issus de l’immigration. L’appréhension de la langue passe par la lecture, et le goût de l’histoire peut parfois venir des qualités plastiques d’un récit : une évocation visuelle fait naître des images dans l’esprit du lecteur, comme un film ou un jeu vidéo.

20Le choix d’un genre comme le policier historique présente de multiples avantages. Outre ceux offerts par la série, il permet d’intéresser à une histoire. L’Histoire s’allie bien avec le récit d’aventures, le roman maritime et le policier. Il s’agit de déplacer dans le temps des fictions qui pourraient se situer à notre époque. L’idée de La Maison des démons vient d’une histoire que me racontait ma grand-mère, et que j’ai transposée dans un passé plus lointain (on fait bien l’inverse, en modernisant des mythes grecs). Chaque fois que nous passions du côté de Caudiès de Fenouillet, un petit village de l’Aude, elle me montrait une vaste maison délabrée, propriété de deux demoiselles. Les malheureuses étaient victimes d’apparitions nocturnes (fantômes traînant des chaînes dans la nuit) organisées par un notaire véreux, qui voulait racheter à bas prix cette maison isolée. J’ai modifié la forme des apparitions, connaissant la terreur qu’inspirait le démon au Moyen Âge, et imaginé un complot déjoué par l’héroïne.

  • 3 Gianfranco Bettettini, La Conversazione audiovisiva, Bompiani, 1984.
  • 4 Élizabeth George, Mes secrets d’écrivain, Paris, Presses de la cité, 2006.

21Ce type de sujet m’a permis de jouer sur différents ressorts, dont le principal reste le suspense. La curiosité et l’esprit aventureux de l’héroïne contribuent à la mettre en danger, thème aussi vieux que la boîte de Pandore, qui nourrit l’intérêt pour le récit. La connaissance des films et des écrits d’Alfred Hitchcock m’a grandement aidée. Dans Le Parchemin maudit, c’est la dimension mystérieuse de la kabbale qui constitue le ressort principal. L’énigme du manuscrit en hébreu, très convoité, qu’un médecin juif confie à Maguelone avant d’être jeté en prison, alimente le désir de savoir du lecteur. Gianfranco Bettettini,3 un sémiologue italien, définissait le roman ou le film policier comme une façon particulière de transmettre un savoir au spectateur, par le biais de l’énigme ou de l’enquête, qui permettait de modéliser par la suite d’autres types de récit. J’ai un peu joué sur l’alternance, à la fin, pour renforcer l’angoisse. Dans le 3ème ouvrage, que j’ai intitulé Une fille disparaît (hommage à Hitchcock, mais dont le titre risque de changer pour des nécessités éditoriales), j’ai mis l’accent sur l’angoisse suscitée par la disparition d’une fillette. Dans Mes secrets d’écrivain4, Elizabeth George fait reposer le suspense sur le fait qu’on s’intéresse aux personnages, et j’espère y avoir réussi. Tout tourne autour de Maguelone et de son désir (assouvissement de sa curiosité mais aussi sens de la justice, réparation, etc). Des éléments secondaires peuvent se greffer, jalousie d’Aubrea, avidité de Simon dans Le Parchemin maudit, harcèlement des voyous dans Une fille disparaît.

  • 5 Gershom Scholem, La Kabbale, Paris, Folio Essais, rééd. 2003.

22Pour la kabbale, je m’étais servie de la somme écrite par Gershom Scholem5 sur le sujet, ainsi que de quelques-uns de ses autres livres. Je sais qu’il existe des textes plus récents, mais Gershom Sholem m’a demandé un élagage considérable. J’ai choisi des thématiques porteuses, comme celles qui présentaient un caractère mystérieux. Il fallait éviter l’aridité théologique comme la vulgarisation façon Madonna. J’ai opté pour un compromis, en abordant des thèmes aussi mystérieux que poétiques, comme l’alphabet de l’œil, que j’ai associés à des sujets très connus (La légende du Golem). Pas celui de Prague, on a recensé des récits de fabrication de golems dès le Moyen Âge.

23Cependant, l’Histoire s’incarne à travers des personnages, qui nécessitent une caractérisation. Maguelone, l’héroïne, doit beaucoup à l’enfant que j’ai été. Il m’a fallu lui inventer un contexte social, une famille, des amis, des façons de bouger, se vêtir, se comporter, une éducation, un quartier. Les personnages secondaires reviennent de façon récurrente, d’autres surgissent au fil de la série. Il reste une part de conventions, la fidèle servante (Alice), le singe apprivoisé (animaux familiers dans les romans d’Enid Blyton), la fille costumée en garçon (mon fantasme personnel depuis La Nuit des rois). Le choix d’une héroïne féminine obéit à des préoccupations féministes, et un désir secret (j’aurais bien aimé commander une bande de garçons).

24Le romanesque doit aussi présenter des qualités poétiques. La première, comme je l’ai précisé, relève du langage, même si l’on tient compte des impératifs d’accessibilité de la littérature jeunesse. Ainsi, la description de la foire ou de l’atelier du maître verrier, dans La Maison des démons, créent cette dimension.

Maguelone avait pénétré dans une féerie.
Dans l’atelier étincelait comme un amoncellement de pierres précieuses. Sur les étagères, s’empilaient des vases de toutes formes, de toutes couleurs, d’une miraculeuse transparence. Certains d’un bleu outremer, d’autres pâles comme l’azur. Il y en avait d’un vert profond d’émeraude, d’autres dans des tons l’herbe naissante. Mais aussi des violets, des noirs, des blancs translucides, des jaunes safran. Les objets déclinaient les teintes des plus belles gemmes, le péridot, la cornaline, le jaspe, l’onyx, la citrine, l’aigue-marine, l’améthyste, la topaze, le grenat, la turquoise, le saphir, le cristal de roche, le quartz, l’hématite ou le lapis-lazuli.

  • 6 Marion Poirson, La Maison des démons, Paris, Rouge Safran, 2011, p. 71-72.

Elle connaissait toutes ces pierreries. Les ostensoirs et les calices de l’église en étaient incrustés. Quelques vases étaient ornés d’un filet d’or, d’autres ciselés comme des pièces d’orfèvrerie. D’autres encore, gravés, évidés, captaient merveilleusement la lumière. Maguelone était fascinée6.

  • 7 Raoul Ruiz, Poétique du cinéma, Paris, Dis Voir, 2006.

25La seconde doit se concevoir par rapport à la définition que donne le cinéaste Raoul Ruiz, dans Poétique du cinéma 27, à savoir sa relation avec l’énigme et le mystère. Elle peut surgir de l’emploi de termes médiévaux, mais aussi de l’intrigue elle-même. En revanche, dans Le Parchemin maudit, le motif du secret, lié d’ailleurs au texte, à l’écriture, ressortit davantage au poétique tel que le conçoit Raoul Ruiz, qui construit des œuvres à la structure labyrinthique. Il affectionne l’ésotérisme, le jeu de tarot, les arcanes du langage.

26L’écriture de Maguelone obéit moins à un projet théorique que les romans destinés aux adultes ou les publications sur le cinéma. Comme je l’ai précisé, il y avait une visée d’ensemble, mais les récits eux-mêmes sont en grande partie écrits de façon libre et spontanée, au fil du récit. J’apporte peu de corrections. Pour le premier, l’éditeur avait demandé de simplifier les phrases, ou dans changer l’ordre : cette manière de faire devient vite un réflexe. Maguelone constitue une parenthèse et un espace de détente, à côté de textes beaucoup plus contraignants, tant sur le plan du fond que de la forme. Mais cette facilité vient d’une maîtrise acquise ailleurs, on ne sent plus le travail, mais il a « existé » et existe encore dans d’autres ouvrages.

27Je n’ai jamais cherché à définir le concept de roman historique, qui me semblait aller de soi. Écrire une série médiévale s’apparente pour moi à jouer dans un film en costumes. Je me souviens du plaisir que la comédienne Dominique Blanc, invitée au festival de cinéma de Prades, avait exprimé à propos de son incarnation de Mme de Maintenon, dans L’Allée du Roi. Traverser les jardins de Versailles en carrosse concrétisait un rêve d’enfant. Il y a un peu de cela. Je m’immerge dans une époque. Je ne souhaite pas réellement y vivre, j’en mesure aussi tout l’inconfort, mais j’en jouis virtuellement. Les concepteurs et les joueurs de l’industrie vidéo ludique doivent ressentir la même chose, lorsqu’ils abordent des jeux ancrés dans l’histoire. Je me souviens aussi de la réflexion d’un étudiant, (je fais un cours intitulé Cinéma et jeu vidéo) à propos d’Assassins Creed, qui se voyait entrant à cheval dans Jérusalem : il y était. Le lecteur doit éprouver le même sentiment que moi : se trouver dans une époque lointaine. Il ne doit pas avoir la sensation de lire une encyclopédie. C’est là que se révèle l’efficacité de la fiction romanesque, à travers son pouvoir d’immersion.

Notes

1 Jacques Dalarun, in Télérama, 9 mai 2012.

2 Chiara Frugoni, Le Moyen Âge sur le bout du nez, Paris, Les Belles Lettres, 2011.

3 Gianfranco Bettettini, La Conversazione audiovisiva, Bompiani, 1984.

4 Élizabeth George, Mes secrets d’écrivain, Paris, Presses de la cité, 2006.

5 Gershom Scholem, La Kabbale, Paris, Folio Essais, rééd. 2003.

6 Marion Poirson, La Maison des démons, Paris, Rouge Safran, 2011, p. 71-72.

7 Raoul Ruiz, Poétique du cinéma, Paris, Dis Voir, 2006.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search