Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Troisième partie. Paroles d’auteurs

« Adulte-jeunesse, deux manières d’aborder l’histoire »

Anne Pouget

Texte intégral

1Quelle Histoire raconte le roman historique et en quoi la littérature historique pour la jeunesse diffère-t-elle du genre pour adulte ? Quels sont ses codes propres et à quelles exigences doit-il répondre pour être utilisé comme outil pédagogique ? Le roman historique jeunesse s’intègre-t-il dans l’enseignement de l’Histoire ? Voilà quelques questions auxquelles nous tenterons d’apporter, sinon une réponse, du moins quelques pistes de réflexion.

En quoi la littérature historique pour la jeunesse diffère-t-elle du genre pour adulte ?

2Dans un premier temps, interrogeons ces problématiques :

3Qu’est-ce que le roman ?

4Une création littéraire, de type narratif et à caractère fictif, donc subjectif. Par définition, il est destiné à divertir le lecteur.

5Qu’est-ce que l’Histoire ?

6La construction de notre histoire est fondée sur des éléments objectifs, vérifiables, attestés par les sources et la science. Pourtant, l’Histoire n’est pas une certitude puisque la mise au jour de nouvelles sources ou d’éléments archéologiques viennent régulièrement remettre en cause le « récit institué et véridique » ; l’Histoire est donc par essence en perpétuelle réécriture, par des générations d’historiens qui interprètent les sources ou les traduisent, de manière objective.

7« Traduttore traditore » dit pourtant l’adage italien : « traduire c’est trahir ». Prenons pour exemple le mot barbare. On se représente immédiatement un être sanguinaire, brutal et sans pitié. Pourtant barbare, du grec ancien βάρϐαρος, signifiait simplement « non Grec »« étranger », à savoir « celui qui ne parle pas la même langue, le gréco-latin ». Les invasions et les guerres aidant, le barbare était l’ennemi, donc le pillard, la brute, le vandale… L’un était forcément le barbare pour l’autre, cela dépendait du point de vue. En outre, l’Histoire est subordonnée à l’interprétation contemporaine que l’on fait du passé. Mais alors, est-elle vraiment objective ? Partons du principe que l’Histoire est objective et le roman subjectif. Le roman historique est par conséquent une hybridation des deux. Il raconte une histoire (subjective) dans l’Histoire (objective). Ce mélange des genres, antinomique, entre l’objectif et le subjectif, vaut souvent aux auteurs de ce type de littérature le mépris des historiens.

8Qu’est-ce que le roman historique jeunesse ?

9Il s’agit là d’un roman historique tel que défini précédemment, mais spécialement écrit pour un public jeune (de collégiens et lycéens principalement).

Les codes propres à la littérature jeunesse

10Si les historiens se détournent du « roman historique », le roman historique jeunesse est victime pour sa part d’un mépris bien plus marqué et classé dans la catégorie « sous-littérature », voire « paralittérature » : parce qu’il est court, que l’intrigue est simplifiée, le vocabulaire allégé, l’amalgame est vite fait chez ses détracteurs pour lesquels « jeunesse » est synonyme de « puéril », « enfantin ». Au contraire, c’est là que réside toute la difficulté car, que l’accès soit abordable, adapté à un jeune lecteur n’implique nullement que l’histoire soit réductrice et l’écriture simpliste : ce devoir de lisibilité, premier impératif du récit, requiert un véritable travail de technique narrative. Car on ne peut s’adresser au jeune et à l’adulte avec un même langage. Les difficultés et le vocabulaire employés doivent s’adapter au lecteur visé. Un roman jeunesse ne peut souffrir de nombreux renvois à des notes de bas de page, pratique des historiens. De même les mots inconnus doivent être expliqués « dans le texte », souvent par le jeu de questions/réponses entre les personnages ; il en va de même pour certaines informations car les jeunes n’ont pas le même bagage lexical qu’un adulte, ils ne disposent donc pas de toutes les connaissances historiques nécessaires à la compréhension d’une époque (par exemple, Les Brumes de Montfaucon évoque la condition des juifs au Moyen Âge et permet de faire le parallèle avec la Seconde Guerre mondiale, qui n’est pas au programme des élèves de 6e et 5e). C’est ce qui explique que le récit jeunesse doit correspondre à ce que l’on nomme « une tranche d’âge », afin de coïncider avec le potentiel intellectuel du lecteur et s’y adapter. La technique utilisée par l’auteur jeunesse, loin d’être simpliste, est complexe. Pour les adultes, on évoque le « test de la page 99 » ; en jeunesse, on peut parler de « test de la page 10 », car si le lecteur n’est pas captivé dès les premières pages, il délaissera le livre.

Quelles sont, pour un auteur, les exigences pour faire un outil valable ?

11J’aime à dire que lorsque j’aborde un roman historique, le thème est aussi important que le récit ; d’un côté j’ai le squelette (l’histoire objective) que je recouvre de chair (le récit, le subjectif). De fait, la littérature jeunesse, quelle que soit la manière dont la chair (narration) recouvre le squelette (savoir), est un concept qui veut répondre à deux critères : distraire par la lecture tout en proposant un savoir. Ainsi, que la chair soit roman (Les Brumes de Montfaucon, Si Dieu le veut, série de nouvelles (Les 7 merveilles du monde), mélange de narratif et de documentaire (Les Explorateurs), ou comique (Quelle épique époque opaque), le but à atteindre est de distraire par l’intrigue tout en mettant la lumière sur une époque. Pour cela j’essaie de répondre à quatre critères :

  • Donner envie de lire, encourager le jeune par la qualité de l’écriture et de l’articulation des chapitres, progressivement, tenant en haleine, bref, ce que nous demandons tous à un livre. Le roman doit être bien écrit, pour divertir le lecteur, le tenir constamment en haleine ; pas de longues descriptions, d’états d’âme interminables, que l’on peut servir à un adulte : le jeune lecteur veut de l’action. Il faut intégrer les éléments historiques par touches, pas par couches : sans que le lecteur s’en rende compte. Le souci du roman historique jeunesse est avant tout de développer chez le lecteur le plaisir de lire. Si le héros est jeune pour que le lecteur puisse s’identifier à lui, il ne manque pas moins de se surpasser.

  • Apporter un cadre historique indiscutable. De nombreux romans dits historiques pour la jeunesse peuvent être d’une bonne qualité littéraire ; mais l’Histoire n’y est utilisée qu’en tant que décor, uniquement pour installer l’intrigue. Il n’est pas forcément écrit par un historien ni traité avec rigueur.

  • Apporter un enrichissement, un complément historique et culturel aux connaissances acquises en classe, qui permettront un recoupement, une complémentarité. Le but du roman historique est d’instruire le lecteur tout en le divertissant.

  • Permettre la réflexion du jeune lecteur par la réincarnation des personnages, l’approche plus fouillée des conditions de vie d’une époque donnée, les différences sociales, l’évolution de la société, l’amenant à faire le lien avec le présent. Dans mon souvenir, les cours d’Histoire étaient une succession de dates de batailles, de lieux, de noms, sans s’attarder sur les personnages eux-mêmes, qui de fait étaient désincarnés. En m’arrêtant sur une page de l’Histoire, en m’attardant sur les personnages, en racontant leur quotidien, les mœurs d’une époque, j’essaie de replacer les évènements au niveau de l’humain, de les réincarner, répondant au critère de l’Histoire comme science humaine. Je m’efforce de faire rencontrer au lecteur plusieurs personnages ayant réellement existé et vécu à la même époque, mais aussi d’en découvrir. Le roman jeunesse aide à faire le lien entre différents personnages ou évènements historiques, à savoir l’enchaînement chronologique. Il croise les personnages dans un même tissu, il leur donne vie, les incarne. Leur rôle propre permet de voir l’articulation, l’influence qu’ont pu avoir les événements sur la destinée des personnages ou sur la dimension collective de l’Histoire.

12La famille berce l’enfant dès son plus jeune âge de lectures et lui fait découvrir les premiers « classiques » : Blanche Neige, La Petite Sirène, La Belle au bois dormant… La famille élargie propose un panel de manière plus subjective : « c’est un très beau livre » ou « ça devrait l’intéresser » ; lors des salons, je vois souvent le jeune rivé sur une couverture, il voudrait bien ce livre-là et s’y plongerait dès son retour à la maison. Mais combien de fois ai-je vu l’accompagnant l’attirer vers un autre titre, lui paraissant plus sérieux, plus instructif, plus intéressant… pour qui ? L’acheteur n’est pas forcément le lecteur. Le coup de cœur de l’un l’est-il forcément pour l’autre ? Tout est dans le subjectif. Mes parents ne se sont jamais souciés de nos lectures, nous laissant lire ce qui nous plaisait ; nous dévorions des bandes dessinées, des revues, et des âneries, peut-être, et le reste est venu tout seul : nos préférences, le bouche à oreille, le tout complété par les incontournables « classiques » prescrits par l’Éducation nationale, que nous n’aurions sans doute jamais abordés si on ne nous avait contraints à les lire. Rien ne nous a empêchés d’arriver où nous sommes, ni moi d’être historienne. L’essentiel aura été de lire et d’aimer lire.

13Le libraire a le mérite de lire les livres qu’il conseille et vend (contrairement aux « grandes surfaces à livres ») selon ses coups de cœur. Il peut proposer des ouvrages d’après les critiques ou la place attribuée au titre dans les magazines spécialisés, les prix littéraires, son propre public.

14Le documentaliste de collège connaît bien son sujet et lit les livres qu’il fait entrer sur ses rayonnages, afin de mieux accompagner l’élève ; son choix répond aux exigences pédagogiques, âge du lecteur, programmes scolaires, aux défis lecture, aux coups de cœur.

15Le choix du bibliothécaire de médiathèque se veut vaste et pouvant satisfaire un large panel de goûts. Sa sélection se fait souvent en fonction des demandes du public, les coups de cœur des libraires, les critiques littéraires et les exigences pédagogiques.

16Les médias ont aussi une part active dans les choix du public. Nous remarquerons que si l’on achète le dernier Nothomb, le dernier Cavalda, etc. parce qu’on en parle dans la presse, qu’on invite les auteurs sur les plateaux télé, on est en manque de références en matière d’auteurs jeunesse : lorsqu’on ne passe pas à la télévision, on n’est pas connu. Ainsi, le manque d’émissions littéraires destinées à la littérature jeunesse a sans doute un impact sur la visibilité du genre ; on montre parfois quelques ouvrages pour tout petits au moment de Noël, dans telle émission enfantine ou familiale, on fait quelques comptes rendus laconiques ou positifs dans la presse spécialisée jeunesse, mais il y a encore des efforts à faire. On table sur les « Classiques », qui forcément ne se démodent pas, les « valeurs sûres » : Robinson Crusoé, Moby Dick, la série des Jules Verne, toujours « porteur ». Même s’il s’agit souvent d’œuvres écrites pour adultes et récupérées pour la jeunesse parce qu’un temps il n’y avait pas de réelle littérature jeunesse…

17S i le jeune lecteur fonctionne au coup de cœur (titre ou couverture qui l’inspirent), l’acheteur adulte se fie à « la maison d’édition ». L’éditeur a ce qu’on appelle une politique éditoriale : ses collections, ses thèmes, dont le contenu reflète les demandes, les études de marché, la mode, les comités de lecture, et surtout l’exigence du Premier prescripteur scolaire : l’Éducation nationale. Mais le monde, la langue, les centres d’intérêt évoluent sans cesse, alors l’approche didactique et pédagogique doit s’y adapter ; n’oublions pas que tout ce qui est dit classique a été contemporain au moment où il a été écrit et vu par la lorgnette de l’auteur.

18L’Éducation nationale est le premier prescripteur scolaire dont l’exigence consiste en quatre points :

19- tenir compte du « programme scolaire », à savoir la période étudiée en classe, prendre en compte l’âge du lecteur et son niveau de connaissances, se conformer à l’Histoire officielle, ne pas contrevenir aux règles morales. Qui n’a pas soupiré devant une œuvre en vers de Corneille imposée par le programme scolaire, qui ne semblait enthousiasmer que le professeur, mais ne s’est vanté plus tard d’avoir étudié l’un de ces « classiques obligatoires » ? Le mélange entre vérité historique et fiction ne risque-t-il pas de perturber les élèves ? J’ai personnellement appris et aimé l’Histoire grâce à Jeanne Bourin, car elle a su mettre la complexité de l’Histoire à la portée du grand public. En tant que lectrice, j’aurais davantage aimé qu’on me précise ce qui est réel et ce qui est romancé ou inventé, car comment discerner le vrai du faux ? Si nous, adultes, pouvons faire la part des choses, comment un jeune lecteur pourrait-il s’en prévaloir ? C’est le rôle du dossier annexe, qui permet d’éviter la confusion entre faits historiques et faits inventés. Et là est le rôle de l’enseignant, qui reste au quotidien le garant de ce suivi. C’est la raison qui m’a fait créer le concept « dossier de 2ème partie » pour discerner le vrai du faux. Toutefois, lorsqu’à l’origine je l’ai proposé aux éditeurs, ceux-ci ont refusé, les uns après les autres, de l’insérer, sous prétexte qu’un roman est un roman et qu’on n’a jamais vu un dossier « scolaire » venir perturber, voire alourdir une fiction romanesque. Or, aujourd’hui, mon idée a été adoptée par tous les éditeurs. L’on a découvert que c’était un « plus », ayant un intérêt pédagogique.

20Tous les arguments précités me semblent converger vers une conclusion naturelle : le roman historique jeunesse s’intègre très bien dans l’enseignement de l’Histoire, car il répond à des exigences strictes et à des critères définis. Il rend une période historique plus charnelle, plus proche du jeune lecteur, plus humaine, plus palpable. C’est donc un complément ludique, à l’intérêt pédagogique certain.

Auteur

Romancière

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search