Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Troisième partie. Paroles d’auteurs

« Traduire et écrire »

Jean-Pierre Tusseau

Texte intégral

1Lorsqu’on entreprend d’écrire un roman historique, on se lance parfois dans une aventure dont on ignore la durée et la complexité. Heureusement, sinon on renoncerait peut-être avant même de s’y engager. Je suis médiéviste, traducteur de quelques grands classiques de la littérature médiévale que je souhaitais faire connaître d’un large public, essentiellement scolaire, ou qu’un éditeur m’a demandé de traduire parce qu’ils figuraient aux programmes du collège ou du lycée. Lorsque j’aborde la traduction d’un texte, je ne le fais pas à partir d’une source unique mais d’une édition critique qui présente les variantes de la tradition manuscrite. Il m’arrive, lorsque je bute sur un passage obscur, complexe, ou qui me semble insatisfaisant, de préférer la variante au texte édité. Je mentionne éventuellement en note ma préférence pour la version de tel manuscrit plutôt que tel autre. Même si ce travail est un peu complexe, au moins, le traducteur sait où il va. Il dispose d’un texte intégral avec un début, un milieu et une fin, ce qui n’est pas le cas de l’auteur. Mon expérience d’auteur de deux romans historiques, que je vais évoquer ici, est bien différente, mais non sans rapports.

Le point de départ

  • 1 Jean-Pierre Tusseau, L’Affaire Attila, Paris, éd. du Jasmin, 2011.
  • 2 Id., Les Nibelungen, Paris, Médium, L’École des Loisirs, 1995.

2Le point de départ des deux romans est une lecture. Pour L’Affaire Attila1, la source était littéraire. Je traduisais l’épopée allemande des Nibelungen2. Il était question d’un remariage éventuel de Kriemhild, veuve du héros Siegfried, avec Attila. Elle hésitait et se demandait s’il ne s’agissait pas d’un sauvage. On lui apprenait que c’était au contraire un souverain libéral et tolérant.

3– Si Attila n’était pas un païen, je vous aurais volontiers suivi et j’aurais accepté de le prendre pour mari.

4– Cela est sans importance, madame, répondit le margrave. Vous trouverez auprès du roi de nombreux champions de religion chrétienne. […] Vous pouvez sans crainte devenir l’épouse d’Attila. (p. 128)

5– Le roi des Huns exerçait alors son pouvoir sur un vaste royaume. Sa puissance était telle qu’il avait attiré à sa cour les plus vaillants chevaliers païens et chrétiens. La libéralité du roi était telle qu’elle s’adressait à tous, sans exclusive et chacun, dans son royaume, pouvait vivre comme il l’entendait, qu’il soit païen ou chrétien. Cela ne se reverra plus jamais. (p. 134)

  • 3 Id., L’Iroquois blanc, Paris, éd. du Jasmin, 2012.

6Pour L’Iroquois blanc3, l’élément déclencheur était un article de presse. J’entretiens depuis longtemps des relations privilégiées avec le Québec où j’ai vécu, commencé ma vie professionnelle, où je retourne régulièrement. Je suis abonné au magazine L’Actualité qui consacrait une rubrique aux « grands oubliés ». Parmi eux, l’évocation de Guillaume Couture.

7Jeune menuisier de Rouen, il part en 1635 ou 1636 comme « donné », employé non rémunéré, dans une mission des Jésuites en territoire huron. En 1642, lors d’un déplacement, il est capturé par les Iroquois. On le croit mort. Il réapparaît trois ans plus tard, en 1645, à Trois-Rivières, en compagnie d’un chef Iroquois lors de négociations de paix avec le gouverneur Montmagny. Il sert alors d’interprète. Après sa capture, les Iroquois l’avaient adopté. Ensuite, il reçoit une concession en face de Québec et y bâtit le premier logis. Il se marie devient père de neuf enfants. Devenu véritable notable et juge de paix, il meurt en 1701. Il avait sans doute alors 80 ans.

Quelques aspects de la recherche documentaire

8Dans les deux cas, j’ai donc voulu en savoir davantage sur le personnage, d’où le départ d’une recherche qui a ensuite abouti à l’écriture du roman. Les manuels scolaires donnaient une image totalement négative d’Attila. En voici quelques extraits :

9Apprends ton résumé

10Les Huns sont des barbares toujours en route, les hommes sur leurs chevaux, les femmes sur des chariots. Ils ont tué, brûlé, pillé tout sur leur passage. Heureusement, les Gallo-Romains les ont chassés.

11Questions posées aux élèves :

12Les Huns sont-ils habillés comme les Romains ?

13À quoi vois-tu que les Huns sont méchants ?

  • 4 Belles images d’histoire pour le cours élémentaire, H. Géron et A. Rossignol (dir.), Montmorillon, (...)

14Comment crois-tu que les Huns ont eu toutes les belles choses qu’on voit dans leurs chariots ?4

15Autre exemple sur le même ton :

16– [Les Huns] se ruent sur la Gaule. Ils arrivent avec leurs femmes et leurs enfants. Ils pillent. Ils incendient, ils massacrent. Les gens tombent comme des épis sous la faux.

17Combien de familles n’ont plus de maison, ni de meuble, ni troupeau, ni pain et sont réduites à mendier !

  • 5 Histoire de France cours moyen, classes de 7e et 8e, Paris, Delagrave, 1963, p. 14.

18Combien de champs en friche, de villes détruites, de ponts en ruines ! Partout une immense terreur une immense misère.5

  • 6 Michèle Loi, Attila mon ami. Mémoires d’Aetius, Paris, Berg International, coll. « Anamorphoses », (...)
  • 7 Katalin Escher et Iaroslav Lebedynsky, Le Dossier Attila, Arles, Actes Sud, « Errance », 2007.
  • 8 István Boná, Les Huns. Le Grand Empire barbare d’Europe IVe-Ve siècles, Katalin Escher (trad.), Arl (...)

19J’ai recherché d’autres points de vue que ceux des historiens français. Michèle Loi est sinologue6, Escher et Lebedinsky7 sont Hongrois, István Boná8 archéologue a travaillé près de cinquante ans sur les traces de Huns. Il ressort, d’après les sépultures, que seulement 25 % des Huns étaient asiatiques. Il y avait beaucoup d’étrangers dans l’armée romaine, dont des Huns. L’oncle d’Attila, qui l’a élevé, avait le titre de général romain. Lorsque Rome a été occupée par les Wisigoths d’Alaric en 410, la ville a été libérée par les Huns commandés par Uldin. L’ambassadeur romain Priscus qui a participé à une ambassade auprès d’Attila en 449 nous donne une image positive des Huns. Il remarque un certain confort dans leur habitation : « Non loin de l’enclos, il y avait de grands bains qu’Onégèse avait construits en faisant venir la pierre de Pannonie » ; il insiste sur la simplicité d’Attila : « Attila se montrait modéré en toutes choses. Son vêtement était simple et ne se distinguait que par sa propreté. […] Durant tout le banquet Attila nous parla aimablement » et remarque qu’on parle plusieurs langues à la cour d’Attila : « Pendant que j’attendais en faisant les cent pas devant la palissade de la maison, un homme en costume scythique, que je crus être un indigène, s’approcha de moi. Mais il me salua en langue hellénique, disant ‘khaire !’ et je m’émerveillais qu’un Scythe parlât grec ».

20Un voyage, même virtuel, m’a permis de découvrir qu’Attila est un prénom commun en Hongrie et que, non loin de Budapest, à Tàpioszentmàrton, on peut voir un magnifique tombeau d’Attila ; à Istanbul, place du Musée militaire, près de la statue d’Atatürk, se trouve un buste d’Attila. D’autre part, Attila enfant, fils d’un chef, avait été envoyé comme otage d’honneur à Rome où il avait côtoyé le jeune Aetius, qu’on présente comme le vainqueur de la bataille des champs Catalauniques (274 ap. J.-C.). Or, Attila, à la tête d’une armée de Huns, était venu plusieurs fois au secours de cet ami d’enfance. Les deux personnages étaient tellement solidaires que les Romains ont assassiné Aetius peu de temps après la mort d’Attila. J’ai été séduit par l’amitié de ces deux personnages appartenant à deux mondes qu’on disait opposés, et j’ai choisi d’en faire la partie centrale du roman.

  • 9 F.-G. Sagard, Le Grand Voyage au pays des Hurons, Paris, Moreau, 1732, rééd. Bibliothèque québécois (...)
  • 10 Nicolas Perrot, Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l’Amérique septentrionale, Pierre Berth (...)

21Au Québec, on a souvent une vision très négative des Iroquois qui avaient été soutenus par les Anglais. J’ai recherché de la documentation, difficilement trouvable en France sur ces nations amérindiennes. J’ai lu le témoignage de religieux ayant partagé la vie des Amérindiens comme Gabriel Sagard9, les témoignages de quelques rares coureurs de bois qui savaient écrire comme Nicolas Perrot, arrivé très jeune vers 1660, et qui s’est presque intégré aux peuples autochtones10, ainsi que les Relations des jésuites qui tenaient les principales missions. Je suis allé sur place visiter les lieux où avait vécu Guillaume Couture, ainsi que des centres archéologiques iroquois. Cette population amérindienne n’était pas plus négative que les Huns. Ce sont eux qui, en 1620 au Cape Cod, avaient recueilli les passagers du Mayflower qui, sans eux, seraient tous morts. C’est d’ailleurs en leur honneur que le Président Lincoln a instauré en 1863 le Thanksgiving Day ou Fête de l’Action de Grâce. Au voyage suivant, j’ai recherché la statue de Guillaume Couture et acheté une biographie écrite par un de ses descendants. J’ai réellement fait sur place tout le parcours du personnage depuis son point de débarquement à Tadoussac, la mission de Sainte-Marie-aux-Hurons, Trois-Rivières où est signé le traité avec les Iroquois… Je me posais cependant quelques questions. Comment, après avoir vécu parmi les Hurons, n’a-t-il pas été massacré par les Iroquois ? Comment, après cette double expérience, a-t-il pu redevenir complètement « blanc » ? Comment enfin, après avoir été adopté par eux, avoir été leur interprète, a-t-il pu supporter sans réagir l’extermination systématique des Iroquois organisée par Colbert à partir de 1665-1670 ? J’avais envie de réécrire une histoire semblable avec une autre fin.

Un problème technique : rentabiliser la documentation ?

22Alors qu’au départ l’auteur d’un roman historique cherche simplement à éviter les anachronismes, il est parfois amené à consacrer beaucoup de temps et d’énergie à la recherche documentaire. Que faire de toute la documentation recueillie ? La tentation est grande de vouloir faire partager au lecteur toutes les informations, quand ce n’est pas de rentabiliser tout le temps passé à les collecter. D’où très souvent l’impression de certaines longueurs qui se dégage de la lecture de bien des romans historiques. Je voudrais développer seulement deux exemples personnels. Pour me rendre compte de la réalité d’une traversée en 1635, je suis allé à Paris au Musée National de la Marine. Je n’y ai vu aucune maquette de navire de cette époque. J’ai donc posé quelques questions et appris qu’il existait un service de documentation auquel on ne pouvait accéder que sur rendez-vous. La documentaliste rencontrée la semaine suivante m’a communiqué le peu de documentation disponible sur les navires de cette époque. Les traces de ces interrogations et de ces recherches patientes sur les conditions d’une traversée tiennent en une page ou deux.

23Guillaume, mon personnage, travaille dans la mission de Sainte-Marie-aux-Hurons, gérée par les pères jésuites qui ont entrepris de convertir les Amérindiens au christianisme. J’ai donc passé du temps à rechercher dans des livres quelques renseignements sur les croyances des Hurons pour les confronter à l’enseignement des Jésuites. Ne survivent de ces recherches que quelques lignes indispensables à mon propos pour évoquer une séance de catéchisme, en épargnant au lecteur un cours sur la religion ou la mythologie des Hurons. Le romancier garde toujours à l’esprit qu’il écrit une œuvre d’imagination, pas un livre documentaire. Quand il s’agit d’évoquer les croyances ou la répartition des tâches dans la société amérindienne, j’ai fait le choix d’adopter un point de vue interne, celui des personnages, Guillaume et Jean, de procéder par touches et en situation : dire seulement ce qu’ils voient, ce qu’ils entendent, ce qu’ils découvrent, ce qu’ils ressentent et non imposer tout le savoir du narrateur omniscient, mais extérieur à l’œuvre. Plus rapidement encore, j’ai tenu compte de la répartition des tâches dans la société amérindienne en évoquant la réaction de Jean, fils d’agriculteur, à qui l’on a confié la responsabilité du jardin.

24Qu’il s’agisse de L’Affaire Attila ou de L’Iroquois blanc, mon but n’était que d’être authentique, exact dans le propos, non de construire un cours. Je tentais de m’adresser aux jeunes lecteurs, d’éveiller leur curiosité, non de les accabler de mon savoir fraîchement acquis. C’est pourquoi lorsqu’un premier éditeur, après avoir lu le manuscrit de L’Iroquois blanc m’a dit : « Je vous prends l’idée mais vous m’en faites 300 pages », je lui ai répondu qu’il me demandait les pages que je n’avais pas voulu écrire ou que je venais de supprimer lors de mes ultimes relectures.

La part de liberté

  • 11 Paris, Gallimard, Folio junior, 2009.

25Lorsque je m’étais intéressé à Attila, j’avais découvert un personnage bien différent du Fléau de Dieu peint par nos manuels scolaires. Le personnage était si différent de l’image traditionnelle, la réalité historique pouvait apparaître déjà tellement romanesque que je n’avais pas osé imaginer de personnages ni de faits nouveaux comme l’a fait par exemple Évelyne Brisou-Pellen dans son roman L’Otage d’Attila11, qui reprend par ailleurs une vision assez traditionnelle et négative d’Attila. J’avais réalisé un travail plus proche de celui du traducteur que du romancier, me contentant, dans L’Affaire Attila, de mettre en scènes et en dialogues cette réalité historique pour la rendre accessible à un large public.

  • 12 Cécile Gagnon et Jean-Pierre Tusseau, Samuel de Champlain. Fondateur de la Nouvelle-France, Montréa (...)

26L’histoire du Québec ne nous a pas été rabâchée : elle n’a donc pas subi les mêmes déformations. Dans L’Iroquois blanc, si les décors sont réels, si je fais intervenir quelques personnalités historiques, mes personnages principaux et leurs parcours sont bien des créations personnelles originales. Le héros se prénomme Guillaume, comme son modèle, mais je lui ai donné le nom de Perrot, en hommage à Nicolas Perrot, un coureur de bois dont j’envisage un jour d’écrire la biographie. J’y ai intégré des amis comme l’abbé Lasserre ou Jean Pelletier. J’ai donné à Marie le nom de Gagnon, un nom courant au Québec mais qui est celui de mon amie Cécile avec qui j’ai écrit une biographie de Champlain12.

27Les deux romans historiques ont en commun :

  • du point de vue technique : la variété de la recherche documentaire dans un souci de vraisemblance et d’authenticité et son utilisation modérée par respect du lecteur que je ne voulais ni accabler ni lasser ;
  • du point du vue du contenu : deux histoires d’amitié entre des personnages soucieux de respecter le monde qui les entoure, les différences culturelles, quelle que soit l’époque, l’Antiquité ou celle des grandes découvertes et de la conquête d’un monde nouveau ;
  • le rétablissement d’une certaine vérité historique : les Huns étaient traditionnellement représentés comme des barbares destructeurs, ce qu’ils n’étaient pas ; les Iroquois comme des Amérindiens hostiles alors que, comme je l’ai rappelé, ils étaient ouverts aux étrangers qu’ils adoptaient assez facilement, et que c’est en leur honneur que le président Lincoln a instauré en 1863 le Thanksgiving Day.

28En cela, mes deux livres suivent une même démarche.

Une réflexion sur un problème toujours dactualité

29Survit aussi dans L’Iroquois blanc, à côté des faits historiques, un côté intemporel, une « fable » avec sa morale. On évoque une situation précise dont la leçon pourrait s’appliquer dans de multiples autres circonstances. On peut y voir aussi un côté engagé ou du moins qui voudrait susciter un certain nombre de réflexions, d’abord sur le sort réservé aux premières nations lorsque s’installe un nouvel arrivant plus puissant (les Espagnols ou les Portugais en Amérique du Sud, les Anglais en Amérique du Nord, les Français en Afrique du Nord…). Champlain, qui avait été particulièrement choqué par le traitement infligé aux Mexicains par les Espagnols, s’est efforcé en Nouvelle-France de respecter les populations amérindiennes. Le livre raconte une histoire révolue, mais la réflexion qu’il propose peut être d’actualité, même d’une actualité brûlante : on occupe un territoire, on installe des colonies avec des garnisons militaires puis des voies de communication entre ces colonies, avec des points de contrôle (on dit maintenant « check points ») et, sous prétexte d’assurer sa sécurité, on interdit la circulation à ceux qui étaient les premiers habitants, éventuellement on leur tire dessus, on crée de véritables réserves dans un pays devenu invivable pour les autochtones.

30En décrivant cette situation, j’ai inévitablement pensé aux Palestiniens… et voilà que dans une interview de Elias Sanbar parue dans Siné mensuel d’octobre 2012, je trouve cette réflexion « Les Palestiniens sont devenus les Peaux Rouges des Israéliens. » Le roman historique peut effectivement aussi nous aider à réfléchir sur l’actualité et ce n’est pas son moindre intérêt.

Notes

1 Jean-Pierre Tusseau, L’Affaire Attila, Paris, éd. du Jasmin, 2011.

2 Id., Les Nibelungen, Paris, Médium, L’École des Loisirs, 1995.

3 Id., L’Iroquois blanc, Paris, éd. du Jasmin, 2012.

4 Belles images d’histoire pour le cours élémentaire, H. Géron et A. Rossignol (dir.), Montmorillon, Rossignol, 1969, p. 8.

5 Histoire de France cours moyen, classes de 7e et 8e, Paris, Delagrave, 1963, p. 14.

6 Michèle Loi, Attila mon ami. Mémoires d’Aetius, Paris, Berg International, coll. « Anamorphoses », 1997.

7 Katalin Escher et Iaroslav Lebedynsky, Le Dossier Attila, Arles, Actes Sud, « Errance », 2007.

8 István Boná, Les Huns. Le Grand Empire barbare d’Europe IVe-Ve siècles, Katalin Escher (trad.), Arles, Actes Sud-Errance, 2002.

9 F.-G. Sagard, Le Grand Voyage au pays des Hurons, Paris, Moreau, 1732, rééd. Bibliothèque québécoise, 2007.

10 Nicolas Perrot, Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l’Amérique septentrionale, Pierre Berthiaume (éd.), Montréal, PUM, 2004.

11 Paris, Gallimard, Folio junior, 2009.

12 Cécile Gagnon et Jean-Pierre Tusseau, Samuel de Champlain. Fondateur de la Nouvelle-France, Montréal, Éditions de L’Isatis, coll. « Bonjour l’Histoire », 2014.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search