Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Deuxième partie. Le roman historique en classe

« Lire des romans sur Aliénor d’Aquitaine : enjeux et savoirs observés en cours moyen »

Claude Beucher-Marsal et Virginie Abiven

Texte intégral

1Aliénor d’Aquitaine (ca 1122-1204) est une figure féminine légendaire de l’histoire de France et d’Angleterre. En effet, à peine son premier mariage de 1137 annulé en 1152 avec le roi de France, Louis VII (ca 1120- 1180), elle contracte un nouveau mariage la même année avec Henri comte d’Anjou et duc de Normandie, héritier de la couronne d’Angleterre par sa mère. Ainsi, Henri II Plantagenêt lui a redonné sa position perdue de reine, mais reine d’Angleterre. Elle sera mère et grand-mère de plusieurs rois et reines, dont Richard Ier Cœur de Lion et Jean sans Terre. Elle est également connue pour avoir eu beaucoup d’influence sur la libération des mœurs, pour avoir encouragé l’amour courtois et la culture médiévale des troubadours, mais aussi pour être à l’origine de conflits entre les deux royaumes.

  • 1 Nous n’avons pas pu tenir compte du livre de Catherine de Lasa Aliénor d’Aquitaine, la duchesse des (...)

2Trois romans jeunesse intégrant la figure d’Aliénor d’Aquitaine sont encore édités ou réédités : Aliénor, la petite duchesse d’Aquitaine de Marie-Claude Monchaux (2010), Aliénor d’Aquitaine : une reine à l’aventure de Brigitte Coppin (2010) et Le Faucon du roi Philippe d’Évelyne Brisou-Pellen (2011). Les trois auteures donnent à lire un personnage entre fiction et Histoire. Nous avons sélectionné les romans antérieurs à 2014, date de notre étude, s’adressant à un public de cycle 3 ou de collège1. Quels savoirs historiques le roman de M.-C. Monchaux peut-il permettre de construire auprès d’élèves de Cours Moyen, dans la mesure où il est centré uniquement sur une vision fictionnelle de l’enfance d’Aliénor d’Aquitaine avec une concentration sur les préparatifs de son mariage avec Louis le Jeune ? Dans quelle mesure les deux autres œuvres peuvent-elles enrichir cette vision lacunaire ? Notre propos sera aussi de mesurer si les élèves discernent ce qui est de l’ordre du fictionnel, de la réalité historique ou psychologique. Le dispositif pédagogique observé autour de ces œuvres littéraires fait coïncider deux lectures intégrales et une lecture d’extraits du troisième ouvrage.

Deux œuvres intégrales : des formes littéraires contrastées

3Le Faucon du roi Philippe d’É. Brisou-Pellen es présente comme un roman fantastique de la série « Les messagers du temps », récit sur fonds historique intégrant sporadiquement le personnage d’Aliénor d’Aquitaine. La quatrième de couverture indique « Découvrez le destin d’Aliénor d’Aquitaine et la France des troubadours ». En effet, le personnage est présent de façon importante dans quinze chapitres des 175 pages du roman (chapitres 1 à 11 qui couvrent la période juillet 1137 à Noël 1164). Aliénor disparaît ensuite du roman pour n’être plus citée au chapitre 16 que comme mère de Richard Cœur de Lion, c’est désormais lui la figure historique emblématique du récit ; puis on la retrouve aux chapitres 25, 26 et 28 comme œuvrant à la libération de son fils le roi Richard, prisonnier de l’empereur germanique Henri VI, en 1193-1194. Le Faucon du roi Philippe d’Évelyne Brisou-Pellen est un récit dont le rythme de narration est rapide. Il met en scène des personnages historiques, comme Aliénor ou Suger, Richard Cœur de Lion, Philippe Auguste, confrontés à des personnages de fiction qui occupent toujours le devant de la scène romanesque. Ils ont des pouvoirs magiques et se réincarnent à travers le temps, ce qui brouille les limites entre récit à toile de fond historique et imaginaire fantastique, distinction à ne pas manquer devant les élèves. Ces derniers peuvent percevoir que Pier, Morgana, Windric, Boson le Quatrième qui entourent la reine dans le livre sont des personnages fictifs, même si leurs actions inventées interagissent avec les personnages historiques réels. Le lecteur idéal va trier les actions romancées ancrées dans la réalité des actions totalement fictionnelles.

4Ce roman constitue un prolongement intéressant pour compléter la figure d’Aliénor peinte dans le court récit de soixante pages de M.-C. Monchaux, biographie romancée partielle centrée sur l’enfance d’Aliénor jusqu’au début de son mariage avec celui qui allait devenir peu après Louis VII. Son rythme est le plus lent des trois romans. Ce roman occulte toutes ses années de règne en France d’une part, mais aussi la deuxième partie de sa vie en Angleterre où elle prend une figure plus vengeresse ainsi que, d’autre part, ses années de réclusion. La 4e de couverture du roman de M.-C. Monchaux classe le livre dans le genre « romans historiques pour enfants ». Les deux livres sont lus en intégralité par tous les élèves. Ils ont en leur possession un exemplaire du Faucon du roi Philippe. Le livre est lu en alternance par l’enseignante en classe et par les élèves personnellement, à part égale. Tout au long de la lecture, les principaux évènements fictifs du livre et les évènements historiques sont identifiés et rangés chronologiquement. En complément, un travail sur les personnages et sur la chronologie des évènements est effectué consistant à faire expliciter quels sont les personnages fictifs et les personnages réels.

  • 2 Marie-Claude Monchaux, Aliénor la petite Duchesse d’Aquitaine, Paris, Pierre Téqui, 2010, p. 13.

5Parallèlement et pendant dix-huit jours, les élèves lisent à tour de rôle le roman de M.-C. Monchaux et un extrait de ce roman est lu tous les jours par l’enseignante qui le commente peu. Le livre a été divisé en huit épisodes de quatre à huit pages. Le choix des épisodes s’appuie sur les évènements narrés dans le livre et aussi sur la capacité d’écoute de jeunes élèves. Ce dispositif permet aux élèves les plus en difficulté d’entendre en grande partie la lecture du roman avant de le découvrir seul. À la fin de la lecture et avant l’organisation du débat, un travail collectif est mené sur des extraits du roman. Quatorze extraits courts ont été sélectionnés. La classe est divisée en quatre groupes, chacun reçoit une sélection quatre ou cinq extraits. Collectivement, la question du narrateur est abordée afin de se questionner sur sa fiabilité, son objectivité. Les élèves repèrent que le narrateur agit à la manière d’un conteur qui s’adresse directement au lecteur. Le récit de la petite enfance d’Aliénor commence avec un narrateur omniscient qui donne des explications métadiscursives à visée historique, avec une focalisation fréquente sur le personnage d’Aliénor. Ces interventions peuvent être difficiles à percevoir pour le jeune lecteur. Les élèves doivent ensuite chercher si le narrateur s’adresse encore directement au lecteur et dans quel but. L’objectif visé de percevoir que l’enseignant donne des renseignements qui ne sont pas connus des personnages du livre, comme le fait que le Château de l’Ombrière, détruit par le temps, n’existe plus au XXIesiècle. Le narrateur vient aussi, dans un deuxième extrait sélectionné, tempérer le discours de la jeune Aliénor qui s’illusionne en sous-estimant ce que sera sa vie d’épouse et mère : elle est loin d’imaginer dans son discours qu’elle aura plus de dix enfants. L’auteure lui fait dire qu’elle en souhaite seulement trois, quelques jours avant son mariage avec le futur roi de France. Le narrateur omniscient déclare alors : « En fait elle en aura douze2. » Dans un troisième extrait, page 59, le narrateur de M.-C. Monchaux manie le sommaire : il choisit de condenser tout un pan des règnes futurs d’Aliénor en une phrase.

6Cinq extraits d’Aliénor d’Aquitaine, une reine à l’aventure, de Brigitte Coppin, ont été sélectionnés pour dresser un portrait d’Aliénor d’Aquitaine le plus proche possible de la réalité historique. Ce sont des moments clés de la vie de cette duchesse, par deux fois reine. Deux premiers extraits pour les événements de 1147 censés être écrits à Constantinople chez l’Empereur d’Orient Manuel Comnène, puis le débarquement d’Aliénor à Antioche ; l’annulation de son mariage qui s’en suit, pour 3e extrait ; puis en quatrième extrait a été sélectionné le passage du mariage avec le futur roi d’Angleterre ; le dernier extrait porte sur la captivité d’Aliénor à Salisbury et le moment où elle apprend la mort de son fils ainé Henri-le-jeune. Richard devient alors l’héritier de la couronne d’Angleterre (mémoires fictifs de juillet 1183). Il s’agit d’un récit à large empan temporel, 51 ans (de 1138 - chapitre 2 - à 1189 - dernier chapitre), écrit avec une forte proportion d’implicite. Le choix des extraits restreint ce large empan tout en conservant une ouverture plus large que dans le livre de M.-C. Monchaux. Son écriture à la première personne met le personnage-narrateur Aliénor au cœur de l’ensemble du récit pour en faire une reine volontaire et rebelle qui, lors de la seconde croisade de 1145-1149, accompagne le roi Louis VII, via Antioche, au risque de compromettre la campagne. La romancière reconstitue aussi les sentiments d’Aliénor lors de ses années de captivité. Cela permet aux élèves de faire une lecture de l’Histoire à travers la voix narrative et le point de vue d’Aliénor, mais pose le problème d’une plus grande partialité du narrateur intradiégétique et homodiégétique, au détriment peut-être de la validité historique.

Les représentations émergentes dans le discours des élèves

7Pour mettre à distance les choix des auteures, l’enseignante a choisi de travailler sous forme de débat interprétatif que nous avons filmé et transcrit avec quatre groupes homogènes de sept élèves. Ils sont formés selon deux critères : le taux de réussite aux évaluations de lecture compréhension (type “fluence”) dans un premier temps et la facilité à prendre la parole ensuite. Les séances de débats durent trente minutes, elles ont lieu sur deux jours. Le deuxième jour, elle se termine par quinze minutes en groupe classe.

  • 3 “quand il était au-dessus de + ben quand c’était pas un personnage” ou encore, “quand elle [Aliénor (...)

8Les extraits lanceurs de débat dans le livre de Marie-Claude Monchaux portent sur la vie au Moyen Âge, la vie d’Aliénor, son caractère, l’histoire politique de la France. En s’appuyant sur le roman de M.-C. Monchaux mais aussi sur les autres livres lus, l’enseignante leur demande de dire ce qu’ils ont compris du personnage d’Aliénor. Les formulations des élèves relatives à l’analyse de la fiabilité du narrateur du livre de M.-C. Monchaux sont assez floues3 et montrent la difficulté pour eux d’exprimer la fonction du narrateur. Ils utilisent peu de modalisateurs qui permettraient de mettre à distance la fictionnalisation de la vie d’Aliénor opérée par les auteures. Ainsi le passage, page 41, du livre de Marie-Claude Monchaux contient plusieurs marqueurs de la subjectivité de l’auteur, notamment l’interprétation du ressenti de la jeune orpheline :

  • 4 Marie-Claude Monchaux, Aliénor la petite Duchesse d’Aquitaine, op. cit., p. 41.

Aliénor pleure aussi le duc Guillaume X qui lui laisse un si lourd fardeau. L’Aquitaine est un beau duché, vaste et riche, mais une enfant de moins de quinze ans pourra-t-elle l’administrer ? Le duc parti, Aliénor a un mouvement de faiblesse, elle a peur. Elle est trop jeune. Ce sera sans doute le seul instant de faiblesse de sa vie. Elle envoie un message à Bernard de Ventadour : Bernard de Ventadour, venez me secourir, je suis en grande désolation : mon père bienaimé est mort4.

  • 5 Enseignante : est-ce que ça c’est quelque chose qui est sûr ou est-ce que ça est-ce qu’on l’a pris (...)

9Un élève reprend à sa manière avec un vocabulaire moderne et forcément anachronique les paroles du livre, en considérant qu’elle faisait « comme une dépression » et qu’elle avait dans ce moment besoin d’un ami. Il s’en suit une discussion sur la réalité des évènements narrés. Si l’enseignante utilise des modalisateurs montrant la nécessaire prudence quant à ces énoncés, les élèves en revanche le font peu spontanément5.

10Avec un autre groupe, on retrouve une discussion sur les goûts d’Aliénor et ce qui est écrit dans le roman. Les interventions de l’enseignante permettent de faire passer le groupe d’un énoncé assertif sur l’intensité des liens et la fréquence des visites du troubadour Bernard de Ventadour à Aliénor d’Aquitaine à un énoncé plus prudent :

Hoël : Il rendait souvent visite à Aliénor il composait beaucoup de musique Elle aimait beaucoup la musique et danser.
Enseignante : Est-ce que tu peux être affirmatif sur le fait qu’il rendait beaucoup visite à Aliénor ?
Hoël : oui
Enseignante : Est-ce que tu es sûr qu’on peut dire ça ou être moins sûr de soi plutôt comment tu le dirais toi Gwen ?
Gwen : On pense que Bernard de Ventadour a rendu souvent visite à Aliénor

  • 6 Margaux : nan c’est pas forcément vrai ce que la personne raconte dans le livre y’a des choses qui (...)
  • 7 Un élève de CM dans son discours peut avoir encore du mal à distinguer auteur, narrateur et il arri (...)

11On trouve des traces de questionnements sur la véracité des faits narrés dans le livre, mais seuls quelques élèves semblent capables de faire cette classification distanciée des faits narrés : Romane considère comme sûr le fait qu’Aliénor a fait un voyage en Espagne autour de ses 80 ans. Margaux, quant à elle, considère les circonstances de la mort du père d’Aliénor pour certaines, mais Margaux doute de la réaction d’Aliénor6 décrite dans le roman qui la conduit à se faire consoler par Bernard de Ventadour7.

Quapporte la littérature comme savoirs autour d’Aliénor ?

12- Sur la psychologie du personnage :

13La perception de son enfance semble contrastée, certains élèves disent qu’elle a été gâtée, d’autres à l’inverse disent qu’elle n’a pas eu de chance car elle est orpheline et que son frère aîné est mort. Le débat porte sur les goûts supposés d’Aliénor (tir à l’arc, cheval, bijoux, voyage). Cette perception est très liée au livre de Marie-Claude Monchaux qui pourtant raconte une enfance dont on ne sait pas grand-chose. Des commentaires d’élèves montrent qu’ils sont conscients de ce fait, selon un élève, « On ne sait pas grand-chose sur comment elle est Aliénor quand elle était petite », un autre rappelle que l’auteure n’est pas sûre. Lors du débat en groupe classe, ils parlent aussi beaucoup de l’enfance supposée d’Aliénor, mais seuls deux élèves utilisent des modalisateurs pour le faire (“Hoël : on suppose qu’elle aimait jouer à la poupée avec sa sœur”, “on pense qu’elle a eu un moment de tristesse à la mort de son père” et “Tristan : On dit aussi qu’elle aimait bien tirer à l’arc”).

  • 8 Autres questions : - Que sais-tu de sa famille ?
    Quels sont les faits marquants de sa vie ?
    Quel rô (...)

14Cette perception de l’enfance supposée d’Aliénor participe à la construction du personnage d’Aliénor pour chaque élève. On en retrouve des traces dans une évaluation réalisée un mois après ce débat, les élèves devaient répondre à 6 questions dont la suivante : « Peux-tu décrire Aliénor d’Aquitaine, son physique, ses goûts, son caractère8 ? »

  • 9 Arthur : parce que lors de son règne elle sera forte elle ira dans les je crois qu’elle ira dans de (...)

15À cette question, vingt-deux élèves sur vingt-quatre s’appuient sur la description tirée du livre de Marie-Claude Monchaux. Seuls deux élèves utilisent des modalisateurs lors de l’évaluation pour restituer ce qu’ils ont retenu du personnage à travers leurs lectures des romans, ce qui tend à indiquer qu’ils tiennent les informations contenues dans le livre comme indubitables. Lors du débat, les élèves s’expriment sur le caractère d’Aliénor tel qu’ils l’ont perçu. Ils décrivent une femme forte, conquérante, aventureuse, puissante9. Ils décrivent un personnage volontaire avec un destin marqué (“elle a fait beaucoup de choses dans sa vie” “deux fois reine, c’est pas arrivé souvent”, “elle a enduré beaucoup”, “elle est puissante comme duchesse, elle avait beaucoup de territoires”). Dans 14 copies d’évaluation, on trouve des formulations variées qui tendent à montrer qu’ils considèrent qu’Aliénor avait un fort caractère. (Laure : “elle n’était pas une duchesse qui laisse tout passer”, Gabriel : Elle s’est mariée avec Henri II Plantagenêt car Louis VII ne l’écoutait pas).

16- Sur le rôle culturel

17À l’oral, les élèves citent souvent le goût d’Aliénor pour la musique, les chansons, les troubadours, son amitié – supposée – avec Bernard de Ventadour et sa passion pour la légende de Tristan et Iseult. Ils ont pu se forger cette opinion lors de la lecture des livres de Marie-Claude Monchaux et d’Évelyne Brisou-Pellen. On retrouve ces réponses dans l’évaluation écrite pour 20 élèves de CM2 sur 24. Trois élèves (Margaux, Hoël et Adrien) citent les chansons d’« amour courtois ». Cependant, en réponse à une question précise sur son rôle culturel, neuf élèves répondent ne pas le savoir et seuls six lui attribuent un rôle culturel en utilisant dans leur réponse un verbe d’action (développer, faire développer, créer). Le fait pour les élèves d’énoncer les goûts d’Aliénor ne certifie pas qu’ils aient perçu son rôle culturel.

Quapporte la littérature comme savoirs sur le contexte historique et politique ?

  • 10 “Anna : après elle s’est mariée vu qu’elle a vu que c’était son cousin au quatrième degré du coup a (...)

18La complexité du contexte politique semble constituer un frein à la compréhension pour de jeunes élèves. Ils citent les grands évènements politiques de la vie d’Aliénor, et les paroles de certains élèves montrent un début de compréhension. Margaux, par exemple, a compris que c’est l’archevêque Guillaume de Loroux et Suger qui s’occupent du mariage d’Aliénor et que ce mariage va apporter beaucoup de terres au domaine royal qui était beaucoup plus petit que le duché d’Aquitaine. Lors d’une mise en commun collective de quinze minutes, vingt élèves présentent Aliénor d’Aquitaine et douze d’entre eux mentionnent son rôle politique, mais ce rôle est réduit à l’essentiel. Cela se cantonne pour les élèves à citer le fait qu’elle a été jeune duchesse d’Aquitaine, et deux fois reine. Les conditions par lesquelles elle devient héritière de l’Aquitaine sont mentionnées quatre fois et la puissance de la jeune duchesse évoquée. Deux élèves font état de l’annulation de son mariage d’avec Louis VII pour cause de parenté et de son deuxième mariage avec Henri Plantagenêt10. Ces deux élèves semblent considérer qu’Aliénor a choisi ce deuxième mariage.

19On décèle des limites du travail d’interprétation avec des élèves de cycle 3, notamment la difficulté de parler de la politique de la période médiévale. Tous les élèves arrivent à différencier les personnages fictifs des personnages réels, en revanche ils tiennent fréquemment pour réels les sentiments des personnages historiques que les auteurs ont reconstitué par la fiction littéraire. Le personnage d’Aliénor est pour les élèves un personnage littéraire différent dans chaque roman. Il prend vie et au fur et à mesure de leur lecture, le jeune lecteur semble dépasser une représentation factuelle pour s’approprier le personnage. On note dans les paroles des élèves des réflexions personnalisées sur le personnage et des éléments d’une représentation consensuelle d’Aliénor : femme forte, indépendante, avec une destinée politique peu commune, personnage au cœur des intrigues politiques et ayant influencé son époque. C’est un portrait cohérent, même s’il est partiel.

20Des aspects sont peu évoqués : sa pensée, son influence culturelle, les mœurs d’une époque. Doit-on y voir une limite de l’approche à travers des romans de littérature de jeunesse qui suggèrent plus qu’ils ne présentent des savoirs historiques ? N’est-ce pas plutôt lié à l’âge des lecteurs (neuf – dix ans) ? ou encore au dispositif choisi et au temps imparti pour aborder ce personnage complexe ?

Notes

1 Nous n’avons pas pu tenir compte du livre de Catherine de Lasa Aliénor d’Aquitaine, la duchesse des troubadours (2014), publié après notre recherche.

2 Marie-Claude Monchaux, Aliénor la petite Duchesse d’Aquitaine, Paris, Pierre Téqui, 2010, p. 13.

3 “quand il était au-dessus de + ben quand c’était pas un personnage” ou encore, “quand elle [Aliénor] racontait pas l’histoire”, “on cherchait ce qui était au-dessus”, “quand on est dans la peau de quelqu’un”).

4 Marie-Claude Monchaux, Aliénor la petite Duchesse d’Aquitaine, op. cit., p. 41.

5 Enseignante : est-ce que ça c’est quelque chose qui est sûr ou est-ce que ça est-ce qu’on l’a pris comme quelque chose de sûr ?
Arthur : pas comme quelque chose de sûr c’est inventé mais
Enseignante : c’est inventé
Alain : y’a un petit peu d’invention mais heu aussi un peu de réalité
Enseignante : alors la réalité ce serait quoi dans cette partie-là ?
Alain : ben que ben iii il a existé mais heu p’têtre que c’était pas son meilleur p’têtre qu’il était dans le château voilà on raconte que
Margaux : et c’est vrai aussi que son père est mort et que elle était triste
Enseignante : sûrement
Alain : et qu’elle allait toute seule dans l’église pour aller faire le mariage
Enseignante : ça aussi sûrement qu’elle allait être accompagnée qu’elle n’allait pas être accompagnée à son mariage
Alain : comme l’autre livre du Faucon du roi Philippe
Enseignante : et par rapport à Bernard de Ventadour ça nous dit quoi d’Aliénor elle qu’est-ce qu’on suppose qu’elle aimait ?
Margaux : elle aime bien la musique
Enseignante : elle aimait bien la musique

6 Margaux : nan c’est pas forcément vrai ce que la personne raconte dans le livre y’a des choses qui sont vraies comme y’en a d’autres qui n’sont pas vraiesEnseignante : Qu’est-ce qui n’serait est-ce que tu peux nous donner des exemples de vrais de pas vrai ?
Margaux : ben par exemple on sait que c’est vrai que son papa est mort bah mais on sait pas si c’est vrai qu’elle a appelé Bernard de Ventadour pour la consoler +
Romane : et on sait aussi que + ben heu que ++ elle voyageait beaucoup elle est passée en Espagne à ses 80 ans elle est allée en Espagne
Enseignante : t’as été lire ça où ?
Romane : dans Le Faucon du roi Philippe

7 Un élève de CM dans son discours peut avoir encore du mal à distinguer auteur, narrateur et il arrive même d’observer des confusions entre l’enseignant et l’auteur. En effet, au moment du débat, un élève (Arthur) prête même à l’enseignante la qualité d’auteure, ce qui se traduit par des expressions comme “page 77 t’as marqué”. Il peut avoir plus de mal à relativiser ce qui est de l’ordre de la probabilité de la certitude historique puisque les instances narratives, lectrices et auctoriales ne sont pas clairement identifiables dans son esprit.

8 Autres questions : - Que sais-tu de sa famille ?
Quels sont les faits marquants de sa vie ?
Quel rôle politique a eu Aliénor d’Aquitaine ?
Quel rôle culturel a-t-elle joué ?
Que sais-tu sur le Moyen Age au temps d’Aliénor d’Aquitaine ?

9 Arthur : parce que lors de son règne elle sera forte elle ira dans les je crois qu’elle ira dans des croisades à un moment et ben elle sera conquérante quoi
Margaux : en tout cas elle aimera voyager elle aime bien déjà voyager elle s’intéresse beaucoup à ce qui est autre chose que l’Aquitaine heu à ce qui est un peu tout le monde le monde
Erwann : c’est une duchesse puissante

10 “Anna : après elle s’est mariée vu qu’elle a vu que c’était son cousin au quatrième degré du coup après ben elle s’est mariée avec euh je sais plus son nom avec euh Henri de Plantagenêt elle a eu 10 enfants avec lui et voila.
Ninon : Aliénor a 11 ans ou 13 ans, son père est mort, Guillaume X, et aussi son frère et après elle devait se marier avec Louis VII mais ils ont découvert qu’ils étaient cousins du quatrième degré alors elle s’est mariée avec Henri Plantagenêt le… il règne sur l’Angleterre”

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search