Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Deuxième partie. Le roman historique en classe

« Lire des romans historiques pour entrer dans l’Histoire »

Michel Peltier

Texte intégral

1La fréquentation du passé dans la littérature de jeunesse est un substitut d’expérience. Le roman historique mêle la grande Histoire, celle de la réalité, à la petite histoire, celle de la fiction. Ce qu’on lit ou ce qu’on entend dire dans ces romans de l’Histoire est un élargissement de l’expérience vécue, une introduction à l’humain. L’ensemble de ces récits raconte avec émotion l’échelle du temps. Ils approchent l’une des fonctions essentielles de la littérature, la tentative de faire se comprendre et de s’accepter entre êtres humains. L’origine de l’énorme succès actuel de ce type de romans, c’est la justesse de la restitution, l’atmosphère, l’évocation de la période historique dans laquelle les héros évoluent. Quels sont les premiers souvenirs qui nous assaillent quand nous pensons à Richelieu ou à Mazarin sinon les aventures des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas ? Ce roman met en scène des personnages fictifs et réels (Richelieu, Louis III, Anne d’Autriche, le duc de Buckingham) qui évoluent dans un contexte historique (le siège de La Rochelle). Les recherches de Dumas ont été brèves. Il a voulu confronter dans son roman des personnages et des évènements historiques qu’il a réinterprétés, à d’autres, fictifs. Les personnages historiques donnent sa crédibilité au roman et les personnages fictifs abondent le caractère romanesque de l’œuvre. Le cinéma, la télévision les lectures de romans historiques, les pièces de théâtre modifient-ils notre vision de l’histoire ou bien peuvent-ils sensibiliser nos jeunes élèves à certaines périodes ou évènements de l’Histoire ?

Peut-on entrer dans l’Histoire par le roman historique ?

2L’Histoire est l’œuvre de l’Homme. Elle s’attache à dire le sens des actions humaines, à en indiquer toutes les significations possibles. Les romans historiques sont des évocations du passé, des fictions dont la qualité d’écriture et de l’invention contribue au plaisir de lire. Ces récits sont porteurs de sens, ils apportent des connaissances, du plaisir et des émotions. Un auteur de roman historique reconstitue d’abord une époque. Le vrai en Histoire, comme en science, est en perpétuelle évolution ; le contenu du roman historique se situera donc plutôt du côté du vraisemblable. Le roman historique recrée une ambiance et procède par petites touches, par des détails sur les habitudes, les lieux, l’architecture et non par concepts généraux comme dans un documentaire. Les auteurs racontent des actions humaines, les mettent en intrigue dans un contexte historique et font vivre leurs personnages. Les jeunes lecteurs s’identifient aux héros, comprennent leurs réactions ou leurs décisions et s’initient ainsi à ces notions historiques. Lire des récits historiques permet aux enfants de nourrir leurs représentations des époques passées, de s’interroger sur les différences sociales, sur les relations entre les hommes à d’autres moments de l’Histoire. L’offre éditoriale actuelle est immense et de qualité, toutes les époques sont racontées. Le vraisemblable historique est approché car les auteurs travaillent avec des documents historiques efficaces et récents. Ce n’est pas une leçon d’Histoire déguisée. L’édition jeunesse propose une addition de textes traduits ou non, toutes les époques historiques sont racontées. J’ai à ce jour répertorié près de 3500 romans historiques pour la jeunesse, qui constituent un énorme réservoir d’émotions pour apprendre à aimer lire.

Quest-ce quun roman historique pour la jeunesse ?

3La richesse descriptive de ce type de récits en est la première caractéristique. Les récits historiques sont une mine de descriptions, les personnages évoluent dans une époque distincte de celle des lecteurs. Les personnages sont donc habillés en suivant une autre mode, ils habitent des demeures différentes et utilisent des objets à la technologie inconnue. Les auteurs doivent donc guider la compréhension du lecteur, et dire l’aspect, la forme, la matière, l’utilité, les usages des lieux, des objets ou des différences.

4Le lexique est riche et varié pour apporter la précision et guider la compréhension des situations dans les bons récits historiques. Comment raconter le voyage de Christophe Colomb à bord de la Santa Maria sans décrire même sommairement ce bateau, sans raconter ce voyage de découverte, la peur des marins et par petites touches discrètes exposer l’approche de la terre, les oiseaux, les quelques roseaux et les petites branches qui se balancent sur les vagues, jusqu’au jour où la vigie de la Pinta poussa le cri tant attendu de « Terre ! » ? La qualité d’un écrivain et d’un texte pourrait-être « mesurée » à son habileté à décrire par petites touches « discrètes ».

5Afin de permettre à leurs lecteurs de vivre là où ils l’ont emmené, les auteurs de romans historiques utilisent des techniques d’écriture, des procédés littéraires qui aident à la compréhension et à la véracité de leur récit. Les héros évoluent au milieu de lieux, d’objets, de monuments, circulent dans des engins différents de nos automobiles et rencontrent des personnages habillés de façon différente, se comportant autrement que ceux de notre époque. Quand il y a description, le récit s’arrête. Les actions sont suspendues. Les auteurs font partager leur émotion ressentie à la vue d’un certain lieu (Christophe Colomb découvrant à l’horizon la terre qu’il croyait être celle des Indes), avec minutie et précision, le lecteur devant recevoir la « visualisation » intérieurement du paysage, du lieu représenté, du personnage rencontré ou de l’objet utilisé.

Le roman historique et les héros

6Les personnages suivent tout au long de la trame des récits un itinéraire jalonné d’obstacles ou de conflits qui les modifient ou les transforment. Trois types de héros peuvent témoigner d’une époque. Dans les récits historiques, les auteurs associent aux héros fictifs des personnages réels reconnus ou ayant existé sans avoir laissé une trace profonde. Le traitement littéraire des uns et des autres par les auteurs est forcément différent. C’est ainsi que les lecteurs rencontrent :

  • les personnages historiques eux-mêmes (par exemple un roi de France).
  • des personnages fictifs, créés par les auteurs, vivant autour ou près d’eux et pouvant « témoigner » de faits historiques réels (par exemple un jeune page ou une servante à la cour).
  • des personnages oubliés de l’Histoire, témoins ou acteurs de deuxième plan d’une scène ou d’un événement de l’Histoire (par exemple un ambassadeur de passage à la cour). Leur existence a été découverte par l’auteur dans des documents historiques lors de recherches préparatoires. Qui se souviendrait de d’Artagnan si Alexandre Dumas ne l’avait pas découvert dans un écrit déjà romancé de l’époque ?

7Ainsi, la vie de Louis XIV est très connue, presque au jour près. Elle peut être romancée, en prenant Louis XIV comme personnage principal. Les auteurs peuvent s’inspirer des travaux des historiens mais ils auront du mal à s’en écarter. De nombreux romans pour la jeunesse ont été édités chez les éditeurs à l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV. Leur lecture aide à comprendre les raisons de l’installation du roi à Versailles, la création de l’étiquette organisant sa vie au château. Les auteurs ont imaginé leurs héros embauchés dans ce château (pages, couturières, cuisiniers…). Les héros peuvent croiser le roi, étant à son service mais perdus dans la foule des domestiques, ils l’aperçoivent de loin, quelquefois ils le croisent à la cour ou participent à faire échouer des complots, ils vivent la vie « ordinaire », celle du peuple. Les auteurs peuvent également choisir des personnages plus ou moins oubliés ou rencontrés lors d’une recherche. À un moment donné, ils étaient là, témoins passagers dans une chronique ou dans un texte et n’ont pas laissé d’autre place dans l’Histoire. Ils explorent également les passages obscurs ou mal connus de la vie d’un personnage célèbre. Ainsi la jeunesse de Molière est mal connue des historiens. Des auteurs en ont profité pour créer leur héros fictif pendant cette période, nous permettant ainsi de suivre les débuts de l’Illustre théâtre.

Le roman historique et la temporalité

8Datation, durée, chronologie, simultanéité, toutes les dimensions du temps sont présentes dans le récit historique. Le genre se fonde dans l’ancrage d’une histoire somme toute courante (récit d’amour, de voyage, d’amitié, enquête policière) dans une époque identifiable par des indicateurs précis. Ce qui identifie le genre c’est bien ce rapport aux faits passés de l’Histoire, suffisamment repérables et admis pour entrer dans la mémoire collective et devenir culture. Ainsi, par essence, le récit historique s’inscrit dans le passé. Les indications temporelles choisies par les auteurs, ancrent le texte dans le réel et le temps produit des effets de sens. Pour aider à la lecture de récits historiques, il est donc important de faire repérer le temps du récit et conduire les élèves à en découvrir le découpage. Il faut aider les lecteurs à identifier quand est racontée l’histoire par rapport au moment où elle se déroule dans le passé. Comme pour toutes les histoires racontées en littérature, il est intéressant de faire travailler les élèves sur la notion de durée. Ainsi, on peut faire relever le temps écoulé entre le début de l’histoire et sa fin et répertorier les moyens d’information utilisés par les auteurs : L’information est immédiate dans certains récits, les dates des lettres de Si je reviens… aident. Elle peut être cachée dans le récit (c’est la fin de la guerre) dans Cheval de guerre. Il faut compter les jours au fur et à mesure que le récit avance comme dans Le Lion de Julius. Afin de faire plonger le lecteur le plus vite possible dans l’espace temporel, l’auteur, très souvent, introduit dès les premiers chapitres les éléments nécessaires à cette datation. Faire repérer comment les romans commencent et comment l’auteur indique ou rappelle à ses lecteurs le temps du récit leur permet de se situer rapidement et ainsi contribue à une meilleure compréhension.

Le roman historique et le point de vue

9De nombreux chercheurs et les nouveaux programmes pour l’école primaire affirment que repérer et comprendre le point de vue du narrateur dans un récit est l’une des solutions pour approcher la lecture littéraire. Tout récit pris en charge par un narrateur peut souligner l’organisation du récit ou interpeller le lecteur. Ainsi, un lien pourra être établi entre les prises de vue en photos, celles du cinéma ou de la télévision et les écrits fictionnels historiques. Dès qu’un cinéaste décide de placer sa caméra à un endroit précis, il adopte un « point de vue » par rapport à ce qu’il regarde. Les auteurs font la même chose. Ainsi, dans les récits historiques, le point de vue adopté est souvent calqué sur celui du jeune lecteur, afin de faciliter son identification au héros ou à l’héroïne. Il est très important de l’aider à identifier qui lui parle et selon quel angle de vue. On pourra utiliser en parlant des œuvres un lexique proche de celui de la prise de vue : dans la narration à la troisième personne, le narrateur ne figure pas dans l’histoire, il regarde, observe, décrit ce qu’il voit ou a appris. Dans la narration à la première personne, le narrateur assume un rôle dans l’action, c’est un personnage principal ou secondaire. Il ne peut en principe en savoir plus sur l’histoire que ses personnages sauf dans le cas d’un visiteur du temps qui connaît déjà le déroulement de l’Histoire. L’auteur peut également alterner des types d’écrits (narration, lettres, journaux intimes, voix off, changement de typographie etc.)

Propositions dactivités en classe

10Les documents de travail suivants ont pour but de mettre en place un socle commun de travaux pratiques pédagogiques sur le roman historique, à partir des éléments relevés ci-dessus.

1) Projets d’activités autour de la description

11- La chasse aux descriptions

12Il sera possible de demander aux lecteurs de repérer chacun dans leur récit une et une seule description avec l’objectif d’en construire une collection pour la classe. Cette collection servira de réserve pour écrire.

13On pourra facilement faire repérer :

14Qui parle

15Ce qui indique que le narrateur va faire une description

16Ce qu’un personnage voit

17Un personnage décrit le paysage

18Un personnage agit sur l’objet qu’il est entrain de décrire

19Comment cette description est-elle arrêtée ? L’arrêt de la description est également quelquefois justifié : arrivée inopinée d’un personnage, extinction de la lumière, fermeture d’une porte.

20Comment la description est-elle organisée ? Son ordre (de gauche à droite, du détail au général ?)

21Que voit-on ? Qu’entend-on ?

22- Comparer le même lieu dans différents ouvrages

23Lire la description d’un lieu, dessiner en utilisant le texte, chercher une image de ce lieu et comparer...

24- Décrire des objets du passé

25Un défi descriptif ! Décrire un objet du passé puis en présenter objet.

26- Projets de recherches documentaires initiés par les descriptions

27Relever les monuments, les types d’habitat, les lieux rencontrés dans les récits et rechercher des documents iconographiques.

28- Avec les trajets des aventures

29Relever les lieux visités, les localiser sur une carte, vérifier si c’est possible (présence d’un pont, distance à parcourir etc.), tracer les trajets.

30- Les récits historiques et les lieux. Localiser pour comprendre

31Les auteurs datent leur narration pour guider le lecteur dans sa compréhension. Ils choisissent avec soin les lieux où ils vont construire leur histoire et faire s’animer leurs personnages. Les lieux sont décrits, suggérés par le texte ou simplement nommés car connu du lecteur moyen.

Les voyages dans l’histoire...

32Proposer plusieurs récits différents sur un même évènement et effectuer des mises en réseau. Construire des cartes, localiser, tracer des trajets etc.

33Est-ce plausible ?

34Pour répondre à cette question, un déplacement sera indispensable à la BCD ou au CDI. Une réflexion sur le temps des traversées, sur la possibilité d’utiliser ce moyen de transport etc.

La démarche à mettre en œuvre

35Pendant le temps du contrat de lecture, noter les lieux du récit.

36Les relevés seront multiples : lieux géographique précis (le siège de La Rochelle), la région (La zone sud de la France), des lieux nommés ((La tour Eiffel ou une rue de Paris), des lieux compréhensibles mais indéfinis (dans une maison du Moyen Âge).

Une recherche documentaire pour vérifier la véracité

37Ex : la Tour Eiffel est possible en 1900, elle ne l’est pas en 1789 (les auteurs ne commettent pas ce genre d’erreur) bien que l’on découvre parfois des distorsions du temps, ce qui sera une occasion de lancer une enquête sur la véracité de cette information.

Des pistes de projets

38- La localisation de lieux

39Les récits historiques se déroulent dans des lieux qu’il convient de faire connaître dans leur dimension culturelle aux jeunes lecteurs. Savoir où se situent des lieux importants, savoir à quoi ces lieux ressemblent et comprendre ainsi pourquoi cette aventure a pu s’y dérouler.

40Dans un deuxième temps, en utilisant les documentaires, on situera ces lieux sur une carte.

41- Les déplacements ou les voyages des héros

42Exemple 1

43Comprendre pourquoi pendant la période de la Deuxième Guerre Mondiale, certains récits se situent à Paris en début de récit puis dans le Sud de la France après 1940 (l’exode) puis encore ailleurs après 1942.

44Exemple 2

45Aider à localiser les lieux où se déroulent certains évènements. Des guerres, des batailles.

46Pendant La Commune de Paris, la localisation des deux parties en présence aide à comprendre où se trouvaient les différentes parties en action.

47Exemple 3

48Suivre le trajet de héros (Magellan, Christophe Colomb, Jacques Cartier...)

Travailler le lexique

49On pourra construire le dictionnaire des noms des villes de l ‘époque gallo-romaine, celui des différentes parties du château fort ou celui de l’armement des chevaliers.

2) Zoom sur les personnages principaux et secondaires des romans

50Objectifs : Repérer dans le roman le personnage principal, les personnages secondaires et les personnages situés en arrière-plan.

51Rechercher si ce sont des personnages de l’Histoire ou bien s’ils sont fictifs.

Fiche enquête d’un personnage

Fiche enquête sur un personnage (Relève ces renseignements pendant tes lectures)
Identité du personnage (ajouter ses surnoms)
Sa famille et son entourage proche
Son aspect physique
Son caractère, ses réactions aux évènements
Ses habitudes, ses goûts, ses souvenirs
Ce que j’en pense

52Méthodologie

53Etape 1

54Lecture exploration par les lecteurs dans les romans proposés à la lecture.

55Etape 2

56Enquête et prise de notes dans les récits

57Etape 3

58Mise en commun

59Etape 4

60Valorisation (expositions, exposés, publications…)

61- Lire les points de vue

62On pourra proposer de travailler le point de vue des auteurs, par exemple dans les récits se déroulant à l’époque de Napoléon 1er, définir si l’auteur est pro ou anti empereur ?

63- Projet autour des personnages des romans

64Objectif général

65Isoler les personnages des récits pour en comprendre l’action

66Objectif opérationnel

67Fabriquer un jeu des 7 familles des personnages des romans lus

68Parallèlement à la lecture des romans :

69Le matériel pour jouer : On le trouve facilement chez les marchands de jeux et dans les librairies des musées ou des monuments historiques.

70Action 1

71Comprendre ce qu’est un jeu de 7 familles et comment on y joue. Une séance d’apprentissage suffira, les enfants connaissant ce type de jeu seront les tuteurs des autres. Il faudra laisser des jeux à la disposition des élèves afin qu’ils en comprennent bien le fonctionnement.

72Action 2

73Observation d’un jeu et lecture des informations portées sur une carte pour utiliser et en construire un.

74Exemple 1

75Jeu des 7 familles Histoire de France Editions Dusserre

76Le jeu : il comporte familles :

77Famille Ancien régime

78Famille Premier Empire

79Famille de la Révolution

80Famille Renaissance

81Famille Gothique

82Famille Roman

83Famille Celtes-Gaulois

84Chaque famille comprend 6 cartes numérotées de 1 à 6

85Une carte : en haut le nom de la famille et le numéro de la carte dans la famille

86Au centre : un dessin ou une photo représentant le signifié de la carte

87Au centre le nom de l’objet

88En bas Un texte explicatif.

89Exemple 2

90Les rois de France jeu des 7 familles éditions Dusserre Familles :

91Les derniers rois de France

92Les rois de la guerre de religion

93Les rois du XIVe siècle

94Les premiers bâtisseurs du Louvres

95Les Dynasties

96Les premiers Capétiens directs

97Chaque famille comprend 6 cartes numérotées de 1 à 6

98Une carte : en haut le nom de la famille et le numéro de la carte dans la famille

99Au centre : un dessin ou une photo représentant le signifié de la carte Au centre le nom de l’objet

100En bas Un texte explicatif.

101Exemple 3

102L’Histoire en s’amusant

103De la Gaule aux Capétiens Editions Héron

1047 familles : La Gaule, La Gaule romaine, Clovis, Les Mérovingiens, les Carolingiens, Les invasions, les premiers Capétiens.

105Chaque famille comprend 6 cartes

106Une carte : le numéro de la carte, le nom de la famille, une illustration, un texte très court informatif.

107Action 3

108Relever les indices pendant les lectures, éléments servant à construire le jeu

109Choisir un type de jeu :

110Deux solutions :

111Le type jeu de mémoire

112Les appariements pourront se faire entre :

113Deux personnages d’une même histoire

114Un titre et son résumé

115Un personnage et le titre du récit

116Un objet important d’un récit et le récit ou un personnage etc.…

117Un personnage et son époque

118Un personnage et un lieu important du récit

119Un personnage et sa fonction dans le récit

120QUELQUES ACTIVITÉS POUR PRENDRE LA MESURE DU TEMPS

121Construction d’un axe du temps

122Dans le cas d’une lecture en réseau, c’est à dire que tous les enfants ne lisent pas le même livre en même mais des livres différents, il sera demandé à chacun de repérer à quelle période historique le récit se déroule. L’information sera notée et localisée sur un axe du temps. Cela permettra les mises en comparaison des différents livres lus.

123À la recherche du temps perdu...

124Il s’agit de demander aux lecteurs comment et où dans le livre ils ont découvert l’information. Il leur sera demandé de répertorier les procédures utilisées par l’auteur et de construire une fiche de méthodologie qui pourra leur être utile s’il venait à vouloir s’essayer à la dure fonction d’écrivain de récit historique.

125Collection de trouvailles (en cours dans un CM1)

126Affiche sur un mur de la classe

127Comment nous avons découvert l’époque

128- La quatrième de couverture le précisait

129- Une note d’information le précisait avant le début de l’aventure

130- C’est la première phrase du livre

131- Le texte le dit assez rapidement

132- Le roi… est nommé, nous connaissons ses dates de règne, donc la date du récit

133Ce sont des lettres, elles sont toutes datées.

134- Un personnage rencontré lors du récit raconte une bataille à laquelle il a participé il y a vingt ans, la date du récit est donc cette date + trente ans ! (Le jardin d’amour amer Ecole des loisirs)

135- L’action se déroule pendant une bataille célèbre, nous avons recherché des informations concernant cette bataille et nous avons trouvé la date du récit.

136- Nous connaissons la date au début du récit, le personnage principal a vieilli de 4 ans à la fin.

137Méthodologie : deux manières différentes

1381) Pendant les lectures, repérer au fur et à mesure, dans les récits les traces données par les auteurs pour dater une époque précise.

1392) En début de projet, lecture feuilletage des œuvres proposées à l’envie.

140Toutes les lectures sont possibles, lecture rapide ou lecture approfondie, cette action gérera de nombreux échanges oraux…

141Projets avec les livres

142Le type de narration

143Objectifs : Distinguer les narrations à la première et à la troisième personne. Comprendre la place du narrateur : est-il partie prenante de l’histoire racontée ? Peut-on lui faire confiance ? Est-il honnête avec nous dans ce qu’il nous raconte ?

144Trier des récits :

145Ceux dont le narrateur est à la troisième personne

146Ceux dont le narrateur est « Je »

147La prise de vue

148Repérer des effets de cadrage, de plans, la largeur du champ de vision que voit-on ? Etablir un lien en prenant des photos)

149Repérer d’où l’auteur « filme-t-il ? » (On dira « dans le héros » si on raconte les émotions. La narration je est alors toujours présente)

150Classer des procédés

151Repérer des différences typographiques correspondant à différents points de vue.

152Le site du CRDP propose une excellente fiche sur le point de vue http://www.ac-creteil.fr/​crdp/​telemaque/​

Auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search