Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Première partie. de l’histoire à la fiction

« La chevalerie dans l’œuvre d’Erik l’Homme : passé, présent, futur »

Hélène Gallé

Texte intégral

1Les romans d’Erik L’Homme, destinés à la jeunesse, ne sont pas, stricto sensu, des romans historiques ; toutefois, ils trouvent leurs racines profondes dans le passé. Le jeune héros, aux prises avec un monde complexe, souvent hostile, doit apprendre à y vivre. Cet apprentissage, délicate transition entre l’enfance et l’âge adulte, passe par le biais de la connaissance du passé, familial ou historique. Le monde romanesque d’Erik L’Homme oscille ainsi en permanence entre passé et présent, monde réel et « Monde Incertain » (Le Livre des étoiles), Histoire et légende : dans cet univers en équilibre entre deux, voire trois temps, le héros tient à la fois du chevalier arthurien en quête d’aventures et de l’agent secret au service des forces du Bien (A comme Association, Phaenomen). Grâce au passé, on comprend mieux le présent, et on peut mieux se projeter vers l’avenir.

2Mais plus que de l’Histoire elle-même, Erik L’Homme veut pénétrer son lecteur de l’esprit de la chevalerie (Le Regard des princes à minuit, Le Livre des étoiles) : quelles sont les valeurs du chevalier ? Comment un chevalier doit-il agir ? Les références littéraires s’ajoutent aux références historiques, afin de convaincre le lecteur contemporain que la chevalerie n’appartient pas au passé : ne revient-il pas à chacun, aujourd’hui, de faire de sa vie celle d’un chevalier ? Dès lors, le roman, nourri d’Histoire, devient roman d’éducation.

Un monde complexe

« L’univers est en réalité un multivers. »
A comme Association, VII, p. 201

  • 1 À commencer par P. Bottero (avec lequel E. L’Homme a écrit A comme Association), par exemple dans L (...)
  • 2 A comme Association, I, p. 40-41.
  • 3 A comme Association, II, p. 40.

3L’univers d’Erik L’Homme, comme celui de bien des auteurs de fantasy1, se compose de plusieurs strates. Si l’une d’entre elles est parfaitement identique à notre monde contemporain, les autres s’avèrent plus déconcertantes et se révèlent souvent progressivement au héros comme au lecteur. Dans A comme Association, Jasper découvre que le monde « normal » est aussi habité par des Anormaux (des vampires, des goules, des trolls...). Le but de l’Association est de veiller à la bonne cohabitation entre Normaux et Anormaux, grâce à la surveillance des Paranormaux, des humains qui disposent de pouvoirs exceptionnels2. Or Jasper, qui s’adonne à la magie depuis son enfance, est l’un de ces Paranormaux, de même qu’Ombe, qui se décrit elle-même comme physiquement « presque incassable3. » Le Pays d’Ys, où vit Guillemot dans Le Livre des étoiles, est un morceau des côtes françaises qui s’est détaché des terres au cours d’une terrible tempête :

  • 4 Le Livre des étoiles, I, p. 13.

[...] le pays, transformé en île, ne figurait pas sur les cartes, et les habitants de France ignoraient son existence. Ys s’était ancré quelque part entre le Monde Certain, auquel il appartenait avant, et le Monde Incertain, étrange et fantastique. Une porte permettait de rejoindre le premier, et une autre le second4.

  • 5 Phaenomen, III, p. 205.

4Phaenomen fait état d’une pluralité semblable des mondes, même si les portes les séparant sont perdues, ou tout au moins bien cachées : jadis, les peuples anciens, rejetés par les hommes, « […] n’eurent pas d’autre choix que fuir. Mais où aller ? Ils ne pouvaient pas quitter la terre qui était leur seul monde. Alors ils se réfugièrent dans une dimension parallèle. Dimension où ils vivent sans doute encore, en invisibles voisins, à l’insu des hommes5 ».

5Les peuples anciens sont ici les mêmes que les Anormaux de A comme Association. Le monde dans lequel nous vivons n’est pas seulement peuplé par des humains : plus ou moins proches de nous, mais toujours bien cachées, vivent les créatures des légendes. L’univers d’Erik L’Homme, inscrit dans le prolongement des contes et des légendes, se révèle ainsi assez proche de l’imaginaire médiéval.

  • 6 À l’exception également de Terre-Dragon qui se situe dans un monde entièrement imaginaire.

6La temporalité, toutefois, est résolument moderne : tous les romans s’inscrivent dans le monde contemporain, à l’exception des Maîtres des brisants qui se situe dans une autre galaxie, et par conséquent dans un autre temps et une autre civilisation6. Mais cet univers futuriste se construit sur une genèse enseignée aux jeunes gens :

  • 7 Les Maîtres des brisants, I, p. 33-34.

D’abord... L’abîme existait seul. Ni mer ni sable, ni ciel profond, ni herbe ni arbre. Il n’y avait rien d’autre que l’abîme (...) Une brume glacée s’éleva d’un côté de l’abîme, et de l’autre souffla un vent brûlant. De leur rencontre naquit la galaxie d’Eridan [...] Comme l’univers était jeune alors7 !

  • 8 Ibid., p. 35.

7La connaissance de ce passé lointain s’avère essentielle pour la compréhension des épreuves qui attendent les héros ; car les époques se répondent entre elles : « Nous apprenons à entendre le passé et à voir l’avenir8 », explique Frä Ülfidas à ses élèves. La devineresse voit en effet tous les temps dans ses visions : à elle de démêler si elle a vu ce qui va advenir ou ce qui est advenu.

  • 9 Phaenomen, II, p. 242.
  • 10 Le Regard des princes à minuit, p. 106.

8De même que les différents mondes agissent les uns sur les autres, de même les temps se répondent. Ces liens unissant passé, présent et avenir, très explicites dans l’univers de science-fiction des Maîtres des brisants, sont également noués dans les autres romans d’Erik L’Homme. C’est en enquêtant sur les Templiers que les héros de Phaenomen vont comprendre leur présent : ainsi que le formule Arthur, « […] en remontant le passé, on se construit un avenir9. » En escaladant la cathédrale Notre-Dame, d’autres jeunes gens aventureux arrivent à la même conclusion : l’Histoire, dit Sylvestre, est un leurre derrière lequel « […] se déroule une autre histoire, faite de permanences secrètes. L’expression de ces permanences est une sorte de boussole. Elle définit ce que nous sommes plus sûrement que le reste. Ce sont ces permanences qu’il est important de découvrir10. »

  • 11 Ibid., p. 108.
  • 12 Ibid., « Puisque les étoiles tremblent ». Autre lieu chargé d’histoire, Poët-Laval, dans la Drôme, (...)
  • 13 Ibid., « L’Odeur des ombres ».
  • 14 Par exemple la place Jeanne d’Arc, récurrente dans Phaenomen. Dans les romans d’Erik L’Homme, le no (...)

9Dans cette perspective, les siècles ne se succèdent pas : ils s’entrelacent11. Le passé vit encore dans les pierres de Notre-Dame de Paris12, dans les arbres de Brocéliande13 ou dans les noms des rues de Paris14. Cet entrelacement temporel apparaît souvent dans la trame narrative même : ainsi, dans Le Regard des princes à minuit, chaque nouvelle se déroulant dans le temps présent est suivie d’un extrait des Sept Bacheliers ou L’Épreuve périlleuse, un récit daté de 1190 et attribué à Cosme d’Aleyrac. Le même procédé est utilisé dans Phaenomen où certains chapitres se terminent par des extraits supposés du Devisement du monde de Marco Polo ou de Vivre en chevalier d’Adrian Pagus, autre auteur fictif. À travers les lieux et les textes s’impose la permanence du Moyen Âge, dans un récit où fiction et histoire se confondent.

  • 15 Le Livre des étoiles, I, p. 68.

10Dans cet espace-temps élargi, la spiritualité prend une grande place. Ni le positivisme ni l’athéisme ne sont de mise pour appréhender ce monde kaléidoscopique – insaisissable, fragmenté, aux reflets multiples. Dans Les Maîtres des brisants, les voyants sont indispensables aux guerriers comme aux politiciens. Les Frä Daüda, devineresses de Nifhell, lisent dans la Source, tandis que les otchigins, sorciers de Muspell, lisent dans les flammes : tous cherchent à comprendre l’avenir, à interpréter les signes, à anticiper les mouvements de l’ennemi au combat. Ils représentent le médium indispensable entre le monde réel et le monde spirituel. C’est ainsi que la victoire est acquise, à la fin du récit, grâce aux pouvoirs de Mörgane. Le monde ne saurait être compris que sur un plan mystique, le monde réel ne représentant qu’un plan superficiel. Ainsi, Le Livre des étoiles enseigne que les quatre éléments (eau, terre, feu, air) et un cinquième, la chair (tous les êtres vivants), sont reliés les uns aux autres par un lien invisible, le Wyrd, « comme une toile d’araignée gigantesque, dont les fils seraient rattachés à chaque chose15. »

  • 16 Cf. Le Livre des étoiles, Les Maîtres des brisants, Phaenomen, A comme Association, Terre-Dragon.

11Tout se répond en ce monde, et la sorcellerie apprend à voir au-delà de l’apparence. Comme le constate Jasper dans son apprentissage de sorcier autodidacte, on peut communiquer avec toute chose. La rationalité du monde contemporain n’a pas lieu d’être dans les romans d’Erik L’Homme. Si la religion dont se pénètrent les personnages n’est pas la foi chrétienne omniprésente au Moyen Âge, il n’en demeure pas moins vrai qu’ils vivent dans un univers animé de légendes : tout est plein d’âmes, tout fait sens. L’homme n’est pas seul au monde, mais doit apprendre à vivre avec la nature, dans un univers qui s’enracine tant dans la mythologie nordique que dans le chamanisme. Le sorcier, figure omniprésente dans l’œuvre d’Erik L’Homme16, trouve donc un avatar en la personne du chamane, omniscient et omnipotent. Le sorcier que Clarence a rencontré en Afghanistan sait voir les âmes :

  • 17 Phaenomen, I, p. 131.

Tout homme porte la marque de ses émotions, de ses sentiments, de son caractère. Une aura, un halo, comme une écharpe invisible s’enroulant et se déroulant autour de lui. (...) Tu te crois fort, homme-loup, et tu l’es. Mais certains le sont plus : ceux qui voient cette écharpe dans les brumes de l’invisible17.

12Dans A comme Association, Otchi, le chamane de Sibérie, connaît une magie capable de vaincre les démons et de résister aux autres magiciens. Circulant entre les mondes, le chamane parle aux esprits, échappe à l’espace-temps ordinaire et se trouve ainsi mieux que quiconque capable d’agir dans le présent.

Une quête de sens

« La connaissance du passé est un instrument de liberté. » Le Regard des princes à minuit, p. 99

  • 18 Arthur, pourtant « enfant mêlé », est rejeté par les dragons qui surveillent l’entrée vers l’autre (...)
  • 19 Phaenomen, I, p. 30.
  • 20 Le Livre des étoiles, I, ch. 5.

13C’est donc par la spiritualité que les héros d’Erik L’Homme amorcent la compréhension du monde qui les entoure. Si la dimension spirituelle s’offre naturellement aux uns, elle semble parfaitement inaccessible à d’autres18. Les héros de Phaenomen n’ont pas conscience de leurs pouvoirs ; au contraire, ils doutent d’eux-mêmes, évadés qu’ils sont d’une clinique psychiatrique où ils ont été placés par leurs parents. Il va leur falloir prendre confiance en eux et réaliser la réalité de leur pouvoir. Comme le dit Violaine, qui voit un dragon de brume auprès de chaque être humain, « pour cesser d’avoir peur, il fallait oser, oser ‘gratter son monstre derrière les oreilles’19[…] » Chacun d’eux va donc affronter son point faible pour en faire une force. Violaine, terrifiée par les dragons qu’elle aperçoit depuis toujours, se rend compte qu’elle peut s’en protéger à l’aide de son chevalier astral. Armé d’une épée et d’un bouclier, ce dernier peut la protéger contre les intentions hostiles, et se montre également capable d’apprivoiser les dragons : autrement dit, Violaine peut connaître les intentions des gens et les rendre amicaux à son encontre. Elle acquiert ainsi une véritable emprise sur autrui en dépit de sa jeunesse. Ses amis, de même, prennent conscience de leurs possibilités hors du commun. Guillemot apprend de façon plus brutale la nature de ses capacités : il est en effet victime de l’« effet Tarquin », une réaction physique aux pratiques magiques que connaissent certains enfants ayant des aptitudes pour la sorcellerie. Cette révélation, déconcertante pour le jeune garçon, le conduit à devenir dans la foulée Apprenti Sorcier : en adoptant ce nouveau statut, il accepte ses capacités inattendues, et va désormais travailler à les développer20. Ainsi entré sur le chemin de la connaissance, Guillemot l’Apprenti travaille avec acharnement pour acquérir de nouvelles notions, avec les encouragements de son Maître Qadehar.

14Terre-Dragon, qui présente sur ce point de nombreuses analogies avec Le Livre des étoiles, décrit également une jeune fille entrant en apprentissage auprès d’un vieux sorcier, avec les mêmes hésitations que Guillemot. Son désir d’apprendre l’emporte, et elle entre en apprentissage après un rituel identique à celui du Livre des étoiles : le magicien

  • 21 Terre-Dragon, I, p. 241. Cf. Le Livre des étoiles, I, p. 43.

[...] sortit d’une poche un morceau de bois à moitié carbonisé et traça dans la paume de sa main droite Asuh, le thun-lawz de la sagesse et de quelques qualités indispensables à l’enseignant. Il prit ensuite la main de Sheylis et dessina à l’intérieur Kenh, le signe de la concentration, des nouveaux départs et de la confiance en soi, qualités indispensables à l’élève. Puis ils se serrèrent la main, mélangeant les thun-lawz21.

  • 22 Terre-Dragon, II, p. 63.

15Cet engagement, qui lie l’Apprenti au Maître pour une durée de trois ans, exige de lui une grande maturité et une véritable volonté ; mais le désir d’apprendre est une motivation déterminante. De même, les autres héros de L’Homme sont tous poussés par la volonté de mieux comprendre le monde qui les entoure. Ils ont donc à cœur de comprendre les origines de leur monde, ainsi dans Les Maîtres des brisants ou dans Terre-Dragon, où les récits des origines sont lus ou écoutés avec attention. Dans ce dernier roman, Gaan raconte les origines du royaume de Terre-Dragon, sans que son auditoire parvienne à bien démêler s’il s’agit de la vérité ou de légendes : « […] les histoires sont les vérités d’hier vues à travers les vérités d’aujourd’hui22 ».

16Les jeunes gens pressentent que l’histoire passée les aidera à comprendre le monde présent, ce qui est également la conviction des héros de Phaenomen : ceux-ci se plongent dans l’histoire des Templiers, lisent le Devisement du monde de Marco Polo, s’intéressent à l’histoire du Chili. Plus encore, ils voyagent à travers la France, puis en Amérique du Sud, enfin aux Philippines. Leur recherche devient progressivement une quête : le mouvement, le désir de vérité, la volonté sans faille des jeunes gens les transforment en véritables chevaliers partis à l’aventure dans une quête qui les dépasse, mais leur permet de se surpasser. Car la recherche de la vérité doit être une démarche volontaire, qui s’accompagne d’une maturation intérieure. C’est la raison pour laquelle rien n’est donné à ceux qui cherchent à avancer dans la compréhension du monde. Toute connaissance, acquise par les voyages ou par les lectures, est aussi le fruit d’une maturation intérieure.

  • 23 Phaenomen, II, p. 48.
  • 24 A comme Association, VIII, p. 312.
  • 25 Ibid., p. 363-364.

17Les personnages d’Erik L’Homme ne sont donc pas seulement en quête de savoir : leur quête est personnelle. En s’efforçant de mieux comprendre le monde, ils cherchent également à comprendre qui ils sont. La recherche du passé n’est pas purement historique. Le quatuor de Phaenomen a un but affiché : « […] nous avons un but, un objectif, si dément qu’il paraisse : comprendre pourquoi nous sommes comme ça23. » S’ils cherchent à percer le mystère de leur nature, Guillemot et Jasper seront amenés à découvrir l’identité de leurs véritables parents. L’intérêt pour le passé est donc nourri par une quête identitaire. Au terme de ses aventures, Guillemot découvre qui sont ses parents. Fils de Kushumaï la sorcière et de Qadehar le sorcier, Guillemot ne pouvait qu’être doué lui-même pour la magie. Son désir d’apprendre lui donne en définitive non pas un savoir savant, mais une connaissance de soi et un épanouissement personnel en dépit des nombreux bouleversements que cette découverte provoque. De même, Jasper trouve un certain soulagement dans le fait de comprendre le secret de sa naissance : son véritable père est un démon – et même Khalk’ru, le roi des démons24 – ayant pris apparence humaine pour l’engendrer25. Il comprend ainsi la raison de ses particularités physiques (sa soif permanente, son odeur soufrée...), de sa prédisposition pour la magie, de sa terreur incontrôlée devant le chamane oyun. Cette meilleure connaissance de soi augmente sa maîtrise des événements et lui permet en définitive de vaincre ses ennemis. Quant aux enfants de Phaenomen, la découverte de leur véritable origine leur offre enfin l’apaisement :

  • 26 Phaenomen, III, p. 205.

Claire se retint pour ne pas hurler de joie. En quelques phrases, le Doc venait d’apporter la preuve qu’elle n’était pas folle, qu’elle ne l’avait jamais été. Tous ses délires au sujet des sylphes, des dryades, des vampires et des garous étaient bel et bien ancrés dans une réalité. Une réalité disparue, mais une réalité quand même, resurgissant ici et là, au hasard d’une naissance, d’une rencontre ou d’une quête. Ses divagations étaient des intuitions, ses hallucinations des inspirations ! Ça changeait tout26.

  • 27 En gras dans le texte. Le Regard des princes à minuit, p. 46

18Cette prise de conscience leur ouvre enfin une porte sur un autre monde, qui promet d’être davantage le leur que le monde humain où ils n’ont rencontré que rejet. La quête des héros est à la fois un voyage permettant la découverte d’un monde nouveau (Monde Incertain dans Le Livre des étoiles, monde des démons dans A comme Association, monde non-humain dans Phaenomen ou dans Les Maîtres des brisants...) et un cheminement intérieur aboutissant à la connaissance de soi. « Médite sur toi et sur qui tu es27 » : tel est l’enseignement que reçoit le jeune homme en quête d’accomplissement, à l’époque médiévale (pour le bachelier Clivelon) comme aux temps modernes (pour Guillaume, amené par son compagnon à méditer sur le sens de la quête du Graal).

Une initiation

« La chevalerie a déserté nos sociétés mais pas nos coeurs...
(Extrait de Vivre en chevalier, par Adrian Pagus.) »
Phaenomen, I, p. 199

  • 28 Terre-Dragon, p. 71.

19Le récit d’aventures et de voyages, aussi échevelées soient-elles, aussi lointains soient-ils, n’est donc rien d’autre qu’une quête initiatique. Le jeune héros, possiblement modèle du lecteur, est amené à grandir, à s’ouvrir, à se construire. Quelle que soit l’époque, le passage de l’enfance à l’âge adulte est toujours une étape délicate, pleine de troubles et de doutes. Fort de sa nouvelle connaissance de soi, le héros doit apprendre à s’accepter comme il est. Ægir, qui a découvert sa nature d’homme-ours, a bien du mal à supporter cette révélation : « Je suis un monstre sanguinaire, et c’est pour ça que les Naatfarirs me gardaient dans une cage... Voilà ce qu’il aurait dû dire à son amie, s’il n’était pas aussi lâche. S’il n’était pas terrifié par la perspective de lui faire horreur et de la perdre. »28

  • 29 Cette supposition, formulée en septembre 2015 au moment de la communication, est confirmée avec la (...)

20Nul doute qu’Ægir, d’épreuves en épreuves, finira par accepter sa nature, comme invitent déjà à le penser sa sensibilité et sa générosité29. Ægir Peau d’Ours, capable de se métamorphoser en créature monstrueuse quand il doit faire face au danger, a l’étoffe d’un guerrier, à l’instar des héros de deuxième fonction dans l’épopée ; ainsi, Guillaume ou Rainouart, dans le cycle de Guillaume d’Orange, ou encore Ogier, dans La Chevalerie Ogier le Danois, sont susceptibles de se transformer en berserkir, des guerriers-fauves à la puissance surhumaine. De même, Guillemot doit apprendre à vivre sans la magie, envolée dans les cieux après sa dernière incantation pour protéger le Livre des Etoiles.

  • 30 Le Regard des princes à minuit, p. 121.

21Grandir, c’est assumer ce que l’on est, et c’est aussi savoir renoncer pour pouvoir aller de l’avant : même si Guillemot a perdu ses pouvoirs de sorcier, la vie est belle et mérite d’être vécue ! Plus douloureusement, Jasper doit se résigner à la perte d’Ombe, sa soeur, morte dans un accident de moto. Le déchirement est encore plus insupportable lorsque Jasper doit laisser partir l’esprit de sa sœur, qui habitait le sien depuis l’accident (elle a l’opportunité de vivre sous sa forme démoniaque dans le royaume de son père et souhaite se séparer de lui). À nouveau, il fait l’expérience du renoncement ; mais il ne peut qu’accepter cette nouvelle solitude, pour le bonheur d’Ombe. Se vérifie ainsi la réflexion de Philippe, l’un des chevaliers modernes du Regard des princes à minuit : « Confrontés aux épreuves, on mûrit, on grandit, on découvre l’amitié et ce qu’il y a de de vrai en nous : c’est d’initiations dont notre époque a besoin30. » Il apparaît ainsi que grandir, c’est aussi s’ouvrir à l’autre. Dans ce monde complexe, où s’entrecroisent les strates temporelles, où se rencontrent des espèces différentes et des croyances divergentes, où naissent des créatures hybrides (les enfants mêlés de Phaenomen ou Jasper et Ombe, mi-humains, mi-démons), dans ce monde fait de dissemblances et d’antagonismes, la tolérance est de mise. Un équilibre délicat doit s’établir entre l’individu et le reste du monde : autant il est en droit de faire valoir sa personnalité et ses propres désirs, autant il se doit de respecter autrui. Partagé entre Alicia, sa tendre mère adoptive, et l’inquiétante Kushumaï, sa vraie mère, Guillemot fait un choix nuancé : il restera à Ys, près d’Alicia, et rendra régulièrement visite à la Chasseresse. De même, Kyle, le vrai fils d’Alicia,

  • 31 Le Livre des étoiles, III, p. 286.

[…] refusait obstinément de venir habiter à Ys. Sa vie à lui était dans le Désert Vorace, parmi les Hommes des Sables. (...) Comme Kyle se réjouissait malgré tout d’avoir retrouvé ses parents, ils convinrent de retrouvailles fréquentes31.

22L’affirmation de son identité passe par des choix : s’il est important de connaître ses origines, il est également essentiel d’être enraciné dans une terre. Kyle, comme Guillemot, affirment leurs préférences, sans rien rejeter toutefois de leur héritage. Jasper est lui aussi confronté à des choix définitoires : alors qu’il balance entre sa nature de démon et sa sympathie pour certains humains, Mademoiselle Rose choisit de lui faire confiance. Cette attitude détermine son engagement, un engagement ferme, que Jasper confirme auprès de son père démon. Conscient de sa double nature, Jasper privilégie sa part humaine, par amour et par fidélité. La démarche est volontaire. Thibaut, qui vient d’être adoubé dans cette chevalerie contemporaine qui donne sens à la vie, fait lui aussi l’expérience solitaire du choix :

  • 32 Le Regard des princes à minuit, p. 135-136.

Tu crois qu’on devient chevalier à la suite de quelques actions stimulantes, après avoir écouté deux ou trois discours dans le cocon douillet de la nuit ? Non, Thibaut. Tu as été choisi parce qu’on t’a senti capable de suivre ta propre voie, au fil de cette quête essentielle... seuls tes choix comptent32.

23Être chevalier, ce serait donc être capable de s’engager dans sa propre voie en restant toujours fidèle à ses engagements et sincère envers soi-même : pas nécessairement au Moyen Âge, ni les armes à la main.

  • 33 L’idée d’une chevalerie contemporaine se rencontre également dans Strom, d’E. et B. de Saint Chamas (...)
  • 34 Les Maîtres des brisants, II, p. 100.

24Erik L’Homme invite ainsi le lecteur à redonner un sens au monde en restaurant les valeurs chevaleresques33. Dans un monde qui a été désenchanté, qui a perdu tant en spiritualité qu’en magie, d’où le merveilleux est absent, il importe de restaurer la foi en certaines qualités morales. Le courage d’être soi, le respect pour les femmes, la générosité envers les faibles, la considération pour les temps passés comme pour ses aînés, la persévérance dans ses engagements, toutes ces qualités sont celles du chevalier médiéval : ne devraient-elles pas être toujours les nôtres ? À travers sept récits, dans Le Regard des princes à minuit, Erik L’Homme fait le parallèle entre les épreuves que doivent surmonter les futurs chevaliers, et celles que s’imposent, par passion et par folie, des jeunes gens en quête de sens. Assurément, ses héros ne sont pas entièrement libres ; mais ils affrontent leur destin avec détermination : « [...] il est important de ne pas renoncer. Se battre pour sa liberté, c’est déjà être libre34 ! »

  • 35 Ægir, capable de se transformer en guerrier surhumain, est aussi quelque peu magicien, puisqu’il co (...)
  • 36 Le Livre des étoiles et A comme Association voient également dans la mère, nourricière et protectri (...)
  • 37 Les Maîtres des brisants, II, p. 14.
  • 38 Le Regard des princes à minuit, p. 66.

25Les héros d’Erik L’Homme ne s’avouent jamais vaincus : les adolescents de Phaenomen seront jusqu’au bout en quête de vérité, Guillemot et Jasper affrontent des adversaires bien plus puissants qu’eux sans jamais désemparer, les guerriers des Maîtres des brisants sont prêts à se battre contre un ennemi plus fort qu’eux. S’il n’est pas donné à tout le monde d’avoir des pouvoirs surnaturels, il est toujours possible de lutter. Voilà sans doute la raison pour laquelle les personnages d’Erik L’Homme sont prédisposés à devenir soit sorciers (Guillemot, Sheylis, Jasper, Mörgane...), soit guerriers (Romaric, Ægir, Ombe, Violaine, Xâvier ou Rôlan...). Ces héros de première ou de deuxième fonctions sont des figures agissantes, par le verbe ou par les armes, sur le plan psychique comme dans le monde réel35. La force de la volonté s’avère toute-puissante dans la lutte entamée contre le Mal. Comme Lancelot contre Méléagant, comme les chevaliers épiques affrontant le monde païen, Guillemot se bat contre l’Ombre, Mörgane contre la Puissance Mélanthos, deux adversaires qui souhaitent dominer le monde. Dans Phaenomen, quatre gamins désarmés défient victorieusement les équipes de la CIA et autres barbouzes : l’inégalité des forces en présence est véritablement épique ! Les héros de troisième fonction (abondance, fertilité) sont rares, et pourtant utiles36 : « Je m’appelle Mârk. Je ne suis ni troubadour ni capitaine. Je suis cuisinier37. » Ce cuisinier désœuvré est de surcroît chroniqueur : c’est lui qui tient le journal de bord du vaisseau spatial. Doom, dans Terre-Dragon, a les mêmes fonctions : il se propose de rapporter les hauts faits de ses compagnons, en dépit de leur avis moqueur selon lequel il est encore meilleur cuisinier que scalde. Mârk et Doom sont parfaitement en mesure de se battre aux côtés de leurs compagnons. Mais aussi futile qu’elle puisse leur paraître, leur tâche la plus importante est celle de raconter les événements : n’est-il pas primordial de faire connaître à autrui la vie prodigieuse ou exemplaire des héros ? Le récit de leurs aventures mérite d’être lu et invite à suivre leur exemple. Ce retour spéculaire sur le travail de l’auteur rappelle l’importance du livre : « lire rend libre38 », proclame Patrick, un autre chevalier du Regard des princes à minuit. Dans le livre des chevaliers, il écrit :

  • 39 Ibid., p. 121.

Patrick l’Enlumineur, en 2002 : ‘Le livre est un des derniers remparts contre ce totalitarisme discret, froid et implacable, qui transforme les personnes en individus interchangeables, malléables et exploitables’39.

  • 40 « Prélude », La Quête de joie, 1933.

26Les romans d’Erik L’Homme constituent ainsi une invitation à mieux vivre, et une illustration des conseils donnés à ses personnages : pourfendeur de la banalité et de la médiocrité, l’auteur invite le lecteur à réfléchir sur lui-même et sur le monde, et à agir pour un monde meilleur et réen-chanté. Si notre monde ne prend pas exemple sur le passé, s’il ne ranime pas ses légendes et ses esprits, il court à sa perte. « Tous les pays qui n’ont plus de légende seront condamnés à mourir de froid »40, annonce tristement Patrice de la Tour du Pin. Erik L’Homme montre que cette fatalité peut se combattre, par le livre, par la connaissance du passé, par l’adoption, dans la vie quotidienne, de valeurs chevaleresques qui, mieux que l’Histoire, font revivre le Moyen Âge. C’est ainsi, et seulement ainsi, que nous aurons un avenir.

Notes

1 À commencer par P. Bottero (avec lequel E. L’Homme a écrit A comme Association), par exemple dans La Quête d’Ewilan (3 vol., 2003), L’Autre (3 vol., 2006). Cf. également C. S. Lewis (Narnia, 1950-1956), D. Eddings (La Belgariade, 1990-1992).

2 A comme Association, I, p. 40-41.

3 A comme Association, II, p. 40.

4 Le Livre des étoiles, I, p. 13.

5 Phaenomen, III, p. 205.

6 À l’exception également de Terre-Dragon qui se situe dans un monde entièrement imaginaire.

7 Les Maîtres des brisants, I, p. 33-34.

8 Ibid., p. 35.

9 Phaenomen, II, p. 242.

10 Le Regard des princes à minuit, p. 106.

11 Ibid., p. 108.

12 Ibid., « Puisque les étoiles tremblent ». Autre lieu chargé d’histoire, Poët-Laval, dans la Drôme, est le siège de l’ordre des Hospitaliers : c’est l’une des étapes des héros de Phaenomen (I, p. 196).

13 Ibid., « L’Odeur des ombres ».

14 Par exemple la place Jeanne d’Arc, récurrente dans Phaenomen. Dans les romans d’Erik L’Homme, le nom des rues est souvent significatif : dans A comme Association, il multiplie les références littéraires à des auteurs de science-fiction (rue Bram-Stocker, avenue Mauméjean...) ou à des récits fantastiques (rue du Horla...). Le lecteur est ainsi invité à chercher les allusions historiques ou littéraires dissimulées dans le texte.

15 Le Livre des étoiles, I, p. 68.

16 Cf. Le Livre des étoiles, Les Maîtres des brisants, Phaenomen, A comme Association, Terre-Dragon.

17 Phaenomen, I, p. 131.

18 Arthur, pourtant « enfant mêlé », est rejeté par les dragons qui surveillent l’entrée vers l’autre monde (Phaenomen, III, p. 236-237).

19 Phaenomen, I, p. 30.

20 Le Livre des étoiles, I, ch. 5.

21 Terre-Dragon, I, p. 241. Cf. Le Livre des étoiles, I, p. 43.

22 Terre-Dragon, II, p. 63.

23 Phaenomen, II, p. 48.

24 A comme Association, VIII, p. 312.

25 Ibid., p. 363-364.

26 Phaenomen, III, p. 205.

27 En gras dans le texte. Le Regard des princes à minuit, p. 46

28 Terre-Dragon, p. 71.

29 Cette supposition, formulée en septembre 2015 au moment de la communication, est confirmée avec la parution du tome III de Terre-Dragon en octobre de la même année. Devenu Roi-Dragon, Ægir affirme son identité en trônant drapé dans sa peau d’ours, qu’il refuse de quitter : « Il se sentait mieux avec elle que sans elle » (Terre-Dragon, III, p. 228).

30 Le Regard des princes à minuit, p. 121.

31 Le Livre des étoiles, III, p. 286.

32 Le Regard des princes à minuit, p. 135-136.

33 L’idée d’une chevalerie contemporaine se rencontre également dans Strom, d’E. et B. de Saint Chamas (3 vol., Paris, Nathan, 2010-2011).

34 Les Maîtres des brisants, II, p. 100.

35 Ægir, capable de se transformer en guerrier surhumain, est aussi quelque peu magicien, puisqu’il commande au fleuve et peut se fondre en lui pour devenir le Dragon qui sauvera le royaume : c’est cette double force, relevant des première et deuxième fonctions qui fait de lui un roi.

36 Le Livre des étoiles et A comme Association voient également dans la mère, nourricière et protectrice, une représentante de la troisième fonction : voir par exemple Le Livre des étoiles, I, p. 16-17 ou A comme Association, I, p. 149-150.

37 Les Maîtres des brisants, II, p. 14.

38 Le Regard des princes à minuit, p. 66.

39 Ibid., p. 121.

40 « Prélude », La Quête de joie, 1933.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search