Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Première partie. de l’histoire à la fiction

« La Prague médiévale dans les romans pour les enfants et la jeunesse »

Miraslova Novotna

Texte intégral

Prague dans la littérature

  • 1 Cosmas de Prague, historien né vers 1045, mort le 21 octobre 1125. Il avait fait ses études à Pragu (...)
  • 2 Novotná, Miroslava : La Chronique de Dalimil. Sabaté, Flocel : Por política, terror social. Ed. 1. (...)

1La ville de Prague, riche d’une grande et émouvante histoire, a inspiré maints auteurs connus et anonymes, tchèques et étrangers. La dynastie des Přemyslides, celle des Luxembourg, complétée par celle des Habsbourg ont suscité d’innombrables légendes, contes, chroniques, nouvelles et romans. La ville de Prague est en effet liée aux plus anciennes mentions historiques de la nation tchèque, aux plus anciens souverains, légendaires ou non. Des chroniqueurs et des auteurs se sont inspirés des légendes transmises d’une génération à l’autre, tels que Cosmas1 (1045-1125) qui a écrit Cronica Bohemorum en latin, sans oublier un auteur inconnu, appelé Dalimil dont l’œuvre, Chronique de Dalimil, écrite en tchèque, remonte au début du XIVe siècle. Il s’agit de la plus ancienne chronique tchèque. Elle comprend environ 4 600 vers, répartis par son premier éditeur Pavel Ješín en 106 chapitres. L’ouvrage raconte les événements depuis le déluge jusqu’au couronnement de Jean de Luxembourg à la tête du Royaume de Bohême, en 1310. L’auteur a été influencé par la Cronica Bohemorum de Cosmas, par des légendes tchèques, des contes, des narrations d’ancêtres, des inscriptions dans des chroniques et des annales et enfin par sa propre expérience2.

  • 3 En premier lieu Alois Jirásek (1851-1930), historien, écrivain et dramaturge a écrit une dizaine de (...)

2Prague en tant que ville historique, pittoresque, mystérieuse, dont l’histoire et les vieilles légendes mettent en scène chaque quartier, a influencé et influence encore non seulement les auteurs tchèques, mais aussi des écrivains étrangers. Rappelons, à titre d’exemple, Rainer Maria Rilke, né à Prague et qui a écrit des poèmes et des contes en prose inspirés des légendes pragoises ; Gustav Meyrink, auteur du Golem et de la Nuit de Walpurgis, François-René de Chateaubriand et ses Mémoires d’outre-tombe, Guillaume Apollinaire et son Passant de Prague, Sylvie Germain, auteur d’un texte poétique intitulé La Pleurante des rues de Prague ou des Éclats de sel ; Angelo Maria Ripelino, auteur de Praga magica ou Umberto Eco et son roman Cimetière de Prague, etc. Il existe bien sûr beaucoup de romans traitant du Moyen Âge3. Nous avons donc choisi de nous concentrer sur deux auteurs : Renata Štulcová (1969), institutrice et écrivain, et Vlastimil Vondruška (1955), historien médiéviste et auteur.

Renata Štulcová, La Rose et le Chevron

3Renata Štulcová est présentée comme un écrivain du genre de la fantasy. Elle a déjà écrit une trilogie Nemetonburk (2003-2007), histoire inspirée par la mythologie slave, La Rose et le Chevron (2009), Mojmír, chemin du vrai roi (2010), une autre trilogie L’École de Raffael (2011-2013), Gardiens des sept merveilles du monde (2011), La Parole de la mémoire (2013). La Rose et le Chevron se déroule au Moyen Âge, plus précisément sous le règne de Charles IV.

4À l’exception des premier et dernier chapitres, l’histoire se passe d’une grande fête à l’autre, au cours de deux mois, novembre et décembre : interviennent la Saint-Martin, la Saint-André, la Saint-Nicolas, la Sainte-Lucie, l’Avent et Noël. Les vieilles traditions, les habitudes spécifiques à chaque fête sont incorporées au roman de manière organique et créent par conséquent un décor vivant et une ambiance suggestive.

5Le premier chapitre est conçu comme un prologue, avec une prophétie prononcée par le jeune aveugle qui apparaîtra plusieurs fois dans le texte du roman pour anticiper des événements dramatiques. Ses paroles, qui constituent le premier chapitre, font surgir l’image de l’univers représenté par un ciel noir parsemé d’étoiles et éclairé par la lune. Les images se concrétisent petit à petit, par le procédé d’un focus cinématographique : de l’image de l’univers éternel et infini, on passe à l’image du royaume de Bohême, à Prague, et tout finit dans le château royal. Ce premier chapitre intitulé « La prophétie d’un jeune aveugle » fait entrer en scène tous les personnages importants de l’histoire : Charles IV, le magicien Žito, la Confrérie de la Rose et du Chevron, soit onze jeunes hommes, amis du prince Venceslas IV, Dorota Rotlevova, Veronika Podlahova, le chevalier Vilém Zajíc z Házmburku, sa femme Anna, le chevalier Čeněk z Lipé, le constructeur et architecte Peter Parléř et ses fils, Johan Rotlev et sa famille. La période de décembre est pleine d’actions, d’intrigues inattendues, de brusques tournants, de meurtres et de mystères. De cette façon, le lecteur est toujours tenu en haleine, en attente du déroulement de chaque moment important. L’hiver présenté dans le roman est un authentique « hiver tchèque » avec la neige qui ne cesse de tomber ; les toits, les maisons, les rues sont couverts de neige, la rivière Vltava est glacée, les jeux des lumières et des ombres, du jour et de la nuit soulignent l’ambiance hivernale.

6Les descriptions de la cathédrale Saint-Guy et de sa chapelle Saint-Venceslas, des palais médiévaux, des grandes maisons bourgeoises riches et splendides sont suggestives et aident à créer l’ambiance qui correspond à l’époque dans laquelle toutes les histoires se déroulent. Les passages du texte où l’auteur décrit la construction de la cathédrale jusqu’en certains de ses détails font partie des plus réussis :

  • 4 Renata Štulcová, La Rose et le Chevron, Praha, Knižní klub, 2009, p. 35.

Dans la cathédrale il fallait entrer par la majestueuse Porte dorée de laquelle Matěj s’approchait dans la tempête de neige. Il arriva sous trois arcs d’ogives au-dessus d’un large escalier avec sept marches. Les piliers continuaient à s’élever par des pinacles minces au-dessus desquels se trouvait la splendide mosaïque du Dernier Jugement. Matěj reconnaissait des images d’anges, d’apôtres, de vieux patrons tchèques et aussi du roi Charles agenouillé. Puis, à gauche, les morts se levaient de leurs cercueils et à droite, l’archange Michel qui tient son épée de flamme pousse les pécheurs dans l’Enfer plein de diables. Ceux qui sont de nouveau nés sont suivis par la Sainte Vierge, le Christ est assis sur le trône majestueux. La mosaïque fut créée par des ouvriers adroits spécialistes des verres et des pierres précieuses, qui faisaient des reflets dans les fenêtres du palais au cours des journées pleines de soleil. Mais même la pluie ne peut pas l’abîmer. Plus la pluie la lave, plus elle devient pure et brillante. Maintenant, sous la neige, elle semblait être une illusion qui devait disparaître à tout moment. […] Il se trouvait dans la nef principale entourée d’une galerie et des chapelles. Quand il eut levé les yeux, il vit le chemin des ténèbres vers la lumière.4

7Les émotions du lecteur sont renforcées également par les illustrations impressionnantes de Renata Fučíková. Chaque chapitre est introduit par le portrait imaginaire d’un personnage de l’histoire ; chaque portrait est entouré d’une couronne de tissu, par laquelle le roi Venceslas IV avait été souvent représenté. Le tissu porte la couleur qui symbolise le caractère du personnage en question et, en haut de cette étoffe, se trouve le signe qui caractérise le métier ou le caractère de ce personnage.

  • 5 La rue Celetná est attestée au xive siècle, avec pour nom la rue des « caltnéři », des pâtissiers q (...)

8L’action du roman est surtout concentrée dans l’espace limité par la rue Celetná5 et le château de Prague, en passant par la Vieille Ville, le pont Judith et le quartier de Malá Strana. Deux autres lieux revêtent beaucoup d’importance : le monastère des bénédictins à Břevnov et surtout le château de Karlštejn avec la chapelle de la Sainte-Croix pour laquelle Charles IV a fait créer 130 tableaux de saints ; les murs de la chapelle sont ornés d’or et de pierres précieuses. L’atmosphère de la ville médiévale de Prague est rendue par les descriptions des maisons dont les portes sont surmontées de vieux signes au lieu de chiffres, dans le quartier Juif, dans les marchés, sur les places dont la majorité a survécu jusqu’à nos jours. L’action se déroule également dans les couloirs secrets dans le souterrain de la ville, les monastères, les salles de l’Université fondée par Charles IV.

  • 6 Le Codex Gigas (ou Bible du diable) est un manuscrit du XIIIe siècle, originaire de la Bohême, l’un (...)

9À l’exception du héros principal du roman, Matěj Pekař (Boulanger) et sa famille, tous les autres personnages ont une origine historique : Peter Parléř, Johan Rotlev, Charles IV et son fils Venceslas IV, Jan Očko, l’éducateur de Venceslas IV et l’archevêque de Prague Janz Jenštejna, futur cardinal, le magicien Žito. Autour de ces noms, s’organise une dialectique de la lumière et de l’ombre. Certains noms portent en effet une symbolique « lumineuse » liée au mot latin « lux » : Lucifer, Luxembourg, Lucie et la fête de la Sainte-Lucie, Světlonoš (světlo – lumière, noš – porteur, celui qui porte la lumière), Émeraude de Lumière, Épée de Lumière ; la lumière ou la lueur accompagne quelques événements mystérieux qui sont expliqués petit à petit au cours du roman. Sous formes de feux, flammes, étoiles, aube, etc. elle entoure presque toujours les héros positifs du roman, tandis que la nuit et les masques, les capuchons noirs cachent ceux qui y jouent un rôle négatif. La lumière sort de l’épée de Saint-Venceslas, l’arme sainte qui se trouvait dans le tombeau du saint. Après sa disparition, seul Venceslas IV peut la trouver et l’apporter de nouveau à Prague. Si le roman intègre le Codex Gigas appelé La Bible du Diable6, il contient aussi un parchemin important, la lettre personnelle de saint Venceslas écrite un jour avant sa mort (28 septembre 935) et adressée à son frère Boleslav, sa sœur et sa mère. Or cette lettre fait référence à la lumière, l’Émeraude de Lumière et à un futur roi, le roi du martin-pêcheur, qui est, d’après une vieille légende, symbole de Venceslas IV. Cette symbolique, de même que la lettre du saint, sortent tout droit de l’imagination de l’auteur.

10La quête de l’Épée de Lumière et de la Bible du Diable passe à travers tout le livre et influence tous les événements mystérieux et criminels. Le caractère symbolique du roman semble être important, mais selon nous, le bien et le mal sont trop tranchés, il n’existe pas de nuances. Le lecteur ne sait même pas comment le prince Venceslas et Matěj Pekař sont devenus amis, comment et pourquoi le fils d’un boulanger est devenu un étudiant de l’université et en même temps l’apprenti de Peter Parléř. Dans cette perspective, Matěj Pekař est une personne presque parfaite, avec des qualités dignes d’un personnage « universel » de la Renaissance. De plus, grâce à son ami Venceslas IV et à son amour pour Dorotka, fille du maître monnayeur riche Johan Rotlev, il devient même un chevalier adoubé par Charles IV. C’est aussi Charles IV qui confie ses plus grands secrets non seulement à son fils, mais aussi à Matěj Pekař. Mais le fait de ne pas en connaître vraiment les raisons ne semble pas assez convaincant. En revanche, Janz Jenštejna, qui était en réalité l’une des personnes les plus cultivées et les plus importantes de la Bohême, ayant étudié à Prague, à Bologne, à Padoue et à Montpellier, devenu archevêque et chancelier du pays, et qui ne s’entendait pas toujours bien avec Venceslas IV, fait dans le roman figure de grand malfaiteur cruel, capable de faire tuer ou de tuer lui-même. Il devient l’incarnation du mal. À cause de La Bible du Diable, Janz Jenštejna tue dans le roman le bibliothécaire, un moine bénédictin de Břevnov. L’ambiance et l’intrigue du meurtre rappellent, mais de manière plus simple, celles du roman Le Nom de la Rose d’Umberto Eco. Tous les assassinats et les actions de Jan z Jenštejna dans le roman ne sont pas suffisamment motivés, expliqués ni compréhensibles. La mort du bibliothécaire, l’assassinat du prophète aveugle sont complètement inutiles et incompréhensibles.

11Renata Štulcová a été inspirée par Les Vieilles Légendes tchèques, comme le montre l’histoire de Johan Rotlev. Il cherchait une nouvelle mine d’argent à Kutná Hora, a vendu toute sa propriété et a contracté, par conséquent, de grandes dettes ; désespéré, il a enfin vendu le voile précieux de son épouse et grâce à la somme qu’il en a tirée, il a continué à prospecter de l’argent. Son effort a été cette fois récompensé : il est tombé sur une mine qui lui a permis de s’élever parmi les habitants les plus riches du pays. Dans le roman de Renata Štulcová, Martin, le fils de Johan Rotlev est un des amis de Matěj Pekař et un des membres de la Confrérie de la Rose et du Chevron ; Dorotka, la fille de Rotlev tombe amoureuse de Matěj et vice versa. Les allusions aux histoires du saint Graal, c’est-à-dire à celles des chevaliers du roi Arthur, prennent néanmoins un caractère fantasmagorique et invraisemblable. D’après Štulcová, le saint Graal s’est transformé en une vallée sous le château fort de Karlštejn. De plus, l’épée de saint Venceslas est cachée dans le lac souterrain qui se trouve juste sous ce château. Le lac est gardé par des dragons qui apparaissent même sur le ciel de la nuit, la veille de Noël. Cette fantasy noue des liens à la fois avec le roman jeunesse et les sources du roman arthurien.

Vlastimil Vondruška et ses romans

12Vlastimil Vondruška a commencé à travailler en tant qu’historien, spécialiste de l’histoire tchèque du Moyen Âge. Dans les années 1980, il est devenu directeur de la section historique du Musée National à Prague, puis, pendant dix ans, il s’est occupé de la production du verre. Il est l’auteur de publications scientifiques et d’une quarantaine de romans. Son premier roman Les Histoires des meurtres de Pilsen (1994) a été publié et financé par lui-même. Dans ses romans, Vondruška saisit bien la mentalité des gens au Moyen Âge, leur vie quotidienne, l’ambiance des châteaux forts, des monastères et aussi des habitations d’autres couches sociales. Quant à ses romans policiers historiques, ils sont divisés en deux grands groupes ; le premier cycle, de sept romans, est intitulé Les Annales de la Chambre royale et son héros principal est devenu Jiří Adam z Dobronína, le greffier de la Chambre royale. Le sujet est situé dans le second quart du XVIe siècle. Le deuxième cycle n’a pas de titre général, il comprend jusqu’à maintenant 20 romans policiers situés à l’époque du règne de Přemysl Otakar II (1230- 1278). Le héros principal est un chevalier cultivé et courageux, le procureur du roi Oldřich z Chlumu. La connaissance du milieu, de la disposition des bâtiments importants au XIIe siècle dans les villes mentionnées est surprenante. Grâce à ses petits-enfants, Vlastimil Vondruška est, entre autres, auteur d’un cycle de romans policiers pour enfants. Il s’agit des trois romans suivants : Fiorella et la Confrérie du Cristal (2006), Fiorella et le secret d’une chauve-souris morte (2007) et Fiorella et le cimetière des vampires (2012). Ce petit cycle de romans d’aventures à intrigue policière est situé dans la Vieille Ville de Prague au XVIe siècle.

13Le Moyen Âge tchèque s’achève officiellement par l’entrée de la dynastie des Habsbourg sur le trône de Bohême, c’est-à-dire en 1526. Le sujet des trois histoires est marqué par le règne de Rodolphe II. L’enthousiasme du souverain pour les choses bizarres et inhabituelles et pour les alchimistes correspond quand même à l’esprit du Moyen Âge. L’ambiance des ruelles de Prague, des caves anciennes, des labyrinthes souterrains, de même que la vie quotidienne des artisans, des valets du roi, de ses sujets, des chevaliers et des moines correspondent aussi à une histoire médiévale.

Fiorella et la Confrérie du Cristal

14Le premier roman Fiorella et la Confrérie du Cristal s’ouvre sur l’arrivée de l’alchimiste Giovanni da Ponte, appelé à la cour par le roi lui-même. Giovanni da Ponte s’occupe avant tout des feux d’artifice et des feux de Bengale. Il a une fille de treize ans qui s’appelle Fiorella et l’aide, déguisé en garçon dans son laboratoire. Quant à la mère de Fiorella, le lecteur comprend qu’elle était italienne, mais rien de plus. Fiorella, alias Raffael, fait connaissance avec Lukáš, qui a à peu près 13 ou 14 ans, et avec Martin qui a 14 ou 15 ans. Tous les trois habitent dans la même rue de la Vieille Ville. Martin est le fils du greffier de la ville ; sa mère Apolena est une excellente cuisinière, qui aide aussi Giovanni à mener son ménage. Le père de Lukáš, Adam Michna, est armurier. L’intrigue du roman commence par l’arrestation du père de Lukáš. Le greffier est soupçonné d’avoir volé de l’argent du trésor qui se trouve dans l’Hôtel de Ville. Tout est arrangé de sorte qu’il soit condamné à mort. Cette injustice extrême pousse Fiorella et ses deux copains à se mettre à chercher le vrai coupable, la cause de son crime et à la dévoiler devant le public. Les enfants réussissent à la fin, mais les deux garçons ont échappé de justesse à la mort : ils sont restés pendant trois jours dans les vieilles caves qui se sont écroulées juste au moment du combat à mort du malfaiteur, qui avait volé l’argent de l’Hôtel de Ville ; de plus, il s’agit d’un des plus riches bourgeois de la ville, et de son beau-fils. Grâce à Fiorella, à sa capacité de déduire la suite logique des événements, les garçons sont sauvés. À la fin du roman, Fiorella dévoile son secret aux garçons, elle leur annonce son identité réelle. Les garçons l’acceptent et tous les trois ensembles créent la Confrérie du Cristal.

15Les descriptions des maisons pragoises, des maisons du maire, du bourreau, des bourgeois de la Vieille Ville de Prague, des souterrains inexplorés et mystérieux de ces maisons permettent aux lecteurs de redécouvrir des endroits encore extrêmement visités de Prague tels que la tour de Dalibor, le pont de pierre, le monastère Saint-Georges, la ruelle d’Or, les salles du château de Hradčany avec le bureau où l’on s’occupait des tables du pays. L’auteur Vlastimil Vondruška est un bon connaisseur des mœurs du Moyen Âge et de la période qui le suit, des gens et de leurs fonctions, des ordres, qui à cette époque-là influençaient la vie de tous les gens. La ville de Prague, avec ses rues et ses coins pittoresques, avec ses palais et ses riches maisons, dont certaines existent encore actuellement, apparaît sous un nouveau jour.

Fiorella et le cimetière des vampires

16Le deuxième roman évoque par son titre Fiorella et le cimetière des vampires une atmosphère terrifiante. Et c’est vraiment la même ambiance qui envahit tout le quartier à cause de meurtres mystérieux. Fiorella, Lukáš et Martin dévoilent les intrigues d’un inquisiteur extrêmement ambitieux qui n’hésite même pas à tuer son propre père pour gagner une fortune. Son pouvoir semble illimité, les enfants, dont la confrérie est agrandie par une jeune fille qui s’appelle Lucie et qui travaille dans une auberge, ne pourraient jamais réussir leur enquête sans l’aide d’autres personnes influentes et puissantes. Fiorella-Raffael, soutenue par les Jésuites qui résident dans le Clémentinum, parvient à persuader le recteur qui, à son tour, convaincra l’Inquisiteur suprême. L’auteur fait de nouveau revivre certains milieux historiques : outre le grand monastère des Jésuites, il emmène le lecteur dans l’Horloge de la Vieille Ville, le presbytère d’un vieux prêtre qui vit dans le quartier, le quartier des Juifs, les ateliers de certaines corporations, etc.

17Après avoir lu quelques romans policiers historiques de Vlastimil Vondruška et ses romans d’aventures pour enfants, une question se pose : en quoi ces deux genres romanesques diffèrent-ils ? Il est vrai que l’intrigue des deux romans où Fiorella et ses amis emploient leur propre raison et une réflexion logique pour résoudre des affaires compliquées, pourrait servir de sujet pour un roman destiné aux adultes. Néanmoins, Vlastimil Vondruška présente aux enfants avec plus de détails le fonctionnement de certains métiers, il tient ses lecteurs enfantins en haleine, mais il ne les terrifie pas de manière extrême ; il souligne le courage de ses héros, leur collaboration et leur volonté d’aider les innocents. En plus, Fiorella, fille de l’alchimiste, sait profiter de ses connaissances inhabituelles, elle sait diriger la Confrérie tout en faisant partie de ce groupe dans lequel tous se sentent responsables les uns des autres. Les deux types de romans sont basés sur le même système, néanmoins ceux qui sont destinés aux enfants et aux jeunes contiennent quelque chose d’innocent et d’un peu naïf, même s’il s’agit d’affaires difficiles, graves et dangereuses. Ceux qui s’adressent aux adultes sont plus cruels, et souvent aussi plus sensuels.

18Dans la littérature tchèque contemporaine pour enfants et jeunes lecteurs, manque considérablement un roman convaincant qui serait basé sur le Moyen Âge tchèque. La ville de Prague a une histoire si riche et si fascinante que nous pouvons espérer qu’un jour un jeune lecteur appréciera l’ambiance de la Prague médiévale dans un ou plusieurs romans de bonne qualité.

Notes

1 Cosmas de Prague, historien né vers 1045, mort le 21 octobre 1125. Il avait fait ses études à Prague et à Liège ; il voyagea en Italie et en Allemagne et devint chanoine de l’église de Prague. Vers la fin de sa vie, il entreprit d’écrire l’histoire de son pays. Sa chronique écrite en latin (Cronica Bohemorum) est divisée en trois livres dont chacun est dédié à un ami de l’auteur. Elle révèle une connaissance approfondie des classiques latins que Cosmas cite ou imite volontiers ; il mêle fréquemment à sa prose des vers latins. Il raconte, d’après les traditions fabuleuses, l’histoire légendaire de la Bohême ; pour la période chrétienne, il met à profit un certain nombre de documents ecclésiastiques. Sa chronique est la première source indigène de l’histoire de Bohême. La Cronica Bohemorum a connu plusieurs éditions : la première est celle de Freher, Rerum bohemicarum antiqui scriptores (Hanau, 1602) ; au XVIIIe siècle, une édition scientifique a été donnée par Pelcel et Dobrowsky (Prague, 1783, dans les Scriptores rerum bohemicarum).

2 Novotná, Miroslava : La Chronique de Dalimil. Sabaté, Flocel : Por política, terror social. Ed. 1. Lleida, Grup de Recerca Consolidat en Estudis Medievals, Universitat de Lleida, 2013, p. 173-195.

3 En premier lieu Alois Jirásek (1851-1930), historien, écrivain et dramaturge a écrit une dizaine de textes orientés vers ce thème. Josef Svátek (1835-1897) est également l’auteur d’une dizaine de proses sur les événements du Moyen Âge tchèque, dont le plus connu est le roman Les Mémoires de la famille des bourreaux Mydlář à Prague (1886-1889), histoire d’un jeune étudiant en médecine cultivé (et de ses descendants), qui avait été obligé de devenir le bourreau principal de Prague.

4 Renata Štulcová, La Rose et le Chevron, Praha, Knižní klub, 2009, p. 35.

5 La rue Celetná est attestée au xive siècle, avec pour nom la rue des « caltnéři », des pâtissiers qui produisaient des « caltny », des petits pains entrelacés. À l’époque, la « Voie royale » que les processions de couronnement des rois de Bohême empruntaient jusqu’au Château de Prague passait par cette rue. Elle a gardé son tracé médiéval, très peu de modifications tardives ont été apportées. L’ancien éclairage au gaz, restauré en 2007, évoque l’atmosphère de la vieille Prague.

6 Le Codex Gigas (ou Bible du diable) est un manuscrit du XIIIe siècle, originaire de la Bohême, l’un des territoires historiques tchèques. Célèbre pour sa taille et une frappante représentation pleine page du diable (page 577), ce manuscrit rassemble plusieurs textes : l’Ancien et le Nouveau Testament, deux œuvres de Flavius Josèphe, les Étymologies d’Isidore de Séville, l’Ars medicinae (L’art de la médecine, ) le manuel de médecine le plus utilisé au Moyen Âge, une Chronica Boëmorum (Chronique des Bohémiens) datant du XIIe siècle et signée Cosmas de Prague, ainsi qu’un calendrier. Les sections qui témoignent des origines bohémiennes et de l’histoire mouvementée du manuscrit sont d’un très grand intérêt. À la fin du XVIe siècle, le Codex a été intégré aux collections de Rodolphe II de Habsbourg. Durant le siège de Prague par les Suédois, à la fin de la Guerre de trente ans (1648), le manuscrit avait été pris comme butin de guerre et transféré à Stockholm.

Auteur

Université de BRNO

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search