Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Première partie. de l’histoire à la fiction

« La jeune fille insoumise dans les romans historiques pour la jeunesse »

Marie-Laurentine Caëtano

Texte intégral

  • 1 Paris, Gallimard jeunesse, coll. « Mon Histoire », 2011.
  • 2 Traduit du néerlandais par Jean-Philippe Bottin et Anne Rogghe, Namur, Mijade, 2009.
  • 3 Paris, Oskar, coll. « Les Aventures de l’Histoire », 2011.
  • 4 Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Laurence Kiéfé, Paris, Flammarion, 2011 (Londres, 2009).
  • 5 Paris, Flammarion, 2011.
  • 6 Tome 1 de la série Parfum d’histoire, Paris, Galapagos, 2011.
  • 7 Tome 1 : Le Reliquaire d’argent ; tome 2 : Les Diamants bleus ; tome 3 : Le Pas de la Dame Blanche, (...)

1Un certain nombre de romans historiques pour la jeunesse mettent en valeur, et cela dès le titre, une héroïne historique ou fictive qui a comme principale caractéristique son insoumission ou sa rébellion : Anne de Bretagne : duchesse insoumise (1488-1491) de Catherine de Lasa1, La Jeune Fille rebelle de Jean-Claude Van Rijckeghem et Pat Beirs2, Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, de Catherine Le Quellenec3 et Élinor l’insoumise de Mary Hoffman4. D’autres fictions, comme Trois gouttes de sang de Martine Pouchain5, L’Eau des anges de Béatrice Egémar6 ou la série Ysée d’Évelyne Brisou-Pellen7, mettent en scène une héroïne très indépendante dans un cadre historique médiéval. Ces titres formeront donc notre corpus dont l’étude nous permettra de comprendre pourquoi et comment des enjeux idéologiques et féministes s’articulent avec la représentation du Moyen Âge.

  • 8 Trésor de la Langue Française Informatisé : http://www.cnrtl.fr.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.

2Avant de dresser un portrait plus précis de nos héroïnes, rappelons quelques définitions. Une personne insoumise est quelqu’un « qui n’accepte pas de se soumettre (à l’autorité dont il dépend), qui refuse de (la) reconnaître8 ». Si « insoumis » et « rebelle » sont considérés comme deux adjectifs synonymes, notons cependant les nuances entre les deux termes puisque quelqu’un de rebelle est une personne « qui se révolte contre l’autorité du gouvernement légitime, d’un pouvoir établi ; qui ne reconnaît pas l’autorité de quelqu’un, qui n’est pas docile ; qui est réfractaire, hostile à quelque chose9 ». Nous verrons que les différentes héroïnes de notre corpus sont bien souvent réfractaires aux convenances et qu’elles se révoltent. D’ailleurs, une personne révoltée « est en rébellion contre l’autorité établie » et « refuse d’obéir, de se soumettre à quelqu’un10 ». Nous présenterons les héroïnes de façon à montrer comment elles sont des jeunes filles d’exception ; comment se manifeste leur insoumission et contre quoi elles se rebellent ; enfin nous observerons comment apparaissent des idées féministes dans les romans du corpus.

3Présentons brièvement ces ouvrages avant d’étudier leurs héroïnes. Comme son titre l’indique, Anne de Bretagne : duchesse insoumise (1488- 1491), de Catherine de Lasa, est un roman historique sur Anne de Bretagne. Comme tous les ouvrages de la collection « Mon Histoire », des éditions Gallimard jeunesse, il se présente comme un journal intime. Catherine de Lasa se concentre sur les années 1488-1491, c’est-à-dire quand Anne de Bretagne a entre onze et quatorze ans. La Jeune Fille rebelle, de Jean-Claude Van Rijckeghem et Pat Beirs, a aussi pour héroïne une figure historique : Marguerite de Flandre, que l’on suit de sa naissance à ses quatorze ans (1347-1361). Catherine Le Quellenec, avec Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, nous présente la troisième et dernière héroïne historique du corpus, en se concentrant assez naturellement sur ses dernières années : 1425-1431, de ses treize à ses dix-neuf ans. Élinor l’insoumise de Mary Hoffman est un roman dont l’action se déroule pendant la croisade contre les Cathares entre 1208 et 1212. L’épilogue prolonge l’aventure et Élinor, qui avait treize ans au début de livre, en a désormais vingt-trois. Élisabeth, seize ans, est l’héroïne de Trois gouttes de sang de Martine Pouchain, roman qui se déroule au XIIIe siècle et présente le métier d’enlumineur. La série de Béatrice Egémar se concentre sur le milieu des parfumeurs et le premier tome, L’Eau des anges, dont l’action principale se déroule de 1365 à 1368, met en avant Douceline, âgée de douze à quinze ans et fille d’un apothicaire. Les trois volumes d’Ysée d’Évelyne Brisou-Pellen couvrent les années 1453-1455 et l’héroïne qui donne son nom à la trilogie a entre douze et quatorze ans.

  • 11 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 11.
  • 12 Ibid., p. 12.
  • 13 Trois gouttes de sang, op. cit., p. 20.
  • 14 Ibid., p. 109.

4 Les héroïnes du corpus sont bien souvent présentées comme des jeunes filles d’exception, des jeunes filles différentes ou, pour reprendre l’expression de deux d’entre elles, « pas comme les autres ». Cette différence est très marquée dans Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre. D’ailleurs, dès la première phrase de la quatrième de couverture cette caractéristique est annoncée : « En ce début du xve siècle, Jeanne d’Arc n’est pas une jeune fille comme les autres ». Cela se confirme au premier chapitre où, alors que « […] tout le monde fêtait saint Jean [...] seule Jeanne était restée perchée dans son arbre. Elle regardait les étoiles scintiller dans la nuit noire. Plongée dans ses pensées, la petite Jeanne paraissait grave et profonde. La sérénité qui se lisait sur son visage faisait contraste avec son jeune âge11 ». Au chapitre suivant, la mère de Jeanne d’Arc confie que « […] dès qu’elle l’avait prise dans ses bras, [elle] avait su que cette petite fille ne serait pas tout à fait comme les autres12 ». Élisabeth, l’héroïne de Trois gouttes de sang, « […] n’est pas comme les autres filles de son âge. Elle a toujours su qu’elle n’était pas comme les autres. Elle en a souffert au début, puis elle s’est habituée13. » Plus qu’une habitude c’est presque une fierté. Quand Lambert, son prétendant, lui dit « […] les autres filles de ton âge [...] », Élisabeth le coupe : « Je ne suis pas les autres filles de mon âge ! Mais je croyais que tu l’avais compris déjà14 ». Pour deux héroïnes de notre corpus, l’exception vient de leur position sociale et politique : par leur rang et leur naissance, Anne de Bretagne et Marguerite de Male sont des jeunes filles d’exception qui ne peuvent pas être comme leurs compagnes du même âge.

  • 15 La Jeune Fille rebelle, op. cit., voir p. 17 à 22.
  • 16 Ibid., p. 22.
  • 17 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 12.
  • 18 L’Eau des anges, op. cit., p. 7.

5Cette différence s’annonce fréquemment dès la naissance de l’héroïne, qu’il s’agisse d’un personnage historique ou fictif. Ainsi la naissance de Marguerite de Male est-elle difficile15 et elle doit bénéficier de l’aide de Morva, « la sorcière de Moerland16 ». Marguerite naît, alors que religion et superstition ont été convoquées, mais malheureusement le comte attendait un héritier mâle. Nous l’avons vu précédemment, Isabelle, la mère de Jeanne d’Arc, a su dès la naissance, après un « accouchement [...] douloureusement long et difficile »17, que sa fille aînée serait différente. Pour Ysée, l’héroïne d’Évelyne Brisou-Pellen, ce n’est pas tant la naissance qui pose problème que le mystère qui l’entoure, puisque la jeune fille ne sait pas qui sont ses parents. Une des intrigues de la trilogie est la quête d’identité d’Ysée. Un objet est lié à cette mystérieuse naissance : un reliquaire d’argent – qui donne le titre au premier volume – dans lequel Ysée a été déposée bébé au couvent. À la fin de la série, la jeune fille va voir le dauphin de France pour lui faire avouer qu’il est son père. Celui-ci ne veut pas le dire et pourtant il affirme bien avoir été présent lors de la naissance. L’Eau des anges, commence par la naissance de Douceline : « Je suis née à Grasse, le 30 avril 135318. » Cela permet d’annoncer pourquoi l’héroïne attache tellement d’importance aux odeurs. Le père de Douceline en revanche n’est pas fâché que ce soit une fille, puisqu’il a déjà un fils. Ainsi, ce n’est pas la force de caractère de l’héroïne (au prénom qui annonce la douceur) qui est annoncée, mais plutôt son intérêt pour les parfums.

  • 19 Le Pas de la Dame Blanche, op. cit., p. 459.
  • 20 Qui donne son titre au tome 2 d’Ysée.
  • 21 Élinor l’insoumise, op. cit., p. 30.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid., p. 31.
  • 24 Cf La Jeune Fille rebelle, op. cit., p. 25.
  • 25 Ibid., p. 87.
  • 26 Ibid., voir p. 89-90.
  • 27 Élinor l’insoumise, op. cit., p. 78, voir aussi p. 149 et 219.

6Nous nous attacherons dans cette étude au caractère et au talent des héroïnes, mais attardons-nous, pour ne plus y revenir, sur le physique de ces jeunes filles. D’une manière générale, en effet, elles semblent jolies, même si l’auteur ne le dit pas explicitement. C’est le cas, par exemple, d’Élisabeth qui ne manque pas de prétendants, sans qu’on nous ait décrit une jeune fille à la beauté hors du commun. D’Ysée, nous savons qu’elle est « fort jolie19 » comme sa mère et que ses yeux lui valent le surnom d’« Ysengrin les diamants bleus20 ». Quant à Élinor et Marguerite de Male, elles sont décrites comme étant peu féminines. La première est « […] entièrement couleur noisette – les cheveux, les yeux et le teint21 ». La mère d’Élinor pense que sa fille « […] aurait dû être un garçon » comme son frère, puisqu’ils « […] ressemblaient tous deux à leur père22 » ; Élinor ne peut donc « […]espérer [se] marier en comptant seulement sur [son] apparence23. » Marguerite de Male ressemble elle aussi à son père. Celui-ci le remarque d’ailleurs dès la naissance, persuadé qu’il vient d’avoir un fils24. Pendant son enfance Marguerite est moquée par les servantes et en grandissant, a bien conscience qu’elle « […] a la tête de goupil de son père25 » et d’ailleurs elle n’ose pas se regarder dans un miroir26. Comme pour Élinor, la question du mariage se pose et la jeune fille sait bien qu’elle épousera « quelqu’un qui [la] voudra pour [son] héritage27. ». Il est intéressant de voir que ces romans, destinés en grande partie à des adolescentes, n’insistent pas sur les qualités physiques. À une période de leur vie où les jeunes filles ont parfois du mal à accepter leur corps, les auteurs mettent l’accent sur la force morale et les talents des héroïnes, pas sur leur apparence ou leur rang : le mythe de la princesse de conte de fée est ici banni pour laisser place à des héroïnes auxquelles les lectrices peuvent s’identifier.

  • 28 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 13.
  • 29 Ibid., p. 113.
  • 30 Anne de Bretagne : duchesse insoumise (1488-1491), op. cit., p. 11.
  • 31 Ibid., p. 41.
  • 32 Ibid., p. 42.
  • 33 Ibid., p. 21.
  • 34 Ibid., p. 22.
  • 35 Le Reliquaire d’argent, op. cit., p. 104-105.
  • 36 Ancêtre de la guitare ou de la mandoline.
  • 37 Ibid., voir p. 161.
  • 38 Cf Les Diamants bleus, op. cit., p. 40.
  • 39 Ibid., voir p. 72. Voir aussi p. 76 : Thomas le Bleu « n’avait reçu d’autre éducation que celle de (...)
  • 40 Trois gouttes de sang, op. cit., p. 51.
  • 41 Ibid., p. 67.
  • 42 Ibid., p. 182.

7La plupart des héroïnes sont aussi des jeunes filles d’exception grâce à leur éducation. Au Moyen Âge, en effet, l’éducation des filles n’est pas très fréquente et, surtout, elle est réservée à une certaine élite et confiée au magistère des mères. Dans notre corpus, la seule pour laquelle on ne parle pas d’éducation, c’est Jeanne d’Arc : on sait simplement que « comme toutes les fillettes du village, [elle] avait appris à coudre et à filer28 ». À l’inverse, La Jeune Fille rebelle nous montre que Marguerite de Male sait lire et écrire, qu’elle apprend des langues ainsi que le dessin et le maniement des armes. Cette dernière discipline étant de sa propre initiative et non selon la volonté de son père. Elle confie à un camarade : « Je sais écrire le français, le flamand et le latin. Je sais tout sur l’arithmétique, la géométrie et l’astrologie29 ». Nous en saurons moins sur la formation d’Anne de Bretagne, même si comme elle tient un journal, il est évident qu’elle sait lire et écrire. Elle sait aussi broder30, son éducation politique se fait avec le chancelier de Montauban31 et sa gouvernante se charge de la religion et de la morale32. Des rencontres avec le père Mahyeuc viennent compléter cet enseignement tout en proposant un accompagnement spirituel. L’éducation des héroïnes fictives est elle aussi mentionnée dans les autres romans du corpus. Les capacités de Douceline invitent ses parents à la confier au père Joseph, un dominicain savant et patient, qui lui « […] apprit [ses] lettres, le calcul, l’Histoire sainte, quelques rudiments de latin et de géographie33 ». À la fin de la leçon, le père Joseph emmène Douceline au jardin pour lui expliquer l’usage des plantes. En même temps, elle apprend son métier aux côtés de ses parents34. Ysée, quant à elle, est envoyée à l’école alors qu’aucun de ses frères n’a bénéficié de cet enseignement. « Dans la section des grandes où se trouvait Ysée, on apprenait le latin, le français, l’astronomie et les échecs, à chanter et à jouer de la flûte35. » C’est à l’école qu’Ysée peut s’exercer sur la guiterne36. Un enseignement pratique est aussi dispensé : elle apprend les différentes manières de soigner les blessures, ou les soins à donner aux enfants. Sa mère adoptive, Perrenote, n’a pas rendu cette enfant au couvent qui la lui avait confiée, alors elle lui offre la scolarité qu’elle aurait eue auprès des religieuses37. C’est ce qui explique pourquoi les frères d’Ysée ne vont pas à l’école. Pour compléter sa formation, Ysée demande à ses frères qu’ils lui apprennent à se battre. Puis ce sera un coquillard, Petit-Jean, qui deviendra son maître d’armes38. Perrenote est une guérisseuse et à ses côtés Ysée s’initie aux soins39. Élisabeth, qui est allée à l’école40, apprend aussi le métier de parcheminier avec ses parents et particulièrement avec son père, Thomas de Cauélus. Bien qu’il soit mort, Élisabeth « […] sait qu’il est fier de la voir maîtriser la totalité de la fabrication du livre depuis la peau jusqu’à la reliure, en passant par l’écriture et l’enluminure41. » Élinor, comme toute jeune fille noble, doit apprendre, à contrecœur la danse, le chant, les travaux d’aiguille. Les réceptions sont aussi l’occasion de parfaire son éducation en s’initiant à la musique et à la poésie. Elle apprend à jouer de la flûte avec Huguet, un des musiciens du château. Plus tard, Dame Iseut « […] allait lui apprendre à être une trobairitz. Ce qui ajouterait une corde de plus à son arc. Et après avoir chanté les poèmes d’Iseut et ceux d’Azalais, [Élinor] s’imaginait sans peine capable d’en écrire elle-même42. » L’éducation est primordiale pour plusieurs héroïnes, grâce à elle, elles peuvent devenir indépendantes et donc s’épanouir. C’est sans doute un message pour les jeunes lectrices.

  • 43 Ibid., p. 26.
  • 44 Cf. Le Reliquaire d’argent, p. 43 et Les Diamants bleus, p. 66.
  • 45 Les Diamants bleus, op. cit., p. 69 et sqq.
  • 46 Cf Le Pas de la Dame Blanche, op. cit., p. 263 ; 300 et sqq.
  • 47 Cf L’Eau des anges, op. cit., p. 13 ; 18-19 ; 160.
  • 48 Ibid., voir p. 22.
  • 49 Ibid., p. 33 sqq.
  • 50 Ibid., p. 274.
  • 51 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 42.

8Le caractère exceptionnel de nos héroïnes se manifeste aussi par leurs talents. Les talents musicaux d’Elinor sont loués régulièrement dans le roman. Quand, travestie en Estève le joglar, elle chante le lai de Tristan et Iseut, son talent est applaudi et récompensé par une belle bourse. Ysée est également douée pour la musique, entre autres talents. Lors de son séjour au sein d’une bande de coquillards, elle récupère une guiterne et, pendant qu’elle occupe de riches auditeurs, le reste de la bande les vole. Après avoir été un faux ménestrel, Ysée en devient presque un vrai : elle quitte les coquillards avec sa guiterne puis entre au service de Joffrey de Sansay, qui la félicite pour sa jolie voix, tout comme le poète et duc Charles d’Orléans. Mais, avec les coquillards, Ysée-Ysengrin a développé un autre talent : celui de crocheter les serrures ! Son premier essai lui a permis de s’échapper du couvent et c’est la possession d’un crochet qui la fait accepter dans la bande de brigands et qui lui permettra d’entrer de nuit dans la chambre du Dauphin. Agile et leste, Ysée remporte des courses de fille et court même plus vite que les garçons puisqu’elle gagne, sous le nom d’Ysengrin, haut la main, « la course des chausses43 » qui est réservée aux garçons. Ses capacités au combat sont remarquées par Petit-Jean qui lui fait l’honneur de devenir son maître d’armes. La liste des talents d’Ysée ne s’arrête pas ici : elle est capable d’imiter le cri des animaux44, et surtout de les soigner. Plus tard, Ysée soigne et adopte un cheval qui a été brûlé dans l’incendie d’une écurie45 et montre par la suite qu’elle est capable de soigner aussi les hommes puisque c’est grâce à elle que Joffrey va recouvrer la santé dans le tome trois46. Quant à Douceline, bien qu’élevée par un apothicaire, elle ne se tourne pas vers les soins, mais vers les parfums. Grâce à un odorat très développé47, elle apprend à fabriquer, comme sa mère, des bougies parfumées et de l’eau de rose48 ou des pomander49, puis des oiselets de Chypre suivant un modèle offert par son père et enfin elle crée des eaux de fleurs en reprenant la technique de l’eau ardente présentée par un apothicaire. Marguerite de Male sait très bien manier les armes. Ses divers professeurs ont remarqué son talent et notamment Andrea Tagliaferro qui ne lui donne un cours que parce qu’elle le mérite, mais c’est le combat final du roman qui montre l’adresse de Marguerite dans tout son éclat puisqu’elle combat son propre père tout en suscitant son admiration50. Jeanne d’Arc, la dernière héroïne du corpus, se distingue elle aussi par un talent peu ordinaire pour une jeune fille. En effet, comme le souligne le titre du roman, Jeanne d’Arc est « chef de guerre ». La jeune fille est qualifiée par ses compagnons de « meneuse d’hommes hors pair » car « son entrain et sa confiance parvenaient à insuffler aux hommes vigueur et courage. Elle incarnait l’énergie et la bravoure51 ».

9Nos héroïnes ont donc des talents variés allant de la musique au combat, en passant par des dons leur permettant de faire carrière dans une profession. Elles ne sont donc pas des personnages traditionnels, puisqu’elles se distinguent par des talents virils. Cependant l’insoumission demeure leur caractéristique principale ; voyons désormais comment elle se manifeste pour chacune d’entre elles.

  • 52 Ibid., p. 28.
  • 53 Ibid., phrase citée deux fois p. 28.
  • 54 Ibid., p. 74.

10Sans surprise, puisque ces demoiselles sont des rebelles, nous découvrons qu’elles ont toutes un caractère bien trempé, qu’il s’agisse des personnages historiques ou des héroïnes de fiction. Quand Jeanne d’Arc demande à rencontrer Messire de Baudricourt, elle fait preuve d’audace et de culot, ce qu’il ne manque pas de remarquer. Cependant, c’est bien la détermination qui caractérise Jeanne d’Arc : « Le regard de Jeanne […] reflétait toute sa détermination. Elle irait au bout de ce qu’elle croyait juste. Elle n’abandonnerait pas52. » Une phrase de Jeanne vient confirmer sa résolution : « Plutôt la mort que le renoncement53 ». Ses compagnons ou ses adversaires ne peuvent que remarquer cette ténacité qui impressionne même le roi de France. La suite nous montre qu’effectivement Jeanne ira jusqu’à la mort, sur le bûcher, sans jamais perdre sa ténacité. L’« aplomb » de Jeanne d’Arc revient fréquemment dans le roman du fait même de la détermination de la jeune fille et de sa confiance ; elle ne se laisse pas ébranler par les obstacles. Cette « force de caractère » ajoutée à une grande énergie suscite l’admiration et même les plus méprisants ne peuvent que se taire. Il faut aussi ajouter que Jeanne ne manque pas de courage. Il est plusieurs fois fait mention de sa bravoure. Si Jeanne suscite l’admiration de certains, elle suscite aussi la peur chez les anglais ou la haine de Monseigneur Cauchon, l’évêque de Beauvais. La force de caractère de Jeanne se voit particulièrement lors de son procès : malgré la fatigue et la solitude, elle reste digne, patiente et calme et, lors de sa montée sur le bûcher, elle est « étrangement sereine54 ». Cette sérénité dans un contexte très violent s’oppose à la rage de Marguerite de Male. Sur la quatrième de couverture, l’éditeur nous présente une héroïne au « caractère bien trempé » capable d’« effronterie ». Nous sommes loin des clichés sur la princesse coquette et fragile. Sans doute à cause de son rang, Marguerite est fière et orgueilleuse. Dès sa plus tendre enfance, elle commande ses dames de compagnie, plus tard elle cache ses émotions par orgueil. L’insolence de Marguerite de Male, annoncée sur la quatrième de couverture, se manifeste vite puisqu’elle n’hésite pas à répondre à son père, comme lorsqu’il part combattre les Anglais et que Marguerite lui rétorque que, pendant ce temps, elle va apprendre l’anglais. Le roman nous montre d’ailleurs à maintes reprises les rapports difficiles entre le père et la fille, rapports souvent violents entre ces deux personnages finalement très semblables. Marguerite le provoque, mais son père la dénigre. Marguerite est tout aussi effrontée avec son prétendant, Edmond de Langley. L’insolence se teinte d’ironie quand, après avoir manigancé l’annulation de son mariage par le pape, Marguerite joue l’étonnée. Son effronterie ridiculise et humilie Edmond de Langley qui ne parviendra pas à l’épouser. Ajoutons à cette insolence, un tempérament vif et passionné : Marguerite s’emporte vite – contre ceux qui lui laissent entendre qu’elle n’est pas belle – et la colère l’anime bien souvent. Quand sa mère, malade et folle, est internée, Marguerite éprouve contre son père une colère qui se transforme en haine. Son mari, Philippe de Bourgogne, la décrit ainsi :

  • 55 Ibid., p. 247.

11Tu es la femme la plus drôle que je connaisse [...] Tu peux être froide et sans cœur, têtue comme une mule, bougonne et ennuyeuse. Mais quand je suis près de toi, je sens la vie battre dans toutes mes veines. Il y a un feu en toi et je me désaltère à ses étincelles. Tu as une ardeur en toi, qui ne peut être éteinte.55

12Ajoutons à cela le courage de la jeune fille qui n’hésite pas à défendre ses compagnons.

  • 56 Ibid., p. 37.
  • 57 Ibid., p. 17-18.
  • 58 Ibid., p. 42.
  • 59 Ibid., p. 40.
  • 60 Ibid., p. 346.

13 Anne de Bretagne a elle aussi un fort tempérament et s’emporte facilement. Elle est fâchée avec « les lâches56 », les traitres, comme le maréchal de Rieux57. Malgré son jeune âge (onze ans au début du livre), elle donne des ordres avec autorité. Les obstacles ne font pas peur à la jeune duchesse. Même si la fermeté et la détermination sont des traits caractéristiques d’Anne de Bretagne, elle devra se résoudre à épouser Charles VIII. Ainsi, sa haine des Français s’évanouit. Élisabeth se caractérise elle aussi par sa ténacité, sa détermination, et par une « volonté que rien n’entame58 ». La jeune fille est décrite comme « [obstinée], intransigeante et sauvage59 ». Son désir de perfection l’amène à maîtriser ses émotions pour atteindre son but. Elle doit donc surmonter sa colère et son dépit. Plus tard, elle aura conscience d’avoir été une « enfant difficile, désobéissante, maladroite60. » Quand le troubadour Bertram de Miramont est emprisonné, seule Élinor envisage d’aller le délivrer. Comme les autres héroïnes de ce corpus, Élinor est courageuse et déterminée. Au cours des trois volumes, le lecteur découvre qu’Ysée est rusée, que c’est une insolente à la langue bien pendue, au mépris et à l’ironie redoutables, que ses colères sont violentes puisqu’il est souvent question de fureur et de rage. Ysée en a bien conscience, cependant elle est aussi courageuse et parvient à s’imposer dans une bande de brigands ou à se jeter dans la gueule du loup si nécessaire. Douceline, quant à elle, a un caractère doux, bien accordé à son prénom, et c’est avec surprise qu’on la voit défendre ses eaux de fleurs lors d’une attaque de brigands. Sa compagne, dame Constance, admire son courage, tout comme Du Guesclin ou Béranger, le prétendant éconduit. Lors d’une attaque de pirates, Douceline fait encore preuve de son courage en refusant de se mettre à l’abri. Notons aussi que, comme Élisabeth, Douceline est fière de son travail. Les héroïnes ont donc des caractères assez semblables et se détachent des personnages traditionnels.

14L’insoumission de ces héroïnes se manifeste par le refus des convenances et notamment du mariage, refus en accord avec leur caractère. Sans grand respect pour les convenances sociales, Jeanne d’Arc parle avec aplomb aux hommes qu’elle rencontre. Quant à Anne de Bretagne et Marguerite de Male, elles s’affranchissent parfois des convenances dues à leur rang, Marguerite allant jusqu’à prendre un bain avec l’un de ses prétendants. De manière plus précise, ce rejet des convenances s’observe sur deux points : la critique de la religion et le travestissement des filles en garçons.

15Nos héroïnes, qu’il s’agisse tant des personnages historiques que des personnages de fiction, osent, en effet, tenir tête à un religieux. Ainsi Jeanne d’Arc qui, rappelons-le, est canonisée par l’Église, n’hésite pas en plein procès ecclésiastique à braver l’évêque Cauchon. Marguerite de Male va interrompre le curé en plein sermon alors qu’elle n’a que treize ans. Il faut dire que le chapelain Van Izeghem vient de faire une tirade méprisante pour les femmes en citant Marguerite elle-même en exemple. Ysée, quant à elle, se rebelle contre les religieuses qui veulent l’enfermer à cause de sa naissance. Aux hospices de Beaune, elle n’hésite pas à dénoncer la discipline injuste imposée par la supérieure. Élinor l’insoumise montre bien les atrocités commises au nom de la religion, pour un profit matériel et politique, pendant les croisades contre les Cathares. Comme nous le voyons par ces exemples, elles ne remettent pas en cause la religion, mais plutôt certaines contradictions ou idées transmises par des religieux, ainsi que leur comportement.

  • 61 La Jeune Fille rebelle, op. cit., p. 93.

16Nous l’avons vu avec le procès de Jeanne d’Arc, s’habiller en garçon quand on est une femme est condamnable, pourtant plusieurs héroïnes du corpus se travestissent : Jeanne d’Arc donc, mais aussi Ysée et Élinor. Pour ces dernières, la fuite est plus facile sous des vêtements de garçon. Ce costume leur permet liberté et indépendance. Élisabeth prend un pseudonyme masculin, Thomas le Bleu, et enlumine en cachette. Seule Douceline ne semble pas avoir de problème à assumer sa féminité et ne regrette pas de ne pas être un garçon. Surtout, elle n’est pas contrainte de cacher sa féminité. Marguerite de Male, si elle ne peut se travestir du fait de sa condition, grandit comme un garçon autant qu’elle le peut. Et ce d’autant plus facilement que son père voulait un fils. Elle n’hésite donc pas à s’imposer dans la bande de damoiseaux parce qu’elle « […] arrive à pisser debout contre un arbre61 ». Tel un garçon mal élevé, elle jure, et tel un jeune homme noble, elle apprend à se battre. Même Anne de Bretagne, pourtant assez féminine, rêve dans son journal d’être un homme pour pouvoir renverser Charles VIII. La condition féminine semble être une entrave et bien souvent, être un garçon s’avère donc plus pratique et permet de faire des choses interdites aux filles.

  • 62 Ibid., p. 5.
  • 63 Ibid., p. 150.
  • 64 Ibid., p. 71.
  • 65 Ibid., p. 147.

17 Le point commun entre ces héroïnes, qui provoque leur rébellion, est le refus du mariage. Pour Jeanne d’Arc, la question ne se pose pas : elle sait que son engagement l’y fait renoncer. Pour les six autres, on leur présente un époux qu’elles refusent. L’intrigue du roman se joue d’ailleurs sur ce sujet, même si d’autres aspects sont largement développés. Ainsi le journal d’Anne de Bretagne commence à Nantes, le 15 mai 1488, par ces mots : « Je n’épouserai pas Alain d’Albret62 ». Il se termine le 18 novembre 1491 : « Demain, je vais me fiancer avec Charles VIII, en l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle63 ». Revenons en mai 1488, Anne de Bretagne se dit prête à mourir ou à « suivre les traces » de Catherine de Rohan, une autre princesse rebelle. Elle consent à épouser Alain d’Albret par pitié pour son père, mais, après la mort de celui-ci, elle signe « une déclaration de refus de mariage64 ». Deux ans plus tard, et pour des raisons politiques, Anne de Bretagne épouse Maximilien d’Autriche par procuration. Cette fois-ci, ce n’est pas le refus du mariage qui est l’occasion d’une rébellion, mais la célébration. Quelque temps plus tard, le 9 novembre 1491, le Parlement de Bretagne supplie la duchesse « pour restaurer la paix, d’épouser le roi de France65 ». Mais elle se révolte. En effet, elle combat depuis trois ans le roi de France. Le père Mahyeuc libère Anne de Bretagne de son premier mariage car il n’a pas été consommé. La duchesse se résigne et ce mariage fait cesser sa rébellion tant sur le plan politique que personnel.

  • 66 Ibid., p. 150.

18Pour Marguerite de Male aussi la question du mariage provoque la rébellion, même si d’autres événements l’avaient déjà fait naître, comme l’internement de sa mère. C’est au cours d’un dîner que le comte de Flandre annonce que sa fille Marguerite, quinze ans, « […] épousera Edmond de Langley, le duc de Cambridge et fils cadet du roi d’Angleterre. Le mariage aura lieu cet été66. » Marguerite refuse avec insolence. Pour toute réponse, son père l’empoigne puis la renvoie dans sa chambre. Pour Marguerite la guerre est déclarée : elle commence une grève de la faim. Après sept jours de jeûne, Marguerite de Male reçoit la visite de son père : malgré sa force et sa détermination, la jeune fille accepte d’épouser Edmond de Langley. À la lecture des lettres que ce dernier lui envoie, elle se radoucit et a même hâte de le rencontrer, mais quand cela se produit, la déception de la jeune rebelle est grande. À partir de là, Marguerite de Male fera tout pour humilier son fiancé et rompre leur engagement. Comme son père refuse de céder, elle obtiendra une lettre du Pape, lequel n’autorise pas ce mariage. Plus tard, Marguerite de Male épouse Philippe de Rouvres sur la décision de son père. L’épidémie de peste en décidera autrement et Marguerite de Male sera rapidement veuve sans que son mariage soit consommé. Cependant la rébellion de Marguerite ne s’arrête pas là, car la principale raison à son insoumission est lutter contre son père.

19Les héroïnes de fiction de notre corpus ne sont pas contraintes d’accepter un mariage politique. Toutefois, elles aussi s’opposent avec force à une union qu’elles n’ont pas choisie. Ainsi Élinor refuse d’épouser Thibaut le Viguier, un riche veuf dont elle pourrait être la fille. Pourtant, si son père espère ce mariage, c’est parce qu’il assurera la sécurité d’Élinor en cette période qui s’annonce troublée. Pour Élinor, cet argument est insultant et, face à l’inflexibilité de son père, elle envisage le suicide. Finalement une solution moins radicale sera adoptée : habillée en garçon, Élinor deviendra Estève le joglar. Douceline ne veut pas non plus se marier selon les vœux de son père. Ce dernier aimerait la voir épouser le fils de maître Clémentis, Béranger. La réaction de Douceline est vive et immédiate ; cependant, à la différence des autres héroïnes du corpus, Douceline est « atterrée » et non révoltée. La lutte est de ce fait différente : Douceline gagne en indépendance au cours de la foire de Beaucaire, alors que tout effraie Béranger qui ne veut pas épouser une jeune fille aussi intrépide. Pour Élinor, comme pour Douceline, « tout est bien qui finit bien » puisqu’elles épouseront toutes deux le garçon qu’elles ont choisi, qu’elles aiment et qui les aime. Ce sera aussi le cas d’Ysée. Le maire, Taupinet Plouvier, un homme de cinquante-quatre ans, veut épouser cette adolescente de douze ans, mais, à la fin du tome trois, elle obtiendra une lettre du dauphin qui la libèrera de la tutelle du couvent et lui autorisera un mariage selon son cœur. Le mariage, surtout sans amour, est une contrainte qui entrave les héroïnes du corpus, alors qu’elles rêvent d’indépendance et mettent tout en œuvre pour atteindre cette liberté. Ces romans qui mettent en scène des héroïnes rebelles véhiculent des idées féministes alors même qu’ils s’adressent à un lectorat moderne majoritairement féminin. Nous verrons comment les héroïnes ont des modèles d’indépendance sur leur chemin et comment elles parviennent à concilier l’image topique de la jeune fille avec leur caractère insoumis. Enfin nous observerons comment le féminisme apparaît en réponse aux personnages fortement misogynes des romans.

  • 67 Anne de Bretagne : duchesse insoumise (1488-1491), op. cit., p. 5.
  • 68 Ibid., p. 113.

20 Si nos héroïnes sont rebelles et insoumises, c’est qu’elles ont soif de liberté et d’indépendance. Sur cette voie, la plupart suivent des modèles, et particulièrement des modèles féminins, qu’elles se sont choisis ou qui se sont imposés à elles. Dès le début de son journal intime, Anne de Bretagne se place dans la lignée des « princesses rebelles67 » et est prête à suivre les traces de cette héroïne qu’est à ses yeux Catherine de Rohan. Le cas de Marguerite de Male est un peu différent car son caractère et sa volonté d’indépendance semblent héréditaires. Jeanne d’Arc n’a pas vraiment de modèle, mais en deviendra un pour Ysée, qui mentionne un autre modèle de femme : la poétesse Christine de Pisan. Toutefois, même s’il s’agit d’un vrai modèle dont l’enseignement est acquis, la présence du modèle est traitée avec distanciation puisque c’est en l’honneur de Christine de Pisan que la jeune héroïne appelle sa mule Pisane ! Ysée parle d’éducation avec le maire, qui n’est pas très favorable à l’éducation des filles, elle lui répond que « Christine de Pisan disait que, si on envoyait les filles à l’école, elles comprendraient mieux les subtilités de l’art et de la science68 ». Plus qu’un modèle rêvé comme Jeanne d’Arc, Christine de Pisan est un modèle féministe qui guide Ysée dans son éducation et son indépendance. Déguisée en joglar, Élinor croise sur son chemin des femmes indépendantes et cultivées qui sont autant de modèles. Il en va ainsi de la dame de Montpellier, qui dirigeait une ville en toute indépendance, ou d’Iseut de Saint-Jacques, une trobaïritz, qui la prendra sous sa protection et lui apprendra à composer des vers. La force de caractère de dame Iseut est si grande qu’elle met elle-même le feu à son château, avant de le fuir, car elle ne peut supporter de le voir aux mains des Français. Et par souci d’indépendance, elle demande la protection du Marchese plutôt que sa charité en composant pour sa cour. Le roman s’achève avec la victoire des femmes de Toulouse qui sauvent le château et tuent Simon de Montfort, ce qui confirme encore les capacités des femmes à être les égales des hommes. Ces héroïnes viriles seront chantées dans la littérature du XVIIe siècle, notamment dans la Galerie des Femmes fortes du père Lemoyne.

  • 69 Le Reliquaire d’argent, op. cit., p. 22.

21Malgré ces modèles de femmes indépendantes et cultivées, les héroïnes de nos romans sont tiraillées entre les clichés sur les jeunes filles et leur insoumission. Les auteurs, en effet, avec des héroïnes rebelles, veulent se détacher des attitudes topiques des héroïnes passives et rêveuses qui attendent le prince charmant. Cependant, même si leurs héroïnes revendiquent leur force de caractère et leur insoumission, elles ont des moments de faiblesse ou de rêverie assez typiques habituellement des personnages féminins. Ainsi Élinor, tout en refusant d’être une femme rêve d’amour et même d’un mariage impossible avec un troubadour. Quelque temps plus tard, elle a désormais l’attitude attendue d’une jeune fille bien élevée et amoureuse. D’un côté, Ysée est une jeune fille rebelle qui voudrait être chef de guerre, et de l’autre, elle rêve « d’un beau prince qui se jetterait à ses pieds pour demander sa main69 ». D’autre part, le jour où elle rencontre Joffrey, c’est le coup de foudre et elle est jalouse de sa fiancée, Blanche. Évelyne Brisou-Pellen ajoute une autre jeune fille qui est le pendant inversé d’Ysée, Nicole qui, elle, préfère rester au couvent. Malgré son fort caractère, son attitude rebelle et son comportement de garçon manqué, Marguerite de Male, par bien des aspects, se conduit comme une enfant ou comme une jeune fille typique. Ainsi, quand à l’âge de huit ans elle est séparée de sa mère, elle pleure et prie pour sa guérison. Quand tout espoir de guérison est perdu, le comte annonce à Marguerite qu’elle héritera des titres et des terres, mais elle le refuse. Si c’est le premier acte de rébellion de Marguerite de Male contre son père, c’est aussi le moment où elle est pleinement une fille encore jeune qui a besoin de la présence et de la tendresse de sa mère. Marguerite de Male correspond tout à fait aux réactions attendues quand elle se soucie de sa beauté ou qu’elle est contente de porter une belle robe. D’autre part, comme sa mère, elle est lectrice de contes, notamment celui de la magicienne Hellawes qui malgré sa beauté se meurt d’amour. D’ailleurs, Marguerite cite ce conte à son père, quand celui-ci veut la contraindre à épouser Edmond de Langley. Elle avait rêvé du prince charmant, comme bien des jeunes filles de son âge, et probablement comme les lectrices du roman dont elle est l’héroïne, et elle est déçue de sa rencontre avec Edmond de Langley. On peut d’ailleurs se demander si ce n’est pas un message pour les lecteurs : princes et princesses de contes de fées n’existent pas, mais l’amour oui, comme en témoignent les happy ends de plusieurs romans.

  • 70 Trois gouttes de sang, op. cit., p. 39-40.
  • 71 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 77.

22Les héroïnes insoumises permettent de véhiculer un discours féministe dans les romans, souvent en contrepoint des propos misogynes de nombreux personnages. Le féminisme de La Jeune Fille rebelle se révèle, en effet, en opposition à tous les propos misogynes rapportés dans le roman. Comme nous l’avons vu précédemment par des exemples, de nombreux personnages masculins véhiculent des idées contre les femmes, qu’il s’agisse du comte de Flandre, du chapelain Van Izeghem, des damoiseaux, ou même d’Edmond de Langley. Mais tous doivent bien admettre que, quoique femme, Marguerite de Male est leur égale, si elle ne leur est pas supérieure. Béranger, le prétendant de Douceline, ne trouve pas convenable qu’elle voyage à cheval. Les prétendants d’Élisabeth sont tout aussi misogynes ; comme Lambert qui pense que « Les femmes n’ont pas de jugeote. Si elles en avaient, elles comprendraient que le travail ne peut que nuire à leur beauté et à leur santé. Quant à l’étude, n’en parlons même pas. Chacun sait qu’il n’est pas bon qu’une femme soit plus intelligente que son époux. Cela la pousse inévitablement à se mêler des affaires des hommes70 ». Jeanne d’Arc, quant à elle, ne prend pas parti dans un débat féministe. En revanche, elle est clairement donnée en exemple par l’auteur qui finit son roman par : « Jeanne d’Arc était entrée dans la légende71 ». D’ailleurs, les modèles féminins et féministes comme dans Élinor l’insoumise participent aussi à transmettre un message féministe au lecteur. Le travestissement permet de montrer que les femmes sont capables des mêmes choses que les hommes et qu’elles peuvent même exceller comme Élisabeth dans l’enluminure ou Douceline dans les parfums. La réussite des héroïnes dans leur entreprise les place à leur tour dans la position de modèle littéraire pour les jeunes lecteurs.

23Ce panorama, non exhaustif, des jeunes filles insoumises dans la littérature de jeunesse explorant le Moyen Âge nous permet d’observer un véritable phénomène d’édition qui met en scène ces héroïnes rebelles. Il est vrai que les bornes d’un article ne nous ont pas permis de développer les autres thématiques de ces romans, comme la guerre contre les Cathares dans Élinor l’insoumise ou les différents métiers présentés dans ce corpus. Notre sujet est donc un peu réducteur pour ces romans qui se veulent avant tout des romans historiques sur une période, un personnage, un corps de métier, etc. Toutefois l’insoumission des héroïnes et le féminisme que cela implique sont bien des axes de ces romans et forment le point commun qui nous a permis de rassembler ce corpus. Si nous parlons de phénomène éditorial, c’est que ces romans s’inscrivent dans l’engouement pour le roman historique que nous pouvons observer en ce moment de la part des jeunes lecteurs. Engouement qui favorise la création de collections particulières comme « C’est mon histoire » chez Gallimard jeunesse ou « Les Aventures de l’Histoire » chez Oskar. En outre, les éditeurs semblent, pour les ouvrages qui nous concernent, insister sur cette rébellion que nous venons d’étudier : les titres et les quatrièmes de couvertures en sont la preuve. Les titres de la série d’Évelyne Brisou-Pellen, par exemple, ne font pas mention d’insoumission ou de rébellion – à la différence de ceux cités en introduction – mais sur la quatrième de couverture de chaque tome, nous pouvons lire : « le destin d’une jeune fille indépendante et audacieuse, rattrapée par son mystérieux passé ». Nous remarquons en outre que les sept livres sont tous publiés entre 2009 et 2012. Consciemment ou non, il semblerait que les auteurs et les éditeurs aient ressenti le besoin de donner aux jeunes lectrices des modèles insoumis et féministes. Ces ouvrages s’inscrivent donc sans doute dans une période et une société où il est nécessaire de réaffirmer que la femme est l’égale de l’homme. On peut alors se demander qui du contexte ou thème historique, ou de l’héroïne féministe est le sujet premier du roman pour l’auteur et si les enjeux idéologiques du XXIe siècle n’ont pas déteint sur ces romans historiques.

Notes

1 Paris, Gallimard jeunesse, coll. « Mon Histoire », 2011.

2 Traduit du néerlandais par Jean-Philippe Bottin et Anne Rogghe, Namur, Mijade, 2009.

3 Paris, Oskar, coll. « Les Aventures de l’Histoire », 2011.

4 Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Laurence Kiéfé, Paris, Flammarion, 2011 (Londres, 2009).

5 Paris, Flammarion, 2011.

6 Tome 1 de la série Parfum d’histoire, Paris, Galapagos, 2011.

7 Tome 1 : Le Reliquaire d’argent ; tome 2 : Les Diamants bleus ; tome 3 : Le Pas de la Dame Blanche, Paris, Bayard, coll. « Estampille », 2011-2012.

8 Trésor de la Langue Française Informatisé : http://www.cnrtl.fr.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 11.

12 Ibid., p. 12.

13 Trois gouttes de sang, op. cit., p. 20.

14 Ibid., p. 109.

15 La Jeune Fille rebelle, op. cit., voir p. 17 à 22.

16 Ibid., p. 22.

17 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 12.

18 L’Eau des anges, op. cit., p. 7.

19 Le Pas de la Dame Blanche, op. cit., p. 459.

20 Qui donne son titre au tome 2 d’Ysée.

21 Élinor l’insoumise, op. cit., p. 30.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 31.

24 Cf La Jeune Fille rebelle, op. cit., p. 25.

25 Ibid., p. 87.

26 Ibid., voir p. 89-90.

27 Élinor l’insoumise, op. cit., p. 78, voir aussi p. 149 et 219.

28 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 13.

29 Ibid., p. 113.

30 Anne de Bretagne : duchesse insoumise (1488-1491), op. cit., p. 11.

31 Ibid., p. 41.

32 Ibid., p. 42.

33 Ibid., p. 21.

34 Ibid., p. 22.

35 Le Reliquaire d’argent, op. cit., p. 104-105.

36 Ancêtre de la guitare ou de la mandoline.

37 Ibid., voir p. 161.

38 Cf Les Diamants bleus, op. cit., p. 40.

39 Ibid., voir p. 72. Voir aussi p. 76 : Thomas le Bleu « n’avait reçu d’autre éducation que celle de la paroisse ».

40 Trois gouttes de sang, op. cit., p. 51.

41 Ibid., p. 67.

42 Ibid., p. 182.

43 Ibid., p. 26.

44 Cf. Le Reliquaire d’argent, p. 43 et Les Diamants bleus, p. 66.

45 Les Diamants bleus, op. cit., p. 69 et sqq.

46 Cf Le Pas de la Dame Blanche, op. cit., p. 263 ; 300 et sqq.

47 Cf L’Eau des anges, op. cit., p. 13 ; 18-19 ; 160.

48 Ibid., voir p. 22.

49 Ibid., p. 33 sqq.

50 Ibid., p. 274.

51 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 42.

52 Ibid., p. 28.

53 Ibid., phrase citée deux fois p. 28.

54 Ibid., p. 74.

55 Ibid., p. 247.

56 Ibid., p. 37.

57 Ibid., p. 17-18.

58 Ibid., p. 42.

59 Ibid., p. 40.

60 Ibid., p. 346.

61 La Jeune Fille rebelle, op. cit., p. 93.

62 Ibid., p. 5.

63 Ibid., p. 150.

64 Ibid., p. 71.

65 Ibid., p. 147.

66 Ibid., p. 150.

67 Anne de Bretagne : duchesse insoumise (1488-1491), op. cit., p. 5.

68 Ibid., p. 113.

69 Le Reliquaire d’argent, op. cit., p. 22.

70 Trois gouttes de sang, op. cit., p. 39-40.

71 Jeanne d’Arc, jeune fille rebelle et chef de guerre, op. cit., p. 77.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search