Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Première partie. de l’histoire à la fiction

« Articulation histoire/fiction et métissage générique »

Monique Noël-Gaudreault

Texte intégral

  • 1 Everton V. Machado, « À la quête d’un passé mythique », Acta fabula, vol. 10, n° 3, Editions, réédi (...)
  • 2 Maryse Rouy, Le Chevalier Jordan, Montréal, Hurtubise, 2006.
  • 3 Voir Jean-Denis Côté, « Le roman historique pour la jeunesse », Québec français n° 140, 2006, p. 46 (...)

1Au xiie siècle, au Québec, il y avait quelque trente mille Amérindiens et Inuits, une poignée de Vikings (installés depuis le Xe siècle), et des chasseurs basques occasionnels, pour la baleine. De nos jours, cette lointaine époque fascine, et les héritiers de la Nouvelle-France aiment célébrer, ici et là, les Médiévales. On se costume, on s’initie à la gastronomie et à la musique d’époque, on organise même, à cette occasion, des tournois de chevaliers, avec ou sans cheval. La chevalerie renvoie à ce passé mythique qui exalte l’honneur et le courage1. C’est ce que montre l’historienne de formation et enseignante à l’école primaire, Maryse Rouy, auteure de quatre romans historiques pour la jeunesse, publiés entre 1995 et 2000 et réédités sous le titre : Le chevalier Jordan2. Il y sera question de seigneurie, de pèlerinages, de tournois et de batailles rangées. Comme tout roman historique, notre objet d’étude est une fiction qui emprunte plus ou moins massivement à des événements et à des personnages historiques3, tout en gardant cependant sa liberté pour inventer. Dans un premier temps, nous examinerons comment, à l’intérieur de notre corpus, s’articulent le référent historique « Moyen Âge » en Europe et l’univers de la fiction. Puis nous décrirons les traces de deux autres genres littéraires dans cette série romanesque publiée au Québec : le roman de chevalerie et le roman de formation. Enfin, nous réfléchirons à la littérarité et aux finalités de cette œuvre destinée aux jeunes lecteurs.

Moyen Âge et univers de la fiction

Cadre spatio-temporel de la série

2Nous suivons le personnage de Jordan, issu d’une famille noble, entre son septième anniversaire, à sa sortie de la chambre des dames, au château de ses parents, et ses dix-huit ans, âge auquel il est fait chevalier, au château de Gensac. Le tome 1 porte essentiellement sur les bêtises du garçon et l’hostilité grandissante à son endroit, de Sicard, le capitaine des gardes du château ; le deuxième, sur sa confrontation polémique avec Sicard ; le troisième, sur son rôle crucial à l’intérieur de la forteresse assiégée ; et le dernier, sur la bataille qui permet au héros d’être fait chevalier sans tarder.

  • 4 Il faudra attendre la 6e Croisade (1228-1229) pour que le sultan Malik al Kamil, menacé par les Mon (...)

3Si l’on en croit la quatrième de couverture ainsi que l’avant-propos, l’action de ce récit fictionnel se déroule au XIIe siècle. De fait, même si on n’y trouve aucune date, deux mentions permettent de le confirmer : d’une part, la présence, dans la chambre des dames du château de Gensac, du manuscrit d’Yvain ou Le Chevalier au lion (roman courtois paru vers 1177) ; d’autre part, la participation du père de Jordan à une croisade, au sujet de laquelle le lecteur apprend (p. 111) que Jérusalem reste à délivrer (les dates de la 3e croisade : 1189-1192 ; celles de la 4e : 1202-1204). Donc, l’histoire se passe plus probablement quelque temps après 11924.

  • 5 Il existe effectivement un château de Gensac en Gironde, et un château de Tournay, dans les Pyrénée (...)

4L’action centrale se déroule à l’intérieur ou autour de châteaux-forts et de monastères en Aquitaine5. Cependant, deux lieux référentiels offrent des retours en arrière utiles au récit : Jérusalem comme souvenir, raconté à l’enfant, des hauts-faits paternels, immortalisés par une tapisserie maternelle ; Saint-Jacques-de-Compostelle est associée à un événement majeur, répété plusieurs fois : c’est sur le chemin du retour de ce lieu de pèlerinage, à Urrugne, que le père du héros, le seigneur Bertrand de Gourron, a disparu.

Représentations de la société médiévale

5Dans Le Chevalier Jordan, une grande partie de la société médiévale est représentée, à l’exception des habitants des villes, bourgeois, marchands et artisans. Comme le héros est un futur chevalier, et même un futur seigneur, une part plus importante d’informations est accordée à la noblesse, les paysans figurent en contrepoint, mais l’Église n’y est pas oubliée pour autant.

  • 6 Le Chevalier Jordan, op. cit, p. 179.
  • 7 Régine Pernoud, La Femme au temps des Croisades, Paris, Stock, 1990.

6Nombreux et issus de toutes les catégories sociales6, les pèlerins pour Saint-Jacques-de-Compostelle sont hébergés dans une partie du monastère attenant au château du père du héros. C’est aussi parmi les pèlerins que le père de Jordan se cache lors de son retour d’Urrugne, un an après la tentative d’assassinat dont il a été victime de la part de son capitaine des gardes. D’après Pernoud7, le pèlerinage tient une place difficilement imaginable dans la vie de l’époque. Lorsque le héros, enfant, se casse la jambe, ses parents promettent de faire un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle si sa jambe se répare bien. En effet, s’il restait infirme, il serait incapable de se tenir à cheval, et ne pourrait succéder à son père comme seigneur de Gourron. Le prêtre est montré dans l’exercice de ses fonctions à deux reprises. Dans le premier cas, lors d’une messe, il sert de témoin, dans la chapelle du monastère du château de Gourron, pour une double arrestation : celle des deux voleurs de reliques rapportées des lieux saints par le père du héros, et celle de leur maître, Sicard, celui qui a commandé l’assassinat de son seigneur, Bertrand de Gourron, père de Jordan. Dans le second cas, l’auteure nous montre l’insistance d’un autre prêtre, lors de la confession obligatoire, dans un autre château, pour que Jordan, qui doit être fait chevalier le lendemain, pardonne à Sicard, son ennemi juré. Enfin, c’est au couvent d’Auchamp, auprès des moines, que le grand-père du héros s’est retiré, après avoir été lui-même seigneur de Gourron. Pour décourager Jordan, désireux de fuir Sicard qui le maltraite, il informe son petit-fils des exigences de la vie monastique : selon ses dires, il faut assister à tous les offices, chanter des hymnes, apprendre à lire et à écrire le latin ; et cela dans le but de devenir soit copiste, soit guérisseur, soit moine. Perspective peu alléchante pour l’enfant turbulent. Par ailleurs, le supérieur du couvent de Beaulieu va pouvoir obtenir du comte de Montpezat un moulin, en échange de son soutien spirituel (bénédictions et prières) dans la guerre contre Laymon et ses hommes. À cette occasion, le couvent devient le lieu de compétitions entre la mesnie du comte et les moines qui y suivent leur formation. Maryse Rouy en profite pour montrer que les activités monastiques ne sont nullement incompatibles avec l’exercice physique : les clercs se défendent bien à la balle (où un écuyer triche), aux quilles (où les écuyers gagnent de justesse) et à l’éteuf (jeu de paume, où les moines sont champions). Par contraste, la santé des paysans ne semble pas florissante du tout.

  • 8 Ibid., p. 156.

7Dès le début de la série romanesque, la châtelaine, mère de Jordan, promet un morceau de lard aux paysans chaque fois que leurs fils viendront jouer à la guerre avec le sien dans la mini-forteresse construite à cet effet. De surcroit, Guillemette, la cuisinière, nourrit les petits paysans avec du pain et des noix ou des pommes. En temps ordinaire, ils travaillent aux champs et mangent parfois de la soupe. Cependant, malgré la nourriture qu’ils reçoivent de temps à autre, ils ont toujours faim et ne peuvent compter sur les ressources de la chasse, réservée à la noblesse. Ne pas respecter cet interdit, c’est s’exposer à être pendu. Les paysans vivent donc pauvrement des ressources de la terre, au rythme des saisons. Dans Jordan, on les voit à l’automne, après les moissons, quand il faut vendanger et tuer le cochon. Réquisitionnés pour prêter main forte aux serviteurs du seigneur lors de ses riches réceptions, les paysans pêchent les carpes et les tanches élevées dans les douves du château, tandis que les paysannes dépouillent et plument le gibier. Hommes et femmes sont assujettis au seigneur, qui a le droit de commander, de contraindre et de punir8. Bref, envers les nobles, les charges paysannes pèsent lourd : il y a la corvée. Dans cette suite romanesque où est peint avec vigueur le quotidien, l’Histoire n’est prise en charge que par l’exemple précis de Charlemagne (747-814) : à son sujet, Jordan pense qu’il avait bien raison d’être fier de Roland, son neveu, contrairement au comte de Montpezat dont le neveu, Damien, joueur et tricheur, réussit à nuire temporairement au héros en le faisant accuser à tort de vol. Ce dernier se dédouanera en proposant de se soumettre au jugement de Dieu. Par ailleurs, dans un emboîtement de poupées russes, le comte de Montpezat (suzerain) a notamment pour vassaux le seigneur de Puymorin, ainsi que le père du héros, le seigneur de Gourron ; à son tour, celui-ci a pour vassal le seigneur de Larboust. Chaque seigneur peut aussi compter sur plusieurs chevaliers (ou jeunes seigneurs) qui combattent avec lui et qui ont des écuyers à leur service.

8D’autres effets d’inscription dans un cadre médiéval tiennent à la géographie. Au sommet de chaque colline se dressent des châteaux fortifiés. Dans l’œuvre de Maryse Rouy, le comte de Montpezat y rend visite à ses vassaux afin de les convoquer pour le service d’ost. À cette occasion, le seigneur de Gourron, père du héros, reçoit le comte avec sa suite, une centaine de personnes, qu’il faut loger et nourrir pendant une semaine. Précisons ici que Montpezat se prépare à attaquer le seigneur de Laymon pour lui reprendre la forteresse de Grangeais. Enfin, de son côté, le comte de Gensac est assez riche pour organiser des tournois une semaine entière ; la récompense du chevalier gagnant sera de se distraire dans le château, tout l’hiver, avec sa troupe. À l’inverse, Damien, le neveu qui a démérité, sera exilé chez un célibataire endurci où il s’ennuiera. Ces chevaliers fougueux se régalent de chevreuils, sangliers, tourtes et perdrix, quand ils ne s’affrontent pas lors de joutes plus ou moins amicales et quand ils n’ont pas à défendre ou à attaquer le château d’un seigneur voisin. Chaque fois qu’ils ne s’entraînent pas au combat, on voit ces virils militaires jouer à des jeux d’adresse, de dés ou d’échecs, ou même, de façon exceptionnelle, écouter les vers et les chants d’un troubadour en compagnie féminine.

9Pour leur part, les femmes nobles passent beaucoup de temps dans la chambre des dames avec leurs servantes. Dame Garsie, la mère du héros, s’y adonne à des travaux d’aiguille et y lit la Bible. Elle se montre compatissante et juste envers les paysans : elle vérifie la part de récolte qu’ils donnent en impôt, leur offre quelquefois à manger et les soigne, le cas échéant. Dans le tome 2, prise en otage par Sicard, le capitaine des gardes de son mari qui s’est emparé du château après avoir agressé son maître pour prendre sa place, elle obtient un délai au-delà duquel elle devra épouser l’usurpateur. À l’opposé, Jeanne, la comtesse de Montpezat, s’avère capable de commander la forteresse de Mirambeau alors que son mari est blessé ; en cela, elle ressemble à Clémence de Bourgogne, épouse de Robert de Flandre, qui le remplace alors qu’il est parti pour Jérusalem. Mentionnons enfin le sort de deux jeunes femmes : Aude, au destin misérable et Isabelle, mieux armée pour la vie. Fille du comte de Gensac, Aude est chassée de son château par son beau-frère fratricide. Une fois qu’il a récupéré le château de Beauregard, au printemps suivant, pour éviter de potentielles représailles, son père tout-puissant la donne en mariage à l’usurpateur, alors qu’elle aime, d’un amour réciproque, Olivier, un neveu du comte de Montpezat. Quant à Isabelle, âgée de douze ans, c’est la fiancée de Jordan qui a le même âge ; celui-ci la trouve sotte et antipathique parce qu’elle ne le croit pas quand il se vante d’exploits empruntés à d’autres personnages.

Matériaux relevant dautres genres littéraires

10Cette série romanesque entrecroise faits historiques et fiction, mais emprunte également des matériaux aux romans de chevalerie ainsi qu’aux romans de formation.

Le chevalier Jordan, roman de chevalerie

  • 9 Jean Fiori, Croisade et chevalerie. XIe–XIIe siècles. Paris-Bruxelles, De Boeck Université, 1998, p (...)
  • 10 Myrrha Borodine, La Femme et l’amour au XIIe siècle d’après les poèmes de Chrétien de Troyes, Genèv (...)

11L’appellation roman de chevalerie signale des récits d’aventures médiévales hétéroclites que les spécialistes contemporains désignent comme chansons de geste et romans courtois, qui ont en commun de mettre en scène les exploits, les caractères, les mœurs et les amours des chevaliers. Notons que cette appellation « roman de chevalerie » est postérieure au Moyen Âge. Comme enfant, puis adolescent écuyer d’un chevalier, puis d’un autre, Jordan joue à la fois le rôle de témoin et d’acteur dans le récit. Il faut attendre la fin du tome 4 pour que son adoubement ait lieu, marque d’accession à l’âge adulte. La cérémonie passe par les étapes suivantes : barbier, bain, tunique blanche, jeûne, confession, prière toute la nuit, messe avec bénédiction des épées, la tunique rouge, la colée (coup du plat de l’épée sur le cou), la remise du baudrier pour y glisser l’épée, les éperons, le bouclier, la formule rituelle : « Je te fais chevalier. Sois bon, loyal et généreux ». En outre, l’adoubement est une façon, pour l’Église, de sacraliser l’ordo militum9. Les chausses, le haubert (tunique), la coiffe de maille et le casque du chevalier pèsent si lourd qu’il faut hisser le combattant sur son cheval, lors des luttes armées entre seigneurs locaux. Comme dans tout roman de chevalerie, il est question de château assiégé, de batailles rangées en rase campagne, de stratégies de combats. Par exemple, dans le tome 4, on n’hésite pas à incendier des masures de paysans pour faire sortir le seigneur ennemi de son château afin de pouvoir lui livrer bataille dans la plaine. Ironie du sort, l’incendie s’avère inutile, car le méchant était à la chasse et, à la grande surprise du lecteur, le seigneur et ses chevaliers se retrouvent nez à nez avec lui. En résumé, la gloire, l’amour et Dieu seraient les seules préoccupations des chevaliers, d’après Myrrha Borodine10 ; toutefois, Jordan étant en formation, c’est surtout de gloire qu’il rêve.

Le chevalier Jordan, roman de formation

  • 11 Florence Bancaud-Maënen, Le Roman de formation au XVIIIe siècle en Europe, Paris, Nathan, 1998, p.  (...)
  • 12 Isabelle Durand-Leguern, Le Roman historique, Paris, Colin, 2008, p. 85.

12Pour Florence Bancaud-Maënen11, il faut entendre par roman de formation un récit fictionnel conçu comme une biographie structurée par les différentes étapes du développement d’un héros, de la jeunesse à la maturité. Rappelons que la série à l’étude raconte la vie d’un fils de seigneur qui fait l’apprentissage du métier de chevalier : entre sept et douze ans, il suit des leçons d’équitation et de maniement des armes, et s’entraîne même à la guerre avec une forteresse miniature ; puis il part sur les routes comme écuyer du chevalier Pradas, pour parachever sa formation de guerrier ; le voilà prisonnier dans la forteresse assiégée de Mirambeau, avec la troupe du comte de Montpezat, son suzerain blessé, et enfin, il participe à l’attaque du château de Beauregard où, acceptant finalement de mettre en péril la vie de sa jument adorée, il permet au comte de Gensac de triompher de son ennemi. Lors de sa formation, le héros découvre la patience (jambe cassée), la mort (son père a disparu lors d’une attaque crapuleuse), l’amour (à l’exception de sa fiancée, il finit par charmer la gente féminine qui, de son côté, ne le laisse pas indifférent), la haine (comment pardonner à Sicard qui le maltraite et a voulu tuer son père ?), et l’amitié indéfectible de Paulin. D’ailleurs, une des grandes originalités de la série des Jordan est qu’elle met en scène, à côté du héros, son frère de lait, Paulin, petit paysan, loyal, plus humble et plus raisonnable. C’est surtout grâce à l’esprit d’observation de Paulin et à la confiance totale que lui accorde Jordan, que tous deux sauveront, à plusieurs reprises, la situation. Les guerres internes de Jordan avec les autres écuyers dont il partage le quotidien lui apprennent à faire face aux dures réalités de la vie12 ; par exemple, accusé injustement du vol du sceau du comte, il évite d’humilier ce dernier en dénonçant son neveu publiquement et propose plutôt de s’en remettre au jugement de Dieu. Même s’il n’a pas le droit d’être soumis à cette épreuve, n’étant pas encore chevalier, sa détermination plaidera en sa faveur. Bref, tout au long de sa formation d’écuyer, étape requise avant de pouvoir être fait chevalier, il va subir plusieurs épreuves, qui feront en sorte qu’à la fin du quatrième tome, il mérite d’accéder à cet honneur. Il a en effet montré à ses supérieurs qu’il avait fait siennes les valeurs héroïques telles que bravoure, audace et esprit de sacrifice.

Autres sources du chevalier Jordan

  • 13 Claude Simon, « La fiction mot à mot », dans Nouveau roman : hier et aujourd’hui, Paris, UGE, 1972, (...)

13L’œuvre de Maryse Rouy accorde une certaine place à des personnages littéraires. En effet, on y trouve peu de noms de personnages historiques célèbres, mis à part celui de Charlemagne (742-814), et surtout de son neveu Olivier, dont un troubadour chante les exploits à Roncevaux dans le roman. Enfin, on trouve une allusion à la Bible concernant le retour de l’enfant prodigue. De façon implicite cette fois, l’intertextualité thématique se manifeste aussi à trois reprises, avec l’Odyssée. Le jeune Jordan tente de se cacher au milieu du troupeau de moutons pour tromper le garde en service, comme Ulysse désireux de berner le Cyclope ; à l’instar des prétendants au trône d’Ithaque, Sicard, le capitaine des gardes, prétend épouser la femme du seigneur de Gourron, qu’il a fait assassiner ; enfin, le seigneur déguisé en mendiant est démasqué par son chien, et on le reconnaît comme l’époux de retour chez lui. D’un point de vue technique, des liens intertextuels apparaissent aussi avec l’Iliade : l’habillement du chevalier de Pradas rappelle le passage célèbre où Achille s’équipe de pied en cap avant de partir au combat. Par ailleurs, de nombreux couples d’opposition jalonnent la série des quatre romans : une paire d’amis Jordan et Paulin, deux comtes, deux châtelaines de caractère opposé, deux chevaliers (Olivier et le chevalier Pradas), deux usurpateurs (Sicard et Aymon), deux gardes complices de Sicard, deux châteaux objets de litige (Grangeais et Beauregard), deux monastères, deux guerres, deux chasses, deux tournois, etc. Le texte est donc construit sur un réseau d’échos, d’oppositions, de complémentarités, réseau qui illustre bien la formule de Claude Simon : « La fiction doit être un jeu de miroirs internes. »13

14Véritable plongée exotique dans un monde lointain reconstitué, celui des chevaliers, ces quatre romans répondent à un besoin d’évasion. L’œuvre vise peut-être plus spécialement les lecteurs garçons, dont on dit qu’ils ne lisent pas. Quoi qu’il en soit, ce récit d’apprentissage est une belle occasion, pour la jeunesse, de construire ses propres valeurs. D’un point de vue idéologique, en effet, cette représentation de l’Histoire médiévale permet d’opposer le monde d’autrefois, avec ses castes, sa religion, ses coutumes, ses injustices, ses valeurs, et celui de maintenant, qui se perçoit lui-même comme progressiste, contre les inégalités entre hommes et femmes, ou riches et pauvres. À travers ses personnages, les valeurs privilégiées par l’auteure semblent bien être l’empathie, la solidarité et la droiture. Le but, selon nous, est de faire réfléchir les jeunes sur la façon dont tout être humain s’y prend pour répondre à ses besoins physiologiques, de sécurité, d’appartenance, d’estime de soi et le besoin de s’accomplir.

  • 14 Myriam White-Le Goff, « Quel Moyen Âge dans l’édition pour la jeunesse ? » Itinéraires no 3, 2010, (...)
  • 15 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’occident médiéval, Paris, Arthaud, 1984, p. 114.

15Malgré l’absence de cartes, glossaires, biographies, bibliographies ou annexes, tendant à souligner l’authenticité de l’image du Moyen Âge qu’elles véhiculent14, les représentations de la société médiévale dans la tétralogie à l’étude s’avèrent assez fidèles au référent historique : dans ce monde hiérarchisé et interdépendant, il y a ceux qui prient, ceux qui travaillent, ceux qui combattent (selon une lecture dumézilienne). Avec en filigrane Jérusalem et Saint-Jacques-de-Compostelle, le château et le monastère servent de décor à la mise en scène de personnages inventés qui, avec leurs forces et leurs faiblesses, ressemblent beaucoup aux gens d’aujourd’hui. Les pèlerins font partie intégrante de l’action du récit, tandis que les prêtres semblent servir à rappeler discrètement aux jeunes lecteurs l’importance de l’Église à l’époque médiévale. Quant aux moines, ils nous sont présentés comme menant une vie saine et enviable, si l’on excepte la règle d’obéissance. À l’opposé, c’est la misère et la faim des paysans qui sont soulignées ainsi que leur assujettissement aux nobles. De leur côté, mis à part complots et autres bassesses humaines, ces derniers mènent la grande vie aux dépens des paysans qui les servent15. Toutefois, la responsabilité d’assurer leur protection n’exclut pas qu’on doive sacrifier, à l’occasion, quelques masures pour la cause. Enfin, à quelques exceptions près, le statut social des femmes nobles en fait de simples monnaies d’échange rêvant à un amour tout à fait courtois qui les transforme en suzeraines sur un piédestal, avec des chevaliers à leurs pieds. Maryse Rouy met également en scène des personnages exclus de la société : les brigands et les mendiants (vrais ou faux), mêlés aux pèlerins. Elle mentionne même les lépreux. Cette série historique pour la jeunesse emprunte ses matériaux au roman de chevalerie et au roman de formation (7-18 ans), avec deux finalités : transmettre un savoir pour aider à comprendre la vie à la campagne au XIIe siècle en Aquitaine, transmettre des valeurs, en permettant d’examiner et de mettre à distance des stéréotypes afin de comprendre les rouages de la vie contemporaine. Avec cette perméabilité entre faits historiques, fiction et vie contemporaine, l’auteure parvient à rendre l’Histoire si vivante que Le Chevalier Jordan pourrait servir à enseigner cette discipline, dans la mesure où celle-ci s’intéresse enfin aux relations sociales, aux divers modes de vie des individus, aux croyances et valeurs véhiculées.

Notes

1 Everton V. Machado, « À la quête d’un passé mythique », Acta fabula, vol. 10, n° 3, Editions, rééditions, traduction, 2009. http://www.fabula.org/revue/document4942.php, 2009, Consulté le 21 juillet 2015.

2 Maryse Rouy, Le Chevalier Jordan, Montréal, Hurtubise, 2006.

3 Voir Jean-Denis Côté, « Le roman historique pour la jeunesse », Québec français n° 140, 2006, p. 46-49. Voir aussi Jean Molino, « Qu’est-ce que le roman historique ? », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 75, no 2-3, 1975, p. 195-234.

4 Il faudra attendre la 6e Croisade (1228-1229) pour que le sultan Malik al Kamil, menacé par les Mongols, cède Jérusalem à Frédéric II, empereur d’Occident.

5 Il existe effectivement un château de Gensac en Gironde, et un château de Tournay, dans les Pyrénées ; quant à la forteresse de Saint-Aventin, elle pourrait être le Castel Blanquat médiéval de Saint-Aventin, ce nom correspondant également à un martyr tué par les Maures. Assiégé dans le roman, le château-fort de Mirambeau a été fortement convoité à l’époque où Aliénor d’Aquitaine a épousé en secondes noces Henri Plantagenet, futur roi d’Angleterre (1152). Enfin, Puymorin figure comme une des quatre maisons nobles de la paroisse de Saint-Laurent d’Arce (Gironde), à moins qu’il ne s’agisse de la seigneurie de Puymorin en Vendée. Enfin, Urrugne, d’une importance clé dans Le Chevalier Jordan, est une ville du pays basque français, située à l’actuelle frontière espagnole.

6 Le Chevalier Jordan, op. cit, p. 179.

7 Régine Pernoud, La Femme au temps des Croisades, Paris, Stock, 1990.

8 Ibid., p. 156.

9 Jean Fiori, Croisade et chevalerie. XIe–XIIe siècles. Paris-Bruxelles, De Boeck Université, 1998, p. 109.

10 Myrrha Borodine, La Femme et l’amour au XIIe siècle d’après les poèmes de Chrétien de Troyes, Genève, Slatkine Reprints, 1967.

11 Florence Bancaud-Maënen, Le Roman de formation au XVIIIe siècle en Europe, Paris, Nathan, 1998, p. 35.

12 Isabelle Durand-Leguern, Le Roman historique, Paris, Colin, 2008, p. 85.

13 Claude Simon, « La fiction mot à mot », dans Nouveau roman : hier et aujourd’hui, Paris, UGE, 1972, 1985, p. 57.

14 Myriam White-Le Goff, « Quel Moyen Âge dans l’édition pour la jeunesse ? » Itinéraires no 3, 2010, p. 77-83.

15 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’occident médiéval, Paris, Arthaud, 1984, p. 114.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search