Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Première partie. de l’histoire à la fiction

« Les Haut Conteurs, une fusion entre l’Histoire et la fantasy »

Christine Guérinet

Texte intégral

  • 1 O. Péru, Druide, Paris, Édition 84, collection « J’ai lu », 2012, p. 289.

La vérité n’est qu’une idée cachée derrière un mot, elle masque les faiblesses des hommes comme celles des druides.
Druide, O. Péru1

1Le roman historique, que ce soit pour les adultes ou pour les jeunes, est sans contexte protéiforme. Un roman sera considéré comme roman historique quand un lien plus ou moins tenu sera existant entre la fiction et l’Histoire. De fait, dans la littérature jeunesse, nous trouvons tout autant de l’Histoire romancée, comme La Mémoire trouée d’Élisabeth Combes ou Le Rêve de Sam de Florence Cadier, romans dans lesquels le point de départ concerne un fait historique – Guerre du Rwanda ou lutte des noirs pour l’acquisition de leurs droits – que de la fiction historique. Cette seconde catégorie qui met en avant l’aventure d’un héros est sans conteste bien plus conséquente que la première en littérature de jeunesse. De plus, les romans historiques sont de plus en plus au carrefour de différents genres : policier, aventure, fantastique.

  • 2 Le Prix des Incorruptibles est un prix national organisé dans un cadre scolaire. Les écoliers, coll (...)
  • 3 Dans le premier tome, il y a une image représentant Le Livre des peurs. Celle-ci fait penser aux vi (...)
  • 4 Toujours dans ce même tome, on découvre les catacombes. Dans les colonnes de la pièce sont incrusté (...)

2La série Les Haut-Conteurs, écrite par Olivier Péru et Patrick Mc Spare, que nous choisissons de mettre en avant dans cet article, est particulièrement représentative de ce genre de roman qui entremêle plusieurs genres. En effet, l’histoire nous raconte les aventures d’un jeune garçon qui va devoir déjouer le Mal au Moyen Âge. Dans cette série, l’Histoire et la fiction s’entrecroisent et les deux s’enrichissent mutuellement. Nous pouvons supposer que c’est cette imbrication qui a permis au premier tome d’obtenir la même année le Prix des Incorruptibles et le Prix Elbakin2. Cet entrecroisement entre Histoire et fiction se perçoit déjà à travers les éléments paralittéraires. Les sous-titres, La Voix des Rois, Roi Vampire, Cœur de Lune, Treize damnées et La Mort noire, ne laissent pas présager que la série a un caractère historique, sauf peut-être le dernier. Par contre, quel que soit le tome, la référence médiévale est présente. Elle se retrouve à travers certaines illustrations qui montrent un paysage médiéval, dans les résumés des quatrièmes de couverture, qui situent l’histoire entre 1190 et 1193, ou encore dans les ornements qui donnent un aspect celtique. Lorsque le lecteur feuillette les différents tomes, il découvre une trentaine d’illustrations en noir et blanc qui a, soit un caractère moyenâgeux3, soit un caractère fantastique4.

3Choisir comme période le Moyen Âge n’est pas innocent. Pour Le Goff, cette période est intéressante à deux niveaux : elle permet de mieux comprendre notre histoire, mais elle permet, aussi, de laisser libre cours à notre imaginaire. Pour cet historien, le Moyen Âge n’est pas une simple période de transition entre l’Antiquité et les Temps Modernes. Elle a une durée bien plus marquée, une longévité qui

  • 5 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, op. cit., p. 9.

[…] nous permet le mieux de nous saisir dans nos racines et nos ruptures, dans notre modernité effarée, dans nos besoins de comprendre le changement, la transformation qui est le fonds de l’histoire en tant que science et en tant qu’expérience vécue. […] Et le Moyen Âge […] est ce passé primordial où notre identité collective, quête angoissée des sociétés actuelles, a acquis certaines caractéristiques essentielles5.

4Mais si le Moyen Âge nous apprend à nous connaître, ses côtés ténébreux offrent la possibilité d’envisager la présence de créatures fabuleuses. Ainsi, les auteurs peuvent faire vivre une société médiévale dans un climat surnaturel. Les œuvres de Tolkien ont su parfaitement mêler médiévalité et fantasy.

5Péru, dans la lignée du maître, dont il ne cache pas son inspiration puisqu’il a indiqué, lors d’une interview :

  • 6 http://www.elbakin.net/interview/exclusive/Un-entretien-avec-Oliver-Peru.

J’ai toujours été habité par les univers de fantasy. Le rêve, l’espace, la pureté comme la noirceur qu’on y trouve m’attire et fait vibrer mon imaginaire. J’aime visiter la terre du milieu ou embrasser la philosophie de chevaliers ou de guerriers antiques,6

6a coécrit une série de fantasy médiévale. Contrairement à d’autres romans de fantasy médiévale, nous ne sommes pas, dans cette série, en présence d’un monde parallèle ou d’un monde totalement créé. La fiction prend racine sur des faits historiques. Eu égard à ce contexte historique, nous pouvons nous demander quelle représentation de la société médiévale les auteurs offrent aux lecteurs et quelle réception ces derniers peuvent en faire. Pour faire découvrir l’univers médiéval qu’ils ont choisi, les auteurs ont créé des personnages : les Haut-Conteurs. À travers les aventures qu’ils vivent en Europe, le lecteur prend connaissance, non pas d’une société médiévale, mais de plusieurs sociétés fondées sur des légendes ou des mythes qui leur sont propres. Dans ces sociétés, le savoir côtoie les croyances, les hommes fréquentent des démons.

Un Moyen Âge à la croisée entre savoir et croyances

7Habituellement, lorsqu’un roman fait référence aux croisades, les héros sont des chevaliers. Ce sont ceux qui combattent qui sont mis en avant. Dans notre série, les auteurs ont préféré mettre en exergue des personnages qui détiennent un pouvoir grâce au langage. Les Haut-Conteurs s’apparentent aux trouvères ou aux troubadours, comme eux, ils racontent des histoires.

  • 7 Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut-Conteurs, tome 1 : La Voix des Rois, Paris, Pocket, 2010 (...)

(Ils) connaissaient toutes les sagas chevaleresques, les légendes des rois du passé, les histoires d’amour et d’horreur. Aucun troubadour ni rhapsode ne disposait de la moitié de leur talent. Quiconque avait entendu un Haut-Conteur pouvait prétendre avoir rêvé les yeux grands ouverts. Les hommes et les femmes de cette caste possédaient un don rare qu’ils appelaient « la Voix des rois ». Ils utilisaient leur langue comme d’autres la magie et ensorcelaient leurs auditeurs en quelques mots. Ils murmuraient pour captiver, hurlaient pour terrifier, grondaient pour faire taire. Telles des mains douces et puissantes, leurs phrases pouvaient aussi bien caresser que gifler7.

  • 8 Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut Conteurs, Tome 2 : Roi Vampire, Paris, Pocket, 2011, p.  (...)
  • 9 Id., Les Haut Conteurs, Tome 4 : Treize damnés, Paris, Pocket, 2011, p. 138.

8Pour qu’ils se constituent un capital d’histoires à raconter, ils sillonnent le monde. La base de leur narration résulte de la connaissance du monde. Les Haut-Conteurs ne se contentent pas de faire rêver ou faire frissonner les gens, ils doivent découvrir et comprendre le monde pour créer leurs histoires : « Un conteur se devait de maîtriser au minimum trois langues. Son vocable natal, plus le latin et une troisième, selon ses préférences géographiques8. » Dans l’ordre des Haut-Conteurs existent deux types : ceux de terrain qui parcourent le monde et ceux qui siègent dans les grandes villes afin de gérer notamment les archives. Les femmes ne sont pas exclues. Mathilde, Haut-Conteuse de terrain est le maître de Roland. La résidence bruxelloise, qui après Londres et Paris, est un haut lieu des Haut-Conteurs, est gérée par « la plus célèbre conteuse en la matière9».

  • 10 On peut noter que le lecteur, aussi, recherche la vérité, car le livre écrit sous forme de poème es (...)

9Cet ordre a pour objectif de découvrir la création de l’Humanité. Il est à la recherche de la vérité10, tout comme ont pu l’être les chevaliers de la Table Ronde avec le Saint Graal. Toutes les pages du Livre des peurs doivent lui permettre de comprendre l’origine de notre monde. À travers une démarche qui se veut scientifique, il collecte des écrits basés sur des croyances. En effet, pourquoi un livre qui délivrerait des connaissances aurait-il dans son titre le mot « peur » ? Comment un sentiment ou une émotion peuvent-ils générer une vérité ? Parce que ce livre a deux facettes tout comme son créateur, Hardanger. Celui-ci est d’une certaine manière une erreur de la nature puisque sa mère, qui était une des treize sorcières de Norvège, aurait dû donner naissance à une fille. Ce sorcier possède de

10forts pouvoirs de divination. C’est la raison pour laquelle il a écrit ce livre. Mais son pouvoir finit par le rendre fou. En plus, il est une des treize parties du démon Trezdané. Ce dernier veut revenir auprès des hommes pour que le monde sombre dans les ténèbres. Pour ce faire, il a besoin de récupérer ses treize parties. Hardanger ne voulant pas mourir va créer son double, l’Immortel, un dément. Le livre contiendra à la fois des prophéties d’Hardanger, mais également des enseignements. Ces derniers sont en fait, ce que Trezdané, Dieu celtique, veut faire éprouver aux hommes.

  • 11 Les Haut Conteurs, Tome 5 : La Mort noire, Paris, Pocket, 2012, p. 346.

Le livre des peurs est un ouvrage sacré dans le plein sens du terme. Une bible noire qui édicte les lois du monde à venir. […] Et ces formules-là sont les commandements du Dieu Sombre. Ceux qu’il imposera dès son retour et que les mortels subiront pour leur plus grand malheur.11

  • 12 Op.cit, p. 93.

11Ce livre que les Haut-Conteurs cherchent est donc le pendant de la Bible chrétienne. Quel livre détient la vérité ? Pourquoi l’un détiendrait-il une vérité supérieure à l’autre ? Les auteurs apportent alors aux lecteurs une explication : « On peut faire raconter ce qu’on veut aux histoires. Les seuls qui en détiennent la vérité sont ceux qui les écrivent12. » La vérité absolue n’existe pas, les mythes et légendes peuvent être aussi réels que d’autres histoires, la culture chrétienne ne détient pas plus la vérité que les cultures celtiques.

12Pour mener à bien leur mission, Les Haut-Conteurs voyagent beaucoup. Ils parcourent l’Angleterre, la France, l’Allemagne, la Suède et l’Italie. Hormis pour la France, chaque pays est représenté par des croyances qui lui sont propres. En Angleterre, la société médiévale représentée est celle qui correspond au DarkAge et au roman gothique. Dans l’encyclopédie du fantastique, Max Duperray explique que

  • 13 Max Duperray, Encyclopédie du fantastique, Roman noir et gothique, Paris, Ellipses, 2010, p. 826.

Le roman gothique, à travers le foisonnement de ses productions pendant un demi-siècle, construit un stéréotype pour le meilleur et le pire, fourni par un placard aux accessoires : revenants ou portraits sortant de leurs cadres, demeures hantées, paysages tourmentés, visions sublimes ou macabres, héroïnes innocentes victimes de la lubricité des prédateurs masculins. […] Les récits gothiques narrent toujours la persécution, soit domestique, soit institutionnelle, l’institution monastique et l’Inquisition en particulier et souvent les aléas des héritages dévoyés13.

13Tous ces éléments se retrouvent dans cette série. La persécution prend des formes multiples, la fiction se déroulant dans une période trouble due aux croisades, où le chaos peut régner dans toute la société, les cimetières, les églises, les châteaux.

Un Moyen Âge à la croisée entre le pouvoir des hommes et celui des démons

14Les Haut-Conteurs n’ont pas pour vocation de s’intéresser aux affaires politiques de la société. Malgré tout, entre 1190 et 1193, leurs interventions ne peuvent se faire en dehors de la sphère politique et sociale, car les États connaissent des périodes troubles qui engendrent de multiples complots. Avant d’évoquer les problèmes politiques, nous allons nous intéresser à l’organisation de la société.

  • 14 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans les livres pour enfants : 1945-1999, Op. cit., p. 18.

15Quel que soit l’État que les Haut-Conteurs parcourent, le lecteur retrouve les trois invariants dont parle Cécile Boulaire pour qualifier le Moyen Âge de pays : un château, un village et une forêt. « Dans le récit fantaisiste, le château a un rôle essentiellement symbolique : il représente (le pouvoir, la richesse, la réussite, la sécurité…). L’action proprement dite, elle, se déroule ailleurs (principalement dans la forêt)14. » À l’inverse, la ville, lieu du mélange, associe désordre et organisation. La première ville où le lecteur découvre les Haut-Conteurs est située dans le comté de Glouceshire en Angleterre, comté du sud-ouest, où vivent Roland et sa famille. Le père tient l’auberge La Broche rutilante. Il souhaite que son fils reprenne ses affaires. Nous sommes dans une société patriarcale où les relations entre les hommes prédominent. La mère et les sœurs de Roland sont des personnages secondaires, sauf lorsque la sœur cadette sera enlevée. Le lien père-fils est un problème pour Roland lorsqu’il veut quitter sa ville natale pour suivre les Haut-Conteurs, comme souvent dans les romans historiques. Cette ville est gérée par trois personnages : un shérif, un chevalier et un membre de l’Église, nous retrouvons ainsi quasiment les trois ordres qui composent toutes les sociétés médiévales indo-européennes, selon George Dumézil : ceux qui travaillent (le shérif remplaçant le paysan), ceux qui combattent et ceux qui prient.

  • 15 Exemple d’une définition d’un lieu : « Cimetière des Saints-Innocents : le plus grand de Paris pend (...)
  • 16 Exemple d’une définition d’un ordre : « Frères hospitaliers : ordre de moines-soldats établi à Jéru (...)

16La deuxième étape amène les Haut-Conteurs à Paris, à la recherche de l’un des leurs et d’un vampire qui a pu quitter l’Angleterre grâce à une sorcière à qui il a promis l’immortalité. Dans ce second tome, les auteurs insistent sur le cadre temporel choisi. Ils cherchent à mettre le lecteur dans une atmosphère médiévale. Dès l’ouverture du livre, un plan de Paris intramuros est donné. Dans les notes de bas de pages sont faites les présentations de lieux15. Le lecteur trouve également du vocabulaire lié aux ordres qui constituent la société16, aux vêtements, aux actions. Il y a donc une réelle volonté de la part des auteurs d’instruire le lecteur et de lui donner envie de compléter ces informations. Malgré tout, ce qui nous paraît le plus intéressant concerne le mode de vie à cette époque. Les auteurs ont choisi d’inscrire les aventures de Roland dans le cadre de la Fête des Fous. Le lecteur y aperçoit une société livrée à la débauche :

  • 17 Ibid, p. 50.

Nous t’avons dit ce qu’est la Fête des Fous. Tout ici est bizarrerie et extravagance, entre Noël et l’Épiphanie. Les comportements des gens sont anormaux […] certains évêques […] ont tenté de faire interdire la Fête des Fous, sans succès. Ce rituel se trouve ancré au plus profond des traditions populaires. Il correspond à un besoin, c’est un exutoire auquel les gens ne sauraient renoncer. […] Ces réjouissances sont entièrement codifiées, durant les douze jours de leur déroulement.17

17La troisième péripétie des Haut-Conteurs se passe en Allemagne dans une ville située en plein cœur de la Forêt Noire. Ce territoire est gouverné par un chef barbare. Les rapports entre les individus y sont violents. Le peuple est persuadé qu’une malédiction court sur leur terre et qu’elle est liée à la vie de leur seigneur Ravengen qu’ils considèrent comme un sorcier. Les voyages des Haut-Conteurs font donc découvrir aux lecteurs qu’il n’y a pas un seul mode d’organisation de la société médiévale. En revanche, tous les États connaissent des situations de crise qui sont dues aux hommes, mais aussi aux êtres surnaturels.

18L’histoire des Haut-Conteurs se déroule lors des croisades. Ces guerres à visée religieuse amènent les souverains européens à comploter pour détenir le pouvoir :

  • 18 Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut Conteurs, Tome 2, op. cit., p. 23.

Le climat politique était très délétère. Les tensions nées de la rivalité croissante entre Philippe Auguste et le monarque anglais, Richard Cœur de Lion, se voyaient brusquement relevées d’un cran. Précisément depuis l’alliance secrète passée entre le roi de France et Jean sans Terre, frère de Richard.18

  • 19 Id., Les Haut Conteurs, Tome 3, Cœur de Lune, Paris, Pocket, 2011, p. 51.
  • 20 Ibid., p. 77.

19Lors de l’arrivée des Haut-Conteurs en Allemagne, la troisième croisade est déclarée. Les croisés se préparent à partir. Pour certains croisés, cette roisade n’est pas seulement un moyen de faire triompher l’ordre chrétien, mais également de « […] venger Barberousse – l’empereur romain germanique – tombé au nom du Christ19 ! » Dans cet état de tension, Henri VI dit e cruel prend la succession de son père Barberousse. Cet être « à la santé hancelante20» ne rêve que de pouvoir et, pour ce faire, est prêt à tout, y ompris à pactiser avec le Mal. Les complots politiques sont légion. La main d’œuvre pour organiser ces complots se trouve facilement à travers les moines-soldats en rupture d’engagement :

  • 21 Ibid, p. 189.

Les uns revenant des croisades et dégoûtés par la rivalité entre les rois Richard et Philippe Auguste, les autres déçus par la rigueur trop relative de leur ordre, ou désireux de mieux imposer leur foi. Une arme de déséquilibrés déclassés, dont le fanatisme mystique ne demandait qu’à se trouver magnifié21.

20Parallèlement aux complots politiques, des sociétés secrètes se développent. Celles-ci sont gérées par des individus qui renient l’importance de Dieu.

  • 22 Ibid, p. 14.
  • 23 Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut-Conteurs, Tome 1 , op. cit., p. 177.

21Le Mal est omniprésent. Les chevaliers se rendant en Terre Sainte pour conquérir ou défendre ces lieux au nom de la papauté, les villes européennes ne sont plus défendues. Tous les esprits du Mal peuvent s’emparer de ces villes, surgir des profondeurs de la terre pour rechercher eux aussi le Livre des peurs. Parmi ces êtres maléfiques, il y a des goules, « […] créatures malfaisantes fourrageant dans les cimetières en quête de chair22 », un vampire, un Upyr décrit comme : « Celui qui marche à l’envers. […] ne vit que la nuit […] craint la lumière23 », mais également des sorcières et un démon. Les sorcières sont au nombre de treize et représentent chacune une part d’un important démon celte, Trezdané.

  • 24 Id., Les Haut Conteurs, Tome 4, op. cit., p. 146.

Venues du fond des âges, elles hantent la nuit. Les Treize Damnés portent le chiffre maudit incrusté dans la chair de la main. Elles cherchent sans trêve celui qui saura provoquer l’avènement d’un Dieu24.

  • 25 Id., Les Haut Conteurs, Tome 2, op. cit, p. 112.

22L’organisation de la société permet également aux êtres diaboliques de s’emparer du pouvoir. L’Upyr, le vampire qui peut prendre diverses formes – un loup, du brouillard – déclare : « La Fête des Fous nous offre une occasion idéale. L’agitation, la confusion règnent en ville, de nuit comme de jour. Les rois Richard et Philippe sont loin d’ici, partis guerroyer en Terre sainte25. »

  • 26 Id., Les Haut Conteurs, Tome 5, op. cit., p. 86.

23Pour que le Mal règne, il a besoin de l’aide des humains. Ainsi, en Italie, les Haut-Conteurs apprennent que se répand la Mort noire. En réalité, cette malédiction provient des Semeurs, « Nom donné à des individus qui, selon une folle rumeur populaire, propageaient délibérément la peste en répandant des poussières de bubons, en enduisant murs et portes d’onguents pestifères26. » Ceux-ci sont les jouets d’un démon qui a installé sa résidence au Vatican. Bien évidemment, la présence du Mal à Rome n’est pas innocente puisque cette ville se veut être le cœur de la chrétienté.

  • 27 Id., Les Haut-Conteurs, Tome 1, op. cit., p. 10.

24Les sociétés que nous avons présentées sont ambivalentes. Elles abritent en leur sein des éléments antagonistes, les croyances celtiques contre les croyances chrétiennes, les ténèbres contre la lumière. Les Haut-Conteurs sont au croisement de ces antagonismes. « […] car, à leur façon, les fables des Haut-Conteurs dispensaient certains enseignements religieux et une forme de morale.27 » Ce qui est vrai pour la société est vrai pour les hommes qui la constituent. Au sein de chaque individu, il peut y avoir diverses vérités. Péru, dans une interview, explique que

  • 28 http://www.actusf.com/spip/Interview-Oliver-Peru.html.

Dans mon monde, la perfection n’existe pas. Les personnages oscillent entre l’ombre et la lumière, ils ont la raison pour eux et leurs actes, même les plus vils, sont souvent justifiés selon eux. Et c’est ça qui les rend intéressants et touchants. Cette fêlure qu’ils portent en eux et grâce à laquelle on touche à leur humanité28.

  • 29 Ibid., p. 438.

25L’exemple le plus flagrant concerne Roland. Cet enfant qui affronte toutes les épreuves pour que l’Europe vive de manière sereine n’est pas aussi pur que ce que le lecteur pourrait imaginer de prime abord. Dans un premier temps, c’est à cause d’un mensonge qu’il devient Haut-Conteur, mais ce mensonge n’est pas répréhensible puisque c’est grâce à celui-ci que Roland a pu combattre l’Upyr. Ensuite, Roland découvre qu’il est le héros, nommé Cœur de Lion, dont parle le Livre des peurs. C’est lui qui doit combattre le Mal. Pourtant Roland va permettre au Malin de revenir, il va même l’engendrer. Une sorcière, voulant recueillir les faveurs du démon qu’elle vénère, prend l’apparence de la bien-aimée de Roland. Tous deux s’accoupleront et de leur union renaîtra Trézdané. Cet évènement entraînera l’apocalypse à Rome. L’ordre des Haut-Conteurs sera dissout. Face à tous ces malheurs et compte tenu de sa lignée, Roland aurait dû s’allier avec le Mal, mais il préféra le circonscrire, car « On ne peut pas tuer le mal […] Tout comme on ne tue pas la chair de sa chair29. »

26Dans ce livre, il n’y a pas que Roland qui se cherche. Certains Haut-Conteurs, attirés par le pouvoir et les honneurs, ont renié leur origine et se sont mis à combattre leur ancien ami. C’est ainsi qu’un des leurs a quitté l’Ordre Pourpre pour créer le groupe des Noirs Parleurs dont l’objectif est évidemment de s’approprier également le Livre des peurs, non pas dans le but de comprendre le monde, mais pour le détenir entre leurs mains. D’autres Haut-Conteurs combattent leur propre démon, par exemple Mathilde qui renie sa famille, pour assurer sa mission de conteuse. Les êtres maléfiques aussi sont doubles. Masque d’Argent a créé en Allemagne la Malbête, mais son côté humain ressurgit lorsqu’il décide d’aider la bien-aimée de Roland.

27Toute cette série montre que la vérité n’est qu’une notion relative. Le Bien et le mal ne sont plus dichotomiques, mais liés. Les ténèbres ne sont possibles que parce que la lumière existe. Les auteurs amènent ainsi les lecteurs à développer leur esprit critique. Ils les invitent à aller au-delà des apparences et à être perpétuellement dans un état de questionnement.

28Ainsi, les auteurs, en liant pertinemment Moyen Âge et fantasy, ont fait preuve de créativité littéraire. Cela ne signifie pas que tout est nouveau. Nous avons vu que nous retrouvons les éléments qui fondent tout roman médiéval. En outre, en filigrane, nous voyons que les auteurs se sont inspirés de divers mythes et légendes. Ces inspirations n’empêchent nullement de parler de création. L’originalité des Haut-Conteurs tient au fait que le choix de la période du Moyen Âge caractérisée par ses mythes et ses valeurs permet la présence du surnaturel et donc de la fantasy.

Notes

1 O. Péru, Druide, Paris, Édition 84, collection « J’ai lu », 2012, p. 289.

2 Le Prix des Incorruptibles est un prix national organisé dans un cadre scolaire. Les écoliers, collégiens ou lycées élisent, parmi une sélection faite par les organisateurs du prix, le livre qu’ils ont préféré. En 2012, les élèves de 5e et 4e ont voté pour le tome 1 de la série. En 2011, ce même ouvrage a obtenu le Prix Elbakin qui lui est décerné par les critiques et les membres de l’association. Ce prix récompense les livres de fantasy.

3 Dans le premier tome, il y a une image représentant Le Livre des peurs. Celle-ci fait penser aux vieux manuscrits dans lesquels on pouvait trouver des enluminures.

4 Toujours dans ce même tome, on découvre les catacombes. Dans les colonnes de la pièce sont incrustés des crânes. Nous sommes très proches de l’univers du Dieu multiface présent dans Le Trône de Fer.

5 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, op. cit., p. 9.

6 http://www.elbakin.net/interview/exclusive/Un-entretien-avec-Oliver-Peru.

7 Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut-Conteurs, tome 1 : La Voix des Rois, Paris, Pocket, 2010, p. 10.

8 Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut Conteurs, Tome 2 : Roi Vampire, Paris, Pocket, 2011, p. 49.

9 Id., Les Haut Conteurs, Tome 4 : Treize damnés, Paris, Pocket, 2011, p. 138.

10 On peut noter que le lecteur, aussi, recherche la vérité, car le livre écrit sous forme de poème est présenté comme une suite d’énigmes.
Au cœur de la montagne qui hurle, mes sœurs se cachent
L’avisé comprendra les mots du guerrier qui se nomme lui-même
Le brave saura ravir leur clé aux sentinelles de pierre
Le savant suivra le soleil en tournant le premier cercle de fer
Enfin, le lettré rendra aux récits leur vérité
Et celui-là sera le plus heureux
Ibid, p. 188.
Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut Conteurs, Tome 1, op. cit., p. 188.

11 Les Haut Conteurs, Tome 5 : La Mort noire, Paris, Pocket, 2012, p. 346.

12 Op.cit, p. 93.

13 Max Duperray, Encyclopédie du fantastique, Roman noir et gothique, Paris, Ellipses, 2010, p. 826.

14 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans les livres pour enfants : 1945-1999, Op. cit., p. 18.

15 Exemple d’une définition d’un lieu : « Cimetière des Saints-Innocents : le plus grand de Paris pendant huit siècles. Ouvert entre le X et le XI siècle. En 1187, Philippe Auguste le fit entourer d’un mur, afin de séparer le marché des Champeaux. » Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut-Conteurs, Tome 2, op. cit., p. 19.

16 Exemple d’une définition d’un ordre : « Frères hospitaliers : ordre de moines-soldats établi à Jérusalem en 1099. Après la prise de la ville par Saladin en 1188, certains hospitaliers regagnèrent les grandes villes d’Europe, et fondèrent des hôpitaux dont la vocation était d’accueillir et soigner les miséreux. » Ibid, p. 37.

17 Ibid, p. 50.

18 Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut Conteurs, Tome 2, op. cit., p. 23.

19 Id., Les Haut Conteurs, Tome 3, Cœur de Lune, Paris, Pocket, 2011, p. 51.

20 Ibid., p. 77.

21 Ibid, p. 189.

22 Ibid, p. 14.

23 Olivier Péru et Patrick Mc Spare, Les Haut-Conteurs, Tome 1 , op. cit., p. 177.

24 Id., Les Haut Conteurs, Tome 4, op. cit., p. 146.

25 Id., Les Haut Conteurs, Tome 2, op. cit, p. 112.

26 Id., Les Haut Conteurs, Tome 5, op. cit., p. 86.

27 Id., Les Haut-Conteurs, Tome 1, op. cit., p. 10.

28 http://www.actusf.com/spip/Interview-Oliver-Peru.html.

29 Ibid., p. 438.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search