Version classiqueVersion mobile

Fictions médiévales pour la jeunesse

 | 
Yvon Houssais

Première partie. de l’histoire à la fiction

« Histoire et récit dans le roman historique pour la jeunesse »

Yvon Houssais

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, Presses Un (...)
  • 2 Sur cette question de l’intrigue, voir notamment R. Bourneuf et F. Ouellet, L’Univers du roman [197 (...)

1La question des relations entre Histoire et fiction, inhérente au genre du roman historique, a souvent été abordée du point de vue de ce que l’on pourrait appeler au sens large la fonction référentielle du texte : les modalités de présentation du Moyen Âge dans le texte de fiction : cadres, personnages… etc1. Qu’en est-il cependant du récit, et plus particulièrement de l’intrigue qui en constitue une composante de base ? Dans le cadre de la production de la tension narrative2, dans l’enchaînement des événements, le texte fait-il appel aux événements historiques et de quelle manière ?

Une intersection variable

  • 3 Gérard Montcomble, Basile et le secret de l’abbaye, Paris, Milan, 2007.

2La cohabitation Histoire/fiction va se concrétiser par la relation établie entre deux séries d’événements : les actes produits par les personnages de la fiction, d’une part, les événements répertoriés comme historiques, d’autre part : les croisades, le règne de saint Louis, la Guerre de Cent Ans, etc. Les deux séries peuvent-elles ne pas se recouvrir ? Afin d’en juger, prenons pour exemple Basile et le secret de l’abbaye3.

3La couverture indique une série « Basile le troubadour ». L’intrigue se situerait plutôt du côté de l’énigme : un évènement incompréhensible vécu par le héros va entraîner un certain nombre de conséquences et prendre petit à petit son sens dans une logique du dévoilement. En effet, le jeune garçon, errant dans la forêt, voit une lueur dans une auberge et s’en approche. Il entend des cris : un moine mourant s’est fait voler son coffre et annonce à Basile qu’il contient une relique. Le héros lui promet de le reprendre, suit les malfaiteurs et pénètre dans l’abbaye. La relique appartient à des moines soldats qui se préparent pour la croisade. Basile parvient à s’emparer de la chasse et la jette pour empêcher un nouveau massacre.

4Un détail vestimentaire, la croix bleue, renvoie à une note à la fin du roman, qui retrace rapidement l’histoire des croisades explicitement mise en relation avec le récit :

  • 4 Gérard Montcomble, Basile et le secret de l’abbaye, op. cit., p. 107.

Ainsi, au nom de leur foi, nombre d’hommes se sont-ils massacrés d’abondance. C’est en songeant à ce passé effrayant que Basile se débarrasse de la main de saint Pépin, relique dont l’abbé Gilles d’Essoudard veut user afin de lever une nouvelle croisade4.

5Il s’agit ici d’une intrigue fictive qui ne rencontre que très partiellement l’Histoire, réduite à une allusion, une référence. Le texte ne comporte aucune information d’ordre historique, le lecteur apprend l’existence des moines soldats certes, mais la logique événementielle du récit demeure en grande partie extérieure et indifférente à l’Histoire, réduite à un cadre historique qui sert de vague décor, de contexte.

  • 5 Paris, Gallimard jeunesse, 2004.

6L’intersection peut cependant prendre davantage d’ampleur. Ainsi, dans L’Anneau du prince noir d’Évelyne Brisou-Pellen5, Garin, jeune héros de cette série, scribe de son métier, rencontre un riche cavalier qui lui confie une mission : emporter une lettre à Cordes chez Guillemette, la servante du médecin. Le mystérieux cavalier réapparaît plusieurs fois dans le récit, notamment en divulguant aux villageois de fausses informations. Les événements historiques se précisent au fil des rencontres. Un vieillard apprend à Garin que le fils du roi d’Angleterre, le prince de Galles, a franchi les frontières de son royaume d’Aquitaine. Plus tard, un paysan raconte au héros que les Anglais, ayant appris par des espions que le comte d’Armagnac est à Toulouse, ont renoncé au siège de la ville et préfèrent piller les campagnes. Garin retrouve le mystérieux cavalier à Carcassonne, il avoue être un espion à la solde du roi d’Angleterre et disparaît en donnant au jeune homme un mystérieux anneau. Garin, emprisonné pendant le siège de Carcassonne, parvient à s’échapper, puis à payer la rançon nécessaire pour libérer ses compagnons, aux mains des Anglais, qui, après avoir renoncé à faire le siège de Carcassonne, se dirigent vers Narbonne puis se replient vers Bordeaux et l’Aquitaine.

7Le roman réalise donc un entrelacs entre des séries événementielles. Un certain nombre d’épisodes de la Guerre de Cent Ans historiquement attestés : les pillages, les sièges de Carcassonne, de Narbonne, entrent en intersection avec une intrigue d’ordre romanesque : l’errance de Garin, la rencontre avec l’étudiant, la fuite devant les Anglais, la tentative pour retrouver l’espion. Cependant, est-ce qu’un élève de cycle 3 qui lit le roman et s’interroge sur la raison des pillages ou de la présence des Anglais sur le sol français aura la réponse à sa question ? On peut en douter. Certes, un roman n’est pas un manuel d’Histoire et il serait probablement catastrophique de tirer les textes dans cette direction, mais cette stratégie d’écriture entraîne un rapport à l’Histoire bien particulier. Ne pourrait-on adresser à ces textes le reproche que Georg Luckàcs faisait aux romans historiques de la seconde moitié du dix-neuvième siècle ? :

  • 6 Georg Lukàcs, Le Roman historique, Paris, Payot, 1965, p. 231.

Il n’y a aucun lien entre les expériences purement privées, exclusivement individuelles, des personnages et les événements historiques. Et les évènements historiques eux-mêmes deviennent extérieurs et exotiques ; ils sont réduits à un simple arrière-plan décoratif6.

  • 7 Ibid., p. 44.

8Que signifie alors représenter l’histoire ? Raconter des évènements historiques ? Lukàsc va plus loin : à ses yeux, le roman historique, loin d’être la simple relation d’un haut fait historique a pour but de restituer une nécessité historique : « les mobiles sociaux et humains qui ont conduit les hommes à penser, sentir et agir exactement comme ils l’ont fait dans la réalité historique7. » La représentation de cette nécessité historique implique donc une articulation entre l’intrigue romanesque, les destins de personnages, et les événements historiques.

Quelle articulation ?

  • 8 Jacques Cassabois, 1212, La Croisade des indignés, Paris, Hachette, Le Livre de poche jeunesse, 201 (...)

9Un premier mode d’articulation serait l’inclusion : la sérié fictive s’inscrit dans un épisode de l’histoire collective auquel elle est rattachée. Ainsi, le roman de Jacques Cassabois8, s’inscrit par son titre dans la temporalité de l’Histoire : « 1212 La Croisade des indignés ». La référence se précise dans l’épitaphe : « Ces croisades d’enfant qui émurent la chrétienté occidentale durant l’année 1212. » À l’ouverture du roman, le narrateur raconte comment, à la porte de la mort, il a entrepris de mettre par écrit ce qu’il a vécu.

  • 9 ibid., p. 11.

En l’an 1212 de la naissance du Christ, sous le règne du roi Philippe, un grand mystère a secoué le royaume de France […] une migration s’était formée […] Les routes étaient encombrées par de longues processions. Nous étions d’infinis milliers. Des enfants surtout9.

10L’intrigue romanesque est ainsi intégrée dans un épisode historique et les deux séries sont en interaction constante. Le narrateur et son ami Étienne, tous deux bergers, rencontrent un moine prédicateur qui exhorte le peuple à protéger le royaume de France contre les Sarrasins et à entreprendre une croisade pour libérer Jérusalem. Étienne prétend avoir reçu de Jésus, qui lui est apparu sous les traits d’un mendiant, un parchemin qu’il doit remettre au roi de France. La troupe des enfants part donc pour Saint-Denis, mais le souverain refuse de recevoir Étienne et, devant le refus du roi, des milliers d’enfants prennent la décision de se rendre seuls à Jérusalem. Ils traversent un certain nombre d’épreuves : les défections, la violence, avant que la troupe ne soit assaillie et en partie massacrée par des brigands.

11Les chapitres en italiques émanant du narrateur vieillard permettent de retracer un certain nombre d’événements à portée historique plus large : la multiplication des prédicateurs et l’hostilité du pape à leur égard, l’imminence de l’attaque sarrasine et l’alerte donnée par le pape Innocent III, la coalition de la dernière chance d’Alphonse VIII roi de Castille. Le narrateur nous apprend également la fin tragique de cette croisade : les survivants arrivent à Marseille, mais sont trompés par des voleurs qui les amènent en Afrique du nord pour les vendre, les autres périssent en mer. La fiction se déploie donc à l’intérieur d’un cadre historiquement attesté, même si l’imaginaire occupe une très grande place. Seule l’existence d’Étienne est mentionnée par les chroniqueurs, encore n’existe-t-il finalement que très peu d’informations sur lui. De la même manière, l’itinéraire de la croisade, les vols, les goliards, l’épisode de l’attaque à la fin sont purement fictifs.

  • 10 Anne Pouget, Les Brumes de Montfaucon, Paris, Casterman, 2005.

12L’articulation entre les deux paradigmes peut également s’effectuer sur le mode indirect et symbolique. Cette modalité de représentation détermine un autre niveau d’inclusion du romanesque dans l’historique, à savoir l’homologie : l’intrigue entre en relation avec l’Histoire dans la mesure où l’univers romanesque reflète l’univers historique en reproduisant les mêmes forces sociales et historiques. Il en va ainsi de l’antisémitisme dans Les Brumes de Montfaucon, d’Anne Pouget10. Ainsi, au premier chapitre, Hanin, le jeune héros, refuse de porter la rouelle, obligatoire pour les juifs. Son père est arrêté et tué sous l’effet de l’antisémitisme. Cette séquence se reproduit à Paris avec l’oncle protecteur, victime des mêmes calomnies et des mêmes haines. Plus globalement, le roman s’ordonne autour de la lutte permanente du héros pour survivre, préserver sa liberté contre le sort fait à sa religion, Ainsi à Paris, il sauve un jeune bourgeois qui le présente au roi qui lui accorde le droit de circuler sans rouelle. Cependant, une nouvelle péripétie l’oppose à nouveau à l’ordre et à la superstition haineuse : il se voit condamné à mort pour avoir aidé une jeune fille à avorter. Elle consentira néanmoins à l’épouser, ce qui le sauve du gibet et l’amène à se convertir.

13Or, cette trame liberté vs antisémitisme est constamment reliée à l’histoire collective. Côme, ami d’Hanin et crieur public, permet de faire le lien entre l’intrigue privée et l’Histoire. Ainsi, nous rappelle-t-on les ordres du pape : la confiscation du Talmud, l’obligation de porter la rouelle, le déplacement des deux cimetières juifs. Plus loin est annoncée puis décrite l’arrivée de la sainte couronne à Paris et l’interdiction faite aux juifs de sortir le jour de la procession. La souffrance du héros devient celle d’un peuple, l’histoire individuelle se mêle à l’Histoire collective et l’éclaire sous l’angle des persécutions.

14Enfin, l’Histoire peut s’articuler à la fiction par le biais du personnage historiquement attesté. Le roman se rapproche alors de la biographie, du récit de vie, tout en conservant une part de fiction importante. L’Affaire Attila, de Jean-Pierre Tusseau, porte ainsi la double indication : « récit de vie » et « roman historique ». Le prologue situe nettement le texte du côté de l’Histoire dans une période peu connue : la lisière entre la fin de l’Empire romain et le début du Moyen Âge, dans l’objectif de réhabiliter les barbares en général et Attila en particulier, victimes d’images toutes faites. Dans ce type de récit, il est difficile de reconstituer une intrigue avec nœud et dénouement, l’organisation interne est davantage linéaire, chronologique et suit les grandes étapes de la vie d’Attila, en fonction, du moins peut-on le supposer, des informations dont dispose l’auteur. Ainsi peut-on reconstituer les grandes étapes de ce récit de vie, de l’enfance d’Attila avec Aetius jeune romain, à sa lutte acharnée, jusqu’à sa mort pour constituer un royaume des Huns analogue à l’Empire romain en décomposition.

15Les événements constitutifs du récit se confondent avec les faits historiquement attestés et l’auteur ne cède que peu à la tentation de combler les ellipses de l’Histoire par la fiction. Il ne s’agit cependant pas d’un récit d’historien dans la mesure où l’imaginaire et la littérature conservent leurs droits, en témoignent les descriptions, les dialogues, les rapports de pensée. La narration se situe ainsi souvent à mi-chemin entre l’essai historique, la narration objective et la fiction. En témoigne l’extrait suivant :

  • 11 Jean-Pierre Tusseau, L’Affaire Attila, Paris, Éditions du jasmin, 2011, p. 85.

C’est en 451 que se déroule l’épisode qui a laissé sa marque à la fois dans notre mémoire collective, l’histoire officielle et l’hagiographie chrétienne. Une immense armée se lance à l’assaut de l’Empire d’Occident : des cavaliers armés du fameux arc à double courbure, de longues lances, d’épées et de poignards, suivis d’un imposant convoi de chariots. Les Huns étant devenus semi-sédentaires, les femmes, les enfants et les troupeaux n’accompagnent plus les guerriers comme avant11.

16Dans cet extrait, le commentaire du narrateur s’apparente davantage à un discours d’historien qu’à une parenthèse de romancier. S’y affiche une compétence explicative qui met en évidence l’importance de l’événement dans la représentation historique comme dans l’histoire des mentalités. Le présent de l’indicatif, la sobriété des termes descriptifs éloignent d’autre part d’une reconstruction de type romanesque et nous situent quelque part entre fiction et Histoire. Conformément à l’ambiguïté générique des sous-titres, deux pactes de lecture cohabitent ici : celui du roman qui implique adhésion à la fiction, identification aux personnages, actions, tension narrative et celui de l’Histoire qui suppose au contraire une distance de l’auteur comme du lecteur et une communication basée sur l’échange d’informations, dans un objectif d’explication, d’interprétation.

  • 12 Ibid., p. 112.

17La différence entre les deux contrats de lecture s’avère particulièrement visible dans le traitement du personnage. Le contrat historique impose de couvrir une chronologie : les grandes étapes d’une vie, les évènements majeurs du point de vue historique : la construction de l’Empire, les campagnes militaires, les relations avec Rome, etc. Il convient également de donner les éléments nécessaires à la compréhension du récit historique : l’Empire romain, les barbares, les relations entre Attila et Aetius. Le pacte romanesque suppose de donner vie au personnage, de l’incarner, sous peine qu’il disparaisse sous l’information historique et n’ait pas suffisamment de présence pour donner l’illusion de la vie. Or, le refus d’imaginer afin d’accroître au maximum la vraisemblance historique du texte produit souvent ce manque de consistance du personnage. Nous n’en prendrons qu’un seul exemple, celui du chapitre douze, intitulé : « L’expédition romaine ». Certes, quelques lignes sont consacrées à la description d’Attila : « Il approche de la soixantaine. De plus en plus souvent, il est la proie de violents maux de tête et de ventre. Il souffre fréquemment de saignements de nez et il lui arrive de cracher du sang12. » Le portrait demeure cependant bien fragmentaire et isolé dans une narration essentiellement historique : le dialogue annonçant la décision de prendre Rome, l’annonce qu’Aetius cherche à passer alliance avec l’empereur d’Orient, l’accélération des préparatifs des Huns, la campagne militaire en Italie, le choix du pape Léon comme ambassadeur auprès d’Attila, la rencontre entre les deux hommes. Le refus de fiction rend donc le texte extrêmement convaincant sur le plan de la vérité historique mais, par le même mouvement, l’éloigne peut-être de la sphère du roman, ce dont l’auteur semble avoir conscience, puisqu’il reconnaît avoir pris le risque de privilégier peut-être un peu trop la documentation au détriment de la fiction.

18Il en résulte également un traitement particulier du matériau de départ. Ainsi, le chapitre huit, intitulé « Complots et trahisons » raconte comment, en l’an 449, l’empereur Théodose décide de tenter d’éliminer Attila en approchant Edeco, son second. Attila, prévenu dès le début par Edeco, fait attendre les émissaires romains avant de les renvoyer chez eux sans aucune négociation. Or, l’auteur nous donne cette précision :

  • 13 Ibid., p. 68.

Y participe également à titre de secrétaire le Grec Priscos, qui a tenu tout au long de cette mission un journal dont le contenu reste une des rares sources directes de renseignements non seulement sur l’entreprise mais aussi sur Attila et la vie quotidienne des Huns13.

19Il signale à plusieurs reprises les renvois à la documentation initiale. Ce chapitre nous donne ainsi l’occasion de mesurer l’extrême sobriété du travail de fabrication du texte de fiction à partir du matériau historique. En effet, alors que le fragment du récit de Priscos se rapportant à l’épisode des ambassades comporte une trentaine de pages, l’épisode est traité en sept pages dans le roman de Jean-Pierre Tusseau. Il supprime des éléments du texte qui seraient très intéressants sur le plan romanesque : les ambassadeurs romains suivent ainsi Attila, vivent dans des villages huns, sont victimes d’une tempête, etc. Priscos se livre également à une longue description de l’entrée d’Attila dans son village, où sa résidence est plus considérable qu’ailleurs, et décrit la demeure d’Onégèse. Tusseau se détourne donc délibérément d’un récit faisant prospérer le romanesque. Cette stratégie de réécriture frappe par son degré d’exigence : l’auteur semble se refuser à toute reconstitution gratuite, tout exotisme historique pour se concentrer au maximum sur la trame événementielle. L’épisode de Priscos sert essentiellement à mettre en scène un témoin réel et attester par là même de la véracité de la vision proposée d’Attila et des Huns.

  • 14 Évelyne Brisou-Pellen, Les Messagers du temps 3, L’Otage d’Attila, Paris, Gallimard jeunesse, coll. (...)

20L’originalité de cette stratégie d’écriture apparaît si l’on compare ce roman à un autre texte, très proche dans sa thématique, L’Otage d’Attila, d’Évelyne Brisou-Pellen14. Cette œuvre se situe directement du côté de la fiction puisqu’il s’agit de trois jeunes gens qui ont plusieurs vies, dont ils gardent partiellement le souvenir, et qui voyagent ainsi dans l’Histoire. Or, Brisou-Pellen n’hésite pas à reprendre les stéréotypes que Jean-Pierre Tusseau tentait précisément d’éviter. L’épisode de Lutèce illustre l’écart entre les deux textes. Jean-Pierre Tusseau se conforme aux analyses des historiens : Paris n’est pas suffisamment riche pour intéresser les Huns, Attila n’a pas le temps d’en faire le siège et ne le tente même pas. Dans le roman, l’auteur cite pour la dénoncer la légende de sainte Geneviève :

  • 15 Ibid, p. 91.

Pourtant, à l’initiative de l’Église commence presque aussitôt à se développer, dans toute la Gaule christianisée, une autre légende dorée : Paris a été épargnée grâce à l’héroïsme et la piété de Geneviève, une jeune fille mystique et illuminée, sujette à des visions qui avaient impressionné son entourage et qu’on disait capable de réaliser des miracles15.

21Or, c’est précisément cette légende que reprend abondamment Brisou-Pellen. Avec l’aide de la jeune héroïne, Geneviève dissuade les habitants de fuir ou de se rendre et les persuade de se préparer au siège en les assurant qu’Attila ne parviendra pas à prendre la ville.

22C’est donc au total la question du rapport au lecteur qui est posée à travers ces diverses modalités de représentation de l’Histoire. Le récepteur de romans historiques oscille en effet, comme l’a très clairement mis en évidence Claudie Bernard, entre deux lectures :

  • 16 Claudie Bernard, Le Passé recomposé, Paris, Hachette, 1996, p. 150.

L’une fondée sur une identification passive aux hommes d’autrefois, ou cherchant la confirmation de ses stéréotypes et préjugés sur l’autrefois ; l’autre prête à les remettre en question et à fournir un travail d’imagination pour reconstituer un passé différent. Une lecture mystifiée, si l’on veut, et l’autre démystifiante.16

23À ce balancement répond celui du romancier, qui oscille entre deux postures. D’un côté, il tâche de nous séduire en exploitant notre nostalgie pour le passé collectif et fait parader devant nous un monde rassurant sous ses accoutrements étranges. Cependant, les romans les plus intéressants nous proposent en outre un problème d’Histoire et inséparablement de lecture. Ils ébranlent nos certitudes, obligent à reconsidérer nos acquis historiographiques et les procédures de leur acquisition, surprennent nos habitudes de décodage littéraire et éventuellement les défient. Il s’agit alors de montrer d’autres facettes du personnage historique ou un autre Moyen Âge, loin des idées reçues.

Notes

1 Voir notamment : Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2002.

2 Sur cette question de l’intrigue, voir notamment R. Bourneuf et F. Ouellet, L’Univers du roman [1972], Paris, P.U.F., 1989 et, plus récemment, Raphaël Baroni (La Tension narrative. Suspense, curiosité et surprise, Paris, Seuil, « Poétique », 2007).

3 Gérard Montcomble, Basile et le secret de l’abbaye, Paris, Milan, 2007.

4 Gérard Montcomble, Basile et le secret de l’abbaye, op. cit., p. 107.

5 Paris, Gallimard jeunesse, 2004.

6 Georg Lukàcs, Le Roman historique, Paris, Payot, 1965, p. 231.

7 Ibid., p. 44.

8 Jacques Cassabois, 1212, La Croisade des indignés, Paris, Hachette, Le Livre de poche jeunesse, 2012.

9 ibid., p. 11.

10 Anne Pouget, Les Brumes de Montfaucon, Paris, Casterman, 2005.

11 Jean-Pierre Tusseau, L’Affaire Attila, Paris, Éditions du jasmin, 2011, p. 85.

12 Ibid., p. 112.

13 Ibid., p. 68.

14 Évelyne Brisou-Pellen, Les Messagers du temps 3, L’Otage d’Attila, Paris, Gallimard jeunesse, coll. « Folio junior », 2009.

15 Ibid, p. 91.

16 Claudie Bernard, Le Passé recomposé, Paris, Hachette, 1996, p. 150.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search