Version classiqueVersion mobile

Le discours hypertextualisé

 | 
Justine Simon

Chapitre 5. @Toidetweeter ! Rôle des adresses et mentions dans les tweets hypertextualisés

Magali Bigey et Justine Simon

Texte intégral

1Le travail proposé appréhende Twitter comme un espace socionumérique d’expression, d’interaction et de circulation de l’information. Il se situe dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’ANR appelé Info-RSN. Celui-ci analyse les modalités de circulation et de partage d’informations d’actualité, et porte plus spécifiquement sur le partage de lien(s) URL pointant vers des sites d’information sur les réseaux socionumériques (Mercier & Pignard-Cheynel 2014-2016).

  • 1 La notion de discours d’escorte fait référence aux travaux de Gérard Genette dans la tradition litt (...)
  • 2 Nous préférons le terme « technosigne », plutôt que « technomot », pour mettre en avant le fait que (...)

2L’étude développée ici entre dans la continuité de deux recherches portant globalement sur les discours d’escorte entourant le(s) lien(s) URL (Simon et al. 2017)1, et concernant plus spécifiquement les discours d’escorte de communication (Bigey & Simon, à paraître), ayant pour but d’établir une relation de proximité avec l’autre. Parmi l’ensemble des moyens discursifs ayant un impact sur l’interaction avec l’autre, une pratique propre aux dispositifs socionumériques est apparue comme réellement signifiante : l’usage de l’arobase suivie d’un nom de compte d’un utilisateur de Twitter (@xxx). L’observation de l’utilisation de ce « technosigne » (Paveau 2013)2 – communément appelé « mention » – a révélé une complexité du fonctionnement discursif des tweets, de par sa fonctionnalité hypertextuelle. Cette complexité est en outre renforcée par la présence d’autre(s) lien(s) hypertexte – URL(s) d’article(s) d’actualité et/ou hashtag(s) – et par la pluralité des niveaux d’interactions possibles sur Twitter. Le « signe passeur » (Souchier, Jeanneret & Le Marec 2003) créé à partir de l’arobase offre ainsi, dans ce contexte, des possibilités d’adresses et de mentions subtiles se mettant au service de différentes stratégies d’interaction et de circulation de l’information.

3En conjuguant les apports des sciences du langage (et notamment de l’analyse du discours) et des sciences de l’information et de la communication, nous proposons une analyse détaillée des usages de ce technosigne à partir d’un double corpus composé, d’une part, des 10 000 tweets les plus retweetés durant une période de six mois (de mai à octobre 2014), et d’autre part, des tweets générés par les 100 articles les plus partagés sur cette même période (plus précisément des 200 tweets collectés de manière aléatoire pour chaque article).

4Les objectifs de cette analyse sont de mettre au jour les différentes configurations de tweets hypertextualisés rencontrés (contenant une ou plusieurs arobases et un ou plusieurs liens URL) et d’étudier les stratégies discursives développées, en envisageant plusieurs dimensions (énonciative, pragmatique, argumentative). D’une manière plus générale, l’enjeu est d’interroger la notion de « discours hypertextualisé » (Simon 2015) afin de montrer ce que l’hypertexte fait au discours.

5Afin de répondre à ces objectifs, les corpus étudiés ont été réalisés à partir de l’hypothèse d’une forte circulation de l’information. Une première partie méthodologique permettra d’expliciter ce choix ainsi que de décrire les étapes de leur constitution. Les 6 176 tweets hypertextualisés étudiés ont ensuite offert l’occasion de proposer une classification des différentes adresses et mentions analysées. Nous présenterons l’ensemble des configurations observées dans une deuxième partie. Afin de mettre l’accent sur les stratégies discursives interactionnelles en lien avec la problématique de circulation de l’information, nous terminerons par l’analyse d’un sous-corpus thématique comprenant tous les tweets suscités par la publication d’un article insolite du journal 20minutes.fr.

1. Considérations méthodologiques

1.1. Problématique de circulation de l’information à deux niveaux

6Afin de répondre à la question de départ des facteurs discursifs favorisant une forte circulation sur le réseau socionumérique Twitter, il a été important de bâtir des corpus représentant une dynamique de circulation. Cette dynamique a pu être évaluée en fonction de deux critères : importance du nombre de tweets suscités par un article d’information (circulation de niveau 1) et importance du nombre de retweets faits à partir des tweets (circulation de niveau 2). Ces deux niveaux de réactions interrogent les raisons du partage pour le twitto : intérêt pour l’information traitée par le média et/ou intérêt de l’analyse qui a pu en être faite par le twitto. L’identité du twitto est de plus un élément essentiel à prendre en compte dans cette logique de partage. L’information publiée par quelqu’un ayant beaucoup de followers est susceptible de mieux circuler. La manière de faire circuler l’information – via la publication du lien URL ou par la reprise d’un tweet contenant un lien – est également un point important à prendre en compte. Au niveau de l’article, le twitto a la possibilité de partager de manière servile le discours entourant son lien – discours préfabriqué par le média –, mais il peut aussi le modifier, le supprimer ou encore proposer un contenu totalement personnalisé. Au niveau du tweet, il existe cette même possibilité de partage par retweet servile – où le discours publié reste identique au tweet de départ – ou de réappropriation d’un tweet, sous forme d’un nouveau tweet, mentionnant ou non l’origine énonciative du tweet de départ.

7Il est important de souligner qu’à ces deux niveaux de circulation sont corrélés deux usages différents du lien hypertexte : l’insertion d’un lien URL renvoyant à un article d’actualité met l’accent sur la circulation de l’information au niveau 1 alors que le techosigne formé de l’arobase suivie du nom du compte d’un twitto porte sur la circulation de niveau 2, c’est-à-dire concernant uniquement le dispositif communicationnel Twitter.

8Le premier corpus constitué, sur lequel nous avons commencé à travailler, a réuni les 10 000 tweets qui ont suscité le plus de retweets sur la période de six mois évoquée en introduction. 108 tweets pertinents pour l’analyse des « mentions » au sens large sont au final ressortis du tri et de l’observation de ce corpus. Le détail de cette forte différence est explicité par la suite. À partir de l’analyse de ce premier corpus, nous en avons constitué un deuxième qui a quantitativement ciblé une plus importante masse d’informations, en prenant en compte les limites de leur traitement informatique. Nous avons choisi de cibler une grande quantité de données dans l’optique de réunir un plus large corpus de « mentions » pertinentes pour l’analyse. Celui-ci a été établi à partir des 200 tweets aléatoires suscités par les 100 articles les plus partagés. Les opérations de tri et de repérage ont conduit à un ensemble de 6 068 tweets, parmi lesquels 134 correspondent au sous-corpus extrait pour l’analyse présentée en troisième partie.

1.2. Statistiques concernant le corpus général du projet Info-RSN

9Le projet ANR, qui vise spécifiquement à étudier le partage d’information d’actualités sur les réseaux socionumériques, a constitué un corpus réunissant tous les tweets contenant un lien URL de 32 médias d’information distincts, sur une période de six mois.

10643 399 articles uniques ont été collectés durant cette période. Et sur le nombre total de tweets exploitables recensés (sur la base de leur identifiant unique Twitter) – 13 961 683 – on compte 6 705 524 tweets et 7 256 159 retweets. L’information qui a été le plus partagée concerne une vidéo insolite publiée par Leparisien.fr. 17 284 tweets et retweets ont été publiés en réaction à l’opération d’une tumeur au cerveau d’un poisson rouge. Beaucoup d’informations insolites (exemple du dauphin à deux têtes retrouvé sur une plage, de la traîne de 4 km d’une mariée chinoise, etc.) et de faits-divers (appel à témoins, décès, etc.) font partie des articles les plus partagés. D’autres actualités politiques, sportives et de société sont également présentes. L’article partagé dans le sous-corpus étudié dans la troisième partie mêle quant à lui thématique politique et insolite.

Tableau 1 Les trente-deux sites d’information sélectionnés

lequipe.fr nouvelsobs.com lexpress.fr france24.com
lemonde.fr liberation.fr lesechos.fr latribune.fr
lefigaro.fr lepoint.fr huffingtonpost.fr franceinter.fr
leparisien.fr 20minutes.fr rue89.com franceinfo.fr
parismatch.com lacroix.com bfmtv.fr lelab.europe1.fr
courrierinternational.com itele.fr metro.fr atlantico.fr
marianne.net francetv.info slate.fr lopinion.fr
lejdd.fr melty.fr lci.tf1.fr mediapart.fr

1.3. Opérations de tris : élimination, mise de côté et vérification

1.3.1. Corpus des 10 000 tweets qui ont suscité le plus de retweets

11Afin de formaliser le corpus des 10 000 tweets collectés, nous en avons supprimé plusieurs types tels que les tweets serviles, les tweets constitués de liens secs et les tweets en langues étrangères uniquement constitués de caractères spéciaux, pour un résultat de 7 434 tweets.

12Puis, nous avons écarté ceux des comptes médias ou de journalistes qui s’affichent, par leur biographie sur Twitter, en tant que tels (6 390 tweets). La raison de cette mise de côté est que le travail sur le partage d’informations des professionnels de l’information médiatique fait l’objet d’un autre objectif de l’ANR. Par cette soustraction, on recense 1 044 tweets émis par des non professionnels de l’information. Parmi ces « twittos ordinaires », on note des figures emblématiques connues dans l’espace public, comme les hommes politiques, encore une fois qui se revendiquent en tant que tels (114 tweets en tout).

13Une dernière opération de tri s’est déroulée de manière un peu tardive, mais pour des raisons organisationnelles au sein du groupe de travail, nous n’avons pas pu procéder différemment. Il s’agit d’une étape de vérification. Nous avons éliminé les publications automatisées, qui ne sont pas toujours repérables à l’œil nu. 39 publications hootsuite et dlvr.it ont ainsi pu être écartées, ce qui nous amène à un total de 1 005 tweets.

1.3.2. Corpus des 200 tweets aléatoires liés aux 100 articles les plus partagés

14Les mêmes éléments ont été supprimés du corpus de 20 000 tweets, précisons tout de même que les retweets serviles (qui n’étaient pas présents dans le corpus précédent) ont également été retirés. Nous avons aussi décidé de supprimer des tweets en double, sur la base du titre de l’article (parfois enregistré sous deux noms distincts) et non de l’identifiant du tweet. Suite à ces éliminations, on obtient un total de 14 505 tweets.

15Les tweets de médias et de journalistes affichés en tant que tels ont également été mis de côté. Ce qui nous amène à un total de 13 457.

16Enfin l’étape de vérification a permis d’éliminer 86 publications automatiques. De 13 457, on passe à 13 371.

1.4. Repérage des observables

17L’opération de tri a nécessité plus de temps que nous ne l’imaginions. Ce travail est important à mettre en valeur et souligne la difficulté de travailler à partir de gros corpus. Ce n’est seulement qu’à partir du moment où notre corpus a pu être nettoyé que nous avons pu mettre à l’épreuve nos hypothèses afin de définir clairement nos observables.

18Comme nous l’avons précisé plus haut, nous avons commencé à travailler sur le corpus des 10 000 tweets les plus retweetés. L’objectif était au départ de prolonger le travail réalisé sur les discours d’escorte de communication. Nous avons défini un ensemble d’accroches susceptibles de créer une relation de proximité avec l’autre, permettant a priori de favoriser la circulation de l’information (déïctiques, questions, incitations à l’action, accroches allocutives, etc.). L’analyse a mis en évidence un certain nombre de procédés discursifs signifiants, et parmi ceux-ci, la « mention » au sens large (c’est-à-dire correspondant à l’usage de l’arobase suivie du nom du compte) est apparue comme la forme la plus utilisée et la plus pertinente (108 sur les 308 tweets repérés utilisant stratégiquement des accroches discursives).

19Parallèlement à cette typologie des accroches, nous avons voulu approfondir la question des « mentions », toujours au sens large. Dans le corpus des 200 tweets aléatoires liés aux 100 articles les plus partagés, nous avons uniquement focalisé notre attention sur l’usage de l’arobase suivie d’un nom de compte. Le travail de repérage n’a cependant pas systématiquement concerné tous les tweets contenant ce technosigne. Nous avons mis de côté les mentions dites « serviles », correspondant à la forme via + @xxx du compte média ou simplement à l’arobase liée au compte du média cité, pour la plupart situées à la fin du tweet. Ces mentions sont considérées comme pauvres et redondantes puisque l’indication du nom du média figure la plupart du temps dans le lien URL (hormis dans les URL raccourcies). Qui plus est, cet ajout est généralement inséré automatiquement par le média dans la formule préfabriquée de partage. Au final, le travail de repérage des observables a ainsi mis en évidence un total de 6 068 tweets.

1.5. Récapitulatif

20Le tableau 2 donne la synthèse des données quantitatives relatives aux opérations de tri et de repérage des observables de nos deux corpus ainsi que du sous-corpus dont il est question dans la dernière partie de ce travail.

Tableau 2 Synthèse des opérations de tri et de repérage

Tableau 2 Synthèse des opérations de tri et de repérage

2. Le tweet hypertextualisé : configurations et niveaux d’interaction

2.1. Usages des adresses et mentions à différents niveaux d’interaction

21D’un point de vue énonciatif, toute mise en discours s’inscrit dans une intention de mettre en commun une information. Tout discours se caractérise par sa dimension interlocutive intrinsèque, analysée en termes de dialogisme interlocutif (Moirand 2002). Toute publication sur Twitter partageant un lien URL cherche ainsi à inciter son public à se rendre sur le site d’information afin de lire l’article partagé mais aussi à l’inciter à faire à son tour circuler l’information (à travers les différentes formes autorisées par le dispositif : ajout aux favoris, retweet servile, réponse, retweet manuel en copié-collé avec ou sans mention de l’origine énonciative du tweet de départ, etc.).

22Dans le travail engagé, nous avons voulu repérer des marques d’incitation à la circulation – ou de traces de dialogisme interlocutif montré – pensées en termes d’accroches susceptibles d’interpeller le public et de favoriser la circulation de l’information. Ces stratégies d’accroches font partie de la boîte à outils des professionnels de l’information médiatique. Dans un dispositif de presse papier, il est difficile de parler de réelle interaction avec le lecteur mais il s’agit plutôt de simulacre de dialogisme interlocutif. Cependant, les dispositifs numériques permettent, grâce au lien hypertexte, de renouveler les pratiques. Les mentions en sont l’exemple parfait car il s’agit de procédés technodiscursifs relevant d’une interaction réelle avec le public visé. Dans l’usage du signe arobase suivi du nom du compte, la personne à qui appartient ce compte reçoit automatiquement une notification qui l’informe que son compte a été mentionné dans un tweet, et donc l’informe d’une volonté d’interaction.

23Nous savons que l’usage du signe arobase suivi du nom du compte peut recouvrir deux fonctions discursives principales : fonctions d’adresse (formes d’interpellation ou de prise à témoin, correspondant au poke de Facebook, permettant d’attirer l’attention de personnes ciblées) et de mention (qui relève d’un usage autonyme du signe, où le nom du compte – et par métonymie la personne à qui appartient ce compte – fait l’objet du discours).

24À ces fonctions correspondent différents niveaux d’interactivité :

  1. Twitter étant public3, il faut premièrement considérer les échanges produits comme s’adressant potentiellement à une masse d’utilisateurs twittos voire d’internautes non inscrits (pour lesquels c’est utile dans des actions de veille par exemple).
  2. Deuxièmement, chaque twitto s’adresse plus particulièrement à sa sphère de followers, aux personnes qui le suivent.
  3. Enfin, en tant que twitto, chaque personne peut orienter ses tweets vers une personne en particulier grâce à l’usage du signe arobase suivi d’un nom du compte.

25Cela dit, cet usage de l’arobase n’est pas si simple que l’on pourrait le croire. Les possibilités offertes par ce signe permettent des subtilités à ces différents niveaux de visibilité. Lorsque l’on construit un lien commençant par l’arobase @xxx, correspondant au nom du compte d’une personne P :

  • On peut tout d’abord l’informer, l’interpeller, la prendre à témoin4, s’adresser directement à elle, de manière privée (ou plutôt semi-privée car seul le compte mentionné et les followers mutuels verront spontanément le tweet).
  • On peut aussi l’interpeller ou la prendre à témoin en s’adressant à elle de manière publique et visible dans la timeline de chacun de ses propres followers sur le réseau, grâce à l’ajout d’un signe généralement non invasif (souvent le point) devant l’arobase (.@xxx). Le but peut être de rendre publique une conversation à caractère privé, afin d’attirer l’intérêt d’autres personnes à propos du sujet de la conversation ou encore de rendre témoins tous les potentiels usagers de Twitter de ce qui est en train de se dire. Le principe de prendre à témoin est notamment utilisé pour interpeller des personnalités publiques, politiques ou médiatiques.
  • On peut parler du compte de cette personne P, et par là même de son identité, en tant que twitto, à la troisième personne, le mentionner, afin de faire ressortir clairement le compte. La mention correspond à un lien direct vers le profil de cette personne P, qui devient par le fait facilement consultable. Le but peut être de la faire connaître auprès de ses propres followers et de donner la possibilité de suivre cette personne (exemple du #FF ou #FollowFriday devant un nom de compte), ou de les inciter à débattre à propos des personnes mentionnées, faisant souvent l’objet de l’actualité (encore une fois personnes pouvant être des personnalités publiques, politiques ou médiatiques).
  • On peut enfin évoquer le compte d’une personne en le citant, plus précisément en mentionnant l’origine énonciative d’un discours. L’arobase suivie du nom du compte est ainsi encore utilisée en mention. On peut évoquer le nom du compte en tant qu’origine énonciative d’un tweet ou d’une partie d’un tweet et/ou d’un article mis en lien lorsqu’il s’agit de citation de comptes médias.

26Il se trouve ainsi que le technosigne formé de l’arobase et du nom du compte est une seule et même forme qui peut correspondre à des fonctions discursives et communicationnelles distinctes et qui peut toucher des niveaux d’interaction variés.

2.2. Configurations observées

27Venons-en à présent à la présentation des différentes configurations qui ont pu être observées d’après l’analyse de nos deux corpus. Une première sous-partie répertorie tous les usages observés de l’arobase en adresse, une deuxième concerne l’utilisation spécifique du technosigne en mention et une troisième se focalise précisément sur les pratiques citationnelles avec mention de l’origine énonciative.

2.2.1. Les adresses et leur rôle dans les stratégies d’interaction et de circulation

28Dans le cas de l’adresse simple – de forme @xxx située au début du tweet –, on mentionne un compte spécifique – ou on lui répond – sans forcément avoir l’intention que cette réponse soit rendue publique. En effet, seuls les comptes qui sont abonnés aux comptes en présence (le compte qui envoie le tweet, et le compte mentionné) les verront apparaître dans leur timeline.

  • 5 La référence du tweet hypertextualisé présente le nom du compte émetteur, la date de publication et (...)

29Ci-dessous, un message de félicitations envoyé directement à Dominique de Villepin (@Villepin), par l’intermédiaire de son compte, basé sur un article du Figaro.fr (@Alibab75, le 31/07/2014 ; b)5 :

1. @Villepin merci et BRAVO pour votre article sur le figaro : « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php

30Dans ce cas, il existe un lien fort entre le contenu de l’information mise en lien et l’identité du compte cité. Grâce à l’usage de l’arobase, le twitto réalise de plus un acte de langage direct de remerciements et de félicitations.

31L’interpellation de personnalités (politiques ou médiatiques) n’a pas tout à fait le même impact sur l’espace public que celle de personnes « ordinaires », avec toute la prudence qu’il faut accorder à cette formulation. On suppose que l’adresse faite aux personnes plus ou moins connues et reconnues dans le cercle de connaissances de twittos peut avoir un impact spécifique sur la circulation de l’information. Cette remarque est également valable pour la mention au sens strict. L’usage d’un compte d’une personne notoire en adresse ou mention peut influencer sa réception et sa mise en circulation.

32Le tweet suivant engendre une sorte de teasing, ne donnant aucune indication sur le contenu de l’article en lien, mais suscitant l’envie de voir de quoi il s’agit (@_Yozu, le 01/10/2014 ; b) :

2. @kzz_ Et ouais mec ! http://ecologie.blog.lemonde.fr/​2014/​10/​01/​en-alaska-35-000-morses-se-refugient-sur-une-plage-faute-de-banquise/​

33La stratégie d’interpellation vise à resserrer la dimension interpersonnelle. Seuls les deux twittos semblent connaître l’implicite du discours. On suppose que l’objet de l’article doit être en rapport avec la personne ciblée mais impossible de savoir si ces deux personnes sont en accord sur le sujet ou au contraire si la publication cherche à donner un élément de preuve afin de contre-argumenter. Seule l’analyse du fil conversationnel permettrait de donner des éléments de réponse mais partants de tweets récoltés sur la base du partage du lien, cette démarche n’a pas pu être développée pour le moment.

34Très peu d’adresses simples se font au milieu d’un tweet. Les usages concernent majoritairement l’insertion au début ou à la fin du tweet. On trouve tout de même certains exemples atypiques dont la dimension interlocutive est très forte. Dans l’exemple qui suit, il s’agit d’une adresse directe à la seconde personne du singulier. Il se trouve que l’identité du twitto est très importante à considérer puisqu’il s’agit du compte de Patrick Bruel, qui s’adresse de manière complice à @OmarSy, un « confrère » de la scène culturelle française :

  • 6 Cet exemple illustre aussi le mélange des usages qui peuvent être faits au sein d’un même tweet (@O (...)

3. Il paraît que t’as assuré grave hier soir aux @francofolies, @OmarSy ! Quand tu veux sur la tournée !!! http://videos.lexpress.fr/​culture/​musique/​video-francofolies-omar-sychante-casser-la-voix-avec-patrick-bruel-au-telephone_1558664.html (@PatrickBruelOff, le 11/07/2014 ; a)6

35L’adresse simple à la fin du tweet est un cas de « c.c. », carbon copy, ayant le simple but d’informer le compte mentionné du contenu du tweet. Il ne s’agit pas d’une démarche d’interpellation comme on a pu le voir précédemment. L’adresse en fin de tweet est moins puissante, elle permet de prendre à témoin ou tout simplement d’informer, comme dans l’exemple suivant (@anna-morand, le 23/06/2014 ; b) :

4. Après la cigarette électronique : le joint électronique http://bit.ly/1q0SALNhttp://twitter.com/​BFMTV/​status/​481115787449860097/​photo/​1#soc@Alexia Bens

36Un des moyens de s’assurer que son tweet aura l’audience attendue est de l’éditer plusieurs fois – parfois plusieurs dizaines de fois –, en modifiant à chaque fois le/les premier(s) destinataire(s). Cela permet de ne pas surcharger sa propre timeline, donc d’éviter de lasser ses propres followers puisque ces publications directes ne leur sont pas accessibles automatiquement, tout en s’assurant de l’audience prévue. Voici un exemple de multiplication d’adresses simples et multiples d’@antipn, datée du 21/07/2014. Afin de souligner le fait que ces tweets ont été publiés par le même compte, nous avons préféré faire une capture d’écran de notre base de données, plutôt qu’une simple retranscription :

Figure 1 Exemple de partage d’information avec multiplication d’adresses (capture d’écran de notre corpus b formalisé sur Excel)

Figure 1 Exemple de partage d’information avec multiplication d’adresses (capture d’écran de notre corpus b formalisé sur Excel)

37Chacun des tweets d’@antipn, comprenant le même lien URL renvoyant vers un article du Figaro.fr, est adressé à un ou plusieurs twittos différents, avec un discours d’escorte adapté, ciblé pour chacun de ses tweets. La mise en circulation de l’information est ainsi doublée d’une personnalisation de l’adresse qui se fait de manière interpersonnelle.

38L’adresse multiple au début du tweet s’assure encore une fois de l’audience attendue pour faire passer un message (@arnaudLPsoldier, le 11/08/2014 ; b) :

5. @NasrineMfsb @RocknRollBiBi http://www.lemonde.fr/​disparitions/​article/​2014/​08/​12/​l-acteur-americain-robin-williams-est-mort_4470207_3382.html

39Afin de lier l’adresse au contenu de l’information, l’adresse multiple peut être incorporée au discours par une insertion en milieu de tweet. Cet usage permet de s’assurer d’une audience choisie tout en mettant l’accent sur l’information et le lien contenus dans le tweet, avec un accès visible pour tous les followers (@MJaade, le 15/04/2014 ; b) :

6. “@LeNouvelObs #Japon Un député dérape, démissionne, s’excuse en public http://bit.ly/​RiAhej” cc @jf_cope @Patrick_Balkany à quand votre tour ?

  • 7 Ce constat amène à réfléchir à la possible transposition du concept de « modalisation autonymique » (...)

40Encore une fois, il est important de noter la différence dans l’usage de comptes « anonymes » du grand public – où la complicité se fait à travers un partage brut de l’information (5) – et l’usage de comptes dont la notoriété est forte (6). Ce jeu d’adresse à des personnalités politiques, comme Jean-François Copé et Patrick Balkany, répond à une stratégie d’interpellation critique, puisque le twitto leur demande implicitement d’adopter le même comportement que celui du député japonais dont il est question dans l’article du Nouvelobs.com cité. L’interrogation « à quand votre tour ? » constitue une incitation à l’action, et celle-ci est doublée d’une dimension critique, qui donne également à l’usage des technosignes une fonction de mention. Grâce aux arobases, le twitto compare plusieurs situations de dérapage, corruption, détournement de fonds, etc. Dans plusieurs exemples, nous avons été confrontées à cette dualité, où il est difficile de séparer nettement l’usage fait en adresse et en mention7. Cette configuration engendre un triple rapport interlocutif : adresse aux comptes cités, captation de l’attention des followers et plus largement de l’ensemble des usagers de Twitter.

41L’adresse multiple à la fin du tweet a un but identique à celui de l’adresse simple en fin de tweet. Une c.c. permet de s’assurer que la personne mentionnée aura bien reçu l’information (@AmalCurtis, le 13/08/2014 ; b) :

7. “Il tue son colocataire et demande à Siri où cacher le corps http://dlvr.it/ 6blqd3http://twitter.com/​20Minutes/​status/​ 499499258249105408/photo/1” @InaListing @Aleksblind

42Impossible de savoir cependant si le choix de ces mentions est cohérent et stratégique : prise à témoin de comptes de personnes se connaissant et partageant les mêmes affinités ou ayant intérêt à se connaître ?

43Il est en outre important de préciser que l’ajout d’une émoticône est également repéré dans nombre de tweets (en adresse simple ou multiple). Sa place est variable dans le corps du tweet et ses usages sont également diversifiés. En début de tweet, elle annonce le mode sur lequel l’information doit être prise ou le sentiment de l’auteur du compte quant à l’information qu’il fait circuler. À côté d’une mention, il s’agit d’ajouter l’expression de son sentiment, voire de son avis pour en informer non seulement prioritairement le compte mentionné, mais également tous ses followers.

8. http://www.ladepeche.fr/​article/​2014/​09/​29/​1961534-corps-est-infeste-vers-apres-avoir-mange-sushis.html @MareenHelen @Seb_Monster (@AnthonyShackels, le 29/09/2014 ; b)

  • 8 Sur Twitter, les adresses publiques (.@) ont disparu courant 2016 au bénéfice de l’auto-retweet htt (...)

44Les adresses publiques8 ont pour but de rendre public son tweet adressé à une personne en particulier. Il s’agit de faire précéder l’@ d’un signe, n’importe lequel, afin que tous les followers le voient apparaître. Généralement, l’ajout se fait par un signe de type non invasif, choisi pour sa discrétion et le peu d’information sémantique qu’il transmet, tel que le point « . », les guillemets ouvrants « “ », l’apostrophe « ‘ » ou encore le tiret « - » ; ces signes de ponctuation ne changent pas le sens du texte et, même en contexte, sont beaucoup moins perçus comme faisant sens. La grande majorité des adresses publiques qui mentionnent d’abord un compte utilisent le point ou l’apostrophe, plus discrets et gages de la préservation du sens qui suit.

45Il existe différentes formes d’adresses publiques (.@xxx / “@xxx / - @xxx) adressées à des twittos ordinaires (9, 10, 11), à des comptes de médias ou à des journalistes (12, 13, 14), à des organisations ou personnalités publiques (15, 16). Elles ont toutes pour but principal de créer un tweet qui prenne à témoin ses propres followers de son contenu et des twittos qui y sont mentionnés. L’objectif implicite sous-jacent de cette prise à témoin est en outre de les inciter à partager l’information voire à donner leur avis.

9. .@kwakos RT @nivrae : Il tue son colocataire et demande à Siri où cacher le corps http://www.20minutes.fr/​article/​1428047/​tue-colocataire-demande-sirio-cacher-corps#xtor=RSS-145 (@Angelus_YODASON, le 13/08/2014 ; b)
10. .@iAMSword MT @lequipe : Qui doit être numéro 1 ?
RT : Courtois
FAV : Cech
http://lequi.pe/1tomwQc
http://twitter.com/​lequipe/​status/​502139002367901696/​photo/​1(@LandonHaff, le 20/08/2014 ; b)
11. “@rizbasmati : “Deux jeunes se tuent en faisant l’amour sur un balcon à Londres

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/un-couple-de-jeunes-se-tue-en-faisant-l-amour-sur-un-balcon-a-londres_622223.html
http://twitter.com/​Esprit_225/​status/​478615560083607552/​photo/​1(@margaux_damer, le 13/06/2014 ; b)

46Dans ces trois exemples, nous sommes face à une reprise d’un tweet existant (cf. 2.2.3.). @Angelus_YODASON et @LandonHaff ont retweeté manuellement l’information en indiquant qu’il s’agit d’une reprise grâce à l’insertion des RT (retweet) et MT (modified tweet) et en précisant l’origine énonciative, respectivement @nivrae et @lequipe. Malgré l’indication qu’il s’agit d’un tweet modifié, la mise en forme du tweet participatif de départ diffusé par @lequipe est respectée et met ainsi en valeur l’incitation à retweeter (RT) ou à ajouter le tweet aux favoris (FAV) présentée grâce à des renvois à la ligne, incitation renforcée par la Twitter card liée à l’article, de nature iconotextuelle.

Figure 2 Adresse publique partageant de manière fidèle un tweet multimodal de @lequipe (Twitter card)

Figure 2 Adresse publique partageant de manière fidèle un tweet multimodal de @lequipe (Twitter card)

47En ce qui concerne le tweet de @margaux_damer, il utilise la forme “@xxx et cite encore une fois un autre tweet. Les marques de citation sont incomplètes : présence des deux points, du guillemet d’ouverture mais pas celui de fermeture. L’origine énonciative du tweet de départ est effacée, mais on peut deviner celle de l’information partagée grâce à l’URL Francetvinfo.fr.

48Dans les cas d’adresses publiques orientées en direction de médias, journalistes ou hommes politiques, le discours d’escorte est plus fourni que pour un twitto ordinaire, et cela se vérifie régulièrement. On a besoin de plus expliciter sa pensée dans ces cas.

12. .@lemondefr : #EP2014 - L’oeil de @XavierGorce sur la très large victoire du FN aux européennes http://www.lemonde.fr/europeennes-2014/live/2014/05/25/suivez-les-elections-europeennes-en-direct_4425485_4350146.html
http://twitter.com/​lemondefr/​status/​470631290166075392/​photo/​1(@Kevin_Hamon, le 25/05/2014 ; b)
13. .@libe a “oublié” les DOM. #RegionRhumCharette #Team974 “La région Rillettes, tentant non ?”
http://www.liberation.fr/politiques/2014/04/11/redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748
http://twitter.com/libe/status/454630501907574784/photo/1 (@galanga974, le 11/04/2014 ; b)
14. .@edwyplenel rend hommage à #Hessel c’est bien (certains militants PS lui ont ch... dessus le jour même de sa mort) http://www.mediapart.fr/​journal/​international/​230714/​palestine-monsieur-le-president-vous-egarez-la-france?onglet=full (@antennerelais, le 23/07/2014 ; b)

49L’interpellation de médias ou de journalistes par l’adresse publique permet de donner une forte visibilité à l’information qui peut être traitée de manière plus ou moins laconique. Dans l’exemple (13), on reproche à @libe de ne pas prendre en considération les DOM dans la présentation du redécoupage des régions alors qu’en (12), le but est de faire une simple large diffusion, sans qu’il n’y ait de présentation de point de vue sur le sujet. L’exemple (14) est légèrement différent puisque l’adresse publique est utilisée à la fois en usage et en mention. Il est question d’attirer l’attention d’@edwyplenel afin de lui témoigner un soutien (« c’est bien ») et en même temps, on parle de son action à la troisième personne. Encore une fois, les fonctions d’adresse et de mention se confondent.

15. .@Villepin, l epoque ou la #France = espoir : « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/07/31/31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php… via @Le_Figaro (@Nm_Mjt, le 31/07/2014 ; b)
16. .@partisocialiste faut ralentir, avec un conflit d’intérêt par jour on n’arrive plus à suivre http://ow.ly/2FPeqFhttp://twitter.com/​MmeLenvie/​status/​457574002903744514/​photo/​1 (@MmeLenvie, le 19/04/2014 ; a)

  • 9 Voir à ce sujet : Simon & Toullec, à paraître.

50L’utilisation de la mention publique faite avec le compte de Dominique de Villepin s’est faite à plusieurs reprises, cela en lien à l’article publié sur Lefigaro.fr. Certaines constituent des adresses directes de remerciement comme dans l’exemple (1), d’autres, comme pour l’exemple (15), cherchent parallèlement à saluer les propos de l’homme politique grâce à un usage autonyme. Dans l’exemple (16), nous sommes face à un tweet multimodal9 conçu par le twitto. L’insertion d’une capture d’écran de l’article du Point.fr sur support mobile est mis en lien par @MmeLenvie afin de donner un exemple d’affaire de conflit d’intérêts. L’interpellation publique qui est faite au .@partisocialiste est plus générale que l’objet de l’article et permet de faire une critique indirecte teintée d’une pointe d’ironie.

Figure 3 Tweet multimodal interpellant le .@partisocialiste en adresse publique

Figure 3 Tweet multimodal interpellant le .@partisocialiste en adresse publique

51Pour terminer sur ce point, comme nous avons pu l’observer plus haut certains twittos utilisent une multiplication d’adresses publiques sur un même sujet : un même lien partagé mais adressé à plusieurs personnes dans plusieurs tweets distincts, et ce de manière publique, dans un but de communiquer plus largement qu’en direction des comptes mentionnés. La répétition a pour but de créer également un phénomène de curiosité, et d’engendrer des clics sur le lien du média cité. Il est encore question de l’article de @Villepin dans les deux exemples suivants. @Alkanz (le 31/07/2014 ; b) interpelle de manière publique deux personnalités politiques – .@BCazeneuve et .@EladRatson – afin de leur faire savoir qu’ils ne sont pas à la hauteur par rapport à Dominique de Villepin.

17. .@BCazeneuve petite leçon de Dominique de @Villepin : « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/07/31/31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php
18. .@EladRatson en voilà un qui n’est pas à vos pieds @Villepin : « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/2014/07/31/31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php

  • 10 Dans la conclusion de son ouvrage Prendre à témoin, une étude linguistique, Mirna Velvic-Canivez (2 (...)

52Le mode énonciatif utilisé – le « mode témoin »10 – permet au twitto de se mettre dans un rapport symétrique par rapport à ces deux diplomates des affaires étrangères. Il prend à témoin toute la timeline de ceux-ci afin de critiquer leur action politique et implicitement de les inciter à trouver des solutions afin de diminuer les violences entre Israéliens et Palestiniens dans la bande de Gaza.

2.2.2. Les mentions – au sens strict – et leur rôle dans les stratégies d’interaction et de circulation

53Comme nous l’avons vu, les mentions ont pour but d’identifier des twittos, et par là même des personnes ou médias derrière les comptes Twitter. On informe et on identifie dans le même temps. Les mentions au sens strict de personnes dans le tweet représentent un usage autonyme.

54Les configurations rencontrées sont variées, comme pour l’adresse : en début, milieu et fin de tweet. Aucun exemple contenant des mentions multiples n’a par contre été rencontré. La mention est souvent incorporée au texte du tweet. Le discours d’escorte entourant la mention (mais également le lien URL) permet au twitto de se positionner par rapport au contenu de l’information. On trouve des positionnements médiacritiques :

19. L’article de @BFMTV sur @pewdiepie est tout simplement HONTEUX ! Typique de la télé de cracher comme ça... http://www.bfmtv.com/ economie/ pewdiepie-linconnu-youtube-gagne-3-millions-deuros-an-798597.html (@Siphano, le 23/06/2014 ; a)
20. Excellente infographie de @libe résumant les positions des partis en course #Europeennes2014 http://bit.ly/1iZAtT6http://twitter.com/latrive/status/464087746126950400/photo/1 (@ZelSto, 08/05/2014 ; a)
21. @libe s’amuse http://www.liberation.fr/​politiques/​2014/​04/​11/​ redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748 (@_mocali, le 11/04/2014 ; b)

55La mention peut être accompagnée d’un adjectif afin de valoriser ou de critiquer la personnalité évoquée. @edwyplenel est ainsi qualifié d’« impitoyable » par rapport à sa lettre ouverte adressée à François Hollande :

22. + Impitoyable @edwyplenel “lettre à F. Hollande” http://www.mediapart.fr/journal/international/230714/palestine-monsieur-le-president-vous-egarez-la-france?onglet=full #Gaza http://twitter.com/​antennerelais/​status/​491920688681598977/​photo/​1 (@antennerelais, le 23/07/2014 ; b)

56La mention peut permettre plus simplement permettre de thématiser le discours, comme le fait un hashtag indexateur. L’indication peut porter sur le lieu, comme dans l’exemple (3) qui insère la mention @francofolies. Mais, la plupart du temps, les arobases renvoient à des comptes de personnes ou d’organisations (à des comptes de médias par exemple), ce qui permet une thématisation des acteurs de l’actualité.

23. #DPDA : Cet article prouve qu’@alainjuppe a été pris en flagrant délit de mensonge hier soir, sur la loi anti-burqa : http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/12/16/alain-juppe-je-n-ai-jamais-cru-a-la-rupture_1331632_823448.html(@Marion_M_Le_Pen, le 03/10/2014 ; a)
24. D’après le magazine @TIME, @MLP_officiel serait la personnalité française qui « obsède le plus le web » : http://www.lefigaro.fr/​secteur/​high-tech/​2014/​06/​07/​01007-20140607ARTFIG00052-marine-le-pen-la-personnalite-francaise-qui-obsede-le-plus-le-web.php (@FN_officiel, le 07/06/2014 ; a)

57Souvent, l’insertion de mentions de personnalités politiques se fait à des fins d’éloge ou de critique, et le renvoi vers l’article d’information permet au twitto de créer différentes stratégies argumentatives. En (23), le discours lié constitue clairement une soi-disant preuve, mais permet qui-plus-est d’attaquer la personne d’Alain Juppé en généralisant sur sa pratique de mensonges. Avec plus de subtilité – grâce à une modalisation du dire comme discours second (« d’après », conditionnel « serait ») – le compte officiel du FN génère de l’autopromotion.

58Enfin, dans la même pratique de désigner les acteurs de l’actualité grâce à l’usage d’une mention, on peut remarquer la transformation des mots du titre en arobase. L’arobasage entre dans une logique de substitution de discours non hyperlié avec un discours hyperlié – ou un technodiscours. Cette pratique est légèrement différente du hashtagage des mots du titre puisqu’il n’est pas possible de créer des mentions, elles doivent forcément correspondre à des comptes existants. L’arobasage d’un ou plusieurs mot(s) du titre renvoie vers un compte, et là encore, identifie ce compte, le prévient qu’il a été cité, et permet à ses propres followers de le connaître et de l’identifier comme tel. En voici trois exemples : un restant totalement fidèle au titre de l’article (25), un insérant une médiacritique (26) et comprenant à la fois hashtagage et arobasage (on identifie et classifie en même temps),

Figure 4 Arobasage de mots du titre dans un tweet multimodal mentionnant @CEstrosi

Figure 4 Arobasage de mots du titre dans un tweet multimodal mentionnant @CEstrosi

59et enfin une illustration d’un arobasage du titre complété par un positionnement personnel (« ça fait froid dans le dos »), ainsi qu’une publication visuelle correspondant à une compilation de captures d’écran de tweets dont les plus signifiants ont été entourés par le twitto.

25. Redécoupage des régions, les cartes de @libe : http://www.liberation.fr/​politiques/​2014/​04/​11/​redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748?xtor=EPR-450206 #Marseille #Montpellier #Toulon http://twitter.com/RochGiraud/status/454573611198603264/photo/1 (@RochGiraud, le 11/04/2014 ; b)
26. Fun et instructif ! Redécoupage des #régions, les cartes de @libehttp://www.liberation.fr/​politiques/​2014/​04/​11/​redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748 (@_MilyT, le11/04/2014 ; b)

2.2.3. Les citations et leur rôle dans les stratégies d’interaction et de circulation

  • 11 Le discours d’escorte entoure les liens (URL et arobase) et est inséré dans l’acte d’énonciation de (...)

60Nous avons classé en tant que citations toutes les reprises de tweets marquées, correspondant à un « discours autre » (Authier 2004) : les retweets (RT) et les « via » suivis du nom du compte, les citations de discours suivis de leur mention énonciative et les extraits de tweets introduits par la mention et mis entre guillemets. Dans ces configurations, la citation peut être brute (c’est pratiquement toujours le cas dans les configurations avec le « RT » ou le « via ») mais il est également possible que le twitto fasse un commentaire, par le biais d’un méta discours d’escorte11. Ce commentaire peut être réalisé à partir de mots, émoticônes ou encore technomots (hashtags et arobases). Voyons ces différentes formes de citations, et leurs implications dans les stratégies d’interaction et de circulation de l’information.

61La mention du retweet a son importance. En effet, le simple RT fait connaître à ses followers qu’on n’est pas l’auteur du tweet original, mais qu’on le relaie, voire s’en inspire quand on y ajoute un discours d’escorte.

27. RT @lequipe : Paul Pogba meilleur jeune http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Pogba-meilleur-espoir/482459 (@jonascaps, le 13/07/2014 ; b)
28. Et on a mis 84 ans pour s’en rendre compte Rt @futurasciences : Acte de décès : Le cougar est officiellement éteint http://bit.ly/​1rRwHMt (@Antonins, le 01/08/2014 ; b)

62Le « via », autre élément présent dans les tweets, permet d’identifier la provenance du tweet cité ou retweeté. Une évolution de Twitter génère maintenant cette information automatiquement, mais lors de la constitution du corpus, ce n’était pas le cas. Il était bon d’identifier par ce « via » le nom du compte qui avait créé le tweet original. Ici encore, la place du « via » est variable, et peut se situer en début, milieu ou fin de tweet.

29. À lire et relire, la tribune de Villepin « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002- 20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php (via @arnocast) (@antennerelais, le 31/07/2014 ; b)

63Ensuite, le retweet et le « via » peuvent apparaître dans un même tweet soulignant ainsi la complexité des différentes opérations de circulation. Ces identifications complètes ont pour but d’informer ses followers mais aussi de faire connaître le compte duquel on s’inspire ou qu’on cite.

30. Triste // RT @futurasciences Acte de décès : Le cougar est une espèce officiellement éteinte http://bit.ly/​1rRwHMt (via @DoroT) (@chrislogiste, le 03/03/2011 ; b)

64Nous avons rencontré plusieurs pratiques de citation d’un extrait du discours suivi de la mention de l’origine énonciative, dans le but d’identifier l’auteur de l’extrait et afin de le commenter avec tous ses followers pris à témoins de l’acte d’énonciation. L’exemple (31) suit la configuration citation entre guillemets et ajout de la mention :

31. “Par mauvaise conscience, par intérêt mal compris, par soumission… la voix de la France s’est tue.”, @villepin http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php (@148, le 31/07/2014 ; b)

  • 12 Avec les différentes modifications successives de l’application Twitter, nous avons repéré courant  (...)

65Pour terminer sur ce point, présentons le retweet manuel qui se fait avec citation du tweet entre guillemets12 (avec ou sans ajout de commentaire). Cette pratique très fortement observée dans nos deux corpus met en valeur à la fois des tweets de médias et des tweets de twittos « lambdas ».

66Nous pouvons identifier la citation brute, la citation seule mais modifiée (au niveau typographique), l’ajout de texte, d’arobase(s), de hashtag(s) ou d’émoticône(s), et même souvent un mélange de ces diverses formes. En voici quelques exemples :

32. “@20Minutes : Un dauphin à deux têtes retrouvé sur une plage turque http://dlvr.it/6Zn6Qj
http://twitter.com/20Minutes/status/498817580639866883/photo/1” (@57Yasinbayindir, le 11/08/2014 ; b)
33. “@Le_Figaro : Il manque 464 euros par mois aux Français pour vivre correctement http://bit.ly/​1wvho1q” Pour ma part il me manque 4 640€ (@Mohaa_LaFamille, le 15/09/2014 ; a)

67Le tweet suivant introduit une arobase incorporée au discours incitatif (impératif « @Jadousie regarde »), dans le but de faire réagir le twitto ciblé et sa sphère de followers.

34. “@WahRun31 : Son corps est infesté par les vers après avoir mangé des sushis http://www.ladepeche.fr/article/2014/09/29/1961534-corps-est-infeste-vers-apres-avoir-mange-sushis.html
http://twitter.com/​WahRun31/​status/​516804754895548416/​photo/​1” @Jadousie regarde (@AmelieHlk, le 29/09/2014 ; a)

68La multiplication de citations d’un même tweet permet l’ajout de plusieurs commentaires qui s’enchaînent et permettent au twitto @8120809 (le 16/09/2014 ; b) de communiquer un ensemble de données conséquentes qu’un seul tweet ne permettrait pas.

35. “@UrbanLePharaon : un poisson rouge opéré d’une tumeur au cerveau
http://bit.ly/1qTOcxL
http://twitter.com/​LeParisienTV/​status/​511854559275134976/​photo/​1” LA CONNERIE HUMAINE SRX
36. “@UrbanLePharaon : un poisson rouge opéré d’une tumeur au cerveau
http://bit.ly/1qTOcxL
http://twitter.com/​LeParisienTV/​status/​511854559275134976/​photo/​1” MAIS IL VA PAS SEN SOUVENIR

69Dans le cas suivant, on est face à un acte énonciatif de troisième niveau. On peut voir un enchâssement de citations et de commentaires. @_IbrahimAK cite de manière brute @EmmouIlane, qui lui cite un tweet de @20Minutes.

37. “@EmmouIlane : “@20Minutes : Une Chinoise se marie dans une robe avec une traine de 4km http://dlvr.it/71mFMbhttp://twitter.com/​ 20Minutes/ status/515506031464435712/photo/1” merde” (@_IbrahimAK, le 26/09/2014 ; b)

70Au final, il est important de noter que lorsque le sujet énonciateur cite un tweet ou un extrait de tweet (grâce au « RT », au « via » ou à l’utilisation des guillemets), la mention de l’origine énonciative est représentée sous forme de technosigne. La personne citée reçoit donc automatiquement une notification qui l’informe que son compte a été mentionné dans un tweet, ce qui constitue une grande différence par rapport à la pratique citationnelle traditionnelle.

3. Usages stratégiques de larobase dans un sous-corpus thématique

  • 13 http://www.20minutes.fr/insolite/1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-pro (...)

71L’étude concerne un corpus constitué à partir de l’ensemble des tweets et retweets intégrant le lien vers l’URL de l’article insolite du journal 20minutes.fr publié le 1er octobre 2014 et intitulé « Le Pen : Un chien de Jean-Marie tue une chatte de Marine, qui quitte la propriété familiale »13. Cet article a retenu notre attention de par sa thématique politique mais aussi étant donné qu’il se classe au 25e rang des articles ayant le plus suscité de tweets et retweets pendant la période de mai à octobre 2014. Il a engendré 4 218 publications, dont 3 847 tweets et retweets serviles et 371 tweets originaux. Le tri de ces 371 tweets a ramené le nombre de tweets exploitables à 331. Parmi ces derniers, 134 tweets utilisent stratégiquement le signe arobase, que ce soit sous forme d’adresse, de mention ou de citation (cf. tableau 3).

Tableau 3 Usages de l’arobase en adresse, mention et citation dans les 134 tweets hypertextualisés (sous-corpus thématique)

Tableau 3 Usages de l’arobase en adresse, mention et citation dans les 134 tweets hypertextualisés (sous-corpus thématique)

72L’ensemble des tweets a été publié le jour même de la sortie de l’article. Ces arobases correspondent dans 120 cas au compte du journal 20minutes. On dénombre aussi dix comptes de twittos ordinaires, trois utilisations de deux comptes de politiciens et trois utilisations du compte du site d’information parodique @le_gorafi. L’image n’a peu d’importance à l’intérieur de ces tweets puisque dans 84 cas, il s’agit d’une reprise de la carte « image » issue du site 20minutes.fr.

Figure 5 Exemple de tweet intégrant le lien URL de l’article de 20minutes.fr (présence d’une Twitter card)

Figure 5 Exemple de tweet intégrant le lien URL de l’article de 20minutes.fr (présence d’une Twitter card)

73Les différentes publications qui ont partagé l’article insolite de 20minutes démontrent une grande diversité dans l’usage du signe arobase. L’identité de la personne ou du collectif à qui appartient le compte cité est de plus importante à prendre en considération afin de comprendre la stratégie qui a été mise en œuvre par le twitto. Nous relevons cinq stratégies majeures parmi ces 134 tweets hypertextualisés : un partage d’une information jugée amusante dans un contexte léger et ludique, une interprétation de l’ambiguïté présente dans le titre à caractère allusif, une invitation au débat, un moyen de faire de la médiacritique et une forme de provocation à l’échelle politique.

3.1. Partage ludique d’une information insolite

74L’information mise en lien dans les tweets est issue d’un fait divers qui s’est produit en octobre 2014 concernant les animaux domestiques de la famille Le Pen. Cet article a engendré non seulement beaucoup de retweets, mais aussi beaucoup de commentaires personnels légers, qui rebondissent sur le caractère anecdotique de l’information. La réaction du twitto est mise en avant : expression liées au rire (MDR Mort de rire, PTDR Pété de rire, LOL Laughing out loud, mort de rire avec la contraction « CHUMORTE »), émoticônes d’éclats de rire, etc. On suppose que dans l’acte de partager en passant par le rire, on incite les followers à réagir de même et à les faire à leur tour circuler l’information.

38. Lol. http://www.20minutes.fr/insolite/1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale@gaetanbuellet (@kevinbalicot)
39. CHUMORTE “@20Minutes : Le chien de Jean-Marie Le Pen dévore la chatte de sa fille Marine, elle déménage http://www.20minutes.fr/insolite/145265520141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familialehttp://twitter.com/​20Minutes/​status/​517242535581069313/​photo/​1” (@m_sulee)

75Aucun recul critique n’est pris par ces twittos qui s’amusent au premier degré de cette information anecdotique alors que l’on pourrait interroger la responsabilité des acteurs politiques concernés ainsi que celle du média 20minutes.fr. D’un point de vue critique, on pourrait se demander si la publication d’une telle information ne serait pas réalisée sous l’influence du parti FN, qui trouverait un intérêt politique à faire parler de lui (que ce soit en bien ou en mal, stratégiquement peu importe). Le média, quant à lui, assume clairement la responsabilité d’une publication de ce genre d’information puisqu’elle a des retombées en termes d’audience.

3.2. Levée de l’ambiguïté de l’information et sous-entendus

76La levée d’ambiguïté, qui intervient en tout début ou en toute fin de tweet, joue sur la formulation du titre de l’article, grandement reprise d’ailleurs : « Le Pen : Un chien de Jean-Marie tue une chatte de Marine, qui quitte la propriété familiale ». Nombre de tweets profitent de cette formulation qui fait penser à un acte incestueux afin de se moquer de la famille politique. La modification de la typographie cherche à influencer la réception en (40), la possibilité d’une autre interprétation est évoquée en (41) avec l’appui des points de suspension et l’aveu d’un esprit « mal tourné » est fait en (42), accompagné d’une incitation au retweet (« rt si toi aussi tas lesprit mal tourné »).

40. “@20Minutes : Le chien de Jean-Marie Le Pen DÉVORE LA CHATTE de sa fille Marine, elle déménage http://www.20minutes.fr/​insolite/​1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familialehttp://twitter.com/20Minutes/status/517242535581069313/photo/1” (@FuegoFTW)
41. “@20Minutes : Le chien de Jean-Marie Le Pen dévore la chatte de sa fille Marine, elle déménage http://www.20minutes.fr/​insolite/​1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale” Jai cru autre chose. (@Blcfrere)
42. “@20Minutes Le chien de Le Pen dévore la chatte de sa fille Marine,http://www.20minutes.fr/​insolite/​1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale…” rt si toi aussi tas lesprit mal tourné (@UnLenatic)

77L’information est non seulement anecdotique mais joue également sur un registre pervers, qui est susceptible d’accrocher l’attention. Le côté people est exploité à son extrême puisqu’on parle d’animaux domestiques mais aussi de sexualité, en sous-entendus. Ce n’est pas étonnant que cet article ait été autant partagé.

3.3. Invitation au débat

78Certains twittos jugent important de parler du sujet. L’interactivité est créée de manière directive grâce à l’usage de l’adresse « @JuiUnThug » au début du tweet, qui invite la personne, dans le tweet suivant, à s’exprimer sur le sujet, à donner son point de vue. L’invitation au débat est renforcée par la question incitative en fin de tweet.

43. @JuiUnThug “Le chien de Jean-Marie Le Pen dévore la chatte de sa fille Marine, elle déménage http://www.20minutes.fr/​insolite/​1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale…” On en parle un peu ? (@micka_swagg)

79On suppose que ce genre d’invitation constitue une sorte d’habitude pour ces deux twittos mais encore une fois, n’ayant récolté uniquement les tweets contenant un lien URL, les fils conversationnels entre deux ou plusieurs personnes n’ont pas été analysés.

3.4. Médiacritique

80En tout, 11 publications sur 134 constituent des formes de médiacritiques. Plusieurs publications soulignent la pauvreté de l’information : « mais on s’en tape » en (44) et ajout du hashtag ironique « #sujetdefond » en (45) :

44. “@20Minutes : Un chien de Jean-Marie tue une chatte de Marine (…)
http://dlvr.it/​748qv
http://twitter.com/20Minutes/status/517242535581069313/photo/1” ah.. mais on s’en tape.. (@Nry_ColeXO)
45. “@20Minutes : Le Pen : Un chien de Jean-Marie tue une chatte de Marine, qui quitte la propriété familiale http://dlvr.it/​748qv #sujetdefond (@Emilie75016)
L’usage de l’arobase @20minutes est aussi très courante que ce soit en adresse ou en mention afin de critiquer directement les choix éditoriaux du média. Voici un exemple d’usage en adresse publique :
46. .@20minutes tombe très bas dans mon estime là : RT @20minuteshttp://www.20minutes.fr/​insolite/​1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale (@Piccadilly_Girl)
La médiacritique passe aussi par des propos ironiques, comme le faux remerciement ou autres formules plus élaborées :
47. Beauté du style, majesté du titre #FN + @20minutes http://www.20minutes.fr/​insolite/​1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale (@BruelBen)

81Plusieurs allusions ironiques au Gorafi.fr – le site d’information parodique connu pour publier des fausses informations – sont faites grâce à l’insertion du nom de son compte.

48. @le_gorafi c’est vous ? // Le Pen : Un chien de JM tue une chatte de Marine, qui quitte la propriété familiale http://www.20minutes.fr/​insolite/​1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale (@Geniks34)

82Cette allusion au site parodique est un élément que nous avons croisé à propos d’autres partages d’actualités. Elle doit faire partie des usages communs à certains twittos, qui permet d’émettre une critique au second degré. On rencontre trois allusions faites avec l’arobase @Gorafi, dont l’usage est fait en mention, avec une légère dimension d’adresse également car il y a un sentiment d’appartenance sous-jacent à la « communauté Gorafi ». Le partage est susceptible de toucher tous les followers du site et incite à faire partager cette information en la tournant en dérision avec humour.

3.5. Provocation

83Parmi les tweets analysés, un seul discours met en avant un positionnement très fort adressé à l’une des personnalités politiques en question dans l’article.

84En tout, on a repéré trois usages du signe arobase + nom du compte. @MoBentahar a procédé à un arobasage en mention des mots du titre afin de produire le tweet laconique suivant :

49. @lepenjm : le chien de Jean-Marie tue la chatte de Marine @MLP_officiel, qui quitte la propriété familiale http://www.20minutes.fr/​insolite/​145265520141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale
@oskar59 s’adresse quant à lui à Marine Le Pen en provoquant la personnalité politique :
50. Après tout, c’est à cause de son père si elle s’est fait bouffer sa chatte si sauvagement… . http://www.20minutes.fr/​insolite/​1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale… @MLP_officiel

85L’adresse faite au compte officiel de Marine Le Pen, l’insinuation et la vulgarité du propos visent à attaquer ouvertement la personnalité politique, même si le twitto parle d’elle à la troisième personne.

Conclusion

86Au terme de cette analyse, il convient dans un premier temps d’insister sur l’intérêt d’avoir pu constituer deux corpus pertinents du fait de la diversité d’informations médiatiques représentée (32 médias), prenant en compte l’idée de forte circulation de l’information (aux deux niveaux de l’article et des tweets), mais également permettant de questionner l’hypertextualité à deux échelles différentes (URL de l’article et arobase suivie du nom du compte). Il faut insister sur le fait que la constitution de ces corpus a pu être réalisée grâce au travail collaboratif et interdisciplinaire du projet ANR fait en amont. Cette étape n’est pas à négliger puisqu’elle a duré plus d’un an. Nous avons été confrontées à plusieurs difficultés telles que le repérage des publications automatisées ou encore la compréhension des changements de configurations de Twitter entre 2014 et le moment de l’analyse. L’exemple de la citation de tweet avec le signe « “@ » en est caractéristique. De par sa très forte représentation dans les corpus, on suppose que cette présentation correspondait à une forme de retweet et l’usage du signe ne visait pas à faire une adresse publique. Cette remarque est importante à faire dans la problématique du discours hypertextualisé puisque le technosigne correspond, dans ce cas, à deux objectifs communicationnels distincts (citer ou faire une adresse publique), ce qui est ambigu.

87L’objectif de l’article a été d’analyser les différentes configurations et fonctions de l’usage de l’arobase suivie du nom du compte d’un point de vue énonciatif, pragmatique et argumentatif. Il convient d’approfondir la dimension citationnelle, notamment à partir de tweets constitués par plusieurs niveaux d’interdiscursivité, comme nous avons pu le voir dans l’exemple (37). Afin d’aller plus loin sur la question de la circulation des discours, il serait utile de pister la traçabilité des dires en constituant un corpus complémentaire prenant en compte les différentes interactions sur un sujet, cela impliquant de modifier la méthodologie de constitution du corpus. Au niveau communicationnel, il serait enfin intéressant de prolonger l’étude des formes de médiacritiques et d’ironie au sens large.

Bibliographie

Références bibliographiques

Authier-Revuz Jacqueline, 2015 [1995], Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Limoges, Lambert-Lucas.

Authier Jacqueline, 2004, « La représentation du discours autre : un champ multiplement hétérogène », in López Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie & Rosier Laurence (dir.), Le discours rapporté dans tous ses états : question de frontières, Paris, L’Harmattan, p. 35-53.

Bigey Magali, Simon Justine, 2018, « Analyse des discours d’escorte de communication sur Twitter : essai de typologie des tactiques d’accroches et de mentions », in Mercier Arnaud & Pignard-Cheynel Nathalie (éds), #info . Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Éditions de la MSH, pp. 55-86.

Genette Gérard, 1982, Palimpsestes, Paris, Seuil.

Mercier Arnaud & Pignard-Cheynel Nathalie (dir.), 2014-2016, Projet ANR Info-RSN : « Circulation et partage des informations sur les réseaux socionumériques et transformations du journalisme », Observatoire du webjournalisme. URL : http://obsweb.net

Moirand Sophie, 2002, Entrée « Dialogisme », in Charaudeau Patrick & Maingueneau Dominique (dir.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, p. 175-178.

Paveau Marie-Anne, 2013, « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires, vol. 3, URL : http://itineraires.revues.org.bases-doc.univ-lorraine.fr/2313

Rabatel Alain, 2011, « Analyse énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images », Jaubert Anna, López Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie, Rosier Laurence & Stolz Claire (dir.), Citations II, Citer pour quoi faire ? Pragmatique de la citation, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, p. 13-36.

Rabatel Alain, 2010, « Analyse pragma-énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images », Argumentation et analyse de discours, no 4, p. 1-16. URL : http://aad.revues.org/index806.html

Simon Justine, 2015, « Le discours hypertextualisé : Une notion essentielle pour l’analyse du web », in Saleh Imad, Carayol Valérie, Leleu-Merviel Sylvie, Massou Luc, Roxin Ioan, Soulages François, Wrona Adeline, Zacklad Manuel & Bouhaï Nasreddine (dir.), H2PTM 2015, Le numérique à l’ère de l’Internet des objets, de l’hypertexte à l’hyper-objet, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 3-20.

Simon Justine & Toullec Bénédicte, 2018, « Quand le tweet avec images renouvellent le partage d’informations », in Mercier Arnaud & Pignard-Cheynel Nathalie (éds), #info . Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Éditions de la MSH, pp. 131-168.

Simon Justine & Toullec Bénédicte, 2016, « Le poids argumentatif des tweets multimodaux dans les récits médiatiques », Actes du 4ème Colloque International Médias Numériques & Communication Électronique, 1-3 juin 2016, Bruges, Aquaprint, p. 227-238.

Simon Justine, Toullec Bénédicte, Badouard Romain, Bigey Magali, Compagno Dario, Mercier Arnaud, Pignard-Cheynel Nathalie & Sebbah Brigitte, 2017, « L’influence des discours d’accompagnement sur le partage social. Identifier et analyser les discours d’escorte sur Twitter », in Wigham Ciara R. & Ledegen Gudrun (dir.), Corpus de communication médiée par les réseaux : construction, structuration, analyse, Paris, L’Harmattan, p. 52-70.

Souchier Emmanuel, Jeanneret Yves & Le Marec Joëlle (dir.), 2003, Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI-Centre Pompidou.

Velcic-Canivez Mirna, 2006, Prendre à témoin. Une étude linguistique, Paris, Ophrys.

Volochinov Valentin Nikolaevič, 1977 [1929], Le marxisme et la philosophie du langage, Paris, Minuit.

Notes

1 La notion de discours d’escorte fait référence aux travaux de Gérard Genette dans la tradition littéraire (1987) et à ceux d’Alain Rabatel (2010, 2011) dans une problématique pragma-énonciative. Dans le cadre du projet de recherche sur la circulation de l’information via le réseau socionumérique Twitter, le discours d’escorte a été défini comme un discours original qui entoure une URL d’un article ou une unité textuelle composée de l’URL et de sa formule de partage telle que générée par les médias et qui tente d’influencer la lecture et l’interprétation du contenu mis en lien.

2 Nous préférons le terme « technosigne », plutôt que « technomot », pour mettre en avant le fait que ce dernier n’est pas uniquement créé avec des lettres de l’alphabet.

3 Hormis si le compte est protégé donc visible seulement sur autorisation du twitto, mais ces comptes sont rares.

4 Attirer l’attention d’un compte peut se mettre au service de différents objectifs communicationnels : partager une information, chercher à créer une relation interpersonnelle (inviter la personne à nous suivre), activer une connivence, critiquer, prendre à témoin, chercher à faire en sorte que la personne interpellée entre en action (au niveau du discours : réponse, retweet et d’un point de vue plus pragmatique : entrer véritablement en action), etc.

5 La référence du tweet hypertextualisé présente le nom du compte émetteur, la date de publication et précise à quel corpus il se réfère (a ou b).

6 Cet exemple illustre aussi le mélange des usages qui peuvent être faits au sein d’un même tweet (@OmarSy en adresse et @francofolies en mention), et justifie le fait de ne pas présenter de résultats quantitatifs sur l’ensemble de nos corpus.

7 Ce constat amène à réfléchir à la possible transposition du concept de « modalisation autonymique » proposé par Authier (1995/2015), dans laquelle le mot est utilisé à la fois en usage et en mention. Elle cumule l’usage d’un mot pour désigner une chose et le retour en mention sur ce mot.

8 Sur Twitter, les adresses publiques (.@) ont disparu courant 2016 au bénéfice de l’auto-retweet http://www.presse-citron.net/twitter-assouplit-la-regle-des-140-caracteres-et-lance-lauto-retweet/

9 Voir à ce sujet : Simon & Toullec, à paraître.

10 Dans la conclusion de son ouvrage Prendre à témoin, une étude linguistique, Mirna Velvic-Canivez (2006 : 225) insiste sur le fait que dans la prise à témoin, l’interlocuteur est « amené à partager la responsabilité de l’acte dans lequel il est engagé ». La dimension interlocutive se voit ainsi doublée d’une dimension pragmatique puisque la personne prise à témoin est invitée implicitement à entrer en action.

11 Le discours d’escorte entoure les liens (URL et arobase) et est inséré dans l’acte d’énonciation de niveau 1 alors que dans le cas d’un méta discours d’escorte, il s’agit d’un positionnement dans un acte d’énonciation de niveau 2 : le méta discours d’escorte représente le discours d’escorte d’origine. Il est bien évidemment possible à ce niveau d’insérer d’autres liens.

12 Avec les différentes modifications successives de l’application Twitter, nous avons repéré courant 2014 un nombre très important de tweets débutant par ce qu’on peut prendre pour une adresse publique (“@xxx), alors que cette adresse avait une fonction technologique qui mentionnait l’origine du tweet. Cette adresse automatisée ne permet pas de dire si, pendant cette période, ces choix de mention étaient volontaires ou non.

13 http://www.20minutes.fr/insolite/1452655-20141001-pen-chien-jean-marie-tue-chatte-marine-quitte-propriete-familiale

Table des illustrations

Titre Tableau 2 Synthèse des opérations de tri et de repérage
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 1 Exemple de partage d’information avec multiplication d’adresses (capture d’écran de notre corpus b formalisé sur Excel)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 2 Adresse publique partageant de manière fidèle un tweet multimodal de @lequipe (Twitter card)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40905/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 3 Tweet multimodal interpellant le .@partisocialiste en adresse publique
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40905/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 4 Arobasage de mots du titre dans un tweet multimodal mentionnant @CEstrosi
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40905/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 3 Usages de l’arobase en adresse, mention et citation dans les 134 tweets hypertextualisés (sous-corpus thématique)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40905/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 5 Exemple de tweet intégrant le lien URL de l’article de 20minutes.fr (présence d’une Twitter card)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40905/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

Auteurs

Université de Franche-Comté Édition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours (ELLIADD) – 
Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Franche-Comté. Elle enseigne dans le département Information-Communication de l’IUT de Besançon-Vesoul. Elle est rattachée au laboratoire Édition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours (ELLIADD).

Université de Lorraine – Centre de recherche sur les médiations (CREM)
Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine. Ses enseignements se déroulent au sein du département Gestion administrative et commerciale des organisations à l’IUT de Moselle-Est. Elle est membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search