Version classiqueVersion mobile

Le discours hypertextualisé

 | 
Justine Simon

Chapitre 3. Le discours hypertextualisé portant sur le décès d’une célébrité

Fanny Georges

Texte intégral

  • 1 Cette contribution s’inscrit dans le prolongement d’un travail effectué sur les pratiques d’écritur (...)

1Nous proposons d’étudier le discours hypertextualisé dans le cadre d’un travail prenant pour objet la représentation des défunts dans les réseaux socionumériques1.

2Nous avons mis en œuvre dans une approche sémiopragmatique mixte dite « quali-quanti » mettant en œuvre l’analyse d’un corpus de 21 396 tweets datés du 4 au 8 juin 2016 ayant pour objet l’annonce et le relais de l’annonce de la mort de Mohamed Ali, célèbre boxeur américain, mort le 4 juin 2016.

« Le discours hypertextualisé désigne un discours augmenté par la présence d’un lien hypertexte, renvoyant vers un autre discours. Dans l’étude du processus d’écriture et de lecture de discours numériques augmentés par un ou plusieurs liens, l’intérêt est d’analyser les effets engendrés par ces insertions en recherchant les buts communicationnels visés, grâce à la mise en avant du contexte. La question de la réappropriation et de la circulation des discours est également un élément essentiel à prendre en considération dans cette perspective. » (Simon 2015 : 4)

3L’objet de la présente contribution est d’interroger le rôle des liens hypertexte dans l’annonce de la mort du boxeur dans les cinq jours qui suivent l’annonce de son décès. Les travaux précédents ont en effet montré qu’après la mort d’un défunt, sa représentation identitaire fait l’objet d’une négociation dans les réseaux socionumériques et dans la presse par les pratiques d’écritures des usagers publiant l’annonce de sa mort et lui rendant hommage, et par les journalistes qui publient des nécrologies dans la presse. En particulier, dans le cadre de l’analyse de la commémoration de la mort de Mano Dayak par des usagers touareg dans un groupe Whatsapp, il a été observé que la figure du rebelle de la révolte nigérienne des années 1990 faisait l’objet d’une héroïsation et d’une renégociation pour l’adapter à la cause indépendantiste de la révolte malienne actuelle.

4On peut supposer que dans l’annonce de la mort de Mohamed Ali, en tant que célébrité publiquement engagée contre la guerre et pour la défense des droits des minorités (les Noirs en particulier), peuvent se trouver des indices de cette héroïsation.

5L’hypothèse à l’initiative de ce travail est que le discours hypertextualisé dans Twitter (en particulier les liens associés dans les tweets et les hashtags) participe de la négociation de cette représentation identitaire et structure une forme d’annonce de la mort dans Twitter propre à ce réseau social qui évolue avec le temps, et manifeste l’héroïsation dont il peut faire l’objet après sa mort. On prendra ici la mesure de cette évolution sur la courte période de 5 jours qui suivent le décès. On peut faire la sous-hypothèse que les hashtags en particulier peuvent constituer une forme d’expression formulaire structurant l’identité du défunt et la négociation collective de sa représentation identitaire en tant que héros après sa mort.

1. Cadre théorique

1.1. L’annonce du décès et l’hommage au défunt dans les réseaux socionumériques

6Tout au long de la vie, les réseaux socionumériques accompagnent les vivants et sont le support d’expression de leurs pensées quotidiennes. Le processus d’acculturation technique mis en évidence par Josiane Jouët en 1989 chez les usagers du Minitel et des premiers ordinateurs a continué de s’opérer, faisant entrer les technologies et le web au plus profond des relations interpersonnelles et de la vie spirituelle. Comme l’a montré Jeffrey Sconce dans son ouvrage Haunted Media, les médias ont été de longue date associés intuitivement à l’Au-delà. Les travaux sur les pratiques « technospirituelles » montrent que le web est investi comme support ou outil des pratiques religieuses (Douyère 2011 ; Jonveaux 2013), pour la consultation de contenus religieux (prières, textes sacrés), la conduite des pratiques religieuses – ex. situer la Mecque en vue de la prière musulmane – ou l’innovation religieuse – ex. envoi de SMS par Jésus (Bell 2006), ou encore dans un contexte de deuil (Duteil-Ogata et al. 2015). Des sites de pratique de « transcommunication instrumentale » (spiritisme sur internet) démontrent également que les morts ayant utilisé Internet de leur vivant, sont tout à fait à même de s’y exprimer après leur décès, tout comme les anciens s’exprimaient via les tables tournantes (Georges 2013). Le support numérique est devenu pour certains usagers, un espace potentiel d’expression des défunts.

  • 2 Au-delà des réseaux socionumériques, de nombreux services payants dédiés à la visée mémoriale par s (...)

7Depuis la fin des années 2000, des travaux ont montré que les RSN (Myspace, puis Facebook en particulier) sont devenus des supports d’expression du deuil (Pène 2011 ; Wrona 2011)2. Ces travaux ont principalement porté sur Myspace et Facebook. On peut retenir que des caractéristiques propres aux RSN rappellent aux usagers la présence du mort parmi les vivants et nécessitent une réaction pour faire face à cette situation dysphorique. Par défaut, dans Facebook, les profils de défunts restent en ligne, continuant d’être indirectement actifs. Des notifications sont régulièrement adressées à leurs « amis » pour les enjoindre de recontacter les défunts, leur recommander de nouveaux amis ou leur souhaiter leur anniversaire. Le dispositif peut aussi faire envoyer automatiquement, par les profils des défunts, des suggestions de reprise de contact ou encore des invitations à jouer à des jeux joués de leur vivant. Cette forme de « récalcitrance » (Brubaker & Hayes 2011) ou de survivance du défunt peut entretenir la détresse de ses proches et recèle des enjeux affectifs forts.

8Ce qui appert des pages Facebook utilisées par les vivants pour rendre hommage aux défunts est qu’elles sont très utilisées par les vivants pour exprimer des sentiments et des souvenirs personnels. Du fait de l’usage personnel du réseau social privé, l’annonce de la mort est indissociable de l’expression de la douleur. La page Facebook annonçant le décès d’un usager peut être sémiotisée en véritable signe de la vie du défunt. Nous avons montré précédemment (Georges & Julliard à paraître) que lorsque les profils créés de leur vivant par les défunts sont investis, ils sont transformés. Cette transformation s’apparente à une profilopraxie, le profil du défunt étant modifié pour rentrer en conformité avec l’idée que s’en font les endeuillés et/ou à l’apposition de stigmates de la mort, le profil devant être reconnu comme celui d’un défunt. Nous avons montré également qu’un usage de la page de profil du défunt pouvait ne pas faire l’objet de pratique d’écriture : la page Facebook est alors investie comme support de dialogue intérieur avec le défunt. Sur Facebook, il est donc moins question d’annoncer la mort à une large audience que de faire part de son deuil.

1.2. La particularité de Twitter

9Sur Twitter, aucun travail de notre connaissance n’a traité de l’annonce de la mort ou de l’hommage au défunt. Du fait, d’une part, du modèle du réseau socionumérique fortement centré sur la diffusion de l’information à un large public (« modèle du phare » proposé par Cardon 2008), et d’autre part, du faible nombre de caractères qui ne permet pas la rédaction d’un hommage ou d’un descriptif dans le corps du message, on peut s’attendre à ce que l’expression du deuil soit beaucoup moins centrée sur l’affect que sur l’information. De fait, nous n’avons eu aucun témoignage relatant le partage sur Twitter de l’annonce de la mort d’un proche. En revanche, Twitter est plus que Facebook, le lieu du relai de l’information sur les célébrités.

2. Méthode danalyse des pratiques discursives ayant pour objet la mort de Mohamed Ali sur Twitter

2.1. Hypothèses portant sur l’énonciation de la mort

10Nous pouvons supposer que, Twitter étant dans le modèle du phare, n’est pas approprié à l’annonce de la mort à la seconde personne : cette plateforme, à la différence de Facebook, est moins dédiée à l’expression du deuil et de la douleur, et plutôt à l’information sur la mort. De plus, le faible nombre de caractères a pour conséquence une expression laconique dont les liens hypertexte permettent de compléter le message en rendant le contenu plus approprié.

11Dans les réseaux socionumériques, tout comme dans les nécrologies ou les faire-part de deuil, l’énonciation de la mort est une pratique discursive caractérisée par son caractère formulaire. Ainsi, les formules telles que « nous sommes au regret de vous annoncer » ou encore « repose en paix », ou « RIP », sont très fréquemment utilisées pour annoncer ou commenter la mort d’un défunt. Parler d’annonce de la mort, de nécrologie ou de faire-part de deuil serait tout autant inexact, car ces différentes catégories discursives sont souvent mélangées dans les réseaux socionumériques.

12Le décès de Mohamed Ali intervient dans une période où de nombreuses célébrités décèdent, et ce thème est relayé par de nombreux tweets.

13On peut se demander quels sont également les messages originaux :

  • des types de hashtags utilisés en association avec la mort de Mohamed Ali. Quels liens de signification avec le boxeur ? avec sa mort ?
  • des types d’URL utilisées pour faire sens. Mêmes questions.

2.2. Constitution du corpus

14Le corpus recueilli se constitue de 21 396 tweets publiés entre le 4 et le 8 juin 2016. Ces tweets ont été extraits par une requête portant sur les occurrences de « Mohamed Ali » et « décès » ou « mort » dans les publications en français. Le corpus présente donc les spécificités suivantes, qui ont un impact sur le périmètre culturel de l’analyse : d’une part, il manifeste la réception dans le monde francophone de l’annonce du décès d’une célébrité américaine ; d’autre part, il ne couvre pas l’ensemble des publications associées à l’annonce de son décès, mais seulement celles qui présentent l’occurrence des mots « décès » ou « mort ». La seconde spécificité coupe l’analyse de toute évocation périphrastique du décès. Les champs suivants ont été séparés dans des colonnes distinctes : date, texte des tweets, nom de l’usager, nombre de retweets, mention de l’URL, mention du hashtag, mention d’un usager.

15La première difficulté à laquelle est confronté le chercheur en sciences humaines travaillant sur un corpus quantitatif dans Twitter est la profusion d’informations qui rend difficile la conduite d’une approche qualitative. Inversement, une approche purement qualitative de Twitter qui ne passerait pas par une extraction de tweets peut sembler trop peu représentative. Le tout est donc dans un premier temps de s’attacher à restreindre et cadrer le corpus de façon à permettre la conduite d’une approche qualitative dans une dimension raisonnable. Dans l’ensemble de ce corpus de l’annonce et du commentaire de l’annonce de la mort de Mohamed Ali, tous les messages ne sont pas des messages originaux, mais beaucoup de messages sont des réplications (des retweets). Comme on l’a souligné précédemment, le discours ayant pour objet la mort se caractérise par son caractère formulaire ; le retweet d’un message est une forme d’instanciation de ce caractère formulaire. Plutôt que de trouver des mots personnels pour évoquer la mort (l’ineffable), il peut sembler plus aisé de retweeter un message produit par un tiers. De ce fait nous avons centré notre attention, dans cette approche majoritairement quantitative, aux tweets les plus retweetés pour une approche qualitative permettant de mieux comprendre les données traitées statistiquement.

3. Résultats de lanalyse quali-quanti

3.1. La distribution des types de discours hypertextualisés dans l’annonce de la mort

16Une première approche quantitative va nous permettre d’engager un premier tri du corpus pour identifier les tweets présentant un discours hypertextualisé tel que défini ici, et d’initier une première approche de la production discursive relative à l’annonce et au commentaire du décès de Mohamed Ali sur Twitter dans les cinq jours qui ont suivi sa mort. Dans cette première approche le corpus entier est utilisé, afin de comparer diachroniquement l’évolution de la répartition des discours hypertextualisés au sein de l’ensemble de la production discursive ayant pour objet l’annonce de la mort de Mohamed Ali et de produire une première approche diachronique de la fréquence de mots utilisés dans les discours hypertextualisés ou non.

17Une première analyse du corpus montre la distribution des formes de discours en regard de leur hypertextualisation. Le discours hypertextualisé le plus représenté est le lien hypertexte : il représente près de la moitié (49 %) du corpus. L’usage d’un hashtag est moins représenté (20 %), d’autant que l’examen de la cooccurence d’un hashtag et d’un lien hypertexte montre que les trois quarts des hashtags sont utilisés en association à un lien hypertexte.

18À présent, que sur l’ensemble du corpus a été montrée la répartition moyenne des différentes formes de production discursive, nous allons interroger, dans une approche sémantique quantitative et diachronique, l’évolution de leur usage. Il s’agit donc d’analyser l’évolution sémantique du discours sur la mort de Mohamed Ali dans les cinq jours qui suivent son décès par une analyse de la fréquence des mots, en séparant notre corpus en cinq sous-corpus qui correspondent aux cinq jours suivant le décès.

Tableau 1 : Distribution du corpus en fonction du type de discours hypertextualisé

Somme des tweets présentant un discours hypertextualisé sous forme de hashtag ou de lien hypertexte 11 512
Tweets qui ne sont pas des discours hypertextualisés 9 884

Figure 1 Diagramme de la distribution du corpus en fonction des types de discours hypertextualisés

Figure 1 Diagramme de la distribution du corpus en fonction des types de discours hypertextualisés

19Observe-t-on une évolution signifiante de l’usage des hashtags ou des liens hypertexte ? On pourrait faire l’hypothèse que les liens hypertexte vers des nécrologies dans la presse sont davantage utilisés pour annoncer la mort initialement, et que la diffusion médiatique des messages étant, les formes de discours ne présentant pas de lien hypertexte soient plus fréquentes dans un second temps, en tant qu’ils reposeraient sur une connaissance préalable de la mort et s’inscriraient davantage comme métadiscours. On pourrait faire également l’hypothèse que les hashtags nécessitant de faire l’objet d’un choix, ils apparaissent avec une fréquence croissante au cours des cinq jours suivant la mort. Pour ce qui concerne les éléments signifiants et participants à la construction des traits caractéristiques de la figure du héros, ils apparaissent progressivement au cours des cinq jours.

Tableau 2 Nombre de tweets journaliers du corpus ayant pour objet le décès de Mohamed Ali

Tableau 2 Nombre de tweets journaliers du corpus ayant pour objet le décès de Mohamed Ali

Figure 2 Courbe du nombre de tweets journalier ayant pour objet la mort de Mohamed Ali

Figure 2 Courbe du nombre de tweets journalier ayant pour objet la mort de Mohamed Ali

Figure 3 Distribution du nombre de productions discursives journalières suite à l’annonce du décès de Mohamed Ali

Figure 3 Distribution du nombre de productions discursives journalières suite à l’annonce du décès de Mohamed Ali

3.2. Une courbe des productions discursives propres aux décès ne faisant pas l’objet de controverse

20Les résultats montrent une baisse drastique du nombre de productions discursives dans les cinq jours qui suivent l’annonce de la mort. En comparaison aux résultats de Nelly Quemener (2016) portant sur le traitement médiatique du décès des célébrités, ont retrouve le même phénomène, renforcé par le fait que la mort dans le cas de Mohamed Ali n’a pas fait l’objet de controverse : contrairement, par exemple, à la mort de Prince survenue un mois auparavant, Mohamed Ali meurt des suites de la maladie de Parkinson, ce qui n’alimente pas le débat médiatique. On peut se demander même si la survenue du Ramadan, faisant l’objet de nombreuses productions discursives associées sur Twitter, ne renforce pas le phénomène. Il est toutefois possible que cette courbe masque la possibilité que soit évoqué un autre thème associé à Mohamed Ali, et qui ne soit pas associé à la mort ou au décès et qu’il serait peut-être possible d’observer à travers les thématiques des hashtags.

3.3. Approche sémantique

21Dans la seconde phase de l’analyse, nous allons comparer diachroniquement dans les cinq sous-corpus journaliers distingués, la fréquence sémantique dans le contenu des tweets d’une part, et dans les hashtags d’autre part.

22Le tableau 3 présente les mots les plus fréquents dans les tweets (colonne 1) et dans les hashtags (colonne 2). Dans la visualisation sous forme de nuage de mots les plus fréquemment utilisés dans les tweets, nous avons supprimé les occurrences de « Mort », « Ali », « Mohamed », « Muhammad » et « Mohammed », pour rendre plus visibles les termes associés.

23L’analyse diachronique du contenu des tweets et des hashtags confirme l’hypothèse que la représentation du défunt change au cours des trois jours : cette modification est bien corrélée aux résultats du tableau 3. Nous allons passer en revue les traits saillants des pratiques discursives en mettant en exergue en particulier les enjeux du discours hypertextualisé sous forme de hashtags et des articles les plus fréquemment partagés.

Tableau 3 Nuages des mots et des hashtags les plus fréquents pendant les jours qui ont suivi la mort de Mohamed Ali

Tableau 3 Nuages des mots et des hashtags les plus fréquents pendant les jours qui ont suivi la mort de Mohamed Ali

3.3.1. Jour 1 : l’annonce de la mort et les premières réactions

24Le premier jour, 84 % du corpus total est produit (cf. figure 3). Sur les 21 397 tweets produits ce premier jour, une grande partie correspond à des retweets. La figure 4 présente un diagramme de la distribution des tweets par nombre de retweets. On peut se demander quels sont ces retweets et quelles sont les propositions de pratiques discursives qui consistent simplement à partager l’information, et quelle est la proportion de tweets qui sont une production originale de discours.

Figure 4 Distribution du nombre de retweets par tweet (Jour 1)

Figure 4 Distribution du nombre de retweets par tweet (Jour 1)

25On distingue un premier ensemble qui se constitue de messages retweetés plus de 400 fois. Deux tweets sont retweetés plus de 2 000 fois : ils sont issus de la presse. Le premier reprend le titre et le lien de la nécrologie de L’Équipe. Le second est un texte informatif présentant un jugement moral (« repos mérité ») illustré par la photographie créditée dans le texte du tweet, et présentée en lien montrant le boxeur endormi dans un taxi :

1. Le légendaire Mohamed Ali, « The Greatest », est mort https://t.co/skxI7 qIAR9 (@lequipe, retweeté 2 777 fois)
2. Repos mérité. Mohamed Ali est mort à l’âge de 74 ans. [Credit : Al Satterwhite] https://t.co/​C0N3xw33Lg (@LeMondeHistoire, retweeté 2 410 fois)

26Un troisième message du Monde.fr est publié sous deux formes : une première version a été publiée avec un lien hypertexte, et un second y associe un hashtag qui restera le plus utilisé sur la mort de Mohamed Ali « #RIPMuhammadAli » :

3. Mohamed Ali, légende de la boxe, est mort https://t.co/​RCQ2QTvqnE(@lemondefr, retweeté 1 218 fois)
4. Mohamed Ali, légende de la boxe, est mort — #RIPMuhammadAli https://t.co/​RCQ2QTvqnE (@lemondefr, retweeté 987 fois)

27Les mots clés utilisés par la presse qui apparaissent sur le nuage de mots du tableau 3 (« légende », « boxe », « the greatest »), sont relayés par des retweets mais également repris dans les messages qui ne sont pas issus de la presse. Le terme de « crédit » fait référence au photographe Al Satterwhite qui a produit des photographies célèbres du boxeur illustrant le tweet du Monde.fr. La figure du défunt est présentée sans allusion à son engagement politique et religieux. Seule sa carrière de boxeur est présentée. Toutefois, parmi les retweets d’articles de presse, deux messages d’individus se distinguent par leur grand nombre de retweets, et sont les seuls à évoquer les croyances religieuses de Mohamed Ali :

5. Muhammad Ali il avait refusé l’étoile au sol à Holywood pour pas qu’on marche sur le nom du prophète sportivement mentalement il était loin (@UrbanLePharaon, retweeté 742 fois)
6. Je redoutais ce jour depuis longtemps mais personne n’échappe à la mort paix à son âme Mohamed Ali le denier héros https://t… (@Mokobe113, retweeté 479 fois)

28Formellement, dans les exemples 1 à 4, on remarque que le lien URL est ajouté à la fin du tweet : il y a une juxtaposition du texte du tweet et du lien renvoyant au détail de l’information sur une autre page écran.

3.3.2. Jours 2 et 3 : le métadiscours sur la mort et l’humour noir

29Le second jour, 2 741 tweets employant les termes de mort et de décès ont été recueillis. L’observation des tweets les plus retweetés montre qu’un recul a été pris déjà par rapport à la mort, et que les productions discursives portent moins sur l’annonce de la mort que sur le métacommentaire sur la mort ou encore correspondent à des propos humoristiques. Le troisième jour rassemble approximativement les mêmes phénomènes par réplication, si ce n’est que le nombre de messages évoquant explicitement le décès chute.

30La presse publie des tweets avec des liens hypertexte et des hashtags, portant sur des articles plus fouillés sur la mort du boxeur :

7. Vie et mort de #TheGreatest Mohamed Ali, ou une histoire de l’Amérique — par @MustaphaKessous #RIPAli https://t.co/​nCGW1Rel… (@lemondefr, retweeté 270 fois)
Des informations « autour de la mort » sont également publiées (réactions, contestation de la mort) :
8. Mort de Mohamed Ali : Le père de l’une des victimes de Merah dérape sur Twitter https://t.co/AqrTMyU1XMhttps://t.co/1rqUP… (@F_Debranche, retweeté 205 fois)
9. Muhammad Ali n’est pas mort par @KarimAchouiLDJM @AvocatPenal https://t.co/kJIFjtyfQ3https://t.co/​jn4m47tbnf (@infohalal_net, retweeté 197 fois)

31Mais surtout ce second jour se caractérise par de nombreuses publications humoristiques, ironisant sur la médiatisation de la mort. On remarque trois tweets référant à l’actualité sportive dans le contexte de l’UEFA EURO 2016, compétition de football débutant le 10 juin 2016, c’est-à-dire 5 jours plus tard :

10. - Mohamed Ali est mort chef - Ouais mais Benzema est allé au resto - Ok on fait un article sur Benzema alors LOL https://t… (@abdelovitch, retweeté 350 fois)
11. Mort de Mohamed Ali : Karim Benzema accuse Parkinson d’avoir cédé à une partie raciste des États-Unis. (@humourdegauche, retweeté 180 fois)
12. [Décla...] Muhammad Ali : “Il y a eu des contacts avec le PSG mais j’ai préféré choisir la mort” (@Haris_Uchiwa, retweeté 427 fois)

32Des tweets ironisent également en regard de l’actualité météorologique, la période étant marquée par de fortes inondations :

13. La mort d’Ali c’est clairement blasant, je comprend pourquoi il pleuvait autant cette semaine. Le ciel le pleurais déjà. (@jeeroysnow, retweeté 252 fois)

33L’actualité religieuse du Ramadan, dont le début est le 6 juin, est également associée à la mort du boxeur dans des publications humoristiques, ironisant sur la date de sa mort. En particulier, le message de @Zedehix, daté du troisième jour, est le plus retweeté des nouveaux messages, ironisant sur le fait que la mort de Mohamed Ali lui fait échapper au Ramadan.

14. Muhammad Ali mort un vendredi quel chance, il est préserver des châtiments d’la tombe (@LuckyRoo_, retweeté 411 fois)
15. Mohammed Ali t’es un gamin, si tu voulais pas faire le ramadan cette année fallait le dire, t’es là tu fais le mort fdp, Allah… (@Zedohix, retweeté 241 fois)

34On trouve également diverses autres références, dans l’exemple (16), au rappeur Booba dont la « punchline » sur Mohamed Ali aurait porté malheur à ce dernier :

16. Booba a fait une punchline sur Mohamed Ali et quelques temps après il est mort, ce mec porte vraiment la poisse (@Osoarrogant243, retweeté 230 fois)

3.3.3. Jours 4 et 5 : l’annonce des funérailles et d’autres morts

35Le quatrième jour, les messages les plus retweetés sont des messages publiés les deux jours précédents. L’annonce des funérailles par la presse fait l’objet de quelques reweets, qui sont visibles sur le nuage de mots.

17. Mort de Mohamed Ali : Will Smith et Lennox Lewis porteront son cercueil https://t.co/9MG50X0hxdhttps://t.co/​NS0y99rmOB (@BFMTV_People, retweeté 73 fois)

36L’annonce des funérailles est toutefois moins l’objet de ce message que les stars qui porteront le cercueil. Ces informations sont très peu reprises dans les tweets d’usagers.

37La mort de Mohamed Ali est également mise en relation avec l’annonce du décès de Kimbo Slice le 6 juin.

18. RT “Kimbo Slice” est mort juste après mohamed Ali Cest dingue ! Dieu à ses raisons ! (signe de prière) (@Lepontlevis1, retweeté 10 fois)
19. Mohammed ali né en 1942 mort a 74 ans meilleur boxeur de tout les temps (signe de prière) Kimbo slice né en 74 mort a 42 ans meilleur… (@Yz85SurLe Bitume, retweeté 49 fois)

38Des tweets ironisent également sur les effets de la médiatisation de la mort sur l’attention accordée par les usagers.

20. Ce sondage il aurait ete fait 2 jours avant la mort de Ali vous aurait jamais voter pour lui https://t.co/​CJaO6j5Aa1 (@Nasr__75, retweeté 37 fois)
21. RT si Muhammad ali mort, tn daron a pri un 1jour d congé pr allé sur twitter et créer un compte muhammad ali pour tweeter un… (@carjtman, retweeté 142 fois)

39Des messages manifestent une déréalisation de la mort sous forme d’ironie : référence est faite à la succession ininterrompue de morts célèbres.

22. Kimbo Slice est mort, Mohamed Ali est mort, Mike Tyson doit être en stress (@WYSO_, retweeté 10 fois)
23. Moi je pensais que Mohammed Ali était déjà mort depuis bien longtemps... j’ai honte (@magaliehameyie, retweeté 15 fois)

Conclusion

40La focalisation de l’attention sur la mort de Mohamed Ali dans le corpus recueilli est marquée par son caractère fugace, ainsi que par les liens de connexion qui sont effectués, par les usagers « ordinaires » (par opposition à la presse représentée sur Twitter), à l’actualité, principalement sportive et religieuse. Comme un mouvement de fond qui traverse tout le corpus du premier au cinquième jour, l’ironie s’accroit face à l’annonce de la mort. L’image du défunt est réduite à ses caractéristiques les plus partageables : présenté comme le meilleur boxeur par la presse, il est présenté comme musulman par des usagers. Si de nombreuses informations circulent via les liens hypertexte, peu de contenu est repris dans le corps du message.

41La présente analyse a permis d’identifier des hashtags associés à l’annonce de la mort de Mohamed Ali. Les hashtags permettent de mesurer la distance prise par rapport au thème de la mort et de l’hommage, à travers le déclin de l’usage du hashtag #ripprénomnom, dont l’usage semble avoir été initié par la presse. Les messages d’usagers ordinaires reprennent peu les hashtags si ce n’est pour corréler les messages à d’autres fils d’intérêt. Ici, c’est le hashtag #prénomnom, utilisant le nom public de Mohamed Ali, qui devient prédominant dès le second jour. La distance manifeste dans les tweets, prise avec l’annonce de la mort, est observable dès le second jour, dans les hashtags associés aux publications : le hashtag #ripmohamedali est moins utilisé que le hashtag #mohamedali, départi de la référence à la mort et à l’hommage, et ce phénomène se prononce le troisième jour. Dans un travail ultérieur, il pourrait être intéressant d’effectuer une analyse des hashtags les plus utilisés dans les deux sous-ensembles identifiés en figure 3, séparant les messages les plus retweetés, dont nous avons vu qu’ils étaient en grande majorité produits par la presse, et les messages moins retweetés, publiés par des usagers de Twitter, afin d’observer si les hashtags les plus utilisés le sont aussi par les usagers et non pas seulement par la presse.

42L’analyse a interrogé l’annonce de la mort et les mots clés associés (mort, décès) qui ont été utilisés pour identifier le corpus. Nous avions posé comme hypothèse initiale que la figure du défunt pouvait faire l’objet d’une héroïsation après sa mort. Aucun élément de la sorte n’est apparu dans le corpus, excepté les termes de « légende » et de « the greatest » publiés par la presse le premier jour et massivement retweetés. Dans le prolongement de ce travail, un suivi longitudinal sur une plus longue période, des messages portant sur Mohamed Ali, sans référence explicite au décès ou à la mort, pourrait être effectué. Cette analyse permettrait de revisiter les évocations de la figure du boxeur et sa transformation.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bell Genevieve, 2006, « No more SMS from Jesus : Ubicomp, religion and techno-spiritual practices », Lecture Notes in Computer Science 4206, no 141, p. 141- 158.

Brubaker Jed. R. & Hayes Gillian R., 2011, « “We will never forget you [online]” : An Empirical Investigation of Post mortem MySpace Comments », CSCW 2011, March 19-23, Hangzhou, China.

Cardon Dominique, 2008, « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, no 152, p. 92-137.

Clavandier Gaëlle, 2009, Sociologie de la mort. Vivre et mourir dans la société contemporaine, Paris, Armand Colin.

Despret Vinciane, 2015, Au bonheur des morts. Récit de ceux qui restent, Paris, La Découverte.

Douyère David, 2011, « La prière assistée par ordinateur », Médium, no 27, p. 140- 154.

Duteil-Ogata Fabienne, 2015, « New Funeral Practices in Japan - From the Computer-Tomb to the Online Tomb », Heidelberg Journal of Religions on the Internet, no 8, p. 11-27.

Georges Fanny & Julliard Virginie, à paraître, « Quand le web inscrit le mort dans la temporalité des vivants », XXe Congrès de la SFSIC, 8-10 juin 2016, Metz.

Georges Fanny & Julliard Virginie, 2014, « Aux frontières de l’identité numérique. Éléments pour une typologie des identités numériques post mortem », in Bouhaï Nasreddine, Hachour Hakim & Saleh Imad (dir.), Les frontières du numérique, Paris, L’Harmattan.

Georges Fanny, 2009, « Identité numérique et Représentation de soi : analyse sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0. », Réseaux, no 154, p. 165-193.

Georges Fanny, 2013a, « Le spiritisme en ligne. La communication numérique avec l’au-delà », Les cahiers du numérique, no 3-4, vol. 9, p. 211-240.

Georges Fanny, 2013b, « Post mortem digital identities and new memorial uses of Facebook. The identity of the producer of a memorial page », Thanatos, no 1, vol. 3, p. 82-93.

Georges Fanny, Lafay Marina & Buquet Julie, à paraître, « La commémoration du héros comme actualisation de l’identité collective. Analyse d’une commémoration en ligne pour les vingt ans de la mort du leader touareg Mano Dayak », Congrès « Identités plurielles », 17-24 mai 2016, Agadir, Maroc.

Jonveaux Isabelle, 2013, Dieu en ligne. Expériences et pratiques religieuses sur Internet, Paris, Bayard.

Odom William, Harper Richard, Sellen Abigail, Kirk David & Banks Richard, 2010, “Passing on & putting to rest : understanding bereavement in the context of interactive technologies”, Proc. CHI 2010, April 10-15, Atlanta, Georgia, USA, p. 1831-1840.

Pène Sophie, 2011, « Facebook mort ou vif. Deuils intimes et causes communes », Questions de communication, no 19, p. 91-112.

Quemener Nelly, Dakhlia Jamil & Castex Lucien, à paraître, « Temps, morts et médias. Les temporalités de la couverture médiatique des décès de personnalités », XXe Congrès de la SFSIC, 8-10 juin 2016, Metz.

Sconce Jeffrey, 2000, Haunted Media : electronic presence from telegraphy to television, Durham, Duke University Press.

Simon Justine, 2015, « Le discours hypertextualisé : Une notion essentielle pour l’analyse du web », in Saleh Imad, Carayol Valérie, Leleu-Merviel Sylvie, Massou Luc, Roxin Ioan, Soulages François, Wrona Adeline, Zacklad Manuel & Bouhaï Nasreddine (dir.), H2PTM 2015, Le numérique à l’ère de l’Internet des objets, de l’hypertexte à l’hyper-objet, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 3-20.

Wrona Adeline, 2011, « La vie des morts : jesuismort.com, entre bibliographie et nécrologie », Questions de communication, no 19, p. 73-90.

Notes

1 Cette contribution s’inscrit dans le prolongement d’un travail effectué sur les pratiques d’écriture autour du mort en France (Georges & Julliard, à paraître), et sur les hommages aux défunts dans le cadre du militantisme indépendantiste touareg (Georges, Lafay & Buquet 2015).

2 Au-delà des réseaux socionumériques, de nombreux services payants dédiés à la visée mémoriale par soi-même, voient le jour chaque année (Georges & Julliard 2014).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 1 Diagramme de la distribution du corpus en fonction des types de discours hypertextualisés
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Tableau 2 Nombre de tweets journaliers du corpus ayant pour objet le décès de Mohamed Ali
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 2 Courbe du nombre de tweets journalier ayant pour objet la mort de Mohamed Ali
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6k
Titre Figure 3 Distribution du nombre de productions discursives journalières suite à l’annonce du décès de Mohamed Ali
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40885/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4k
Titre Tableau 3 Nuages des mots et des hashtags les plus fréquents pendant les jours qui ont suivi la mort de Mohamed Ali
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40885/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure 4 Distribution du nombre de retweets par tweet (Jour 1)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40885/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6k

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3 – Médias, cultures et pratiques numériques (MCPN)
Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3. Elle enseigne à l’Institut de la communication et des médias. Elle développe ses travaux de recherche au sein des équipes Médias, cultures et pratiques numériques (MCPN) et Communication, Information, Médias (CIM).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search