Version classiqueVersion mobile

Le discours hypertextualisé

 | 
Justine Simon

Chapitre 2. Quelques aspects de l’évidentialité hypertextuelle : relations entre discours rapporté et discours d’arrière-plan

Francis Grossmann et Laurence Rosier

Texte intégral

  • 1 Voir la définition donnée dans la présentation du no 107 de la revue Mots : « Pour les institutions (...)

1Dans ce texte nous proposons quelques pistes d’analyse des rapports entre pratiques du discours rapporté et hypertextualisé. Plus précisément, nous cherchons à mieux cerner les usages du discours rapporté dans ce champ foisonnant à partir de la notion de discours d’autorité1 et de ses mécanismes de circulation hypertextuels, en nous concentrant sur des sites web qui nous semblent représentatifs de nouvelles formes de rapport au savoir et aux sources auctoriales. Pour la dimension polysémiotique intégrée aux propositions théoriques, nous avons également travaillé sur les réseaux socionumériques mais nous ne présenterons pas ce corpus dans notre contribution. Au plan linguistique, nous chercherons à relier cette question à celle de l’évidentialité qui nous semble particulièrement concernée par les évolutions en cours, en particulier la diversité polysémiotique des sources du savoir. Nous avons conscience que la Toile revêt bien d’autres genres discursifs « hypertextuels » qu’il serait utile d’explorer, et notre étude se contente de poser les premiers jalons d’une enquête plus générale cherchant à mieux cerner les nouvelles pratiques du discours rapporté dans le contexte de la technodiscursivité hypertextuelle. L’hypothèse générale formulée ici est que ce que nous nommons discours d’arrière-plan entre fréquemment en relation avec le discours rapporté figurant dans le texte « géniteur » et qu’il a généralement par rapport à lui un statut évidentiel, dans les différents sens que peut revêtir le terme (cf. section 2).

1. État de lart

2Nous proposons un panorama rapide des travaux qui ont observé les formes de discours rapporté à partir de corpus numériques. Pour ce faire, nous sommes partis des colloques et publications du groupe de recherche international Ci-dit qui regroupe les spécialistes de la circulation des discours et du discours rapporté : en effet on mesure ainsi la progressive attention portée aux corpus numériques depuis le premier colloque en 2001 à Bruxelles jusqu’à celui de 2015, organisé à l’Université de Mulhouse.

  • 2 Image, vidéo ou texte humoristique se diffusant largement sur Internet, notamment sur les réseaux s (...)

3De façon assez commune, lors du colloque de 2001, les premiers à s’aventurer sur ces contrées électroniques sont les linguistes informaticiens qui au début du xxie siècle travaillent à composer des logiciels de repérage de citations à destination des médias et des entreprises, Nadine Lucas par exemple ou Jean-Pierre Desclés. Michel Marcoccia étudie la citation automatique dans les messageries. Marie-Anne Mochet propose une réflexion sur les liens entre intertextualité et multimédias. Le colloque suivant (Cadiz 2004) interroge au prisme des genres les formes de discours rapporté : les forums de discussion font l’objet de l’attention de Patricia von Munchow qui articule la manière dont les protagonistes interviennent en fonction de leur imaginaire et de leur représentation préalable du débat. Mais le reste du colloque reste ancré dans les genres traditionnels, littéraires et médiatiques. Lors du colloque de Laval en 2006, le spécialiste de la rumeur comme objet scientifique, Pascal Froissart, entame résolument la plongée numérique avec sa conférence inaugurale « La rumeur sur Internet, entre délice technique et pratique traditionnelle » dans une perspective continuiste. Mais à nouveau les études proposées dans les différentes communications ne placent pas la toile au cœur de leur description. C’est finalement au colloque de Nice en 2009 qui aborde (sésame pour l’accès à l’internet ?) la dimension polysémiotique de la circulation des discours que les corpus et pratiques numériques font leur apparition en plus grand nombre : Sophie Moirand compare presse imprimée et en ligne, Elena Meteva étudie les nouvelles pratiques de reprise du discours dans le cyberespace journalistique, les smileys sont abordés par Jacques Bres et al., les forums de discussions et les pratiques du copier-coller font l’objet d’études spécifiques (Marcoccia, Lucas, Largier). Lors du colloque de Stokholm (2012) consacré aux rapports entre formes de circulation et gender studies, à nouveau à peine trois communications abordent-elles les corpus numériques (études du commentaire par Doris Cunha, la presse anglaise en ligne par Nadine Lucas et l’approche des interactions en contexte plurilingue sur la toile par Lorenzo Devilla). Enfin, le colloque de Mulhouse (2015) axé sur la question du temps, de la mémoire et de la citation continue timidement à ouvrir le champ du discours rapporté à l’ère numérique : Éric Sotto arpente les chemins de la citation dans les forums, déjà bien balisés, Andrée Chauvin explore les sites radiophoniques, Maryem Guellouz analyse comment s’articule les pratiques du gazouiller (Twitter) et du citer. Lorenzo Devilla et Caroline Venaille étudient la manière dont la presse en ligne adapte son discours à partir de mêmes sources. Elżbieta Biardzka approche un corpus spécifique à la toile : les mèmes2. Moisson mitigée donc mais indicative : en effet les contributions s’inscrivent d’abord dans les thématiques générales des colloques qui n’ont pas mis en avant le numérique et c’est indubitablement l’ouverture à la dimension polysémiotique qui a favorisé l’ouverture vers la toile. Mais les chercheur.e.s spécialisé.e.s dans les médias sont « naturellement » passés aux formes numériques de leur corpus, en contraste ou en soi. Et les trajectoires personnelles ne manquent pas : dans ses travaux et sur son blog de recherche Technologies discursives, Marie-Anne Paveau a développé une réflexion personnelle sur le « technodiscours rapporté » comme forme de discours rapporté native du web. Julien Longhi analyse régulièrement à partir de Twitter les formes et les usages sémantico-pragmatiques du discours rapporté en contexte politique. Cependant, la dimension proprement technologique et polysémiotique (Paveau mise à part) n’occupe pas le devant des préoccupations des chercheurs en matière de discours rapporté, qui continuent de fonctionner avec les catégories traditionnelles, dont le web n’est bien entendu pas exempt (voir infra). Certes, par exemple, les mèmes sont de nouveaux observables, qui s’inscrivent cependant dans une tradition d’études culturalistes et cognitives jusqu’à créer un champ la mémétique (Jouxtel 2005) : le mème Internet est défini comme « une idée simple propagée à travers le web. Cette idée peut prendre la forme d’un hyperlien, d’une vidéo, d’un site internet, d’un hashtag, d’un personnage récurrent ou simplement d’une phrase ou d’un mot. Ce mème peut être propagé par plusieurs personnes par le biais de réseaux sociaux, de blogs, de messageries instantanées, d’actualité, et autres services Internet ».

4En ce qui concerne plus particulièrement les rapports entre discours rapporté et hypertextualité (qui serait donc considéré comme une variation d’un mème par sa matérialité cliquable), le champ d’investigation est donc largement ouvert à la description. Ces rapports supposent une précaution épistémologique en fonction de la question des nouvelles pratiques versus pratiques renouvelées : le numérique a-t-il rendu obsolète les anciennes pratiques citationnelles ? Comment ces pratiques nouvelles s’articulent-elles aux anciennes ? Comment l’hypertextualité propre au numérique est-elle propice à revoir la fonction et le sens de l’acte de « rapporter » ?

5Pour nous, les rapports entre discours rapporté et hypertextualité s’inscrivent dans une approche continuiste des pratiques numériques qui reconfigurent des pratiques et des genres anciens (Chartier 2013 ; Douheidi ; Darnton 2010 ; Labbe & Marcoccia 2003). La technodiscursivité et ses techno-marques (Paveau op. cit.) s’appréhendent donc en termes de conformité et renouvellement des usages linguistiques du discours rapporté. Nous ne nous appesantirons pas sur cette dimension historique mais nous signalerons cependant que le discours rapporté a toujours été lié à des modifications technologiques : lorsque l’écrivain Jean-François Marmontel propose d’alléger les rendus des dialogues dans le roman au xviiie siècle, il propose de remplacer les chevrons par le tiret, plus souple. La typographie influence donc la grammaire. De même, la naissance du droit d’auteur au même siècle aboutira à une modification technique, celle de couler les guillemets à part comme un signe nouveau, afin de pouvoir signaler la propriété d’autrui (Rosier 1999). La parole de l’autre a toujours été influencée par les conditions de production sociale et matérielle des discours.

2. Préliminaires définitoires

  • 3 C’est nous qui soulignons.

6Nous nous appuyons au départ sur la définition suivante du discours rapporté comme l’ensemble des procédés permettant de signaler, d’introduire un discours, écrit ou oral ou polysémiotique, émis par un énonciateur différent de l’énonciateur principal (Grossmann & Rosier2016 avec un addendum : polysémiotique). Maire-Anne Paveau propose de distinguer le technodiscours rapporté dans lequel « le dispositif du discours citant/ discours cité, fondateur des descriptions traditionnelles du discours rapporté hors ligne (Authier 1992-1993, 2001 ; Rosier 2008), et maintenu à propos des corpus en ligne (von Münchow 2004), est en partie ou totalement pris en charge par un outil technologique »3 (Paveau 2015). Nous verrons plus avant la typologie qu’elle propose, et nous émettrons des hypothèses descriptives, en mettant en avant la prise en charge énonciative et son imbrication avec la dimension technique.

7Sur quelle définition de l’hypertextualité nous basons-nous ? L’hypertextualité comme réénonciation montrée d’un texte avait été définie par Genette : « une relation unissant un texte B (hypertexte) à un texte antérieur A (hypotexte) sur lequel il se greffe d’une matière qui n’est pas celle du commentaire » (Palimpsestes 1982, cité par Franck Wagner 2016).

8Le cadrage théorique de cet ouvrage collectif s’appuie sur une définition en apparence simple de l’hypertextualité numérique comme discours augmenté par la présence d’un lien hypertexte, renvoyant vers un autre discours et comme pratique communicationnelle. L’hypertextualité numérique a été circonscrite comme une pratique fondée sur la délinéarisation, le dynamisme et l’interactivité, ses critères pouvant se retrouver dans d’autres pratiques que numériques (pour la délinéarisation : à l’oral par exemple avec les incidentes, mais aussi l’appel-renvoi de notes dans l’article scientifique, signes typographiques comme la parenthèse, les guillemets, les tirets, etc.) où prime le dialogique. Par ailleurs, les approches génériques du discours rapporté ont tissé des liens étroits avec une conception verticale du discours (Moirand 2007) par le dialogisme, l’hétérogénéité ou l’interdiscours/intertextualité, dont le discours rapporté était une facette montrée. L’hypertextualité se joue donc aussi dans cette dimension verticale mais en permettant la coexistence matérielle, synchronique de l’énoncé premier et de l’énoncé ajouté.

9Le discours hypertextualisé relèverait donc de l’hétérogénéité montrée, à l’instar du discours rapporté, et même « hypermontrée » par sa capacité technique performative à être ouvert et puis partageable/partagé (l’incitation au clic par son marquage hypertextuel), redoublée la plupart du temps par des introducteurs de discours rapportés classiques. C’est la raison pour laquelle on parle de discours augmenté pour l’hypertextualité.

10Il nous semble nécessaire d’établir une mise au point terminologique entre les verbes/pratiques que nous utilisons : rapporter, partager et augmenter.

11De nombreuses discussions ont eu lieu sur la signification du verbe « rapporter », héritée de l’anglais reported speech et les alternatives terminologiques n’ont pas manqué, comme discours représenté par exemple. Dans le cadre numérique, le technodiscours rapporté insiste certes sur la dimension technologique mais garde le terme usuel. Comment je rapporte ? ne peut éluder la question de la pratique même de rapporter sur la toile ; de même, quelle est l’action discursive que je fais lorsque je pratique le discours hypertextualisé ? Rapporter retrouve par la pratique numérique une chronologie (un énoncé déjà en circulation plutôt qu’antérieur) et une matérialité (un discours polysémiotique).

12Rapporter peut aussi signifier augmenter comme l’atteste le TLF : ajouter (quelque chose) à une autre chose pour la compléter, l’améliorer.

13Serait-ce alors le partage qui subsumerait le discours rapporté et le discours hypertextualisé ? Partager correspondrait à la visée communicative du discours ou plutôt à sa dimension circulante (voir si partager c’est communiquer ou faire circuler), sa fonction technologique de circulème (Rosier 2006).

14Préalablement, nous partirons des trois hypothèses terminologiques suivantes :

  • Rapporter désigne l’activité signalante de la distinction d’un discours citant et d’un discours cité. On retrouve comme nous l’avons signalé des formes classiques de discours rapporté et de citation (le post d’une citation attribuée est devenu une pratique classique des murs facebookiens, des sites proposent des citations du jour, etc.). La citation se porte bien sur la toile et participe de l’ethos des internautes.
  • Partager désigne l’intention pragmatique et la visée du discours, à dimension argumentative (témoignage, preuve, etc.). Ce partage indique le statut discursivo-social de l’énonciateur.e rapportant à la façon (c’est une hypothèse) d’un marqueur évidentiel4 qui atteste à la fois de sa légitimité à faire circuler des discours et de sa légitimité en tant qu’énonciateur.e en marquant la manière variée (perception, inférence, indice) dont il a eu accès à la source de ce qu’il/elle diffuse (Dendale & Tasmowski 1994).
  • 5 Les exemples des pratiques numériques sont de nous.

15La question de la perception dans sa dimension polysémiotique est évidemment intégrée par les corpus numériques puisque l’indication de la source, de sa nature et de la fiabilité par lien hypertextuel n’est pas strictement linguistique mais iconique, auditive, etc. Le modèle de Aikhenvald (2004) propose les critères suivants pour distinguer les différents types d’évidentialité5 :

  1. Le Locuteur est témoin vs. Non-témoin (par exemple grâce à l’application Periscope qui permet de diffuser en streaming – direct – des vidéos) ;
  2. La source Primaire vs. Secondaire ou Tertiaire (les retweets, les partages récursifs) ;
  3. La nature du Sensoriel : Visuel vs. Non-visuel, c’est-à-dire auditif, olfactif, etc. (matérialité polysémiotique des liens cliquables) ;
  4. La dimension inférentielle (une information inférée à partir d’une preuve physique directe ; une information inférée depuis la connaissance générale ; une information inférée/supposée à partir de l’expérience de situations similaires par le locuteur ; une réalisation différée dans le passé) ;
  5. La manière dont la source est rapportée : par ouï-dire, par citation, par supposition. La toile met en avant la pratique de la preuve par citation autonyme notamment avec la capture d’écran.

16Sur la toile l’imbrication des différents types d’évidentialité est patente : par exemple, le locuteur est témoin visuel d’un fait qu’il relaie par une vidéo qui pourra ensuite être partagée (avec l’application Periscope).

17Augmenter désigne cette configuration numérique qui associe un discours rapporté et une pratique de discours partagé. Un discours rapporté minimal partagé, sans être commenté, de par sa circulation est déjà en soi augmenté. La question est dès lors de savoir comment définir une unité discursive sur la toile à partir du moment où un discours posté appelle pragmatiquement à susciter des commentaires qui l’augmente de fait. Nous avons montré ailleurs (Meunier & Rosier 2014) comment par exemple une recette de cuisine sur la toile se modifie par des commentaires et qu’un genre réputé comme monologique, procédural et figé devient dialogal, dialogique et performatif par les commentaires des internautes ayant réalisé la recette. Le lien cliquable ajouté après un post occuperait différentes fonctions (évidentielles, argumentatives, répétitives, critiques, etc.) et accentuerait l’augmentation : un article partagé est partagé avec ses propres commentaires mais le partage lui-même va autoriser une seconde salve de commentaires et ainsi de suite. On mesure la difficulté de la délimitation d’observables à « l’impossible clôture » pour reprendre l’expression de Sophie Moirand (2004).

3. Analyse du corpus

3.1. Présentation des sites analysés

18Partant de l’hypothèse que la blogosphère, mais aussi, de manière plus large, les sites spécialisés qui accueillent les blogs, billets et articles émanant d’une communauté discursive spécifique jouent un rôle central dans la reconfiguration du rapport au savoir dans le monde d’aujourd’hui, nous avons sélectionné certains d’entre eux pour observer de manière plus précise la manière dont se joue la relation au discours d’autrui et le statut de ce dernier dans la reconfiguration du savoir. Sous le terme de sites et blogs d’informations ou de savoir, nous regroupons dans notre corpus d’étude :

  • 6 En ce qui concerne Mediapart.fr, voir aussi l’étude de Rabatel (2011).

19a) Deux sites d’information, d’actualité et d’opinion : Slate.fr et Mediapart.fr choisis parce qu’ils se présentent comme des supports d’information exclusivement en ligne6 ; les deux sites qui nous ont servi de références pour cette sous-catégorie reposent sur un modèle économique différent, le premier étant financé principalement par la publicité, le second réservant l’intégralité du site à ses abonnés.

  • 7 La République des Idées, quant à elle, présente exclusivement dans ses rubriques Livres et Auteurs (...)

20b) Quatre sites d’idées, d’information ou de recherche positionnés en littérature et en sciences humaines : Fabula.fr ; La République des idées ; Nonfiction.fr ; La Vie des idées : les sites regroupés ont en commun de mettre au-devant de la scène des ouvrages, livres ou essais, ce que matérialise fréquemment le recours à une icône du livre ainsi que, parfois, à l’utilisation de déictiques référant à l’ouvrage dont on rend compte (« cet essai », « ce livre », etc.). Même si c’est sans doute La Vie des Idées (qui se présente explicitement comme une « bibliothèque permanente ») qui assume le plus explicitement cette forme de représentation de l’univers intellectuel, on la retrouve à des degrés divers dans l’ensemble des sites regroupés dans cette section : elle est également bien présente à Nonfiction.fr et à Fabula.fr7.

21c) Deux sites agrégateurs de blogs scientifiques ou de veille scientifique : Scilogs.fr et C@fé des Sciences ainsi qu’un agrégateur de carnets de recherche : Hypothèses. Les blogs scientifiques et les carnets de recherche se sont développés considérablement au cours des dix dernières années. Ils ont des fonctions mais aussi des formats divers : dans certains cas, ils s’apparentent un peu aux « cabinets de curiosité » qui existaient autrefois chez les amateurs de science. Il s’agit alors essentiellement de répondre à des questions factuelles, parfois saugrenues ou amusantes, ou de vulgariser des connaissances auprès d’un public éclairé. Les carnets de recherche peuvent avoir une fonction plus heuristique d’accompagnement voire de support de la recherche, notamment auprès de jeunes chercheurs. Le site Scilogs.fr, créé à l’initiative de la revue Pour la Science, regroupe un bouquet de blogs qui relève plutôt du premier modèle. C’est aussi le cas de C@fé des Sciences. Le troisième, Hypothèses, illustre la deuxième tendance : branche francophone de la plate-forme générale, il est partie prenante du portail OpenEdition ; il réunit plus de 1 900 carnets de recherche en langue française.

22Le statut de l’information et du savoir est bien évidemment très différent dans ces différents sites, qui peuvent relayer aussi bien des informations factuelles que des discussions théoriques ou scientifiques, s’adresser à une communauté spécifique ou au contraire viser un large public. Ce qui les réunit cependant, c’est le fait de se référer explicitement à des sources d’information ou de savoir bien identifiées, ce qui les rapproche du discours « multiréférencé » (Grossmann 2002) caractéristique du discours scientifique, tout en impliquant le développement des formes nouvelles de marquage évidentiel (cf. section 2).

23La manière dont l’auteur hypertextuel se réfère à ces sources nous semble intéressante, dans la mesure où les dispositifs technologiques autorisent, ne serait-ce qu’à travers les formes que peut revêtir le signe passeur (Souchier, Jeanneret & Le Marec 2003 ; Simon 2015) une assez large palette de renvoi ou d’intégration de ces sources.

24Étant donné la mobilité et l’évolutivité des sites et blogs, nous n’avons pas constitué un corpus fermé, mais avons procédé à des coups de sonde ponctuels durant les mois de mai et juin 2016.

  • 8 Nous remercions notre relecteur anonyme de ses remarques pertinentes qui nous ont permis de précise (...)

25Nous commencerons par nous intéresser (3.2.) au fonctionnement du signe passeur, en l’occurrence de manière privilégiée le lien cliquable, vu comme porte d’accès aux discours « autres ». À l’examen des circulations hypertextuelles (3.3.), nous chercherons ensuite à mieux saisir le processus de référencement et de validation des sources propre à chaque sous-genre analysé. Enfin, à partir de ces éléments, nous chercherons à préciser la nature du « partage » des textes « autres » communiqués. En effet, dans sa typologie, Marie-Anne Paveau (2014) décrit des processus de partage numérique prévus par les systèmes ou les applications (Facebook par exemple), et qui permettent l’utilisateur de diffuser un texte ou un message, en passant d’un écosystème à un autre. Dans le cas qui nous intéresse, c’est l’hypertexte lui-même qui, grâce aux hyperliens, offre en partage aux lecteurs des textes secondaires de natures diverses qui ont par rapport au texte primaire ou « géniteur » des fonctions pragmatiques et évidentielles (cf. section 2). Même s’il s’agit de deux modalités bien distinctes8, le terme partage nous semble justifié, étant donné la dimension « circulante » assumée dans l’approche communicative qui est la nôtre (cf. section 2) : dans ce deuxième cas également par le fait que l’auteur hypertextuel met à la disposition des lecteurs (ou partage avec eux) des textes qui ne sont plus « rapportés » en tant que tels mais simplement fournis en arrière-plan, créant ainsi un horizon d’attente générateur d’hypothèses de lectures, et entrant aussi dans un système de validation. Selon la jolie formule de Saemmer (2015 : 22), l’hyperlien « adresse une promesse » au lecteur, dans la mesure même où « le texte relié à un texte géniteur n’est généralement pas visible sur la page-écran avant d’être activé » (op. cit. : 26). Les textes d’arrière-plan, donnés en partage au lecteur, lui laissent ainsi l’initiative des parcours de lecture, puisque ce dernier « peut aussi omettre l’activation de l’hyperlien et passer à côté des explications, rectifications ou contre-arguments apportés par le texte relié » (ibid. : 26).

3.2. Le fonctionnement du signe passeur (le lien cliquable)

3.2.1. Sur les sites d’actualité

26En ce qui concerne la structure générale présentée par la page d’accueil, on a affaire ici à une présentation proche de celle qu’adoptent généralement les journaux papier, avec des articles présentés dans des encadrés, et comportant le titre et le nom de l’auteur. L’accès à l’article intégral s’effectue par clic. Sur Slate.fr, la page d’accueil présente essentiellement des titres et des images cliquables, tandis que Mediapart.fr adopte une présentation plus diversifiée, avec le même procédé de titres et d’images cliquables, mais aussi des articles courts, qui peuvent être considérés comme des résumés de l’article intégral, lui-même accessible en un clic à partir du titre. C’est à ce deuxième niveau que l’on rencontre, pour les deux sites, d’autres accès possibles à des discours « autres ». Slate.fr recourt prioritairement (en sus de l’insert de photographies à fonction illustratives, empruntées à des sources telles que Flickr.fr, et sous licence creative common), à des mots ou des phrases cliquables, renvoyant à des sources externes.

27Observons l’extrait suivant, emprunté à Mediapart.fr, et fourni par un entretien avec la psychologue pour mieux comprendre la manière dont se gère sur ces sites la relation entre discours d’arrière-plan et liens cliquables :

Il est très difficile de cerner l’ampleur du phénomène des violences sexuelles et sexistes faites aux femmes au travail. Il n’existe quasiment pas de statistiques car très peu de femmes portent plainte. Et quand elles le font, c’est un véritable chemin de croix. En 2014, une enquête du défenseur des droits réalisée par l’Ifop révélait qu’une femme active sur cinq était confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle. Mais la seule vraie étude en France sur les violences sexuelles faites aux femmes remonte à 2009 et porte sur la Seine-Saint-Denis où 5 % des femmes salariées déclarent avoir été victimes d’agressions sexuelles ou de viol au travail, toutes catégories socioprofessionnelles confondues. Qu’en est-il dans votre réseau de consultations de souffrance au travail ?

28On remarque que les liens hypertextuels se situent sur des éléments verbaux très divers, qui jouent le rôle de condensateurs possibles de discours « autres », accessibles en arrière-plan :

  • Locution familière (« c’est un véritable chemin de croix ») servant d’accès à un article signalant le peu d’importance que la police et la justice accordent aux violences sexuelles et sexistes ;
  • SN impliquant un genre ou un type de texte : « une enquête du défenseur des droits », « la seule vraie étude » ;
  • SN référant à une liste (« votre réseau de consultations »).

29Dans d’autres cas, en particulier sur Slate.fr, on trouve également des éléments ayant un lien fort avec le discours rapporté, en particulier des verbes de parole ou des marqueurs de type selon, qui peuvent être utilisés à la fois comme marque du discours rapporté et comme lien cliquable renvoyant au discours d’arrière-plan issu de la source d’information :

Ce samedi 28 mai après-midi, un groupe d’enfants et trois adultes ont été frappés alors qu’ils jouaient au Parc Monceau, rapporte France Info. Plusieurs seraient en situation d’urgence absolue. (Slate.fr)

Selon le site américain Mashable, l’opération est concluante puisque sur la vidéo on peut effectivement constater la chute de petites particules électriques qui accompagnent l’éclair. (Slate.fr)

30Ce lien entre éléments verbaux marqueurs du discours rapporté et hypertextualité n’est pas propre aux sites d’information, et elle est utilisée de manière assez systématique. Notons que certains sites préfèrent, au moins sur leur page d’accueil, organiser l’intertextualité grâce au système des rubriques : c’est le cas de Mediapart.fr, qui, bien davantage que Slate.fr, à travers la rubrique « Lire aussi » qui apparaît à côté de presque chaque article, cherche à structurer le réseau intertextuel de renvois à d’autres articles portant sur des sujets connexes.

3.2.2. Sur les sites littéraires et de sciences humaines

31Dans le deuxième sous-genre investigué, la pratique du lien cliquable se révèle assez différente, ce dernier peut être porté, sur la page d’accueil (comme ici sur le site de La République des Idées) par le titre de l’ouvrage recensé, le nom de l’auteur ou l’icône du livre lui-même :

Le rappel à l’ordre
Enquête sur les nouveaux Réactionnaires
par Daniel Lindenberg
Publié il y a quatorze ans, cet essai avait révélé l’émergence, alors diffuse, d’une culture « néo-réactionnaire » dans le paysage intellectuel français. Cette réédition montre à quel point Daniel Lindenberg avait vu juste. Depuis, la parole s’est (...)

32L’ensemble de ces sites a en effet une pratique plus réduite et plus précautionneuse que les sites d’actualité : la plupart du temps, le lien hypertextuel est placé sur un nom d’œuvre ou d’auteur (ou encore sur les différentes rubriques, classées par domaines de savoir). Fabula.org et La République des Idées, jouant davantage la carte communautaire, les utilisent également pour leur rubrique « événement » ou d’autres rubriques. Fabula.org est sans doute celui qui offre la plus grande diversité, permettant aussi au lecteur de cliquer sur des offres d’emplois, et des annonces de colloques. Nonfiction.fr présente pour chaque livre recensé un court « résumé » cliquable, qui prend parfois l’allure d’un commentaire critique, le clic conduisant à l’intégralité de la recension :

Résumé : Une reconstruction du printemps arabe trop partielle, mais une intéressante approche historique du Moyen Orient.

33Si l’on observe plus précisément les segments textuels introduisant le lien cliquable, on trouve principalement pour cette catégorie des emplois en mention, précédés ou nom de termes métalinguistiques tels que, titre, article, livre :

Sous le titre Du despotisme et autres textes, les éditions Actes Sud donnent la traduction française, longtemps attendue, de son livre fondateur (…)

34À noter que sur Fabula.org, le renvoi intertextuel permis par le clic reste interne au site et ne conduit pas au site de l’éditeur mais à une fiche d’information rédigée par un rédacteur de la revue, qui peut cependant se référer à d’autres ou parfois reprendre des éléments fournis par l’éditeur.

3.2.3. Sur les blogs scientifiques et carnets de recherche

35Les blogs que regroupe Scilogs.fr reposent sur des logiques éditoriales hétérogènes et il est difficile d’aboutir à des conclusions générales. Nous avons cependant noté qu’un grand nombre des blogs hébergés mobilisent peu les liens hypertextuels, ce qui ne les empêche pas de recourir, parfois massivement, aux procédés classiques du discours rapporté. Les liens cliquables se cantonnent souvent au nom de l’auteur (appelant une biographie), au titre du blog, renvoyant à la page d’accueil, ou au renvoi à d’autres billets du même auteur.

36Dans certains blogs scientifiques cependant, on trouve une utilisation plus développée de l’hypertextualité, par exemple dans le blog Best of bestioles de Loïc Mangin. Cet auteur, il est vrai, en tant que rédacteur en chef adjoint de la revue Pour la Science, a une approche plus journalistique et plus ludique. Dans son billet « Le ballet sexuel de la limace léopard », publié le 15.04.2016, les liens hypertextuels sont utilisés à la fois pour renvoyer à des billets antérieurs de l’auteur, et pour illustrer son propos, en intercalant des vidéos ou des images cherchées sur Youtube ou d’autres sites externes, donc du matériel polysémiotique. L’auteur ne recule pas non plus devant le contrepoint humoristique, introduisant ainsi une vidéo de Daniel Guichard chantant « la tendresse » :

Mais avec les limaces léopard, tout n’est ici que luxe, calme et volupté… Tiens, ça donnerait presque envie de chanter !!

37Le modèle d’une science ludique, qui s’autorise des parenthèses et des parallèles avec le comportement des bestioles « humaines » correspond à l’ethos du curieux qui met en scène les merveilles de la nature tout en les rapprochant de ce qui se passe chez les humains.

  • 9 Mais c’est aussi un auteur de romans et de polars « bourrés de science » auquel son blog donne accè (...)

38Le deuxième bouquet de blogs scientifiques analysé est C@fé des Sciences qui regroupe 46 blogs francophones. Certains sont ouvertement auto-promotionnels comme celui d’Alexandre Moatti. Les liens cliquables, concernent dans cet exemple presque exclusivement les productions personnelles de l’auteur, et ne fournissent pas l’accès à ses ouvrages (en dehors de la thèse, qui elle est téléchargeable et des textes des blogs). Ce modèle est cependant loin d’être le plus fréquent dans l’univers des blogs scientifiques qui repose plus souvent sur l’ethos du partage. Par exemple, dans « ça se passe là haut », un blog abrité par C@fé des Sciences, Éric Simon, ingénieur physicien, passionné d’astronomie et d’astrophysique insère systématiquement dans son blogs des vidéos de conférence scientifiques ou des reportages9. La logique éditoriale du blog met ici au premier plan la vidéo partagée, introduite par un discours d’escorte souvent bref, comportant parfois un commentaire et des conseils au lecteur :

L’espace-temps : juste un truc-bidule ? Conférence excellente de Etienne Klein, à regarder en entier, y compris les questions à la fin !

39Contrairement à SciLogs.fr et à C@fé des Sciences, dont les thématiques sont très variées, les « carnets de recherche » abrités par Hypothèses font la part belle aux Sciences Humaines et Sociales. Là encore, on note, pour la plupart des blogs abrités, une grande sobriété dans le recours à l’hypertextualité, cette dimension étant assumée en priorité par le portail lui-même, qui met en scène avec soin l’offre des blogs sur la page d’accueil du site, avec un système de rubriques à partir desquelles se construit la navigation hypertextuelle. Les deux exemples suivants, montrent une nouvelle fois l’importance du discours rapporté comme porte d’entrée dans le parcours :

40Dans le premier extrait (colonne de gauche), le titre sert d’accroche résumante. Il reformule négativement (« la rue interdite à ses enfants »), la dénomination populaire donnée aux enfants concernés (« Enfants de la rue » = Atfâl al-shawâre – عراﻮﺸﻟا لﺎﻔطأ ). L’article, issu d’un blog intitulé Culture et politiques arabes, est un carnet conçu sur le mode des sites journalistiques présentés plus haut : les liens hypertextuels sont nombreux dans le texte même, et leur ancrage sur des segments de discours rapportés assez fréquents également.

41Dans le second extrait (colonne de droite), le titre de l’article reprend celui de l’ouvrage référencé (Le silence s’essouffle) et annonce l’entretien avec l’auteur qui va suivre. Le billet se poursuit sur le carnet Histoire de juifs après 1945 qui limite le recours aux liens hypertextuels aux noms d’auteurs et aux ouvrages ou articles cités (ainsi qu’à des rubriques du type « actualités »). Ainsi, même si la portail du blog prend la forme du même lien cliquable lire la suite ⃗, la structuration interne des deux carnets traduit deux logiques éditoriales bien différentes, la première jouant davantage sur des clins d’œil intertextuels et la seconde sur le référencement et l’appui évidentiel, cette différence se marquant également dans les formes du discours rapporté dans les deux encarts : dans le premier cas, c’est l’allusion qui est privilégiée, dans le second, c’est la mention de l’œuvre autour de laquelle se développe ensuite le billet.

3.3. Circulations hypertextuelles et validation des sources

3.3.1. Sur les sites d’actualité

42On s’intéresse ici à la manière dont le parcours hypertextuel donne accès aux textes d’arrière-plan ainsi qu’au type d’information référence ou validé. Voilà, sans prétention à l’exhaustivité, les cas de figure le plus courants :

43a) Renvoi simple au texte intégral d’une source textuelle mentionnée dans l’article : par exemple, sur Slate.fr, le lien hypertextuel dans la phrase donne accès au projet de loi tel qu’il figure sur le site de l’assemblée nationale française :

Mais la loi portée par la ministre du Travail Myriam El Khomri veut rebattre les cartes en affirmant la « primauté de l’accord d’entreprise » sur l’accord de branche en matière de durée du travail et de majoration des heures supplémentaires.

  • 10 Le lien donne accès à l’article du New York Times, dont le titre est Giuliani : Obama Had a White M (...)

44Il peut s’agir également d’un élément cité, parfois traduit10, comme dans un article figurant sur Slate.fr (daté du 21.02.2015) :

Dans un titre particulièrement incisif, le New York Times a ainsi résumé cette bizarre tentative d’explication : « La mère d’Obama est blanche, donc je ne suis pas raciste ».

45On remarque au passage le caractère assez arbitraire du positionnement du lien hypertextuel, qui ne reprend qu’un élément du titre : il s’agit là d’une pratique fréquente sur Slate.fr (et sur d’autres sites d’actualité), qui témoigne du fait que les pratiques sont encore peu normalisées en la matière.

46b) Renvoi à un document polysémiotique (texte, image, vidéo) mobilisé pour conforter une argumentation ou d’une assertion ; par exemple, sur Slate.fr, dans un article daté du 06.06.2016 consacré à la situation du Venezuela, le lien hypertextuel dans la phrase suivante donne accès à une vidéo Youtube présentant un extrait de la conférence de Maduro à laquelle il est fait allusion :

Un acte sans précédent auquel Nicolas Maduro, fou de rage, a aussitôt riposté avec sa classe habituelle, avant d’appeler ses partisans à une marche « anti-impérialiste et antialmagriste ».

47Le lien hypertextuel est ici ancré sur un SV comportant un verbe de parole (riposter) mais aussi un SP à valeur évaluative (avec sa classe habituelle). Le lecteur est ainsi mis, par l’auteur en situation de témoin.

  • 11 Par exemple, sur Slate.fr (relayant Nonfiction.fr), un article de Pauline Guena sur le Ramadan daté (...)

48c) Renvoi à un texte périphérique fournissant des compléments d’information de type encyclopédique11 (recours à Wikipédia, ou à d’autres sites spécialisés, parfois en langue anglaise) ; il s’agit là d’un procédé très courant, que l’on retrouvera également sur les blogs scientifiques ou les sites de sciences humaines ; elle est plus prudemment utilisée et circonscrite sur le site Mediapart.fr que sur Slate.fr.

  • 12 En voilà un extrait : « Au domaine de l’Enclos de la Croix, à Lansargues (34), on le constate. Son (...)

49d) Renvoi un document secondaire ou tertiaire visant à l’achat d’un produit : ce procédé se rencontre parfois sur Slate.fr. L’article « Le rosé c’est (pas) que pour les filles », daté du 28 mai 2016 se présente sous un chapeau « Stéréotypes », qui laisse entendre que la question va être traitée par les auteurs sous un angle sociologique, prenant en compte le genre. Le parcours hypertextuel conduit en fait, grâce à des liens cliquables vers les produits mentionnés et leurs références commerciales12.

3.3.2. Dans les autres sous-genres du corpus

  • 13 Fabula.org accordant plus de place à l’événementiel et au partage au sein de la communauté instaur (...)

50Étant donné le caractère beaucoup plus parcimonieux du recours aux liens hypertextuels, que nous avons déjà souligné, pour les sites littéraires et de sciences humaines, le parcours hypertextuel y est généralement très circonscrit. Par exemple, sur La Vie des Idées, les liens cliquables d’une recension de l’ouvrage de Daniel Andler La silhouette de l’humain, Quelle place pour l’humanisme aujourd’hui ? se limitent à donner accès à une biographie de l’auteur (Florian Cova) de la recension (permettant à un troisième niveau d’accéder à la page personnelle de ce dernier) ou encore à des mots-clés (nature, esprit, science) ainsi qu’aux autres articles reliés aux rubriques Livres & études et Philosophie ainsi, en bas de page, aux articles qui sont associés à la recension13. Dans ce type de sites, c’est la fonction éditoriale interne qui est privilégiée pour le parcours hypertextuel, une des exceptions les plus notables étant le renvoi aux sites personnels des auteurs de billets ou de recensions. Le lecteur est donc rarement associé à un témoignage visuel (par vidéo) et les documents secondaires ou tertiaires sont principalement utilisés pour documenter les sources et non en appui à l’argumentation. Le renvoi aux documents intégraux est rare. Les sites agrégateurs de blogs scientifiques et de carnets de recherche, comme nous l’avons vu, semblent plus proches de ce modèle que du modèle journalistique, même si au sein de tel blog ou de tel carnet, il peut y avoir beaucoup plus de diversité, avec recours en particulier aux fonctions encyclopédiques, illustratives ou de contre-point ludique.

3.4. Les fonctions des hyperliens et des discours d’arrière-plan

51Marie-Anne Paveau (2014) distingue trois catégories de technodiscours rapporté : intégral, résumant, répétant. La première catégorie, celle du technodiscours rapporté direct intégral, s’effectue « via une fenêtre de partage, avec ou sans commentaire de l’internaute. Le technodiscours cité est alors partagé-rapporté intégralement, avec l’ensemble de ses métadonnées, donc, en partie, de ses contextes, le tout étant vérifiable par simple clic sur l’espace de production initial ». On a vu la différence de sens donné dans notre étude au mot partage, puisque pour les sites étudiés, ce n’est généralement pas l’internaute qui partage (même si cette fonction peut parfois être présente sur certains blogs), mais l’auteur hypertextuel qui met à disposition de ses lecteurs des textes d’arrière-plan, de diverses natures, qui peuvent-être ou pas intégraux. Dans ce sens, il s’agit bien de discours d’arrière-plan partagés par l’auteur hypertextuel, fonctionnant comme une mémoire discursive, cautionnant mais aussi enrichissant le discours primaire.

52Dans les sites d’actualité (et parfois au sein des blogs scientifiques) la mise à disposition, en arrière-plan de textes intégraux est très fortement représentée. Dans les sites littéraires et de sciences humaines, elle est en revanche beaucoup plus rare. Les deux autres types (discours résumant et répétant) n’ont véritablement de sens que si l’on s’intéresse aux outils de partage et de transmission fournis aux lecteurs via les réseaux sociaux, aspect que nous n’avons pas traité parce qu’il mérite une étude en soi. Cependant, d’autres catégories peuvent également être mobilisées dans certains des contextes rencontrés : le résumé (lorsque le clic nous conduit non pas au texte source intégral primaire, mais à un résumé, de ce texte, notamment sur les sites littéraires) ; le discours inséré, par exemple lorsqu’un auteur de blog partage une vidéo Youtube pour illustrer son propos.

53Dans la typologie de Paveau (2014), la relation entre discours hypertextuel (ou techno-discours) et discours rapporté « classique » (qu’il s’agisse d’îlots citationnels ou de discours résumant, référencé ou pas) n’est pas prise en compte, alors qu’elle joue un rôle capital dans notre corpus. Nous avons pu en effet constater que la première catégorie n’évince pas du tout la seconde en ce qui concerne les pratiques citationnelles dans les sites observés. D’une part, certains éléments du discours rapporté « classique » – qu’il s’agisse du segment introduisant un discours citant ou d’un segment du discours cité ou, bien évidemment, de tout emploi en mention – jouent un rôle privilégié d’accès aux discours d’arrière-plan. D’autre part, les discours d’arrière-plan ont fréquemment un statut évidentiel, en fournissant un accès direct aux documents mobilisés par l’auteur hypertextuel.

54Le tableau 1 se propose de synthétiser nos observations en intégrant cette dimension, tout en prenant en compte nos remarques sur l’évidentialité et la plurisémioticité. Nous avons également, dans la dernière colonne, cherché à spécifier l’image du lecteur telle qu’elle se dessine à travers le mariage du discours rapporté et des discours d’arrière-plan au sein de l’hypertexte.

55En ce qui concerne les fonctions de l’hyperlien cliquable (1ère et 2e colonnes), il est intéressant de comparer nos observations avec la typologie fournie par Saemmer (2015 : 126-128), qui distingue les hyperliens « définissant » (c’est-à-dire conduisant à une définition), les hyperliens « renvoyant à la source » (généralement le média originel à partir duquel l’auteur a construit son discours), l’hyperlien « illustratif » (par insertion d’image, de vidéo, ou d’un autre texte), l’hyperlien « fournissant des preuves » (par exemple en documentant plus avant une information avancée), l’hyperlien d’« autorité » (lorsque l’auteur renvoie à une source bien connue, permettant ainsi de valider une assertion). À ces « figures de la lecture informationnelle » (ouvr. cit. : 149), s’ajoutent les « figures de la lecture dialogique » (ouvr. cit. : 150), qui permettent d’autres usages des discours d’arrière-plan : déplacer le focus en ciblant un aspect particulier, proposer une analogie, mettre en perspective de points de vue divergents, ou à l’inverse, parmi le figures que l’auteur appelle « déviatives » (ouvr. cit. : 151), fournir des éléments contradictoires, non présentés comme tels dans le texte géniteur. Nous retrouvons dans cette classification certains des aspects que nous avons relevés. Cependant, aussi riche soit elle, elle ne peut épuiser, pas plus que la nôtre, liée à un corpus particulier, les possibles usages pragmatiques des textes d’arrière-plan. Notre apport réside dans le focus plus précis mis sur l’empan et la nature du texte mobilisé pour porter l’hyperlien, ainsi que sur ses éventuelles relations avec des segments de discours rapportés (ou ses introducteurs).

Tableau 1 Usages du DR dans les sites d’information et de connaissance

Tableau 1 Usages du DR dans les sites d’information et de connaissance

Conclusion

  • 14 Voir aussi Darnton (2010).

56L’étude réalisée débouche sur un constat : les discours rapportés et les discours d’arrière-plan fonctionnent aujourd’hui, dans l’hypertexte, comme un plurisystème complexe. Les différentes formes de discours rapporté, telle qu’elles ont pu être analysées dans la perspective du continuum qui est la nôtre, sont en effet mobilisées conjointement aux techno-marques hypertextuelles. Si les deux systèmes conservent une part d’autonomie – liées à leur histoire et à leur fonctionnement technique –, leur interaction se manifeste clairement dans les nouvelles formes de validation évidentielle des sources d’information ou de savoir, notamment à travers le fait que le discours rapporté ou en mention est souvent une porte d’entrée dans le discours hypertextualisé. Leur complémentarité, encore peu normée, autorise de nouvelles mises en relation des textes et des discours en ce compris leur dimension polysémiotique et donne une définition plus concrète à la notion d’intertextualité, puisque ne sont plus seulement en jeu l’allusion ou le jeu des références mais les textes eux-mêmes, qui peuvent se compléter et se répondre presque à l’infini dans le réseau hypertextuel. En effet, si aucune des fonctions inventoriées dans notre inventaire des usages n’est originale – on peut les retrouver aisément à l’œuvre dans l’histoire du livre et de l’imprimé – la souplesse des agencements et la liberté des parcours qui est rendue possible est quant à elle inédite. Notre enquête confirme également le fait que les textes mis en arrière-plan ont des usages pragmatiques diversifiés. Ainsi, la possibilité donnée au lecteur d’accéder à un texte intégral, cité par l’auteur hypertextuel, modifie en profondeur l’économie des formes de référencement des sources dans certains genres discursifs, puisque certaines d’entre elles peuvent être directement données à voir. Mais le fait de donner accès à un texte intégral ne dispense pas le lecteur de questionner son statut : davantage encore que la citation, les discours d’autorité, voire les manipulations peuvent jouer sur cet effet de présence qu’offrent les textes d’arrière-plan dans l’hypertexte. Roger Chartier14 (2013) attirait notre attention sur le fait que face à la liberté de cette ouverture du texte, une « légende noire » était aussi possible : derrière la liberté offerte lecteur, il peut y avoir aussi, parfois, la difficulté ou l’impossibilité pour ce dernier à renouer les fils, ou pire, la mise en place de logiques d’influence qui viennent brouiller la parole dans l’espace public du débat qu’appellent l’information ou le savoir.

Bibliographie

Références bibliographiques

Amossy Ruth, 2014, Apologie de la polémique, Paris, PUF.

Aikhenvald Alexandra, 2004, Evidentiality, Oxford University Press.

Chartier Roger, 2013, « Vers des Lumières numériques ? Première partie : La légende noire du monde électronique », Entretien avec Roger Chartier, professeur au Collège de France, par Dominique Lacroix, Le Monde Blogs, Lois de réseaux.
URL : http://reseaux.blog.lemonde.fr/2013/03/24/legende-noire-monde-electronique

Darnton Robert, 2010, Apologie du livre : demain, aujourd’hui, hier, Paris, Gallimard.

Dendale Patrick & Tasmowski Liliane (dir.), 1994, Les sources du savoir et leurs marques linguistiques, Paris, Larousse (Langue française, no 102).

Doueihi Milad, 2011, La grande conversion numérique suivie de Rêveries d’un promeneur numérique, Paris, édition du Seuil.

Grossmann Francis, 2002, « Les modes de référence à autrui : l’exemple de la revue ’’Langages’’ », Faits de langue, no 19, p. 255-262.

Grossmann Francis & Rosier Laurence, 2016, « L’enseignement des diverses formes et valeurs du discours rapporté au secondaire », in Chartrand Suzanne-Geneviève (dir.), Mieux enseigner la grammaire, ERPI.

Guilbert Thierry, 2015, « Autorité et évidence discursives. Autovalidation dans les éditoriaux et chroniques du Point », Mots. Les langages du politique. URL : http://mots.revues.org/21899

Jouxtel Pascal, 2005, Comment les systèmes pondent, Paris, Le Pommier.

Labbe Hélène & Maroccia Michel, 2003, « Communication numérique et continuité des genres : l’exemple du courrier électronique », Texto. URL : http://www.revue-texto.net/Inedits/Labbe-Marcoccia.html

Meteva-Rousseva Elena, 2010, « Les nouvelles formes de positionnement par rapport au dit repris dans le cyberespace journalistique », Communication du ive Ci-dit. URL : http://revel.unice.fr/symposia/cidit/

Meunier Deborah & Rosier Laurence, 2014, « La recette commentée sur la toile : un genre renouvelé ? », Arena Romanistica, no 14, p. 224-243.

Moirand Sophie 2004, « L’impossible clôture des corpus médiatiques. La mise au jour des observables entre contextualisation et catégorisation », Tranel, no 40, p. 71-92.

Moirand Sophie 2007, Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, PUF.

Paveau Marie-Anne, 2014, « Technodiscours rapporté », Dictionnaire d’analyse du discours numérique (DADN), Technologies discursives, L’analyse du discours numérique (ADN). URL : http://technodiscours.hypotheses.org/606

Paveau Marie-Anne, 2013a, « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques, no 157-158, p. 7-27.

Paveau Marie-Anne, 2013b, « Technologie discursive », Dictionnaire d’analyse du discours numérique (DADN), Technologies discursives, L’analyse du discours numérique (ADN). URL : http://technodiscours.hypotheses.org/277

Paveau Marie-Anne, 2013c, « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires, vol. 3, URL : http://itineraires.revues.org.bases-doc.univ-lorraine.fr/2313

Rabatel Alain, 2011, « Analyse énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images », in Jaubert Anna, LÓpez Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie, Rosier Laurence & Stolz Claire (dir.), Citations II, Citer pour quoi faire ? Pragmatique de la citation, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, p. 13-36.

Rabatel Alain, 2010, « Analyse pragma-énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images », Argumentation et analyse de discours, no 4, p. 1-16. URL : http://aad.revues.org/index806.html

Rosier Laurence, 1999, Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques, Bruxelles, Duculot.

Rosier Laurence, 2006, « Nouvelles recherches sur le discours rapporté : vers une théorie de la circulation discursive ? » Tranel, no 44, p. 91-105.

Rosier Laurence, 2008, Le discours rapporté, Paris, Ophrys.

Saemmer Alexandra, 2015, Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques, Villeurbanne, Presses de l’ENNSIB.

Simon Justine, 2015, « Le discours hypertextualisé : Une notion essentielle pour l’analyse du web », in Saleh Imad, Carayol Valérie, Leleu-Merviel Sylvie, Massou Luc, Roxin Ioan, Soulages François, Wrona Adeline, Zacklad Manuel & Bouhaï Nasreddine (dir.), H2PTM 2015, Le numérique à l’ère de l’Internet des objets, de l’hypertexte à l’hyper-objet, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 3-20.

Souchier Emmanuel, Jeanneret Yves & Le Marec Joëlle (dir.), 2003, Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI-Centre Pompidou.

Wagner Franck, 2016, « Plasticité du récit : de la transmodalisation à l’intermédialité ». URL : http://www.vox-poetica.org/t/articles/wagner 2016. html

Les communications mentionnées pour le groupe Ci-dit figurent dans les actes publiés suivants :
• Colloque de Bruxelles :
López Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie & Rosier Laurence (dir.), 2004, Le discours rapporté dans tous ses états : question de frontières, Paris, L’Harmattan.
• Colloque de Cadiz :
López Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie & Rosier Laurence (dir.), 2005, Dans la jungle des discours : discours rapporté et genres de discours, Cadiz, Servicio Publicaciones UCA.
• Colloque de Laval :
López Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie, Rosier Laurence & Vincent Diane (dir.), 2009, La circulation des discours, Laval, Éditions Nota Bene.
• Colloque de Nice :
Jaubert Anna, LÓpez Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie, Rosier Laurence & Stolz Claire (dir.), 2011, Citations I : Citer à travers les formes, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan.
Jaubert Anna, LÓpez Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie, Rosier Laurence & Stolz Claire (dir.), 2011, Citations II : Citer pour quoi faire ? Pragmatique de la citation, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan.
• Colloque de Stockholm :
Sullet-Nylander Françoise, Rotman Malin, LÓpez Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie & Rosier Laurence (dir.), 2014, Discours rapporté, genre(s) et médias, Stockholm University, Romanica Stockholmensia.
Sullet-Nylander Françoise, Rotman Malin, LÓpez Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie & Rosier Laurence (dir.), 2015, Le discours rapporté : une question de genre ? Le Discours et la Langue, no 15.
• Colloque de Mulhouse :
Barthelmebs Hélène, Komur Greta, LÓpez Muñoz Juan Manuel, Marnette Sophie & Rosier Laurence (dir.), à paraître, Le discours rapporté… une question de temps : Temporalité, histoire, mémoire et patrimoine discursif.

Notes

1 Voir la définition donnée dans la présentation du no 107 de la revue Mots : « Pour les institutions comme pour les « experts », faire autorité, c’est produire un discours marqué du sceau de la crédibilité ou même de la véracité, lesté du poids de la compétence ou de la connaissance, émis pour rencontrer « spontanément » la reconnaissance et recueillir « naturellement » l’assentiment. » Nous nous limiterons dans cette contribution à une forme particulière de discours d’autorité, celle liée à la transformation d’informations (journalisme), et de savoirs (chercheurs).

2 Image, vidéo ou texte humoristique se diffusant largement sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux, et faisant l’objet de nombreuses variations (Le Petit Robert électronique, 2016).

3 C’est nous qui soulignons.

4 Rappelons que l’évidentialité est marquée morphologiquement (affixes, particules) et grammaticalement dans certaines langues. Cette catégorie devrait être revue à l’aune de la technologie : ainsi la localisation numérique dans certaines applications serait un marqueur de fiabilité de la source sur le monde : « j’étais là donc je suis un témoin légitime ».

5 Les exemples des pratiques numériques sont de nous.

6 En ce qui concerne Mediapart.fr, voir aussi l’étude de Rabatel (2011).

7 La République des Idées, quant à elle, présente exclusivement dans ses rubriques Livres et Auteurs les travaux dont elle assure l’édition au sein de la collection éponyme.

8 Nous remercions notre relecteur anonyme de ses remarques pertinentes qui nous ont permis de préciser ce point.

9 Mais c’est aussi un auteur de romans et de polars « bourrés de science » auquel son blog donne accès librement en quelques clics.

10 Le lien donne accès à l’article du New York Times, dont le titre est Giuliani : Obama Had a White Mother, So I’m Not a Racist.

11 Par exemple, sur Slate.fr (relayant Nonfiction.fr), un article de Pauline Guena sur le Ramadan daté du 3 juin 2016 mentionnant Nasr Eddin Hodja, « imam mythique de l’Anatolie seldjoukide », renvoie à l’article Wikipédia la concernant.

12 En voilà un extrait : « Au domaine de l’Enclos de la Croix, à Lansargues (34), on le constate. Son « Blanc des filles », un vin blanc de merlot noir, vinifié à la champenoise, semble séduire tous ceux qui le goûtent. « Lorsqu’on le boit, on pense à quelque chose de très féminin », assure Frédéric Mories, le responsable commercial du domaine, qui note que pour ce vin ainsi que son pendant plus liquoreux « La Folie », ce sont les femmes qui s’en portent facilement acquéreuses. « Il y a un vrai engouement des femmes pour le blanc. Et même, dans les soirées, en paillote, j’observe que les femmes boivent plus souvent du blanc, du rosé ou des cocktails sucrés », note Frédéric Mories. Pendant que les hommes, eux, préfèrent le rouge, les alcools secs, ou les bières ». On note que le DR, qui fournit la matière du paragraphe (cf. « on le constate »), apparaît ici comme l’habillage d’un publi-reportage qui ne dit pas son nom, l’offre d’achat du produit auquel il est fait référence se trouvant, in fine, au bout du clic. Les liens cliquables (ici soulignés) renvoient à des « fiches techniques » des vins auxquels il est fait référence.

13 Fabula.org accordant plus de place à l’événementiel et au partage au sein de la communauté instaurée par les lecteurs du site offre cependant un peu plus de variété.

14 Voir aussi Darnton (2010).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 1 Usages du DR dans les sites d’information et de connaissance
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/40870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteurs

Université Grenoble Alpes – Laboratoire de Linguistique et Didactique des langues étrangères et maternelles (LIDILEM) – 
Professeur en Sciences du langage à l’Université Stendhal, Grenoble 3. Il enseigne au département Sciences du langage et du français langue étrangère à l’UFR Langage, Lettres et Arts du spectacle, Information et communication. Il est membre du Laboratoire de Linguistique et Didactique des langues étrangères et maternelles (LIDILEM).

Université Libre de Bruxelles – Centre de recherche en linguistique, Langue et Discours (LaDisco) – Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité (Striges) – 
Professeure de linguistique, de didactique et d’analyse du discours à l’Université libre de Bruxelles. Elle enseigne dans le département des Sciences de Langues et Lettres de la Faculté de Lettres, Traduction et Communication. Elle développe ses travaux de recherche au sein du Centre de recherche en linguistique, Langue et Discours (LaDisco).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search