Version classiqueVersion mobile

Le discours hypertextualisé

 | 
Justine Simon

Chapitre 1. Je est un lien : hyperliens d’identification et discours journalistiques

Marie Chagnoux

Texte intégral

1Dans leur panorama des recherches récentes autour du journalisme numérique, List & Wrona 2014 font le constat que les nouveaux médias électroniques reprennent le plus souvent, « inconsciemment ou non », les schémas de l’écriture journalistique classique et s’interrogent sur la pertinence qu’il y a, dès lors, à définir les contours d’une écriture hypertextuelle. Nous proposons ici de questionner non pas l’incidence sémiotique ou stylistique que la technologie peut avoir sur les procédés d’écriture mais l’« intermédiation » du processus hypertextuel qui permet de documenter un nom, et par là même de contribuer à la définition de l’identité d’un individu. Nous souhaitons ainsi contribuer à éclairer les usages des hyperliens en croisant deux problématiques : celle de leur fonction dans la presse en ligne et celle de la construction de l’identité numérique dans l’espace médiatique.

  • 1 Offner, Fabien, 2016, « Mali : une paix fantôme masque mal les fractures du pays », publié le 12 ju (...)

2En effet, loin de n’être que des éléments purement informatifs ou répondant à des logiques de référencement, les liens hypertextes peuvent être vus comme des « figures de la lecture » (Saemmer 2015) qui réinventent l’espace informationnel. En induisant une lecture non linéaire de l’article, ils offrent aux journalistes des stratégies discursives complexes qui aident à qualifier et à authentifier le discours. L’une de ces stratégies est celle de l’hyperlien d’identification (HDI), nous entendons par là tout lien actif qui permet de documenter une personne en associant son nom à une page cible. Ainsi, dans l’extrait n° 11, deux HDI viennent compléter le propos journalistique en offrant au lecteur la possibilité de consulter davantage d’information au sujet de « Michel Tomi » et « Aliou Diallo ». On notera en revanche que le troisième protagoniste « Ibrahim Baboucar Keïta » n’est pas médiatisé par un hyperlien mais désigné par une fonction qualifiante.

Extrait n° 1 : Exemple de deux HDI en contexte

Image

3Comme l’illustre cet exemple, tant que le survol ou le clic ne résout pas l’indétermination, le nom d’une personne en hypertexte dans un article en ligne demeure une attente. Si les pages personnelles ou institutionnelles ont longtemps été la seule source possible pour documenter une personne, le web 2.0 a ouvert des espaces complexes et enchevêtrés dont le maillage constitue justement l’identité numérique. Page Wikipédia, profil sur un réseau social ouvert comme Twitter ou Inst, page dédiée sur un site spécialisé, site personnel ou professionnel, article interne ou externe sont autant d’espaces hétérogènes potentiellement activables par le journaliste. Dans cette étude exploratoire, nous nous proposons d’illustrer et de qualifier cette diversité pour poser quelques hypothèses de travail.

1. Analyser les HDI

1.1. Hyperliens et contexte du journalisme en ligne

4L’hyperlien, cette opportunité du texte à s’ouvrir vers d’autres sources d’information, est l’une des modalités d’écriture numérique les plus discutées parmi les journalistes et les observateurs de la presse en ligne (DeMaeyer 2012). Avant de nous intéresser plus particulièrement aux hyperliens d’identification en tant qu’objet d’analyse, il nous a donc semblé nécessaire de faire un bref rappel de ce contexte particulier pour justifier nos choix méthodologiques.

5Dans son « archéologie des discours méta-journalistiques » sur les liens hypertextes, Juliette De Maeyer qui a consacré de nombreuses études à ces questions, rappelle que loin de constituer un objet technique anodin et univoque, le lien hypertextuel est par essence (i) l’élément qui distingue le média en ligne des autres médias traditionnels (ii) un élément protéiforme qui structure diversement la production journalistique. Il devient alors souvent le support ou le prétexte qui permet de débattre plus généralement des enjeux contemporains du journalisme.

6Ainsi, quand le link journalism, ce « journalisme de liens » qui propose des informations en continu en s’appuyant sur l’interactivité des nouveaux outils, est présenté par certains comme le seul futur possible d’un journalisme en ligne viable, d’autres font le constat que nombre de sites d’information l’utilisent encore avec défiance (Oblak 2005 ; Tsui 2008). Au niveau de la presse française, il reste délicat d’opposer strictement les formats classiques d’une presse en ligne qui bannirait l’hyperlien du corps de l’article aux formats augmentés des pures players qui fonderaient justement leur identité discursive sur ces nouveaux mécanismes narratifs. Les degrés d’hybridations sont plus complexes et les médias en ligne sont encore dans une phase de mutation qui restreint la possibilité de typologies claires. Au sein d’un même média, les pratiques peuvent ainsi différer selon les auteurs, les thématiques ou les sujets sans qu’une ligne éditoriale commune n’assure la cohérence des usages, d’où la nécessité de proposer une étude descriptive pour identifier plus finement les usages en contexte.

7Il est d’ores et déjà possible de définir des usages des liens hypertextes dans les textes en ligne selon les motivations diverses dans lesquelles ils s’inscrivent : l’« interconnectivité », cet affichage de relations de proximité avec d’autres sites (Marty et Touboul 2013 : 65), la citation qui permet potentiellement de toujours documenter une information sans saturer le texte, l’agrégation dans la logique du journalisme de liens, etc. Tous ces phénomènes sont d’ailleurs présentés dans les ouvrages de formation au journalisme en ligne.

8Cependant, parmi l’ensemble des hyperliens, les HDI jouent un rôle particulier en ce sens qu’ils participent à la définition d’une personne. Les principes algorithmiques accordant une place certaines à ces hyperliens, les résultats d’un moteur de recherche pourront être affectés lors d’une requête portant sur un individu. L’enjeu dépasse alors le cadre journalistique pour s’inscrire dans la problématique de la construction de l’identité numérique

1.2. Contexte de l’analyse

9Notre intérêt pour les HDI est une illustration des effets de sérendipité que peut connaître tout chercheur qui établit un corpus. En effet, nous avions au départ procédé à la collecte des hyperliens, au fil des lectures, sans constitution systématique d’un corpus a priori. Dans une perspective abductive, nous étions parti du postulat que chaque média définissait une ligne éditoriale garantissant l’utilisation harmonisée des hyperliens sur son site.

10Notre objectif initial était donc de proposer une typologie des médias en ligne en fonction des usages ou du non-usages pour faire émerger une ligne éditoriale qui pourrait être confirmée dans un second temps par des entretiens auprès des journalistes. La collecte répondait par conséquent à ce principe en glanant des exemples tant sur des sites de PQR (Presse Quotidienne Régionale), que sur celui des quotidiens nationaux ou des pure players, ces médias exclusivement en ligne. Or, il est rapidement apparu que si la présence ou l’absence d’hyperliens dans les articles répondaient à des logiques éditoriales permettant d’assurer la cohérence rédactionnelle entre les contributions (notamment par le renvoi vers d’autres articles du même média), les usages liés aux hyperliens d’identification semblaient davantage relever d’une créativité stylistique et personnelle, propre à chaque auteur. Cet élément a d’ailleurs été mis à profit au départ pour trouver plus facilement des HDI : nous avons systématiquement exploré les articles d’un auteur ayant utilisé une HDI pour en trouver d’autres. À l’inverse, certains auteurs du même média n’en utilisent jamais. Ces observations rejoignaient ainsi les analyses de (Le Cam 2012 ; Le Cam & Ruellan 2014) caractérisant l’identité de journalistes par leurs particularités stylistiques et la rémanence de traits constitutifs de l’activité journalistique quel qu’en soit son support, papier ou en ligne.

1.3. Usages et formes des hyperliens sur le site Mediapart

  • 2 https://www.mediapart.fr/
  • 3 J. Simon (2011) s’était déjà intéressée aux liens hypertextes du site Mediapart en vue d’étudier la (...)

11Nous avons donc fait le choix dans un premier temps de ne constituer notre corpus qu’au sein d’un seul média, Mediapart2 afin d’observer plus finement comment, dans un même cadre, ouvert et homogène, les HDI pouvaient s’incarner3. Mediapart, site web d’information créé en 2008, offre à la fois des articles rédigés par des journalistes dans l’espace « le Journal » et des articles rédigés par ses utilisateurs dans l’espace « le Club », cette cohabitation présente l’avantage d’offrir aux chercheurs un double espace d’investigation. Par ailleurs, la volonté affiché de ce pure player de promouvoir une voix originale en plus d’un modèle alternatif nous semblait propice à davantage de créativité dans le recours aux HDI.

  • 4 Perraud Antoine, 2016, « Mais il est bien court, le temps des socialismes en Afrique », Mediapart, (...)

Comme sur la plupart des autre sites d’information, les hyperliens des articles de Mediapart, de par la rupture graphique qu’ils induisent participent à l’« exhibition des sources de citation » (Ringoot 2014) et, souvent, de par leur densité, peuvent renforcer la crédibilité des propos tenus (Berkun 2010). Nous verrons plus loin que certains articles, notamment ceux liés à des enquêtes, sont en effet plus densément peuplés. La rupture graphique est discrète : les hyperliens sont simplement soulignés. Une distinction est opérée entre les liens internes qui pointent vers d’autres pages du site de Mediapart et les liens externes qui sont accompagnés de l’icône Image comme l’illustre l’extrait 24 . Dans les deux cas, les liens deviennent grisés au passage de la souris. La présence d’infobulle, ce texte en surimpression qui apparaît au passage du pointeur de la souris, n’est pas systématique. Ainsi l’économie du discours d’escorte (Rabatel 2010) est réduit à l’essentiel : icône et changement de fonte sont les seuls éléments qui signalent la potentialité d’un autre parcours de lecture.

Extrait n° 2 : Exemple d’HDI accompagné

Image

12Ce précédent extrait pose la question de l’opacité du lien hypertextuel qui ne permet pas d’associer directement le texte source à sa cible. Quand il rapproche l’hypertexte de plusieurs figures de la rhétorique classique, (Clément 1995) cite l’asyndète, cette figure de style qui consiste à supprimer tout terme de liaison : « son appartenance à plusieurs parcours potentiels lui interdit tout lien discursif avec les autres fragments. D’un point de vue strictement textuel, rien ne permet donc au lecteur d’anticiper le contenu du fragment suivant ». Ici, deux dispositifs réduisent cependant l’indétermination initiale de la cible : le survol du lien qui permet d’afficher l’URL du site cible dans la barre d’état du navigateur (1) et l’infobulle qui contextualise cette adresse (2), de manière particulièrement pertinente puisque l’adresse (http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article761) pourrait renvoyer tant vers une page personnelle, ce qui est le cas, que vers un article relatif à la personne.

Extrait n° 3 : Dispositifs de réduction de l’opacité hypertextuelle

Image

  • 5 Perraud Antoine, 2016, « Shakespeariennement vôtre : quand les Tories s’étripent », Mediapart, publ (...)
  • 6 Perraud Antoine, 2016, « François Hollande, Maurice Thorez et la grève à terminer forcément », Medi (...)
  • 7 Conil Dominique, 2016, « Joseph Andras : il est temps de parler du livre », Mediapart, publié le 28 (...)
  • 8 Mauduit Laurent, 2016, « Radio France : Mathieu Gallet évince Philippe Meyer », Mediapart, publié l (...)

13L’hyperlien d’identification peut également renvoyer à un site personnel (extrait n° 45), une vidéo (extrait n° 56), une page Wikipédia (extrait n° 67), un article factuel (extrait n° 78), interne ou externe au média. Nous accompagnons ici chaque extrait d’une copie d’écran et de l’URL de la page source.

Extrait n° 4 : Exemple d’hypertexte ouvrant vers un site personnel

Image

Extrait n° 5 : Exemple d’hypertexte ouvrant vers une vidéo

Image

Extrait n° 6 : Exemple d’HDI ouvrant vers une page Wikipédia

Image

Extrait n° 7 : Exemple d’HDI ouvrant vers un article externe

Image

  • 9 Le même auteur, dans un article de notre corpus [M_170117], renvoit également vers un article dans (...)

14Les sites cibles de ces extraits illustrent bien le rôle que peuvent tenir les HDI dans le discours journalistique en tant que vecteurs de légitimation de la personne citée (expertise attestée par un organisme de recherche dans l’extrait n° 4, habileté technique attestée par dans l’extrait n° 5, popularité attestée par l’existence d’une page Wikipédia dans l’extrait n° 6, identité ramenée à une fonction rappelée par un article externe dans l’extrait n° 7, etc.). Questionner cette dimension nourrit alors directement la réflexion sur la dimension polyphonique du discours de presse qui articule la parole du journaliste à d’autres voix – voix de l’expert, voix du politique, voix du citoyen, etc. – telle qu’elle est menée en linguistique du discours (Adam 1997 Adam & Lugrin 2010 Charaudeau 2006 Rosier 1998 ; 2002 etc.). La dimension facultative du lien permet parfois à l’auteur de faire acte de médiation entre son article et la cible auquel il renvoie, quant bien même celle-ci n’est pas accessible directement par le lecteur comme dans l’extrait 8 où le lien renvoie vers un article, en espagnol de La Vanguardia.9

Extrait n° 8 : Exemple d’HDI ouvrant une page dans une autre langue

Image

15La citation d’un tiers implique, parmi toutes les désignations possibles, que le journaliste choisisse les termes qui qualifieront la personne : mention du prénom, du titre, précision de la fonction. Traditionnellement, dans la presse, la désignation des personnes, et plus particulièrement des personnes dont les propos sont cités, est le lieu privilégié d’expression de subjectivité. Pour Maingueneau (1996 : 44), le statut respectif des co-énonciateurs est même l’une des contraintes définitoires des genres. La désignation du co-énonciateur ou du tiers cité implique la sélection de traits, éventuellement combinés : fonction, sexe, âge, appartenance à une communauté religieuse, etc. Nous avions dans un précédent travail (Chagnoux 2014) montré comment la désignation pouvait être saturée de subjectivité dans les mooks, ces formats de presse qui s’inscrivent dans la veine du journalisme narratif :

(1) Sa voisine Samsara, une superbe blonde platinée, élue Miss Gay Torreon quatre ans de suite, me le confirme : « Ils sont presque tous passifs ».

  • 10 Ces extraits sont tirés des articles de « Ces héros d’Amérique Latine », XXI - 19, été 2012.

(2) « On vit tellement mieux aujourd’hui. », soupire Madame Wu, une vieille paysanne mal attifée à qui on demande de raconter ses souvenirs10.

  • 11 Perraud Antoine, 2016, « Mais il est bien court, le temps des socialismes en Afrique », Mediapart, (...)

16À l’inverse, le recours aux HDI permet parfois de faire l’économie d’une contextualisation de la personne comme si la potentialité d’une documentation externe autorisait le journaliste à ne pas situer davantage la personne citée ainsi que l’illustre l’extrait n° 911. L’hyperlien devient alors représentatif d’une nouvelle écriture de la brièveté qui permet de citer sans alourdir le texte en précisant le contexte.

Extrait n° 9 : Exemple d’HDI sans présentation autre de la personne

Image

  • 12 Schnee Thomas, 2016, « Allemagne : le gouvernement donne un coup de frein à la transition énergétiq (...)

17Cependant, plus généralement, les HDI vérifient les conclusions de (List & Wrona 2014), précédemment citées quant à la reprise, « inconsciemment ou non, [d]es patterns de l’écriture journalistique classique » comme dans l’extrait n° 1012.

Extrait n° 10 : Exemple d’HDI reprenant les formes classiques de citation

Image

18Le choix du site cible répond certes au même arbitraire que dans les formats classiques mais il reste soumis : (i) à la pertinence qu’il y a à documenter une personne, (ii) à la disponibilité des espaces numériques auxquels le journaliste peut renvoyer. Toute personne ne dispose pas d’une page Wikipédia, d’une page personnelle, d’une page institutionnelle. La question des HDI est donc intimement liée à l’identité de la personne citée, et plus particulièrement à son identité numérique.

2. Corpus et méthodologie

2.1. Sélection du corpus de travail

19Le corpus de travail a été constitué en plusieurs étapes. Pour sélectionner impartialement les articles, nous avons utilisé les fonctions avancées du moteur de recherche interne du site, en sélectionnant tous les documents ayant pour type « article ». Cette étape garantie l’homogénéité du corpus car d’autres formats de documents sont disponibles sur le site : podcast, discours, documentaires, billets de blog, etc. Également pour garantir l’homogénéité, temporelle cette fois-ci, nous avons ensuite restreint la recherche aux articles datant de moins d’un an. Nous avons ensuite sélectionné les productions des 10 premiers auteurs disponibles dans les critères de sélection du moteur de recherche. Sur ces 10 auteurs, seuls 7 ont été finalement conservés : 2 auteurs avaient une production inférieurs à 10 articles et un étonnant « Jacques Kim » semble être en fait un pseudonyme commun servant de métadonnées à différents auteurs. Nous avons ensuite considéré les 10 premiers textes pour lesquels ces auteurs étaient unique signataire, soit 70 textes entre 280 et 5901 mots, avec une moyenne de 2057 mots. 745 liens ont ensuite été identifiés et parmi eux, 63 étaient des HDI. La figure 1 présente la synthèse de ce corpus.

Figure n° 1 : Synthèse du corpus de travail

Image

20Chaque texte a été archivé par un export PDF et une copie au format texte, permettant l’exploitation statistique. Pour chaque texte, ont été manuellement extraits :

  • le nombre total d’hyperliens et d’HDI ;
  • les métadonnées dont la catégorie d’articles (« France », « International », « Économie, etc.), le nombre de mots, les mots clés, le nombre de commentaires, la présence d’une infobulle, etc. ;
  • les empans de textes sur lesquels s’applique l’hyperlien ;
  • l’URL de la cible de l’hyperlien, ainsi que la caractérisation de la page à l’aide d’une typologie : page personnelle (site ou blog) ou institutionnelle, site spécialisé, page d’éditeur, compte sur un réseau social (Twitter, Facebook, LinkedIn) vidéo en ligne, article de presse interne ou externe.

21Cette première analyse a permis d’une part de confirmer la diversité des profils des auteurs et d’autre part de montrer que les HDI sont rarement utilisées pour qualifier les personnes citées dans les articles.

2.2. Diversité des profils rédactionnels pour l’utilisation des hyperliens

22L’examen systématique du corpus confirme l’hypothèse de départ, l’absence d’une ligne éditoriale harmonisant les pratiques. Les profils sont hétérogènes, tant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif. La figure 2 illustre la distribution des hyperliens (en gris) et des HDI (en noir) pour 10 000 mots. Deux auteurs, Magnaudeix et Lamant se caractérisent par des recours plus importants aux hyperliens et surtout une plus large place accordée aux HDI. A l’inverse les HDI sont assez rares, voir inexistants pour le reste des auteurs.

Figure n° 2 : Nombre d’HDI et d’hyperliens par auteur pour 10 000 mots

Image

23Si la figure 2 permet d’illustrer les différences de profil des auteurs, elle uniformise la densité de liens par article.

24Afin de pouvoir comparer les mesures des liens entre articles, nous considérons le nombre de liens par mot, que nous dénotons par le terme « densité ». Nous calculons d’abord la densité moyenne globale <d> en tant que moyenne sur tous les auteurs de la densité moyenne de leurs articles. La figure 3 classe ensuite par ordre décroissant les articles des auteurs en fonction de leur densité : chaque article est représenté par un point dont l’ordonnée correspond au rapport entre la densité de l’article et la densité moyenne globale. Un ratio de 1 correspond ainsi à un article présentant une densité d’hyperliens exactement moyenne – ce ratio de référence est matérialisé par la ligne horizontale. Un écart important par rapport à cette ligne permet notamment de distinguer les articles, puis les auteurs les plus ou les moins prolifiques en hyperliens.

Figure n° 3 : Densité des hyperliens par auteur et par article

Image

25L’examen qualitatif de ces hyperliens, même s’il n’était pas au cœur de notre travail, a pu fournir de nombreuses observations qui confirment la grande liberté éditoriale, à l’opposé de notre postulat initiale d’une harmonisation des usages par média.

  • 13 Les extraits du corpus contenant des hyperliens ont été transformés en texte, contrairement aux ext (...)

26Ainsi, par exemple, selon les auteurs, l’empan de texte support de l’hyperlien est de nature et de taille variées : un verbe conjugué, un syntagme nominal ou une phrase tout entière peuvent indifféremment porter le lien. Chaque auteur tend à présenter une régularité dans les formats adoptés. Par rapport aux autres auteurs, Orange fait davantage porter l’hyperlien sur des empans longs (ex. 1 et 2) alors que Magnaudeix privilégie les formats très courts, allant même parfois jusqu’à scinder graphiquement un syntagme verbal (ex. 3 et 4)13.

1. En juillet, le gouvernement s’était opposé à la prise de contrôle des chantiers de Saint-Nazaire par le groupe public italien Fincantieri et avait décidé de lancer une nationalisation temporaire. [M_170927]
2. Étrange revirement, au passage : en juin 2016, le groupe Bolloré publiait un communiqué assurant qu’il n’avait aucune intention de prendre le contrôle de Vivendi [M_170517]
3. « Je n’ai jamais vu ça », s’est félicitée récemment Anita Hill [M_171103]
4. Céline Pina a pu par le passé comparer le voile à un « brassard nazi ». [M_170128]

27Une autre illustration de la forte personnalisation des formats d’hyperliens réside dans l’usage que l’un des journalistes fait des discours d’escorte. Alors que nous avions mentionné que la plupart du temps les journalistes faisaient généralement l’économie du discours d’escorte dans les articles de Mediapart, cet auteur se caractérise d’une part par l’importance qu’il leur accorde et, d’autre part, par le registre de langue beaucoup moins soutenu que celui qui régit le reste de l’article comme l’attestent les exemples 5, 6 et 7.

5. un sénateur LREM, André Gattolin (ici un entretien de lui sur la chaîne Public Sénat), a déposé une proposition de loi [M_171227]
6. Dans des simulations réalisées en avril dernier par la Commission européenne (on peut les télécharger ici) [M_170913]
7. Dans sa dernière « Note de conjoncture » de juin 2017 (elle est ici), l’Insee estimait que l’inflation annuelle pourrait ressortir en fin d’année à 1,1 %. [M_170913]

28Enfin, citons ici le choix de certains auteurs de mettre directement dans le corps de l’article la source citée. Ainsi l’extrait 11 constitue un exemple significatif en proposant à la fois le lien vers la ressource et la visualisation dudit document dans un lecteur dédié.

Extrait n° 11 : Exemple de référence doublée

Image

3. Les HDI en perspective

3.1. Diversité des usages, hétérogénéité des formats

29Avoir fait le choix d’un corpus neutre, c’est à dire non sélectionné pour sa densité particulière en HDI, a permis de conclure sur la faible utilisation des HDI par les journalistes pour qualifier les personnes citées dans les articles (cf. figure 2, p. 44). Par ailleurs, la densité d’HDI, pour un même auteur peut être très variable. Ainsi le fort taux d’utilisation des HDI par les auteurs Lamant et Magnaudeix est en réalité corrélé à un nombre d’articles marginaux : un article avec 10 HDI pour le premier et deux articles avec respectivement 14 et 9 HDI pour le second comme l’illustre la figure 3.

Figure n° 3 : Exemple de résultats des sous-corpus Lamant et Magnaudeix

Image

Figure n° 4 : Nombre d’HDI et d’hyperliens par article et auteur (Lamant et Magnaudeix) pour 10 000 mots

Image

30La figure 4 rend compte de la répartition normalisée pour 10 000 mots et permet, entre autres, de distinguer deux profils distincts : une utilisation régulière d’un nombre d’HDI faible par article pour Lamant et une utilisation rare mais dense par article pour Magnaudeix.

31Nous sommes ici conscient que l’échantillonnage, de par sa modestie, incite à la prudence et que ces données gagneront à être confirmées lors du passage à l’extraction et au traitement automatique. Cependant, cette analyse qualitative manuelle apparaît comme une étape préparatoire indispensable au traitement automatique. En effet, nous avions au départ défini l’HDI comme un hyperlien portant sur une entité nommée de personne ou d’organisation, ce qui du point de vue de l’automatisation correspond à des tâches classiques de recherche d’information : identification des entités nommées puis recherche de balises de liens hypertexte dans le format html de l’article.

  • 14 Dans l’extrait 9, l’hyperlien pointe vers la page officielle du membre du parti politique de la per (...)

32Or, un certain nombre d’exemples nous ont amené à revoir le contexte des HDI. Premièrement, l’HDI porte parfois non sur le nom de la personne mais sur un élément textuel connexe, comme sa fonction. Ainsi les exemples 8, 9 et 10 renvoient tous vers un site ou une page personnelle institutionnelle14 documentant la personne alors que l’empan de texte sur lequel s’applique le lien correspond à la fonction et non à la personne. Dans certains cas, l’empan de texte source comprend le nom et la fonction (ex. 11) ou encore le nom accompagné d’un qualificatif (ex. 12).

8. Le tribunal a choisi ce mandataire ad hoc : il s’agit de Michèle Lebossé, qui est administratrice judiciaire [M_170122]
9. Ce Niçois de 31 ans ne prend pas alors sa carte au FN, mais devient le conseiller de la candidate chargé des services publics [M_170225]
10. Pour en avoir le cœur net, la famille de la victime a sollicité un expert en toxicologie, Pascal Kintz, toxicologue à l’institut de médecine légale de Strasbourg [M_170403]
11. l’ancien président de Wanadoo, Olivier Sichel, se disait prêt à réunir un tour de table [M_170225]
12. du centre-droit à l’extrême droite, en passant par l’europhobe Asselineau. [M_170413]

33Par conséquent, à moins de restreindre la source des HDI aux simples entités nommés, la reconnaissance automatisée des formes nécessite la prise en compte de cette complexité syntaxique qui peut caractériser les HDI.

3.2. Quelles logiques de documentation des individus ?

34Le traitement des cibles apparaît plus accessible, le découpage de l’URL permettant un traitement des sites par noms de domaine qui permettrait de classer les cibles dans la typologie pré-établie. Néanmoins, si l’identification des cibles est transparente, il en va autrement de leur analyse. En effet, pour le moment, l’examen du corpus ne nous a néanmoins pas permis de relever de régularités dans le choix des sources, que ce soit entre des auteurs ou au sein des travaux d’un même auteur.

  • 15 Un HDI est erroné dans l’article : l’hyperlien associé à Jeremy Piven pointe en réalité vers celui (...)

35Plutôt que fournir des statistiques sans interprétation, il nous paraît intéressant d’illustre de point par l’examen d’un exemple particulièrement représentatif de la problématique que nous avons rencontrée. L’article M_171103, intitulé « Violences sexuelles : aux États-Unis, un « torrent » de révélations » illustre en effet parfaitement les difficultés rencontrées pour faire émerger des régularités dans le choix des sources documentant une personne. Si l’article contient 37 entités nommées (hommes et femmes, journalistes, comédiennes, personnalités politiques…) seules 14 présentent un HDI, comme synthétisé dans la figure 515.

Figure n° 5 : Analyse des HDI de l’article [M_171103]

Image

36Toutes ces entités sont des personnalités publiques, du cinéma ou de la presse, qui font ou ont fait l’objet d’accusations à la suite du scandale Weinstein. Seule l’HDI 11, diffère dans la forme (la fonction de la personne est incluse dans le texte source de l’HDI, « l’actrice ») et dans le fond puisqu’il s’agit de la seule femme du groupe, qui est par ailleurs à l’origine du scandale.

37En complément, signalons que d’autres personnalités sont citées dans cet article, sans que leur identité ne soit documentée sur leur nom par un HDI comme dans les exemples 13 et 14 où l’empan de texte de l’hyperlien est de nature différente.

13. Kevin Spacey, le Frank Underwood de la série House of Cards, est quant à lui accusé par plusieurs hommes d’agression sexuelle
14. Roman Polanski est toujours membre de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences

  • 16 Ces pistes de travail constituent justement le prolongement de cette analyse exploratoire. À partir (...)

38L’hétérogénéité des sources de la figure 5 qui documente un groupe socialement homogène nous semble illustratif de ce que nous avons relevé dans l’ensemble du corpus. S’il est possible de regrouper les cibles dans des catégories (ici au nombre de 3 : pages personnelles de sites spécialisés, articles de presse généraliste française et étrangères et articles de presse spécialisés), il est impossible de formuler une hypothèse pour distinguer les individus faisant l’objet d’un HDI de ceux qui n’en ont pas, ou pour distinguer parmi les HDI des régularités. Pourquoi documenter différemment Ben Affleck ou Kevin Spacey dont le niveau de célébrité est sensiblement identique ? Comment se fait le choix des sources journalistiques qui permet de privilégier un article à un autre ? La dimension arbitraire de l’espace numérique associé aux HDI est pourtant particulièrement intéressante dans la mesure où ils participent directement à la construction de l’identité numérique. Nous supposons qu’un corpus plus large ou que des entretiens avec les auteurs pourraient fournir des premières pistes de travail16.

3.3. HDI et construction de l’identité numérique

39Nous l’avons vu précédemment, le recours à une page cible pour documenter une personne s’inscrit dans un processus d’exploitation de l’identité numérique telle qu’elle est définie par (Georges 2009 ; Georges et al. 2009) : un ensemble de « signes observables à l’écran qui manifestent l’utilisateur ». Les HDI peuvent indifféremment renvoyer à des espaces construits par le sujet, comme dans le cas d’un site personnel ou d’un profil de réseau socio-numérique ou à des signes propres aux dispositifs, dans le cas des articles notamment.

  • 17 « Comment mentionner des personnes, des pages ou des groupes dans une publication ou un commentaire (...)
  • 18 « Glossaire Twitter », https://support.twitter.com/articles/515487#

40À ce titre, les HDI apparaissent comme des « identités agissantes » qui participent à la complexité de la présence en ligne. L’activation d’un lien actif sur un nom de personne s’est généralisée sur les réseaux socio-numériques avec des dispositifs distincts mais équivalents. Facebook offre à ses utilisateurs la possibilité de choisir dans la liste des amis à partir de l’initiale en majuscule17, Twitter18 recourt à la syntaxe « @nomdutilisateur » pour permettre à ses utilisateurs de mentionner des tiers dans des tweets, de leur envoyer un message mais surtout de renvoyer vers leur profil. Sur toutes ces plateformes, l’HDI devient l’accès vers la page de profil et incite à la consultation par des tiers.

41L’identité échappe alors à toute stratégie, informationnelle ou relationnelle (Cardon 2009), peut à tout moment être l’objet de révélations incontrôlées (Cardon 2008) et surtout est susceptible de contribuer au phénomène de renforcement ou d’attachement préférentiel, tel qu’il a pu être présenté par (Huberman 1999 ; Adamic & Huberman 2001). Le nombre d’HDI pointant vers une cible augmentera proportionnellement la pertinence de cette cible pour les prochaines HDI, renforçant par la suite son importance.

42Or, dans notre corpus, la majorité des HDI pointe vers des articles de presse interne ou externe qui placent l’individu dans la temporalité de l’événement et de l’exposition médiatique plutôt que dans les espaces institutionnels ou auto-déclarés sur lesquels il peut agir. Ainsi, les HDI, en exploitant des pages cibles, instaurent une double dynamique dans laquelle le lien se nourrit de l’identité numérique tout en participant pleinement à sa construction. Tout HDI s’inscrit à son tour dans cet hypertexte constitutif de l’identité numérique de la personne citée.

Conclusion

43Cette étude exploratoire permet de questionner plusieurs niveaux d’analyse : la question du rapport entre contraintes éditoriales d’un média et variations inter-individuelles des journalistes, la question de l’appropriation individuelle d’une technique et de son impact sur les formes d’écriture et enfin celle de l’intermédiation de l’identité numérique.

44À travers une analyse qualitative contextualisée, nous avons présenté les HDI comme des structures encore instables, des explorations de médiation vers de nouvelles potentialités discursives, explorées individuellement par les journalistes en dehors de tout figement éditorial.

45Par ailleurs, nous avons montré que le recours aux HDI assigne la personne à un espace numérique qui va qualifier son identité au niveau textuel mais également participer à la construction de son identité numérique au niveau hypertextuel.

46Par conséquent, nous avons abordé l’HDI, l’hyperlien d’identification, comme un double support d’identification et de documentation : en tant que composante de l’identité numérique de la personne citée, mais également en tant que trace d’une activité journalistique qui documente son auteur.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1997, « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite », Pratiques, n° 94, p. 3-18.

Adam Jean-Michel, Lugrin Gilles, 2006, « Effacement énonciatif et diffraction co-textuelle de la prise en charge des énoncés dans les hyperstructures journalistiques », Semen, n° 22, p. 127-144.

Adamic Lada, Huberman Bernardo, 2001, « The Web’s hidden order », Communications of the ACM, Septembre 2001, vol. 44, n° 9.

Angé Caroline, 2011, « Introduction », Empreintes de l’hypertexte, rétrospectives et évolution, Les Cahiers du numérique, vol. n° 7, p. 9-14. Accessible en ligne sur www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2011-3-page-9.htm.

Berkun Scot, 2010, « The trade of of the hyperlink », Scot Berkun Blog : htp ://www.scotberkun.com/blog/2010/the-tradeof-of-the-hyperlink.

Cardon Dominique, 2009, « L’identité comme stratégie relationnelle », Hermès, La Revue, n° 53, p. 61-66. Accessible en ligne sur www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2009-1-page-61.htm.

Cardon Dominique, 2008, « Le design de la visibilité : un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, n° 152, p. 93-137.

Clément Jean, 1995, « Du texte à l’hypertexte : vers une épistémologie de la discursivité hypertextuelle », in Balpe J.-P., Lelu A. & Saleh I. (dir), Hypertextes et hypermédias : réalisation, outils, méthodes, Paris, Hermès. Accessible en ligne sur http://hypermedia.univ-paris8.fr/jean/articles/discursivite.htm.

Chagnoux Marie, 2014, « Les mooks, nouvel espace narratif du journalisme ? Étude de la prise en charge énonciative dans la revue XXI » In Alvès A. & Stein M. (dir.) Les Mooks. Espaces de renouveau du journalisme littéraire, Paris : L’Harmattan, p. 185-200.

Charaudeau Patrick, 2006, « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives », Semen, n° 22, pp. 29-44.

De Maeyer Juliette, 2010, « Mapping the Hyperlinked Environment of Online News. Issues and Challenges for the French News Sites », IAMCR Conference, Communication and citizenship (18-22 juillet 2010), University of Minho, Braga, Portugal.

De Maeyer Juliette, 2012, « Liens Hypertextes et Journalisme : Une Archéologie des Discours Méta-journalistiques », colloque Néo-Journalisme, Bruxelles, 3 et 4 octobre 2012.

Doherty Skye, 2014, « Hypertext and journalism : paths for future research ». Digital Journalism, 2 (2), p. 124-139.

Dimitrova Daniela V., Connolly-Ahern Colleen, Wiliams Andrew Paul, Lee Kaid Lynda, Reid Amanda, 2003, « Hyperlinking as Gatekeeping : online newspaper coverage of the executon of an American terrorist », Journalism Studies, n° 4 (3), p. 401- 414.

Georges Fanny, 2009, « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux, n° 154, p. 165-193.

Georges Fanny, Seilles Antoine, Artignan Guillaume, Arnaud Bérenger, Rodriguez Nancy, Sallantin Jean, Dresp-Langley Birgitta, 2009, « Sémiotique et visualisation de l’identité numérique : une étude comparée de Facebook et Myspace », Actes d’H2PTM’09 (Hypermedias, Hypertexts, Products, Tools and Methods), Rétrospective et Perspective 1989-2009, Paris, Hermès, p. 257-268.

Huberman Bernardo, 1999, « The Nature of Markets in the World Wide Web », SSRN Electronic Journal, n° 1 (1).

Le Cam Florence, 2012, « Une identité transnationale des journalistes en ligne ? », in Degand A. & Grevisse B. (dir.), Journalisme en ligne, pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 61-85.

Le Cam Florence, Ruellan Denis (dir.), 2014, Changements et permanences du journalisme, Paris, L’Harmattan.

Lits Marc, Wrona Adeline, 2014, « Permanence et renouveau des recherches sur l’écriture journalistique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5. Accessible en ligne sur : http://rfsic.revues.org/1110.

Maingueneau Dominique, 1996, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil.

Marty Emmanuel, Touboul Annelise, 2013, « La circulation des nouvelles sur l’internet. L’interconnexion médiatique au service du pluralisme ? », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo, vol n° 2, n° 1. Accessible en ligne sur http://surlejournalisme.com/rev/index.php/slj/article/view/72.

Oblak Tanja, 2005, « The Lack of Interactvity and Hypertextuality in Online Media », Gazete, n° 67 (1), p. 87-106.

Rabatel Alain, 2010, « Analyse pragma-énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images », Argumentation et analyse de discours, n° 4, p. 1-16. Accessible en ligne sur http://aad.revues.org/index806.html.

RINGOOTRoselyne, 2014, Analyser le discours de presse, Paris, Armand Colin.

Rosier Laurence, 2002, « La Presse et les modalités du discours rapporté : l’effet d’hyperréalisme du discours direct surmarqué », L’Information grammaticale, n° 94, p. 27-32.

Rosier Laurence, 1998, Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques, Paris/Louvain-La-Neuve, Duculot.

Saemmer Alexandra, 2015, Rhétorique du texte numérique, Paris, Presses de l’ENSSIB.

Saemmer Alexandra, 2011, « Hypertexte et irradiation iconique », in Angé C. (dir.), « Empreintes de l’hypertexte. Rétrospective et évolution », Les Cahiers du numérique, n° 7, p. 47-69.

Simon Justine, 2011, « Analyse des liens hypertexte sur le site Mediapart dans l’affaire Woerth/Bettencourt/Mediapart », in Saleh, I. et al. (dir.), H2PTM 2011, Hypermédias et pratiques numériques, Paris, Hermès-Lavoisier, pp. 153-164.

Touboul Annelise, Damian-Gaillard Béatrice, Marty Emmanuel, 2012, « La disparité des modes de traitement journalistiques et des énonciations éditoriales sur le web. Le cas d’un sondage sur Marine Le Pen et la Présidentielle de 2012 », Réseaux, n° 176, p. 73-103.

Tsui Lokman, 2008, « The hyperlink in newspapers and blogs », in Arbor A. (dir.), The hyperlinked society, p. 70-83.

Notes

1 Offner, Fabien, 2016, « Mali : une paix fantôme masque mal les fractures du pays », publié le 12 juillet 2016, https://www.mediapart.fr/journal/international/120716/mali-une-paix-fantome-masque-mal-les-fractures-du-pays.

2 https://www.mediapart.fr/

3 J. Simon (2011) s’était déjà intéressée aux liens hypertextes du site Mediapart en vue d’étudier la manière dont le lien hypertexte était susceptible de documenter les faits et les argumentations.

4 Perraud Antoine, 2016, « Mais il est bien court, le temps des socialismes en Afrique », Mediapart, publié le 7 juin 2016, https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/070616/ mais-il-est-bien-court-le-temps-des-socialismes-en-afrique ?

5 Perraud Antoine, 2016, « Shakespeariennement vôtre : quand les Tories s’étripent », Mediapart, publié le 1 juillet 2016, https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/ 010716/shakespeariennement-votre-quand-les-tories-setripent.

6 Perraud Antoine, 2016, « François Hollande, Maurice Thorez et la grève à terminer forcément », Mediapart, publié le 1 juillet 2016, https://www.mediapart.fr/ journal/culture-idees/070616/francois-hollande-maurice-thorez-et-la-greve-terminer-forcement.

7 Conil Dominique, 2016, « Joseph Andras : il est temps de parler du livre », Mediapart, publié le 28 mai 2016, https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/280516/joseph-andras-il-est-temps-de-parler-du-livre.

8 Mauduit Laurent, 2016, « Radio France : Mathieu Gallet évince Philippe Meyer », Mediapart, publié le 7 juin 2016, https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/ 070616/radio-france-mathieu-gallet-evince-philippe-meyer.

9 Le même auteur, dans un article de notre corpus [M_170117], renvoit également vers un article dans une autre langue, l’anglais, dans un journal allemand, sans précision quant à la langue de l’article.

10 Ces extraits sont tirés des articles de « Ces héros d’Amérique Latine », XXI - 19, été 2012.

11 Perraud Antoine, 2016, « Mais il est bien court, le temps des socialismes en Afrique », Mediapart, publié le 7 juin 2016, https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/ 070616/mais-il-est-bien-court-le-temps-des-socialismes-en-afrique ?

12 Schnee Thomas, 2016, « Allemagne : le gouvernement donne un coup de frein à la transition énergétique », Mediapart, publié le 10 juillet 2016, https://www.mediapart.fr/journal/economie/100716/allemagne-le-gouvernement-donne-un-coup-de-frein-la-transition-energetique.

13 Les extraits du corpus contenant des hyperliens ont été transformés en texte, contrairement aux extraits illustratifs des parties précédentes, le recours à l’image n’apportant rien au fond et alourdissant inutilement le propos. Le texte source de l’hyperlien est souligné et mis en gras pour signifir le lien.

14 Dans l’extrait 9, l’hyperlien pointe vers la page officielle du membre du parti politique de la personne (http://www.frontnational.com/author/gaelnofri/) mais cette page a été supprimée depuis.

15 Un HDI est erroné dans l’article : l’hyperlien associé à Jeremy Piven pointe en réalité vers celui associé à Andy Dick.

16 Ces pistes de travail constituent justement le prolongement de cette analyse exploratoire. À partir des éléments identifiés ici, le travail se poursuit en deux temps : (i) une analyse automatisée des HDI pour la constitution d’un corpus plus vaste et (ii) un travail d’enquête sur le terrain auprès des journalistes de la PQR (Presse Quotidienne Régionale) dans le cadre du projet #LIVE (http://cper-ariane.univ-lorraine.fr/project/ ecriture-et-visualisation-dinformation-en-direct-pour-le-journalisme-numerique-live/)

17 « Comment mentionner des personnes, des pages ou des groupes dans une publication ou un commentaire ? », https://www.facebook.com/help/218027134882349.

18 « Glossaire Twitter », https://support.twitter.com/articles/515487#

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search