Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Conclusion

Texte intégral

1Si la structure et la forme des établissements hospitaliers semblent peu évoluer au cours des xive et xve siècles dans le diocèse, l'assistance en leur sein présente un tout autre visage à l'aube du xvie siècle. Elle se veut désormais plus sélective, ne s’adressant qu'à de bons pauvres, incapables de gagner leur vie. Les autres, trop nombreux, oisifs, considérés comme des parasites, sont chassés parce qu'ils perturbent l'ordre moral et social.

  • 1 Extrait de "L'ordonnance des pauvres de Montbéliard", 1568, reproduite dans Fortin (M.), La charit (...)

2Or, cette attitude à l'égard des miséreux est justifiée par de nouvelles références idéologiques apportées conjointement par la lecture de Platon et par celle, plus approfondie, de l’Ancien Testament. La fréquentation de ces textes impose une image négative des indigents qui regardent avec convoitise les biens du riche. Ressentis comme un danger, ils sont comparés en 1560 dans 1'Ordonnance des Pauvres de Montbéliard comme dans la République de Platon, « à des bourdons [qui] consument le miel aux mouches à miel diligentes et travaillantes. »1

3L'offrande comme le suggère l'Ecclésiastique, doit alors s'adresser au juste plutôt qu'à l'injuste.

  • 2 Ecclésiastique 12, 4-6. 11 est écrit par ailleurs dans l'Ecclésiastique, 11, 29-34 : « N'introduis (...)

« Donne à l'homme pieux,
« Mais ne vient pas en aide au pécheur.
« Fait du bien à l’humble, mais ne donne pas à l'impie.
« Refuse-lui ton pain, ne lui en donne pas,
« De peur qu'il ne l'emporte sur toi ;
« Tu recueuillerais alors double mal
« Pour tout le bien que tu lui aurais fait. »2

4Parallèlement, l'idée que l'homme juste est un nanti s’impose. L'esprit de richesse est exalté. Le nécessiteux est suspecté de déplaire à Dieu. Le langage tend à confondre la notion de « pauvre » et de « pécheur », d'autant que le « pauvre » ne travaille pas. Le travail vaut désormais pour sa valeur stabilisante au sein de la société. Il permet aux plus démunis de gagner leur pain et de ne pas tomber dans la mendicité, l'oisiveté ou la gueuserie. Les distributions d'aumônes ne sont plus considérées comme un droit ainsi que le prônaient les théologiens du xiiie siècle.

5En effet, au xiiie siècle et encore au début du xive, la conception de l'assistance reposait sur les notions de miséricorde et d'aumône. Les indigents désignés dans nos sources comme « les pauvres du Christ », étaient présentés comme des répliques du Christ souffrant, engagés dans la voie du Salut. Vivant une épreuve voulue par Dieu, ils devaient être secourus par les riches, interpellés en tant que chrétiens à corriger les injustices de la fortune. La réflexion des théologiens incitait d'ailleurs ces derniers à prendre conscience de leur responsabilité morale envers des êtres faibles et misérables que l'indigence pouvait encore faire sombrer dans la déchéance et le péché. Elle les amenait aussi à réfléchir sur le sens des richesses et de l'avarice, passion dévastatrice, qui les exposait eux, à la damnation éternelle. La charité, l'aumône donnaient enfin aux riches l'espoir d'entrer aux Paradis, alors que les pauvres, accueillis au sein des institutions hospitalières, se devaient de prier pour l'âme de leurs bienfaiteurs en remerciement de leurs largesses. Associés définitivement au salut des puissants, les pauvres avaient acquis une fonction spirituelle et morale dans la société.

6Pourquoi un tel changement dans la vision de la Pauvreté survient-il entre le début du xive et la fin du xve siècle ? La conjoncture dramatique d'abord, les difficultés économiques, les guerres jettent sur les routes des masses errantes et incontrôlables de populations dont « l'affluence » est indiquée dans de multiples documents. Les miséreux, trop nombreux, effraient, provoquent des troubles et il s'avère impossible de les assister tous. Les hôpitaux, trop petits, conçus pour quelques passants, malades ou pèlerins, se montrent incapables de faire face à une demande toujours plus pressante d'hospitalité. Par ailleurs, la réception en leur sein est compromise souvent par les destructions et les ravages occasionnés sur leurs domaines par les courses des écorcheurs. Les gouverneurs ne trouvent plus toujours les subsides suffisants pour réparer les dommages et assurer comme auparavant le soin et l'accueil. Les ressources insuffisantes servent parfois davantage à entretenir le personnel qu'à soulager les malheureux. Les exemples de Bracon, du Saint-Esprit de Dole et de Saint-Bernard de Salins sont à cet égard significatifs, et ce, dès la deuxième moitié du xive siècle. Le plus grand des établissements du diocèse, le Saint-Esprit de Besançon, n'échappe pas aux malversations de toutes sortes, surtout après le rectorat de Lambelet Vernier à la fin du xve siècle. Les quêtes dont il bénéficie pour secourir les pauvres sont détournées de leurs buts.

7Dans un tel contexte, les pouvoirs civils cherchent à se substituer à l'autorité ecclésiastique et prennent le relais de l'initiative religieuse dans le domaine des œuvres. Les Magistrats, à l'exemple de ceux de Salins en 1394, se révoltent contre les carences et réclament un droit de visite des hôpitaux. Ils exigent une prestation de serment du personnel de service et le contrôle de la gestion et de la nomination des recteurs. A Montbéliard, les bourgeois considèrent même que de toute ancienneté, l'hôpital est une fondation municipale. La lutte est plus âpre à Besançon, à Gray et dans toutes les villes où l'hôpital dépend du Saint-Esprit ; là, les conflits entre municipalités et établissements hospitaliers se règlent devant le Parlement de Dole.

8Pourtant la prise en main du problème de l’assistance s'impose aux municipalités comme une nécessité dans le contexte épidémique des xive et xve siècles. Depuis la peste de 1348, les pouvoirs municipaux affirment leurs compétences dans les domaines de la police et de l'hygiène publique. Craignant la contagion, les échevins ne cessent de légiférer pour réglementer la mendicité, la prostitution ou le passage des étrangers. La foule des pauvres représente un danger ressenti comme majeur face à l'angoisse de la maladie.

  • 3 Voir également, pour la peste à l'époque moderne, Louis (G.), La guerre de Dix Ans, 1998, Annales (...)

9Plus que tout autre facteur donc, la peste fait évoluer l'image des pauvres, les désignant comme une menace. Importuns, miséreux, quémandant avec insistance, ils risquent en effet lorsqu'ils viennent « d'estranges lieux » de contaminer la population. La terreur engendrée par la mort noire s'explique aisément : le nombre d'habitants chute dans des proportions sans précédent, l'économie comtoise est désorganisée ; enfin, les seigneurs qui ne perçoivent plus les rentes avec régularité, s'appauvrissent. Régulièrement la pandémie frappe. Edouard Clerc signale des mortalités à Salins en 1418, 1427, 1436, 1440. Maurice Rey en enregistre à Besançon en 1424, 1439, 1451 et 1459. Poligny est touchée à cette même date puis est encore dévastée en 14633. Pendant tout le xve siècle, Montbéliard est frappée régulièrement, selon une fréquence de cinq ans en moyenne.

10Face à une situation aussi dramatique, des mesures d'urgence s'imposent aux esprits : il faut renfermer les pauvres et les errants pour limiter les risques de contamination, réglementer la circulation dans les rues, renforcer le guet, isoler les contagieux et éventuellement, chasser les étrangers. Ainsi, dès la fin du xve siècle, en fonction de la gravité du mal, le projet d'enfermement des pauvres se profile dans le diocèse. Au début du xvie, les co-gouverneurs de Besançon contraignent le Saint-Esprit à placer en quarantaine les errants provenant « d'un lieu pestilent ». En 1543, l'hôpital est encore obligé de placer un portier pour contrôler les allées et venues dans l’établissement. La peur de l’épidémie, dont on n’ose prononcer le nom, sensibilise plus fortement à tout autre risque de contagion. Très nettement, surtout en période de peste, les lépreux sont rejetés et cloîtrés à la maladière. Les ordonnances concernant leur relégation se multiplient au xvsiècle : les ladres doivent impérativement quitter le monde qu'ils troublent par leur présence, mais ils sont contraints en même temps de se sanctifier loin des hommes par l'intermédiaire de leur épreuve. Leur claustration semble, à la fin du xve siècle, la réponse unique à deux questions fondamentales et contradictoires en apparence : satisfaire comme au xive siècle au devoir d'assistance de tout bon chrétien, mais aussi préserver l'ordre social et la santé publique. Le sort qui leur est réservé anticipe et préfigure celui subi, aux xvie et xviie siècles, par les autres pauvres marginalisés. Les malades de gorre, comme les lépreux étrangers, sont, eux, purement et simplement chassés.

11La gravité de la pandémie de peste, l'ampleur de ses conséquences démographiques et économiques, la misère qu'elle engendre, affectent encore le comportement des Comtois qui, menacés dans leur vie même, réagissent en adoptant d'autres attitudes face à la charité. Comme au xive siècle, ils réservent encore volontiers la part du pauvre dans leurs legs pieux et créent de nombreux hôpitaux ; mais au xve siècle, ils cherchent davantage à secourir des catégories de miséreux bien déterminées : enfants, vieillards, malades, « pauvres connus » et « pauvres ne pouvant gagner leur vie ». Il ne suffit plus à leurs yeux de donner, il faut désormais pratiquer l’aumône à bon escient. La charité, limitée dans ses moyens, compte tenu du nombre de déclassés, se doit d’être efficace et ne peut gaspiller. Jean de Montaigu et Jean Sardon insistent sur ce point dans leurs actes de fondation. Selon eux, la réception doit être destinée aux plus miséreux, aux plus impotents voire aux plus méritants. Cette idée est exprimée aussi par les officiers de la saline de Salins. Ils souhaitent réserver un accueil préférentiel dans les hôpitaux de la ville, aux « povres menuz ouvriers de la saline méritants » et incapables de travailler suite à leurs blessures, leurs maladies ou leur grand âge. Ils envisagent l'assistance hospitalière à la fois comme une récompense donnée à d'honnêtes pauvres et comme un moyen de leur donner du courage pendant leur vie de labeur. Ils veulent aussi limiter la mendicité, condamnée à la fois par l'ensemble des communautés urbaines et par le discours des humanistes et des réformateurs.

12Chaque communauté cherche à prendre en charge ses pauvres qui, par ailleurs, ont l'obligation d'être utiles, tant l'oisiveté est conçue comme le mal absolu. Dès le début du xvie siècle, les mendiants valides sont employés à des ouvrages publiques, les invalides et les enfants trop jeunes pour travailler sont pris en charge par les hôpitaux ; leur fonction sociale consiste comme aux xiiie et xive siècles à prier pour leurs bienfaiteurs et à intercéder pour eux auprès du Juge suprême. Leur comportement à l'intérieur de l'hôpital doit être irréprochable. Ainsi, le Saint-Esprit de Besançon doit s'engager à chasser les ivrognes et les gueux.

  • 4 “Ordonnance des pauvres de Montbéliard”, 1568, dans Fortin (M.), La charité et l'assistance publiq (...)

13A l'aube du xvie siècle, la charité au sein des établissements hospitaliers se veut éducatrice. Puisque le pauvre est un pécheur, il convient de le ramener sur la voie du Salut en lui imposant une vie conforme à l'ordre moral et à l'ordre social. Ainsi en 1560, les bénéficiaires d'une aumône à Montbéliard sont interdits de jeu, de boisson et de cabaret ; ils doivent éviter les dépenses « dissolues » et vivre en travaillant et en épargnant. Ils sont encore dans l'obligation d'assister fréquemment aux sermons et d’y envoyer leurs enfants. Les hommes et les femmes qui sont reçus à l'hôpital du lieu sont contraints de prier et d'assister à tous les offices religieux sous peine de privation de pain et de vin. Les enfants apprennent le catéchisme, « et sont nourris aux aultres vertus chrétiennes a honnestes mœurs, travaux, affaires, services, escholes et manœuvres et autres honnestes exercices »4.

14Selon la règle imposée, les assistés s'abstiennent de prononcer des « sottes paroles » et de blasphémer. Les femmes et les jeunes filles doivent rester chastes ; sinon, elles sont punies « selon la grandeur » du péché. Enfin, toute personne accueillie doit prêter le serment de dénoncer les fautes commises au sein de l'établissement, sous peine d'être chassée. Ainsi les devoirs des pauvres se substituent aux droits des pauvres.

15Comment dans un tel contexte d'éducation morale des assistés, expliquer les abus qui se multiplient au xvie au sein du personnel hospitalier, et plus particulièrement parmi celui de l'ordre du Saint-Esprit ? On observe en effet des manquements aux vœux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance. Les recteurs signalent à de nombreuses reprises des blasphèmes, de l'intempérance et des échanges de coups. Les neveux succèdent aux oncles dans les hôpitaux, conçus de plus en plus comme des bénéfices. Il semble que les frères du Saint-Esprit ne soient plus en mesure de comprendre l'idéal de charité voulu par Guy de Montpellier lorsqu'il créa l'Ordre. Le recteur du Saint-Esprit de Besançon affirme même en 1571 que l'ordre a été fondé uniquement pour accueillir les enfants.

16Il apparaît nettement que les frères se montrent incapables de gérer convenablement leurs établissements et de proposer une assistance efficace telle que la souhaitent les laïcs. Les critiques affluent : les municipalités dénoncent l'incompétence des religieux et envisagent de faire contrôler les maisons par les autorités municipales. L'idée germe qu'il convient d'attribuer à chacun selon ses compétences : les bourgeois instruits aux affaires, à l'administration temporelle, les clercs, aux offices spirituels et les médecins, aux soins médicaux. La place de ces derniers au sein des grands hôpitaux s'affirme seulement dès le début du xvie siècle.

17En outre, les quêtes dont vivent et abusent de nombreux établissements, sont remises en cause. Les princes doivent protéger les quêteurs « contre toute molestation ». La pratique de l'aumône est d'ailleurs vigoureusement contestée par les partisans de la Réforme qui la jugent inadaptée, inopportune, voire dangereuse. Elle participe selon eux, à mettre en péril l'existence même des hôpitaux, car elle favorise l'augmentation du nombre des quémandeurs et ne réussit qu'à les soulager momentanément et très imparfaitement. A Montbéliard en 1560, les collectes sont effectuées par des hommes honnêtes puis redistribuées à des nécessiteux, souffrant de maladie ou de vieillesse. L'aumône est refusée aux ingrats et aux paresseux qui ont gaspillé tous leurs biens.

18L'idée d'attribuer une aumône à des pauvres méritants ne s'applique pas uniquement aux pays concernés par la Réforme. A Dole, les pauvres sont inscrits sur une liste, et de « bonnes personnes » relèvent des taxes en leur nom par la ville. Certains indigents, sous la condition expresse de porter une marque, sont autorisés à mendier.

  • 5 Platon, La République, traduction de Baccou (R.), pages 312, VIII 552b.

19Ainsi l’assistance se transforme et s'organise. Chaque ville cherche à travers elle à soulager ses propres pauvres et à limiter en son sein, la mendicité génératrice de désordre social. Les miséreux, objets de sollicitude miséricordieuse au xiiie siècle, deviennent un sujet de crainte et la cause de tous les maux qui gangrènent la société. A l'instar de Platon, on pense communément « que les pauvres naissent frelons pour être les fléaux de la cité »5 :

« Si les uns n'ont pas d'aiguillons — écrit encore ce philosophe — les autres en ont de terribles. A la première classe, tous ceux qui meurent indigents dans leur vieil âge, à la seconde tous ceux que l'on nomme malfaiteurs... Il est donc évident que toute cité où [vivent] des pauvres recèle des filous, des coupe-bourses, des hiérosules et des artisans de tous les crimes. »

20Seule une catégorie d'entre eux mérite la charité, les vieillards, les malades, les enfants. Les autres, considérés comme des impies, sont chassés avant d'être enfermés au xviie siècle dans les maisons confondant répression et assistance. Cette idée de claustration, accompagnée d'ailleurs de la notion de travail forcé, trouve ainsi ses racines dans les bouleversements sociaux des xive et xve siècles, dans l'évolution de la vision du pauvre et dans la prise en charge des hôpitaux par les municipalités.

Notes

1 Extrait de "L'ordonnance des pauvres de Montbéliard", 1568, reproduite dans Fortin (M.), La charité et l'assistance publique ci Montbéliard sous l’Ancien Régime, Besançon, 1933, pages 238 à 257. L'image d'un être nuisible pour la société est véhiculée par Platon en ces termes : « un tel homme, comme le frelon, naît dans une cellule pour être le fléau de la ruche, il naît frelon, lui aussi, dans une famille, pour être le fléau de la cité. » Platon, La République, traduction de Baccou (R.), p. 312, VIII 552b. De même, Euripide dans Les suppliantes, présente lui aussi les pauvres "comme des gens dangereux, dévorés par l'envie, et qui lancent leurs dards contre ceux qui possèdent. » Euripide, Tragédies complètes, t. 1, traduction de Delcourt-Curvers (M.), p. 556.

2 Ecclésiastique 12, 4-6. 11 est écrit par ailleurs dans l'Ecclésiastique, 11, 29-34 : « N'introduis pas n'importe qui chez toi ; car nombreux sont les pièges du perfide. Perdrix d'appeau en cage, tel est le cœur de l'orgueilleux, et comme l'espion, il guette ta chute. Tournant le bien en mal, il tend des pièges et sur les meilleures choses il imprime une tache. Une étincelle produit un grand brasier, et l'homme pécheur tend des pièges meurtriers. Méfie-toi du méchant, car il trame le mal, crains qu'il ne t'inflige une tache éternelle. Héberge un étranger : il t'entraînera dans le trouble et il t'aliénera les gens de ta maison. »

3 Voir également, pour la peste à l'époque moderne, Louis (G.), La guerre de Dix Ans, 1998, Annales litt., de l'Univ. de Fr.-Comté, Cahiers d'études comtoises), p. 141-146.

4 “Ordonnance des pauvres de Montbéliard”, 1568, dans Fortin (M.), La charité et l'assistance publique à Montbéliard sous l'Ancien Régime, p. 255.

5 Platon, La République, traduction de Baccou (R.), pages 312, VIII 552b.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search