Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Troisième partie. L’assistance dans les hôpitaux et léproseries au xve siècle

Chapitre 3. Personnel soignant et accueil fin xve et début xvie siècle

Texte intégral

  • 1 Jean de Montaigu impose dans ses maisons du Saint-Sépulcre de Salins et de Montaigu, des éléments (...)
  • 2 « ... Voici les règles que nous prescrivons... N'ayez rien en propre mais que tout soit commun ent (...)

1La majorité des religieux hospitaliers continue à vivre à la fin du Moyen-Age en suivant la règle de saint Augustin. Cette affirmation risque cependant de prêter à confusion : « S'il est juste — comme l’affirme L. Le Grand — de dire que les frères et les sœurs qui administrent les maisons-Dieu observent cette règle », il paraît faux en revanche de conclure à la formation d’une congrégation unique soumise à un supérieur commun et gouverné par une seule loi. En dehors de quelques établissements, comme le Saint-Esprit1, qui regroupent plusieurs hôpitaux sous la même direction et en contrôle le personnel, la grande majorité des maisons reste indépendante les unes des autres et obéit à des statuts particuliers. Un point commun les lie cependant sur des principes généraux concernant le mode de vie des frères et des sœurs, et inspirés justement d'une lettre de saint Augustin donnant à des religieuses, une série de conseils propres à les guider dans la voie du renoncement et du salut : il leur est recommandé de ne rien posséder en propre, de cultiver la vertu d'humilité, d'obéir à leurs supérieurs et de rester chastes2.

2Ces quelques indications, complétées par l'influence des statuts de Saint-Jean de Jérusalem insistant sur la charité dont tout le personnel doit faire preuve à l'égard des assistés, constituent le fondement des règles hospitalières appliquées dans la majorité des maisons plus ou moins modestes.

3Une ou deux personnes suffisent d'ailleurs souvent pour donner les soins utiles aux passants et aux malades ; encore ces personnes n'habitent-elles pas toujours l'hôpital et sont-elles employées de manière intermittente. Le concile de Paris (1212) affirme seulement l'utilité d'une règle pour les établissements assez importants pour être desservis par une congrégation religieuse. Dans les autres maisons, la gestion et la conduite du personnel sont déterminées par les statuts.

I. Gouvernement et personnel

4Les exemples de Bracon et de Montbéliard permettent d'en saisir le rôle et la vie.

Recteur et maîtresse des pauvres

  • 3 ADD, B 2067, fondation de Bracon, 1327. « Lequel recteur, aultant qu'il plaira au dessus dit, aye (...)
  • 4 ADD, B 2067, fondation de Bracon.
  • 5 A. Briod cite le cas d’une veuve devenue rectrice, sollicitée en nouvelles noces par un certain Ro (...)

5Dans les deux hôpitaux, un recteur gère les biens de l'établissement et en applique les revenus à « l'administration des pouvres » dont il a la charge3. Ses pouvoirs, loin d'être illimités, sont strictement réglementés à Bracon, par l'acte de fondation de 1327, et au xve siècle à Montbéliard, par les IX Bourgeois. Prêtre de préférence à Bracon, il peut être laïc, à condition de n’être pas marié4. Dans le Pays de Vaud, ainsi que le constate A. Briod, cette contrainte n'est pas obligatoire ; au xive siècle à Moudon, la femme du gouverneur joue d'ailleurs un rôle certain et il lui arrive même qu'elle devienne « rectrice » à la mort de son mari5.

  • 6 « Que vos vêtements n'aient rien de remarquable ; ne cherchez pas à plaire par vos habits, mais pa (...)
  • 7 ADD, B 2067, fo 5, fondation de Bracon. « ...Sinon que ce soit a la charge... de sa conscience et (...)

6Le gouverneur ou hospitalier de Bracon est aidé dans sa tâche auprès des pauvres par « une femme honneste et vertueuse », donc chaste6, qui prend en charge les soins à leur apporter. Les règles de discipline auxquelles elle est soumise n'apparaissent pas nettement dans l'acte de fondation ; pourtant, des articles précisent quel doit être son habillement, sans doute pour en sauvegarder l'humilité et la modestie. Tous les deux ans, on lui attribue ainsi qu'au recteur, « du drap competent selon son estat » et des fourrures « pour fourrer [ses] habillemens ». Elle reçoit encore « soixante solz » seulement, pour ses couvre-chefs, souliers et autres nécessités, sans rien pouvoir obtenir de plus, car elle compromettrait son salut7.

  • 8 Le Grand (L.), Statuts d'hôtels-Dieu et de léproseries, p. 103, les statuts de l'hôpital de Troyes (...)
  • 9 ADD, B 2067. « Au souppé, auront telle viande qui semblera pour le mieulx a ladite maistresse, et (...)

7Les considérations sur l'habillement font l'objet généralement d'un grand nombre d'articles de statuts hospitaliers. A Troyes, dans l'hôtel-Dieu le Comte, les sœurs « doivent estre humbles et convenables pour faire les besoignes ». On éprouve le plus souvent le besoin d'interdire les couleurs voyantes pour mieux insister sur le respect d'une vie passée dans l'humilité au service des assistés8. A Bracon, la maîtresse des pauvres doit les visiter régulièrement, décider de la nourriture la plus appropriée à leur offrir9 ; en outre, elle organise la vie de la maison avec sous ses ordres, des servantes « a elle subgectes ».

Servantes et serviteurs

  • 10 ADD, B 2067, fondation de Bracon, 1327.

8Au nombre de quatre à Bracon d'après l’acte de fondation, deux d’entre elles sont affectées au service des pauvres, et une troisième, à celui des malades et des accouchées. La quatrième, quant à elle, bonne à tout faire comme « la chambelliere » de Montbéliard, vaque à l'entretien de la maison, à divers travaux manuels et s'occupe des vaches et du bétail de l'établissement10.

  • 11 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500... » Société d'émul. de Montbéliard, fasc. (...)
  • 12 Taconnure : morceau de cuir.

9A Montbéliard, lorsque l'hiver arrive, on demande encore à cette servante de filer le chanvre produit par l'hôpital11. Logée dans une pièce attenante à la cuisine, elle reçoit la même nourriture que celle attribuée aux pauvres, avec cependant une ration supplémentaire en pain. Cet usage n'apparaît pas à Belfort où l'acte de fondation de 1349 précise qu'une même prébende est octroyée aux assistés et à leurs deux serviteurs. Chaque année, la servante de Montbéliard obtient de surcroît des couvre-chefs de chanvre et de lin, une paire de souliers neufs avec une semelle de rechange et une « taconnure »12 pour les réparations. En 1528, son salaire annuel se monte à 4 francs 9 gros.

  • 13 ADD, B 2067, fondation de Bracon, 1327.

10Les servantes sont aidées dans leurs tâches par des serviteurs qui, à Bracon, sont affectés aux cuisines et « a la pourterie dudit hospital »13. A Montbéliard, ils effectuent des travaux de valet d'écurie et d’ouvrier agricole. Comme les « chambellieres », ils doivent vivre « des biens communs dudit hospital » ; ils reçoivent des gages qui se montent à 9 francs en 1519, soit le double du salaire des femmes et l'équivalent de celui du maître...

  • 14 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes, 1494-95. Les serviteurs touchent des « estivaulx » ou bo (...)

11Aux sommes perçues, il convient d'ajouter des rémunérations en nature, des dons de vêtements, de souliers ou de bottes14.

  • 15 ADD. B 2067, fo 5.
  • 16 AMMbl, fonds de l’hôpital, E 10, comptes, 1494-95.

12Ce personnel, au demeurant peu important, assure des tâches multiples : l'entretien des pauvres, la production agricole et les charges ménagères. Son nombre peut cependant être encore réduit selon la volonté du recteur, conseillé sur ce point à Bracon par la maîtresse des pauvres qui juge du profit et de l'intérêt de l'hôpital. Rien de surprenant alors, à ce que d'autres « serviteurs et servantes [soient]... retenuz a certainnes charges et louhiers tous les ans, selon l'advis et prudence desdis maistre et maistresse »15. A Montbéliard, une main d'œuvre temporaire est embauchée régulièrement pour accomplir un travail déterminé : labours, fenaisons, moissons, vendanges16. R. Cuisenier n'exclut pas qu'au début du xvie siècle, les pauvres eux-mêmes aient participé à diverses tâches. Si tous ces personnels apportent par leur travail, une contribution à l'accueil des assistés et à leur bien-être matériel, le desservant de la chapelle leur assure quant à lui, une aide morale et spirituelle indispensable.

Le chapelain

  • 17 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500... » Société d'émul. de Montbéliard, fasc. (...)
  • 18 Tine : 110 litres environ.

13Il perçoit à Montbéliard 10 livres estevenantes par an à l'origine17, auxquelles s’ajoutent des sommes qu'il reçoit pour le paiement des obsèques des pauvres soit un ou deux francs par an. La totalité de ses gages s'élève en 1519 à 18 francs et deux tines18 de vin pour les cinq « festes Nostre Dame », la dédicace et le lendemain de Pâques. Pour le Carême, il bénéficie encore d'une attribution spéciale de harengs. Ses salaires, doubles de ceux du recteur et des serviteurs, cinq fois plus important que celui des servantes, montrent encore s'il en est besoin, l'intérêt porté aux offices religieux et à l'assistance spirituelle dans les hôtels-Dieu. Il convient cependant de signaler que, contrairement aux autres personnels, le curé n'est ni logé ni nourri.

14La situation existante dans ce modeste établissement diffère du tout au tout de celle qui prévaut dans des hôpitaux d'importance comme le Saint-Sépulcre de Salins ou le Saint-Esprit de Besançon ; là, le personnel religieux, doit obéir à des règles de vie clairement exprimées dans les actes de fondation ou dans les statuts. Des dispositions inspirées des usages monastiques y rythment la vie hospitalière : les frères, les sœurs ou les chapelains selon le cas doivent pratiquer le jeûne et l'abstinence, prendre leurs repas en commun dans le silence en écoutant la lecture, être de mœurs irréprochables et cohabiter en bonne harmonie.

II. Communauté du Saint-Esprit de Besançon

15La similitude entre les règles hospitalières et monastiques se marque pour des maisons comme le Saint-Esprit, dans l'exigence d'un temps de noviciat, obligatoire pour devenir frère ou sœur.

Frères et sœurs

Noviciat et vœux

16Le postulant qui sollicite son admission dans la communauté subit un examen préliminaire, destiné à vérifier ses aptitudes et à éprouver sa vocation. Déjà, il se reconnaît libre de tous liens sociaux ou affectifs : il ne doit en effet avoir contracté aucune dette et pris aucun engagement auprès d'une femme ou d'une famille ; il a aussi pour obligation d'être délié de toute promesse envers un autre ordre religieux. Ces conditions satisfaites, il peut se vouer au service « de ses seigneurs les malades », sous la tutelle d'un religieux, maître des novices.

  • 19 ADD, 53 J III 3. Il en est de même pour les religieuses, ainsi qu'en témoigne la prestation de vœu (...)
  • 20 ADD, 53 J I 4a, fo 43, 1380. « Jehan, filz de feu Berthou du chastel de Vesoul... [donne] lui, son (...)

17Au bout d'un temps de probation d'une année au moins, la communauté hospitalière l'admet à prononcer ses vœux s'il persiste dans sa résolution, et devant les religieux assemblés en chapitre, après lecture de la Règle, il fait profession dans les mains du recteur19. Il promet alors publiquement obéissance et chasteté puis, se dépouille avant de s'engager à vivre sans biens propres20.

  • 21 Formule citée par l’abbé Brune, Histoire... du Saint-Esprit, p. 88.
  • 22 Melchior de la Vallée, visiteur de l’ordre expliquait ainsi la symbolique de la croix au cours de (...)

18Le recteur prononce ensuite la formule d'agrégation : « Suivant la promesse que vous venez de faire à Dieu, à la Bienheureuse Marie, au Saint-Esprit et à nos seigneurs les malades, nous vous recevons dans notre ordre et nous faisons participer l’âme de votre père et de votre mère aux mérites acquis par les messes, offices, jeûnes, prières, aumônes et autres bonnes œuvres qui se font et se feront à perpétuité dans la maison du Saint-Esprit la maison du Saint-Esprit prend l’engagement de vous donner le vivre et le couvert21. Puis il revêt le profès du manteau marqué de la croix de l’ordre22.

Les frères

19L’ordre admet en son sein deux catégories de frères : des laïcs et des clercs en assez grand nombre à la fin du Moyen-Age. La Règle définit scrupuleusement leur rang, leurs fonctions et leurs tâches.

  • 23 A la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, les frères du Saint-Esprit ne respectaient pas (...)

20Selon l’usage monastique, dès l’aurore, la communauté de frères se rend à l’église au son de la cloche pour l’office canonial. Le silence est exigé ainsi qu’une tenue décente23. A la chapelle, les clercs se placent après le maître selon le rang d’ordination ; les frères laïcs viennent ensuite, puis les oblats. Ils chantent encore matines, vêpres et compiles, disent les messes et assurent les anniversaires. Le dimanche, ils font participer les malades aux offices et leur distribuent les sacrements.

21Ayant satisfait à ces obligations religieuses, les clercs vaquent aux tâches fixées par le recteur : visite des malades, quête, instruction religieuse des enfants et des pauvres, travaux domestiques, culture du domaine.

Les sœurs24

  • 24 Plusieurs religieuses de Besançon sont connues : sœur Huguenette de Baume-les-Dames surnommée auss (...)
  • 25 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 91.

22Dès la fondation de l'ordre, Gui de Montpellier fait appel à des femmes pour aider les frères dans leurs tâches auprès des pauvres, des malades, des femmes enceintes et des enfants. Il souhaite restaurer l'office antique des diaconesses de l'Eglise primitive. Elles observent la même règle que les religieux et, chaque semaine, elles tiennent chapitre séparé sous la présidence du recteur assisté d'un prêtre et de deux frères25.

  • 26 BMBes., ms. 1859, notes d'A. Castan.
  • 27 ADD, 53 J VI 1.

23Comme eux, elles sont soumises au noviciat et à la prononciation des trois vœux de pauvreté, d'obéissance et de charité. Comme eux toujours, elles doivent être dégagées des liens du mariage et montrer une moralité exemplaire pour s'engager auprès des malades. Les veuves peuvent postuler et devenir religieuses26. Quelques mentions relevées dans l'obituaire de l'hôpital nous donnent des informations sur leur provenance et leur identité. Les noms de sœur Adeline, converse avant 1308, de sœur Henriette de Poligny, de sœur Perrette de Cromary et de sœur Jeanne de Saint-Vit sont cités27.

  • 28 « Sera tenu ledit maistre du Sainct Esperit recepvoir tous les enfants qu’on lui portera de jour c (...)
  • 29 « ...de faire traicter les malades par barbier, médecin et aultre. » Ordonnance des hôpitaux extra (...)

24Leur rôle consiste à prendre soin des femmes en couches et des enfants auxquels elles distribuent nourriture et vêtements, selon les ressources de la maison. Organisant les secours à apporter aux malades, elles entretiennent leur literie et veillent de surcroît à tenir en bon état la cuisine et les chambres. Secondées par du personnel permanent et occasionnel, par une maîtresse des pauvres et par des nourrices à gages28, elles suivent dès le début du xvie siècle, les recommandations des médecins et des barbiers29.

Serviteurs et servantes

La maîtresse des pauvres

  • 30 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan qui rapporte la visite de Melchior de la Vallée. Brune (abbé) (...)

25Chargée par les frères du Saint-Esprit des soins plus particuliers que requiert l'état des femmes et des enfants, elle veille à l'organisation de leur vie quotidienne : les accouchées, dans la mesure du possible, sont logées à part quand les nourrissons sont couchés seuls dans des berceaux : il faut en effet éviter que les enfants ne dorment dans le lit des nourrices « afin qu'il ne leur arrive nul dommage »30.

  • 31 Il y a tout lieu de croire que ce contrat était renouvelable. Sœur Franche de Baume-les-Dames exer (...)

26Si les tâches de la maîtresse sont rudes et multiples — distribution de nourriture et de vêtements, service des pauvres — la charge qu'elle assure est limitée à un an31, ainsi que nous le montre ce contrat « d'affermance ».

  • 32 ADD, 53 J III 4, fo 137.

« Affermance d'une maistresse d'ospital.
« Jehanne Z., demeurant à N., s'est affermé et afferme es venerables et religieuses personnes, les maistre et freres de l'ospital du Sainct Esperit de N., pour iceulx servir ensemble les pouvres dudit hospital, bien et loyalment, l'office de maistresse comme les autres, et faire ce qui lui sera commandé licite et honneste par iceulx maistre et freres ou leur certain commandement, et ce, por le temps et terne d'ung an commençant a tel jour et finissant. »32

  • 33 La maîtresse des pauvres doit obéir aux ordres « qui sont licites et honnestes ».
  • 34 Puer : lessiver, laver.
  • 35 Ordonnance des hôpitaux, “Police du noble hostel...”, Mém. et doc. inéd., t. 13, p. 205-218. Les c (...)

27D'une moralité exemplaire33, elle obéit avec humilité aux ordres des frères. Au début du xvie siècle, les autorités municipales de Besançon ne remettent nullement son rôle en question ; dans « l’ordonnance des hospitaulx » extraite de la Police du noble hostel consistorial, les co-gouverneurs affirment que le Saint-Esprit doit obligatoirement engager une maîtresse des pauvres dont il redéfinit les fonctions : entretenir la cuisine, soigner les pauvres qu'il faut « buer nettement »34, tenir les lits propres et les refaire régulièrement, enfin, procurer des thérapeutiques et des remèdes appropriés aux malades35.

Autres personnels

  • 36 Cet usage est fréquent. Les statuts de l'hôpital d'Angers stipulent qu'une femme trop jeune ou tro (...)
  • 37 ADHS, 279 E suppl. 803, arrêt du Parlement de Dole, 1557. « Consequemment que en icellui hospital, (...)
  • 38 ADHS, comptes de 1572, 279 E suppl. 803.
  • 39 ADD, 53 J III 4, fo numéroté 287. Etienne Milet (t 1519) a administré l'hôpital de Poligny entre 1 (...)
  • 40 Guillaume Bercy fut recteur de cette maison entre 1482 et 1504.

28Comme les frères et les sœurs, ils ont soumis au respect de la règle et portent la croix de l'ordre. Au Saint-Esprit de Gray, en 1557, on préfère l'embauche de deux vieilles femmes36 pour éviter les risques de « commerce charnel »37. Logées dans l'établissement où on leur distribue vêtements et chaussures, ces deux femmes perçoivent un salaire différent : la servante des pauvres reçoit 6 francs quand l'autre, dont la tâche essentielle consiste à faire la cuisine, touche une somme annuelle de 8 francs38. Ces gages, à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, ne sont pas toujours versés avec une grande régularité : ainsi en 1511, Etienne Milet, recteur du Saint-Esprit de Besançon, reconnaît avoir employé à l'époque où il régissait la maison de Poligny39, une servante qui ne perçut aucun salaire, « pour son service, regime et gouvernement des pouvres, lors de peste et aultrement, estant malades oudit hospital de Poligny ». Alors, pour éviter « le vice d'engratitude », et avec le consentement de Guillaume Bercy, alors gouverneur du Saint-Esprit de Besançon40, il lui remet l'usufruit d'une maison achetée pendant sa gestion de l'hôpital de Poligny.

  • 41 ADD, 53 J XVI 16, comptes, 1526-1529. « Au bergier, [III gros pour la garde de VIII vaiches et une (...)

29A Besançon, les serviteurs sont placés sous la surveillance du camérier et reçoivent de lui besognes à accomplir et salaires correspondants. Leur travail, surtout en ce qui concerne les hommes, touche l'exploitation agricole dépendante de l'hôpital. Ils sont aidés à la fois par une main d'œuvre occasionnelle payée à la tâche et par les enfants de l'établissement, « d'assez bon age pour travailler »41.

  • 42 ADD, 53 J III 1.

30Le moindre manquement à la règle du Saint-Esprit est sévèrement réprimé. S'il survient une querelle entre deux serviteurs, les coupables sont frappés de verges sur les épaules nues, devant les frères assemblés. Si un des frères subit un outrage, son ou ses auteurs sont conduits à travers la maison tout en recevant des coups de lanières ; ils sont ensuite jetés à la rue et congédiés définitivement avec leur salaire. Les actes de violence entraînant une effusion de sang sont sanctionnés de la même peine42.

  • 43 ADD, 53 J XVI 1, inventaire du Saint-Esprit, 1525. Deux coffres n'ont pu être ouverts, faute de cl (...)

31Si le camérier contrôle grandement la vie des serviteurs auxquels il distribue les tâches, il détient pour un an, entre autres fonctions, la responsabilité d'administrer la maison et de pourvoir aux nécessités du personnel et des assistés. Ses pouvoirs sont cependant limités : le premier jour de chaque mois, il doit présenter ses comptes au recteur et d'une manière permanente, il recueille son avis sur la gestion de l'établissement. En cas de manquement au premier de ces deux devoirs, il est condamné à jeûner au pain et à l'eau, le mercredi et le vendredi, jusqu'à ce que la comptabilité soit rendue. Pour éviter d'autres abus, il ne possède qu'une des trois clés du coffre qui renferme l'argent ; le recteur et le chapitre détiennent les deux autres et, à intervalles réguliers, ils lui remettent les sommes nécessaires aux dépenses courantes43. Mais c'est à lui qu'incombe la garde du coffre qui est placé près de son lit. Il est aidé dans sa tâche par le cellerier. Ce dernier, chargé pour une durée d'un an de l'office, s'occupe des approvisionnements et du service de la table des malades, des hôtes, des pauvres et de tout le personnel.

Le recteur

  • 44 AMBes., GG 424. Le coadjuteur seconde le recteur lorsque la charge d'administration qui lui incomb (...)
  • 45 L'ordre du Saint-Esprit est très hiérarchisé. Un cardinal protecteur est chargé chaque année de vi (...)
  • 46 Règle citée par Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 82.

32L'ensemble des religieux et des serviteurs est dirigé par un recteur, secondé parfois par un vicaire ou un coadjuteur44. Il reçoit son autorité du grand-maître45 dont il est le représentant. Sa charge est révocable à la volonté de ce dernier, après décision prise en chapitre. Un recteur coupable de négligences peut être dénoncé par les frères de son établissement, puis, d'après la règle, dépouillé de l'habit de l'ordre, déclaré parjure et excommunié46. C'est à lui qu'incombe la gestion de la maison, l'administration spirituelle, la politique d'achats et d'investissements ainsi que la nomination des gouverneurs des hôpitaux suffragante. Toutes les décisions importantes doivent cependant être prises en chapitres qui, selon l'expression de l'abbé Brune, sont « le lien qui unit ensemble, les membres des maisons, des provinces et de l'ordre entier ». Là, comme dans n'importe quel autre ordre, religieux et religieuses confessent chaque semaine leurs fautes contre la règle. Mais, quatre fois l'an, le premier jour des quatre-temps, le recteur, en application du chapitre XXI de la règle, tient un chapitre général de la maison ; il soumet à l'approbation et au conseil des religieux diverses affaires concernant l'hôpital : amodiations, échanges, achats, constructions. Les frères donnent leur avis en toute humilité. La communauté y juge également les plaintes relatives à la discipline et au manquement à la charité.

  • 47 De nombreux recteurs d'hôpitaux suffragante, surtout au xve siècle, omettent de se rendre à ce cha (...)
  • 48 ADD, 53 J III 1. Au xve siècle, Lambelet Vernier demande l'inventaire de l'hôpital de Chaussin.
  • 49 ADD, 53 J I 3b, inventaire de Dole.

33En outre, la maison magistrale de Besançon, tout comme celle d'Auray, convoque annuellement le jour de Cantate, une assemblée à laquelle les gouverneurs des hôpitaux suffragante sont tenus d’assister, ou du moins, de se faire représenter ; le recteur se fait dresser des comptes de la gestion des maisons dépendantes et examine les excuses des frères en cas d'absence47. Parfois, il réclame la rédaction d’un inventaire48. II prend des décisions en ce qui concerne les amodiations, y compris des maisons filiales49. Enfin, il institue les nouveaux maîtres, reçoit les vœux des religieux et exige un tribut annuel, à titre de reconnaissance de sa supériorité.

  • 50 « Lorsque les frères seront réunis, que le prieur sorte en procession de l'église, accompagné d'un (...)

34Le moindre détail de ces assemblées capitulaires est soigneusement prévu dans la règle50. Leur tenue, introduite dans les ordres religieux par les cisterciens, donne des assurances quant à la discipline, à la gestion et à la bonne tenue des personnels.

  • 51 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 76.
  • 52 Pourtant lorsqu'il s'agit de régler de graves litiges, le grand-maître désigne quelquefois l'évêqu (...)
  • 53 Archives du Saint-Esprit In Saxia, livre 22, cité par Brune (abbé). Histoire... du Saint-Esprit, p (...)

35A partir du xive siècle, la plupart des recteurs de Besançon reçoivent du grandmaître, en même temps que leurs lettres d’institution, une procuration leur donnant le titre de « procureur et visiteur de l'ordre, in partibus ultramontis »51. Cette fonction lui confère des pouvoirs très étendus ; ils corrigent les abus, inspectent les maisons, se font rendre les comptes, écoutent les malades, interrogent le personnel et veillent à la bonne tenue de la chapelle. Ils disposent de tous les moyens pour soumettre les religieux et les gouverneurs de maisons à leurs prescriptions : déférer les récalcitrants à l'évêque, recourir au bras séculier52, user encore de l’arme de l'excommunication. Seul le grand-maître peut alors absoudre de cette peine. C'est ainsi que Lambelet Vernier, recteur de Besançon et visiteur général de l'ordre, excommunie le gouverneur de Metz qui lui résiste ; ce religieux obtient l'absolution du grand-maître en 145953.

Nombre de religieux

  • 54 Le nombre des frères et des sœurs devrait être proportionnel au nombre d’assistés reçus ; or il n’ (...)
  • 55 L'acte de fondation du Saint-Sépulcre énumère scrupuleusement le personnel religieux qui doit vivr (...)

36Le but premier de toute règle et de tous statuts consiste à réduire au maximum le nombre de religieux, afin de conserver aux hôpitaux leur finalité, celle de l'accueil des pauvres. Un chiffre maximum est fixé54 ; on peut le dépasser seulement quand l'intérêt de la maison l'exige55. Un nombre pléthorique de frères et de sœurs risque de détourner les revenus des établissements et de transformer les hôtels-Dieu en couvents ; il favorise également la paresse et la mollesse tout en nuisant à l'esprit de charité.

  • 56 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 1 17.
  • 57 ADD, 53 J XVI 1, inventaire du Saint-Esprit, 1525.

37Selon l'abbé Brune, les hôpitaux de Dijon et de Besançon n'accueillirent jamais dans leurs murs plus de douze religieux entre 1300 et 150056. S'il est vrai que les actes mentionnent en moyenne la présence de huit frères au xve siècle, une bulle de Martin V en signale pourtant à Besançon un nombre de quinze en 1424 2, sans compter les sœurs que l'on trouve dans les hôpitaux dans des proportions habituellement supérieures. Par ailleurs, l'inventaire réalisé en 1525 enregistre vingt-quatre lits pour l'ensemble du personnel, religieux ou laïc57. Il semble donc que les estimations de l'abbé Brune aient minimisé l'importance de la communauté vivant au Saint-Esprit de Besançon au xve siècle, et que le nombre trop important de religieux ait été une des sources de dérèglements et d'abus.

III. Abus : manquements à la règle et pénalités58

  • 58 Il ne sera ici évoqué que les manquements au Saint-Esprit.
  • 59 La situation observée à Besançon n’est pas unique. D'une manière générale, la discipline pâtit d'u (...)

38Lors des assemblées générales de l'ordre, il n'est pas rare de souligner dès la fin du xve siècle, la désobéissance, la violence, la paresse et le goût du luxe et du jeu que cultivent certains frères59.

Manquement au vœu de pauvreté

39Selon la coutume en usage au Saint-Esprit, chacun des religieux et religieuses reçoit du camérier le vivre, le couvert ainsi que des vêtements des plus modestes. En aucune façon, il ne doit acheter des habits sans le consentement du recteur. La règle précise :

  • 60 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 110.

« comme vous êtes nourris du même cellier, ainsi vous devez être vêtus du même vestiaire »60.

  • 61 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, pages 110 à 113. Les péchés d'avarice et d'orgueil sont (...)

40Tout frère ou sœur désobéissant à cet article se voit retirer son vêtement et subit une pénitence de sept jours accompagnée d’un jeûne au pain et à l'eau, le mercredi et le vendredi. La mortification d'amour-propre est encore plus grande pour le religieux qui conserve de l'argent dont il a caché l'existence au maître. On lui attache son bien au cou et on le conduit à travers les salles de l'hôpital, l'exposant ainsi aux regards et à la moquerie des pauvres61.

  • 62 ADD, 53 J III 1, compte-rendu des chapitres. « Que aulcungs d'iceulx maistres, recteurs et freres (...)

41En dernier recours, l'excommunication peut être prononcée contre le religieux qui possède des biens en propre. Pire, si le manquement au vœu de pauvreté vient à être connu après la mort du transgresseur, le cadavre est enseveli hors du cimetière de l'hôpital et son âme est privée des prières de l'Eglise. Ce châtiment terrible n'empêche nullement des abus de toutes sortes d'être dénoncés au début du xvie siècle. Régulièrement, lors des chapitres annuels, le recteur reproche aux religieux une tenue vestimentaire trop ostentatoire et le port « d'aigneaulx d'or ou d'argent ou aultres bagues ». Il dénonce leur coiffure qui ne sied pas à l'état ecclésiastique ; les frères qui sacrifient à la mode des souliers « cornus » et aux fourrures de prix se voient privés de procession. Il s'agit là d'une sanction dérisoire pour des prêtres qui détournent à leur profit les biens de l'ordre, propriété des pauvres62.

Manquement à l'obéissance

  • 63 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 1 12.
  • 64 ADD, 53 J I 6a. Pierre Crapillet évoque également que « XV jours apres la Trinité, se doit consacr (...)
  • 65 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1536. « Pour ce que anciennement, souloit avoir une courtine tendue a (...)
  • 66 Une prison est mentionnée « derrière les estableries ». Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p (...)

42En prêtant serment lors de leur admission dans la communauté, les religieux du Saint-Esprit se soumettent volontairement à tous les articles de la règle et notamment, ils déclarent se plier à l'autorité du maître. Cette soumission implique nécessairement l'acceptation des pénalités en cas de manquements. Le moindre refus de soumission est puni comme la transgression du vœu de pauvreté, de sept jours de pénitence63. Au nom de la sainte obéissance, les frères et les recteurs des hôpitaux suffragante ne peuvent manquer la tenue annuelle du chapitre du dimanche de Cantate sans excuses légitimes, « sous peine d'estre declairer inobediens ». C'est pourquoi Pierre Crapillet, recteur de Dijon, écrit à Lambelet Vernier, gouverneur du Saint-Esprit de Besançon, en lui demandant d'excuser son absence motivée par une crise de goutte, des querelles au sein de son établissement et de surcroît, le « temps malgracieux »64. Toujours au nom du principe d'obéissance, les frères sont obligés d'assister aux offices en tenue convenable et d'entretenir correctement le linge de l'église, « sur peine de innobedience et d'estre pugnis et corrigez selon les reigles et statuz »65. Mais si les religieux persistent dans leurs agissements contraires à la règle et à l'autorité du recteur, ils sont enfermés66 et condamnés à vivre au pain et à l'eau. Quand la solitude, la réflexion et la contrition les conduisent à implorer grâce, ils sont pardonnés, mais envoyés dans une autre maison pour éviter le scandale que leur présence risque d’occasionner.

  • 67 ADD, 53 J I 4a, cartulaire de l’hôpital de Gray, fo 43, 1380. « [En] ladite religion desdiz freres (...)

43Aucun frère ne peut quitter l’habit de sa propre initiative et sans l'avis du chapitre ; il ne lui est pas davantage donné la possibilité de quitter l'ordre pour embrasser la vie monastique au sein d'une autre communauté. Il encourt dans ce cas la peine d'excommunication. Des accommodements sont parfois trouvés avec le recteur et le chapitre lorsque le religieux cherche à entrer dans un ordre plus sévère. Ainsi, à la fin du xive siècle, « Jehan, filz de feu Berthou du chastel de Vesou », et frère du Saint-Esprit, entre chez les Cordeliers de Besançon, quitte l'établissement de Gray auquel il laisse tous les biens meubles et immeubles apportés en dot lors de ses vœux67.

44Dans le cas enfin où un établissement tout entier refuse la soumission à la maison-mère, le recteur, après avoir consulté le conseil du chapitre, peut appliquer comme ce fut le cas à Toul, une répression énergique ; au demeurant, il a pleine autorité pour faire appel au bras séculier. Pierre de Fouvent au début du xve siècle ne s'en prive pas. Il expédie diverses lettres réquisitoriales à différents baillis et officiers, dans le but de faire arrêter et saisir au corps frère Jean de Lay, gouverneur de la maison de Toul, « prévenu de certaines et enormes offenses, grands parjuremens et rebellions a [lui et à son] covent fait ».

45Ces quelques exemples, ainsi que la sévérité de la règle, montrent s'il est besoin, la fréquence des manquements à son égard.

Manquement au vœu de chasteté

  • 68 ADD. 53 J III 1, chapitres.

46Des documents du début du xvie siècle font état du non-respect de ce vœu. Lors de la tenue du chapitre annuel de 1534, le recteur du Saint-Esprit de Besançon trouve bon à nouveau de préciser les peines encourues par les frères qui fréquentent « lieux suspeetz, bordeaulx et estuves ». En 1547, il réitère ses défenses et interdit « a tous religieulx qui n'ayent a souffrir ny permectre entrer filles suspectes ny aultres ayant maulvaise vie, faire bruict en leur chambre, sur peine d'estre chastier rigoureusement et comme de droit »68.

  • 69 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

47Malgré le renouvellement des interdits, le recteur Pierre Arnault entretient au Saint-Esprit de Gray en 1566, « une garce, une femme mariee de France, portant chaperon de velours ». Les échevins de la ville, après l'avoir recherchée dans l'établissement, la trouvent cachée dans un cabinet près du colombier. Une situation identique prévaut à Dole où le gouverneur du Saint-Esprit, Guido Clerc mène une vie dissolue avec une « paillarde et concubine ». Le recteur de Besançon le démet de ses fonctions et le remplace par Dymanche Marchant69. Guillaume le Beuf, qui dirige la maison de Chaussin, est remplacé par frère Guillaume Buffet, simple religieux, parce qu'il ne « se conduit pas vertueusement en sa charge ».

  • 70 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1534. Le recteur rappelle « qu’il n'y aye aulcungs [frère] qui ne soi (...)

48Pourtant, les gouverneurs multiplient les avertissements et les contraintes en s'appuyant sur la règle. Celle-ci défend de sortir de la maison sans autorisation70 ; elle préconise de limiter au maximum les rapports entre les frères et les sœurs. Il est d'ailleurs interdit à ces dernières de pénétrer dans le dortoir des religieux, de préparer leur lit et de les servir. Les frères sont préposés au service des frères et les sœurs au service des sœurs. La seule exception admise concerne le cas d'une maladie grave, et encore faut-il obtenir l'assentiment du recteur.

49Les violateurs du vœu de chasteté s'exposent à des châtiments très durs : l'abstinence au pain et à l'eau ainsi que la prison pendant un an. En cas de récidive, ils risquent deux années d'enfermement. Un troisième écart de conduite les condamne inéluctablement à l'emprisonnement à vie.

Manquement à l'esprit de charité

« Que les frères pratiquent la charité envers tous les hommes et s'efforcent de faire régner loin d'eux l'avarice, l'envie, la haine, la colère, l’orgueil, les médisances et toute espèce de malice. »

  • 71 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1534. « Pour la treizième fois, que Dieu ne veulle, seront incarcéré (...)

50Cette règle, comme toutes les autres, est fréquemment violée si on se réfère aux rapports des chapitres annuels du début du xvie siècle. A de nombreuses reprises, le recteur doit interdire de blasphémer le nom de Dieu sous peine de priver le coupable de vin et de pitance pour un jour. La récidive existe : les religieux sont alors contraints de jeûner trois jours au pain et à l'eau71.

  • 72 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1536. « Au moyen duquel s'est fendue l’oreille, et grosse effusion de (...)

51Les insultes proférées envers d'autres frères sont considérées comme des manquements à la charité ; aussi, les injures fréquentes comme « traître, renégat, menteur, fils de putain » sont punies par sept jours de jeûne. Le religieux qui subit cette peine doit, humiliation suprême, manger assis par terre dans le réfectoire commun. Mais plus grave, il arrive comme en 1536, que les coups suivent la violence verbale. Or, l'effusion de sang est passible d'après la règle, de la perte de l'habit de l'ordre. C'est le risque qu'encourt Nicolas le novice, après avoir frappé un serviteur au point de lui avoir fait risquer la mort72.

52Malgré une pénitence scrupuleusement codifiée et proportionnée aux fautes, malgré un code disciplinaire sévère, les entorses à la règle sont des plus fréquentes et le personnel semble peu enclin au respect de l'idéal de vie monastique.

Intempérance, paresse, jeux

  • 73 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 114.
  • 74 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1536.

53La sobriété et le jeûne ne sont pas toujours respectés. L'abbé Brune indique que la règle punit ceux qui mangent de la viande aux jours défendus73. Conformément aux ordonnances, les recteurs imposent aux frères de ne pas accepter d'invitation au dehors ; malgré toutes les défenses, ils persistent à « tenir jeux publicques comme dez, cartes », puisque l'interdiction doit leur en être notifiée à plusieurs reprises74.

  • 75 La règle du Saint-Esprit comme celle de saint Augustin reprend des propos de l’Evangile de Matthie (...)

54Ces divers abus, dénoncés régulièrement et contraires au mode de vie monastique, deviennent à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, beaucoup plus fréquents. Les sources sont loin de nous les signaler tous, car la règle du Saint-Esprit, s'inspirant des écrits de saint Augustin établit, pour conserver l'harmonie dans la vie communautaire, comme principe premier de lutter contre les manquements par la correction fraternelle. Aussi, le frère témoin d'une faute commence par en reprendre l'auteur sans en parler à quiconque. Si une première admonestation ne suffit pas, il la réitère en présence de trois frères. Si le coupable ne s'amende pas, on le dénonce au maître75 ; s'il se repent, on se réjouit de sa contrition en bénissant Dieu. Chaque délit est examiné en chapitre où les preuves sont apportées par un accusateur. Si ce dernier ne réussit pas à démontrer la culpabilité du frère accusé, il subit la peine qui aurait dû lui être infligée.

  • 76 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 274.

55Des réunions périodiques sont justement prévues pour traiter des problèmes de discipline et pour permettre aux frères et aux sœurs, selon l'expression de J. Imbert, « de se livrer à une sorte d'examen de conscience public »76. Après la récitation des prières communes, les membres de la communauté confessent leurs fautes contre la règle et chacun peut accuser publiquement tel ou tel qui n'aurait pas avoué son péché.

56Les fautes, ainsi qu’il a été montré plus haut, sont sanctionnées par « trois manieres de colpes ». Pour les fautes vénielles, la pénitence consiste en récitation de prières et en jeûnes afin de rappeler l'importance de l’humilité et de l'obéissance ; les larcins, les rixes, sont passibles d’excommunication, de prison voire d’exclusion. Mais les pénalités envisagées ne limitent en rien d’autres abus qui consistent à placer au sein des établissements des frères appartenant à sa propre famille.

Placement de membres de la famille ou alliances.

  • 77 Brune (abbé), Histoire... Saint-Esprit, p. 383.
  • 78 L'emprise de la famille est très forte. Le 23 juillet, Etienne Milet acense à Jean Milet dit Chauv (...)
  • 79 ADD, 53 J III 4. « ...pour icelluy instruyre en l'art et practique de notayrie selon le art de la (...)
  • 80 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

57Au xve siècle, mais surtout au xvie siècle, on voit les neveux succéder aux oncles à la rectorie de certains établissements. A Poligny, Hugues Grillot de Plaigne gouverne l'hôpital entre 1425 et 1431, alors que son oncle Hugues Grillot en assurait déjà la direction en 141577. Lorsque frère Etienne Milet quitte cet hôtel-Dieu pour diriger la maison de Besançon, son neveu Antoine Milet, dit Chauvirey, prend sa succession. Par ailleurs en 1512, Etienne Milet place en apprentissage aux frais du Saint-Esprit de Besançon, un enfant nommé Jean Milet « filz de Jehan Milet dict de Chauvirey »78 auprès du notaire Girard Abry79. En 1517, un frère nommé Jean Milet est signalé comme recteur de l'hôpital de Gray80. S'agit-il du même ?

  • 81 Claude Buffet fut recteur du Saint-Esprit de Besançon de 1529 à 1545.
  • 82 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan. Frère Jacques Bartholomot décède en septembre 1531. Il était (...)
  • 83 Claude Buffet le Jeune fut recteur au Saint-Esprit de Besançon entre 1545 et 1573.
  • 84 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan. Pierre Arnault fut sanctionné pour les dérèglements de sa vi (...)
  • 85 La nomination de Jean Buffet écarte du rectorat de Besançon frère Melchior de la Vallée, ancien re (...)

58Plus tardivement, en 1529, Thomas Michelot alors gouverneur de l'hôpital du Saint-Esprit de Besançon, présente le coadjuteur qu'il s’est choisi en raison de sa mauvaise santé et de sa faiblesse : il s'agit de Claude Buffet, natif « d'Oustal » (Houtaud) près de Pontarlier, « estant actuellement prestre, religieux et secretain du monastère de Montbenoit ». Les co-gouverneurs de Besançon l'agréent ; peu de temps après, Claude Buffet prend en charge la rectorie de l'établissement81. Dès 1531, il nomme son neveu Claude Buffet le Jeune à la tête de la maison de Gray en remplacement de frère Jacques Bartholomot récemment décédé82. Il n'y réside pas et délègue au rectorat frère Dominique Marchant. Pourtant, en 1545, il succède à son oncle au gouvernement du Saint-Esprit de Besançon83. La maison de Gray est alors confiée successivement à Jacques Buffet, Claude Bouvier puis Pierre Arnault en 1560. Dans un mémoire datant de 1583, ce recteur se présente comme étant le fils de Nicolas Arnault, apothicaire, et de feue Guyotte Maupin. Il affirme également que dès son jeune âge, il fut connu de Claude Buffet le Vieux, « qui l'attira a l'hospital du Sainct Esperit et lui donna le gout d'entrer dans l'ordre »84. Enfin, Guillaume Buffet devient recteur de l'hôpital de Metz quand Jean Buffet succède à Claude Buffet le Jeune à la tête de la maison de Besançon entre 1573 et 158585.

  • 86 A de nombreuses reprises, les co-gouverneurs de Besançon dénoncent au début du xvie siècle la diff (...)
  • 87 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.
  • 88 ADD, 53 J I 1. « Or est que de long temps, les antecesseurs dudit suppliant maistre de ladite mais (...)

59Ainsi dès la fin du xve siècle, certaines familles réussissent à placer leurs membres au sein ou à la tête des établissements du Saint-Esprit où, avant de s'intéresser au sort des assistés, ils se préoccupent prioritairement de leurs prébendes et de leurs revenus86. La bonne tenue et la gestion des maisons en pâtit. En 1484, la rectorie de Chaussin est vacante mais les biens de l'hôpital sont amodiés ; il en va de même en 1490-1496. En 1498, le gouverneur nouvellement nommé est déclaré « contumax ». De même, Guillaume le Beuf, qui ne se conduit pas « vertueusement en la charge » qu'il occupe depuis 1527, est remplacé par Claude Buffet le Jeune, recteur de Gray en 1534. Se présentant lui-même comme « religieux de Besançon, commendataire perpetuel de l'hospital de Chaussin »87, il en amodie les revenus pour 10francs de rente annuelle et perpétuelle. Oublieux des pratiques dont il bénéficie, ce même Claude Buffet expose à l'empereur en 1551, que ses prédécesseurs ont négligé de longue date de nommer un maître pour les hôpitaux de Rochefort, Monnet, Saint-Julien, Arinthod et Orgelet. Selon lui, des prêtres séculiers se sont emparés de quatre d'entre eux et jouissent de leurs biens88.

60Les hospitaliers du Saint-Esprit considèrent désormais le temporel des maisons davantage comme le moyen d'assurer leur subsistance propre. D'urgence, des réformes s'imposent devant l'afflux des critiques.

IV. Réaction et évolution au début du xvie siècle

  • 89 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

61En 1519, le souverain Pontife Léon X intervient dans le débat et excommunie tous ceux qui oseraient affirmer que les frères du Saint-Esprit ne sont pas de véritables religieux, mais des quêteurs et des sectateurs. Il ordonne même pour clore le débat et leur apporter son soutien, que dans les processions, ils viennent à précéder tous les autres religieux89. La protection pontificale ne suffit cependant pas à endiguer le flot de protestations et de réactions. De même qu'en 1505, la municipalité parisienne intervient pour prendre en main l'administration du temporel de l’hôtel-Dieu, celle de Besançon s'immisce de plus en plus dans celle de l'hôpital du Saint-Esprit.

Contrôle du Saint-Esprit de Besançon

Surveillance accrue de la municipalité

  • 90 « Surquoy, congneue la mauvaise administration dudit hospital... ont derechief commis pour faire i (...)
  • 91 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

62En 1525, les co-gouverneurs nomment des commissaires pour visiter l'hôpital. Le 26 juin, lendemain de cette visite, ils dressent un rapport, déplorent une mauvaise gestion et ordonnent la rédaction d'un inventaire90. Après l'élaboration qui en est faite, ils décident que deux séculiers soient placés à la tête de l'administration des biens et des pauvres du Saint-Esprit, ne réservant aux religieux que le service divin. Quatre ans plus tard seulement, considérant « le gros desordre et miserable norrissement des povres, la mauvaise conduicte de frere Thomas Michelot, maistre d'icelluy [hôpital] », ils se résolvent à exercer un droit de surintendance, « de bon regard sur icelluy hospital ». Ils imposent que deux visiteurs se rendent quotidiennement au Saint-Esprit pour contrôler si les pauvres sont convenablement nourris. Chacun d'entre eux reçoit la mission de rapporter au conseil les négligences qu'il pourrait remarquer91. L'usage de cette surveillance avait déjà été mis en place sous le rectorat d'Etienne Milet et de son coadjuteur Thomas Prévôt.

Ordonnance des hôpitaux

  • 92 La Police du noble hostel consistorial rassemble dans un recueil, divers règlements en usage à Bes (...)

63Vers 1528, des règlements concernant l'hygiène, les hôpitaux, les pestiférés et les lépreux sont compilés dans un recueil de Police du noble hostel consistorial92 Dans l'ordonnance des hôpitaux, les co-gouverneurs exigent du maître du Saint-Esprit de recevoir tous les enfants « qu'on lui portera de jour comme de nuict », de leur donner des nourrices et de les entretenir convenablement. Cette charge ne doit pas l'empêcher de recevoir aussi tous les pauvres impotents et malades de la cité ou de l'extérieur, jusqu'à ce qu'ils puissent gagner leur vie. Cependant, il aura tout loisir de chasser les gueux :

« Pourra semblablement gecter hors dudit hospital tous yvrongnes, debateurs, noyseux, triquards et triquardes qui par leurs debatz et querelles destorbent les autres pouvres malades de dormir et reposer. »

  • 93 ADD, 53 J XVI 1. La maison du febvre est une dépendance de l’hôpital du Saint-Esprit de Besançon, (...)

64Si ces mauvais pauvres refusent de partir, le maître du Saint-Esprit est en droit de les dénoncer aux autorités municipales qui se feront fort de les « gecter » hors de la cité. Des mesures particulières sont prises en temps de peste. L'hôpital du Saint-Esprit se voit imposer de nombreuses contraintes. Ainsi, le recteur est obligé de déménager les pauvres qu'il héberge dans ses granges d'Ecole, de Valentin et à l'Hôpital-du-Grosbois. Seuls les infirmes, quelques vieilles femmes et des nourrissons sont autorisés à rester dans les locaux de Besançon. Dans l'éventualité d'une telle épidémie, le recteur du Saint-Esprit est astreint encore à « fournir ung ou deux religieulx desja vieux ou deux aultres prebstres séculiers » pour soutenir et confesser les malades contagieux reçus « en la maison du febvre »93, où de vieilles servantes se chargent de leur donner à boire et à manger.

65Mais si la peste vient à s'intensifier et que les locaux de l'hôpital ne suffisent plus à assurer l'accueil, le maître du Saint-Esprit se voit ordonner de faire porter à Velotte, des coffres et une vingtaine de lits équipés de draps et de couvertures ; il doit également fournir un personnel de trois ou quatre femmes pour « penser et solliciter les malades ». En outre, si les « pouvres errants » arrivent d'un lieu touché par la contagion, il s'engage à avertir immédiatement les autorités et à les chasser de l'établissement en leur donnant une aumône. Sinon, il les met en quarantaine « en l'hostel du fevre, jusqu'à la mort ou la guérison d'iceulx ». Le recteur de l'hôpital du Saint-Esprit devient un auxiliaire de police.

66Les autres articles de l'ordonnance manifestent encore davantage la volonté des co-gouverneurs de prendre en main l'assistance et concernent plus particulièrement le soin des pauvres, les périodes de cherté et la nomination du recteur. La municipalité prétend sur ce point détenir un droit de regard, « affin que le personnage en soit trop despensier et que les biens dudit hospital ne soient par luy consommez et que le bien d'iceluy n'admoindrisse et a la fin ne se treuve assez grant pour l'entretenement dudit hospital cloz de grosses et fortes murailles et pleins de biens et davantage. »

  • 94 « Et pour ce que plusieurs plaintifz nous osnt esté faict du maulvais traictement que font aucune (...)
  • 95 AHSal., F 21. Déjà en 1394, les échevins du Bourg-Dessous de Salins avait dénoncé les agissements (...)

67Le pouvoir d'influer sur la nomination du recteur confère aux co-gouverneurs la possibilité de surveiller sa gestion et son administration ; de même, il leur donne autorité sur les malades dont éventuellement ils reçoivent les plaintes94. La qualité des soins reçus est contrôlée par deux ou trois femmes dévotes envoyées deux ou trois fois par semaine, pour « veoir et visiter sans bruit aucun ou parole... et pour en faire lealement leur rapport »95.

  • 96 La maison de Velotte appartient à la cité. Les échevins obligent le maître à envoyer les pauvres à (...)

68En ce qui concerne les malheureux qui souffrent de la faim pendant les pénuries de vivres, les autorités municipales imposent que le maître du Saint-Esprit installe des lits garnis de draps et de couvertures dans ses granges d’Ecole et de Valentin, ainsi qu’au lieu de Velotte96. Elles exigent encore qu'il fournisse le tiers de leur nourriture. Tous les indigents ainsi reçus « seront marqués des armes de ladicte cité tant que ledict temps [de cherté] durera ».

Renforcement de l'emprise municipale

  • 97 AMBes., BB 21, 1540.
  • 98 BMBes., ms. 1017, fo 51, vo 52. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 102-103.

69Malgré les ordonnances, les abus perdurent. Le problème de l'insuffisance de nourriture, tant pour les pauvres que pour les enfants et les nourrices se pose régulièrement et avec acuité. En 1540, le gouverneur du Saint-Esprit est sommé de mieux traiter les assistés. Il doit administrer obligatoirement aux malades, comme il est d'usage, « bon pain, pidance deux fois par jour avec le vin »97. Un manuscrit de la deuxième moitié du xvie siècle énonce les aliments qu'il lui faut impérativement offrir aux nourrissons accueillis dans l'établissement. De même, « leur seront aussi delivrez linges a souffisance pour tenir... en leurs berceaux bien nectz, avecques paille a ce duysante et convenable ». En ce qui concerne les autres enfants, ils doivent recevoir journellement une alimentation riche, jusqu'à ce qu'ils aient atteints l'âge de cinq ans98.

  • 99 AMBes., BB 26, folios 115 vo, 116 et 116 vo.
  • 100 AMBes., BB 27, fo 226. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 107-108.

70Malgré toutes les immixtions de la municipalité dans le gouvernement des pauvres, le recteur Claude Buffet est encore sommé de s'expliquer en 1552 sur les raisons qui le conduisent à refuser d'accueillir les pauvres, en dehors « des petitz enffans habandonnez de pere et de mere »99. Le conflit s'envenime encore, lorsque les échevins interrogent les frères Parisot Galiot et Philippe Michelot sur le traitement réservé aux hospitalisés et la spoliation des biens de l'établissement ; pour respecter leur vœu d'obéissance, ils refusent de répondre sans l'autorisation de leur recteur. Néanmoins, les gouverneurs de Besançon entendent bien entreprendre pour le bien public, « la reformation de l'hospital »100.

  • 101 Clément VIII, devant les désordres et les hérésies qui secouent le Saint-Esprit, demande à tous le (...)
  • 102 La visite de Melchior de la Vallée est relatée dans Brune, (abbé), Histoire...du Saint-Esprit, p.  (...)

71Ainsi, bien avant 1561, date à laquelle le roi Charles IX confie en France par édit, l'administration du temporel de tous les hôpitaux de son royaume à l'autorité municipale, le processus de réforme est engagé à Besançon et d’une manière générale dans le diocèse. Lorsque Melchior de la Vallée101, visite les établissements de l'ordre du Saint-Esprit en 1596, en qualité de vicaire général, il craint d'entrer à Besançon où selon lui, les magistrats de la ville ont conçu à son égard une véritable haine et se déclarent responsables du Saint-Esprit du lieu. Il constate néanmoins que depuis une trentaine d'années, l'administration en est effectivement confiée aux co-gouverneurs et que l'hôpital s'est désormais spécialisé dans l'accueil des enfants. Il relate dans son rapport que les nourrices sont mal entretenues ; il leur défend sous peine d'excommunication de coucher les enfants dans leur lit, en raison des accidents qui pourraient en résulter102.

Les autres maisons de l'ordre

  • 103 L'intervention municipale dans les affaires hospitalières était déjà très marquée dans d'autres ét (...)
  • 104 ADHS, 279 E suppl. 803, arrêt du Parlement de Dole. « Et pour la perpétuelle et plus soigneuse obs (...)
  • 105 ADD, 53 J I 4b.

72Les autres maisons du Saint-Esprit ne connaissent pas au début du xvie siècle dans le diocèse, une situation plus florissante que celle de Besançon. Leur appauvrissement, les abus qui s'y déroulent, favorisent l'empiétement des autorités civiles, déjà très largement amorcé aux xive et xve siècles103. A Gray, le contrôle du Saint-Esprit est confié aux échevins par le Parlement de Dole ; un arrêt de cette cour, rendu le 10 avril 1557, charge les magistrats de visiter l’établissement, de veiller à la conservation et à la restitution de ses titres, au bon respect de l'hospitalité et à la réparation des bâtiments. Cette prérogative était détenue jusqu'alors exclusivement par le recteur de la maison de Besançon104. Ce dernier, Claude Buffet, tente encore de réagir en visitant l'hôtel-Dieu graylois et en inventoriant les titres de 1564. Il dénonce les mauvais agissements de frère Pierre Arnault, « tant en spirituel que temporel » et l'inculpe « de dilapidation et trop malversation oudit bénéfice et eglise »105.

73A la fin du xvie siècle, la situation ne s'est pas améliorée. Melchior de la Vallée reçoit une multitude de plaintes sur le régime dissolu de la maison et sur la vie déréglée du recteur Martin Jobelot ; il charge le gouverneur de Besançon de l'inculper, mais en même temps, il exhorte vivement le religieux de Gray à changer de vie et à prendre plus de soin du bien des pauvres, car il en répondra avec certitude le jour du Jugement. Il constate encore que les biens sont dilapidés, mais il observe aussi que frère Martin Jobelot n’est pas complètement responsable de cette situation catastrophique, préjudiciable au bon déroulement de l'hospitalité. Peu auparavant, les échevins l'ont obligé à brûler ou à jeter les lits, les linges et les couvertures dans la Saône, avec tous les autres objets qui avaient pu être utilisés par les pestiférés.

74En dehors de Gray et de Besançon, Melchior de la Vallée ne peut visiter les autres hôpitaux de l'ordre, vu l'état de la province. Partout, il rencontre la peste, la soldatesque, les bandes de voleurs et de pillards, en raison de la guerre qui sévit entre la Franche-Comté et la Lorraine.

  • 106 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 222.

75Depuis très longtemps d'ailleurs, de nombreuses maisons de l'ordre connaissent une situation critique. Les guerres du Téméraire ont attiré des mercenaires qui ravagent la Comté de Bourgogne ; les prétentions de Louis XI, la résistance de Marie de Bourgogne, la prise de la Comté par le roi de France ont contribué à plonger la région dans le cycle infernal des années improductives, de la misère et des épidémies. La peste et la famine sévissent à Besançon d'une manière quasi permanente dans la première moitié du xvie siècle. Les quêtes des hôpitaux rapportent moins ; elles sont rendues parfois impossibles du fait des guerres, quand elles ne sont pas remises en cause. Les maisons de Monnet et de Rochefort sont ruinées en 1479 par les guerres de Louis XI106.

76Un contexte aussi difficile favorise certes l'intervention des pouvoirs publics dans le domaine de l'assistance, de la défense et de l'hygiène ; mais il est propice également à un changement d'attitude sur la bienfaisance. Enfin, il encourage l'émergence de confréries, toujours plus nombreuses pour secourir les miséreux.

Confréries et table des pauvres (xve-xvie siècles)

  • 107 Mollat (M.), Les pauvres au Moyen-Age, p. 330.
  • 108 Matthieu 22, 34-41 ; Marc 12, 28-31 ; Luc 10, 25-28. « Un pharisien questionne Jésus : “Maître, qu (...)
  • 109 Grand (comm.), Histoire d'Arbois, p. 225 et suiv. Les archives de l'hôpital conservées aux archives (...)
  • 110 ADD, 53 J IV 1. « [En 1529], plusieurs confraries se desservent en ladite eglise : assavoir du Sai (...)

77Partout, leur efficacité est reconnue : a Genève, la confrérie de la Sainte-Trinité assiste deux mille à deux mille neuf cent cinquante pauvres, chaque année entre 1439 et 1443107. Les confrères, d'une manière générale, présentent toujours leur association comme un moyen d'offrir aux fidèles de pratiquer la vertu chrétienne par excellence : la charité108 ; il se définissent comme membres d'une communauté de prières et d'une société d'entraide mutuelle. A Arbois au xve siècle, les confrères du Saint-Esprit soignent bénévolement les malades chez eux et hébergent les infirmes. Leur faveur est croissante à Changin, la Châtelaine, Mesnay et Arbois109. Une confrérie Saint-Eloi, fondée en l'église du Saint-Esprit de Besançon, est citée dès 1439110. Son action caritative inclut déjà la prière pour tous, « tant vifs que morts ».

  • 111 AHSal., P 27, statuts de la confrérie Saint-Jacques, 1480.
  • 112 Il est à noter que les officiers de la grande saline ont demandé à ce que les hôpitaux de Salins r (...)
  • 113 Vincent (C.), Des charités bien ordonnées, Paris, p. 151 et suiv.

78Mais, une fois par an au moins, parce qu'ils considèrent que les repas consolident les rapports et favorisent la solidarité pendant les périodes difficiles, ils organisent une messe et un repas commun à date fixe : tel est le cas pour la confrérie Saint-Jacques, fondée par les serviteurs et les officiers de la saline au Saint-Sépulcre de Salins en 1480. Dans leurs statuts, ils déclarent vouloir honorer leur saint patron le 25 juillet et faire dire à l'hôpital, « une messe a dyacre et a soub dyacre... dévotement a nottes et chants solemnelement »111 ; ils ordonnent encore que chaque lundi, soient dites alternativement, une messe de Saint-Esprit et une messe de Requiem. Leur pratique de la prière conjointe pour les vivants et les trépassés les rattache à une tradition ancienne de l'Eglise, resserre les liens au sein du monde de la saline112 et contribue à favoriser une vie associative où, selon l'expression de Catherine Vincent, le plaisir n'est pas absent113.

  • 114 ADD, 53 J VI 4, 1480. La précision avec laquelle les fondateurs règlent les offices qu'ils créent (...)
  • 115 AHSal., P 27, statuts de la confrérie Saint-Jacques, 1480. « Le lendemain dudit jour, pour le Refr (...)

79Leur règle définit enfin et surtout avec précision, minutie et vigilance, la solennité voulue des offices114. Fixant la somme à attribuer au chapelain et, dans le cas du Saint-Sépulcre de Salins, au recteur de l'établissement, ils promettent de doter l'autel Saint-Jacques, d'ornements indispensables et de pourvoir au luminaire « assavoir de cierges et torches selon qu'il est accoustumé ». La beauté des services, tout autant que la régularité des prières, reflète leur exigence de piété. Les confrères de Saint-Jacques de Salins attribuent d'ailleurs une amende à chacun des membres qui ne se rend pas aux offices sans excuse légitime115. Cette démarche ne peut que rappeler au clergé les rigueurs de la vie religieuse et la dignité de la fonction qu'il exerce.

  • 116 La confrérie Saint-Jacques de Salins organise sa procession autour de l'hôpital, donc géographique (...)

80La réglementation des offices religieux s'accompagne de la pratique d'autres dévotions, telles que processions ou distributions d'aumônes. Ainsi, le jour de la fête du saint patron ou le lendemain est marqué par une procession dont l'itinéraire et les rites sont clairement déterminés par les statuts116. Moment de solennité et de festivité, elle revêt le sens d'une communion avec les défunts et d'une réflexion sur la mort et le salut.

  • 117 AHSal., P 27, statuts de la confrérie Saint-Jacques, 1480.

« Laquelle messe finie, sera faicte procession par lesdits maistre, recteur et chappellains dudit hospital et par les confreres et conseurs, a l'entour dudit hospital, ayant chascun un cierge allumé en leurs mains. Lesquelx maistre, recteur et chappellains diront les sept psalmes penitenciaulx, et iceulx finis, sera dit et chanté a haulte voix Libera me Domine avec trois collectes et oroisons des trepassez. »117

  • 118 AHSaL, P 27. « Item, que lesdits confreres ayant ou devront avoir quatre hommes de ladite confrari (...)

81Dans le même esprit, la confrérie Saint-Jacques de Salins organise des processions lors des obsèques de l'un des siens. A cette fin, chaque année, ses membres élisent parmi eux quatre hommes appelés « enterreurs », dont le rôle consiste à porter les corps des confrères défunts à l'église et au cimetière118 Or, la bonne tenue des funérailles, la solidarité envers les mourants et les trépassés constituent une des œuvres de miséricorde qui s'ajoute à celles accomplies en application de l'Evangile de Matthieu.

  • 119 AHSaL, P 27. « Item doismaintenant et pour l’advenir, ont voussu et ordonné les confreres... un se (...)

82Solidarité et entraide caractérisent donc l'œuvre de toute confrérie : celle de Salins, s'engage prioritairement à assurer des obsèques décentes à chacun de ses membres. Son initiative dans ce domaine supplante même celle de la famille ou celle du clergé. Minutieusement prévues dans les statuts, elles ressemblent à celles organisées par d'autres confréries119. La mort d'un frère ou d'une sœur est annoncée par le crieur muni d'une clochette, afin que chaque confrère puisse réciter des oraisons pour le défunt et participer ensuite à la veillée funèbre. En l'absence de liens familiaux, le confrère, jusqu'à sa mort, peut être certain de ne pas être isolé.

  • 120 AHSaL, P 27. « Si aucun d'eulx est deffaillant ou reffusant pour l'espace d'un an entier de payer (...)
  • 121 Statuts de la confrérie Notre Dame la Petite de Rouen (1407) et de Saint-Jacques de Fécamp (1398). (...)

83Toutefois ouvertes à tous en droit, les confréries voient leur recrutement social limité par un facteur d'ordre financier. Chaque affilié verse un droit d'entrée de 5 sous accompagné d’une cotisation hebdomadaire, certes modeste, située à 2 engroignes à Salins120. Si cette somme modique permet de rassembler au sein de la confrérie, des individus issus d'horizons sociaux très divers, elle éloigne aussi les véritables indigents, ceux qui se montrent incapables de gagner leur vie. A ce propos, Catherine Vincent rapporte que certains statuts de confréries normandes exigent lors de l'admission que les confrères soient « de bons chrétiens, sans être hérétiques ». Ils doivent encore être « de bonnes mœurs et d'honneste conversation »121.

  • 122 Briod (A.), L'assistance des pauvres..., p. 113 et suiv. (chapitre concernant la laïcisation de l'a (...)

84L'essor des confréries illustre encore une évolution dans la conception de l'assistance ; l'exigence des laïcs se fait d'autant plus forte que le personnel se montre souvent défaillant. Des réformes s'imposent : les municipalités interviennent de plus en plus dans la vie hospitalière. Ce courant, déjà sensible au xive siècle, s'intensifie à la fin du xve siècle et surtout au début du xvie siècle. Zwingli affirme d'ailleurs la prédominance absolue de l'Etat sur l’Eglise dans le domaine de l'hospitalité122. L'assistance est devenue un enjeu politique.

Notes

1 Jean de Montaigu impose dans ses maisons du Saint-Sépulcre de Salins et de Montaigu, des éléments de la règle en vigueur au Saint-Esprit.

2 « ... Voici les règles que nous prescrivons... N'ayez rien en propre mais que tout soit commun entre vous... Nous lisons en effet dans les Actes des Apôtres : « Que tout était commun entre les premiers chrétiens, et qu'on distribuait à chacun selon son besoin. »... Que la femme qui fait profession de sainteté, craigne de déplaire à Dieu en voulant plaire criminellement à un homme... » Règles des moines... La Règle de saint Augustin (lettre 211), rédigée vers 397 pour le monastère d'Hippone, est retranscrite des p. 37-49.

3 ADD, B 2067, fondation de Bracon, 1327. « Lequel recteur, aultant qu'il plaira au dessus dit, aye la totale administration et gouvernement temporel et des biens dudit hospital. Lequel tous les ans, au jour de feste saint Michiel... rende compte de toute l'administration dudit hospital... »

4 ADD, B 2067, fondation de Bracon.

5 A. Briod cite le cas d’une veuve devenue rectrice, sollicitée en nouvelles noces par un certain Rolet Paczot ; le futur conjoint dut demander au conseil de la ville la possibilité de l'épouser. Après l'acceptation des conseillers, il obtint aussi la permission de devenir recteur aux côtés de son épouse. Briod (A.), L'assistance des pauvres..., p. 30.

6 « Que vos vêtements n'aient rien de remarquable ; ne cherchez pas à plaire par vos habits, mais par vos mœurs. Que vos voiles ne soient pas transparents et ne laissent rien voir de votre coiffure. Que vos cheveux ne paraissent pas et qu’on ne les voit pas flotter avec négligence... » Règle de saint Augustin, extrait de Règles des moines, p. 43.

7 ADD, B 2067, fo 5, fondation de Bracon. « ...Sinon que ce soit a la charge... de sa conscience et au péril de [son] ame. » La somptuosité du vêtement exprime le péché capital d'orgueil et la tentation de luxeure.

8 Le Grand (L.), Statuts d'hôtels-Dieu et de léproseries, p. 103, les statuts de l'hôpital de Troyes indiquent que les vêtements symbolisent le respect du vœu de pauvreté : « Le secont veu est povreté ; car personne qui tel veu fait, il laisse le monde et s'en va liement en Paradis, si comme fait uns pèlerins qui n'est pas chargiés, qui n'a que son bourdon et s'escharpe. » Lorsqu'il fonde l'hôpital du Saint-Sépulcre de Salins, Jean de Montaigu prohibe pour son personnel les couleurs voyantes et les étoffes de prix (AHSal., A 1). Les comptes de Jean Vauchart concernant les achats de tissu mentionnent de nombreuses pièces de drap gris (AHSal., II 1).

9 ADD, B 2067. « Au souppé, auront telle viande qui semblera pour le mieulx a ladite maistresse, et qui luy semblera le plus expediant. ».

10 ADD, B 2067, fondation de Bracon, 1327.

11 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500... » Société d'émul. de Montbéliard, fasc. 109, p. 26.

12 Taconnure : morceau de cuir.

13 ADD, B 2067, fondation de Bracon, 1327.

14 AMMbl, fonds de l'hôpital, E 10, comptes, 1494-95. Les serviteurs touchent des « estivaulx » ou bottes.

15 ADD. B 2067, fo 5.

16 AMMbl, fonds de l’hôpital, E 10, comptes, 1494-95.

17 Cuisenier (R.), “La vie d'une communauté vers l'an 1500... » Société d'émul. de Montbéliard, fasc. 109. Voir les comptes de l'hôpital de Montbéliard, AMMbl, E 10 et E 11.

18 Tine : 110 litres environ.

19 ADD, 53 J III 3. Il en est de même pour les religieuses, ainsi qu'en témoigne la prestation de vœux de Philipote Jacquinet : « Phelipotte, fille de feu Girardin Jacquinet de Castillon sur Saosne, diocese de Langres... prestane, requerans et acceptans, avons donner, ouctroyer, conférer, sy avons, conférons et ouctroyons par ces presentes, l’abbit de nostre dite religion ensemble de sa vie en nostre dit hospital, en recepvant son serement et promesse qu’elle a faict solennelement en nos mains... »

20 ADD, 53 J I 4a, fo 43, 1380. « Jehan, filz de feu Berthou du chastel de Vesoul... [donne] lui, son corps et tous ses biens meubles et non meubles, tous heritaiges, rentes, censes, prouffiz, droiz, usaiges et toutes choses a lui appartenant au Saint Esperit. » L’abbé Brune rapporte la formule de vœux : « Moi, (N.), je m’offre et me donne à Dieu et au Saint-Esprit et à nos seigneurs les malades, pour être leur serviteur tous les jours de ma vie. Je promets de garder la chasteté et de vivre sans biens propres. » Lorsque Philipote Jacquinet prononça ses vœux, elle fit « promesse... solennelement comme il appartiendra de vivre en obedience, chasteter, povreté, continuer de sa puissance sa vie durant le service des povres. » ADD, 53 J III 3.

21 Formule citée par l’abbé Brune, Histoire... du Saint-Esprit, p. 88.

22 Melchior de la Vallée, visiteur de l’ordre expliquait ainsi la symbolique de la croix au cours de sa visite de l’hôpital de Dijon : « La croix double signifie le mystère de la Sainte Trinité, parce que ses trois traverses ne forment qu’une croix unique. Les douze pointes représentent les douze apôtres qui ont prêché la croix par toute la terre. Cette croix est double aussi parce que les membres de notre ordre s’imposent un double fardeau, qui est de travailler à leur propre salut et de s'employer au soulagement de leurs semblables. » Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 98. Aug. Castan (BMBes., ms. 1849) relate la visite qu’effectua Melchior de la Vallée en 1596.

23 A la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, les frères du Saint-Esprit ne respectaient pas la Règle en ce qui concerne la décence de la tenue vestimentaire.

24 Plusieurs religieuses de Besançon sont connues : sœur Huguenette de Baume-les-Dames surnommée aussi sœur Franche (1345 et encore en 1370), sœur Clémence de Marnay (1413-1428), sœur Guillemette de Gouhenans.

25 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 91.

26 BMBes., ms. 1859, notes d'A. Castan.

27 ADD, 53 J VI 1.

28 « Sera tenu ledit maistre du Sainct Esperit recepvoir tous les enfants qu’on lui portera de jour comme de nuict, leur donner nourrices et les bien entretenir et alimentez. » Ordonnance des hôpitaux extraite de “Police du noble hostel consistorialz de Besançon”, Mém. et doc. inédits..., t. 13, p. 205-218.

29 « ...de faire traicter les malades par barbier, médecin et aultre. » Ordonnance des hôpitaux extraite de “Police du noble hostel consistorialz de Besançon”, Mém. et doc. inéd t. 13, p. 208.

30 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan qui rapporte la visite de Melchior de la Vallée. Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 104.

31 Il y a tout lieu de croire que ce contrat était renouvelable. Sœur Franche de Baume-les-Dames exerçait cette charge en 1345 et encore en 1370.

32 ADD, 53 J III 4, fo 137.

33 La maîtresse des pauvres doit obéir aux ordres « qui sont licites et honnestes ».

34 Puer : lessiver, laver.

35 Ordonnance des hôpitaux, “Police du noble hostel...”, Mém. et doc. inéd., t. 13, p. 205-218. Les comptes du Saint-Esprit de 1526 à 1529 témoignent d'achats de drogues effectués par Jeannette, maîtresse de l'hôpital, pour soigner les enfants de l'hôpital atteints de la rache. ADD, 53 J XVI 16.

36 Cet usage est fréquent. Les statuts de l'hôpital d'Angers stipulent qu'une femme trop jeune ou trop belle ne peut déjà devenir religieuse. Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 106, rapporte le chapitre LXXIX de la Règle : « Les sœurs ne doivent laver ni la tête ni les pieds des frères, ni ôter leurs chaussures, ni faire leurs lits... que les hommes servent les hommes, les femmes leurs compagnes, à moins de maladie et sur permission expresse du recteur. »

37 ADHS, 279 E suppl. 803, arrêt du Parlement de Dole, 1557. « Consequemment que en icellui hospital, seront ordinairement deux vieilles servandes pourtant la croix dudit ordre, l'une pour gouverner soignesement les malades et aultres povres, pour serevir aux aultres affaires dudit hospital. »

38 ADHS, comptes de 1572, 279 E suppl. 803.

39 ADD, 53 J III 4, fo numéroté 287. Etienne Milet (t 1519) a administré l'hôpital de Poligny entre 1482 et 1510. Brocard . Etablissements..., ann., t. II, p. 183.

40 Guillaume Bercy fut recteur de cette maison entre 1482 et 1504.

41 ADD, 53 J XVI 16, comptes, 1526-1529. « Au bergier, [III gros pour la garde de VIII vaiches et une genisse. »

42 ADD, 53 J III 1.

43 ADD, 53 J XVI 1, inventaire du Saint-Esprit, 1525. Deux coffres n'ont pu être ouverts, faute de clés ; l'inventaire a été exigé par les co-gouverneurs de Besançon, à cause de « la mauvaise administracion dudit hospital... les eschevins ont dereschiefz commis... commissaires pour visiter l'hospital du Sainct Esperit, pour faire inventaire des biens dudit hospital. Ledit inventaire fait, on commettra deux séculiers a l'administration des biens et pouvres de l'hospital, ne laissant aux religieux que le service divin », 25 juin 1525 (BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan).

44 AMBes., GG 424. Le coadjuteur seconde le recteur lorsque la charge d'administration qui lui incombe devient trop lourde, particulièrement en cas de maladie, d'infirmité ou de vieillesse. Ce fut par exemple le cas de Richard Guyot qui devint coadjuteur de Guillaume Bercy en 1504, « obstant sa debilité et qu'il ne est possible gouverner ou regir les affaires dudit hospital... »

45 L'ordre du Saint-Esprit est très hiérarchisé. Un cardinal protecteur est chargé chaque année de visiter l'hôpital de Sainte-Marie-in-Saxia à Rome et d'en corriger d'éventuels abus ; il lui appartient d'interpréter la règle et, éventuellement, de recourir au bras séculier pour son application. Il intervient ainsi naturellement dans les conflits qui surviennent entre différentes maisons de l'ordre et dans ceux qui sont susceptibles de les opposer au grand-maître. Ce dernier est le chef de l'ordre en entier et est élu par la communauté de Sainte-Marie-in-Saxia dont il est le recteur immédiat. En entrant en charge, il prête le serment énumérant tous les devoirs inhérents à sa fonction. Aux xiiie et xive siècles, le grand-maître est choisi le plus souvent parmi les simples frères puisqu'il n'est pas nécessairement un ecclésiastique. Son rôle, très lourd, consiste à administrer le temporel de l'ordre, et à veiller au bon maintien de la règle. Cette dignité de grand-maître devient considérable : il a à la cour, droit de préséance sur tous les généraux d'ordre. Le pape Eugène IV a rempli cette fonction de grand-maître. Un vicaire général supplée au grand-maître en cas d'absence prolongée de ce dernier. Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 74.

46 Règle citée par Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 82.

47 De nombreux recteurs d'hôpitaux suffragante, surtout au xve siècle, omettent de se rendre à ce chapitre pour mieux marquer leur volonté d'indépendance par rapport à la maison-mère. Les cas de Toul, Metz, Vaucouleurs, Neuchâteau sont particulièrement significatifs à cet égard.

48 ADD, 53 J III 1. Au xve siècle, Lambelet Vernier demande l'inventaire de l'hôpital de Chaussin.

49 ADD, 53 J I 3b, inventaire de Dole.

50 « Lorsque les frères seront réunis, que le prieur sorte en procession de l'église, accompagné d'un diacre et d'un sous-diacre revêtus. Arrivé dans la salle du chapitre, il entonnera le Veni Creator Spiritus, fléchissant trois fois le genoux avec les frères en répétant à chaque fois ce même verset ; puis on achèvera l'hymne. Ensuite, le diacre chantera l'Evangile selon saint Matthieu : Cum venerit Dominus in sede majestatis suae, et la procession retournera à l'église, tandis que les frères demeureront au chapitre. » Cet évangile, Mat. 25. 36-40, est inscrit en tête de la règle. Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 80.

51 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 76.

52 Pourtant lorsqu'il s'agit de régler de graves litiges, le grand-maître désigne quelquefois l'évêque ou son official. Ainsi en 1336, une action est intentée par l'officialité de Toul contre frère Richard de Neyves du Saint-Esprit, ordonné prêtre avant l'âge canonique et sans autorisation de l'ordinaire diocésain. ADD, 53 JI 8a, documents concernant l'hôtel-Dieu de Toul.

53 Archives du Saint-Esprit In Saxia, livre 22, cité par Brune (abbé). Histoire... du Saint-Esprit, p. 76, note 4.

54 Le nombre des frères et des sœurs devrait être proportionnel au nombre d’assistés reçus ; or il n’en n'est rien. Si l’hôtel-Dieu de Paris compte en 1220 trente-huit frères et vingt-cinq sœurs, celui de Tonnerre en abrite treize, ceux de Rodez et d'Amiens, six. En revanche, pour reprendre l'expression de M. Mollat, « on reste confondu devant l'importance du personnel de l'hôpital d'Aubrac en 1318 : cent vingt frères, auxquels s'ajoutait un certain nombre de sœurs et d'oblats. » Mollat (M.), Les pauvres au Moyen-Age, p. 183. Dans la plupart des maisons-Dieu du diocèse, si l'on excepte les hôpitaux de Besançon et de Salins, une ou deux personnes seulement administrent les domaines et soignent les malades. Elles sont aidées dans leur tâche par un personnel temporaire.

55 L'acte de fondation du Saint-Sépulcre énumère scrupuleusement le personnel religieux qui doit vivre au sein de l'hôpital. Jean de Montaigu exige que les chapelains soient au nombre de cinq en 1431. En 1438, il augmente leur nombre à huit, mais en 1454, il rappelle que son établissement est déjà fondé pour les pauvres avant d'exister pour les religieux. Il envisage d'en diminuer le nombre. AHSal., A l, B et B 7. Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 272 : on peut accepter d'augmenter le nombre de religieux dans l'intérêt financier de l'établissement, notamment quand les frères apportent avec eux une dot substantielle.

56 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 1 17.

57 ADD, 53 J XVI 1, inventaire du Saint-Esprit, 1525.

58 Il ne sera ici évoqué que les manquements au Saint-Esprit.

59 La situation observée à Besançon n’est pas unique. D'une manière générale, la discipline pâtit d'un laisser-aller : « Dès la fin du xve siècle, on constate un relâchement très accusé dans la conduite du personnel. A Paris, les religieux hospitaliers s'absentent sans demander d’autorisation ; ils s'injurient en pleine salle des malades ; les relations entre frères et sœurs, jusque là une exception, augmentent en nombre et en gravité. » Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 284.

60 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 110.

61 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, pages 110 à 113. Les péchés d'avarice et d'orgueil sont régulièrement dénoncés dans la littérature. Ainsi, dans un conte pieux du xiiie siècle, Le chevalier au barisel, un seigneur orgueilleux qui ne craignait ni Dieu, ni homme, fut condamné par un ermite à porter un petit baril autour du cou. Sa pénitence fut accomplie lorsque le baril fut rempli. Fabliaux et contes du Moyen-Age, p. 153-174.

62 ADD, 53 J III 1, compte-rendu des chapitres. « Que aulcungs d'iceulx maistres, recteurs et freres ne soient si hardiz que de pourter cheveulx quarrees, ains soyent ronds avec tonsures assez de bonne largeur. » (1534) « Et quant aux habiz dissoluz que pourtent les freres conventuelz, tant en bonnets, robes soyeus fourrez en maniere de martres, chausses couppees ayant gerretieres de soye a tel couleur, souliers descouvert et cournu. » (1536) Voir Brocard, Etablissements..., ann., t. II, pages 92-93.

63 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 1 12.

64 ADD, 53 J I 6a. Pierre Crapillet évoque également que « XV jours apres la Trinité, se doit consacrer [l'église] en grant solennité au plaisir de Dieu. » Il promet enfin d’être auprès de Lambelet Vernier le dimanche suivant. Aussi, le prie-t-il de le tenir excusé pour cette fois. La correspondance échangée entre Pierre Crapillet et Lambelet Vernier s'échelonne sur une période allant de 1457 et 1462. Les registres rendant compte de la tenue des chapitres annuels mentionnent l'obligation formelle d'assister aux réunions annuelles. « Item comparistront lesdits maistre et recteurs au chappitre prouchain, saulfz leurs excuses legitimes, sur peine d'estre declairer innobediens. » ADD, 53 J III 1, tenue annuelle du chapitre, 1534.

65 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1536. « Pour ce que anciennement, souloit avoir une courtine tendue a la porte de l'entree de cueur, est chose honneste, la continuez et en y mectre une, et ce sera a la louange de Dieu... Item, soit mis ordre aux habiz de l'eglise, tant en corporal, chappes, aubes, amys, que aultres, affin qu'ilz soient tenuz. blanc et nect. »

66 Une prison est mentionnée « derrière les estableries ». Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 157.

67 ADD, 53 J I 4a, cartulaire de l’hôpital de Gray, fo 43, 1380. « [En] ladite religion desdiz freres meneurs... frere Jehan... pour cause de ladite religion estoit comme mort, qui ne povoit ne devoit tenir ni possider heritaiges. »

68 ADD. 53 J III 1, chapitres.

69 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

70 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1534. Le recteur rappelle « qu’il n'y aye aulcungs [frère] qui ne soit si hardi de sortir ny aller hors de sadite maison et hospital, sans pourter la croix et enseigne de l'ordre... L'on deffend a tous religieulx de non sortir hors de ladite maison et passer oultre les limites anciennes que sont les quarrés et croix de costé du treulle et de la grange, et d'aultre costé devers la rue de Giere et quarré de la maison de Torpe. »

71 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1534. « Pour la treizième fois, que Dieu ne veulle, seront incarcéré pour six sepmaines et mis a pain et a l'eaul. »

72 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1536. « Au moyen duquel s'est fendue l’oreille, et grosse effusion de sang par une play faicte en sa teste a ung doigz pres du cop mortel qu'est derriere l'oreille. » Dans la marge, on peut lire : « Soit corrigez selon noz reigles, ains et a l'arbitre de nostre supérieur. »

73 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 114.

74 ADD, 53 J III 1, chapitre de 1536.

75 La règle du Saint-Esprit comme celle de saint Augustin reprend des propos de l’Evangile de Matthieu 18, 16 : « Si ton frère vient à pécher, va, reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu auras gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes, pour que toute affaire soit établie sur le dire de deux témoins ou de trois. S’il ne les écoute pas, dis-le à l’Eglise, et s’il n’écoute pas non plus l’Eglise, qu'il soit pour toi comme le païen et le publicain. En vérité je vous le dis : tout ce que vous lierez sur la terre se trouvera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre se trouvera délié dans le ciel. »

76 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 274.

77 Brune (abbé), Histoire... Saint-Esprit, p. 383.

78 L'emprise de la famille est très forte. Le 23 juillet, Etienne Milet acense à Jean Milet dit Chauvirey, la maison du Saint-Esprit située Grant-Rue à Arbois contre une somme de 20 francs. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 164.

79 ADD, 53 J III 4. « ...pour icelluy instruyre en l'art et practique de notayrie selon le art de la court de Besançon et lui monstré de son pouvoir, comme il est de coustume monstrer aux clercs vivant et demourans en ladite practique, et ce pour le prix et somme de vingt quatre francs monoie courant ou conté de Bourgoingne. »

80 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

81 Claude Buffet fut recteur du Saint-Esprit de Besançon de 1529 à 1545.

82 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan. Frère Jacques Bartholomot décède en septembre 1531. Il était devenu recteur en mai de la même année, suite à la résignation de frère Vernier Truche. On peut cependant s'interroger à propos de la courte durée du rectorat de frère Jacques Bartholomot, car il existe un conflit autour de l'obtention du gouvernement de la maison de Gray. En août 1531, peu de temps avant la mort de Jacques Bartholomot, frère Guillaume Colin se fait pourvoir à Rome par le Grand-Maître, des rectorats de Gray et de Saint-Julien. Par son acte, Guillaume Colin remet en cause l'autorité du gouverneur de Besançon, Claude Buffet, sur ses hôpitaux suffragante.
Gauthier (J.), Notice sur l'hôpital du Saint-Esprit de Gray.

83 Claude Buffet le Jeune fut recteur au Saint-Esprit de Besançon entre 1545 et 1573.

84 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan. Pierre Arnault fut sanctionné pour les dérèglements de sa vie.

85 La nomination de Jean Buffet écarte du rectorat de Besançon frère Melchior de la Vallée, ancien religieux de Toul, devenu par la suite visiteur général de l'ordre.

86 A de nombreuses reprises, les co-gouverneurs de Besançon dénoncent au début du xvie siècle la difficulté pour les pauvres d'obtenir une nourriture suffisante.

87 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

88 ADD, 53 J I 1. « Or est que de long temps, les antecesseurs dudit suppliant maistre de ladite maison et hospital du Sainct Esperit dudit Besançon, par obliance ou aultrement, n'ont instituer ny deleguer en iceulx hospitaulx aulcun maistre ou recteur, excepté en l'hospital dudit Sainct Julien duquel ledit suppliant a joyr. Et quant aux aultres hospitaulx, sont presentement tenus et possedez par prebstres seculiers, ayant d'iceulx prins la possession sans consentement dudit supplians. »

89 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

90 « Surquoy, congneue la mauvaise administration dudit hospital... ont derechief commis pour faire inventaire de tous les biens dudit hospital. » BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

91 BMBes., ms. 1859, notes de A. Castan.

92 La Police du noble hostel consistorial rassemble dans un recueil, divers règlements en usage à Besançon au début du xvie siècle dans les différents domaines de la vie de la cité. Le texte original n'a pas été conservé ; le document qui nous est parvenu est une copie de 1583 effectuée par le calligraphe Hugues Deschamps. Il retranscrit des lois antérieures rédigées sans doute et compilées vers 1528-1529. Le registre se divise en neuf livres et le cinquième se consacre intégralement à l'hygiène et à la médecine. Il comprend des ordonnances concernant les médecins, les apothicaires, les poudres et les épices, les barbiers et chirurgiens, la peste, les hôpitaux, « les crys qui sont a faire pour obvier l'infection des corps », les lépreux. En outre, certains règlements précisent ce que le trésorier de la ville doit donner « aux malades » ; ils indiquent encore les jours où les lépreux peuvent entrer dans la cité et quelles sont les obligations du chapelain de la Vèze. Ce document forme le t. 13 des Mém. et doc. inédits... (“Ordonnance des hôpitaux”, p. 205 et suiv.).

93 ADD, 53 J XVI 1. La maison du febvre est une dépendance de l’hôpital du Saint-Esprit de Besançon, signalée dans les inventaires de 1525 et 1529. En 1525, 24 lits sont réservés aux religieux et 38 aux pauvres de l'hôpital ; il faut y ajouter 7 lits à l'hôpital Saint-Jacques (2 sont réservés au médecin et au barbier) et 7 lits à la maison du febvre. D'après l'ordonnance, les contagieux sont logés dans cette dernière « jusqu'à ce que faicte sera une aultre maison ». « [L'hôpital] les fournira de feug, lictz, linceulx et couvertes, tiendra femme pour les penser bien et dehument, et s'ilz y meurent, les fera tirer hors par noz enterreurs et commis a celle fin inhumer. »

94 « Et pour ce que plusieurs plaintifz nous osnt esté faict du maulvais traictement que font aucune fois lesdietz maistres auxdietz pouvres. » “Ordonnance des hôpitaux”, Mémoires et docuements inédits..., t. 13, p. 205 et suiv.

95 AHSal., F 21. Déjà en 1394, les échevins du Bourg-Dessous de Salins avait dénoncé les agissements du maître de l'hôpital Saint-Bernard et avait prévu de le faire surveiller par des servantes leur étant assermentées.

96 La maison de Velotte appartient à la cité. Les échevins obligent le maître à envoyer les pauvres à Velotte, Valentin et Ecole. « Esquelx lieux sont menés tous pauvres tant de la cité qu'estrangiers. » En revanche, les « pauvres malades caduques et anciens de la cité qui ne peulvent aller, ilz demeureront aux hospitaulx de la cité ».

97 AMBes., BB 21, 1540.

98 BMBes., ms. 1017, fo 51, vo 52. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 102-103.

99 AMBes., BB 26, folios 115 vo, 116 et 116 vo.

100 AMBes., BB 27, fo 226. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 107-108.

101 Clément VIII, devant les désordres et les hérésies qui secouent le Saint-Esprit, demande à tous les chefs de l'ordre de faire visiter les hôpitaux. Le Grand-Maître délègue Melchior de la Vallée, ancien religieux de Toul, pour visiter, en qualité de vicaire général, les hôpitaux de France, d'Allemagne et de Pologne.

102 La visite de Melchior de la Vallée est relatée dans Brune, (abbé), Histoire...du Saint-Esprit, p. 247.

103 L'intervention municipale dans les affaires hospitalières était déjà très marquée dans d'autres établissements que ceux du Saint-Esprit, notamment à Arbois, Salins, Montaigu et Montbéliard.

104 ADHS, 279 E suppl. 803, arrêt du Parlement de Dole. « Et pour la perpétuelle et plus soigneuse observance des choses susdites, le mayeur dudit Gray present et advenir, avec l'un des eschevins, encoire deux des prochains et notables voisins dudit hospital, le visiteront tous les ans deux fois pour le moins et autrement, comme les cas le requerront et sans fraiz pour scavoir s'il y aura faulte a ce que dessus, et y faire pourveoir par raison gardez plus seurement, comme aussi seront inventoriez les calices, reliquaires et sainctuaires et laissez audit maistre, moyennant que desdits inventaires, lesdis maire dudit Gray et procureur en auront copie pour les ayder a conserver audit hospital... »

105 ADD, 53 J I 4b.

106 Brune (abbé), Histoire... du Saint-Esprit, p. 222.

107 Mollat (M.), Les pauvres au Moyen-Age, p. 330.

108 Matthieu 22, 34-41 ; Marc 12, 28-31 ; Luc 10, 25-28. « Un pharisien questionne Jésus : “Maître, quel commandement est le plus grand dans la loi ?” Il lui déclara : “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu avec tout ton cœur, et avec toute ton âme, et avec toute ta pensée. C'est là le plus grand et le premier commandement. Le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. A ces deux commandements, toute loi est suspendue ainsi que les prophètes”. »

109 Grand (comm.), Histoire d'Arbois, p. 225 et suiv. Les archives de l'hôpital conservées aux archives municipales d'Arbois font état d'une petite confrérie du Saint-Esprit. Celles du Saint-Esprit de Besançon en conservent la trace dans un document de 1371. ADD, 53 J XXIII 1.

110 ADD, 53 J IV 1. « [En 1529], plusieurs confraries se desservent en ladite eglise : assavoir du Sainct Esperii, de sainct Adrian, de Sainct Cosme et sainct Damyen, de sainct Crespin et Crespinien, ensemble et avec la messe dicte... des bouchiers, que se dict et celebre en ladicte eglise a l'haultel de Nostre Dame le Gessine, tous les lundis de l'an par lesdits religieux... »

111 AHSal., P 27, statuts de la confrérie Saint-Jacques, 1480.

112 Il est à noter que les officiers de la grande saline ont demandé à ce que les hôpitaux de Salins reçoivent préférentiellement les pauvres ouvriers. Les locaux de l'hôpital du Saint-Sépulcre jouxtent ceux de la saunerie.

113 Vincent (C.), Des charités bien ordonnées, Paris, p. 151 et suiv.

114 ADD, 53 J VI 4, 1480. La précision avec laquelle les fondateurs règlent les offices qu'ils créent n'est pas propre aux confréries. Ainsi, en 1480, la corporation des bouchers institue une messe au Saint-Esprit du Besançon. « Nous, mehus de dévotion, desirons de tous noz povoirs et aux saluz de noz ames et des ames de feurent noz peres et meres... fondons, instituons... une messe haulte a note en honneur de la glorieuse Vierge Marie mere de Dieu, et en l'eglise du Sainct Esperii de Besançon, en la chapelle et aulter de Noster Dame la Gessine, a dire et celebrer chascung lundi de l'an perpetuelment, aux livres, calices, ornemens et luminaires de ladite eglise... laquelle messe sera sonnee a la grosse cloche a bransle et trezelee... » L'hôpital percevra pour cet office, célébré un peu avant l'heure de prime, une rente annuelle de 6 livres estevenantes auxquelles il faut ajouter 20 sous estevenants de rente annuelle pour la sonnerie.

115 AHSal., P 27, statuts de la confrérie Saint-Jacques, 1480. « Le lendemain dudit jour, pour le Refrigere des trespassez, sera celebree une messe de Requiem a haulte voix, pour le remede et salut des confrères deffuncts ; en laquelle messe seront tenuz assistez tous lesdits confrères de ladicte confrarie, hommes et femmes, sur peine de six deniers estevenans..., si n'y a excuse legitime... » Ce système d'amendes existait pour les chapelains du Saint-Sépulcre. Peu après la fondation de l'hôpital en 1431, le recteur Martin Gruart l'imposa aux religieux qui manqueraient les offices sans excuse légitime. AHSal., B 7.

116 La confrérie Saint-Jacques de Salins organise sa procession autour de l'hôpital, donc géographiquement près des salines.

117 AHSal., P 27, statuts de la confrérie Saint-Jacques, 1480.

118 AHSaL, P 27. « Item, que lesdits confreres ayant ou devront avoir quatre hommes de ladite confrarie qu'ilz seront esleuz par la plus grand partie desdits confreres, lesquels s'appelleront enterreuss... Lesquelx enterreurs seront tenuz de porter les corps des confreres deffunctz a l'eglise et iceulx inhumer ou intumuler, moyennant salaire competant selon qui sera ordonné et statué par lesdits confreres ou la plus grand partie d'iceulx. »

119 AHSaL, P 27. « Item doismaintenant et pour l’advenir, ont voussu et ordonné les confreres... un service general, selon que l'on fait aux aultres confréries. »

120 AHSaL, P 27. « Si aucun d'eulx est deffaillant ou reffusant pour l'espace d'un an entier de payer lesdits deux engrougnes, en ce cas totalement, seront privés de ladite confrarie. »

121 Statuts de la confrérie Notre Dame la Petite de Rouen (1407) et de Saint-Jacques de Fécamp (1398). Vincent (C.), Des charités bien ordonnées, p. 220-221.

122 Briod (A.), L'assistance des pauvres..., p. 113 et suiv. (chapitre concernant la laïcisation de l'assistance).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search