Version classiqueVersion mobile

La Nature du socialisme

 | 
Vincent Bourdeau
, 
Arnaud Macé

Partie II. Héritages naturalistes et recomposition des socialismes après 1848 : en France

Les tenailles d’acier de la nécessité Taine, une naturalisation de l’histoire

Frédéric Brahami

Texte intégral

  • 1 Taine, Essai sur Tite-Live, 1858, Préface, p. vii.

1« L’homme […] n’est pas dans la nature “comme un empire dans un empire”, mais comme une partie dans un tout ; et les mouvements de l’automate spirituel qui est notre être sont aussi réglés que ceux du monde matériel où il est compris1. » Ce n’est pas Spinoza qui écrit cette phrase, mais Taine, dans la Préface de son Essai sur Tite-Live, lequel se donne explicitement pour une application, sur un cas particulier, de la thèse spinoziste selon laquelle l’homme, être intégralement naturel, est l’objet d’une science elle-même naturelle.

  • 2 Entendez dans la critique littéraire et dans l’esthétique.
  • 3 Ibid. Sur le spinozisme de Taine, et le sens qu’avait la revendication spinoziste dans le contexte (...)

Spinoza a-t-il raison ? Peut-on employer dans la critique2 des méthodes exactes ? Un talent sera-t-il exprimé par une formule ? Les facultés d’un homme, comme les organes d’une plante, dépendent-elles les unes des autres ? Sont-elles mesurées et produites par une loi unique ? Cette loi donnée, peut-on prévoir leur énergie et calculer d’avance leurs bons et leurs mauvais effets ? Peut-on les reconstruire, comme les naturalistes reconstruisent un animal fossile ? Y a-t-il en nous une faculté maîtresse, dont l’action uniforme se communique différemment à nos différents rouages et imprime à notre machine un système nécessaire de mouvements prévus ?
J’essaye de répondre oui, et par un exemple3.

  • 4 C’est dans son ouvrage polémique Les philosophes français au xixe siècle, 1857, que Taine « réfute  (...)
  • 5 Les philosophes classiques du xixe siècle en France, 1868, p. 73.

2Pour que l’homme puisse enfin devenir objet de science, il faut nécessairement dépasser le dualisme du sujet et de l’objet, tel qu’il a été élaboré dans la pensée moderne, de Descartes au spiritualisme français incarné par Cousin. Selon cette tradition, le sujet pensant échappe à l’emprise des sciences positives, parce que la pensée est l’attribut d’une substance spirituelle – l’âme –, origine elle-même inconnaissable de toute connaissance. Certes l’âme se connaît, mais elle se connaît intuitivement, par une sorte d’expérience métaphysique radicalement hétérogène à la manière dont l’esprit connaît les choses du dehors. C’est que l’âme, la conscience, le moi sont posés comme des êtres, des entités réelles pour qui et par qui l’expérience prend son sens, de sorte que la science positive ne peut pas porter sur elle. Mais il y a plus grave, car la métaphysique classique, en posant la réalité ontologique de l’âme comme substance spirituelle, obère la science de plusieurs manières : non seulement elle jette un interdit a priori sur la connaissance de l’esprit humain, de la nature humaine donc, c’est-à-dire qu’elle rend a priori impossible la constitution d’un psychologie scientifique4, mais encore elle fragilise radicalement la scientificité positive en général, puisqu’elle postule que la détermination des lois mêmes de la nature dépend de la structure a priori de notre âme, des lois de la raison qui se saisissent des matériaux donnés dans la sensibilité et leur donne seule une signification. Surtout, elle empêche la constitution d’une psychologie scientifique parce qu’elle postule que l’âme, hétérogène à la nature, est libre : elle a en elle la faculté d’initier absolument, ex nihilo en quelque sorte, ses actes. Si l’âme existe comme réalité spirituelle en soi, elle est par nature étrangère à tout déterminisme. En somme, la métaphysique classique, par le seul fait d’absolutiser le moi, d’en faire l’attribut essentiel d’une âme spirituelle, subjectivise notre connaissance du monde elle-même, et c’est pourquoi selon Taine la philosophie d’un Biran ou d’un Cousin se déploie, jusqu’au milieu du xixe siècle, à côté du développement pourtant prodigieux des sciences positives, sans rien avoir à en dire, sans être capable de les penser, de déterminer leur statut théorique, et se contente, morte vivante, de proférer depuis la chaire ses vacuités sublimes. Car s’il est vrai, comme nous l’apprend la science, qu’« Il n’y a dans le monde que des faits et des rapports nécessaires », il s’ensuit que « quand on transforme ces relations et ces nécessités en petits êtres, on fabrique des entités à la façon des scolastiques ; on voit quelque chose de vague et d’abstrait qu’on déclare spirituel ; on finit par soutenir que le monde réel n’est qu’une apparence5 ».

3 La métaphysique classique qui se parachève dans le spiritualisme français du xixe siècle a donc pour résultat apparemment paradoxal, mais parfaitement inévitable, de relativiser la science en la faisant dépendre de l’absolu de l’âme humaine, de rendre opaque le sujet pensant en en faisant le principe de la connaissance, d’ignorer tout de la science en se prétendant reine des sciences.

4La situation actuelle (milieu du xixe siècle) a ceci de singulier que, pour la première fois dans l’histoire de la pensée les sciences se constituent et progressent sans aucune assise philosophique, et donc de manière dispersive. Dès lors, la tâche de la philosophie est claire : ne plus assigner, de manière impériale et depuis une position de surplomb, ses objets et ses méthodes à la science, mais au contraire se mettre à l’école de la science, comprendre le type de rationalité mise en œuvre dans les sciences positives, qu’il s’agisse des sciences de construction (les mathématiques) ou des sciences naturelles expérimentales. À partir de là, entreprendre une métaphysique positive, entendue désormais comme une « science de la science ».

1. La science

  • 6 Ibid., p. 36.

5Qu’est-ce donc que la science ? D’abord, la science n’est pas la philosophie. En effet, « Un philosophe atteint toujours son but. Rien de plus pliant que les faits ; rien de plus aisé qu’un système6 ». Aussi, la science se caractérise-t-elle par la décision de ne pas plier les faits au système, mais de ne venir (éventuellement) au système que depuis les faits. À cet égard-là du moins, Taine s’inscrit résolument dans la tradition empiriste (c’est-à-dire pour lui positiviste), il suit « les lignes anglaises » de la science, de sorte que son interlocuteur privilégié sera John Stuart Mill, auquel il consacre une étude publiée en 1864.

6La première leçon de l’empirisme britannique issu de Locke est la destruction définitive de la notion de substance. L’objet de la science n’est pas un être ou, plus exactement, un être n’est rien d’autre que la somme des phénomènes et leurs relations :

  • 7 Le positivisme anglais. Étude sur Stuart Mill, op. cit., p. 28. Sur les rapports complexes de Taine (...)

[…] une chose n’est pour nous qu’un amas de phénomènes. Ce sont là les seuls éléments de notre science : partant, tout l’effort de notre science sera d’ajouter des faits l’un à l’autre, ou de lier un fait à un fait7.

  • 8 Ibid., p. 55.
  • 9 Ibid., p. 60.

7L’essence des choses, leur nature intime, la force qui les fait être et produire leurs effets, est inconnaissable. La science ne se construit que quand, contre la métaphysique, elle a fait son deuil de la substance, pour ne s’en tenir qu’aux qualités, aux apparences réglées des phénomènes. D’où il suit, puisque seuls les phénomènes livrés par l’expérience sensible nous sont donnés, que la science ne saurait être déductive, mais seulement inductive. La déduction n’est jamais qu’une reconstruction a posteriori d’un raisonnement qui porte sur le particulier et va au particulier. Le syllogisme n’enveloppe aucune scientificité, il est, au mieux, un registre de l’expérience. Ainsi, quand je dis « tous les hommes sont mortels, le prince Albert est un homme, le prince Albert est mortel », je ne raisonne pas en réalité du général au particulier, je ne découvre pas que le prince Albert est mortel à partir de prémisses rationnelles. Car le vrai principe qui me donne lieu de conclure que le prince Albert est mortel est que j’ai observé que Pierre, Jean et Thomas sont morts, que tous les hommes jusqu’à présents sont morts, d’où j’infère, inductivement, que tous les hommes sont mortels. C’est pourquoi « l’induction est la seule clef de la nature8 » L’induction est la découverte du général à partir du particulier. Certes, elle suppose que le cours de la nature est uniforme, mais elle ne part pas dogmatiquement de ce postulat, elle y arrive. Ainsi l’expérience ne présuppose rien hors d’elle-même. L’expérience est la pierre de touche de l’expérience9.

8Cet empirisme enfin écarte résolument toute conception mystique ou magique de la causalité. C’est là le point essentiel pour ce qui concerne le statut de la science dans ses rapports conflictuels avec la métaphysique :

  • 10 Les philosophes classiques, op. cit., Préface, p. vi.

Il y a toute une classe de choses, substances, essences, causes, natures, forces, qu’on nomme êtres métaphysiques, et qui, en effet, sont la matière de la métaphysique. Tous ces noms se réduisent à un, qui est celui de cause ; car ils désignent tous je ne sais quoi d’inconnu et d’intime, qui produit et explique les propriétés et les changements des objets. La science a pour but de trouver la cause de chaque objet, et la cause des causes qui est celle de l’univers10.

  • 11 Le positivisme anglais, op. cit., p. 63.
  • 12 Ibid., p. 65-66.

9Or, à la suite de Hume et de Comte, et mieux qu’eux, Stuart Mill a révolutionné la théorie de la causalité : la cause n’est rien d’autre que l’antécédent invariable. La cause réelle est et n’est que la série des conditions par lesquelles un phénomène apparaît. Taine refuse explicitement la distinction entre cause et conditions. Par suite, la nécessité n’est rien d’autre que la totalité des conditions, qui les rend suffisantes. « Succéder sans conditions, voilà toute la notion d’effet et de cause11 ». Aussi, la cause n’est-elle pas un fait qui en engendre un autre, mais un fait qui en accompagne un autre. Dès lors, il devient possible de mettre en œuvre les méthodes capables de découvrir les causes d’un phénomène quelconque. Il y en a quatre, et quatre seulement : concordance, différence, résidus, variations concomitantes12. La détermination de chaque type de cause procède par l’artifice de l’élimination, et doit être appliquée selon que le requièrent les circonstances plus ou moins favorables dans lesquelles se trouve l’objet qu’il s’agit d’appréhender.

  • 13 On trouvera exactement la même critique de la doctrine millienne de l’induction et de ses effets sc (...)
  • 14 Le positivisme anglais, op. cit., p. 100-101.

10Ainsi entendues, les sciences positives sont bien assises, et la méthode qu’elles emploient les rend fécondes. Et pourtant, bien que cette méthode soit la seule efficace, bien que les sciences procèdent en effet comme le décrit Mill, les positions philosophiques qu’il en déduit, pour inverses qu’elles soient de celles du spiritualisme, sont en réalité tout aussi arbitraires. Taine retient donc de Mill son épistémologie, mais rejette la philosophie de la science qu’il croit devoir en tirer. L’induction en effet ne permet jamais d’affirmer la nécessité des relations entre les faits, puisque selon Mill l’induction signifie que ce qu’on appelle nécessité n’est que le constat d’une régularité qui se trouve n’avoir pas été encore démentie. Qu’il doive en être ailleurs comme ici, que demain il en sera comme aujourd’hui n’est alors qu’un postulat gratuit. Si bien que l’empirisme ôte au réel sa rationalité, et enfonce la science dans le scepticisme13. La science n’est possible pour le positiviste qu’en tant qu’elle enregistre des constances. Cet empirisme enferme la science à l’intérieur d’un espace sévèrement borné14. La nécessité n’en est une qu’à nos yeux, et l’on dépasse indûment l’expérience quand on dit qu’il est en soi nécessaire que tout corps est pesant. Car nos nécessités reposent sur des faits primitifs dont on ne peut rendre scientifiquement raison. Plus radicalement, la loi selon laquelle tout est nécessaire n’enferme pas en elle-même sa propre nécessité :

  • 15 Ibid., p. 102. Autre formulation : « Nous ne pouvons établir entre les faits aucune liaison univers (...)

[…] la loi qui attribue une cause à tout événement n’a pour elle d’autre fondement, d’autre valeur et d’autre portée que notre expérience. Elle ne renferme point sa nécessité en elle-même ; elle tire toute son autorité du grand nombre des cas où on l’a reconnue vraie ; elle ne fait que résumer une somme d’observations [… ]15.

  • 16 Ibid., p. 109.

11La science, d’après l’interprétation qu’en donne le positiviste, se trouve ainsi suspendue entre deux abîmes16, un abîme de hasard (le hasard de l’origine) et un abîme d’ignorance (l’ignorance de la totalité). À l’inverse, la science selon Taine n’est ni empiriste ni utilitariste. C’est pourquoi il renvoie dos à dos les spiritualistes et les positivistes qui tous deux, quoi que diamétralement opposés, se situent bel et bien sur le même cercle :

  • 17 Philosophes classiques, op. cit., Préface, p. vii.

Les spiritualistes relèguent les causes hors des objets, les positivistes relèguent les causes hors de la science. Réunis sur le principe et divisés sur les conséquences, ils s’accordent à situer les causes hors du monde ordinaire pour un faire un monde extraordinaire et à part, avec cette différence que les spiritualistes croient pouvoir connaître ce monde et que les positivistes ne le croient pas17.

12L’utilitarisme de Mill est donc la philosophie naïve ou spontanée des savants, comme le spiritualisme est la philosophie des prêtres et des gouvernements réactionnaires. Certes, l’utilitarisme ne nuit pas au savant, mais c’est une philosophie étroite, incapable de satisfaire aux exigences réelles de l’intelligence. Au bout du compte, le positivisme est lui aussi un subjectivisme, un relativisme, une philosophie mutilée, une métaphysique scientiste, comme le spiritualisme est une métaphysique moraliste.

  • 18 Le positivisme anglais, op. cit., p. 124 : « On prouve un fait, dit Aristote, en montrant sa cause. (...)

13Les causes, aux yeux de Taine, ne sont pas des formules toutes verbales par lesquels le savant résume l’enregistrement des concomitances phénoménales. Il y a une raison explicative des phénomènes. Il y a bel et bien une cause qui explique que tous les hommes sont mortels, ou que la lune tourne autour de la terre. Si je sais que le prince Albert est mortel, ce n’est ni parce que je l’ai déduit de la proposition universelle « tous les hommes sont mortels », ni parce que j’ai vu que Pierre, Paul et Jacques étaient morts. C’est parce que le corps humain est un corps vivant, et qu’il appartient à la nature organique de se dissoudre. Ce n’est donc pas l’observation des événements répétés mais la connaissance des lois de la vie qui est la preuve de la mortalité du prince Albert18. Cette cause est réelle, elle opère réellement dans les choses, et l’on peut s’assurer de la réalité objective de sa nécessité.

  • 19 Ibid., p. 138-139.

Il y a une force intérieure et contraignante qui suscite tout événement, qui lie tout composé, qui engendre toute donnée. Cela signifie, d’une part, qu’il y a une raison à toute chose, que tout fait a sa loi ; que tout composé se réduit en simples ; que tout produit implique des facteurs ; que toute qualité et toute existence doivent se déduire de quelque terme supérieur et antérieur. Et cela signifie, d’autre part, que le produit équivaut aux facteurs, que tous deux ne sont qu’une même chose sous deux apparences ; que la cause ne diffère pas de l’effet ; que les puissances génératrices ne sont que les propriétés élémentaires ; que la force active par laquelle nous figurons la nature n’est que la nécessité logique qui transforme l’un dans l’autre le composé et le simple, le fait et la loi. Par là nous désignons d’avance le terme de toute science, et nous tenons la puissante formule qui, établissant la liaison invincible et la production spontanée des êtres, pose dans la nature le ressort de la nature [… ]19.

  • 20 Ibid. p. 105.
  • 21 Durkheim me semble avoir saisi précisément la position philosophique de Taine en l’inscrivant dans (...)
  • 22 Ibid. p. 113.
  • 23 Ibid. p. 114.
  • 24 Voyez sur James : David Lapoujade, William James. Empirisme et pragmatisme, Paris, Les empêcheurs d (...)
  • 25 Le positivisme anglais, op. cit., p. 134.

14Contre le spiritualisme qui noie le réel sous le vague de ses facultés chimériques, mais également contre le positivisme qui réduit la science à la formulation des constances et des variations réglées, et fait du réel « un monceau de faits20 », Taine est radicalement rationaliste21 : il affirme l’effectivité du principe de raison suffisante. Simplement, cette raison se donne à lire à même les choses ou plus exactement à même la saisie des relations entre les choses. Sa position peut à première vue sembler aberrante, puisque ce rationalisme tout classique va avec l’affirmation parfaitement nette d’un empirisme intégral. Il est évident en effet que nous ne savons rien de l’en soi des choses. Les faits, qui sont l’objet et le matériau de la science, ne sont pas des calques ou des reproductions mentales des choses. Taine revendique très fermement son adhésion à la théorie des idées représentatives, contre la philosophie écossaise du sens commun. Il partage donc avec Locke, Hume, Condillac, Comte et Mill l’idée selon laquelle nous n’avons jamais affaire qu’à nos représentations, et non aux choses mêmes. Mieux, il radicalise le phénoménisme qu’enveloppe l’empirisme des modernes : « l’homme n’aperçoit que ses états intérieurs tout passagers et isolés22 ». Il n’y a pas de substance mais seulement des systèmes de faits : « il n’y a ni esprit ni corps, mais simplement des groupes de mouvements présents ou possibles, des groupes de pensée présents ou possibles23 ». On peut même se risquer à dire qu’il anticipe sur les vues de l’empirisme radical de William James24, dans la mesure où ce que livre l’expérience brute au psychologue attentif est un courant continu et chaotique d’impressions sensibles qui font masse, et nullement une juxtaposition de perceptions distinctes. L’expérience brute nous donne un « magnifique monde mouvant », un « chaos tumultueux d’événements entrecroisés » une « vie incessante infiniment variée et multiple25 » :

  • 26 Ibid.

[c]e fait que j’aperçois par les sens ou la conscience n’est qu’une tranche arbitraire que mes sens ou ma conscience découpent dans la trame infinie et continue de l’être. S’ils étaient construits autrement, ils en intercepteraient une autre ; c’est le hasard de leur structure qui a déterminé celle-ci26.

15Ce qu’on appelle fait n’est donc pas une donnée immédiate de la conscience mais une construction :

  • 27 Ibid. p. 136.

Un fait est un amas arbitraire, en même temps qu’une coupure arbitraire, c’est-à-dire un groupe factice, qui sépare ce qui est uni, et unit ce qui est séparé. Ainsi, tant que nous ne regardons la nature que par l’observation seule, nous ne la voyons pas telle qu’elle est : nous n’avons d’elle qu’une idée provisoire et illusoire. Elle est proprement une tapisserie que nous n’apercevons qu’à l’envers27.

  • 28 Ibid. p. 115.

16Dès lors, l’esprit ne procède pas par association mais par discrimination. Tout ce que dit Taine de l’expérience va contre l’associationnisme. L’esprit ne joint pas tant les expériences qu’il sépare, sélectionne, extrait un ordre du chaos des perceptions. Mais cet ordre n’est pas imposé aux choses par l’esprit, il est découvert, grâce à la faculté d’abstraire, dans le flux même des perceptions. Toute la science (définitions, preuves, induction même) repose sur cette unique opération intellectuelle qui dégage l’ordre enveloppé dans le royaume touffu de l’expérience. L’abstraction « pouvoir d’isoler les éléments des faits et de les considérer à part » est cette « faculté magnifique » : « source du langage, interprète de la nature, mère des religions et des philosophies, seule distinction véritable qui, selon son degré, sépare l’homme de la brute, et les grands hommes des petits »28.

  • 29 Voyez Le positivisme anglais, p. 142 et 144. Taine reformule ici la théorie spinoziste des notions (...)

17L’expérience est par elle-même rationnelle, parce que la complexité du réel n’est que l’entrecroisement, l’entremêlement des éléments simples, qui sont réels bien qu’ils ne soient pas donnés à l’appréhension immédiate. Taine, pour qui le réel est ce que nous découvrons grâce à l’abstraction, est à l’opposé du nominalisme. L’aberration apparente d’un rationalisme extrême noué à un empirisme radical disparaît, parce que le fait que les matériaux bruts de l’expérience pure soient des représentations subjectives n’empêche nullement que nous connaissions réellement et objectivement les causes. Une fourmi voit sans aucun doute son environnement tout autrement que nous. On peut supposer à bon droit qu’elle ne voit pas l’arbre, et que la prairie n’est pas pour elle ce tapis verdoyant et onduleux qu’elle est pour nous. Il n’en demeure pas moins que si, tout en gardant son appareil sensori-moteur, elle se mettait à raisonner, c’est-à-dire à abstraire, à extraire, elle découvrirait les lois mêmes de la nature, et pourrait du reste construire une géométrie29.

  • 30 Sur ce point, Taine s’oppose évidemment à l’empirisme pragmatiste de James.

18La science procède donc de la manière suivante : elle doit constituer d’abord une collection de faits, qu’il lui faut sérier selon des classes naturelles. À partir de cette collection, elle doit, en suivant les quatre méthodes édictées à juste titre par Mill, dégager les propriétés communes pertinentes, qui sont les éléments simples, constitutifs de la réalité complexe. Ces éléments simples sont les raisons explicatives des faits, lesquels sont certes cachés à l’observation commune et immédiate, mais cachés dans les choses, et non dans les profondeurs opaques des catégories de l’entendement ou dans un arrière-monde suprasensible. Aussi, pouvons-nous dire que nous connaissons le monde tel qu’il est, pour autant que nous connaissons la nature des relations qui articulent les faits. Contre Mill pour qui les relations sont extérieures aux termes qu’elles relient, pour Taine elles leur sont intérieures30.

2. Les sciences morales

  • 31 Ibid., p. 138-139.

19La puissante formule à laquelle la science aboutit « enfonce et serre au cœur de toute chose vivante les tenailles d’acier de la nécessité31 ». Or l’homme n’étant pas un empire dans un empire, une science de l’homme est en droit possible ; science de l’homme au sens fort du terme, s’il est vrai que tout, en lui, jusqu’à ses goûts esthétiques et ses valeurs morales, est objectivable :

  • 32 Histoire de la littérature anglaise, [1859-1864], Paris, Hachette, 1866, tome 1, Introduction, p. x (...)

Que les faits soient physiques ou moraux, il n’importe, ils ont toujours des causes ; il y en a pour l’ambition, pour le courage, pour la véracité, comme pour la digestion, pour le mouvement musculaire, pour la chaleur animale. Le vice et la vertu sont des produits comme le vitriol et le sucre32.

  • 33 De l’intelligence, [1870], Paris, Hachette, vol. 2, p. 453 (note).

20Taine affirmera à maintes reprises ce déterminisme intégral : « un problème moral n’est lui aussi au fond qu’un problème de mécanique33 ». Mais sa position ne signifie nullement que l’homme s’explique par ses constituants matériels. L’anthropologie de Taine est même profondément anti-matérialiste. La science de l’homme est analogue à la science physique. La stricte analogie entre toutes les sciences expérimentales n’enveloppe aucun réductionnisme. C’est déjà vrai à l’intérieur du domaine des sciences de la nature : de même qu’il y a une spécificité de la physique, une spécificité de la chimie et de la biologie, il y a une spécificité de la science qui se donne l’homme pour objet. Cette spécificité pourtant n’implique pas que certaines sciences soient moins rationnelles ou moins positives, moins scientifiques que d’autres. Bien sûr, à mesure que les objets sont plus complexes, la science est plus difficile et sa route est plus longue. Mais elles ont toutes le même degré de scientificité, parce que toutes elles procèdent de la même façon. Il n’y a qu’une seule méthode pour toutes les sciences, même si leurs concepts sont tout à fait différents. La science de la vie par exemple est une science de plein droit, exactement comme la physique, ce qui ne fait pas pour autant de la biologie une partie de la physique, parce que les phénomènes vivants sont irréductibles aux phénomènes physico-chimiques, et qu’ils sont du reste intrinsèquement réfractaires à la mesure mathématique.

  • 34 De l’intelligence, op. cit., vol. 2, p. 427sq.
  • 35 Sur l’introduction tardive de Darwin en France, voyez l’ouvrage classique d’Yvette Conry, L’introdu (...)
  • 36 De l’intelligence, op. cit., vol. 2, p. 437.
  • 37 Essais de critique et d’histoire, [1858], Paris, Hachette, 12e édition, 1913, Préface à la première (...)

21Si la biologie de Cuvier est scientifique, c’est qu’au lieu d’utiliser la notion de force vitale, Cuvier a extrait du complexe qu’enveloppe le terme organisme la propriété d’être une structure. Mais pas n’importe quelle structure, car une molécule chimique aussi est une structure. Cuvier a découvert que tout l’organisme s’ordonnait autour d’une seule propriété, celle de l’utilité. L’organisme vivant est intégralement constitué autour d’une série d’opérations parfaitement définies qui n’ont leur raison explicative que dans l’utilité. L’utilité est la génératrice, réellement présente et opérante dans l’organisme, qui en explique la structure. L’ongle donne la dent34. Ce n’est pas là une vue de l’esprit du savant, c’est une propriété essentielle de l’organisme. Geoffroy Saint-Hilaire, pour sa part, a découvert la loi du type : il sort de l’organisme individuel pour comparer les populations animales. Et il découvre, toujours par la seule vertu de l’abstraction, qu’il y a des séries animales qui partagent le même plan, le même type. Ainsi, la baleine n’a pas de nageoires comme celles du poisson, la chauve-souris n’a pas d’ailes comme celles de l’oiseau, car la soi-disant nageoire de la baleine et la soi-disant aile de la chauve-souris sont l’analogue de la jambe du cheval et de la patte du chien. En 1859, paraît un livre que personne en France ne connaît encore35, L’origine des espèces. Taine considère que la loi darwinienne de sélection naturelle donne la raison explicative de la loi de Cuvier et de la loi de Geoffroy Saint-Hilaire, qui deviennent alors des dérivées36. Toute cette logique du vivant a beau lui être spécifique (rien n’indique pour l’instant que la sélection naturelle joue entre les corps inorganiques), elle n’en est pas moins une logique pleine et entière. Il en va de même pour les sciences morales. L’homme n’est ni un caillou ni un crocodile, il a des propriétés spécifiques que l’on peut découvrir avec la même certitude et par les mêmes moyens que la physique découvre les lois de la matière et la biologie les lois de la vie. Taine est souvent revenu sur cette série des découvertes zoologiques que forment la loi de Cuvier, la loi de Geoffroy Saint-Hilaire et la loi de Darwin. Cette série est paradigmatique d’un succès parfait de la démarche scientifique. Pédagogiquement, elle montre l’esprit scientifique à l’œuvre, sa fécondité, la puissance intégrative de la science. L’idéal est donc que la communauté des historiens procède avec ses objets, comme procède la communauté des zoologistes avec les siens : « Il y a une anatomie dans l’histoire humaine comme dans l’histoire naturelle37 ».

22C’est à propos de la science historique, en particulier dans ses Essais de critique et d’histoire, que Taine, historien et auteur des Origines de la France contemporaine, a développé le plus explicitement sa théorie de l’analogie entre sciences de la nature et sciences morales. L’histoire selon Taine a pour objet non pas le récit des événements mais la restitution d’une totalité donnée, qu’il s’agisse d’un grand homme, d’un siècle, d’une branche de l’activité humaine comme l’industrie ou d’une institution sociale comme la famille ou l’État.

  • 38 Essais de critique et d’histoire, op. cit., Préface à la première édition, p. iii.

23Si l’on décompose un personnage, une littérature, un siècle, une civilisation, bref un groupe naturel quelconque d’événements humains, on trouvera que toutes ses parties dépendent les unes des autres, comme les organes d’une plante ou d’un animal38.

24L’historien doit donc éviter un double écueil : celui de la simple accumulation des faits et celui du système philosophique a priori. S’il ne doit pas se contenter d’être un annaliste, il doit soigneusement se garder d’être un Michelet.

25Tout d’abord donc, l’historien doit tenir l’objet qu’il se donne pour une réalité vivante, un système total.

  • 39 Ibid., Préface à la seconde édition, p. xvii. Comment ne pas penser à Foucault ? « Entre la manière (...)

Entre une charmille de Versailles, un raisonnement philosophique et théologique de Malebranche, un précepte de versification chez Boileau, une loi de Colbert sur les hypothèques, un compliment d’antichambre à Marly, une sentence de Bossuet sur la royauté de Dieu, la distance semble infinie et infranchissable ; nulle liaison apparente. Les faits sont si dissemblables qu’au premier aspect on les juge tels qu’ils se présentent, c’est-à-dire isolés et séparés. Mais les faits communiquent entre eux par les définitions des groupes où ils sont compris, comme les eaux d’un bassin par les sommets du versant d’où elles découlent39.

26Ceci étant donné, il s’agit de découvrir la force génératrice qui explique la propriété commune à tous les traits du siècle. En l’occurrence, pour le siècle de Louis xiv, la conjonction de l’esprit français, exprimé par sa langue. L’analyse géométrique, jointe à la puissance déterminante du despotisme de la monarchie absolue, empêche de penser le concret, le particulier, et commande impérativement de se tenir aux généralités, seules aptes à survivre dans une société qui n’a plus le droit d’exister que sous la modalité curiale de la bienséance. Naît alors un esprit que Taine appelle « la raison raisonnante », opérant partout, dans l’art des jardins, dans la politique militaire, dans la théologie, et jusque dans la science.

27La Préface à l’Histoire de la littérature anglaise précise le type de causalité spécifiquement à l’œuvre dans les processus historiques : il y a en effet trois grandes forces, qui sont la raison explicative de tout objet de l’histoire : la race, le milieu, le moment.

  • 40 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., Introduction, p. xxiii. Il ne faut pas l’entendre au (...)

281° La race, qui est la « force du dedans ». « Ce qu’on appelle la race, ce sont ces dispositions innées et héréditaires que l’homme apporte avec lui à la lumière, et qui ordinairement sont jointes à des différences marquées dans le tempérament et dans la structure du corps40. » La race est au fond l’analogue en histoire du type en zoologie. Elle s’est constituée en amont de l’histoire, pendant les myriades de siècles de la préhistoire, et elle résulte du travail continu et permanent du milieu sur des populations non façonnées par la culture.

292° Le milieu, qui est la « force du dehors » : Il s’agit ici du déterminisme climatique et géographique, dans une théorisation très proche de celle de Montesquieu. Le mode de vie du germain, l’humidité constante, le froid, la nature et la quantité de nourriture qu’offre l’environnement, tout cela détermine une certaine activité sélective de ses sens, et par suite de son esprit, qui explique aussi bien son mode d’organisation politique que le type de ses idées et de sa morale. Le milieu, ce sont aussi les conditions politiques générales, ou les conditions sociales. Ainsi, le même peuple italien va voir se développer sur le même sol et dans les mêmes conditions naturelles deux civilisations diamétralement opposées : la Rome antique et la Rome de la Renaissance. C’est que la pression du milieu politique, religieux détermine de nouvelles directions sur la même race.

  • 41 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., p. xxix.

303° Le moment, qui est l’œuvre conjointe de la force du dedans et de celle du dehors, la résultante de la race et du milieu, c’est-à-dire encore, « la vitesse acquise41 ». La race est donc l’impulsion permanente, le milieu l’ensemble des donnés, le moment la vitesse.

31Et de même que l’historien suit Cuvier quand il centre son regard sur une civilisation, un siècle, un pays, pour trouver comment ses organes se structurent en un tout, comment, en France, l’État, l’industrie, la religion, la philosophie, etc., forment un organisme, de même, comme Geoffroy Saint-Hilaire, il doit étendre son regard, et comparer l’Église de France et l’Église d’Espagne, le catholicisme au protestantisme ou au bouddhisme, l’agriculture chinoise à l’agriculture anglaise. Ce croisement de la lecture verticale et de la lecture horizontale ouvre la voie à la découverte de l’analogue historique de la loi biologique de Darwin (mais rien ne permet de dire que Taine eût participé du darwinisme social. Il parle de Spencer avec approbation, mais son grand homme pour la science sociale est John Stuart Mill).

  • 42 Michelet, Histoire de la Révolution française : la Révolution n’est que « le triomphe du droit, la (...)

32Cette théorie de la causalité historique entre en concurrence avec deux manières d’approcher l’histoire. D’abord, elle ôte toute pertinence aux philosophies de l’histoire, au sens de Vico, de Hegel ou de Michelet. Aucune finalité, aucun destin, aucune idée ne se réalise ; et l’histoire n’est pas la dramatisation du concept, la manifestation sensible de l’absolu. L’histoire n’est pas ce long chemin vers la liberté, vers l’égalité, vers le Grand Être Humanité, vers le Salut. Taine rompt absolument avec toutes les Histoires construites autour du progrès. À cet égard, il est bien plutôt le fils du Montesquieu des Romains, seule tentative au xviiie siècle pour saisir l’intelligibilité d’un procès de civilisation sans finalité aucune. Il faut, pour chaque objet, déterminer la distribution des trois grandes forces motrices, qui peut être et qui est différente à chaque fois. Ici, le facteur racial prime, là, il est comprimé par le milieu, etc. Il n’y a rien qui ressemble à un processus linéaire déterminé a priori. Ainsi l’histoire peut-elle, et doit-elle faire l’économie des grandes notions. On ne trouvera pas dans Les Origines de la France contemporaine la logomachie d’un Michelet42, pas plus qu’on y trouvera cet opérateur magique qu’est la tendance à l’égalité, chère à Tocqueville. On y trouvera une analyse du milieu et du moment, une description de la structure matérielle des différentes classes : les privilégiés, la bourgeoisie, le peuple, l’Église, une analyse de la structure politique, une analyse de l’idéologie des Lumières françaises. La mise en rapport de ces diverses substructures explique la nature éruptive et convulsive qu’a pris très vite la Révolution ; elle donne la raison explicative de l’anarchie, puis de la Terreur, sol sur lequel Napoléon devra fonder la France contemporaine.

  • 43 Essais de critique et d’histoire, op. cit., Préface à la seconde édition, p. xvi.

33Mais ce n’est pas seulement contre les philosophies de l’histoire que Taine écrit la sienne, c’est aussi contre une conception historique qui extrait du réel un facteur pour en faire le déterminant en dernière instance. La prise en compte du double rapport constitutif des faits (leur dépendance et leurs conditions), empêche de tenir un discours moniste. Par exemple ce n’est pas l’économie qui nécessairement détermine la nature de l’État. Elle le peut, mais l’inverse peut aussi être vrai. Il est en réalité impossible de dégager une loi générale de détermination des conditions spirituelles ou culturelles par les conditions matérielles, valant pour toutes sociétés et pour toute époque d’une société. À chaque fois, il faudra faire l’analyse précise des situations singulières. La seule chose dont l’historien soit sûr, parce qu’elle est constatable, c’est qu’un changement dans une branche entraîne nécessairement un changement dans l’ensemble, qui le contraint à se restructurer : « il faut en premier lieu classer les faits, et considérer chaque classe de faits à part, d’un côté les trois grandes œuvres de l’intelligence humaine, la religion, l’art et la philosophie, de l’autre les deux grandes œuvres de l’association humaine, la famille et l’État, de l’autre enfin les trois grandes œuvres matérielles du labeur humain, l’industrie, le commerce et l’agriculture, et dans chacun de ces groupes généraux les groupes secondaires en lesquels il se subdivise43 ». Le point de vue de la totalité interdit d’assigner mécaniquement une prépondérance à l’une des forces en jeu.

  • 44 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., Introduction, p. xxxix-xl.

Une civilisation fait corps, et ses parties se tiennent à la façon d’un corps organique. De même que dans un animal les instincts, les dents, les membres, la charpente osseuse, l’appareil musculaire sont liés entre eux, de telle façon qu’une variation de l’un d’entre eux détermine dans chacun des autres une variation correspondante, et qu’un naturaliste habile peut sur quelques fragments reconstruire par le raisonnement le corps presque tout entier ; de même dans une civilisation la religion, la philosophie, la forme de la famille, la littérature, les arts composent un système où tout changement local entraîne un changement général, en sorte qu’un historien expérimenté qui en étudie quelque portion restreinte aperçoit d’avance et prédit à demi les caractères du reste. Rien de vague dans cette dépendance. Ce qui la règle dans un corps vivant, c’est d’abord sa tendance à manifester un certain type primordial, ensuite la nécessité où il est de posséder des organes qui puissent fournir à ses besoins et de se trouver d’accord avec lui-même afin de vivre. Ce qui la règle dans une civilisation, c’est la présence dans chaque grande création humaine d’un élément producteur également présent dans les autres créations environnantes, j’entends par là quelque faculté, aptitude, disposition efficace et notable qui, ayant un caractère propre, l’introduit avec elle dans toutes les opérations auxquelles elle participe, et selon ses variations fait varier toutes les œuvres auxquelles elle concourt44.

34On voit donc qu’il n’y a pas plus de différence entre la physique et la biologie qu’entre la biologie et l’histoire.

3. Construction et expérimentation

  • 45 Ici encore, le spinozisme de Taine est patent (voyez Spinoza, Traité de la réforme de l’entendement(...)

35Une identification si forte entre les sciences naturelles et les sciences morales s’explique par une distinction en amont des sciences de construction et des sciences expérimentales. Les sciences de construction sont les mathématiques. Elles nous apprennent qu’en géométrie, la détermination de la cause d’une figure est totale, sans reste, absolument transparente. Car la géométrie n’est pas tant la science des figures dans l’espace que la science de l’activité immanente de la spatialisation elle-même, par l’engendrement des figures45. Ainsi, définir le cercle comme l’ensemble des points équidistants à un centre n’est pas le définir, mais donner l’une de ses multiples propriétés, car la raison explicative du cercle n’est pas donnée dans cette pseudo-définition. La bonne définition nous donne la loi d’engendrement du cercle : le cercle est la figure formée par le mouvement d’un segment de droite autour de l’une de ses extrémités. La sphère est la figure formée par le mouvement d’un demi-cercle autour de son axe, le cône est la figure formée par un triangle rectangle autour de l’un des côtés, etc. La droite n’est pas d’abord ni essentiellement le plus court chemin entre deux points, car cette mauvaise définition présuppose que nous sachions distinguer une droite d’une courbe, comme telle elle une sorte de pétition de principe géométrique. La droite est essentiellement la figure tracée par un point qui va vers un autre point et vers cet autre seulement. Aussi, les sciences de construction sont-elles absolument rationnelles, elles nous présentent la perfection d’une science causale. Les mathématiques nous apprennent en outre que la science repose sur des axiomes qui sont tous des applications du principe d’identité. Cette fois, le maître n’est plus Spinoza mais Leibniz. Les axiomes reposent sur cette seule propriété qu’a la raison d’apercevoir que la différence n’est pas l’identité. Mais ce ne sont pas seulement les axiomes, c’est toute l’arithmétique qui pour Taine repose sur le déploiement rigoureux des conséquences du principe d’identité. Une philosophie de la géométrie d’inspiration spinoziste, une philosophie de l’arithmétique d’inspiration leibnizienne fournissent donc les deux modèles parfaits à partir desquels on peut statuer sur les sciences expérimentales, et par là même comprendre la nature de nos ignorances.

36Si les sciences morales procèdent comme les sciences naturelles, c’est pour la raison d’abord qu’elles sont ensemble des sciences expérimentales. Si bien que la détermination exacte des différences entre sciences de construction et sciences expérimentales nous donnera celle de la différence entre sciences de la nature et sciences de l’homme.

37Les sciences expérimentales procèdent de la même manière que les sciences de construction, avec pour différences qu’elles ne peuvent, comme la géométrie, partir du simple ou de l’élémentaire pour construire les dimensions de l’espace depuis le seul mouvement du point, ni comme l’arithmétique, pour construire le nombre à partir de la seule addition de l’unité à elle-même. Elles doivent commencer par décomposer. De plus, les sciences expérimentales n’ont jamais l’intégralité des données d’un problème. Nous ne savons pas pourquoi les atomes qui constituent le fond de la matière sont ces atomes, ni pourquoi la matière obéit aux lois de l’attraction. Enfin, les sciences expérimentales ne peuvent faire l’économie du problème de l’origine : les sciences de construction ignorent le temps, les sciences expérimentales ont aussi le temps pour matière. Quand nous cherchons les propriétés d’un cylindre, nous cherchons comment il est construit, non pas pourquoi il est donné.

  • 46 De l’Intelligence, op. cit., II, p. 435.

Les choses ne se passent pas ainsi quand il s’agit d’un composé réel. Nous sommes tenus d’expliquer ses propriétés par les propriétés de ses éléments, et, en outre, d’expliquer la rencontre de ces éléments. Alors, se posent les questions d’origine, les plus curieuses, mais les plus difficiles de toutes. […] Toutes les sciences expérimentales ont ainsi leur chapitre historique, plus ou moins conjectural, selon que des indices plus ou moins précis, des analogies plus ou moins justes, des documents plus ou moins complets, permettent à la reconstruction mentale de remplacer plus ou moins exactement le témoignage absent de notre conscience ou de nos sens46.

38On comprend alors qu’il n’y ait pas d’hétérogénéité entre sciences de la nature et sciences morales, puisque les sciences de la nature sont elles-mêmes des histoires, aussi difficiles à faire en réalité que l’histoire humaine. On est enfin en position de déterminer, à l’intérieur des sciences expérimentales, la spécificité des sciences morales : elles ne sont pas susceptibles de mesure.

  • 47 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., Introduction, p. xxxii.

Il n’y a ici [en histoire] comme partout, qu’un problème de mécanique : l’effet total est un composé déterminé tout entier par la grandeur et la direction des forces qui le produisent. La seule différence qui sépare ces problèmes moraux des problèmes physiques, c’est que les directions et les grandeurs ne se laissent pas évaluer ni préciser comme dans les seconds. Si un besoin, une faculté est une quantité capable de degrés ainsi qu’une pression ou un poids, cette quantité n’est pas mesurable comme celle d’une pression ou d’un poids. Nous ne pouvons la fixer dans une formule exacte ou approximative. Nous ne pouvons avoir et donner, à propos d’elle, qu’une impression littéraire […]. Mais quoique les moyens de notation ne soient pas les mêmes dans les sciences morales que dans les sciences physiques, néanmoins, comme dans les deux la matière est la même, et se compose également de forces, de directions et de grandeurs, on peut dire que dans les unes et dans les autres l’effet final se produit d’après la même règle47.

39Les positions de Taine ne sont du reste pas toujours aussi nettes. Car si dans De l’intelligence, il distingue les sciences de construction des sciences expérimentales, opérant ce retournement spectaculaire d’intégrer les sciences expérimentales dans l’histoire, en 1864, il avait une position beaucoup moins radicale, beaucoup plus classique en somme, puisqu’elle reprenait la vieille distinction aristotélicienne entre philosophie naturelle et philosophie morale. C’est ainsi qu’il écrit à son maître Ernest Havet, le 29 avril 1864 :

  • 48 Hippolyte Taine, sa vie et sa correspondance, Paris, Hachette, 1904, vol. 2, p. 300.

Je n’ai jamais prétendu qu’il y eût en histoire et dans les sciences morales des théorèmes analogues à ceux de la géométrie ; l’histoire n’est pas une science analogue à la géométrie, mais à la physiologie et à la géologie. De même qu’il y a des rapports fixes, mais non mesurables quantitativement, entre les organes et les fonctions d’un corps vivant, de même il y a des rapports précis, mais non susceptibles d’évaluation numérique, entre des groupes de faits qui composent la vie sociale et morale. J’ai dit cela expressément dans ma préface, en distinguant les sciences exactes et les sciences inexactes, c’est-à-dire les sciences qui se groupent autour des mathématiques et les sciences qui se groupent autour de l’histoire ; toutes deux opérant sur des quantités, mais les premières sur des quantités mesurables, les secondes sur des quantités non mesurables48.

40Taine a évolué vers un rationalisme de plus en plus radical, qui est le pendant de son empirisme radical. C’est dans De l’intelligence en effet qu’on trouve les formules les plus nettes sur l’identité foncière de la science, sur le déterminisme des affaires humaines, de sorte que la coupure philosophiquement la plus profonde n’est plus entre sciences de la mesure (les mathématiques au centre de la physique et de la chimie) et sciences incapables de mesure (avec l’histoire au centre de la géologie de la zoologie), mais entre sciences de construction (les mathématiques), et sciences expérimentales (toutes les autres, dès lors qu’un objet leur est donné). Mais il est très remarquable que même en 1864, dans les précisions qu’il donne à Havet, il n’oppose pas vraiment sciences de la nature et sciences de l’homme. Car enfin, il y range dans la même catégorie scientifique la physiologie, la géologie et l’histoire.

  • 49 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., Introduction, p. xlv (l’auteur souligne). Voir Natha (...)
  • 50 De l’intelligence, op. cit., vol. 2 p. 452.
  • 51 Les philosophes français du xixe siècle, p. 358 dans la 2e édition de 1860.

41Pour le Taine de la pleine maturité, il y a d’un côté les sciences du nombre, de l’autre les sciences de l’histoire. La ligne de partage passe entre une rationalité pure ignorant le temps et une rationalité déposée dans la réalité empirique, dont la matière est le temps même. Mais cette temporalité propre aux objets des sciences expérimentales ne donne lieu à aucun pathos de la durée. Une science peut en être construite. On pourrait donc caractériser le rationalisme de Taine en ajoutant les unes aux autres quelques-unes de ses formules : « L’histoire est au fond un problème de psychologie49 ». Or, « les composés réels sont formés des mêmes éléments que les composés mentaux, ils sont soumis aux mêmes lois universelles et nécessaires, et la nature, à ce point de vue, n’est qu’une arithmétique, une géométrie, une mécanique appliquées50 ». Il s’ensuit que « l’homme est un théorème qui marche51 ».

Notes

1 Taine, Essai sur Tite-Live, 1858, Préface, p. vii.

2 Entendez dans la critique littéraire et dans l’esthétique.

3 Ibid. Sur le spinozisme de Taine, et le sens qu’avait la revendication spinoziste dans le contexte philosophique français de l’époque, voyez Pierre-François Moreau, « Taine lecteur de Spinoza », dans la Revue philosophique, 1987/477-489.

4 C’est dans son ouvrage polémique Les philosophes français au xixe siècle, 1857, que Taine « réfute » toute la tradition spiritualiste et éclectique française. Laromiguière, parce qu’il est le moins éloigné de Condillac, a sa préférence. Il redira dans Le positivisme anglais. Étude sur Stuart Mill (1864), et De l’intelligence (1870) son adhésion aux principes et à la méthode de Condillac.

5 Les philosophes classiques du xixe siècle en France, 1868, p. 73.

6 Ibid., p. 36.

7 Le positivisme anglais. Étude sur Stuart Mill, op. cit., p. 28. Sur les rapports complexes de Taine au positivisme, voyez Jean-Thomas Nordmann, « Taine et le positivisme », dans Romantisme, 1978/21-22, p. 21-33, et plus généralement sur la science, voyez du même auteur Taine et la critique scientifique, Paris, puf, 1992.

8 Ibid., p. 55.

9 Ibid., p. 60.

10 Les philosophes classiques, op. cit., Préface, p. vi.

11 Le positivisme anglais, op. cit., p. 63.

12 Ibid., p. 65-66.

13 On trouvera exactement la même critique de la doctrine millienne de l’induction et de ses effets sceptiques chez Lachelier, Du fondement de l’induction, 1871.

14 Le positivisme anglais, op. cit., p. 100-101.

15 Ibid., p. 102. Autre formulation : « Nous ne pouvons établir entre les faits aucune liaison universelle et nécessaire ; peut-être même n’existe-t-il entre les faits aucune liaison universelle et nécessaire », ibid., p. 104.

16 Ibid., p. 109.

17 Philosophes classiques, op. cit., Préface, p. vii.

18 Le positivisme anglais, op. cit., p. 124 : « On prouve un fait, dit Aristote, en montrant sa cause. On prouvera donc la mortalité du prince Albert en montrant la cause qui fait qu’il mourra. Et pourquoi mourra-t-il, sinon parce que le corps humain, étant un composé chimique instable, doit se dissoudre au bout d’un temps ; en d’autres termes, parce que la mortalité est jointe à la qualité d’homme ? Voilà la cause et voilà la preuve. C’est cette loi abstraite qui, présente dans la nature, amènera la mort du prince et qui, présente dans mon esprit, me montre la mort du prince. »

19 Ibid., p. 138-139.

20 Ibid. p. 105.

21 Durkheim me semble avoir saisi précisément la position philosophique de Taine en l’inscrivant dans l’héritage du rationalisme français, « L’empirisme rationaliste de Taine et les sciences morales », Revue Blanche, 1897, dans Textes I, Paris, Minuit, 1975, p. 171-177.

22 Ibid. p. 113.

23 Ibid. p. 114.

24 Voyez sur James : David Lapoujade, William James. Empirisme et pragmatisme, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2007, et Stéphane Madelrieux, William James. L’attitude empiriste, Paris, PUF, 2008.

25 Le positivisme anglais, op. cit., p. 134.

26 Ibid.

27 Ibid. p. 136.

28 Ibid. p. 115.

29 Voyez Le positivisme anglais, p. 142 et 144. Taine reformule ici la théorie spinoziste des notions communes (Éthique, II, 37 à 39).

30 Sur ce point, Taine s’oppose évidemment à l’empirisme pragmatiste de James.

31 Ibid., p. 138-139.

32 Histoire de la littérature anglaise, [1859-1864], Paris, Hachette, 1866, tome 1, Introduction, p. xv. Sur le scandale provoqué par cette formule dans un monde largement dominé par le spiritualisme, voyez Pascale Seys, Hippolyte Taine et l’avènement du naturalisme : Un intellectuel sous le Second Empire, Paris, L’Harmattan, 2000 ; ainsi que Jean-Paul Cointet, Hippolyte Taine. Un regard sur la France, Paris, Perrin, 2012, notamment le premier chapitre.

33 De l’intelligence, [1870], Paris, Hachette, vol. 2, p. 453 (note).

34 De l’intelligence, op. cit., vol. 2, p. 427sq.

35 Sur l’introduction tardive de Darwin en France, voyez l’ouvrage classique d’Yvette Conry, L’introduction du darwinisme en France au xixe siècle, Paris, Vrin, 1974.

36 De l’intelligence, op. cit., vol. 2, p. 437.

37 Essais de critique et d’histoire, [1858], Paris, Hachette, 12e édition, 1913, Préface à la première édition, p. ix.

38 Essais de critique et d’histoire, op. cit., Préface à la première édition, p. iii.

39 Ibid., Préface à la seconde édition, p. xvii. Comment ne pas penser à Foucault ? « Entre la manière dont Racine traite le délire d’Oreste, à la fin d’Andromaque, et celle dont un lieutenant de police, au xviie, interne un furieux ou un violent, il y a non pas unité, assurément, mais cohérence structurale » Dits et Écrits, Paris, Gallimard, Quarto, 2001, vol. 1, texte 5, p. 196.

40 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., Introduction, p. xxiii. Il ne faut pas l’entendre au sens proprement racialiste, moins encore raciste. Taine s’en est d’ailleurs expliqué : « Évidemment je ne le prenais pas [ce terme de race] dans le sens que lui donnent les anthropologistes ; il s’agissait de races historiques. Je ne considérais pas la forme des crânes. Dans toutes les populations d’Europe, elles sont très diverses – on en a distingué douze en France – ce qui n’empêche pas que chaque peuple peut avoir son caractère distinct. C’est un ensemble de dispositions morales et intellectuelles dont l’origine n’a rien de mystérieux : elles se sont formées en ces temps antérieurs à la civilisation où les influences du climat étaient très pressantes et les conditions et formes de la vie invariables pour toutes les générations. Quand un peuple entre dans l’histoire, il a déjà son génie propre qui se ramène à certaines façons dominantes de sentir et de se représenter les choses. Elles se traduisent dans toutes ses productions », cité par André Chevrillon, Portrait de Taine. Souvenirs, Paris, Fayard, 1958, p. 131. Bref, le sens du mot race est chez Taine plus proche de celui de Quinet que de celui de Gobineau.

41 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., p. xxix.

42 Michelet, Histoire de la Révolution française : la Révolution n’est que « le triomphe du droit, la résurrection de la justice, la réaction tardive de l’idée contre la force brutale », Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1952, vol. 1, p. 2.

43 Essais de critique et d’histoire, op. cit., Préface à la seconde édition, p. xvi.

44 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., Introduction, p. xxxix-xl.

45 Ici encore, le spinozisme de Taine est patent (voyez Spinoza, Traité de la réforme de l’entendement, Œuvres, dir. Pierre-François Moreau, Paris, puf, 2009, vol. 1, p. 109) mais il se réfère à Duhamel, Des méthodes dans les sciences de raisonnement, Paris, dont le premier volume a été publié en 1865.

46 De l’Intelligence, op. cit., II, p. 435.

47 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., Introduction, p. xxxii.

48 Hippolyte Taine, sa vie et sa correspondance, Paris, Hachette, 1904, vol. 2, p. 300.

49 Histoire de la littérature anglaise, op. cit., Introduction, p. xlv (l’auteur souligne). Voir Nathalie Richard, « L’histoire comme problème de psychologie. Taine et “la psychologie du Jacobin” », dans Mil neuf cent, 2002/1, p. 153-172.

50 De l’intelligence, op. cit., vol. 2 p. 452.

51 Les philosophes français du xixe siècle, p. 358 dans la 2e édition de 1860.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search