Version classiqueVersion mobile

La Nature du socialisme

 | 
Vincent Bourdeau
, 
Arnaud Macé

Partie II. Héritages naturalistes et recomposition des socialismes après 1848 : en France

Nature versus citoyenneté dans le discours républicain : l’héritage du Second Empire

Chloé Gaboriaux

Texte intégral

  • 1  Les premières – et dernières – élections présidentielles de la jeune République née en février 184 (...)
  • 2  Le coup d’Etat du 2 décembre 1851 ouvre la voie à la révision de la Constitution, consacrée en déc (...)

1Le soutien apporté en décembre 1848 à Louis-Napoléon Bonaparte par l’électorat rural, largement majoritaire, met définitivement fin à la République romantique, déjà bien ébranlée par les journées de juin1. Le régime tombe aux mains de ses ennemis avant d’être remplacé par l’Empire, qui bénéficie jusqu’en 1870 des suffrages d’une grande partie des campagnards2. Pour les républicains, il n’est alors plus question de faire l’éloge du petit paysan propriétaire amoureux de sa terre, vivant par elle et pour elle, et s’identifiant par là même à la nation républicaine : le secret de l’adhésion des paysans au bonapartisme doit selon eux être cherché dans leur relation étroite à la nature, qui les empêcherait d’accéder au statut de citoyen. La figure du paysan telle qu’elle apparaît sous le Second Empire dans le discours des opposants au régime donne ainsi à voir une manière particulière d’articuler la nature et le social, marquée bien sûr par les présupposés philosophiques des acteurs mais aussi et surtout par les enjeux politiques du moment.

2Cet agencement conceptuel du naturel et du social, est totalement imbriqué dans la pratique politique des républicains, qui en font un argument majeur dans leur combat contre Napoléon III. Cet article, qui cherche à saisir l’articulation des idées et des pratiques, se propose d’interroger les positions d’hommes engagés dans l’action, à partir de textes d’intervention politique, destinés à peser sur le débat public.

3La description républicaine des rapports entre nature et citoyenneté est plus problématique qu’elle en a l’air au premier abord : en dépit de sa grande cohérence avec le rationalisme originel des républicains (I), elle les met cependant dans une position intenable, en contradiction évidente avec la réalité sociale du temps et en porte-à-faux avec leurs intérêts stratégiques comme avec leurs positions politiques (II). Ces difficultés sont particulièrement éclairantes en ce qu’elles mettent en lumière la façon dont les fondateurs de la République en France ont compris et formulé les exigences de la modernité, dans un contexte de crispation idéologique qui constituera longtemps un héritage encombrant pour la culture politique française (III).

1. Le paysan bonapartiste dans le discours de lopposition : une brute non encore arrachée à la nature

  • 3  François FURET. La Révolution de Turgot à Jules Ferry : 1770-1880. Paris : Hachette, 1988. p. 408.

4Comment rendre compte de l’inconcevable ? Pour les républicains en effet, chacune des élections tenues depuis l’instauration du suffrage universel masculin en 1848 jusqu’à la fin du Second Empire constitue un traumatisme majeur : s’y réitère le choc d’un « vote démocratique qui menace la démocratie », pour reprendre les termes de François Furet, le spectre d’un peuple se défaisant de sa souveraineté au profit du despote3. La plupart des républicains réagissent en condamnant la nature, dont l’emprise sur le paysan serait encore trop grande, ce qui les conduit à reformuler leur conception de l’émancipation politique et, partant, à refuser toute validité au vote rural, dénoncé comme apolitique.

La citoyenneté comme arrachement à la nature

5Après avoir longtemps défendu la thèse d’un vote extorqué sous la pression des autorités sociales et autres agents du bonapartisme, les républicains se rendent à l’évidence : le climat relativement libéral dans lequel se sont déroulées les élections législatives de 1863 les convainc que l’adhésion des campagnards à Napoléon III est plus spontanée qu’ils ne l’avaient cru d’abord. Nombre d’entre eux se rallient alors à une explication qui incrimine la proximité des ruraux à la nature.

  • 4  Jules FERRY. La lutte électorale en 1863. Paris : Dentu, 1863. p. 84.
  • 5  D. R. SAINT-PE. Les paysans et le suffrage universel : études sociales et politiques. Paris : Gait (...)

6Cette dernière en fait à leurs yeux des êtres plus proches de la bête que de l’homme, répondant à des stimuli dont l’administration impériale sait jouer : menaces et promesses d’amélioration matérielle suffisent à s’assurer leurs suffrages. Le paysan ne voit pas plus loin que cette promesse de bien-être, affirme Jules Ferry dans un essai intitulé La lutte électorale en 1863 : « la logique du campagnard est brutale comme la nature qui l’entoure »4. Les alliés libéraux des républicains ne disent pas autre chose : c’est « l’homme de la nature », peut-on lire dans une de leurs brochures, « les mouvements de son esprit procèdent des instincts les plus rudimentaires », « il ne se souvient pas, il ne prévoit pas, il sent avec force, mais il n’a point conscience de ce qu’il sent, il ne va point au-delà de la sensation »5. Comment dès lors pourrait-il saisir la portée de son vote ?

  • 6  Eugène BONNEMERE. Histoire des paysans depuis la fin du Moyen-Âge jusqu’à nos jours : 1200-1850, p (...)
  • 7  Eugène PELLETAN. Aide-toi, le ciel t’aidera. Paris : Pagnerre, 1863. p. 7.
  • 8  Alfred MEZIERES. La société française : le paysan, l’ouvrier, la bourgeoisie, l’aristocratie, les (...)
  • 9  Jules FERRY. Op. cit., p. 10.
  • 10  Eugène TENOT. Le suffrage universel et les paysans. Paris : Librairie centrale, 1865. p. 13.

7L’analyse républicaine du vote rural reprend ainsi terme à terme une opposition familière aux modernes, où la citoyenneté renvoie à tout ce qui n’est pas la nature : la raison, la société, l’histoire. Placé du côté de la nature, le paysan est non seulement inapte à tout raisonnement complexe mais aussi incapable d’intégrer la société des hommes : il est « insociable », note Eugène Bonnemère dès 18566. « Debout au chant du coq, et couché avec le soleil, il vit seul, la plupart du temps, à son guéret ou au pacage, regrette Eugène Pelletan. Il ne fait guère la conversation qu’avec son chien ou avec son troupeau, et il ne voit son semblable qu’au champ de foire, lorsqu’il conduit sa truie au vérat »7. Il ne peut donc « se détacher de soi »8, penser son appartenance à la collectivité et encore moins voter en fonction d’enjeux nationaux. Il est enfin exclu de l’histoire, et a fortiori du progrès intellectuel et technique. Ferry le dit insensible aux « plus grandes choses de ce monde »9. Un proche de Léon Gambetta confirme : les ruraux sont « murés dans leur ignorance, intellectuellement étrangers au reste de la nation, toutes les idées grandes ou généreuses du siècle avaient passé au-dessus d’eux sans les émouvoir. »10

8Les républicains des années 1860 retrouvent là des conceptions héritées des Lumières et de la Révolution française. L’individu n’accède véritablement à son humanité qu’en s’arrachant à la nature, il ne devient citoyen qu’en maintenant à distance ses déterminations biologiques : la raison, la société, l’histoire sont résolument séparées de la nature, qui apparaît dès lors comme le règne de la brutalité.

L’émancipation politique revisitée

  • 11  Jules FERRY. Op. cit. p. 42.
  • 12  Jules MICHELET. Le Peuple. Paris : Hachette, 1846. p. 66.

9Fidèles à l’héritage de leurs illustres prédécesseurs, les républicains n’en rompent pas moins avec la vision quarante-huitarde de la paysannerie, où Ferry ne veut voir qu’un « rêve de collège »11. À l’aube de la Révolution de février, les républicains étaient en effet convaincus comme Jules Michelet que le petit paysan propriétaire n’était « pas seulement la partie la plus nombreuse de la nation » mais « la plus forte, la plus saine, et, en balançant bien le physique et le moral, au total la meilleure »12.

  • 13  Ibidem. p. 57.
  • 14  Ibid. p. 58.

10L’affirmation reposait en grande partie sur le lien intime – Michelet parle de « mariage » – qui unissait l’homme à sa terre, et à travers elle à la nature, mais à une nature humanisée par le travail du paysan : « cette terre, où l’homme a si longtemps déposé le meilleur de l’homme, son suc et sa substance, son effort, sa vertu, il sent bien que c’est une terre humaine, et il l’aime comme une personne »13. Cet amour passionnel, parfois excessif selon Michelet, est cependant totalement justifié à ses yeux, puisqu’il est aussi amour de la liberté : « ‘Tu auras de la terre’, cela veut dire : ‘Tu ne seras point un mercenaire qu’on prend et qu’on renvoie demain, tu ne seras point serf pour ta nourriture quotidienne, tu seras libre !...’ Libre ! Grande parole en effet qui contient toute dignité humaine ; nulle vertu sans la liberté »14. Et comme l’attachement à sa terre ne saurait le mener qu’à l’attachement à la France, le paysan représente pour Michelet le citoyen par excellence, à la fois patriote, libre et conscient de sa liberté.

  • 15  Séance du 16 juin 1848. Moniteur universel, 17 juin 1848, p. 1402.

11L’argumentation est fréquemment reprise par les représentants du peuple au début de la Seconde République. Elle soutient une conception de l’émancipation qui fait de la propriété foncière le moyen privilégié de l’autonomie. La plupart des républicains partagent alors la position exprimée en juin 1848 par François-Joseph Ducoux, qui s’élève contre la proposition collectiviste de Pierre Leroux dans la discussion sur le rattachement de l’Algérie à la France : « la liberté n’a surgi en France que le jour où il a été permis au paysan d’acheter la parcelle de terre sur laquelle il vivait en serf. […] Le paysan est devenu propriétaire ; il n’a plus demandé rien aux grands de la terre, aux puissants du jour, il n’a demandé qu’au ciel qui féconde sa terre, il n’a rien demandé qu’à la terre qui lui rend au centuple le grain qu’il lui a confié »15.

12On mesure dès lors la rupture que constitue la mise en accusation de la nature à partir des années 1860. Dans les années 1840, les républicains décrivaient l’interaction poussée du paysan avec sa terre comme un moyen d’échapper à la domination d’autrui : le petit propriétaire terrien ne dépendait de personne pour sa subsistance et pouvait ainsi accéder à la dignité de l’homme et du citoyen. Dans les années 1860, cette interaction et l’indépendance à l’égard d’autrui qu’elle donne au paysan leur paraissent au contraire placer ce dernier sous le joug d’une nature abrutissante, justement parce qu’elle le soustrait à la société des hommes. La propriété de la terre, dont ils avaient cru qu’elle délivrerait les individus de la domination des anciens notables, débouche sur une domination accrue, celle de la nature, qui les écarte plus radicalement encore de la citoyenneté. Le sens de l’émancipation politique en est infléchi : cette dernière n’est plus à chercher dans une indépendance qui est toujours aussi isolement, mais leur semble désormais naître au contact d’autrui, à travers les relations sociales.

L’apolitisme de la droite

13Cette nouvelle orientation des conceptions républicaines, née du réagencement d’éléments déjà présents dans l’héritage républicain, ne saurait être dissociée de sa visée discursive. Elle constitue pour les républicains une réponse aux difficultés théoriques et pratiques dans lesquelles ils se débattent. Défenseurs historiques du suffrage universel, ils devraient en toute logique reconnaître la légitimité de l’élu de la grande majorité du peuple français, mais leurs convictions politiques, qui ne se résument pas au droit de suffrage, les en empêchent absolument. Leur faut-il alors admettre que la volonté du peuple est susceptible d’errer ? Ce serait renoncer à ce qui leur semble alors être le cœur du projet républicain : une foi inébranlable dans le peuple souverain. Les voici ainsi déchirés entre leur respect de la volonté du peuple et leur haine du bonapartisme.

14La réactivation de la séparation nature/citoyenneté appliquée à l’explication du vote rural leur permet de sortir de cette impasse. Il ne s’agit rien moins que de faire glisser la frontière qui départage le règne brutal de la nature et la sphère civilisée de la société de manière à exclure le paysan bonapartiste de la catégorie des citoyens en le faisant basculer du côté de la nature. Les républicains peuvent ainsi affirmer que les suffrages des électeurs ruraux, quoique largement majoritaires, ne sauraient être considérés comme valables. Ils émergent d’un monde qui ne connaît ni la raison, ni la société, ni l’histoire, et ne peuvent donc être soumis à quelque interprétation politique que ce soit : pour la société des hommes, de tels suffrages ne signifient rien, sinon l’arriération de ces êtres mi-hommes mibrutes. Les républicains peuvent ainsi condamner le vote rural sans remettre en cause leur attachement à la souveraineté du peuple : les paysans ne méritent pas à leurs yeux le nom de peuple.

  • 16  Les deux expressions sont de Maurice Agulhon et ont longtemps nourri l’histoire de la politisation (...)

15Les historiens ont longtemps entériné la vision républicaine. Le vote rural en faveur du neveu de l’Empereur a d’abord été présenté non comme un choix politique à part entière mais comme le signe d’un défaut d’instruction et de compréhension des enjeux nationaux. Pour Maurice Agulhon, dont les travaux ont marqué l’histoire rurale et politique, la « descente de la politique vers les masses » est ainsi toujours peu ou prou corrélée à l’« apprentissage de la République »16. De même, les innombrables études sur la politisation des paysans au XIXe siècle identifient bien souvent politisation et républicanisation, tant il est difficile pour leurs auteurs de concevoir un vote éclairé qui ne soit pas acquis à la République.

  • 17  Voir notamment René REMOND. Les droites en France. Paris : Aubier Montaigne, 1982. 544 p. ; Jean-F (...)

16Les opposants républicains à l’Empire ont ainsi contribué à enraciner l’idée longtemps largement partagée selon laquelle toute position prise contre la gauche ne saurait être considérée comme véritablement politique. Etre de droite apparaît moins comme une position politique que comme un rapport trop intime à la nature, qui conduit à renoncer à ce qui constitue le destin humain : se soustraire à la nature pour construire la société humaine selon des normes morales conçues comme totalement indépendantes des lois naturelles. Les grands ouvrages consacrés à la droite en France reprennent généralement à leur compte la formule de Charles-Ferdinand Ramuz : la nature est à droite, l’homme est à gauche17.

2. La fragilité du discours républicain sur les campagnes

17On l’a vu, l’analyse que les républicains font du vote rural vient renforcer leur foi dans le suffrage universel, qui risquait d’être ébranlée par les succès électoraux de Napoléon III. Telle est à nos yeux la visée discursive de la redéfinition de la partition nature/citoyenneté qu’ils opèrent à cette occasion. Mais ce n’est considérer ici qu’un aspect de l’efficacité du discours, selon lequel le locuteur s’auto-persuade de son bon droit et conforte ses alliés dans leurs convictions. A bien d’autres égards en effet, le déplacement de la frontière entre nature et citoyenneté tend à fragiliser le discours républicain.

Le démenti des réalités sociales et politiques

18On peut d’abord s’interroger sur la perception du discours républicain à l’époque. La description des populations rurales comme des brutes incapables de voter en conscience de cause était-elle si convaincante aux yeux de leur auditoire ? Certes elle correspondait tout à fait à la culture livresque du temps, aux descriptions d’Aristote, de La Bruyère ou Montesquieu. Mais restait-elle pertinente pour ceux qui connaissaient plus directement les campagnes ?

  • 18  Jean-Luc MAYAUD. Les paysanneries françaises face à la Seconde République. 1848, révolutions et mu (...)

19La question se pose à la lecture des travaux récents consacrés au bonapartisme rural. Ces derniers remettent en effet en question les traits attribués par les républicains à l’électorat campagnard. La plupart d’entre eux soulignent d’abord l’impossible définition de caractéristiques communes à l’ensemble du monde rural : activités, modes de vie, niveau de richesse et d’instruction, façons de se déterminer politiquement – dans tous ces domaines, les campagnes françaises témoignent d’une grande diversité régionale. Pour reprendre les termes de Jean-Luc Mayaud, le XIXe siècle ne connaît en France que des paysanneries18.

  • 19  Frédéric BLUCHE. Le prince, le peuple et le droit : autour des plébiscites de 1851 et 1852. Paris  (...)
  • 20  Frédéric SALMON. « La « gauche avancée » en 1849 et en 1870 : le pourquoi de la chute ». In HAMON, (...)
  • 21  Alain CORBIN. Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle : 1845-1880. Paris : Rivière, 1975 (...)
  • 22  René REMOND. Op. cit. p. 109.

20On peut ainsi trouver parmi les innombrables paysans bonapartistes des hommes vivant dans une aisance relative, assez instruits et pris dans les relations sociales denses qu’imposent la vente des produits et l’animation de la communauté villageoise. L’analyse plus poussée des scrutins tend d’ailleurs à montrer que l’électeur bonapartiste type, s’il existe, n’a rien de la brute décrite par les républicains. « Ce sont les zones rurales de la France moderne qui sont le terrain privilégié de l’adhésion plébiscitaire », note par exemple Frédéric Bluche19. L’analyse est confirmée par Frédéric Salmon : la moitié Nord-Est de la France connaît des taux d’alphabétisation élevés et vote pourtant massivement en faveur des candidats officiels ; l’amélioration de la situation économique n’est pas étrangère au bonapartisme du Centre et de quelques départements du Sud-Ouest20. Dans certaines régions, le soutien des ruraux au neveu de l’Empereur semble en outre obéir aux mêmes déterminations que le vote républicain : le bonapartisme rural est en général un bonapartisme populaire, auquel le radicalisme succédera dans certaines régions sans solution de continuité21 ; il apparaît même pour René Rémond comme « une étape de la lente émancipation paysanne »22.

  • 23  Chacun s’accorde désormais à dire qu’il existe au XIXe siècle un bonapartisme de gauche et un bona (...)
  • 24  Sudhir HAZAREESINGH. “Bonapartism as the progenitor of democracy : the paradoxical case of the Fre (...)

21Ces constats ont conduit les chercheurs à revoir leurs catégories d’analyse : plus prudents quant à la situation du bonapartisme sur l’échiquier politique23, la plupart d’entre eux soulignent aujourd’hui la nécessité de dissocier politisation et républicanisation, admettant ainsi l’existence de votes républicains non politisés et de votes bonapartistes politisés24. Doit-on pour autant en conclure que la réalité contredisait alors de façon si éclatante le discours républicain qu’elle ait pu sur le moment en fragiliser la force de conviction ? Il est difficile de trancher : d’un côté, la reprise indéfinie des stéréotypes sur le monde rural laisse à penser qu’ils étaient largement partagés par le public savant ; de l’autre, il faut garder à l’esprit qu’il existait des représentations concurrentes, véhiculées notamment par les bonapartistes.

La force du discours adverse

22Les adversaires bonapartistes n’ont bien sûr pas hésité à réfuter la description républicaine des campagnes. S’ils admettent la frontière marquée par les républicains entre nature et citoyenneté, ils en contestent le tracé : elle passe selon eux non pas entre la nature et les paysans d’une part et la société d’autre part, mais entre la nature et l’électorat rural, qui non seulement appartient de plein droit à la société des hommes mais doit en constituer le modèle.

  • 25  PERSIGNY. Discours sur le rôle politique des classes agricoles prononcé le 8 mai 1864 à l’occasion (...)

23L’habileté des bonapartistes consiste en effet à reprendre à leur compte les critères de validité du vote exposés par les républicains pour montrer qu’ils s’appliquent parfaitement aux suffrages des ruraux favorables à l’Empereur. Il n’est donc pas question pour eux de faire l’éloge d’un éventuel mariage de l’homme et de la terre, où la nature conduirait inéluctablement le paysan au bonapartisme. Ce serait conforter en creux la vision républicaine. La position exposée en 1863 par le duc de Persigny, alors ministre de l’intérieur, est à cet égard très claire : « on pourrait croire, affirme-t-il à l’occasion d’un concours agricole, que si les populations des campagnes se montrent plus modérées, plus sages que les populations des grandes villes, c’est que, plus directement en contact avec les œuvres de Dieu qu’avec les produits de l’homme, elles peuvent puiser dans la contemplation journalière des merveilles de la nature des sentiments plus moraux et plus religieux. Pour moi, Messieurs, je repousse cette explication. »25 Cette dernière le placerait dans le camp des conservateurs et des réactionnaires, et Persigny s’y refuse absolument, soucieux d’affirmer au contraire la modernité du bonapartisme.

  • 26  Ibid.

24Pour Persigny, tout rattache en effet le paysan à la société moderne. Napoléon III ne s’est-il pas donné pour mission « de poursuivre sans relâche l’œuvre si généreusement entreprise de l’amélioration morale et matérielle du peuple »?26 Et d’évoquer les progrès scientifiques et techniques qu’ont connus les campagnes depuis l’instauration du Second Empire : loin d’être coupés du mouvement du siècle, les ruraux sont selon lui entrés dans l’histoire et participent pleinement au développement du pays.

  • 27  Ibid.

25De même, il réfute l’idée républicaine selon laquelle l’emprise de la nature tiendrait le paysan à l’écart de toute vie sociale, l’empêchant ainsi de confronter sa pensée à celle d’autrui et de prendre conscience de son appartenance à la collectivité. Les populations rurales lui apparaissent au contraire comme « confondues les unes dans les autres et liées entre elles par mille relations d’amitié, d’intérêt et de voisinage » qui les instruisent et les éclairent27. Elles développent donc à ses yeux une sociabilité plus riche que celle des citadins, perdus dans une foule informe et anonyme.

  • 28  Ibid.

26Ainsi définie, la séparation moderne entre nature et société vient légitimer le pouvoir impérial, soutenue par la partie de la société la plus nombreuse mais aussi la plus apte à formuler « l’opinion la plus éclairée »28 : insérés dans un tissu social dense et organisé, travaillant sans relâche au progrès de l’agriculture sans négliger celui de l’esprit et de la moralité, les paysans décrits par les bonapartistes ont depuis longtemps rompu avec les déterminations naturelles pour accéder à la citoyenneté des modernes. Tout aussi stéréotypé sans doute que le discours républicain sur les campagnes, le discours bonapartiste a l’immense avantage de justifier ses succès dans les urnes tout en flattant ceux qui y ont contribué.

27Comment les républicains ont-ils pu en effet songer à gagner les élections en méprisant l’électorat majoritaire ? Certes, leurs accusations sont portées en des lieux – brochures, articles de la presse savante – qui pouvaient sembler inaccessibles à ces paysans à qui ils ne reconnaissaient aucune lueur d’intelligence. La propagande républicaine à destination des campagnes, lorsqu’elle échappait à la censure, était plus encline à souligner le bon sens paysan. Mais leurs adversaires bonapartistes ont eu beau jeu de diffuser largement leurs propos les plus virulents, et avec d’autant plus de délectation qu’ils entraient manifestement en contradiction avec les principes au fondement du projet républicain.

La remise en question des principes républicains

28En réactivant le partage nature/société pour expliquer leurs échecs électoraux, les républicains réaffirment certes une conception exigeante de la citoyenneté, conçue comme arrachement à toutes les déterminations naturelles et psycho-sociales. Mais en rejetant les électeurs ruraux du côté de la nature, ils remettent en question le principe d’égalité qui constituait pourtant le cœur de leurs conceptions politiques.

29Jusqu’en 1848, ils avaient en effet fondé leurs revendications en faveur du suffrage universel sur la conviction que les inégalités sociales ne pouvaient justifier l’exclusion politique d’une partie de la population. L’égalité en droit des individus conduisait à leurs yeux à reconnaître la même valeur à chacun des suffrages.

  • 29  Sur cette question, voir les travaux d’Anne Verjus, en particulier le livre issu de sa thèse : Le (...)

30À l’époque déjà, et dans le prolongement des thèses révolutionnaires, la séparation nature/société avait pesé sur leur décision d’exclure du droit de vote la moitié de la population. Les femmes avaient ainsi été écartées de la citoyenneté en partie parce qu’elles leur semblaient placées de l’autre côté de la frontière, dans la sphère de la reproduction et des besoins vitaux, celle du privé, du domestique, de la famille, en opposition au public, au politique, à l’individu-citoyen29.

  • 30  Eugène PELLETAN. Op. cit. p. 8.
  • 31  Ferdinand de LASTEYRIE. Le paysan, ce qu’il est – ce qu’il devrait être : petite étude morale et p (...)

31Dans les années 1860, un raisonnement sensiblement différent, mais qui invoque le même type de partition entre nature et citoyenneté, les conduit à remettre en cause l’égale valeur de tous les suffrages. Ce qui était inconcevable quelques années plus tôt devient possible : on peut être républicain et affirmer que l’électeur paysan est « l’électeur le moins électeur dans le sens idéal de l’expression »30 ou souligner « l’inaptitude complète de la plupart des habitants de la campagne à l’exercice des droits si importants que notre Constitution politique leur confère »31.

  • 32  Eugène BONNEMERE. Op. cit. p. 441.
  • 33  Jean de La Bruyère, cité par Charles DUPONT-WHITE. La liberté de la presse et le suffrage universe (...)

32En plaçant les ruraux du côté de la nature, les républicains ouvrent en effet une brèche dans le sentiment du semblable dont Tocqueville fait l’apanage des sociétés démocratiques. Plus proches de la bête que de l’homme, les paysans sont aux yeux des républicains marqués du sceau de l’altérité. Il faut pour Bonnemère, qui s’en désole, se rendre à l’évidence : ils appartiennent à une « race inférieure et ennemie chargée de nous faire vivre et d’exécuter ces travaux abrutissants et indignes d’occuper les hommes »32. Le jeu des références et citations qui parsèment les écrits anti-ruraux des républicains en témoigne. La peinture de La Bruyère y est souvent reprise, comme si la France du XIXe siècle n’avait pas rompu avec les états et les castes : « l’on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles, répandus dans la campagnes, noirs et tout brûlés du soleil, attachés à la terre, qu’ils fouillent et qu’ils remuent avec une vivacité invincible : ils ont comme une voix articulée et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes. »33

  • 34  Pierre ROSANVALLON. Le sacre du citoyen : histoire du suffrage universel en France. Paris : Gallim (...)

33L’instauration du suffrage universel masculin, dont Pierre Rosanvallon a bien montré qu’elle avait été conçue avant tout comme un « cérémonial de l’inclusion »34, a ainsi paradoxalement débouché sur un discours de l’exclusion, qui repousse en marge de la société les trois quarts de la population.

3. Les exigences de la modernité

34Le discours que les républicains tiennent sur les campagnes semble à même de les rassurer en expliquant leurs échecs électoraux, mais c’est à un prix qui peut aujourd’hui nous sembler exorbitant : il leur a fallu en passer par la déformation de la réalité et un mépris des électeurs majoritaires qui, à l’heure du suffrage universel, manque à la fois d’efficacité et de légitimité. L’amertume suffirait-elle à rendre compte de l’insistance avec laquelle les républicains ont stigmatisé le monde rural ?

La liberté des modernes

35La raison en est sans doute plus profonde. Si les républicains sont allés jusqu’à remettre en cause leurs chances électorales comme certains de leurs principes les plus fondamentaux, c’est au nom d’une angoisse plus impérative encore, celle de voir le bonapartisme s’imposer comme le seul régime approprié à la modernité.

36Ce qu’il leur a paru intolérable, c’est non seulement que la plus grande partie du peuple français puisse soutenir un Bonaparte, mais aussi et surtout que les partisans du régime impérial s’en réclament pour dénoncer le projet républicain comme une entreprise inadaptée à la nature de l’homme moderne. La description bonapartiste du paysan s’inscrit en effet dans une vision plus large, qui voit dans le césarisme le seul régime susceptible de satisfaire les aspirations du temps : l’ordre et la paix, garants de la poursuite individuelle des intérêts particuliers. Les républicains sont au contraire accusés de soutenir des conceptions archaïques, empruntées aux cités antiques, qui exigent de l’individu une vertu surhumaine et le plongent dans une agitation politique peu propice à la bonne gestion de ses affaires personnelles. Les bonapartistes remettent ainsi au goût du jour la querelle des anciens et des modernes en en récrivant les rôles. La liberté politique revendiquée par les républicains est identifiée à la trop exigeante liberté antique tandis qu’eux-mêmes s’autoproclament défenseurs de la liberté des modernes, réduite à la liberté individuelle et placée sous la bienveillante autorité de l’Empereur. Liberté dans les affaires privées, autorité en matière politique : tels sont les besoins des modernes selon les bonapartistes.

  • 35  Raymond TROPLONG. Du principe d’autorité depuis 1789 suivi de nouvelles considérations sur le même (...)

37Le discours bonapartiste invoque ainsi sans relâche les exigences du développement économique, qui apparaît comme la caractéristique du siècle et s’oppose à l’idéal républicain de participation politique, beaucoup trop accaparante. Pour Raymond Troplong, qui a participé à la rédaction de la Constitution du Second Empire, c’est la raison pour laquelle la majorité rurale repousse avec tant de constance les candidats républicains : « Associée à la propriété foncière par le libre morcellement du sol, investie des droits d’égalité et de liberté civile qui font la dignité de l’homme, éclairée et moralisée par le christianisme, qui élève la civilisation moderne si fort au-dessus de la civilisation antique, elle travaille, elle produit, elle obéit aux lois et repousse les tentations de l’esprit révolutionnaire, qui paralyse son ardeur laborieuse et tarit les sources de son bien-être »35.

  • 36  Philippe VIGIER. « Le bonapartisme et le monde rural ». In HAMMER, Karl, HARTMANN, Peter Claus dir (...)

38Les historiens confirment en partie le constat. L’un des facteurs avancés pour expliquer l’adhésion des ruraux au bonapartisme est en effet l’amélioration des conditions de vie dans les campagnes, sous l’effet de la croissance économique et d’une politique agricole modernisatrice. « Le fait essentiel à cet égard, note ainsi Philippe Vigier, est la reprise sur une échelle beaucoup plus vaste que sous la Monarchie de Juillet d’une politique de travaux publics qui permet à la paysannerie de profiter pleinement de la hausse des revenus agricoles »36.

Le rôle de la vertu

  • 37  Benjamin CONSTANT. « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes (1819) ». De la liber (...)

39Pour les républicains, l’argumentation bonapartiste est bien sûr inadmissible. Mais la réponse qu’ils font à leurs ennemis politiques est étonnante. On s’attendrait en effet à ce qu’ils reprennent le raisonnement de Benjamin Constant : les modernes sont certes soucieux de poursuivre paisiblement leurs intérêts particuliers mais ils ne sauraient bénéficier longtemps de cette liberté individuelle s’ils renoncent à la liberté politique, qui en est à la fois la garantie et l’approfondissement. Chez Constant, ce n’est évidemment pas l’autorité qui garantit les jouissances offertes par la liberté individuelle, mais bien la liberté politique : « où trouverions-nous ces garanties, si nous renoncions à la liberté politique ? Y renoncer serait une démence semblable à celle d’un homme qui, sous prétexte qu’il n’habite qu’un premier étage, prétendrait bâtir sur le sable un édifice sans fondements »37.

  • 38  Henri ALLAIN-TARGE. La République sous l’Empire : lettres, 1864-1870. Paris : Grasset, 1939. p. 13 (...)

40La réfutation des républicains prend pourtant une tout autre voie. Elle consiste à condamner tout encouragement à la poursuite des intérêts particuliers, où les républicains voient une tentative pour conforter les instincts bassement matériels des populations. Le partage liberté individuelle/liberté politique est ainsi réinterprété par les républicains dans les termes de la séparation nature/citoyenneté : la liberté de travailler à améliorer son lopin de terre devient sous leur plume une incitation à se détourner du destin véritablement humain que constitue la citoyenneté pour se complaire dans une vie abrutissante, essentiellement consacrée à la satisfaction des besoins vitaux. Comme Henri Allain-Targé, nombreux sont alors ceux qui dénoncent cette « médiocratie croupissante » encouragée par le régime impérial et privilégiant les « jouissances matérielles » aux dépens des « passions salutaires et nobles de la politique »38.

  • 39  Lucien-Anatole PREVOST-PARADOL. Lettre au rédacteur. Le courrier du dimanche, journal politique, l (...)
  • 40  Lucien-Anatole PREVOST-PARADOL. Journal des débats politiques et littéraires, 15 mars 1868, p. 1.

41Tout se passe ainsi comme si la configuration du débat dans les termes choisis par les bonapartistes – liberté individuelle versus liberté politique – conduisait les républicains à radicaliser leur attachement à la vertu politique opposée aux intérêts matériels. Elle paraît d’ailleurs si prégnante que certains libéraux ont emboîté le pas aux républicains. La position de Prévost-Paradol en est un bon exemple. Soucieux de réfuter terme à terme le discours bonapartiste, ce libéral en vient certes à défendre la liberté politique contre l’autorité, mais aussi « le juste et le beau » contre « l’utile et l’agréable »39 et la vertu contre « l’ordre matériel »40.

42On comprend mieux dès lors le souci des républicains – et de certains libéraux – d’interpréter le vote rural dans les termes de l’opposition nature/citoyenneté. Non seulement elle invalide les suffrages de la majorité paysanne, reléguée du côté de la nature immobile, privée de raison, de société et d’histoire. Mais elle sert aussi et surtout la condamnation du régime impérial comme renoncement à la dignité humaine, à la morale et à la liberté politique, renoncement d’autant plus intolérable aux yeux des républicains qu’il se fait au nom de la modernité.

Les enjeux d’une forme de crispation idéologique

43Le Second Empire apparaît donc comme un moment historique très particulier, où se produit une forme de crispation idéologique autour de la séparation nature/société. Trois éléments convergent alors pour radicaliser la position républicaine : le fait que le bonapartisme trouve ses meilleurs soutiens dans les populations des campagnes, plus proches de la nature que celles des villes ; le fait qu’il se réclame lui-même de la modernité ; mais d’une modernité apolitique, identifiée au progrès économique. La réponse des républicains, on l’a vu, fut d’associer nature, bonapartisme rural et encouragement des bas instincts et de les opposer à la citoyenneté, à la République et à la vertu. Dans un siècle où règne la croyance au progrès de la civilisation, il leur est ainsi possible de démontrer le caractère intempestif de l’adhésion au régime impérial. Comment l’homme moderne pourrait-il en effet être bonapartiste ? Ce serait retourner à la vie primitive, exclusivement consacrée à la satisfaction de besoins vitaux et de pulsions rudimentaires.

  • 41  Eugène SEMERIE. La politique républicaine à propos de l’article 7 : lettre à M. Clemenceau, député (...)

44Il en résulte une politisation intense de ces thèmes : la simple mention de la nature, de la paysannerie ou des intérêts matériels évoquent immanquablement le bonapartisme à l’esprit des républicains. Ces derniers auront du mal à s’en défaire, comme en témoignent les résistances rencontrées dans leur propre camp par Ferry et Gambetta, quand, la République une fois instaurée, ils tentent de faire adopter à leurs alliés une vision plus positive du monde rural en même temps qu’une conception plus libérale de la République. « Invoquer la vraie France, les masses rurales, l’opinion publique, le besoin de repos » ? Ce ne peut être pour les radicaux que « le cliché de l’Empire »41.

45Il en restera des traces. Si le rapport de la culture républicaine française aux questions nouvelles posées par l’écologie ou la bioéthique a si longtemps été marquée – et reste encore marquée dans une certaine mesure – par une difficulté à sortir de la séparation nature/société, c’est en effet sans doute que cette dernière fut historiquement plus qu’une grille de lecture du monde : elle a été pensée et vécue pendant plus de vingt ans comme une arme rhétorique et conceptuelle contre le Second Empire, une barrière érigée contre les ennemis de la liberté et de la République.

Notes

1  Les premières – et dernières – élections présidentielles de la jeune République née en février 1848 se tiennent le 10 décembre 1848 : elles offrent une victoire écrasante au neveu de l’Empereur, Louis-Napoléon Bonaparte, dont la candidature recueille 5 400 000 voix, soit environ 74 % des suffrages exprimés.

2  Le coup d’Etat du 2 décembre 1851 ouvre la voie à la révision de la Constitution, consacrée en décembre 1852 par le rétablissement de l’Empire. Le suffrage universel masculin, instauré en février 1848, restreint par le parti de l’ordre en mai 1850 et rétabli par Louis-Napoléon Bonaparte à l’occasion du coup d’Etat, est maintenu sous le Second Empire.

3  François FURET. La Révolution de Turgot à Jules Ferry : 1770-1880. Paris : Hachette, 1988. p. 408.

4  Jules FERRY. La lutte électorale en 1863. Paris : Dentu, 1863. p. 84.

5  D. R. SAINT-PE. Les paysans et le suffrage universel : études sociales et politiques. Paris : Gaittet, 1869. p. 65.

6  Eugène BONNEMERE. Histoire des paysans depuis la fin du Moyen-Âge jusqu’à nos jours : 1200-1850, précédée d’une introduction an 50 avant Jésus-Christ – 1200 après Jésus-Christ. Paris : F. Chamerot, 1856. Tome 2, p. 442.

7  Eugène PELLETAN. Aide-toi, le ciel t’aidera. Paris : Pagnerre, 1863. p. 7.

8  Alfred MEZIERES. La société française : le paysan, l’ouvrier, la bourgeoisie, l’aristocratie, les femmes – études morales sur le temps présent. Paris : Didier, 1869. p. 23.

9  Jules FERRY. Op. cit., p. 10.

10  Eugène TENOT. Le suffrage universel et les paysans. Paris : Librairie centrale, 1865. p. 13.

11  Jules FERRY. Op. cit. p. 42.

12  Jules MICHELET. Le Peuple. Paris : Hachette, 1846. p. 66.

13  Ibidem. p. 57.

14  Ibid. p. 58.

15  Séance du 16 juin 1848. Moniteur universel, 17 juin 1848, p. 1402.

16  Les deux expressions sont de Maurice Agulhon et ont longtemps nourri l’histoire de la politisation des campagnes. La première est extraite du titre de l’ouvrage déjà cité : Maurice AGULHON. 1848 ou l’apprentissage de la République... Op. cit. La seconde est le titre d’un des chapitres de l’ouvrage issu de sa thèse : Maurice AGULHON. La République au village : les populations du Var, de la Révolution à la Seconde République. Paris : Seuil, 1979. p. 259. (Première édition : 1970).

17  Voir notamment René REMOND. Les droites en France. Paris : Aubier Montaigne, 1982. 544 p. ; Jean-François SIRINELLI dir. Histoire des droites en France. Paris : Gallimard, 1992. 3 vol.

18  Jean-Luc MAYAUD. Les paysanneries françaises face à la Seconde République. 1848, révolutions et mutations au XIXe siècle, juin 1990, p. 55-64.

19  Frédéric BLUCHE. Le prince, le peuple et le droit : autour des plébiscites de 1851 et 1852. Paris : PUF, 2000. p. 18-19.

20  Frédéric SALMON. « La « gauche avancée » en 1849 et en 1870 : le pourquoi de la chute ». In HAMON, Léo dir. Les républicains sous le Second Empire. Paris : MSH, 1993. p. 93-110.

21  Alain CORBIN. Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle : 1845-1880. Paris : Rivière, 1975. Tome 1, p. 509 ; Frédéric Bluche, Le bonapartisme : aux origines de la droite autoritaire (1800-1850), Nouvelles éditions latines, 1980, p. 325.

22  René REMOND. Op. cit. p. 109.

23  Chacun s’accorde désormais à dire qu’il existe au XIXe siècle un bonapartisme de gauche et un bonapartisme de droite.

24  Sudhir HAZAREESINGH. “Bonapartism as the progenitor of democracy : the paradoxical case of the French Second Empire”. In BAEHR, Peter, RICHTER, Melvin dir. Dictatorship in history and theory : bonapartism, caesarism, and totalitarianism. Cambridge : Cambridge University Press, 2004. p. 129-152.

25  PERSIGNY. Discours sur le rôle politique des classes agricoles prononcé le 8 mai 1864 à l’occasion de la distribution des prix du concours régional de Roanne. In DELAROA, Joseph. Le duc de Persigny et les doctrines de l’Empire. Paris : Plon, 1865. p. 167-179.

26  Ibid.

27  Ibid.

28  Ibid.

29  Sur cette question, voir les travaux d’Anne Verjus, en particulier le livre issu de sa thèse : Le cens de la famille : les femmes et le vote, 1789-1848. Paris : Belin, 2002, 255 p.

30  Eugène PELLETAN. Op. cit. p. 8.

31  Ferdinand de LASTEYRIE. Le paysan, ce qu’il est – ce qu’il devrait être : petite étude morale et politique. Paris : Armand Le Chevalier, 1869. 111 p.

32  Eugène BONNEMERE. Op. cit. p. 441.

33  Jean de La Bruyère, cité par Charles DUPONT-WHITE. La liberté de la presse et le suffrage universel. Paris : Charles Douniol, 1866. p. 42-43.

34  Pierre ROSANVALLON. Le sacre du citoyen : histoire du suffrage universel en France. Paris : Gallimard, 2001. p. 376. (Folio. Histoire ; 100)

35  Raymond TROPLONG. Du principe d’autorité depuis 1789 suivi de nouvelles considérations sur le même sujet. Paris : Plon, 1853. p. 32-33.

36  Philippe VIGIER. « Le bonapartisme et le monde rural ». In HAMMER, Karl, HARTMANN, Peter Claus dir. Le bonapartisme : phénomène historique et mythe politique. Munich : Artemis Verlag, 1977. p. 11-21.

37  Benjamin CONSTANT. « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes (1819) ». De la liberté chez les modernes : écrits politiques. Textes choisis, présentés et annotés par Marcel Gauchet. Paris : Livre de poche, 1980. p. 493-515.

38  Henri ALLAIN-TARGE. La République sous l’Empire : lettres, 1864-1870. Paris : Grasset, 1939. p. 133.

39  Lucien-Anatole PREVOST-PARADOL. Lettre au rédacteur. Le courrier du dimanche, journal politique, littéraire et financier, 10 mai 1863, p. 3-4.

40  Lucien-Anatole PREVOST-PARADOL. Journal des débats politiques et littéraires, 15 mars 1868, p. 1.

41  Eugène SEMERIE. La politique républicaine à propos de l’article 7 : lettre à M. Clemenceau, député de Paris. Paris : s. n., 1879. p. 44.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search