Version classiqueVersion mobile

Soins, secours et exclusion

 | 
Nicole Brocard

Troisième partie. L’assistance dans les hôpitaux et léproseries au xve siècle

Chapitre 1. Une catégorie à part d’assistés : les lépreux

Texte intégral

  • 1 De nombreuses pièces concernant la léproserie de la Vèze proviennent d'une liasse conservée à la c (...)
  • 2 Hippocrate, De l'art médical, p. 578, précise que l'air est la cause des maladies : « Ainsi donc il (...)

1Les sources les concernant, allusives jusqu'à la fin du xive siècle, offrent en revanche des renseignements plus riches et plus précis sur la période du xve siècle. Les archives municipales anciennes de Besançon conservent notamment divers documents qui permettent d'établir la fréquentation de la léproserie de la Vèze sur presque un demi-siècle, entre 1474 et 1517. Le recoupement de la documentation met en évidence le nombre de lépreux, parfois leur origine sociale, leur durée de vie à la maladière et les problèmes posés par leur cohabitation forcée1. Les archives d'Arbois, de Dole, Salins, Montbéliard, Gray ou Gy, moins abondantes, donnent cependant des éléments complémentaires sur leur accueil et sur la façon dont s'organise leur vie d'exclus dans l'espace éloigné et clos des ladreries2. Elles laissent aussi transparaître les sentiments de peur provoqués par cette terrible maladie.

I. « Jeté » en léproserie

  • 3 Arétée de Cappadoce, médecin grec de la fin du premier siècle de l'ère chrétienne, exprime de faço (...)
  • 4 « La prophétie de l'ange s'est réalisée : la lèpre lui ronge cruellement le nez et altère sa voix. (...)
  • 5 « En 1321, une chronique du monastère de Sainte-Catherine de Mont-Saint-Aignan, rapporte que le cr (...)

2La littérature développe autour de cette maladie des motifs effrayants, stigmatisant l'horreur de la situation du malade et la répulsion qu’il inspire3. Ami, dans la chanson de geste Ami et Amile est avant tout un être déchu4. Comme les ladres de son temps, il est dénoncé, chassé et craint. Monstrueusement laid, corrompu, vivant en marge, il est soupçonné de vouloir empoisonner5 les gens sains.

La lèpre : une maladie qui provoque l'effroi

  • 6 Dans son Congé, Jean Bodel exprime son angoisse face à la séparation du monde. « Bertel, de bon ou (...)
  • 7 Jean Bodel (fin XIIe-1210), trouvère de la région d'Arras, adressa en 1202 un Congé à ses relation (...)

3Le mépris et la misère provoqués par cette maladie, la douleur de la séparation6 sont aussi amplement décrits par les poètes lépreux, Jean Bodel7 et Baude Fastoul, dans des textes où ils prennent congé de leurs relations de la région d'Arras.

  • 8 Baude Fastoul, trouvère picard né dans le premier tiers du xiiie siècle à Arras et mort en 1272 à (...)
  • 9 Zink (M.), Le ladre de l'exil au Royaume, comparaison entre les Congés de Jean Bodel et ceux de Bau (...)
  • 10 Congé de Jean Bodel : « Chagrin, honteux et abattu, je recommande à Dieu Baude et Thomas, car je p (...)

4En détaillant ses tourments, Baude Fastoul8 évoque le mal dont « il lui faut moisir » et les taches blanches qui luisent sur sa peau. Pour reprendre l'expression de M. Zink9, « il témoigne d'une satisfaction amère à étaler la réalité répugnante de son état », même s'il affirme que l'espérance en Dieu lui apporte un secours. La souffrance de Jean Bodel dans son Congé n'est pas moins vive. Il insiste sur sa monstruosité, sur la honte née de son mal, ainsi que sur le rapport étroit unissant « honte » et « douleur »10. Son véritable tourment ne résulte pas tant de la maladie elle-même, mais du dégoût que la société lui témoigne. Baude Fastoul éprouve le même sentiment ; il ironise sur sa condition et s'affuble de plaisanteries que les autres pourraient lui faire ; sa voix enrouée, écrit-il, serait susceptible d'accompagner de son sifflement, un jongleur jouant du tambourin ; ses moignons n'ont plus besoin d'être chaussés. Il se présente comme une créature burlesque, grotesque et humiliée.

  • 11 « Sara'at » dérive de la racine « sarat' » qui signifie « frappé par Dieu ».

5La honte, la douleur et l'indignité qui transparaissent à travers les Congés de ces deux poètes, traduisent des sentiments hérités culturellement. Dans la Bible, le lépreux, désigné par le terme sara'at11, est un être impur qui doit être chassé. Le Lévitique dit :

  • 12 Les chapitres 13 et 14 du Lévitique traitent de la lèpre, entendue dans le sens large de moisissur (...)

« Lorsqu'un homme aura sur la peau de sa chair une tumeur, une dartre ou une tache luisante, et que la peau de sa chair présentera des indices d'une plaie de lèpre, on l'amènera... à l’un des prêtres... Le prêtre examinera la plaie qui est sur la peau de sa chair : si le poil qui est sur la plaie est devenu blanc et que la plaie paraisse plus profonde que la peau de sa chair, c'est une plaie de lèpre. Le prêtre l'examinera et le déclarera impur. »12

  • 13 Les Evangiles montrent Jésus qui, après avoir guéri des lépreux, les envoie auprès d'un prêtre. Lu (...)
  • 14 Le cèdre est un symbole d'incorruptibilité, alors que le cramoisi est celui du sang et de la vie. (...)
  • 15 Lèv. 14, 1-10. Le sang joue un rôle important dans la symbolique de la guérison ou de la purificat (...)

6Ainsi exclu, le malade ne peut rentrer dans la communauté des gens sains, qu'après une guérison dûment constatée par un prêtre13 et accompagnée de rites de purification précisés dans le Lévitique ; ceux-ci consistent dans l'immolation d'un oiseau dont le sang est recueilli dans un vase d'argile ; le prêtre prend alors du bois de cèdre, du cramoisi, de l'hysope14 et un autre oiseau vivant, qu'il trempe dans ce sang dont il asperge ensuite sept fois celui qui se purifie de la lèpre15. Ces rites sont suivis d'un bain et de sacrifices.

7L'abjection et l'humiliation du lépreux, particulièrement sensibles dans le livre de Job, ont également nourri la vision de la lèpre.

  • 16 Job 30. 1-9-10.

« Et maintenant, je suis la risée de gens plus jeunes que moi... je suis devenu leur fable ! Ils m'ont en horreur, ils s'éloignent de moi, et à mon visage, ils n'épargnent pas le crachat. »16

  • 17 II Samuel, 3, 29.

8Reprise par les Pères de l'Eglise, cette conception se charge aussi d'un sens moral. La corruption des chairs se comprend comme la conséquence d'une punition divine17. Le commentaire des Ecritures insiste sur l'idée du péché à l'origine du mal. Le lépreux doit faire sa pénitence sur terre, mais à ce titre, selon Grégoire de Naziance, mérite la pitié.

  • 18 Isaie, 10, 18.
  • 19 Texte de Grégoire de Naziance sur le triomphe de la miséricorde, dans Hamann, Riches et pauvres da (...)

« Les hommes qui tombent inopinément dans le malheur me paraissent mériter encore plus de compassion que les gens qui ont l'habitude de souffrir. Je songe en particulier aux victimes d'un mal maudit, dont la chair pourrit jusqu'aux os et aux moelles selon la menace du prophète18. Peu à peu les abandonne ce corps qui n'était que douleur, honte et mensonge. »19

  • 20 Robert (U.), "Les signes d'infamie au Moyen-Age, juifs, sarrasins, lépreux, cagots et filles publiq (...)

9Grégoire de Naziance assortit ce propos sur la miséricorde en demandant à tout bon chrétien de reconnaître dans chaque malade le Christ souffrant qui, dans l'iconographie médiévale peut d'ailleurs comme le ladre, être représenté la tête recouverte d'un capuchon gris20.

10Toutes ces images de peur, d'avanie et de rejet placent les lépreux en marge d'une société où ils sont perçus comme des parias menaçant la santé publique. Pécheurs et repentants, ils sont aussi objets de pitié. L’exclusion et la charité sont les deux comportements complémentaires, contradictoires, indissociables et ambivalents des communautés au Moyen-Age envers leurs malades.

Approche médicale de la lèpre : connaissances actuelles21 et conception médiévale

  • 21 Le passage sur les connaissances actuelles de la lèpre a été composé d'après Kernbaum (S.), Élémen (...)
  • 22 On estime en France la présence actuelle d'environ un millier de lépreux originaires pour la plupa (...)
  • 23 Hansen Gerhard (1841-1912) : médecin et botaniste norvégien qui a découvert le bacille de la lèpre (...)

11La lèpre22, maladie infectieuse très peu contagieuse, présente des symptômes cutanés et nerveux. Provoquée par le bacille de Hansen23 ou Mycobacterium leprae, cette affection succède à une incubation de deux à quinze ans.

  • 24 Dès le Xe, ainsi que l'indique Grmek (M.), Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, p (...)
  • 25 Aujourd'hui bien traitée grâce aux sulfamides, cette forme de lèpre peut guérir dans une période d (...)

12La maladie commence par une forme indéterminée. L'état général du patient est conservé, mais quelques taches de dépigmentation apparaissent sur la peau. Aucun autre signe n'existe en dehors d'une hypoesthésie24. A ce stade, la lèpre peut évoluer spontanément vers une guérison en quelques mois ou vers une forme plus évoluée telle la lèpre tuberculoïde. Le malade qui en est atteint présente des plaques de taches achromiques de taille variable et au bord saillant ; elles sont le siège de troubles vasomoteurs avec perte de la sudation et de la pilosité, ainsi que celui d'une abolition de la sensibilité. S'y associe une névrite hypertrophique dans des endroits de prédilection : nerf cubital au coude, nerf médian au canal carpien, nerf sciatique poplité externe au col du péroné. Il peut s'associer à cette névrite des troubles sensitivo-moteurs25. L'insensibilité à la chaleur, à la douleur puis au tact apparaissent et sont causes d'auto-mutilation et de surinfection. Progressivement, le malade peut se paralyser, se montrer incapable de serrer le pouce et l’auriculaire, le pouce et l'annulaire ; il devient incapable de lever les pieds pour marcher. D'autres troubles se présentent, comme des altérations osseuses et des ongles déformants.

  • 26 Le malade en héberge plusieurs kilos.

13Mais la forme lépromateuse est de loin la plus dangereuse. Elle affecte la peau et la plupart des tissus : des nodules ou lépromes siègent partout, surtout au visage et sur le lobe des oreilles ; les sourcils tombent. Mais la maladie se caractérise surtout à ce stade par une rhinite quasi-permanente, riche en bacilles, pouvant produire une destruction de la cloison nasale. L'état général du malade se dégrade rapidement, la fièvre est fréquente. La lèpre peut devenir alors la source d'autres maux : pharyngite, laryngite, atteinte osseuse, conjonctivite, ulcère cornéen, cécité. Les bacilles envahissent progressivement par voie sanguine tout l'organisme26. L'évolution se fait par poussées ; la mort survient dans un état de cachexie.

14Si la forme lépromateuse ne laisse aucun doute sur son degré de contagiosité, on s’interroge encore aujourd'hui sur l'éventualité de la contamination par la lèpre tuberculoïde. Globalement, la maladie reste très peu contagieuse, mais les enfants et les individus malnutris y sont plus réceptifs. Comment percevait-on cette affection aux xive et xve siècles ?

  • 27 On désigne par flegme toute sécrétion incolore.
  • 28 Kurth (G.), La lèpre en Occident avant les croisades ; Jeanselme (E.), “Comment l'Europe au Moyen-A (...)
  • 29 Pour Giammatteo Ferrari Da Grado, l'humeur mélancolique favorise particulièrement le développement (...)
  • 30 Histoire générale des sciences, sous la dir. de R. Taton, t. 1, La science antique et médiévale.

15La médecine médiévale, inséparable de la théologie et de la philosophie grecque, voit dans l'homme un microcosme régi par quatre humeurs : le sang, le flegme27, l'atrabile et la bile. Ce micro-univers, placé au sein d'un macrocosme, est gouverné par les quatre éléments que sont l'air, l'eau, la terre et le feu28. Chacun de ces éléments exerce une influence sur les humeurs29 ; comme l'air, le sang est chaud et humide ; comme l'eau, le flegme est froid et humide ; comme la terre, l'atrabile est froide et sèche ; enfin comme le feu, la bile est chaude et sèche30.

  • 31 Hippocrate, De l'art médical, p. 547, explique que « toutes les maladies proviennent quant aux chos (...)
  • 32 A partir du xiie siècle, il se produit une véritable révolution au niveau du savoir médical en Occ (...)
  • 33 Raymond Lulle explique dans ses Principes de médecine que les humeurs déterminent les caractères : (...)

16Scion la doctrine hippocratique31 diffusée par Galien et très largement répandue au Moyen-Age32, de l'équilibre ou du déséquilibre des humeurs, dépendent la santé, la maladie et le caractère33. La pharmacopée doit être étudiée en conséquence ; le médecin s'attache à trouver le degré et la nature du déséquilibre et cherche grâce à des plantes ou des minéraux appropriés, le moyen de les corriger.

  • 34 Principes de médecine de Raymond Lulle...

« Les médecins font des mélanges pour qu'ils se mélangent dans le corps et fortifient l’humeur qui en a besoin, ou affaiblissent celle qui est trop forte, par potion, emplâtre ou électuaire »34.

  • 35 Selon les intuitions d'Hippocrate, une nourriture et un mode de vie déséquilibrés provoquent la ma (...)
  • 36 Les connaissances actuelles montrent que l’alcoolisme chronique entraîne une déficience du système (...)
  • 37 Cité dans Bériac (F.), Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 22.

17Ainsi Galien (130-201) explique que la lèpre résulte d'un flot d'atrabile produit par une consommation excessive de lentilles et d'escargots35. Dans la même tradition, Arnaud de Villeneuve incrimine l’usage trop abondant de vin pur36 et de mets aillés et poivrés37.

  • 38 L'année 1527 marque le point culminant de l'influence de Paracelce : grâce à l'appui de son ami Er (...)

18Au début du xvie siècle, Paracelse38, même s'il rejette la médecine officielle, considère lui aussi que la maladie prend son origine dans les quatre éléments ; il distingue trois sortes de lèpre : d'abord la lèpre simple où un seul élément quel qu'il soit est concerné. Il existe donc selon lui quatre catégories de cette lèpre : lèpre de terre, lèpre d'eau, lèpre d'air et lèpre de feu. Il voit ensuite une lèpre mixte où deux éléments sont atteints conjointement. Enfin, il envisage une lèpre universelle où la putréfaction du corps est causée par le déséquilibre des quatre éléments.

  • 39 Marié (E.), Précis de médecine alchimique..., p. 153. Le livre VI (p. 144-152) reproduit le texte d (...)

19Chacune des formes de la maladie occasionne des symptômes différents. Dans la lèpre de terre, la putréfaction commence par les extrémités et sur le visage ; dans celle de l'eau en revanche, les pieds enflent et ne peuvent supporter le moindre refroidissement. La peau se couvre d'ulcères. La lèpre d'air donne une haleine fétide, une modification de la pigmentation de la peau et une perte de la sensibilité. Enfin, la lèpre de feu se caractérise par l'apparition de lésions cutanées qui provoquent des sensations de brûlure. De l'avis de Paracelse, les divers organes sont touchés également en fonction du déséquilibre plus ou moins important des différentes humeurs et des éléments qui correspondent. L'eau concerne la lèpre du poumon ; en dehors du gonflement des pieds qui en est un symptôme, la voix rauque en est la caractéristique. Mais, lorsque la rate est atteinte, le sang contient des particules sablonneuses39.

  • 40 Bériac (F.), Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 20.

20D'une manière générale, Paracelse reprend lui aussi des idées répandues depuis le xiiie siècle où on distingue quatre sortes de lèpre : l'éléphantia produite par l'atrabile, la tiria causée par le flegme, la léonina par la bile et la vulpina par le sang40. Il la considère comme très contagieuse.

  • 41 Le Goff (J), L'imaginaire médiéval, p. 145, évoque la conception de Césaire d'Arles relative à la t (...)
  • 42 Le sang des règles était, selon Henri de Mondeville, la lie des humeurs qui engendrait toutes sort (...)
  • 43 Bériac (F.), Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 22.
  • 44 Giammatteo Ferrari Da Grado y voit comme causes, « l'hérédité, la corruption de l'air, les attouch (...)
  • 45 On estime à moins de 3 % les cas de lèpre conjugale. Seul, « un petit nombre des individus exposés (...)

21A la fin du xiiie et au début du xive siècles, des sommités médicales comme Arnaud de Villeneuve et Henri de Mondeville s’interrogent sur la contamination vénérienne41 ; ils incriminent la conception pendant les menstrues42, l'accouplement avec un lépreux ou encore, les relations sexuelles avec une femme ayant eu des rapports avec un ladre43. Le sperme d'un père contaminé détermine une corruption inéluctable de l'enfant à naître44. Cette vision de la transmission de la maladie, associée à des conceptions morales et religieuses liées à la médecine, font aussi de la lèpre le châtiment naturel du péché de luxure45.

  • 46 L'air pour les anciens et pour les hommes du Moyen-Age n'a pas la même propriété que notre mélange (...)
  • 47 « Leur hantize est si périlleuse et contagieuse qu'il fault nécessairement les segreger et séparer (...)

22Néanmoins, cette affection se contracte surtout par la simple fréquentation des lépreux : leur simple respiration corrompt l'air ambiant46 et empoisonne la population saine47, même si l'abus de certains aliments, tels les choux, les lentilles, les oignons, l'ail, le lait et le vin pur, doit être incriminé. Une consommation abusive de viande de bêtes sauvages comme celle du loup, du renard ou du lièvre, favorise également le déséquilibre des humeurs. C'est pourquoi Arnaud de Villeneuve écrit :

  • 48 Certains de ces aliments sont tabous dans la Bible. Le lièvre et le porc sont des animaux impurs d (...)
  • 49 Cité dans Bériac (F.), Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 22. Il est intéressant de constater q (...)

« On devient [lépreux]... par l’usage immodéré d'aliments mélancoliques ou flegmatiques et de viandes d'âne, de bœuf ou de vache, de viandes de porc malsaines et autres viandes impures. On devient également lépreux par un abus de mets aillés et poivrés, par un usage immodéré de vin pur48, et comme les habitants de la Gaule en abusent, et aussi les Burgondes, à cause de cela, beaucoup sont lépreux. »49

  • 50 AMBes., DD 88, fo 6, copie d’un vidimus de 1234 « d'ung arcevesque de Besançon aux malades de lepr (...)

23Induite par toutes ces considérations médicales, la peur de la contagion se manifeste par toute une série d'interdits visant à éviter toute relation avec les personnes saines. A Besançon, le ladre ne peut en aucun cas se marier sous peine de perdre sa prébende et de devoir quitter la maladière50. Cette interdiction du commerce charnel conforte le discours médical sur la transmission vénérienne.

  • 51 « Nunlx malaide ne viegne Arbois le mois d'aoust, et s'il y est trovez, il part sa provende le moi (...)
  • 52 « Que nunlx malaide ne ale deschault fuer de sa maison. » Stouff (L.), “Statuts de la léproserie.. (...)

24La peur de la contamination aérienne conduit à Arbois et à Luxeuil à empêcher le malade de circuler dans la ville pendant les fortes chaleurs, périodes propices aux corruptions et aux épidémies51. Mais partout, l’angoisse du contact physique ou visuel conduit à l'obligation cette fois, du port de vêtements spéciaux, de gants et de souliers. A Arbois toujours, tout malade qui circulera déchaussé risque de perdre sa provende52. La peur confine à l'effroi et provoque des réactions irrationnelles. On n'exclut pas qu'un seul regard de lépreux puisse donner la maladie aux enfants.

  • 53 Extrait des questions salernitaines en prose, ouvrage rédigé par un anonyme anglais vers 1200. Bér (...)

« C'est pourquoi quelqu'un qui regarde un enfant et qui est corrompu depuis sa conception, et engendré par un sperme corrompu, et nourri d'humeurs corrompues, a des esprits très corrompus et par là, infecte et corrompt l’air. Donc s’il darde les rayons d'un regard direct et attentif vers l'enfant, celui-ci en aspirant, attire son air, et ainsi, l'enfant est contaminé et dépérit. »53

  • 54 Dès le premier siècle de notre ère, Arétée de Cappadoce diffuse l'idée que la lèpre se transmet au (...)
  • 55 L'idée d'une lèpre corrompante, image du péché, apparaît dans les Fioretti où il est rapporté comm (...)
  • 56 Pouchelle (M.-C.), Corps et chirurgie à l'apogée du Moyen-Age, p. 88. « Henri de Mondeville, comme (...)

25L'odeur fétide54 qui accompagne ce regard, expression d'une âme pécheresse55, empoisonne l'air ambiant ; elle rend nécessaire un éloignement suffisant pour éviter toute contamination. La lèpre selon Henri de Mondeville est une maladie vile et honteuse56 ; un chirurgien doit même craindre de soigner un ladre dont l'affection est trop avancée.

  • 57 Henri de Mondeville cité par Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 24.

« Ni le médecin, ni le chirurgien — écrit-il — ne doivent se mêler de cas semblables, s'ils ne sont engagés par de vives prières et un prix très élevé... car c'est une maladie très vive et contagieuse. »57

La séparation du monde

  • 58 ADHS, 311 E suppl. 262, 1575 : « ... Apres palpation, visitation et rapport des sires médecins et (...)
  • 59 Borradori (P.), Mourir au Monde..., p. 33, et Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 29, citent l (...)

26Les médecins et chirurgiens examinent dûment le ladre en se référant à un Codex. Ils diagnostiquent la maladie en faisant appel à leur ouïe, aussi bien qu'à leur vue et à leur toucher58. Le verdict de lèpre énoncé, le malade doit se retirer du monde59.

  • 60 AMBes., CC 58, comptes de la ville de Besançon, fo 90 vo, avril 1494, examen médical de Jean de Vi (...)

27Le laps de temps qui lui est donné pour partir varie selon les circonstances : de deux ans à quelques jours. En revanche, Jean de Viay, examiné d'après les comptes de la ville de Besançon en avril 1494, se voit exclu vers le mois de juin de la même année, date à laquelle les gouverneurs de la cité lui procurent un manteau de drap gris, symbole de son nouvel état60.

Cérémonial

  • 61 « Et icelluy ainsi vestu d’un manteaul, de gants, d'une ticlette et d’ung barry, le feront lesdict (...)

28La sentence rendue par l'Official de Besançon, le ladre doit se séparer du monde après une courte cérémonie religieuse célébrée par le prêtre de la paroisse dont il est originaire61 Le vicaire de Saint Jean-Baptiste de Besançon atteste ainsi de cet usage :

  • 62 AMBes., DD 90. De la même façon, Girard Voilley et François Dorin sont exclus selon ce cérémonial (...)

« Je, Jehan Oudriot, prebstre, vicaire de l'eglise de saint Jehan Baptiste de Besançon, certiffie a tous, car Claude Montjoye, mon parrochien, malaide et suspect de la malaidie de lepre est esté publiquement getter et selon l'ordonnance de nostre mere l'Eglise et avec solemnitez comme appert, et envoyé a la Veze.
« Tesmoings mon seings manuel... donné le sixième jour du mois de mars, l'an mil cinq cens et vingtz trois. »62

  • 63 Cet usage est attesté à Dole.
  • 64 Abry d'Arcier (P.-C.-B.), “Histoire... d'Arlay”, Mém. de la soc. d'Emul. du Jura, 1881, 1882.
  • 65 Le rite d’ensevelissement existe à Genève. Borradori (P.), Mourir au Monde, p. 42. Bériac (F.), Hi (...)

29Le lépreux abandonne tout pour entrer à la maladière où il est conduit en procession63. Dans le cas présent, Claude Montjoye se sépare de sa famille et quitte sa communauté paroissiale. Il devient « mort au monde », après avoir sans doute subi, comme à Arlay, un simulacre d'inhumation64. Dans cette localité, en effet, à la fin du Moyen-Age, le cérémonial exige que le malade soit conduit à l'église où pour lui, on célèbre l'office des morts. Ensuite, il emmené au cimetière, placé dans une fosse65 où, en lui jetant une pelletée de terre sur la tête, on lui signifie qu'il lui est interdit dorénavant de communiquer avec les vivants. Il s'ensuit une prestation de serment ; le ladre jure en entrant dans la maison :

  • 66 ADD, ms. 133, copie du xixe siècle non datée. L'idée d'un possible complot des lépreux contre les (...)

« D'obéir au maître de la Malachière.
« De pourchasser le bien, l'honneur et le prouffit des eschevins et de la communauté d'icellui lieu.
« De porter une cliquette lorsqu'il iroit au-travers de la ville d'Arlay quérir les au mosnes, de cheminer par le milieu des charrières et au-dessus du vent et des gens sains, afin qu'aucun n'en puisse pis voloir.
« De partager les aumosnes et prouffits de leurs peines et labeurs entre frères et sœurs malades.
« De ne laver mains, pieds, robes, draps, linges aux fontaines communales, mais en la rivière qui descend l'hôpital Saint Martin.
« Lesdits lépreux pourront assister aux solennités des quatre grandes fêtes de l'année dans l'église Saint Vincent, mais ils ne se montreront que sous le clochier de ladite église lorsque la clouchette les appelera, et devront se retirer avant le dernier Evangile, lorsque la clouchette les en advertira.
« En entrant, les lépreux s'agenouilleront au pied de la croix de pierre qui est devant ladite malachière et feront serment d'observer les statuts.
« Lesdits affligés devront avertir les échevins s'ils savent qu'aucune gens veulent empoisonner les fontaines, les vivres et autres choses qui puissent grever le corps humain66.
« Fait en la malatière d'Arlay en la chapelle Saint Lazare, le cinq des kalendes de mai 1313. »

30Cette dernière règle imposée aux lépreux d'Arlay est à rapprocher de deux textes dont l'un, antérieur à 390 est écrit par Grégoire de Naziance, et l'autre contemporain des défenses d'Arlay, par Bernard Gui en 1321.

31Dans un discours sur l'amour des pauvres, Grégoire de Naziance s'exprime ainsi :

  • 67 Riches et pauvres..., textes choisis par Hamman (A.G.), p. 112.

« Ils [les lépreux]... n'ont pas le droit de puiser l'eau des fontaines ou des fleuves : ils risqueraient de les empoisonner. »67

32Un millénaire plus tard, Bernard Gui note :

  • 68 Ginzburg (C.)Le sabbat des sorcières, p. 44-69.

« On découvrit la perverse machination des lépreux contre les personnes saines dans le royaume de France. Complotant contre la santé de la population,... ils avaient disposé d'empoisonner partout les eaux des sources, rivières et puits, en y mettant des poudres corrompantes, et ce, afin qu'en buvant et utilisant ces eaux, les personnes saines deviennent lépreuses ou malades... »68

Sens de ce rituel

  • 69 Le Goff (J.), L'imaginaire médiéval, p. 124, montre que « la lèpre est une expression symbolique et (...)

33Il marque déjà pour le malade, le passage vers une vie nouvelle que l'Eglise veut de pénitence69.

  • 70 ADD, G 49, règlement de Besançon pour l'isolement des lépreux, copie. Dans les Fioretti, saint Fra (...)

« Item, je te prie que tu prennes en patience et en gré ta maladie et en remercie Nostre Seigneur, car se ainsi tu le fais, tu feras ta penitence en ce monde. »70

  • 71 ADD, G 49, réglement de Besançon pour l’isolement des lépreux, copie : « Vois icy la robe que l'Eg (...)

34Il officialise aussi le rejet du lépreux de la communauté des gens sains et écarte d'elle, un danger de contamination visualisé par l'octroi de vêtements spécifiques procurés par les municipalités, voulant par ce biais affirmer leur autorité aux yeux du peuple en matière de politique sanitaire71. Mais parallèlement, l'Eglise met en évidence le rôle décisif qu'elle garde dans le processus de séparation des ladres. L'exclusion du monde civil n'est pas accompagnée d'un rejet de la communauté chrétienne. Le rituel de Besançon, tout en énumérant des interdits, témoigne de paroles de réconfort montrant aux lépreux la voie à suivre pour accomplir leur purgatoire sur terre.

  • 72 ADD, G 49, règlement de Besançon pour l’isolement des lépreux, copie. 11 est fait dans ce paragrap (...)

« ... te faict Nostre Seigneur une grande grace quant il te veut punir des maulx que tu as fait en ce monde. Pourquoy ayez patience den la maladie, car Nostre Seigneur ne te deprise point, ne te separe point de sa compagnie. Mais si tu as bonne patience, tu seras sauvé comme fut le ladre qui mourut devant l’hostel du mauvais riche et fut porté tout droit en paradis. »72

  • 73 On n'en trouve pas trace avant le xve siècle.
  • 74 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 169 et suiv.
  • 75 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 225 et suiv.
  • 76 Voir Delaruelle (chan. Etienne), La piété populaire au Moyen-Age, p. 400 et suiv. Cet auteur, tout (...)

35Pourtant, il est difficile d’imaginer que la cérémonie macabre de « l'expulsion du ladre »73, n'ait pas été pour les malades, un véritable chemin de croix, au sens propre comme au figuré. Proche d'un Mystère de la Passion, cette liturgie, ainsi que l'avancent J. Imbert74 et P. Bériac75, reflète la sensibilité d'une époque fascinée par le thème de la mort76. L'ensevelissement symbolique et la procession conduisant les ladres vers leur dernière théâtralisent de façon horrible l'obligation de racheter leurs fautes par la souffrance.

36Mais comme l'analyse encore P. Bériac, le rituel de séparation pourrait se comprendre encore comme l'exorcisme collectif d'une population touchée par la peste, les guerres et les famines.

37Dans le Pays de Vaud, ces rituels sont, d'après P. Borradori, en voie de disparition dès 1560-1580.

Réalité des faits

  • 77 AMBes., DD 91, 1521. « Je, Tevenin Gerbot, tixerant, citien de Besançon, comme facteur et négociat (...)
  • 78 AMBes., DD 90 fo 211. « A mes treshonnorés seigneurs, messires les gouverneurs de la cité de Besan (...)

38La stricte relégation des ladres dans leurs léproseries après ce rituel de séparation est plus fictive que réelle. Les contacts avec les gens sains, et en particulier avec les familles perdurent. A Besançon, leurs épouses, leurs maris, leurs sœurs, leurs pères ou leurs fils sont chargés de leur acheminer la nourriture et les aumônes qui leur sont attribuées par la ville77. Les sources nous présentent encore des lépreux qui mènent des transactions avec des habitants. Ainsi, un ladre de la Vèze nommé Perrin Richardot achète en 1502 un cheval à un homme de Larnod, pour une somme de 6 francs 9 gros, payable après les vendanges. Il refuse ensuite de verser cet argent, prétextant « qu'il est homme mort et hors du monde obstant sa maladie »78.

  • 79 ADHS, 311 E suppl. 262.

39Cet épisode digne du Roman de Renart ne représente qu'une illustration parmi d'autres des relations qu'entretiennent les malades avec le reste de la population. Que penser encore de cette femme de Luxeuil à qui on donne deux ans pour construire une maison éloignée ? Pendant cette période, « il appart... qu'elle se demonstre tousjours estre et avoir demeuré entre les sains dudit Luxeu aux fauls bourg d'illec, paroiche dudit Sainct Sauveur »79.

  • 80 BMBes., ms. 1046, « Ordonnances de Tostel consistorial ».
  • 81 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 198, indique qu'en 1459, la municipalité de Poitiers imagi (...)

40Les ordonnances80 très dures promulguées à leur égard sont loin d'être appliquées à la lettre. La volonté d'enfermer les ladres et de les empêcher de quêter trop souvent en ville, vaut surtout en temps d'épidémie81.

41Par ailleurs, la multiplicité des édits contredit leur teneur. Il semble effectivement difficile de maintenir les lépreux dans leurs maladières. A Arbois, les statuts insistent sur l'obligation qui leur est faite de ne pas fréquenter les tavernes et sur celle de ne pas coucher en ville. Tout contrevenant se voit privé de sa provende.

  • 82 Stouff (L.), “Statuts...” (art. 29 ; art. 24, 34), Cartulaire... d'Arbois.
  • 83 Tabuteau (B.), “Gisors, 1426 : un éclairage original sur le monde de la lèpre”, Bulletin de la soc. (...)
  • 84 Borradori (P.), Mourir au Monde, p. 29, cite encore l’exemple de François Pictet dont le fils lépre (...)

42Il est en outre interdit aux gens sains — ce qui semble une pratique courante — d'être hébergés à la léproserie82 Dans ce contexte particulier de misère et de guerre, les lépreux bénéficient parfois au sein de leurs maladières, d'un gîte et d'un couvert meilleurs à celui de bien des personnes auxquelles ils accordent éventuellement l'hospitalité. B. Tabuteau rapporte à ce propos, qu'une pauvre mendiante de Gisors est jetée en prison, pour avoir volé une somme de 4 francs à un de ses parents ladre, auquel elle rend de fréquentes visites et chez qui il lui arrive de passer la nuit83. P. Borradori cite aussi l'exemple de personnes, qui, sans être véritablement malades, vivent dans les établissements. En 1375, un Lausannois, écrit-il, « est soumis à une nouvelle visite sur demande du recteur de la maladière d'Epesses, car sa présence grève inutilement le budget »84.

  • 85 Les menaces d'exclusion sont évoquées dans Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...”, Cartulaire. (...)
  • 86 BMBes, ms. 1046, Ordonnances de l'ostel consistorial..
  • 87 AMBes., BB 9, 1491-1510, fo 228.

43La relégation dans une léproserie ne constitue pas le drame le plus horrible pour des ladres ; leur non-acceptation dans un établissement ou leur exclusion pour un quelconque manquement85 s'avère autrement plus grave de conséquences. Elle les condamne à l'errance et au rejet véritable. Les co-gouverneurs de Besançon ne tolèrent la présence de ces lépreux vagabonds que trois fois par an ; en dehors de ces périodes, ils sont chassés86. Quant aux malades de la léproserie, ils refusent de partager avec eux le produit de leurs quêtes. C'est pourquoi en 1495, Jean Semon, ladre de la Vèze, fait appel auprès des magistrats de la ville, d'une décision des officiers de l’archevêque. Ceux-ci condamnent les habitants de sa maladière à attribuer une partie des aumônes distribuées au moment des vendanges à ces malades errants87.

  • 88 Borradori (P.), dans Mourir au Monde, p. 80, cite la Summa Pastoralis traduite par Avril (J.) “Le t (...)

44Dans le dénuement le plus complet, sans assistance et sans surveillance, ils échappent à toute mesure sanitaire. Ils sont méprisés et craints de la population88.

II. La communauté des lépreux

  • 89 Voir le Tableau F, p. 339-345.

45Il a été possible de l'apréhender à Besançon-la Vèze sur une période de 67 ans sans interruption, entre 1474 et 1541. Une confrontation avec l'occupation des léproseries de Dole, Montbéliard, Arbois, Gray, permet de dégager un certain nombre de caractéristiques sur l’identité des malades, leur nombre ou leur origine sociale89.

Identité et nombre des malades

  • 90 AMBes., DD 91.

46Très peu de malades vivent dans les léproseries. Deux à Arbois en 1498, ils sont encore deux ou trois à Dole, à Montbéliard, à Gray et à Salins. L'occupation de la maladière de Besançon-la Vèze est à peine supérieure. Selon les années, elle varie de un (1482 à 1488) à sept (1523). Ce dernier chiffre est considéré par les lépreux eux-mêmes comme excessif ; leur existence est rendue encore plus difficile ; à six ou sept, se plaignent-ils, il leur est impossible de vivre convenablement des revenus et des rentes de la maison90.

47La capacité d'accueil et le faible nombre de lépreux permet une comparaison avec les hôpitaux du diocèse, dont la taille réduite limite l'assistance à quelques hôtes. Une différence fondamentale sépare pourtant les deux types d'institutions : alors que les malades ou les pauvres ne font que passer dans les hôtels-Dieu et ne peuvent guère y séjourner plus d'une nuit ou deux, les ladres eux, sont condamnés pour la plupart, à demeurer de longues années dans leur maladière, rongés par la lèpre, une affection qui évolue lentement.

Durée de vie en léproserie

  • 91 AMBes., DD 91. Les sources indiquent que les malades souffrent parfois de paralysie ou de cécité. (...)
  • 92 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 115.
  • 93 AMDol., cote 958, comptes de la maladière.

48Les lépreux, handicapés, aveugles et infirmes parfois91, sont condamnés à vivre sur une longue période au sein de leur léproserie, quelquefois dans une solitude et un isolement absolus. Le docteur Bourgeois, cité par F. Bériac, a calculé pour l'établissement de Saint-Omer, une durée moyenne de relégation de trois ans neuf mois, dans la période 1476-157392. A Dole, une lépreuse, Estevenote Bompy, entre à la maladrerie en 1489 ; elle y meurt treize ans plus tard en 150293. Deux hommes, Perruchot Barthelier et Jacques Maillard, restent dans ce même établissement, respectivement quatre et sept ans.

  • 94 AMBes., GG 430, comptes de 1478.
  • 95 AMBes., DD 90. Dès juillet 1503, Marguerite veuve Estevenin Thomas, n'est plus mentionnée comme bé (...)

49Des cas identiques sont observés à la léproserie de la Vèze. A l'examen des sources qui nous sont parvenues, un lépreux nommé Ponsot Brachotel y demeure en 1478 et encore en 1481. Il y séjourne donc un minimum de trois années pleines. Une femme, Vuillemette Perrin, y réside quinze ans. Deux autres infortunées, Colombe et Jehannette Vernier, demeurent là, respectivement six et huit ans. Un homme, Claude Montjoye, passe à la Vèze au moins dix-huit années de son existence alors que son épouse, elle aussi lépreuse, y séjourne quatre ans. Mais le record de longévité à la maladière appartient sans conteste à Marguerite la Ladresse, femme puis veuve d'Estevenin Thomas. Son nom apparaît dans les comptes dès 147894, sans que nous puissions savoir si elle vivait déjà à la Vèze auparavant ; son décès survient en 150395. Elle ne loge pas moins de vingt-cinq années dans la léproserie, dont six années, seule.

50Ainsi, en attendant la mort, parfois de longues années durant, les lépreux ont la possibilité de former une petite communauté stable fondée parfois sur l'entraide. Marguerite la Ladresse devient même en 1498 à la Vèze, détentrice des dernières volontés

  • 96 AMBes., GG 430, 1498, enquête sur les droits de succession des prêtres sur les biens des lépreux.

« du mesel Jehan Semon... car la voulentez dudit Semon, est que disoit ladite Marguerite et Jehannette femme dudit Semon, estoit que iceulx torche et cirge demeurassent pour dehuz en ladite chapelle. »96

Origine et âge des lépreux

  • 97 Voir les tableaux F et G, p. 339-345 et 345.

51Provenant de milieux sociaux très divers97, ce petit nombre de personnes ne peut que connaître de grandes difficultés de cohabitation, exacerbées par leurs souffrances. A Besançon-la Vèze en 1489, Jehannette, fille de notaire, loge avec deux malades plus âgées : une femme de tisserand et une femme de « gypsier ». En 1494, Jehan Semon, vigneron, vit dans la proximité de Jehan de Viay, marchand.

52En revanche, aucun mendiant ou indigent n’apparaît clairement dans les sources. Cet indice semble conforter l’idée développée du versement d’un droit d’entrée exigé lors de 1 admission à la maladière. La réunion des fonds nécessaires constitue une difficulté supplémentaire quand, de surcroît, plusieurs malades d’une même famille doivent être exclus.

  • 98 Un pied de Besançon est égal à 0,31475 m ; un pied de comte à 0,35780 m. Ici dix pieds équivalent (...)
  • 99 Gatin et Besson (abbes), Histoire de la ville de Gray, p. 289 et suiv. Les magistrats de Gray inter (...)
  • 100 Les sources concernant Gray entre 1428 et 1438 (ADHS, cote 279 E suppl. 803), ne mentionnent pas d (...)
  • 101 ADHS, cote 282 E suppl. 106, arch. comm. de Gy, comptes de 1485-1486, fo 1 1.
  • 102 AMDol., cote 958, comptes de la maladière, 1489-90 et 1495-96. AMDol., cote 669, comptes de la vil (...)
  • 103 AMBes., DD 91.
  • 104 Borradori (P.), Mourir au monde..., p. 51.

53Les sources du xve siècle nous donnent peu d’exemples de cette situation, mais suffisamment pour accréditer les croyances dans la contamination par l’air, le contact physique et visuel, les relations sexuelles, voire par l’hérédité. Ainsi à Gray, au xvie siècle, il est interdit aux enfants du ladre Billebaud d’approcher leur père à moins de dix pieds98 ; sa femme qui réside en ville est contrainte de s'habiller comme une lépreuse99. Ces mesures, qui traduisent sans doute un durcissement par rapport au xve siècle100, témoignent néanmoins d’une crainte concernant les familles de malades. En 1485-1486 à Gy, Jean Borrel et son fils sont examinés en même temps pour « suspicion de lepre »101. Cette visite médicale ne signifie pas pour autant que les deux hommes soient atteints simultanément. En revanche, la femme Philibert Bompy entre à la léproserie de Dole en 1489 et six ans plus tard, sa fille Catherine la rejoint dans sa vie d'infortune102. A Besançon, il s'agit d'un couple qui, à plusieurs années d'intervalle, est relégué à la maladrerie : la femme Bonnefoy demeure à la Vèze en 1521, le mari y vit dès 1524103. Aucun document ne nous permet d'affirmer que ces deux malades partagent le même logis une fois à la maladière ; souvent, quand les établissements sont mixtes, les ladres des deux sexes sont rigoureusement séparés et occupent des chambres distinctes. A Genève, on les autorise cependant à une vie commune s'ils sont mariés104.

  • 105 AMMbl, CC 63, comptes de la ville, 8e cahier, fo 5 vo. « Item pour despenses du clerc et du sergen (...)
  • 106 Docteur Bourgeois, cité par Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 74.

54Enfin, la plupart des ladres mentionnés par notre documentation sont des adultes désignés souvent comme mariés ou veufs. A Besançon, sur trente-sept d'entre-eux recensés entre 1318 et 1541, quatre seulement sont susceptibles d'être des enfants ou des adolescents : leur prénom, suivi de la mention « fils de » ou « fille de X », permet de le supposer. La seule certitude en la matière est relevée dans les comptes de Montbéliard en 1456 : le fils de Perrin Richardot, appelé « anffant », est séparé du monde, comme les autres lépreux et malgré son âge105. Ces informations vont à l'encontre de celles du docteur Bourgeois qui remarque dans la léproserie d'Arras, « une présence d'enfants et d’adolescents particulièrement nette »106.

  • 107 9 hommes pour 7 femmes à Dole entre 1488 et 1590, 21 hommes pour 16 femmes à Besançon entre 1318 e (...)

55Néanmoins, sans pouvoir systématiser, il semble à l'examen des tableaux montrant l'occupation des léproseries, qu'un plus grand nombre d'hommes y soit reçu : 58 hommes pour 25 femmes107

  • 108 Voir le tableau H, p. 345-346.
  • 109 L'écart se creuse si l'on élimine les trois cas de séjour supérieurs à 14 ans, ce qui donnerait 4, (...)

56La durée de vie des hommes y apparaît en outre légèrement plus courte108. Elle peut en effet être calculée pour la léproserie de la Vèze où les sources indiquent l'identité et le nombre des malades, sans discontinuité entre 1474 et 1530. Les femmes y séjournent en moyenne 5,91 ans et les hommes 5,83 ans109. Cette indication est à considérer avec prudence, dans la mesure où elle concerne uniquement un établissement et que les écarts restent assez faibles.

  • 110 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 75.
  • 111 Un malade atteint d’une forme lépromateuse a une espérance de vie de trois ans alors que celui qui (...)

57Le plus grand nombre de malades masculins conforte des observations épidémiologiques récentes rapportées par F. Bériac110. Les formes de lèpre les plus graves touchent davantage les hommes qui, par ailleurs, sont, dans certains pays comme l'Ouganda ou les Philippines, deux à trois fois plus nombreux à avoir contracté cette affection111.

III. Vie quotidienne : idéalisation et réalité

  • 112 AMBes., DD 91. « Prier Dieu pour les eschevins et pour la noble citez, qui la vuille gardez et pré (...)
  • 113 AMBes., GG 430, comptes de la maladière 1413.

58Les lépreux, souvent désignés comme « bons malaides », ont pour rôle, d'après les écrits, de prier Dieu pour les échevins, pour la population saine et plus généralement, pour la cité112. En 1413, la maladrerie de la Vèze est appelée « moustier »113.

La léproserie : un moutier ?

  • 114 « Doivent chescum matin aler a moustier et souner la cloiche et faire lours orisons et a compiles (...)

59Les oraisons des malades protègent des périls, des pestes et des épidémies. Ainsi, à l'exemple de Besançon, les villes voient dans leurs ladres exclus, des intercesseurs d’autant plus utiles que la période est tragique. Si on se réfère aussi aux statuts d’Arbois, ce sont des médiateurs entre Dieu et les hommes114.

  • 115 ADD, G 49, Règlement d’isolement des lépreux de Besançon, copie.
  • 116 AMBes., GG 430, 1498, enquête sur les droits de succession des prêtres sur les biens des lépreux.
  • 117 AMDol., cote 958, comptes de la maladière.

60Par leur vie d’isolement et de recueillement, ces malades expient, aux yeux des contemporains, leurs fautes et d’une façon plus générale, le Mal. Leur souffrance devient aussi « une grande grâce »115 qui leur ouvre la voie du Salut ; en priant pour leurs bienfaiteurs, en l’occurrence les échevins et la communauté urbaine, ils donnent à leur existence, une justification morale, religieuse et sociale. D’handicapés et improductifs, ils deviennent utiles. C’est pourquoi, un chapelain de la Madeleine, payé par la ville, vient dire la messe à la Vèze tous les dimanches : sa charge consiste à confesser les ladres et à leur administrer les sacrements116. A Dole, un cordelier, payé chaque année, prêche à la maladière en période de Carême117. Parfois, à la demande d’un malade, on célèbre l'office divin « le jour de la sainct Laidre qu’est ou mois de septembre ».

61Tous ces rites accomplis maintiennent les lépreux, exclus de la société humaine, dans la communauté des chrétiens : l’eau bénite les purifie et les lave de leur souillure ; le pain bénit est distribué chaque dimanche à ceux qui n’ont pas communié. Enfin, pour n’importe quelle cérémonie, les ladres se rendent à la chapelle, au son de la cloche qui appelle au rassemblement des fidèles.

  • 118 Le chapelain de la Vèze doit dire une messe tous les dimanches et « instruyre et enseigner a vivre (...)

62La mission de la léproserie consiste donc à soigner la cause de la lèpre : le péché. Elle a pour autre but de faire accepter la souffrance et la mort aux malades118. Comme le Job de la Bible, ils doivent apprendre résignation et patience ; en parvenant à supporter leur infirmité, de « pauvres involontaires », ils deviennent « pauvres volontaires » comme les ermites et les moines. Leur épreuve les transcende, les transforme et les rend admissibles pour la société.

  • 119 Le nom de Vuillecin, village des environs de Pontarlier, prendrait son origine dans « ville des sa (...)

63Cette vision des « bons malades », prédestinés à la vie monacale et médiateurs des gens sains, est plus symbolique et théorique que réelle119.

  • 120 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 237.

« Soumis à une pratique sacramentelle supérieure à la moyenne — ainsi que le souligne F. Bériac120 — ils ne le supportent pas toujours ».

  • 121 Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 25, 26, 27), Cartulaire... d'Arbois.

64Les règlements d'Arbois prévoient d'ailleurs une peine pour les récalcitrants qui, dans les textes, sont loin d'être présentés comme des orants ou des ascètes. Voleurs, joueurs et bagarreurs parfois, ils ne sont pas prêts pour une vie de prière, de réclusion et de souffrance qu'ils n'ont pas choisie121 :

« Se nulx y jue ne combat, le prebstre le puet desprovender... Se nulx y fait escoucerie ne larrecins, ne saut, ne plaie, il part sa provende quarante jours... »

65La conception qui permet de voir dans les lépreux des êtres idéalisés fait tout autant ressentir la peur qu'ils inspirent, la crainte et la répulsion.

  • 122 Il est intéressant de confronter la peur provoquée par le regard du lépreux et son rôle d'interces (...)

66En marge, les lépreux, êtres doubles entre solidarité et expulsion, sont à la fois bénits et maudits, intercesseurs et redoutés122.

Vivre sa lèpre

67Il est difficile de déceler un mode de vie quotidien identique dans toutes les maladières : chacune peut en théorie fonctionner de manière différente et, en dehors des canons de Latran III, aucune règle spécifique n'a été arrêtée. Même si l'Eglise a tenté un rapprochement avec l'idée de vie monastique, cela ne reflète pas la situation réelle où des hommes handicapés et souffrants ont pour principale préoccupation, la survie.

Logement et entretien

  • 123 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 244.
  • 124 AMBes., DD 88, 89, 90, 91. AMDol., cote 958, 959 et 639. AMMbl, CC 63, 8e cahier, fo 6 (1456), CC (...)
  • 125 Des larcins sont évoqués dans les Statuts de la léproserie d'Arbois. Ils sont passibles d'une pert (...)
  • 126 Le froment pouvait être utilisé en cataplasme sur les ulcérations de la peau. On utilisait les déc (...)
  • 127 AMBes., GG 430, comptes des années 1477 à 1480 et 1489.

68Contrairement aux bulles adressées par Alexandre III, qui présentent ses « chers fils lépreux menant vie commune »123, les ladres de Besançon, d'Arbois, de Dole ou de Montbéliard124, occupent des chambres individuelles passées à la chaux, pourvues de cheminées, dotées d'un mobilier simple, mais surtout, fermant à clé. Ainsi, ils peuvent s'isoler, protéger les quelques biens qu'ils possèdent et mettre à l’abri leur provende125. Le volume des distributions qui leur sont attribuées est visible à Besançon dans les comptes de 1477 à 1480 et dans ceux de 1489. Trois fois par an, le trésorier de la cité remet à chacun d'eux, une provende individuelle. Celle-ci consiste en une attribution personnelle de « trois bichots de froment126, d'une emyne de pois, d'une de fesves et d'une de millet », en janvier, à l'Ascension, en septembre. Il leur est également dispensé à chacun, trois setiers de vin sur une année127. Cette provision ne laisse apparaître aucune attribution de bois de chauffage, d'étoffe ou de vêtements. A la fin du xve siècle pour compenser ce manque, les magistrats de Besançon font donner cinq fois par an, mais cette fois globalement à l'ensemble du groupe des malades et quel que soit leur nombre, la somme de 10 sous par terme. Cet argent « leur est baillé en janvier, a Karesmentrant, a la Résurrection Nostre Seigneur, a Penthecoste, a sainct Jehan Baptiste ». Si ce versement annuel de 50sous semble suffire lorsque les malades vivent à trois ou quatre au sein de la léproserie, il paraît insuffisant lorsqu'ils excèdent ce nombre, ainsi qu'en témoigne leur requête auprès de la municipalité de Besançon en 1524.

47.— Reçu des lépreux de la Vèze reconnaissant avoir reçu leur provende (AMBes., GG 430)

  • 128 AMBes., DD 91, 1524.

69« Supplient humblement et en toute humilitez, François, Nicolas, Bonefoy, Annotte, Marie et Claude Montjoye, tous malades de la malaidie de lepre, estant en vostre signorie de la Vese, comme il soit que de loingt temps, ne fust que il y eust tant de malaides en vostre citez et territoire, et pour le nombre d'iceulx, ne est peut vivre en leurs lymite, actenduz que les rantes ny pouvent satisffaire... Les choses considerez, s'il vous plaist en l'honneur de Dieu leurs feres faire ou feres acungs bien, en se faisant feres et accomplires les œuvres de misericorde, et lesdits pouvres malades suppliant prieront pour vos nobles estats et l'estat de la cité. »128

  • 129 AMBes., GG 430. Les mentions de viande (lard, chastron) qui apparaissent en 1422 dans les comptes (...)
  • 130 “Ordonnance des ladres de Besançon”, Mém. et doc. inédits..., t. 13, 1946, p. 209.
  • 131 AMDol., cote 958, comptes de 1494 à 1497. « A Estevenote, femme Philibert Bompy cinquante deux sol (...)

70Le procédé d'une provende allouée à la fois en argent et en nature succède vraisemblablement à Besançon à un système de distribution unique de vivres. A la fin du xive siècle, et encore au début du xve siècle, on attribue aux malades, « lart de cher salee » et deux « chastrons » pour l'année129. Les comptes ne laissent apparaître à l'inverse, aucune distribution d'argent. Cependant à la fin du xve siècle, comme de coutume, on continue à leur donner chaque lundi, les langues « des grosses bestes qui se tuent » dans la ville130. Cette habitude est en usage également à Salins, Arbois et Dole. Là, l'entretien des lépreux est envisagé de manière différente. Chacun d'entre eux perçoit individuellement la somme de 52 sous par an ; un sou lui est remis chaque dimanche, après une semaine écoulée à la maladière131.

  • 132 L'absence de cuisine commune se vérifie pour les léproseries de Montbéliard, de Dole, d'Arbois et (...)

71La pratique à Dole et à Besançon d’une distribution de parts égales et individuelles insiste sur une relative autonomie des ladres vivant à l'évidence sans cuisine ni réfectoire commun. Aucune de ces pièces ne nous est d’ailleurs décrite dans des comptes relatifs aux réparations ou aux reconstructions de locaux132. Chacun peut donc, dans la mesure où cela lui est possible, préparer seul sa nourriture de façon très personnelle.

  • 133 La seule mention concernant les médecins apparaît lors de la visite médicale au moment du diagnost (...)
  • 134 AMBes., GG 430, comptes des années 1477 à 1480 et 1489. Les lépreux de la Vèze reçoivent trois set (...)
  • 135 Les médecins sont unanimes à reconnaître les vertus nutritives de l'orge, car elle produit un bon (...)
  • 136 Les médecins s'accordent pour dire que le millet nourrit peu. Néanmoins, son jus est diurétique. O (...)

72L'idée d'une communauté de « bons malades » vivant selon l'idéal monastique de partage et de vie communautaire n'est que théorique, l’isolement et la solitude dominent leur quotidien. Déjà, aucun compte ne mentionne l'envoi de médecins dans les léproseries, ni même l'achat d'onguents pour les soulager lorsqu'ils paraissent très atteints133. Il est vrai que la nourriture est considérée en soi comme une thérapeutique : les aliments doivent être pris pour corriger le déséquilibre des humeurs. Au Moyen-Age, comme dans l'Antiquité, on pense communément que les vrais remèdes sont procurés par la nature et se trouvent mêlés à l'alimentation. Le vin clair134 leur est d'ailleurs recommandé, ainsi que les grains de genièvre, la mélisse, la chicorée et la racine de valériane considérée par Galien comme diurétique. En outre, Galien conseille comme suppuratifs actifs, des cataplasmes réalisés à partir de farine d'orge135, de pois et de millet136. Or, il est intéressant de remarquer que ces légumes et céréales sont attribuées à Besançon dans les rations alimentaires et dans la provende.

  • 137 Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 28), Cartulaire... d'Arbois.

73A l'absence de médecins s'ajoute celle d'un personnel de service. Si les statuts de la maladière d'Arbois révèlent la présence d'un recteur et d'un personnel sain pour s'occuper des ladres, il ne semble pas que cette situation soit identique dans les autres léproseries du diocèse137 : les comptes de la maladière de Dole ou ceux de la Vèze, ne nous signalent, du moins à la fin du xve siècle, ni « meschine », ni servante, ni frère, ni sœur au service des malades. D'une façon générale, le personnel sain disparaît des léproseries dès le xive siècle ; il n'existe pas de communautés suffisantes pour qu'il se maintienne. Déjà en 1311, date du concile de Vienne, les hospitaliers en nombre pléthorique étaient accusés de dévorer à eux seuls, les revenus d'établissements vides ou quasiment, au grand scandale des ecclésiastiques et des laïcs.

  • 138 Deux cas sont cités parmi les lépreux de Besançon : « Vuillemate, aveugle des deux yeux de la test (...)
  • 139 AMBes., DD 90, 1490. « Nous Jacote, femme Humbert Merceret pour et un en nom de Marguerite sa seur (...)

74Pourtant, il est impossible de concevoir que des malades handicapés, parfois aveugles138, puissent vivre sans l'aide et le secours de personnes saines. La famille semble dans ce cas suppléer les serviteurs. Ainsi, la sœur de Marguerite la ladresse de Besançon lui apporte-t-elle les provisions attribuées par la ville, et sans doute, l'aide-t-elle encore dans d'autres tâches. Il en va de même pour d'autres malades, secondés par leur mari, femme, fils ou fille139.

  • 140 Tabuteau (B.), “Gisors, 1426...le monde de la lèpre”, Bulletin de la Société française de l'Histoir (...)

75B. Tabuteau donne l'exemple à Gisors d'une fille contrainte de partager la malheureuse existence de son père pour lui apporter les soins nécessaires. Il n'est par ailleurs nullement exclu que certains malades suffisamment fortunés aient pu avoir à leur service quelque servante ou « chambeliere »140.

  • 141 BMBes., ms. 1046, fo 9 v., Ordonnances de l'ostel consistorial.

76Dans le but également d'aider les ladres, les municipalités, à l'instar de celle de Besançon, prévoient que leurs aumônes soient sollicitées par deux « femmes honnestes »141.

Aumônes, travail et actvité

  • 142 Borradori (P.), Mourir au Monde, p. 58.

77Nécessaires pour compléter les revenus des lépreux, les aumônes sont véritablement une institution. La quête, dûment réglementée, fait partie « des droits, privileges et libertés dont [ils] profitent habituellement »142.

  • 143 Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 24, 19), Cartulaire... d'Arbois.
  • 144 La quête représente pour les lépreux invalides un véritable travail.
  • 145 BMBes., ms. 1046, Ordonnances de l'ostel·consistorial : « Pour achater des ornements pour l'aulté (...)

78A Arbois, les malades sont autorisés à quémander à deux ou trois, certains jours déterminés, le lundi et le vendredi. Le produit de la quête est ensuite redistribué à l'ensemble de la communauté ; « toutes les ammones... doivent venir en communal » précisent les statuts d'Arbois, à l'exception de certaines distributions en nature143. Le règlement de cette maladière admet en toute logique, que les ladres, en vivant des revenus de l'établissement, doivent par leur travail, participer à son accroissement144. A Besançon, le raisonnement des gouverneurs paraît autre. Si les lépreux peuvent garder le produit des quêtes, le trésorier de la ville prélève en revanche sur la somme globale qui leur est allouée annuellement, une part pour l'entretien de la chapelle145.

  • 146 AMBes., DD 89, fo 89 vo, 1458.

79Les malades trop handicapés pour « venir a ladite cité sans peine et travail » sont remplacés par une personne saine — selon une ordonnance de 1458 — et disposent d'un animal pour transporter les dons146. Cette mesure vaut seulement hors temps de pestilence. En période d'épidémie, en effet, afin d'éviter la propagation de la contagion, les lépreux ne peuvent plus quérir ou faire quérir leurs aumônes à travers la cité. La conséquence apparaît, immédiate : c'est la misère. Entre 1524 et 1528, les ladres multiplient à ce propos les suppliques auprès des échevins afin de les apitoyer sur leur sort.

  • 147 AMBes., DD 91, fo 13.

« Ilz sont en grant pouvretez et misere touchant leurs povres vies, a cause des infections et pestilences qui sont en ladite cité. »147

45.— Requête de Oudote femme d'Augustin, malade de la Vèze (AMBes., DD 91)

  • 148 AMBes., DD 91. Trois suppliques de lépreux de la Vèze suggèrent particulièrement la misère de leur (...)
  • 149 Robert (U.), Testaments de l'Officialité de Besançon.
  • 150 AMDol., cote 958. Les revenus procurés par ces aumônes apparaissent dans la comptabilité de la mal (...)

80Compte tenu de la flambée des prix qui accompagne inévitablement ces « pestes », les lépreux se plaignent que le peuple, trop pauvre, leur accorde trop peu de dons, les condamnant ainsi, à brève échéance à mourir de faim, à moins d'être promptement secourus148. Mais de manière générale, l'aide individuelle des particuliers par des legs diminue. Encore largement pratiquée jusqu'en 1360-1370, la charité testamentaire devient moins répandue au xve siècle. Les testaments de l'Officialité de Besançon publiés par U. Robert enregistrent seulement deux legs pieux entre 1370 et 1500 : un en 1435-1436 et un en 1479149. Les lépreux comptent davantage pour subvenir à leurs besoins, sur les aumônes déposées dans les troncs placés à proximité de leur maladière150.

  • 151 ADHS, 279 E, suppl. 803. « Lesdits echevins ont accordez ausdis ladres qu'ilz seroient receuz en l (...)

81Même si le travail principal des lépreux consiste à quêter, il repose principalement, lorsqu'ils ne sont pas encore trop handicapés, sur une activité agricole. Ainsi à Gray, deux personnes reconnues ladres obtiennent en 1428 la jouissance viagère du bâtiment de la maladière avec son jardin, une superficie de deux journaux de terre et deux faux de pré151. Les produits issus de leur jardinage, ne pouvant être vendus pour des raisons d'hygiène, servent ainsi à compléter les rations alimentaires attribuées par les municipalités.

  • 152 Forclore : priver.
  • 153 ADHS, 279 E, suppl. 803.

82Pour recevoir cette « bonne amour et charité des habitans dudit Gray », les deux malades acceptent « d'estre fourclous152 de tous les droits et rentes, appartenances de ladite maladerie »153.

  • 154 AMDol., cote 958, comptes de la maladière.

83A Dole, lorsque la léproserie est reconstruite après le sac de la ville en 1479, un gros et dix blancs sont dépensés pour labourer le jardin des malades154.

Capacité civile ou juridique des ladres

  • 155 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 184.
  • 156 Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 44), Cartulaire... d'Arbois.

84Les lépreux séparés du monde sont, selon les Coutumes de Beauvaisis, « mort au siede ». Le grand Coutumier de Normandie déclare que « le mesel ne peut estre hoir a autre pour tant que la maladie soit apperte communément »155. Il semble que les coutumes en usage dans le diocèse de Besançon soient moins sévères. Les statuts de la maladière d'Arbois rapportent en effet à l'article 44, que les malades restent propriétaires de leurs biens : ils peuvent en disposer à leur convenance et possèdent la capacité juridique de tester. Trois clauses énumèrent cependant quelques restrictions : la léproserie ainsi que le chapelain revendiquent une portion de leur héritage. Les meubles sont laissés obligatoirement à l'établissement et servent de monnaie d'échange pour régler des dettes éventuelles et payer les obsèques156.

  • 157 AMBes., GG 430.
  • 158 AMBes., GG 430. « Il avoit bailler a ladite Marguerite [la clé] et qu'elle demeurait en sequestre (...)
  • 159 Cette femme seulement est appelée « la ladresse » dans les sources. Les autres malades sont désign (...)
  • 160 L'ordonnance des lépreux indique au contraire que les malades étrangers doivent céder la moitié de (...)

85Conservant ainsi une personnalité juridique, les lépreux sont susceptibles d'être cités comme témoins. Ainsi, Marguerite la ladresse de la Vèze est interrogée dans une enquête relative aux droits de succession des prêtres sur les biens des ladres157. Cette même femme détient la garde des clés de la chambre du mésel Jean Semon après son décès : elles lui ont été confiées par le vicaire de Saint-Jean-Baptiste, messire Symon Mestrejean158. Cette lépreuse, qui passa plus de vingt-quatre ans dans la maladière, a vraisemblablement bénéficié d'un charisme suffisant pour représenter les autres malades159. Jean Semon lui-même, en 1495, défend sa communauté contre la décision des officiers de l’archevêque, d'imposer aux lépreux de la Vèze de partager leurs quêtes des vendanges160, comme l'usage le veut déjà pour les malades étrangers.

  • 161 AMBes., DD 90, fo 211.
  • 162 ADHS, 228 E suppl. 28. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 306.
  • 163 ADHS, 279 E suppl. 803.
  • 164 ADHS, 279 E suppl. 203. « Pour ce, en droyt, personnelment establis et ad ce especialement venans (...)

86Ces quelques exemples illustrent la faculté des lépreux à mener une vie sociale. « Morts au monde », ils conservent une identité et des droits indéniables. Ils défendent eux-mêmes leurs privilèges dans des suppliques adressées aux autorités municipales et, comme Perrin Richardot, lépreux de la Vèze, ils peuvent faire du commerce161. En 1496, un malade du diocèse de Liège, résidant dans la léproserie de Faverney, emprunte même de l'argent aux paroissiens de Saint-Bégnigne162. Présent personnellement lors de la rédaction de l'acte passé « en Tostel de Guillemin le Cusenier », il témoigne de sa reconnaissance de dettes. Un autre cas est relevé à Gray en 1428 : les lépreux Philippe Simone et Jean Beguinant passent un accord au sujet de leur admission à la maladière avec les échevins de leur ville, en présence du notaire de la Cour de Besançon, tabellion général au Comté de Bourgogne163. Dix ans plus tard, un malade natif de Gray-la-Ville comparaît en personne devant la Cour de l'Officialité de Besançon, pour témoigner d'un différend l'opposant aux échevins de Gray164 qui lui refusent le droit d’entrer à la maladière, « pour ce [qu'il] n'estoit point natif dudit Gray ».

  • 165 Marguerite la ladresse, lépreuse de la Vèze, vécut seule six années au sein de sa léproserie.

87Il serait faux de ne voir dans la vie des lépreux, qu'exclusion ou relégation, même si leur quotidien se conçoit volontiers dans une solitude pénible165 et dans une souffrance physique et morale des plus grandes ainsi qu'en témoigne en 1526, la supplique de François Dorin, lépreux de la Vèze.

  • 166 AMBes., DD 91.

« Supplie en toute humilité, François Dorin, malade de lepre, comme il soit qu'il ne se puisse soustenir ne aider de membre, qu'il ne aussi voit ne ciel ne terre et ne peult gaigner sa pouvre vie, qu'il vous plaise treshonnorés seigneurs luy faire quelques bien et aulmosnes, et ledit suppliant priera Nostre Seigneur pour vos nobles estats. »166

  • 167 L'apparence du lépreux confine au bestial ; la maladie révèle en l'homme, selon l’expression de C. (...)
  • 168 A titre d'exemple en 1498, la femme de Jean Semon assiste aux obsèques de son mari (AMBes., GG 430 (...)

88En fait, la société au xve siècle associe de manière complexe, deux comportements diamétralement opposés : rejet et solidarité. La cérémonie de séparation, les rites macabres illustrent de façon poignante la peur d'une communauté face à des individus difformes167 et terrifiants auxquels pourtant, elle octroie des aumônes pour leur permettre de survivre. Malgré les multiples interdits imposés aux ladres, la famille continue d'entretenir avec eux certaines relations ; elle les aide financièrement, les assiste parfois physiquement et se rend à leurs funérailles168.

89L'attitude des municipalités elle-aussi est double : bien-sûr elles leur accordent des aumônes et les reçoivent dans les maladières ; mais en même temps, elles les marginalisent par le biais d'ordonnances qui vont toutes dans le sens du rejet et de l'exclusion. Les gouverneurs, soucieux de l'hygiène publique, se préoccupent, comme à Besançon, de légiférer pour imposer à de rares lépreux une relégation stricte, évitant à la population saine d'inhaler leurs effluves corrompants.

  • 169 Il suffit pour s'en convaincre de lire ce passage de Grégoire de Naziance (Riches et pauvres dans (...)
  • 170 Abry d'Arcier (P.-C.-B.), “Histoire du Bourg d'Arlay”, Mémoires de la Société d'Emulation du Jura, (...)

90Même si les raisons de l'isolement de ces malheureux sont profondes et culturelles, même s'ils effraient depuis des millénaires169, il est possible encore de comprendre leur renfermement comme le rejet de marginaux marqués par l'infamie, capables de complots contre les gens sains. A Arlay en 1313, les lépreux ne doivent-ils pas avertir les échevins de l'éventualité d'un empoisonnement des fontaines et des vivres ?170 La prise en charge des ladres et leur relégation préfigurent le sort à venir des fous ou des pauvres renfermés dans des hôpitaux généraux.

Notes

1 De nombreuses pièces concernant la léproserie de la Vèze proviennent d'une liasse conservée à la cote GG 430, composée de 4 pièces de parchemin et 62 pièces de papier (1220-1774). Mais les sources émanent surtout de 5 registres de la série DD : « Biens communaux, eaux et forêts, travaux publics, voiries » : DD 88, DD 89, DD 90, DD 91 et DD 92. Tous contiennent des originaux et des copies relatifs à la léproserie de la Vèze et collationnés dans le cadre d'un procès qui opposa en 1533, la cité de Besançon et le Comté de Bourgogne au sujet des limites du territoire de cette ville

2 Hippocrate, De l'art médical, p. 578, précise que l'air est la cause des maladies : « Ainsi donc il est dit que tous les animaux participent grandement à l'air ; maintenant il faut exposer sans délai que, selon toute vraisemblance, la source des maladies ne doit pas être placée ailleurs, alors qu'il entre dans le corps, soit en excès, soit en défaut, ou trop à la fois ou souillé de miasmes morbifiques... Dans la suite de ce discours, je vais montrer que toutes les maladies en naissent et en procèdent. »

3 Arétée de Cappadoce, médecin grec de la fin du premier siècle de l'ère chrétienne, exprime de façon éloquente la répulsion provoquée par la maladie : « Qui ne voudrait pas fuir ces malades et qui ne se détourne pas d’eux avec horreur, même s'il s'agit de son propre fils, père ou frère ? On craint la transmission du mal. » Grmek (M.), Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, p. 2.
Grégoire de Naziance dans son homélie 14, exprime l'angoisse : « Nous les chassons comme des criminels... Nous ne nous soucions ni de les loger, ni de les nourrir, ni de soigner leurs ulcères, ni autant que nous pouvons, de couvrir leur mal d'un vêtement... »
Riches et pauvres dans l'Eglise ancienne, textes choosis par A.-G. Hamann, p. 1 12.

4 « La prophétie de l'ange s'est réalisée : la lèpre lui ronge cruellement le nez et altère sa voix... la nouvelle circule de bouche à oreille, on murmure « Voyez mon ami, comme notre seigneur a le nez enflé, la lèvre tuméfiée et déjà retroussée... »" Ami et Amile...

5 « En 1321, une chronique du monastère de Sainte-Catherine de Mont-Saint-Aignan, rapporte que le crime des lépreux était d'avoir empoisonné, avec l'aide des juifs, les fontaines et les puits pour le compte du roi musulman de Grenade. » Ginsburg (C.), dans Le sabbat des sorcières, développe un chapitre sur ce complot des pages 44 à 69. Boradori (P.), Mourir au monde.... p. 84 et suiv., signale en 1321 des persécutions à Lausanne et dans le Pays de Vaud, par suite de l'empoisonnement des fontaines.

6 Dans son Congé, Jean Bodel exprime son angoisse face à la séparation du monde. « Bertel, de bon ou de mauvais gré, il convient que je me retire du monde, où mon sort empire, car Dieu ne m'y laisse en repos : Il m'a donné pour que je méprise le corps infirmité, poison et plaie. Extraits du "Congé" de Jean Bodel, dans Mary A. La fleur de la poésie française depuis les origines jusqu'à la fin du xve siècle, pages 253 et suivantes.

7 Jean Bodel (fin XIIe-1210), trouvère de la région d'Arras, adressa en 1202 un Congé à ses relations au moment de son admission à la léproserie du Grand Val de Beaurains où il mourut probablement entre octobre 1209 et février 1210. Son poème, très émouvant, illustre ses sentiments par rapport à sa maladie, tout en donnant des indications sur ses amis parmi lesquels se trouve Baude Fastoul, ancêtre du poète arrageois mort de la lèpre en 1272 : « Baudoin Fastoul, plaide pour moi une cause honteuse et repoussante qui me fait quitter mon logis. La joie m'a déclaré la guerre : elle ne m'a rien prêté à titre gracieux, mais a pris de moi double gage... » Extraits du Congé, dans Mary (A.), La fleur de la poésie française..., p. 253 et suiv.

8 Baude Fastoul, trouvère picard né dans le premier tiers du xiiie siècle à Arras et mort en 1272 à la léproserie du Grand Val de Beaurains. On ne possède de lui qu'une pièce de vers, le Congié, dans laquelle, il fait ses adieux à ses compatriotes et à ses bienfaiteurs peu avant son exclusion.

9 Zink (M.), Le ladre de l'exil au Royaume, comparaison entre les Congés de Jean Bodel et ceux de Baude Fastoul, p. 71 à 87, dans "Exclus et systèmes d'exclusion dans la littérature et la civilisation médiévale", Sénéfiance, no 5, 1978.

10 Congé de Jean Bodel : « Chagrin, honteux et abattu, je recommande à Dieu Baude et Thomas, car je prise fort leur compagnie.... La douleur qui m'envahit, qui m'accable et me fait plier, m'invite jour et nuit à me détacher et me retirer du monde ; la honte me mène et m'accompagne, qui depuis quelque temps m'a pris sous sa conduite... »

11 « Sara'at » dérive de la racine « sarat' » qui signifie « frappé par Dieu ».

12 Les chapitres 13 et 14 du Lévitique traitent de la lèpre, entendue dans le sens large de moisissure, pourriture. Ils envisagent aussi la lèpre humaine. Lèv. 13, 2-4. « Le lépreux atteint de cette plaie aura les habits déchirés et il laissera flotter ses cheveux, il se couvrira la moustache et criera : “Impur ! impur !”... : il habitera à l'écart, son habitation sera hors du camp. » Lèv. 13, 45-46.

13 Les Evangiles montrent Jésus qui, après avoir guéri des lépreux, les envoie auprès d'un prêtre. Luc 17, 11-18.

14 Le cèdre est un symbole d'incorruptibilité, alors que le cramoisi est celui du sang et de la vie. On attribue à l'hysope une vertu purifiante.

15 Lèv. 14, 1-10. Le sang joue un rôle important dans la symbolique de la guérison ou de la purification du lépreux. Dans la Chanson de Geste Ami et Amile, Ami ne peut être guéri qu'après avoir sacrifié ses enfants et s'être aspergé de leur sang.

16 Job 30. 1-9-10.

17 II Samuel, 3, 29.

18 Isaie, 10, 18.

19 Texte de Grégoire de Naziance sur le triomphe de la miséricorde, dans Hamann, Riches et pauvres dans l'Eglise Ancienne.

20 Robert (U.), "Les signes d'infamie au Moyen-Age, juifs, sarrasins, lépreux, cagots et filles publiques". Bulletin... des Antiquaire de France, 1888, p. 59-172. Grmek (M.), Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, p. 255, signale que dans la république de Dubrovnik, les lépreux devaient porter des vêtements blancs.

21 Le passage sur les connaissances actuelles de la lèpre a été composé d'après Kernbaum (S.), Éléments de pathologie infectieuse, p. 392.

22 On estime en France la présence actuelle d'environ un millier de lépreux originaires pour la plupart du Maroc, du Portugal et de Turquie. L'OMS recense aujourd'hui quinze millions de malades de par le monde. On distingue quatre grands foyers : l'Inde, l'Asie du Sud-Est et la Chine, l'Afrique noire et Madagascar, l'Amérique latine.

23 Hansen Gerhard (1841-1912) : médecin et botaniste norvégien qui a découvert le bacille de la lèpre. Le bacille de Hansen est un germe appartenant à un ensemble de bacilles acido-résistants, parmi lesquels le bacille de Koch, agent de la tuberculose. Dans les zones d’endémie de lèpre, la tuberculose est peu répandue alors qu'inversement, dans celles de la tuberculose, la lèpre est quasiment inexistante. Ainsi en Europe, la disparition de la lèpre correspond à une augmentation de l'incidence de la tuberculose. R. Chaussinand a étudié les relations biologiques entre la lèpre et la tuberculose, "Tuberculose et lèpre, maladies antagonistes. Eviction de la lèpre par la tuberculose" J. of Leprosy, 16, 1948, pages 431-38, et "Quelques remarques concernant la théorie de l'antagonisme entre tuberculose et lèpre", Acta tropica, 21, 1964, p. 82-87.

24 Dès le Xe, ainsi que l'indique Grmek (M.), Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, p. 255, « les médecins de langue arabe, et notamment Abúl-Qásim, reconnaissent l'importance des symptômes neurologiques de la lèpre. » Deux hypothèses peuvent être étudiées : la plus grande précision de leurs observations cliniques ou une évolution de la maladie elle-même. M. Grmek penche pour la deuxième hypothèse.

25 Aujourd'hui bien traitée grâce aux sulfamides, cette forme de lèpre peut guérir dans une période de un à trois ans.

26 Le malade en héberge plusieurs kilos.

27 On désigne par flegme toute sécrétion incolore.

28 Kurth (G.), La lèpre en Occident avant les croisades ; Jeanselme (E.), “Comment l'Europe au Moyen-Age se protégea contre la lèpre ?” Bull, de la soc. française d'histoire de la Médecine, 25, 1931, p. 1-151.

29 Pour Giammatteo Ferrari Da Grado, l'humeur mélancolique favorise particulièrement le développement de la lèpre « éléphantie ». D'après Ferrari (H.-M.), Une chaire de médecine au xve siècle..., p. 239.

30 Histoire générale des sciences, sous la dir. de R. Taton, t. 1, La science antique et médiévale.

31 Hippocrate, De l'art médical, p. 547, explique que « toutes les maladies proviennent quant aux choses du dedans, de la bile et de la pituite (humeur blanche et visqueuse, secrétée par certains organes, et particulièrement celle qui vient du nez et des bronches) ; quant aux choses du dehors des fatigues, des blessures et du chaud trop échauffant, du froid trop refroidissant, du sec trop desséchant, de l'humide trop humectant. »

32 A partir du xiie siècle, il se produit une véritable révolution au niveau du savoir médical en Occident : on redécouvre les connaissances antiques à travers des traités arabes et des traductions venues d’Italie ou d'Espagne. Au xiie siècle, les maîtres salernitains développent l'observation clinique et la thérapeutique en les reliant aux principes généraux de la philosophie d'Aristote. Hommes de science, professeurs, ils produisent des Anatomies, des Antidotaires et des Herbiers. A Cordoue et à Grenade, des médecins musulmans produisent de nombreux ouvrages inspirés d'Aristote et de Galien.

33 Raymond Lulle explique dans ses Principes de médecine que les humeurs déterminent les caractères : « Ces quatre humeurs, dit-il, sont en chaque homme ; chacun est considéré selon une humeur plus que selon une autre. C'est pourquoi des hommes sont colériques, d’autres sanguins, d’autres flegmatiques, d'autres mélancoliques. » Principes de médecine de Raymond Lulle, traduction de Llinare (A.), p. 222.

34 Principes de médecine de Raymond Lulle...

35 Selon les intuitions d'Hippocrate, une nourriture et un mode de vie déséquilibrés provoquent la maladie. L’un des moyens de la combattre est d'apporter au patient une nourriture diététique.

36 Les connaissances actuelles montrent que l’alcoolisme chronique entraîne une déficience du système immunitaire (notamment l’immunité cellulaire), rendant l'individu plus réceptif à différentes affections comme la tuberculose, le cancer et la lèpre.

37 Cité dans Bériac (F.), Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 22.

38 L'année 1527 marque le point culminant de l'influence de Paracelce : grâce à l'appui de son ami Erasme, il devient médecin municipal de la ville de Bâle et titulaire d'une chaire de médecine. Après avoir jeté aux feux de la Saint-Jean, un des classiques de la médecine officielle (le Canon d'Avicenne), il rompt publiquement avec la médecine de l'époque, donne ses cours en allemand devant une assistance où tous sont admis, chirurgiens comme barbiers, ce qui constitue une véritable révolution. La transcription de ses enseignements a été regroupée par Paracelse lui-même dans les XIV Livres des Paragraphes.

39 Marié (E.), Précis de médecine alchimique..., p. 153. Le livre VI (p. 144-152) reproduit le texte de Paracelse concernant le diagnostic de la lèpre et les soins à apporter.

40 Bériac (F.), Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 20.

41 Le Goff (J), L'imaginaire médiéval, p. 145, évoque la conception de Césaire d'Arles relative à la transmission de la lèpre. Cet évêque, au vie siècle, informe son auditoire que les époux incontinents auront « des enfants lépreux ou épileptiques... ». Cette croyance traverse le Moyen-Age. La lèpre se conçoit comme une maladie culpabilisante dont l'origine se trouve dans la sexualité. L’interdit sexuel doit être respecté pendant les temps liturgiques (carême, vigiles et fêtes) et pendant les menstrues.

42 Le sang des règles était, selon Henri de Mondeville, la lie des humeurs qui engendrait toutes sortes d'affections cutanées, en particulier la lèpre chez l'enfant ou chez l’adulte ». Pouchelle (M.-C.), Corps et chirurgie à l'apogée du Moyen-Age, p. 121. Pline avait énuméré également les propriétés néfastes du sang féminin. Le Lévitique, 15, 19-33, présente le sang des menstrues comme source d'impureté et de souillure.

43 Bériac (F.), Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 22.

44 Giammatteo Ferrari Da Grado y voit comme causes, « l'hérédité, la corruption de l'air, les attouchements, les viandes mauvaises, une complexion froide et sèche, la rétention de certaines superfluités mélancoliques, les menstrues, le flux hémorroïdal ». Ferrari (H.M.), Une chaire de médecine au xve siècle, p. 240.

45 On estime à moins de 3 % les cas de lèpre conjugale. Seul, « un petit nombre des individus exposés deviennent lépreux », contrairement aux cas d'exposition à la tuberculose : Grmek (M.), Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, p. 301.

46 L'air pour les anciens et pour les hommes du Moyen-Age n'a pas la même propriété que notre mélange d’oxygène et d'azote. Humide et chaud, cet élément entoure le corps tout entier, le pénètre par les pores, la gorge et le poumon. Lorsqu'il est vicié, il est cause de maladie. Un simple changement d'air peut selon l'esprit du temps provoquer la guérison. Opsomer (C.), L'art de vivre en santé, images et recettes du Moyen-Age, p. 181.

47 « Leur hantize est si périlleuse et contagieuse qu'il fault nécessairement les segreger et séparer des autres personnes qui se portent bien, comme tout le monde universellement le tient et observe publiquement. » "Ordonnance des ladres..., début xvie siècle", Mém. et doc. inédits..., t. 13, 1946, p. 209.

48 Certains de ces aliments sont tabous dans la Bible. Le lièvre et le porc sont des animaux impurs dont il ne faut pas consommer la chair. Lèv. 11, 6-7. Le vin pur est également interdit dans le Lévitique 10, 8.

49 Cité dans Bériac (F.), Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 22. Il est intéressant de constater qu'Arnaud de Villeneuve note la présence de nombreux lépreux en Bourgogne.

50 AMBes., DD 88, fo 6, copie d’un vidimus de 1234 « d'ung arcevesque de Besançon aux malades de lepre de la Veze de Besançon, de non contrahir mariage, a peine de perdre la maison et la prebende ». 1292, copie des lettres de confirmation « par feu le sieur arcevesque Nicolas sur l'inibition faicte aux malades de non contrahir mariage ». Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 187-188.

51 « Nunlx malaide ne viegne Arbois le mois d'aoust, et s'il y est trovez, il part sa provende le mois. » Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art.31), Cartulaire... d'Arbois, 1898, pages 108 à 112. Ces statuts sont reportés dans Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 296. A Luxeuil en 1575, « en raison des grandes chaleurs imminentes et prouchaines », les échevins demandent l’expulsion d’une lépreuse (ADHS, 311 E suppl. 262. Brocard , Etablissements..., ann., t. II, p. 308).

52 « Que nunlx malaide ne ale deschault fuer de sa maison. » Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 32), Cartulaire... d'Arbois, p. 108-112.

53 Extrait des questions salernitaines en prose, ouvrage rédigé par un anonyme anglais vers 1200. Bériac (F.), dans Histoire des lépreux au Moyen-Age, p. 25.

54 Dès le premier siècle de notre ère, Arétée de Cappadoce diffuse l'idée que la lèpre se transmet aux gens sains par l'haleine des malades. Grmek (M.), Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, p. 254. Pour les hommes du Moyen-Age, la lèpre est ressentie comme la punition divine d'une âme corrompue. Consulter Brody (S.N.), The disease of the soul : leprosy in medieval littérature, Londres, 1974.

55 L'idée d'une lèpre corrompante, image du péché, apparaît dans les Fioretti où il est rapporté comment saint François, bravant toute répulsion, prend soin d'un lépreux d'âme et de corps et le guérit miraculeusement. Et, par un divin miracle, là où saint François touchait de ses saintes mains, la lèpre s'en allait et la chair redevenait parfaitement saine. Et comme la chair commençait à guérir, l’âme commençait de même à guérir ; aussi le lépreux, voyant qu'il commençait à guérir commença à avoir grande componction et repentir de ses péchés... » Fioretti de saint François, p. 70-73.

56 Pouchelle (M.-C.), Corps et chirurgie à l'apogée du Moyen-Age, p. 88. « Henri de Mondeville, comme plus tard Chauliac, estime que les causes antécédentes des ulcères constituent “un péché de tout le corps”, »

57 Henri de Mondeville cité par Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 24.

58 ADHS, 311 E suppl. 262, 1575 : « ... Apres palpation, visitation et rapport des sires médecins et chirurgiens... » (Luxeuil, examen d'une lépreuse).

59 Borradori (P.), Mourir au Monde..., p. 33, et Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 29, citent la description d'une visite mentionnée dans le Lilium medicine, part. I, cap. XXII, Lyon 1550.

60 AMBes., CC 58, comptes de la ville de Besançon, fo 90 vo, avril 1494, examen médical de Jean de Viay, fo 96 vo, 23 juin 1494, achat de drap gris pour Jean de Viay, confection d'un manteau.

61 « Et icelluy ainsi vestu d’un manteaul, de gants, d'une ticlette et d’ung barry, le feront lesdictz parrochiens gecter et conduyre a son eglise a la mode accoustumee... » “Ordonnance des ladres de Besançon”, Mémoires inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, t. 13, 1946, p. 209.

62 AMBes., DD 90. De la même façon, Girard Voilley et François Dorin sont exclus selon ce cérémonial en 1511 et 1512.

63 Cet usage est attesté à Dole.

64 Abry d'Arcier (P.-C.-B.), “Histoire... d'Arlay”, Mém. de la soc. d'Emul. du Jura, 1881, 1882.

65 Le rite d’ensevelissement existe à Genève. Borradori (P.), Mourir au Monde, p. 42. Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 217, donne une description de Tordo le plus courant à la fin du xve siècle : « Le jour dit, le prêtre, revêtu du surplis et de l'étole, va chercher chez lui le malade, qui a été prévenu ; il le bénit et le conduit en procession jusqu'à l'église au chant du « Libera me ». Là, le lépreux s'agenouille, si possible sous un catafalque, et Ton célèbre une messe, au choix du prêtre ou du malade, ou bien un office particulier. Ensuite, le ladre se confesse une dernière fois ; le prêtre le bénit et le recommande à ses paroissiens. Tout le monde se reforme en cortège pour le conduire à sa borde, à nouveau au son du « Libera me ». Au terme de la procession, le prêtre doit exhorter le malade à ne plus pécher : « Memore novissima tua... » Il procède ensuite à un simulacre d'inhumation, en jetant une pelletée de terre sur les pieds du lépreux : « Sis mortuus mundo, vivens iterum Deo » (« Soit mort au monde, mais vivant pour Dieu »). Puis, il lit au malade, probablement en langue vulgaire, les onze défenses censées éviter la contagion. »

66 ADD, ms. 133, copie du xixe siècle non datée. L'idée d'un possible complot des lépreux contre les personnes saines est perceptible déjà en 1313 mais aucune source ne permet dans le diocèse de déceler les persécutions dont ils furent victimes dans toute la France. Dans un édit promulgué à Poitiers le 21 juin 1321, Philippe V autorisa le massacre et la réclusion des ladres que la rumeur accusait d'empoisonner l'eau des fontaines et des puits. Poussés par les juifs, affirmait-on, ils auraient abjuré leur foi et broyé dans des potions corrompantes, l'hostie consacrée. Leur seul regard pouvait être funeste. A Gigny, les ladres devaient jurer « de ne pas regarder dans les puils ni dans les fontaines communes ».

67 Riches et pauvres..., textes choisis par Hamman (A.G.), p. 112.

68 Ginzburg (C.)Le sabbat des sorcières, p. 44-69.

69 Le Goff (J.), L'imaginaire médiéval, p. 124, montre que « la lèpre est une expression symbolique et idéologique du péché : il se manifeste aussi bien par une tare physique que par la maladie. C'est pourquoi le chemin de la perfection spirituelle passe par la persécution du corps. »

70 ADD, G 49, règlement de Besançon pour l'isolement des lépreux, copie. Dans les Fioretti, saint François exhorte un lépreux à la patience et à la résignation en lui tenant ces propos : « Mon fils, prend patience, car les infirmités du corps nous sont données par Dieu en ce monde pour le salut de notre âme, car elles sont d'un grand mérite quand elles sont supportées patiemment. » Fioretti de saint François, p. 71.

71 ADD, G 49, réglement de Besançon pour l’isolement des lépreux, copie : « Vois icy la robe que l'Eglise te baille. En toy deffendant que jamais tu ne portes robe d'aultre facon, affin que chascun puisse te cognoistre que tu es infect de ceste maladie et affin que l'on te donne plutost l'aumosne pour l'amour Nostre Seigneur. » On peut lire également sur les vêtements des lépreux l’article de Robert (U.), “Les signes d'infamie au Moyen-Age, juifs, sarrasins, lépreux, cagots et filles publiques”. Bulletin de la Société nationale des Antiquaire de France, 1888, p. 59-172.

72 ADD, G 49, règlement de Besançon pour l’isolement des lépreux, copie. 11 est fait dans ce paragraphe allusion à la parabole rapportée dans les Evangiles, Luc, 16, 19-31.

73 On n'en trouve pas trace avant le xve siècle.

74 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 169 et suiv.

75 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 225 et suiv.

76 Voir Delaruelle (chan. Etienne), La piété populaire au Moyen-Age, p. 400 et suiv. Cet auteur, tout comme Delumeau (J.), La peur en Occident, évoque l’obsession de la mort : « Il suffit de voir les peintures du Campo Santo de Pise, d'observer la fascination pour les danses macabres et de lire les poésies de Villon pour comprendre à quel point le thème de la mort est omniprésent. »

77 AMBes., DD 91, 1521. « Je, Tevenin Gerbot, tixerant, citien de Besançon, comme facteur et négociateur des malades François Doyerin, Bonefoye, femme de Claude Montjoye, Anne ma fille, Nicolas Grigneret et Marie fille Petitjehan de Missey, congnoie et confesse avoir receu... la quantitez de quinze bichots de froment. » De même, Jacote Merceret s'occupe de sa sœur Marguerite qui vit à la Vèze (AMBes., DD 90, 1490).

78 AMBes., DD 90 fo 211. « A mes treshonnorés seigneurs, messires les gouverneurs de la cité de Besançon. Supplie tres humblement, Perrin Gros Regnault de Lernolz, votre tres humble serviteur, que, puis ung an ença ou environ, Perrin Richardot dit Vuillafans, malade en la Veze de Besançon, luy soit entenus en la somme de six frans neufz gros monnoie pour luy avoir vendu et delivré au lieu dudit Lernolz, ung cheval sur poil roge, lequel ledit Perrin Richardot emmena et en fist son prouffit. Et duquel, luy en avoit promis donné la vendange es vendanges suigantes, ledit marchier fait et accordé que faict en l'an mil Ve et deux. Depuis, lesdites vendanges a esté par ledit suppliant requis plusieurs fois au luy faire sa raison, que n'a, ne voult presentement faire. Ains, en luy demandant, se moque dudit supplians et dit qu'il est homme mort et hors du monde obstant sa maladie. Hz vous plaise, treshonnorables seigneurs, en ensuyvant vostre noble ordonnance, par vos nobles seignories pieca fetes sur ledit malade, pour cas semblable, vouloir ordonné a vostre tresorier que s'il luy apporte ce que dist est, tant que pour soffire, ilz le paie sur les biens, deniers et rentes que ledit Perrin Richardot debvra recepvoir de la cité par ses mains ou temps advenir jusque a fin de paie. » Cette requête fut prise en compte par les gouverneurs.

79 ADHS, 311 E suppl. 262.

80 BMBes., ms. 1046, « Ordonnances de Tostel consistorial ».

81 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 198, indique qu'en 1459, la municipalité de Poitiers imagine un stratagème : elle déguise des quêteurs sains en lépreux pour mendier en leur nom de façon à éviter la venue des malades en ville.

82 Stouff (L.), “Statuts...” (art. 29 ; art. 24, 34), Cartulaire... d'Arbois.

83 Tabuteau (B.), “Gisors, 1426 : un éclairage original sur le monde de la lèpre”, Bulletin de la soc. française de l'Histoire des Hôpitaux, 1988, no 57, p. 5-11.

84 Borradori (P.), Mourir au Monde, p. 29, cite encore l’exemple de François Pictet dont le fils lépreux vit à la maladière de Villette. Il affirme être ladre, ce qui ne semble pas être le cas.

85 Les menaces d'exclusion sont évoquées dans Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...”, Cartulaire... d'Arbois, 1898, p. 108-112.

86 BMBes, ms. 1046, Ordonnances de l'ostel consistorial..

87 AMBes., BB 9, 1491-1510, fo 228.

88 Borradori (P.), dans Mourir au Monde, p. 80, cite la Summa Pastoralis traduite par Avril (J.) “Le troisième Concile du Latran et les communautés de lépreux”. Revue Mab il Ion, p. 70. « Des lépreux errants et débauchés... vont et viennent d'agglomération en agglomération, de marché en marché, et se retrouvent le soir dans ces bordes ou même dans certaines léproseries, corrompent les autres par leur mauvais exemple, et par l'intermédiaire des femmes... Beaucoup de gens subissent la contagion de la lèpre, aussi autant qu’il est possible, doit-on, avec le secours de Dieu, porter remède à leur errance. » Narration d'un ecclésiastique parisien du xiiie siècle. Beaumanoir (Ph. de). Coutumes de Beauvaisis, t. 2, art. 1622, préconise de chasser les lépreux de mauvaise compagnie.

89 Voir le Tableau F, p. 339-345.

90 AMBes., DD 91.

91 AMBes., DD 91. Les sources indiquent que les malades souffrent parfois de paralysie ou de cécité. En 1526, après quatorze ans de vie dans la léproserie de la Vèze, François Dorin se présente comme aveugle et infirme dans une supplique adressée aux gouverneurs de la ville de Besançon.

92 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 115.

93 AMDol., cote 958, comptes de la maladière.

94 AMBes., GG 430, comptes de 1478.

95 AMBes., DD 90. Dès juillet 1503, Marguerite veuve Estevenin Thomas, n'est plus mentionnée comme bénéficiaire d'une provende.

96 AMBes., GG 430, 1498, enquête sur les droits de succession des prêtres sur les biens des lépreux.

97 Voir les tableaux F et G, p. 339-345 et 345.

98 Un pied de Besançon est égal à 0,31475 m ; un pied de comte à 0,35780 m. Ici dix pieds équivalent donc à environ 3 m.

99 Gatin et Besson (abbes), Histoire de la ville de Gray, p. 289 et suiv. Les magistrats de Gray interdisent également aux lépreux de toucher les victuailles apportées en ville, comme le lait, le beurre, les œufs et le fromage ; ils vont même plus loin en obligeant les malades à ne pas les approcher à moins de dix pieds, sous peine de fustigation. La crainte de la contamination est évoquée p. 248.

100 Les sources concernant Gray entre 1428 et 1438 (ADHS, cote 279 E suppl. 803), ne mentionnent pas de telles mesures.

101 ADHS, cote 282 E suppl. 106, arch. comm. de Gy, comptes de 1485-1486, fo 1 1.

102 AMDol., cote 958, comptes de la maladière, 1489-90 et 1495-96. AMDol., cote 669, comptes de la ville, 1489.

103 AMBes., DD 91.

104 Borradori (P.), Mourir au monde..., p. 51.

105 AMMbl, CC 63, comptes de la ville, 8e cahier, fo 5 vo. « Item pour despenses du clerc et du sergent qui furent avec lesdis Regnault et Henri pour visiter ledit anffant, et que depuis alerent a la maladiere pour savoir si elle est remise a point, V gros. Item baillé audit curé pour son droit de avoir jetté hors l'anffant, V grans blans. »

106 Docteur Bourgeois, cité par Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 74.

107 9 hommes pour 7 femmes à Dole entre 1488 et 1590, 21 hommes pour 16 femmes à Besançon entre 1318 et 1541, 7 hommes à Gray entre 1428 et 1627, 5 hommes et une femme à Gy entre 1453 et 1608, 2 hommes à Arbois entre 1496 et 1498, 14 hommes et une femme entre 1406 et 1602.

108 Voir le tableau H, p. 345-346.

109 L'écart se creuse si l'on élimine les trois cas de séjour supérieurs à 14 ans, ce qui donnerait 4,44 ans pour les femmes et 3,8 ans pour les hommes. Se reporter aux tableaux, p. 339-346.

110 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 75.

111 Un malade atteint d’une forme lépromateuse a une espérance de vie de trois ans alors que celui qui est atteint d’une lèpre tuberculoïde peut survivre quinze ans.

112 AMBes., DD 91. « Prier Dieu pour les eschevins et pour la noble citez, qui la vuille gardez et préservez de tout perilz et adversitez et de pestilence et impidemie. »

113 AMBes., GG 430, comptes de la maladière 1413.

114 « Doivent chescum matin aler a moustier et souner la cloiche et faire lours orisons et a compiles auxi. Et cils qui est defaillant... part sa provende lendemain. » Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 25), Cartulaire... d'Arbois, p. 108-112.

115 ADD, G 49, Règlement d’isolement des lépreux de Besançon, copie.

116 AMBes., GG 430, 1498, enquête sur les droits de succession des prêtres sur les biens des lépreux.

117 AMDol., cote 958, comptes de la maladière.

118 Le chapelain de la Vèze doit dire une messe tous les dimanches et « instruyre et enseigner a vivre et a mourir selon la loi de Jesus Christ ». “Ordonnance des ladres de Besançon", Mém, et doc. inédits..., t. 13, 1946, p. 209.

119 Le nom de Vuillecin, village des environs de Pontarlier, prendrait son origine dans « ville des saints » et évoque les ladres du lieu appelés aussi « bons malades » ou « saints ».

120 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 237.

121 Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 25, 26, 27), Cartulaire... d'Arbois.

122 Il est intéressant de confronter la peur provoquée par le regard du lépreux et son rôle d'intercesseur idéalisé. La mise en présence de ces deux réalités montre à quel point le ladre est ressenti comme un être ambivalent, maléfique et sanctifié.

123 Bériac (F.), Histoire des lépreux..., p. 244.

124 AMBes., DD 88, 89, 90, 91. AMDol., cote 958, 959 et 639. AMMbl, CC 63, 8e cahier, fo 6 (1456), CC 64,6e cahier fo 18 vo et fo 19 (1478).

125 Des larcins sont évoqués dans les Statuts de la léproserie d'Arbois. Ils sont passibles d'une perte de provende.

126 Le froment pouvait être utilisé en cataplasme sur les ulcérations de la peau. On utilisait les décoctions de froment dans les soins relatifs aux problèmes respiratoires. Pour plus de détails, voir Opsomer (C.), L'art de vivre en santé, p. 81.

127 AMBes., GG 430, comptes des années 1477 à 1480 et 1489.

128 AMBes., DD 91, 1524.

129 AMBes., GG 430. Les mentions de viande (lard, chastron) qui apparaissent en 1422 dans les comptes de la maladière, ne sont plus présentes dans les documents de même nature postérieurs à 1477.

130 “Ordonnance des ladres de Besançon”, Mém. et doc. inédits..., t. 13, 1946, p. 209.

131 AMDol., cote 958, comptes de 1494 à 1497. « A Estevenote, femme Philibert Bompy cinquante deux sols qu'on lui doit chascun dimanche de l'an, pour un an... Paier a Jaques Maillard, malade, la somme de quarante sols... pour quarante trois dimanches... » Souvent des sommes sont avancées par des échevins lors de l'entrée à la léproserie ; déduction est faite de ce prêt au moment de l'attribution de la provende.

132 L'absence de cuisine commune se vérifie pour les léproseries de Montbéliard, de Dole, d'Arbois et de la Vèze.

133 La seule mention concernant les médecins apparaît lors de la visite médicale au moment du diagnostic de lèpre, que ce soit à Dole, Besançon, Montbéliard ou Gy.

134 AMBes., GG 430, comptes des années 1477 à 1480 et 1489. Les lépreux de la Vèze reçoivent trois setiers de vin par an. Le vin clarifie le sang troublé et fortifie les membres ; il provoque l'urine et aide à la digestion. Opsomer (C.), L'art de vivre en santé, p. 139.

135 Les médecins sont unanimes à reconnaître les vertus nutritives de l'orge, car elle produit un bon sang. On l'utilise en farine, en pain, en bouillie et en infusion. L’eau dans laquelle l'orge avait cuit, une fois filtrée, était employée en tisane. Cette infusion pouvait être enrichie de diverses plantes comme le fenouil, la réglisse et les figues. L'orge est utilisée dans les soins contre les fièvres, les maladies respiratoires. On lui attribue encore des vertus cicatrisantes, d'où sa présence dans de nombreux cataplasmes. Opsomer (C.), L'art de vivre en santé, p. 83.

136 Les médecins s'accordent pour dire que le millet nourrit peu. Néanmoins, son jus est diurétique. Opsomer (C.), L’art de vivre en santé, p. 87.

137 Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 28), Cartulaire... d'Arbois.

138 Deux cas sont cités parmi les lépreux de Besançon : « Vuillemate, aveugle des deux yeux de la teste et infirme de son corps » (AMBes., DD 88, 1357), « François Dorin, infirme et aveugle » (AMBes., DD 91, 1526).

139 AMBes., DD 90, 1490. « Nous Jacote, femme Humbert Merceret pour et un en nom de Marguerite sa seur malade en la maladiere de Besançon, Perenote, femme Guillaume Cotot pour et en nom de Jehannette Vernier et Huguenin Bourdel pour et en nom de Columbe sa femme, malaides en ladite Veze, congnoissent et confessent avoir receuz... de Pierre de Chaffoy, tresorier de la citey de Besuncon, neuf bichots de froment... »

140 Tabuteau (B.), “Gisors, 1426...le monde de la lèpre”, Bulletin de la Société française de l'Histoire des Hôpitaux, 1988, no 57, p. 5-1 1.

141 BMBes., ms. 1046, fo 9 v., Ordonnances de l'ostel consistorial.

142 Borradori (P.), Mourir au Monde, p. 58.

143 Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 24, 19), Cartulaire... d'Arbois.

144 La quête représente pour les lépreux invalides un véritable travail.

145 BMBes., ms. 1046, Ordonnances de l'ostel·consistorial : « Pour achater des ornements pour l'aulté de la chapelle des ladres de ladite Veze. »

146 AMBes., DD 89, fo 89 vo, 1458.

147 AMBes., DD 91, fo 13.

148 AMBes., DD 91. Trois suppliques de lépreux de la Vèze suggèrent particulièrement la misère de leur état lorsque les aumônes font défaut, comme en 1528 : « Supplient humblement les quatres malaides de lepre demourans a la Vese, que vostre plaisir soit en l’honneur de Dieu, vouloir faire quelque bien et ausmonne aux pouvres suppliants comme en pain et vin ou a ce qui vous plaira faire vostre ausmone, car les pouvres suppliants ne peulent bonnement vivre, obstant la cherter du temps, car le peuple leur donne tres peu devant les églises, parmy la cité, qu'ilz n'en peulent vivre, se faisant feres grant ausmonne ; et ilz prieront Dieu por vos nobles estais. »

149 Robert (U.), Testaments de l'Officialité de Besançon.

150 AMDol., cote 958. Les revenus procurés par ces aumônes apparaissent dans la comptabilité de la maladière.

151 ADHS, 279 E, suppl. 803. « Lesdits echevins ont accordez ausdis ladres qu'ilz seroient receuz en la maladerie de Gray, et que pour leurs aisances et demorances, auroient la maison de ladite maladerie, le gerdin appartenant a ycelle, deux jornaux de terre devant et darriers et deux faix de pré situez en Grant Valx. »

152 Forclore : priver.

153 ADHS, 279 E, suppl. 803.

154 AMDol., cote 958, comptes de la maladière.

155 Imbert (J.), Les hôpitaux en droit canonique, p. 184.

156 Stouff (L.), “Statuts de la léproserie...” (art. 44), Cartulaire... d'Arbois.

157 AMBes., GG 430.

158 AMBes., GG 430. « Il avoit bailler a ladite Marguerite [la clé] et qu'elle demeurait en sequestre en ses mains... »

159 Cette femme seulement est appelée « la ladresse » dans les sources. Les autres malades sont désignés par leurs prénoms, suivi des mentions « femme » ou « veuve de... » Les hommes sont cités avec leurs noms et prénoms.

160 L'ordonnance des lépreux indique au contraire que les malades étrangers doivent céder la moitié des quêtes effectuées à Besançon (à la Toussaint, du Vendredi Saint à Pâques et à Noël) aux lépreux de la Vèze. “Ordonnance des ladres de Besançon”, Mémoires et documents inédits..., t. 13, 1946, p. 209. AMBes., BB 9, registre 262 pages, fo 228, 1495. « Je Jehan Semon, malade de la Veze de Besançon, tant en son nom que pour nom des autres malades de ladite Veze, impétrant contre Jehan Tixerant de Saint Jehan d'Adam et Pierre Monnot du Grand Sancey, aussi malades de lepre. »

161 AMBes., DD 90, fo 211.

162 ADHS, 228 E suppl. 28. Brocard, Etablissements..., ann., t. II, p. 306.

163 ADHS, 279 E suppl. 803.

164 ADHS, 279 E suppl. 203. « Pour ce, en droyt, personnelment establis et ad ce especialement venans les eschevins, et par noms les eschevins de la ville et communalté de Gray d'une part, et Régnault Vurpillet de Gray la Ville, ladre, d'aultre part... »

165 Marguerite la ladresse, lépreuse de la Vèze, vécut seule six années au sein de sa léproserie.

166 AMBes., DD 91.

167 L'apparence du lépreux confine au bestial ; la maladie révèle en l'homme, selon l’expression de C. Arnoult, la présence de l'animal. Elle est présentée comme un fauve dévorant, un chancre, ainsi que le suggère le vocabulaire médical : le malade est « la proie de », « rongé par », « dévoré par »... Arnoult (C.), Histoire de la sorcellerie en Occident, p. 151.

168 A titre d'exemple en 1498, la femme de Jean Semon assiste aux obsèques de son mari (AMBes., GG 430).

169 Il suffit pour s'en convaincre de lire ce passage de Grégoire de Naziance (Riches et pauvres dans l'Eglise ancienne, choix de textes par A.G. Hamman, p. 105) : « Ils sont bannis des cités, chassés des foyers, des places publiques, des assemblées, des chemins, des fêtes, des banquets, et ah ! Quelle misère ! On leur défend même l'usage de l'eau... » « Ils inventent des chants capables d’inspirer la charité, ils quémandent une bouchée de pain, une maigre pitance ou de vieux chiffons pour couvrir leur honte. Et l'on passe pour charitable, non si on leur porte secours, mais si on ne les chasse pas avec des injures... »

170 Abry d'Arcier (P.-C.-B.), “Histoire du Bourg d'Arlay”, Mémoires de la Société d'Emulation du Jura, 1881 et 1882.

Table des illustrations

Légende 47.— Reçu des lépreux de la Vèze reconnaissant avoir reçu leur provende (AMBes., GG 430)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 45.— Requête de Oudote femme d'Augustin, malade de la Vèze (AMBes., DD 91)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/4071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search